Se régaler à SÉVILLE

Horaires Horaires à SÉVILLE

Les horaires espagnols sont décalés par rapport aux nôtres : de 14h à 16h pour le repas de midi, le plus important, comida fuerte, et à partir de 21h pour le repas du soir. Les restaurants sont souvent fermés le dimanche soir et le lundi. A Séville, de nombreux restaurants, souvent les meilleurs, sont aussi fermés au mois d’août., voire dès la dernière semaine de juillet. 

Budget / Bons plans Budget / Bons plans à SÉVILLE

A Séville, on peut se restaurer pour tous les prix, même si en moyenne les prix sont moins élevés qu’en France. Plus que le menu del día, menu du jour, très fréquent en Espagne, les Sévillans préfèrent aller d’un bar à l’autre, en buvant une bière ou un verre de fino, vin de jerez, accompagné de poissons frits, de fruits de mer, de salades, de légumes ou de charcuterie.

Les bistrots de quartier sont les meilleurs endroits pour picorer (picar) à un prix variant de 2,50 à 5,50 € pour une tapa. Mieux vaut s’éloigner des quartiers trop touristiques pour rallier La Macarena, San Marco, San Luis ou Triana. Une fois assis, il est très fréquent et même recommandé de prendre un plat à « partager ». De plus, de nombreuses bonnes tables ont une barra, où l’on peut procéder à un tapeo à un moindre coût qu’assis en salle (entre 10 et 15 € par personne, boisson comprise). Vous pouvez aussi suivre une habitude espagnole qui a émergé durant la crise, vous rendre au marché faire vos emplettes et vous installer dans un parc ou le long du Guadalquivir. Côté restauration plus traditionnelle, cela dépend aussi de l’établissement. Un plat tourne autour de 10 à 15 €, mais les prix s’envolent plus si les restaurants sont primés (au-delà de 45 €). Et si jamais vous avez eu les yeux plus gros que le ventre, sachez que vous pouvez demander à emporter le reste.  Le doggy bag n'est pas encore systématisé, mais cela ne choquera personne.

En supplément En supplément à SÉVILLE

Les prix sont affichés tout compris. Mais pain, eau et couverts ne sont pas inclus. Il n’y aura donc pas de carafe d’eau, l’eau est en bouteille, con gas ou sin gas, plate ou gazeuse, en précisant si on la souhaite fraîche, fría ou à température ambiante, natural. Mais l’habitude de demander un verre d’eau (non facturé) se répand de plus en plus. Le pain sera facturé de 1 à 1,50 euros, généralement présenté avec les couverts, dans une panière. Si vous ne souhaitez pas de pain, dites non si on vous pose la question à la commande ou indiquez-le directement. Théoriquement, le service est inclus dans l’addition, mais on sera reconnaissant que vous laissiez de 5 à 10 % de la note, au titre du service. 

C’est très local C’est très local à SÉVILLE

L’art du tapeo est né en Andalousie. Vous aurez donc à cœur d’honorer cette belle tradition en changeant de crèmerie plusieurs fois lors de la déambulation de la mi-journée ou de la soirée. Le péché mignon des Sévillans à cette occasion : la dégustation de fruits de mer ou de petits poissons frits, accompagnés d’un verre de blanc. Egalement au menu des découvertes : le salmojero, soupe froide à la tomate plus consistante que le gaspacho ; la tortilla de camarones, galette croustillante à la crevette ; la cola de toro, queue de taureau souvent servie en ragoûts ; la mojama, thon fumé et bien sûr le jamón serrano ou ibérico, à déguster en très fines tranches.

Enfants Enfants à SÉVILLE

La plupart des restaurants proposent des menus « enfants » qui avoisinent les 10 €. Ils seront aussi très attentifs si vous souhaitez une modification due à une allergie ou autre. De manière générale, les enfants sont les bienvenus et vous serez surpris de voir à quel point ils sont présents dans les mêmes espaces que les adultes, quelle que soit l’heure. Pour les tout petits, certains ont des chaises spécifiques, pensez à les demander. Les freidurías qui servent poissons grillés et salades sont le lieu idéal pour les familles. 

Fumeurs Fumeurs à SÉVILLE

Après une période de transition, tous les établissements sont non-fumeurs depuis janvier 2011, sauf en terrasse. 

Les attrape-touristes Les attrape-touristes à SÉVILLE

Si vous voyez « hay paella y sangria », il y a de la paella et de la sangria, allez voir plus loin si vous y êtes. Dans les quartiers ou les zones très touristiques, mieux vaut éviter les établissements qui sont situés très à proximité des lieux les plus visités. Le flux aidant, la qualité y est rarement. 

Faire une pause à SÉVILLE

Horaires Horaires à SÉVILLE

Les bars pour boire un verre sont ouverts toute la journée et souvent toute la semaine. Le soir, il s’agit plus de bar de copas, fréquentés après le dîner, donc plutôt vers 23h et plus. Et ils ferment vers 2 ou 3h du matin. C’est le vendredi et le samedi soir qu’ils sont plutôt pris d’assaut. S’agissant du goûter, la merienda, c’est vers les 18h.

Budget / Bons plans Budget / Bons plans à SÉVILLE

Le prix dépend des établissements et des boissons prises. Comptez 1,50 € pour un café (surtout un cortado, l’équivalent de notre noisette), 2 € maximum pour une bière, cerveza et de 7 à 15 € pour un cocktail. Pas d’Happy hours, mais les prix sont moins chers qu’en France.

A partir de quel âge A partir de quel âge à SÉVILLE

L’âge d’accès à l’alcool est le même qu’en France : 18 ans. 

C’est très local C’est très local à SÉVILLE

L’été, tout le monde ou presque se met au Tinto de Verano, vin rouge avec de la gaseosa, limonade espagnole et parfois un trait de vin cuit en plus. Et après le repas, le chupito, petit verre de liqueur, est très fréquent. On ne s’y attend pas forcément, mais les Sévillans comme tous les Andalous sont de gros amateurs de bières, plutôt des blondes. Que l’on savoure debout, accompagnées de tapas (payantes). Au menu des goûters d’hiver, chocolate con churros : porras surtout (gros, mais assez creux, mais aussi madrilènes, plus petits et striés), que l’on déguste dans la rue ou qu’on emporte chez soi et en été, des glaces ou des petits gâteaux (tortas de aceite, galettes à l’huile, par exemple). La pâtisserie occupe une place de choix dans la gastronomie locale, avec de très jolis noms : cheveux d’ange, os de saints, coccinelles, etc. N’hésitez pas non plus à profiter des douceurs concoctées dans les couvents et au moment de la Semaine sainte, les torrijas, sorte de pain perdu, sont de retour.

Enfants Enfants à SÉVILLE

Ils sont toujours associés aux sorties. Donc vous les verrez, même très tard, accompagner les parents dans les fêtes patronales et debout sur les tabourets pour avoir la tête à la hauteur de la barra, ou carrément assis dessus. En revanche, pas dans les bars de copas ou les discothèques. 

Fumeurs Fumeurs à SÉVILLE

Il est interdit de fumer à l’intérieur des établissements. Mais c’est autorisé en terrasse.