Découverte du fjord Stranda en kayak © Sebw - Shutterstock.Com .jpg
iStock-1165417105.jpg

Formation d’un fjord

Afin de mieux comprendre la topographie particulière des fjords, il est utile de retracer l’histoire des glaciers. Ces masses gigantesques de glaces, formées par l’accumulation de couches de neige successives, se déplacent sous l’effet de la gravité, de leur poids et de la nature du substrat sur lequel elles se trouvent. Ces déplacements érodent le paysage et laissent l’empreinte de leur passage, creusant parfois des « vallées glaciaires ». Lorsque le glacier se retire progressivement de la vallée à cause du déséquilibre entre l’apport de neige en amont et la fonte du front glaciaire en aval, ces vallées glaciaires se retrouvent à découvert. Or il s’avère que le fond de ces vallées qui s’apprêtent à former des fjords se situe en dessous du niveau de la mer, ce qui permet aux eaux maritimes de s’engouffrer naturellement dans la vallée vidée de son glacier : le fjord est né !

Salinité des eaux d’un fjord

L’eau d’un fjord est composée à parts inégales d’eau de mer salée et d’eau douce provenant des lacs, des rivières et des cours d’eau alimentés par la fonte des neiges. Il s’agit d’une eau saumâtre dans laquelle l’eau salée et l’eau douce se mélangent en réalité peu car elles n’ont ni la même salinité ni la même température. Les fjords sont d’ailleurs pour cette raison considérés comme des estuaires par les océanographes. L’eau douce riche en oxygène et en nutriments forme la couche supérieure car elle est moins dense que l’eau salée. Cette stratification des eaux est accrue par l’absence d’agitation et l’eau profonde a tendance à stagner. Si l’on ajoute à cela l’absence de lumière caractéristique des profondeurs, on obtient un milieu anoxique (manque de dioxygène) et oligotrophe (pauvre en nutriments). Dans un tel milieu, la biodégradation des polluants produits par l’espèce humaine et qui se retrouvent dans l’océan est encore plus lente et difficile qu’ailleurs.

Des eaux très poissonneuses

De multiples espèces de poissons peuplent les fjords : cabillaud (Torsk), loup de l’Atlantique (Steinbit), flétan (Kveite), merlu (Lysing), églefin (Hase), maquereau (Makrell), et bien sûr le saumon pour n’en citer que quelques-uns. Née dans les lacs et les rivières, la truite des fjords ou de mer (Sjøørret) arrive néanmoins à s’adapter parfaitement à l’eau des fjords parce qu’elle est froide et pauvre en sel. Par ailleurs, la chaleur du Gulf Stream (courant océanique chaud qui s’écoule de la Floride aux côtes groenlandaises) conduit à une production importante de plancton qui attire de d’immenses bancs de poissons plus gros, qui eux-mêmes appâtent des espèces encore plus grosses, comme les phoques. La plupart des populations de poissons tend à augmenter parce que la Norvège applique une règlementation très stricte pour la pêche avec un système de quotas sévère et très respecté.

Pêcher dans les fjords

Les amateurs de pêche ne seront pas en reste puisqu’il est souvent possible de réserver une sortie de pêche en mer à la demi-journée ou à la journée, ce qui vous permettra par la même occasion de visiter les fjords d’une façon différente. Si vous venez en camping-car ou en voiture, vous pouvez sans crainte apporter votre propre matériel de pêche et vous adonner à votre passion depuis la côte sans avoir à acheter un permis ou une licence (sauf pour la pêche en eau douce). Sachez en revanche que les autres poissons et la pêche de manière générale sont aussi soumis à des règles très strictes selon les périodes, les variétés de poissons et leurs tailles, alors n’oubliez pas de bien vous renseigner auprès des offices de tourisme et organismes de pêche avant toute sortie en mer. Voici quelques-unes de ces règles : ne pas prélever des espèces protégées, respecter les périodes de reproduction et la taille minimum, se tenir à 100 m minimum d’une ferme aquacole et interdiction de vendre ses prises. Il faut aussi savoir que depuis quelques années, il est interdit de pêcher le cabillaud dans le fjord d’Oslo, et ce toute l’année, afin de permettre à l’espèce de se régénérer.

Meilleure période pour profiter des fjords

La fin du printemps et la courte période estivale sont particulièrement propices à la visite des fjords notamment parce que la fonte des neiges entraîne la formation d’une multitude de cascades et de ruisseaux le long des parois rocheuses. Les plantes littorales ne sont pas en reste et c’est une explosion de couleurs et de formes qui s’offre à vous car la nature sait que l’hiver n’est déjà pas bien loin… Avis aux amateurs, prenez un petit kit d’aquarelle avec vous et démarrez un carnet de voyage, ce sont les meilleurs souvenirs ! Au mois de juin, les journées sans fin sont un autre argument de choix car vous aurez la possibilité de prendre tout le temps qu’il vous faut pour aller d’un endroit à l’autre sans vous inquiéter des distances ou de l’obscurité. L’automne peut aussi être une bonne option pour visiter les fjords : couleurs automnales qui se reflètent dans les eaux calmes, sommets déjà saupoudrés de neige, moins de visiteurs en général et particulièrement pour les randonnées et les sorties en ferry ou en kayak. C’est aussi une bonne période pour trouver des girolles dans les sous-bois près des fjords ! Gardez toutefois en tête que certains hôtels et campings ferment aux alentours du 15 septembre et il faut donc prévoir son hébergement encore plus en amont.

Comment visiter un fjord

Il peut sembler compliqué à première vue de visiter un fjord. On peut le contourner en voiture, s’arrêter de temps à autre pour marcher un peu, s’installer dans un café pour déguster une part de Kringle (pâtisserie aux amandes) accompagnée d’un Gløgg (vin chaud épicé) et admirer la vue. Pour les plus sportifs, il existe aussi de nombreux chemins qui longent les fjords : cartes IGN locales, web et conseils des locaux vous fourniront assez d’indices pour une belle rando. Par ailleurs, de nombreuses compagnies proposent des tours en ferry pour les explorer depuis l’eau. Au pied des falaises et des chutes d’eau gigantesques, l’impression est autre et l’on se sent soudain tout petit ! Parcourir les fjords en kayak (en prêtant bien sûr attention à la météo et aux courants) peut s’avérer une très belle autre façon de lier activité physique et découverte d’un nouvel environnement. Tout le long de la côte ouest, vous trouverez sans peine de nombreuses entreprises qui louent des kayaks et/ou proposent des excursions guidées.