Une exposition où l'on ne repart pas les mains vides, cela existe. À l'origine, le concept vient de la Serpentine Gallery à Londres où en 1995, les visiteurs étaient invités voire encouragés à toucher, utiliser ou emporter avec eux les projets et idées des artistes invités. Christian Boltanski, le commissaire de l'époque remet ça à la Monnaie de Paris avec Hans Ulrich Obrist en renouvelant le concept. C'est une véritable interrogation sur la oeuvres d'art, vouées à se disperser. Yoko Ono, déjà de la partie il y a 20 ans, proposera par exemple que l'on reparte avec quelque chose que nous partageons tous, une " capsule d'air ". Ce n'est pas du vent...

Tarif plein : 12 €. Tarif réduit : 8 €.

Du 16 septembre au 8 novembre à la Monnaie de Paris.

Plus d'informations