Le plus ancien parc d'Afrique, créé en 1951. 14 763 km2. Les hauts plateaux sont à 1 500 m d'altitude. Le Serengeti (prononcez [Sérèneguèti] en roulant légèrement le " r ") est un des sanctuaires de la faune les plus importants du monde. Son nom signifie " plaine sans fin " en langue maasaï. C'est un endroit absolument mythique, à la fois pour ses paysages d'immenses plaines et de collines, pour la variété de sa faune, et pour le phénomène extraordinaire de la grande migration. Imaginez deux millions de gnous, plus de 300 000 zèbres et 100 000 gazelles, pressentant l'arrivée des pluies, parcourant plus de 200 km du nord au sud, et en consommant plus de 4 000 tonnes d'herbes chaque jour... De février à juin, ils remontent légèrement par l'est vers le nord, où ils passent environ deux mois au Maasaï Mara, au Kenya, et de septembre à décembre, ils redescendent vers le sud, en passant légèrement à l'ouest. L'écosystème, qui s'étend sur tout l'ouest de la Zone de conservation du Ngorongoro, compte notamment près de 3 000 lions (la maladie de Carré, qui les avait touchés en 1994, semble ne plus faire de victimes). Les lions sont présents à peu près partout, mais apprécient en particulier les plaines recouvertes par la migration, l'ombre des acacias et les kopjes (prononcez [kopiz] : nom afrikaner). Ce mot provient du hollandais " petite tête " et désigne les blocs de rochers, qui sont sans doute les sommets granitiques érodés des anciennes montagnes dont les pentes furent ensuite recouvertes, il y a 3 ou 4 millions d'années, par la lave très liquide de la chaîne des volcans du grand rift, formant les grandes plaines. On trouve également des léopards le long des cours d'eau (par exemple au sud de Seronera) et dans les kopjes, des guépards au milieu des plaines, des hyènes près de leurs trous dans les plaines également, des éléphants non loin des cours d'eau, des buffles dans les clairières non loin des mares (notamment un peu au nord de Seronera, au bas des collines de Banagi), des hippopotames dans les mares, des crocodiles dans les rivières de bonne taille, ainsi que toutes sortes d'antilopes : impalas pas trop loin des bois, cobes et réduncas près de l'eau, Thomson, Grant, bubales, damalisques sur le parcours de la migration, chacals dans les plaines, babouins dans les kopjes, et plus de 500 espèces d'oiseaux, dont les autruches, les outardes et les serpentaires à découvert, et beaucoup d'autres aussi, plus petits, dans les kopjes.
A la pointe sud du Serengeti, non loin de la réserve de chasse de Maswa, s'étend la région de Ndutu, d'un intérêt exceptionnel pendant la grande migration, autour des lacs Masek et Lagarja, et bonne base de départ pour les safaris dans le sud du parc national. La région centrale du parc est celle de Seronera, verdoyante et avec une faune très, très riche.

A une quarantaine de kilomètres au sud de Seronera, les Moru Kopjes sont en général un réservoir de faune exceptionnel. Un peu au-delà du petit lac Magadi vivent 2 ou 3 rhinocéros extrêmement sauvages car seuls rescapés du massacre. Dans un des deux derniers groupes de kopjes au sud, à gauche, se trouvent les Ngong Rocks, rochers qui résonnent avec un bruit métallique lorsqu'on les frappe, et qui permettaient jadis aux Maasaïs de communiquer à plusieurs kilomètres de distance. Plus loin, dans une grotte, on peut voir des peintures maasaïs datant du XIXe siècle et du début du XXe. Attention ! Il y a au moins un léopard dans le coin.
Au sud-ouest (repassez par Seronera, ou coupez vers Naabi Hill si vous avez un bon chauffeur et une bonne voiture), les Gol et Barafu Kopjes ne peuvent être visités qu'en compagnie d'un ranger du parc, que vous payerez en plus du chauffeur-guide de votre véhicule. On y trouve assez souvent léopards et guépards.

Au nord, la région de Lobo, habitée par des lions, est intéressante en tout temps, mais devient passionnante quand elle est traversée par la migration.
A l'ouest s'étend le corridor occidental (Western Corridor) : il s'agit de la vallée de la Grumeti River, qui se jette dans le golfe de Speke, au lac Victoria, distant de quelques kilomètres seulement de l'extrême ouest du parc. La région, couverte de sous-bois et habitée par de nombreux oiseaux, par des espèces rares et par des crocodiles autour des cours d'eau, est spécialement passionnante lors du passage de la migration, notamment de septembre à novembre ; mais attention, en saison des pluies, elle n'est pas toujours accessible. Avant d'être déclaré parc national, le Serengeti avait déjà été classé réserve protégée de chasse en 1929. On a découvert dans le Serengeti de nombreux sites préhistoriques, dont certains (Nassera Rock et Gol Kopjes) se trouvent dans la zone de conservation du Ngorongoro. Leurs fouilles (réalisées entre 1977 et 1983) ainsi que celle des kopjes de Seronera ont mis au jour des céramiques du Néolithique et des os d'herbivores sauvages dépecés, dont certains décorés, ainsi que des traces de feu. Plusieurs fragments ont été datés de plus de 7 000 ans ; il s'agirait d'une population de pasteurs, pratiquant occasionnellement la chasse, peut-être des Couchites arrivés avant les autres, et plus ou moins associés aux Khoisans. Par ailleurs, des mines d'or étaient exploitées avant l'indépendance à quelques kilomètres au nord-est de Seronera (Nyabogati, Kilimafeza et Ruboho). L'équipe du Baron Hugo van Lawick vit toujours dans son camp de base au sud du Serengeti. Hugo van Lawick, sans doute le plus grand cinéaste animalier, a vécu plus de 30 ans en Tanzanie, en particulier au Ngorongoro et au Serengeti. Son oeuvre a déjà été récompensée de 8 Emmy Awards, du George Foster Peabody Award, et il a été fait officier de l'ordre du Golden Ark par le fondateur du WWF (World Wild Fund for Nature), Son Altesse Royale, le prince Bernhard des Pays-Bas.

Les lieux incontournables de SERENGETI NATIONAL PARK

Organiser son voyage à SERENGETI NATIONAL PARK

Photos de SERENGETI NATIONAL PARK

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

TANZANIE

Guide TANZANIE

TANZANIE 2018/2019

13.95 €
2017-10-18
432 pages
Ailleurs sur le web
Avis