Guide de la Jamaïque : Sécurité et accessibilité

Criminalité. C'est en grande partie à la violence des ghettos de Kingston que la Jamaïque doit son taux de criminalité élevé. Les armes y sont monnaie courante, et si on ajoute à cela le trafic de drogue et les querelles politiques entre gangs, on arrive à des taux d'homicides records. Avec 1 133 homicides par an en 2013 (soit plus de 3 meurtres par jour), la Jamaïque est le 6e pays dans le dramatique classement du plus fort taux de criminalité par habitant (41,1 homicides pour 100 000 habitants) selon un rapport de l'ONU. Cette criminalité est toutefois confinée dans les quartiers pauvres de la capitale ; il s'agit pour la plupart de règlements de compte entre gangs et/ou entre trafiquants.

Drogue. La possession de drogue a été dépénalisée en 2015, alors qu'elle était auparavant considérée comme un crime. Aujourd'hui, on peut donc se balader avec des petites quantités de ganja - dans un pays où sa consommation est usuelle. Les habitants pourront désormais détenir un peu moins de 57 grammes sans que cela soit considéré comme une infraction criminelle, mais restera néanmoins une petite infraction. Officiellement, la marijuana pourra aussi être utilisée dans un contexte religieux en toute légalité par les membres du mouvement rastafari, et les touristes munis d'ordonnances seront autorisés à en acheter de petites quantités. La discrétion reste donc de mise pour les voyageurs.

Femme seule en voyage

Les Jamaïcains sont généralement polis et courtois. Ainsi, une femme voyageant seule se verra souvent interpellée en des termes flatteurs (empress, princess, queen, sista, etc.). Malgré tout, il faudra se méfier de certaines propositions, surtout dans les grands centres touristiques comme Negril et Montego Bay, où le concept de " gigolo rasta " est largement développé. Pour le reste, une vigilance le soir dans les grandes villes et un minimum de prudence et de bon sens lors de déplacements nocturnes permettront de tenir à distance les dangers.

Voyager avec des enfants

Pour voyager avec des enfants, pas de souci majeur. On préférera la location d'un véhicule (avec ou sans chauffeur) à l'utilisation des transports en commun, souvent surchargés. L'eau du robinet est potable et les conditions sanitaires sont bonnes (pas de paludisme par exemple). Prévoir un bon anti-moustique et des chapeaux.

Voyageur handicapé

Si vous présentez un handicap physique ou mental ou que vous partez en vacances avec une personne dans cette situation, différents organismes et associations s'adressent à vous. La Jamaïque est encore loin de répondre à toutes les normes concernant les personnes handicapées. A part les beaux hôtels de charme qui possèdent des ascenseurs et des rampes d'accès, la plupart des établissements de l'île ne sont pas encore au point.

Voyageur gay ou lesbien

La Jamaïque est malheureusement un pays où l'homophobie est courante. Il s'agit donc pour les couples gay de ne pas se livrer à des effusions en public, car l'homosexualité est encore passible de peines de prison dans le pays.

Adresses Futées de la Jamaïque

Où ?
Quoi ?
Avis