Guide d'Italie : Les personnalités célèbres : Italie

Giorgio Armani

Né en 1934 à Plaisance (Piacenza) en Emilie-Romagne, il s'installe à Milan en 1957 où il travaille comme acheteur pour la Rinascente, à savoir les Galeries Lafayette italiennes. En 1975, il crée sa propre griffe. Depuis, il est devenu le roi du chic discret, gourou de ses dames, comme Claudia Cardinale ou Isabella Rossellini. Pour vous messieurs, il réalise des costumes sobres aux coupes fines et bien pensées : la classe à l'italienne ! A Paris, la marque occupe un immense espace boulevard Saint-Germain, et Giorgio Armani a reçu les insignes d'officier de la Légion d'honneur en 2008. Quant à sa fortune, elle est estimée à 8 milliards de dollars en 2018.

Gae Aulenti

Gaetana, dite Gae, Aulenti est née en 1927 dans la province d'Udine. Architecte diplômée de l'Ecole polytechnique de Milan en 1954, elle demeure avec Renzo Piano l'une des figures les plus emblématiques de l'architecture italienne contemporaine. Graphiste et designer à ses débuts, elle a signé bien des projets, des décors de théâtre à l'architecture industrielle... En 1965, elle réalise une création originale : la lampe Pipistrello. La nom de la lampe évoque sa forme de chauve-souris (pipistrelle en italien). Ce modèle unique est aujourd'hui élevé au rang d'objet-star du design industriel.

De 1980 à 1987, elle participe en tant que chef de projet à la rénovation de l'ancienne gare d'Orsay à Paris, afin d'en faire le musée que nous connaissons aujourd'hui. En 2007, elle obtient pour ce chantier, la décoration de chevalier de la Légion d'honneur. A Milan, elle a réaménagé le Piazzale Cadorna, entre 1998 et 2000. Enfin, le prix japonais Praemium Imperiale (de la famille impériale du Japon) lui fut décerné en 1991 pour couronner l'ensemble de son oeuvre. Elle décède à Milan en 2012.

Lucio Battisti

L'un des plus grands chanteurs de la pop italienne des années 1970-90. Lucio Battisti, né dans le Latium en 1943, est une star inconditionnelle de la musique de variétés. Les paroles de ses chansons abordent des thèmes criant de vérité, sur l'amour, la séparation, les joies du couple et autres désillusions... La vie en somme, avec ses peines de coeur, de travail, mais aussi des sentiments plus profonds, en quête de sens sur l'existence. Du côté de l'homme : politiquement engagé, il fut également critiqué pour ses positions extrêmes. Esthète bourgeois et idéaliste, son caractère est plutôt secret et discret... Néanmoins, en bon italien, c'est un fan de sport (vélo, football et Formule 1) et de cinéma. Sans oublier l'amour qu'il porte à la nature et aux grands espaces, dans la mouvance idyllique d'un retour à la terre, prôné par ses contemporains tel Adriano Celentano. Il meurt en 1998 après une carrière faite de tubes et de numéros 1, parmi lesquels : Una donna per amico et Ancora Tù.

Monica Bellucci

La bellissima Monica Bellucci (comme un écho à son nom de famille) est l'actrice italienne préférée des Français. Née le 30 septembre 1968, cette brune sculpturale à la voix grave a débuté sa carrière à Paris comme mannequin, abandonnant ses études de droit. Brillante reconversion, quasi immédiate. Après un petit rôle dans le Dracula de Coppola, elle débarque sur les écrans français en 1996, donnant la réplique à son futur mari Vincent Cassel - dont elle se séparera en 2013 après 18 ans de vie commune - dans le film L'Appartement. C'est avec l'acteur français qu'elle poursuivra sa carrière en France, où elle enchaîne avec Dobermann (1997) et Irréversible (2002). Jouant sur tous les registres, Monica Bellucci s'illustre aussi dans des comédies (Astérix et Obélix  : mission Cléopâtre d'Alain Chabat en 2002) avant d'enflammer une carrière internationale . Elle est à l'affiche des grosses productions transatlantiques, comme Matrix Reloaded et Revolutions (en 2002-2003), Les Larmes du Soleil, La Passion du Christ de Mel Gibson (2004) et 007 Spectre, le 24e opus de la saga des James Bond sorti en 2015. Plus récemment, on la retrouve dans On the Milky Road (2016), un drame serbe signé Emir Kusturica. Avec des revenus estimés à près de 75 millions d'euros, Monica Bellucci est l'une des actrices les mieux payées en 2018.

Roberto Benigni

Le plus populaire des trublions du cinéma toscan actuel ! Issu d'un milieu modeste, l'acteur et réalisateur Roberto Benigni est né en 1952 à Arezzo. Adolescent, il devient l'assistant d'un magicien de cirque et même poète de rue ! Menant une vie de bohème, allant de cabaret en cabaret, il aborde le cinéma par le bon bout et la chance lui sourit aussitôt...

Le cinéaste américain Jim Jarmusch lui offre un sketch sur mesure dans la prison de Down by Law. Le monde entier est sous le charme et il récidive en taxi avec le même Jarmusch, six ans plus tard (Une nuit sur terre). En 1977, il tourne sous la direction de Giuseppe Bertolucci Berlinguer ti voglio bene. Son rôle de Mario Cioni, le héros de ce film qui est un immense succès, devient le symbole de son comique engagé. L'acteur apparaît ensuite à la télévision, créant des sketchs souvent parodiques, tout en réalisant des spectacles-monologues intitulés Tuttobenigni.

En 1984, il réalise la comédie Non ci resta che piangere, qui devient un grand succès en Italie. Le Petit Diable (1988) et Il mostro (1989) confirment son talent d'acteur et de réalisateur. Il tourne également dans le dernier film de Fellini, La voce della luna (1990). Sur le tournage, Fellini, son maître à penser, le surnommait d'ailleurs Pinocchio !

Mêlant avec aisance érudition et ironie, cet éternel enfant autodidacte réalise et interprète alors La Vie est belle, un immense succès, qui lui vaut une "  standing ovation  " de 20 minutes lors de sa projection officielle au festival de Cannes en 1998. Aussitôt, son chef-d'oeuvre remporte le Prix du jury mais aussi le César et l'Oscar du meilleur film étranger. Quant à Benigni, il se voit décerner l'Oscar du meilleur acteur en 1999. Puis on le retrouve aux côtés de Gérard Depardieu, Christian Clavier et d'une pléiade de vedettes dans Astérix et Obélix contre César (1999), de Claude Zidi.

En 2002, il reprend sa double casquette de réalisateur et d'acteur pour tourner une nouvelle version de l'oeuvre de Collodi, Pinocchio. Maître Fellini avait donc dit vrai ! En 2005, Roberto Benigni nous a offert Le Tigre et la neige - avec pour partenaires sa compagne Nicoletta Braschi et Jean Reno -, un film qui, dans un Irak en guerre, est une ode à la beauté magique de l'amour fou. En 2012, il apparaît dans le film de Woody Allen To Rome with love, où il interprète un employé modeste devenant du jour au lendemain une star nationale. N'y a-t-il pas dans ce rôle une part de vérité ?

Paolo Conte

Né en 6 janvier 1937 à Asti dans le Piémont, Paolo Conte se passionne dès l'enfance pour le jazz américain. Issu d'une famille de notaires, il mène de front (pendant 25 ans !) sa carrière d'avocat et son amour pour la musique avant de se consacrer pleinement à sa passion. Son style, inspiré par le jazz et le blues, est inimitable. En 1974, il sort un premier album intitulé simplement Paolo Conte : le public italien est emballé par son grain de voix si particulier. Dès lors, il entame sa reconversion en tant qu'auteur-compositeur-interprète. Après plusieurs albums live et compilations, le père des tubes Via con me (1981) et Come di (1986) revient à la création avec des albums comme Nelson (2012) et Snob (2014), Live in Caracalla (2018).

Emanuele Crialese

Né en 1965, ce Romain étudie le cinéma outre-Atlantique à la Tish School of the Arts (New York University) dont il sort lauréat. Once we were strangers, tourné à New York en 1999, est le premier film d'un réalisateur italien à être sélectionné par le festival Sundance. Il aborde le mythe du rêve américain. Mais c'est avec sa seconde oeuvre, Respiro, qu'Emanuele Crialese va conquérir le public en 2002. Le film est tourné au large de la Sicile, sur l'île de Lampedusa. Son dernier film, Terraferma (2011), a obtenu le Grand prix du jury à la Mostra de Venise. Figure du renouveau du cinéma italien, Emanuele Crialese projette son pays sur la scène internationale.

Alessandro del Piero

Alessandro Del Piero est né à Conegliano Veneto, près de Padoue, en 1974. Le bel Italien de 1,73 m est redouté autant pour ses dribbles et ses tirs que pour ses passes en or. Tout petit déjà, Alex rêvait de jouer dans le grand club de la Juventus de Turin et de marcher sur les traces de son idole Michel Platini. Sa sensibilité et sa créativité de jeu lui valent le surnom de Pinturicchio (du nom d'un peintre de la Renaissance, célèbre pour ses fresques délicates) délivré par Gianni Agneli himself. Il vit une année 2006 paradoxale avec une victoire en Coupe du monde, un titre de Champion d'Italie retiré et une relégation en deuxième division avec la Juventus de Turin, suite au scandale de corruption touchant le club. Occupant une place singulière dans le coeur de ses supporters, le meilleur buteur de l'histoire de la Juventus reste fidèle au club de ses rêves.

Dario Fo

Artiste et homme de théâtre complet, Dario Fo est à l'image de son siècle, en faveur du concept d'art total. A savoir : toute forme d'art est un spectacle unique et l'art n'existe pas sans spectateur. Adepte de la grande tradition de la Commedia dell'Arte, par bien des bouffonneries et autres scénarios du baroque et de l'absurde, il acquiert ses lettres de noblesse dans un style inimitable, populaire et distancié à la fois. Né à Varèse en 1926, il s'est formé au Piccolo Teatro de Giorgio Strehler et a écrit avec sa femme Franca Rame plusieurs pièces ayant insufflé un vent nouveau sur le théâtre italien. Parmi ses écrits majeurs, citons : Le Doigt dans l'oeil (1953), Mistero Buffo (1969), Mort accidentelle d'un anarchiste (1971), Histoire du tigre (1980), Johann Padan à la découverte des Amériques (1991). Férocement anti-Berlusconi, Dario Fo est depuis 2006 conseiller municipal à Milan.

Son anticonformisme, son courage civique et son engagement politique et social entraînèrent Fo dans d'innombrables procès et controverses en Italie. Il faut attendre 2014 pour qu'il publie son premier roman, La Fille du pape (paru chez Grasset en 2015). Portrait de la sulfureuse Lucrèce Borgia, c'est aussi un tableau de la Renaissance, mise en scène comme miroir de notre société contemporaine où règnent sexe, violence et corruption. Le 16 juin 2016, Dario Fo joue pour une unique représentation en Italie. Regroupant plusieurs pièces, son spectacle Mistero Buffo, la Storia della tigre et altre storie enchanta les spectateurs romains. Il est mort quelques mois plus tard, le 13 octobre 2016 à Milan.

Paolo Maldini

Un vrai gentleman du calcio. Un bel ragazzo, avec ses yeux bleus étincelants et son 1,87 m, Paolo Maldini a tout du gendre idéal ! Mais il est surtout l'homme d'un seul club, le Milan AC, pour lequel il a remporté durant sa carrière 26 trophées parmi les compétitions les plus prestigieuses du monde.

Issu d'une famille où le foot est élevé au rang de religion (son père Cesare était également joueur et sélectionneur de l'équipe d'Italie), Paolo a porté le maillot azzurro de l'équipe nationale à 126 reprises. Mais il n'obtiendra aucun titre majeur avec la Nazionale, barré en finale de la Coupe du monde 1994 par le Brésil, puis, à l'Euro 2000, par l'équipe de France. A la fin de l'année 2009, il achève une carrière exemplaire, malgré sa fragilité récurrente au genou. Légende vivante du football mondial, il détient un nombre impressionnant de compétitions (74 !) menées en qualité de capitaine.

Nanni Moretti

Né à Brunico dans le Trentin-Haut-Adige le 19 août 1953, il s'agit du réalisateur et producteur italien le plus célèbre à l'échelle mondiale ! Fils d'enseignants, Nanni Moretti hésite pendant longtemps entre ses deux passions : le water-polo et le cinéma. Initialement attiré par le métier d'acteur, il finit par réaliser plusieurs courts-métrages en super 8. C'est en 1976 qu'il réalise son premier long-métrage, Je suis un autarcique. Puis, il sera l'un des chefs de file du renouveau du cinéma italien dans les années 1980-1990. Depuis Sogni d'oro (1981), il enchaîne les succès avec La Messe est finie, Palombella rossa (une incroyable psychanalyse sociale et personnelle dans un bassin de water-polo !) et son délicieux Journal intime où ses balades en scooter dans Rome, pleines de charme et de poésie, donnent envie de découvrir la ville éternelle.

Depuis se sont succédé Aprile, en 1998, et La Chambre du fils qui remporta la palme d'or à Cannes en 2001. La plupart du temps, il écrit seul le scénario et incarne le rôle principal. Ingénieux, ses scénarios sont ponctués d'humour et adoptent très souvent un ton narratif et introspectif... à l'image de leur auteur, aussi perfectionniste qu'authentique. Cinéaste accompli, ce Woody Allen italien mêle étroitement l'autobiographie à la satire sociale, sa vie privée et son travail, tout en affichant ses engagements politiques. Révolté par l'inconsistance et l'inertie de la gauche italienne, la réélection de Silvio Berlusconi et les dérapages du G8 à Gênes en 2001, Nanni Moretti pousse un coup de gueule la même année pour réveiller le "  peuple de gauche  " italien. En 2006, son film intitulé Le Caïman sort en salle peu avant les élections parlementaires. Il raconte l'histoire d'un producteur au bord de la faillite, en charge d'assurer la production d'un film d'action sur un homme d'affaires qui n'est autre que... le " Cavaliere  " lui-même !

Enfin, en 2011, il réalise un film sur le Vatican et met en scène un futur pape en proie aux doutes précédant son élection avec Habemus Papam. Son dernier film Mia madre, sorti en 2015 et qui met en scène une cinéaste totalement bouleversée de voir sa mère malade et proche de la mort, faisait partie de la sélection officielle au Festival de Cannes 2015, en compétition pour la Palme d'or. Il a déclaré à la presse française la même année qu'il pourrait tout à fait envisager de se lancer dans des projets cinématographiques très différents, et même de réaliser un film sans jouer dedans.

Frères Panini

Qui n'a jamais collectionné les vignettes Panini ? L'histoire commence à Modène, en Italie du Nord, dans les années 1950. Deux frères, Giuseppe et Benito Panini, marchands de journaux et grands enfants dans l'âme, ont trouvé une idée ingénieuse : glisser dans chaque numéro une photo de footballeur ! Le succès chez les enfants est immédiat, et la vente des journaux explose ! Devant un tel succès commercial, les photos se transforment rapidement (dans les années 1960) en images puis en vignettes en carton. L'idée est simple : collectionner les vignettes pour ainsi les disposées dans un album. Rapidement, Umberto et Franco, les deux autres frères Panini, rejoignent l'aventure ! Désormais, les frères Panini sont quatre !

En 1970, autre révolution sur le marché : l'invention de l'image autocollante. Dès lors le succès est international. En 1994, le géant américain Marvel Entertainment Group rachète Panini. Dans les années 2000, on retrouve les vignettes Panini sur tous les supports possibles et imaginables : des personnages Disney aux super-héros les plus célèbres : Batman, Superman, Spiderman, X-Men... pour le plus grand plaisir des enfants et des adolescents.

Laura Pausini

La Solitudine fra noi... chantait la jolie brune en 1993, émouvant toute l'Italie. Née à Faenza en 1974, Laura Pausini commence à chanter dès l'âge de 8 ans, sous l'oeil bienveillant de son père Fabrizio, faisant du piano-bar. Son titre La Solitudine parle d'une rupture amoureuse et de l'implacable sentiment de solitude qu'elle entraîne. Très vite, cette chanson devient son premier succès avant de d'être un tube international ! Brillante, elle devient une artiste complète, à la fois auteur-compositeur-interprète, chanteuse et productrice. Polyglotte (parlant l'anglais, l'espagnol et le portugais), elle prend rapidement ses marques sur la scène internationale, avec près de 70 millions de disques vendus à travers le monde ! C'est d'ailleurs la seule Italienne ayant remporté quatre Latin Grammy Awards et un Grammy Award. Véritable icône de l'Italie à travers le monde, Laura Pausini a su se hisser au rang de star de la pop.

Renzo Piano

Né à Gênes en 1937, Piano est tombé dans la marmite très tôt car son père et son grand-père furent tous deux architectes de talent. Le jeune Piano, très tôt préoccupé par le sort des quartiers de banlieue et autres zones périurbaines habituellement peu appréciées, ne tarda pas à devenir un architecte de renommée internationale ! Très influencé par l'oeuvre de Jean Prouvé, citons, parmi ses créations majeures, le Centre Georges Pompidou à Paris, réalisé en 1977 avec Richard Rogers. Il est à l'origine de nombreuses réhabilitations architecturales, à proximité des centres historiques. C'est le cas de la Potsdamer Platz à Berlin, mais aussi de la Cité internationale de Lyon, de l'aéroport international Kansai d'Osaka, du pont d'Ushibuka, du Centre (ou musée) des sciences Nemo dans le port d'Amsterdam, du Centre Paul Klee à Berne, du Centre culturel Jean-Marie Tjibaou à Nouméa, sans oublier la rénovation du vieux port de Gênes, sa ville natale. Fasciné par l'urbain, on lui doit de multiples réalisations (églises, usines, métros, stades de foot...) à travers le monde. Renzo Piano a présenté le projet d'un nouveau pont pour remplacer celui qui s'est écroulé en août 2018 à Gênes, faisant 43 morts. Le nouveau pont devrait être prêt à l'automne 2019.

Claudio Santamaria

Ce beau romain ténébreux, né en 1974, est devenu une star du cinéma italien dans les années 2000, avec un film romantique, L'ultimo bacio (2000), et surtout Romanzo criminale, de Michele Placido, qui le propulse définitivement dans la cour des grands en 2005. Il y incarne un voyou surnommé " le Dandy ", personnage lâche et un peu superficiel interprété avec finesse, tout en nuances. A la suite de Romanzo criminale, les succès s'enchaînent pour l'acteur, dont la carrière s'ouvre à l'international, et tout particulièrement en France, où il se fait un nom dans 600 kilos d'or pur (2010) et dans Pauline détective (2012). Il apparaît même dans le cinéma américain en faisant un passage dans un James Bond : Casino Royale. En 2015, il incarne le rôle de Jeeg Robot, dans la comédie dramatique de Gabriele Mainetti.

Antonio Tabucchi

Fils unique d'un marchand de chevaux, né en 1943 à Vecchiano, ce professeur de littérature portugaise, décédé en mars 2012 à Lisbonne, était un écrivain confirmé ayant un sens aigu de la description. Jouant avec les rythmes du récit, il a su conserver un style très personnel. A la fois traducteur, écrivain et enseignant, fervent admirateur de l'oeuvre de Fernando Pessoa, Antonio Tabucchi est un troubadour dans l'âme.

Ce poète rêveur était un grand voyageur, qui puisait son inspiration dans de lointaines destinations (Brésil, Inde...) tout en vivant entre Pise, Florence et Paris. Parmi ses récits principaux, citons les plus inspirés : Place d'Italie (1975), Nocturne indien (1984) qui fut adapté au cinéma par Alain Corneau, Petites équivoques sans importance (1985), Les Oiseaux de Beato Angelico (1987), L'Ange Noir et Rêves de rêves, en 1992, Pereira Pretend (1994), Tristano meurt (2004), Le Temps vieillit vite (2009), Voyages et autres voyages (2010) et enfin son dernier récit publié après sa mort : Pour Isabel, sorti en France en 2014.

Adelmo Zucchero

Un peu de Zucchero avec votre café ? Ce qui se traduit par sucre est en fait le surnom d'une grande star de la variété italienne : Adelmo Fornaciari dit Zucchero. Dès son plus jeune âge, il se familiarise avec la guitare. Dans les années 1970, il passe de petits groupes en petits groupes avant de sortir son premier album en 1983, sous le nom de Up po' di Zucchero. Dès lors, le succès est immédiat et les tubes s'enchaînent à vitesse grand V ! Propriétaire de plusieurs hectares de vignes, prônant dans ses chansons une ode à la vie et tout l'amour qu'il porte à sa terre natale, Zucchero est un artiste charismatique à la belle personnalité. On pourrait le comparer à Phil Collins sur le plan de son univers musical : proche des gens, un poil commercial, mais hautement humain. Son dernier succès en 2016 ? Le titre Voci.

Adresses Futées d'Italie

Où ?
Quoi ?
Ailleurs sur le web
xiti
Avis