Le guide touristique BALÉARES / IBIZA-MINORQUE-MAJORQUE-FORMENTERA du Petit Futé : Survol des îles

Survol des îles

Les Baléares sont un groupe d'îles installées quasiment au milieu de la Méditerranée, à environ 200 km au large de la péninsule ibérique. Elles font partie de l'Espagne depuis le Moyen Age. Le 25 février 1983, l'archipel est devenu une communauté autonome administrée par un gouvernement local, El Govern Balear, ayant sa propre compétence. Le siège du gouvernement se trouve à Palma, capitale de cette communauté qui regroupe plus d'un million d'habitants. Dans chaque île, un consell insular (conseil insulaire) gère les affaires îliennes en toute indépendance.

GéographieHaut de page
Cala Pi, plage au fond d'une cala profonde.
Cala Pi, plage au fond d'une cala profonde.

La communauté autonome des Baléares se compose géographiquement d'un groupement d'îles réparties en deux archipels distincts : l'archipel des Baléares proprement dit, au nord, dominé par l'île de Majorque et de Minorque ; et l'archipel des Pityusas, au sud du précédent, comprenant l'île d'Ibiza et Formentera. L'archipel des Baléares se compose d'un petit essaim d'îles dont les plus importantes sont Majorque, avec 3 625 km², et Minorque, avec environ 701 km². Plus grande île du vaste archipel des Baléares, Majorque mesure 100 km d'est en ouest et 80 km du nord au sud. C'est l'île qui possède la plus grande variété de paysages, avec des côtes sableuses et rocheuses, mais surtout deux cordillères montagneuses dont les sommets culminent, pour la Serra de Tramuntana, à plus de 1 400 m d'altitude, comme le bien nommé Puig Major (1 445 m). Entre les deux sierras, on trouve une vaste dépression où sont installées les principales, mais modestes, agglomérations de l'île. Le reste de l'espace est voué à l'agriculture et essentiellement à l'arboriculture (orangers, citronniers, figuiers, etc.). L'autre grande île de l'archipel Nord, Minorque, est presque six fois plus petite que son imposante voisine mais est toutefois la deuxième île par la superficie de la communauté autonome. Longue d'environ 48 km et atteignant 20 km dans sa plus grande largeur, elle est extrêmement ventée et parsemée de murets qui en font son charme. Dotée d'un modeste couvert végétal, Minorque est dominée par un sommet, modeste lui aussi, le monte Toro, qui culmine à 357 m. L'île compte deux importantes agglomérations, Maó à l'est et Ciutadella à l'ouest, qui regroupent les deux tiers de la population. Entourant Majorque et Minorque, on trouve un semis de petites îles dont les plus importantes sont Sa Dragonera et Cabrera, respectivement à l'ouest et au sud de Majorque. Le second archipel de la communauté autonome est celui des Pityusas, composé principalement par les îles d'Ibiza et de Formentera. Ibiza (130 000 habitants) est, par sa superficie, la troisième île des Baléares avec 570 km². Longue de 40 km et large de 20 km, elle est extrêmement montagneuse et couverte encore, en certains endroits, d'une forêt primitive de pins, ces arbres qui ont donné leur nom à l'archipel des Pityusas (" recouvert de pins "). On n'y trouve que de rares plaines dominées par le mont Sa Talaiassa, haut de 475 m. Elle est rattachée à sa voisine Formentera par une suite de rochers et d'îlots. Formentera ressemble, par sa forme, à la Guadeloupe, en moins exotique et tropicale. Elle est formée de deux parties bien distinctes, l'une très plate et l'autre montagneuse, dominée par le Puig La Mola (192 m) et rattachée à la première par une étroite bande de terre. Les quatre principales îles des Baléares, Majorque, Minorque, Ibiza et Formentera ont une superficie totale de près de 5 000 km².

Géologie : le relief des Baléares tire son originalité de la présence de sierras et de basses plateformes de grès calcaire. Puisque les Baléares sont le prolongement de la chaîne Bétique, on y observe les mêmes plissements alpins, la même orientation sud-ouest-nord-est que dans la chaîne située en Espagne continentale. Ainsi, l'île d'Ibiza est le prolongement montagneux de Majorque.

Plage de Cala Benirrás.
Plage de Cala Benirrás.

Hiver. Le climat des Baléares, de type méditerranéen, paraît délicieusement doux en hiver puisque la moyenne des températures ne descend pas en dessous des 12 °C, mais il est évident que les touristes sont moins nombreux aux Baléares en hiver qu'en été ! Or, c'est précisément pour cette douceur hivernale que nombre d'Européens ont choisi de s'installer dans l'archipel, les mois d'hiver (décembre, janvier et février) constituant l'époque la plus tranquille. Si le temps peut parfois paraître instable, les journées sont le plus souvent ensoleillées, claires et limpides. Sous un ciel d'un bleu intense, la journée offre un climat printanier, mais la température chute le soir avec des nuits fraîches. Ainsi, la veste ou le manteau ne sont nécessaires qu'à la tombée du jour. On peut très bien rester en pull, surtout à Ibiza et Formentera, plus méridionales. Au mois de février, les amandiers à Ibiza commencent leur floraison et l'île se couvre de blanc et rose un peu partout. Sont à remarquer les plaines de Santa Agnès de La Corona. Les balades dans le centre de l'île, comme à Sant Mateu, sont de toute beauté. Le climat reste doux. A Minorque, la tramontane exige une bonne protection contre le froid et le vent.

Printemps et automne. Ces périodes sont très variables, mais c'est à ce moment que l'on peut goûter les plus belles semaines de l'année avec un ensoleillement parfait et une température idéale. Le printemps et le mois de septembre sont la meilleure période pour découvrir la lumière et la végétation des Baléares. Il peut y avoir quelques jours d'une pluie sporadique mais forte. S'il est rare qu'il pleuve pendant une journée entière, en revanche, cela peut durer une longue semaine à la période de l'équinoxe. Au printemps, sous un ciel d'orage, il ne fait pas froid, pas même frisquet. Les orages sont bruyants, forts et magnifiques. Aussitôt après, au plus tard le lendemain, la température remonte à 25 °C. Le soleil réussit toujours à réchauffer l'air et à sécher la terre. Malgré des pluies impressionnantes mais passagères, l'archipel, comme la péninsule Ibérique, subit la sécheresse depuis plusieurs années. Dernièrement, les pluies sont devenues plus sporadiques, moins violentes, et la sécheresse aux îles Baléares a été plus importante que celle des régions dites très arides de la péninsule.

Eté. La grande saison touristique commence en juin, parfois à la mi-mai pour ceux qui ont la chance de profiter des vacances à cette période précoce. Le temps est chaud et le soleil tape. Le ciel est bleu et l'eau est fraîche, mais les plages sont plus calmes. Le soir, la température fraîchit et on supporte une petite laine. Le vent d'est ou llevant peut souffler. Juillet sonne le début de l'invasion touristique. Evidemment il fait plus chaud, parfois même trop, jusqu'à 40 °C. Août voit le summum de l'agitation à laquelle seule Minorque échappe, ce qui lui confère une atmosphère de tranquillité et de fraîcheur.

Environnement – écologieHaut de page

Si la ville de Palma et l'île de Majorque, la plus riche et la plus tertiaire de l'archipel, ont décollé avant les autres, elles ont aussi subi toutes les erreurs urbanistiques. Minorque a su rester discrète et prudente, mais Ibiza n'a pas été épargnée par le tourisme de masse : l'île a vu certains de ses plus beaux sites défigurés. Les autorités locales, comprenant enfin que le meilleur spectacle à offrir aux touristes est celui de la nature, ont décidé de protéger les espaces naturels épargnés. Les populations sont également sensibilisées et le respect de la nature fait partie du quotidien. Pour preuve, des poubelles vertes avec des sacs plastiques prévus pour ramasser les crottes de chien sont à disposition et les insulaires y voient une mission de civisme de première importance. Tout cela donne un côté agréable aux villes où il fait bon flâner. Nous comptons sur vous pour pérenniser cette tradition !

Classée réserve de la biosphère par l'Unesco en 1993, Minorque abrite une grande variété d'écosystèmes et d'espèces endémiques qui ont pu être protégées des ravages du tourisme. Si l'ensemble de l'île est protégé, son site le plus précieux est le parc naturel de S'Albufera des Grau, une zone humide qui constitue un véritable paradis pour les oiseaux. Le site est d'ailleurs classé zone de protection des oiseaux (ZEPA). Ibiza se distingue également pour la richesse de ses écosystèmes marins et côtiers. La présence de posidonies dans les fonds marins, espèce endémique du bassin méditerranéen, entretient une vie marine diverse.

Parcs nationauxHaut de page
Es Vedrà et la Torre del Pirata.
Es Vedrà et la Torre del Pirata.

L'Espagne est l'un des pays les plus riches de l'Europe écologique. Pour préserver ce patrimoine naturel, constitué aussi bien de forêts et de montagnes que de déserts et de marais, il a fallu organiser des unités de conservation, actuellement distribuées entre parcs nationaux (les plus grands) et parcs naturels (les plus nombreux). Majorque compte aujourd'hui 3 parcs naturels, 1 parc maritimo-terrestre et 48 espaces naturels, dont le beau et riche parc d'Albufera, ainsi que 20 propriétés rurales publiques, soit un tiers du territoire rural de l'île. Minorque offre 23 espaces naturels protégés. Ibiza a créé 9 espaces naturels protégés et 1 propriété rurale publique. Enfin, sur Formentera, on compte 9 espaces naturels protégés qui occupent la majeure partie d'un territoire faiblement peuplé. Un parc national doit occuper une surface suffisamment vaste pour nécessiter une gestion au niveau national. Il doit, en outre, présenter un grand intérêt biologique pour justifier sa préservation. L'Espagne abrite, outre 7 parcs péninsulaires, 5 parcs insulaires. Si les Canaries comptent quatre sites protégés, les Baléares ne sont pas en reste pour autant avec à leur actif le seul parc national maritime d'Espagne : l'archipel de la Cabrera. S'étendant sur quelque 8 703 ha de calcaire, ce minuscule archipel méditerranéen à la végétation dense est réputé pour les nombreux oiseaux qu'il accueille. Rapaces en tout genre, mais aussi cormorans et mouettes, comblent les ornithologues.

Faune et floreHaut de page
Faune sauvage de Majorque.
Faune sauvage de Majorque.

La faune des îles Baléares montre une relative pauvreté quant à la variété des espèces prospérant sur l'ensemble du territoire, majoritairement des oiseaux. Ils peuplent des zones bien précises du territoire îlien, éloignées des grands lieux touristiques et urbains et propices à la nidification. Il faut faire une distinction entre les oiseaux sédentaires et les oiseaux migrateurs en provenance d'Afrique ou d'Europe du Nord, qui choisissent chaque année les Baléares comme lieu de nidification. Selon la nature de l'habitat (étang, bordure côtière, montagne, rocher...), on trouve donc une grande variété d'espèces : des passereaux (fauvettes, chardonnerets, merles ou encore l'étrange huppe fasciée) en passant par les échassiers (flamants roses, hérons, cigognes...), les rapaces (faucons, aigles, dans le massif d'Artà à Majorque, difficiles à observer...) et oiseaux aquatiques (pélicans, goélands, mouettes...).

La faune des Baléares est également constituée des animaux de nos forêts et de nos sous-bois. On peut croiser en effet, lors d'excursions dans la sierra de Tramuntana, des lapins, des perdrix et même des sangliers. Enfin, le long des rivages, la quasi-totalité des espèces marines peuplant la Méditerranée est visible, au choix, en plongée ou dans les assiettes des nombreux restaurants spécialisés.

Majorque : on trouve de nombreuses espèces concentrées dans la sierra de Tramuntana, sur les étangs de l'Albufera dans le Nord de l'île, ou sur les étangs de la pointe sud, près de Punta Volantina. Majorque compte 3 parcs naturels où l'on trouve notamment de nombreux oiseaux migrateurs et marins.

Minorque : à proximité de Maó, c'est dans l'Albufera d'es Grau que s'expose la plus grande concentration d'oiseaux.

Ibiza et Formentera : ici, les plus beaux et nombreux spécimens d'oiseaux se rencontrent dans les anciennes salines dont l'exploitation est aujourd'hui arrêtée. La faune des Pitiusas (Ibiza et Formentera) comprend aussi une grande variété de petits lézards et de geckos, d'une couleur verte très soutenue ou dans des coloris se rapprochant du bleu turquoise. Ils font partie, à Formentera, des espèces protégées. Le lévrier d'Ibiza, ou ca eivissenc, est un chien à poil ras de couleur claire. Il ressemble étonnamment à ceux que l'on voit sur les documents égyptiens du temps des pharaons.

Elle présente, sur les quatre principales îles, une relative unité, avec quelques particularismes.

Majorque : les nombreuses espèces d'arbres peuplent principalement les parties accidentées de son relief. Dans la sierra de Tramuntana - jusqu'à 1 000 m d'altitude environ - règne en maître le chêne vert. Il bénéficie, principalement sur le versant nord-ouest de l'épine dorsale majorquine, de conditions climatiques particulières, marquées par des pluies fréquentes qui lui permettent de prospérer aisément. Sur le versant sud-est, on trouve des espèces beaucoup plus communes au monde méditerranéen : quelques chênes verts, mais principalement des pins d'Alep qu'accompagnent en nombre oliviers, amandiers, figuiers, ou encore caroubiers, importés au fil des siècles du continent européen et du continent africain, et qui composent aujourd'hui un paysage coloré et méditerranéen. Il est fort courant également de découvrir des citronniers et des orangers sur les pentes de la sierra comme en plaine lorsqu'ils font l'objet d'une exploitation intensive destinée à l'exportation. Hors de la Serra de Tramuntana, le poumon vert de l'île, le couvert végétal est relativement réduit, excepté dans les zones protégées et autour de Pollença.

Minorque : elle possède une végétation qui lui est propre. Balayée par les vents, on rencontre beaucoup plus d'arbustes que d'arbres à proprement parler, des conifères essentiellement. De plus, les dieux phéniciens et grecs ne l'ont pas dotée d'une grande fertilité. On trouve des figuiers, quasiment les seuls arbres fruitiers de l'île. L'une des activités majeures de l'économie minorquine est d'ailleurs l'élevage et non la culture.

Ibiza : comme Majorque, Ibiza est encore couverte d'une partie de sa forêt originelle. L'île a aussi une grande variété d'arbres fruitiers : amandiers, caroubiers, figuiers bien sûr, mais aussi palmiers ou encore bougainvilliers. Si ses reliefs ne sont guère élevés, ils n'en sont pas moins omniprésents sur toute la superficie insulaire. Le couvert végétal est constitué de plusieurs dizaines d'espèces d'arbres, comme le pin, le noyer, le genévrier, l'olivier et le caroubier. L'arbre le plus courant à Ibiza est la sabine, sorte de pin au bois très dur qui entrait dans la construction de toutes les anciennes maisons de paysans, souvent sous forme de poutres ou comme élément décoratif. Toutes sortes de cactus sauvages donnent aussi un aspect rustique et sec à l'ensemble de la végétation.

Formentera : sa modeste superficie (moins de 85 km²) et son faible relief expliquent la nature très particulière de sa végétation qui ressemble beaucoup à celle de Minorque. On y trouve une variété de pins de très petite taille par rapport à leurs congénères prospérant sur les autres îles, et quelques espèces d'arbres fruitiers, essentiellement des figuiers, mais aussi des amandiers.

Ailleurs sur le web

Liens utiles Baléares

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté