Guide de Crète : Survol de la Crète

Géographie

Avec 8 400 km², la Crète est la cinquième plus grande île de la Méditerranée après la Sicile, la Sardaigne, la Corse et Chypre. D'une longueur de 250 km, sa largeur varie entre 12 km et 60 km, ce qui lui donne son aspect plat si caractéristique.

Descendant plus bas que les côtes du Maghreb, la Crète est le point le plus au sud de l'Europe après l'île de Chypre, à seulement 300 kilomètres des côtes libyennes. Sur une carte, elle marque la limite sud du bassin égéen qui comprend toutes les îles grecques (à l'exception de Corfou et des îles qui l'entourent).

De loin, la Crète ressemble à un immense rocher isolé au milieu de la mer. En effet, sur pratiquement toute la longueur de l'île, les montagnes se succèdent pour se jeter dans la mer au nord et au sud. Quatre chaînes de montagnes dominent et sont séparées par des plaines et des hauts plateaux où l'agriculture est riche. A l'ouest, le massif des Montagnes blanches (Lefkà Ori) culmine à 2 453 m, et les sommets y sont souvent couverts de neige, d'où leur nom. On y trouve également les plus grandes gorges, celles de Samaria, s'étirant sur 17 kilomètres avec un dénivelé total de 1 227 m. Au centre, entre Héraklion et Agia Galini, s'élève la chaîne de l'Ida qui, avec 2 456 m, est le sommet le plus haut de l'île. Plus à l'est, au-delà de la grande plaine centrale, s'élèvent les monts Dikti à 2 148 m. Enfin, à la pointe est, le massif de Sitia atteint 1 476 m.

L'une des particularités de la Crète est également de renfermer de nombreuses grottes sur son territoire, grottes qui ont parfois fait l'objet d'un culte aux dieux ou servi d'habitations pour les hommes, de refuges pour les animaux. La grotte de Gouverneto par exemple a servi à l'ermite Jean. Milatos est une grotte historique où s'affrontèrent ottomans et villageois. Mêmes les grottes de la touristique Matala sont une particularité de la géographie crétoise qu'il ne faut pas louper. On peut, dans toutes ces grottes, observer le développement d'une faune très spécifique (insectes notamment).

Quant aux gorges, tout aussi typiques des paysages accidentés que les grottes, elles creusent le territoire crétois en de nombreux endroits, et sont le plus souvent asséchées en été, permettant alors (quand un chemin est balisé) de superbes randonnées. Certaines gorges sont plus humides et donc une flore plus dense s'y développe, comme à Chochlakies - dans les plus arides, comme Imbros où la rivière a séché et sert désormais de chemin, ce sont surtout des plantes aromatiques qui poussent.

Enfin, il existe en Crète une garrigue appelée phrygana, elle se retrouve dans les terres et sur la côte de l'île. A l'automne et au printemps, les fleurs font leur apparition dans la phrygana pour quelques mois. Dans cette terre qui s'accommode de l'aridité, beaucoup d'espèces se développent (comme le fameux thym crétois).

Le plus long fleuve de Crète est le Yeropotamos, situé dans la vallée de Messara au sud de l'île, il s'étire sur 45 km et se jette dans la mer de Libye près d'Agia Triada. Enfin, le seul lac d'eau douce de Crète (ce qui peut paraître étonnant compte tenu du nombre de montagnes) est le lac de Kournas, entre Rethymnon et Hania. Découvrez aussi les célèbres et magnifiques plateaux du Lassithi (anciennement recouverts de moulins à vent) et de Nida.

Climat

Certains voyageurs considèrent le climat de la Crète comme le meilleur au monde, ce qui expliquerait, entre autres, l'extraordinaire longévité de ses habitants. En effet, la situation géographique de l'île lui fait profiter d'un climat méditerranéen chaud et sec, atténué par des vents, comme le meltem venant du nord qui l'adoucit sous forme d'une brise agréable. Nullement stoppés par les montagnes, ces vents deviennent au contraire plus forts et soufflent sur la côte sud, où vient parfois s'ajouter le sirocco venant du Sahara.

Par conséquent, on peut admettre que le climat crétois est plus favorable au nord qu'au sud de l'île. Au printemps, qui débute en mars, les journées sont déjà longues et chaudes. Les précipitations sont peu nombreuses. Avril et mai sont sans doute les meilleurs moments pour venir profiter de la Crète, alors couverte de fleurs. En été, les températures peuvent atteindre 40 °C, mais les vents rafraîchissent l'atmosphère, la rendant plus supportable que sur le continent où elle est pourtant moins chaude. L'automne est la saison la plus humide, surtout à partir du mois de novembre. En hiver, si les températures ne baissent jamais trop, il peut cependant arriver que des chutes de neige modifient l'aspect de l'île et offrent même la possibilité de skier sur certains sommets. Ceux de Dikti et Psiloritis garderont sûrement la neige jusqu'au printemps, en raison de leur altitude. Avec 300 jours de soleil par an, la Crète est la région la plus ensoleillée de toute la Grèce. L'été, grâce à ses conditions climatiques idéales, on peut observer les étoiles très nettement.

Environnement – écologie

Depuis son entrée dans la Communauté européenne en 1981, on constate une certaine prise de conscience concernant les problèmes liés à l'écologie, et des actions concrètes se mettent en place pour protéger l'environnement en Grèce.

La Crète participe ainsi au programme européen " Natura 2000 " pour la conservation et la protection de l'environnement naturel, luttant contre la menace d'extinction de certaines espèces en danger (tortues de mer, phoques...) et contre la détérioration de l'environnement en protégeant certaines régions (Gavdos, île de Chrissi...).

En termes d'énergie alternative, si les panneaux solaires restent trop rares (et pourtant le soleil brille 300 jours par an), les éoliennes se multiplient dans le paysage crétois, notamment dans l'est de l'île. Le problème écologique majeur à prévoir sur l'île concerne l'eau potable. En effet, le développement d'un tourisme massif en nécessite des quantités gigantesques. Or, le traitement des eaux usées n'est pas encore maîtrisé (la majeure partie étant rejetée telle quelle dans la mer...).

La préfecture de Hania a d'ailleurs été condamnée lourdement en 2000 (après 20 ans de procédure !) par la Cour européenne pour avoir mis en danger la santé de ses habitants, en n'éliminant pas les déchets toxiques (provenant d'hôpitaux et de bases militaires) qui avaient pollué certains cours d'eau. Par ailleurs, l'Europe ayant adopté le protocole de Kyoto, la Crète s'est collectivement engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 8 %. Aujourd'hui, la Grèce apparaît comme le mauvais élève de l'Europe, puisqu'en avril 2008 le comité de contrôle de Kyoto a déclaré la Grèce en situation de " non-conformité ". Depuis, avec la plongée de la Grèce dans une crise économique sans précédent, les priorités environnementales sont tombées aux oubliettes... En 2013, Athènes a adopté un cadre législatif d'exception accordant au Ministère du tourisme de larges pouvoirs. Cela a ouvert la voie à l'implantation de gros complexes touristiques sur les côtes grecques.

L'arrivée au pouvoir du parti Syriza en janvier 2015 ne change pas vraiment la donne : les questions environnementales ne semblent pas être la priorité du Premier ministre Aléxis Tsípras. Certaines ONG reprochent ainsi au gouvernement son manque d'investissement dans les questions environnementales.

Parcs nationaux

Le Parc national de Samaria s'étend sur 4 850 hectares, du mont Omalos à la mer de Libye (à Agia Roumeli). Il est également appelé parc des Montagnes blanches de Crète, un massif comprenant une trentaine de sommets de plus de 2 000 m. Les sommets sont blancs car ils sont presque dépourvus de végétation, et se composent principalement de calcaire, de dolomite et de granite.

Les gorges de Samaria sont reconnues comme réserve de biosphère par l'Unesco depuis 1981. Leur traversée est un parcours de 16 km à réaliser à pied ; il y passe plus de 4 000 randonneurs par jour en haute saison. Dans le Parc national, on recense plus de 450 espèces végétales, 70 d'entre elles étant endémiques, comme le dictame, l'ebenus, le pin de Crète, le buplèvre et le myosotis qui prolifèrent uniquement dans les gorges. De profonds ravins, des ruisseaux, des sources d'eau très pure et des forêts denses de cyprès, de pins et de chênes verts composent ce lieu unique et extraordinaire.

Par ailleurs, il existe en Grèce des " monuments naturels protégés " : il s'agit en réalité d'arbres remarquables, soit par leur âge, soit par la légende ou l'histoire existant autour (en Crète, le platane toujours vert d'Azogiron à Hania ou celui de Phaestos, dans le sud de l'île, en sont des exemples vivants).

Faune et flore
Faune

Il y a assez peu de mammifères en Crète, en dehors des moutons, des chèvres et des ânes, pratiquement tous domestiqués, et de quelques rongeurs dont le rat épineux de Crète caractérisé par ses petits piquants sur le corps.

Les kri-kri, appellation locale d'une race de chèvre à bézoard, sont un des symboles de la Crète. La protection officielle dont elles jouissent n'a pas empêché leur disparition progressive due à une chasse intensive. Elles restent assez difficiles à apercevoir, hormis dans les gorges ou les secteurs escarpés. Les kri-kri, qui furent importées en Crète, ne se trouvent désormais plus que sur cette île : elles en sont donc devenues endémiques.

Les lapins et les lièvres ont été largement chassés (on croise tout de même des lièvres bruns, très présents en Grèce).

Les chats sauvages sont légion en Crète. Une espèce endémique de chat sauvage, fourogatos, attise actuellement la curiosité des scientifiques.

De nombreux chiens sauvages errent souvent en meutes, dans les villes, à la recherche de nourriture. En général, ils ne sont pas agressifs car trop habitués à côtoyer des touristes toute l'année.

Les reptiles sont en revanche beaucoup plus nombreux : serpents (inoffensifs pour la plupart, à l'instar de la couleuvre chat), grenouilles (rainette et crapaud vert), lézards, et surtout quelques caméléons qui raviront ceux qui auront la chance d'en croiser. Sur certaines plages (particulièrement autour de Rethymnon, Hania et dans la baie de Messara), des tortues de mer viennent pondre leurs oeufs. L'espèce de ces tortues Caretta caretta étant en danger, elle fait l'objet depuis 1982 de la protection de la Sea Turtle Protection Society of Greece (STPS). Les associations pour leur défense tentent de sensibiliser et de récolter des fonds auprès des touristes.

Les animaux les mieux représentés sont finalement les oiseaux, notamment les rapaces. On les verra surtout au printemps et en automne. On rencontre ainsi une variété propre à l'île de gypaètes barbus (un des oiseaux les plus rares), des vautours (fauves pour la plupart), des martes, des éperviers, des aigles royaux, des buses, des faucons (pèlerins et crécerelles) et quelques vautours à l'ouest. On observe également des chouettes effraies et des hiboux petits ducs. La présence de ces rapaces, très peu chassés par l'homme, s'explique en raison du caractère montagneux de l'île. De nombreuses espèces d'oiseaux peuplent par ailleurs le ciel crétois : fauvette, rouge-gorge, perdrix choukar, merle bleu, alouette, guêpier, grimpereau, mésange ou encore pipit rousseline. Pour les amateurs de belles couleurs, les papillons offrent un merveilleux spectacle lors de la saison chaude.

Les eaux crétoises sont également riches, particulièrement sur la côte nord de l'île. On y trouve des mérous, des espadons, des rougets, des dorades, des sardines mais surtout des poulpes, pêchés avec le kamari, sorte de trident et attribut traditionnel de Poséidon. Sans oublier les dauphins qu'il n'est pas rare de croiser dans les eaux de la mer de Libye, ou encore les cachalots sur la pointe sud-ouest. L'île regorge de pêcheurs amateurs et professionnels, et la surabondance de pêche ainsi que sa pratique illégale à l'aide de dynamite conduisent peu à peu à la disparition des poissons et à la destruction des fonds marins.

Flore

Contrairement aux idées reçues, et grâce aux vents chargés d'humidité, la Crète est assez boisée en comparaison avec d'autres îles de la région. Il existait autrefois de vastes forêts de cèdres sur toute l'île mais les Minoens puis les Vénitiens les exploitèrent pour les besoins de construction. Enfin, les Turcs achevèrent l'oeuvre de destruction en incendiant toutes les forêts restantes dans lesquelles se réfugiaient les résistants crétois.

Aujourd'hui, la végétation est donc composée de buissons et d'arbustes, parmi lesquels des mimosas, des genêts d'Espagne, des pistachiers et des tamaris. On estime que la flore est composée de plus de 2 000 espèces de plantes différentes dont environ 160 sont endémiques. On trouve pins et érables dans la montagne, et cyprès et platanes sur la côte. Des lauriers roses, qui fleurissent de juin à août, sont visibles le long des routes et dans les ravins.

L'olivier demeure néanmoins l'arbre typique du paysage crétois et sa culture est ancestrale. Il existait déjà à l'époque minoenne et avait, en raison de sa longévité, un caractère sacré (de nombreuses peintures et sceaux représentent le culte de cet arbre comme un hymne à la vie). Si le bois de l'olivier est précieux, son huile l'est encore plus. Elle est utilisée en cuisine, principalement crue. Autrefois, elle était utilisée comme onguent ou parfum corporel. Aujourd'hui, elle est à la base du fameux régime crétois.

Un autre végétal était aussi connu au temps des Minoens et très utilisé : le lin. Ses utilisations étaient multiples, aussi bien industrielles (fabrication de tissu), alimentaires que médicinales (confection de médicaments contre la toux). Le genévrier de Phénicie (kedros) se trouve presque exclusivement sur l'île de Gavdos ; son essence était exportée vers l'Egypte pour embaumer les morts. La Crète est aussi célèbre pour son incroyable luxuriance en plantes aromatiques (thym, sauge, menthe, dictame, origan...) et fleurs de toutes sortes.

La fleur crétoise reste par excellence l'orchidée. On la trouve aussi bien au niveau de la mer qu'à une altitude de 2 000 m, avec une plus forte densité à mi-montagne. Elle est présente dans des formations végétales aussi diverses que des pâturages pierreux, des friches... On recense en Crète plus de 70 espèces d'orchidées, toutes terrestres. La plupart sont entomophiles, ce qui signifie qu'elles ont besoin des insectes (principalement guêpes et abeilles) pour leur fécondation et vont même jusqu'à pousser très loin la ressemblance avec leurs pollinisateurs. Ainsi le pétale inférieur de l'orchidée du genre Ophrys de Crète joue-t-il le rôle de miroir. Prisées des chercheurs, les orchidées sont également très appréciées pour l'originalité de leurs formes et de leurs coloris. Signalons également l'Ambelitsa (Zelkova de Crète) qui vient d'Asie et qui pousse exclusivement dans les environs des Lefka Ori, autour du plateau d'Omalos.

Adresses Futées de Crète

Où ?
Quoi ?
Ailleurs sur le web
Avis