Faymoreau, petit village du Bocage, a vécu, de 1827 à 1958, de l'extraction du charbon découvert par un sabotier Jean Aubineau qui creusait son puits, au lieu-dit La Blanchardière à Marillet près de Faymoreau. Dès lors, des concessions sont réparties pour exploiter " l'or noir ", d'abord consommé dans les fours à chaux, les briqueteries, les tuileries mais principalement dans une immense verrerie, bâtie en 1836 où 90 ouvriers verriers produisent jusqu'à un million de bouteilles par an jusqu'à la fin du XIXe siècle. En 1920, une centrale électrique prend le relais, absorbant jusqu'à 36 % de la production de charbon qui passe de 60 tonnes par jour à 50 000 à 60 000 tonnes annuelles à la Grande Guerre, nécessitant près de 500 ouvriers. La Société des Mines fait alors appel à une main-d'oeuvre étrangère, principalement polonaise, et bâti des corons pour les ouvriers et les contremaîtres, des logements pour les cadres, et l'hôtel des mines pour les voyageurs. Mais à partir de 1948, le gisement de charbon s'épuise, la production de minerai diminue considérablement et l'extraction devient trop coûteuse. La centrale électrique ferme en 1955 et la mine le 28 février 1958. Aujourd'hui encore, le village de Faymoreau a conservé son aspect du " temps de la mine ", avec ses corons, ses jardins ouvriers, son Hôtel des Mines. En 2000, L'ancien dortoir des verriers est devenu le musée du Centre Minier, la chapelle s'est ornée d'exceptionnels vitraux réalisés par l'artiste Carmelo Zagari et l'ancienne retenue d'eau de la centrale électrique, bordée de cabanes sur pilotis est devenue un lieu de pêche et de promenade. Depuis juin 2018, le nouveau musée du Centre minier propose un voyage dans l'histoire de la petite mine du bocage.

À voir / À faire à Faymoreau

Comment partir à Faymoreau ? Nos conseils & astuces

Organiser son voyage à Faymoreau

Photos de Faymoreau

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

9.95 €
2018-06-06
432 pages
Ailleurs sur le web
Avis