Biscuits spéculoos © MisterStock - shutterstock.com.jpg
Dentelle de Bruxelles © AnnekeDeBlok - iStockphoto.com.jpg

Des bières

Il est impossible de quitter la Belgique sans emporter au moins l’une des 300 bières locales. Beaucoup considèrent que les meilleures sont les bières trappistes, mais les IPA ont aussi la cote, tout comme la Chimay bleue et la bière de l’abbaye d’Orval qui sont des potions d’or houblonnée très recherchée. Si vous ne savez que choisir, offrez-vous un « mètre de bière » qui propose plusieurs échantillons de bières différentes, parmi les meilleures du pays. Vous en trouverez dans certaines boutiques spécialisées près des centres touristiques ou dans les nombreuses brasseries à visiter. On trouve aussi dans les magasins de bière des collections de verres à bière très décoratifs qui sont de jolis cadeaux à ramener, à condition de bien les emballer dans la valise pour ne pas les casser ! Veillez à mettre tous vos précieux breuvages dans la valise en soute si vous prenez l’avion et de penser au poids des bouteilles. Certes lourdes et fragiles, mais qui valent bien leur pesant d’or houblonné.

Des chocolats

Les pralines et le chocolat sont peut-être des produits les plus évidents et faciles à ramener pour les faire découvrir à vos connaissances. Des maisons de chocolatiers belges fleurissent dans chaque ville, chacun ayant ses spécificités. De grandes enseignes très connues disposent de plusieurs boutiques dans toutes les villes de Belgique. On peut citer les plus réputés : Galler, mais aussi Neuhaus, Corné et Léonidas.

Désormais certains petits créateurs font exclusivement des douceurs en chocolat bio et/ou de commerce équitable. Vous les trouverez référencés dans les rubriques (se) faire plaisir de chaque ville. Pensez aussi à cette option pour des cadeaux originaux.

D’autres douceurs belges

Le spéculoos (en biscuit ou en pâte) est également un incontournable. Vous trouverez des boîtes en supermarchés mais, pour un cadeau, mieux vaut se rendre dans une épicerie fine pour en acheter. Vous en trouverez, avec des pains d’amande et pains à la grecque, à la Maison Dandoy, à Bruxelles et Anvers. Si vous êtes déjà un initié des produits belges, vous pouvez passer au niveau de subtilité suivant et vous procurer des couques de Dinant, sortes de biscuits modelés et incassables, ou des cuberdons (des bonbons en forme de pyramide à bout rond de toutes les couleurs). Enfin, pour ceux qui aiment cuisiner, le sirop de Liège ne peut être oublié, d’autant qu’il est difficile de le trouver à l’étranger. Il permet de réaliser les fameux boulets liégeois et beaucoup d’autres recettes.

Des livres

Si vous êtes un passionné d’art, et plus spécialement de peintures flamandes, ne passez pas à côté d’un beau livre explicatif sur les œuvres des grands maîtres de cette discipline, lorsque l’école d’Anvers était un pôle de peinture flamande baroque. Vous trouverez des volumes illustrés en français de Jan van Eyck, Jérôme Bosch et Pierre-Paul Rubens ou Pieter Brueghel l’Ancien. Les amateurs de bandes dessinées ne résisteront sans doute pas à la tentation de compléter leur collection. Il existe un quartier spécialisé autour de la chaussée de Wavre, à Bruxelles pour farfouiller et trouver son bonheur.

De la dentelle

Si vous avez une grand-mère qui passe ses soirées à faire du crochet devant la télé, alors son cadeau est tout trouvé : de la dentelle belge ! Un vrai savoir-faire ancestral.

La dentelle duchesse de Bruxelles doit son nom à la duchesse Marie-Henriette de Brabant, qui en était très friande. Une dentelle réputée plus fine et plus riche que celle de Bruges. C’est pourtant cette dernière qui revendique le titre de « ville de la dentelle » en se reposant sur une légende selon laquelle la dentelle y aurait été créée par une jeune fille à qui la Vierge aurait révélé le secret de fabrication de cet art. D’autres légendes provenant des pays du monde entier racontent l’histoire de la création de la dentelle. Parfois, d’une ville à l’autre, dans un même pays, la légende diffère : celle racontée à Bruges n’est pas celle racontée à Bruxelles.

Il est impossible de déterminer avec exactitude le moment de l’invention de cette technique. Elle date probablement du XVIe siècle, et est apparue à peu près en même temps en Italie et en Flandre. Le mode de fabrication aurait été apporté d’Orient en Occident par les croisés. Une autre technique similaire existait déjà : la passementerie, pratiquée par des hommes avec du fil d’or, de cuivre ou d’argent. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la demande croissante fait de la dentelle le seul produit d’exportation suite à la crise du textile flamand.

La plupart des ouvrages sont réalisés par des femmes au logis (dans les béguinages, par exemple) ou des indigents. La ville d’Anvers employait, en 1738, le quart de sa population active à la confection de la dentelle, y compris des enfants. Aux XIXe et XXe siècles, la manufacture de la dentelle en Flandre est très importante : par ce biais, Bruges devient un pôle économique essentiel. Cependant, à cette époque, le fil de coton remplace le fil de lin, et la fabrication industrielle vient asséner le coup de grâce à cet artisanat.

Le Centre de la dentelle est situé à Bruges, installé dans une maison-Dieu fondée au XVsiècle. L’ancienne demeure familiale héberge les ateliers des dentellières, toujours prêtes à faire une démonstration sous l’œil curieux des visiteurs. Dans la boutique, vous trouverez tous les outils et matériaux pour vous initier à cet art délicat.

Des objets d’artisanat divers

Vous pourrez aussi rapporter de la dinanderie (travail du cuivre, du bronze ou du laiton) de Dinant, des porcelaines de Tournai, des poteries des grès bleus de La Roche, des faïences et céramiques de la Louvière…

Les brocantes sont aussi populaires (ne manquez pas celle de la place du Jeu-de-Balle à Bruxelles ou le Vrijdagmarkt à Anvers). Si vous aimez chiner, vous pourrez peut-être y trouver quelques objets artisanaux anciens.

Des produits de luxe

Enfin, si votre budget le permet, certains articles de luxe méritent un tour de shopping. On peut citer les bijouteries d’Anvers pour tailler le diamant de tous vos désirs. Elles sont ouvertes tous les jours près de la gare centrale, dans le quartier bien connu des diamantaires. Les boutiques de Bruxelles diverses et variées se trouvent à profusion dans les quartiers chics, comme la maison de maroquinerie de luxe Delvaux, la plus ancienne au monde.