Prise entre le Murdjadjo, un massif rocheux haut de 400 m, et la mer, l'agglomération d'Oran, deuxième plus grande ville d'Algérie après Alger, compte aujourd'hui deux millions d'habitants. Ce qui frappe le visiteur à son arrivée c'est le superbe front de mer d'Oran et cette corniche préservée qui contraste avec la mer d'un bleu intense, telle une petite soeur de la corniche d'or de l'Esterel sur la Côte d'Azur. C'est un beau spectacle qu'on admire en voiture, et encore plus si on est dans les bouchons quand on quitte Oran pour aller à la plage l'été ! Mais le trésor d'Oran c'est vraiment pour nous le Fort de Santa Cruz qui surplombe la baie d'Oran et offre une vue magnifique sur toute la ville avec en contrebas cette statue de Marie au sommet de la basilique Notre-Dame-du-Salut qui domine la ville et fait immédiatement penser au Corcovado de Rio dans un pays pourtant musulman mais où le christianisme est accepté. Le site de la basilique vient d'ailleurs d'être superbement restauré, après des travaux dirigés par l'évêque d'Oran, Jean-Paul Vesco, une restauration délicate mais réussie d'un montant total de 4 millions d'euros. Si vous n'êtes jamais allé à Oran, c'est vraiment par là qu'il faut commencer la visite car vous serez non seulement saisi par la beauté de la ville mais, surtout, vous aurez une vue imprenable sur l'agglomération, notamment grâce à la nouvelle plateforme panoramique au-dessus de la basilique, et pourrez admirer la corniche vue du ciel ou presque.

Au niveau économique, Oran, chef-lieu de la wilaya, est une ville qui vit de l'industrie avec de nombreuses usines à Arzew-Bethioua, Es Senia et Hasi Ameur. C'est aussi un grand centre commercial dont le port enregistre un important trafic avec l'Europe.

La qualité de vie des Oranais s'est améliorée ces dernières années. Pour résoudre le problème du manque de logements, de vastes programmes de construction ont été mis en place et des bidonvilles ont été détruits pour construire des logements neufs tandis que les populations ont été relogées.

Mais les travaux continuent et la ville est en constante amélioration avec des grues qui signalent les chantiers, et particulièrement depuis l'annonce des Jeux méditerranéens de 2021 qui auront lieu à Oran. La ville est actuellement en train d'améliorer ses infrastructures routières avec la construction, toujours en cours, de la 2e rocade aussi appelée 5e boulevard périphérique. D'une longueur de 21 km, cette nouvelle route permettra de désengorger le centre-ville souvent saturé par la circulation. Cette route doit aussi relier Belgaid à El Kerma par une bretelle à l'autoroute Est-Ouest ce qui aura pour effet de fluidifier la circulation dans toute la wilaya d'Oran. L'autre grand projet c'est la construction d'une liaison autoroutière entre le port d'Oran et l'autoroute Est-Ouest, il permettra aussi de faciliter la circulation dans le centre-ville...

Les lieux incontournables d'ORAN

Les circuits touristiques à ORAN

L'Oranie et les jardins de la Saoura

Si on dispose de dix jours, on peut cette fois partir vers l'Oranie et plus au sud à la découverte de Taghit et de Timimoun, joyaux du désert. Il faudra compter une grande journée de voiture entre Tle...

L'Algérie d'est en ouest

Ce circuit permet de parcourir le fabuleux littoral d'El Kala, aux frontières tunisiennes à Ghazaouet, aux frontières marocaines à la découverte de ses grandes villes côtières qui y ont trouvé une pla...

Photos d'ORAN

Découvrir ORAN

Les plus d'Oran

Authenticité et virginité des sites

En partie à cause des années noires qui ont paralysé le pays pendant plus de dix ans et certainement à cause du pétrole, qui enraye le développement des autres secteurs, dont celui du tourisme, l'Algérie n'a pas suivi la frénésie touristique qui s'est emparée de ses voisins, le Maroc et la Tunisie. Certains verront là une tare, d'autres, en revanche, diront que c'est une chance ; que l'Algérie est vierge et préservée de tous les vices du tourisme de masse. Et c'est vrai. Si les infrastructures hôtelières ont pendant longtemps manqué de confort, elles tendent vraiment à s'améliorer et c'est particulièrement le cas à Oran ou encore à Tlemcen. Mais, encore une fois, on est loin des complexes touristiques de masse qu'on peut trouver au Maroc ou en Tunisie. Donc l'Algérie charmera malgré tout qui se donnera le temps de l'apprécier, mais aussi qui est un peu aventurier et surtout qui aime le tourisme en dehors des sentiers battus.

Un littoral superbe

La côte de la région oranaise est très belle. Il suffit de prendre la route de la corniche pour s'en apercevoir. Avec ses airs d'Esterel et son relief découpé, la corniche oranaise est superbe. Les plages de la région sont aussi parmi les plus belles d'Algérie. Le sable fin de Aïn el Turck, la jolie plage de Madagh et les criques de Mostaganem sont une heureuse invitation au farniente.

L'été, les hôtels en bord de mer sont souvent complets et on comprend facilement pourquoi...

Pas moins de 26 millions de vacanciers ont ainsi fréquenté les plages de la région d'Oran pendant la saison estivale de 2015.

Héritage des civilisations et richesse du patrimoine culturel

L'Algérie est émaillée de repères historiques et de traces de passage des civilisations qui l'ont façonnée de l'Antiquité à nos jours, l'héritage est considérable à l'image des différentes conquêtes, occupations, dominations et dynasties... A Oran, vous pourrez ainsi admirer la belle forteresse de Santa Cruz héritée de l'époque espagnole, les vestiges d'un palais ottoman, des édifices Art nouveau ou Art déco, apports de la colonisation française. A Tlemcen, ce sont des mosquées des époques almoravide et zianide qui fascineront les visiteurs.

Hospitalité légendaire

Si, à cause des aléas de l'histoire, la crainte d'être mal accueilli en Algérie hante encore certains esprits et freine beaucoup à faire le voyage, il est temps de clamer qu'en Algérie les étrangers sont accueillis avec une chaleur qui fait souvent défaut dans nos sociétés occidentales. Dans la rue, si les regards peuvent paraître parfois oppressants, sachez que l'unique motivation de cette insistance est la curiosité. Il faut dire que les touristes étrangers ne courent pas les rues, surtout dans les grandes villes du Nord, alors la stupéfaction des Algériens d'apercevoir à nouveau des étrangers s'intéresser à leur pays est grande. Et ce sera le cas aussi le cas à Oran et dans d'autres grandes villes de la région comme Tlemcen. Quel bonheur de voyager dans un pays où la bienvenue est souhaitée à chaque coin de rue, où les portes s'ouvrent si chaleureusement. La gentillesse est ici sincère et désintéressée.

Reportages & actualités d'ORAN

Ailleurs sur le web
Avis