Guide des Pays-Bas : Mode de vie

Aux termes de l'article premier de la Constitution néerlandaise : " Tous ceux qui se trouvent aux Pays-Bas sont, dans des cas égaux, traités de façon égale. Nulle discrimination n'est permise, qu'elle se fonde sur la religion, les convictions, les opinions politiques, la race, le sexe ou tout autre motif. " Cela signifie, par exemple, que tous ceux qui résident aux Pays-Bas : femmes et hommes, musulmans et chrétiens ont les mêmes droits. Mais cela signifie aussi, naturellement, qu'ils ont les mêmes devoirs, par exemple celui de payer leurs impôts et d'aller à l'école. C'est ainsi que tous les enfants, garçons et filles, sont soumis à l'obligation scolaire jusqu'à l'âge de 16 ans. Il est essentiel pour la société tout entière que tous ceux qui s'établissent aux Pays-Bas acceptent leurs responsabilités sociales, de même que les Néerlandais de souche doivent accepter les nouveaux arrivants et les respecter.

Vie sociale
Education

Depuis sa création en 1813, l'Etat hollandais est chargé de dispenser l'enseignement dans le pays. Cependant, il n'a pas pour autant le monopole de l'éducation. En effet, la Constitution de 1848 prévoit la liberté de l'enseignement, et, plus largement, celle pour tout groupe de fonder une école sur une base religieuse, philosophique ou pédagogique. Les principes qui régissent cette liberté de l'enseignement sont l'obligation pour tout enfant de 5 à 16 ans de suivre un enseignement et pour les individus de 16 à 18 ans l'application d'une obligation scolaire partielle.

Enfin, la loi fixe les matières qui doivent obligatoirement être enseignées dans chaque filière et les pouvoirs garantissent par la fixation d'objectifs pédagogiques le niveau des diplômes des écoles aux Pays-Bas. Les écoles publiques sont en général fondées par les communes. Cependant, plus des trois-quarts du total sont gérés par des institutions privées, qui reçoivent une aide de l'Etat. Les enseignants sont ainsi payés selon un barème commun à l'ensemble du pays. Les Pays-Bas consacrent un peu plus de 5 % de leur PIB par an à l'enseignement. Des aides sont prévues pour la famille et les étudiants. Les parents touchent des allocations familiales pour leurs enfants âgés de moins de 18 ans, bien que l'école soit gratuite. Cette situation change à partir de 18 ans. L'enseignement est alors payant. Mais, chose unique en Europe et peut-être dans le monde, l'étudiant, quel qu'il soit, reçoit une allocation d'étude qu'il peut compléter par un prêt étudiant, afin de subvenir aux coûts de sa période d'études. En outre, l'étudiant bénéficie de la gratuité des transports (cette gratuité est maintenant soumise à certaines règles précises, par exemple les horaires de train sont définis pour les étudiants). Autant de nombreuses mesures qui tardent à être reprises dans l'ensemble de l'Union européenne. La conséquence est que 15,2 % des jeunes de 18 à 27 ans suivent un enseignement supérieur à plein-temps, 6,8 % suivant un enseignement supérieur partiel. Enfin, la formation professionnelle destinée aux adultes est, comme dans de nombreux pays nordiques, très développée, et permet à n'importe quel employé de reprendre des études dans la plupart des filières d'enseignement. La Open Universiteit (université ouverte) propose ainsi aux adultes des cours du soir dans de nombreuses disciplines.
Le système d'enseignement supérieur universitaire néerlandais est le septième meilleur mondial d'après le classement 2013 " Universitas 21 Ranking of Higher Education Systems " et trois
universités néerlandaises sont dans le top 100 du classement de Shanghaï 2013 (les universités d'Utrecht, de Leyde et de Groningue).

Intégration

Les pouvoirs publics appellent toutes les Eglises et organisations philosophiques ou spirituelles à participer à la réalisation des objectifs de la politique d'intégration du gouvernement néerlandais. Cela n'est pas en contradiction avec le principe selon lequel l'Etat ne doit pas s'immiscer dans l'exercice et dans le contenu des cultes. Bien au contraire. Le gouvernement considère que certains aspects de la religion et des principes philosophiques peuvent avoir une influence particulièrement positive sur l'intégration des minorités. Il existe aux Pays-Bas de nombreuses organisations islamiques, la plupart d'obédience sunnite qui coopèrent au sein des quatre fédérations nationales d'organisations musulmanes.

De nombreux immigrants ayant une connaissance insuffisante du néerlandais et de la société néerlandaise et un faible niveau d'instruction, leur situation sur le marché de l'emploi et plus généralement dans la société est souvent précaire.

C'est ainsi que 20 % des chômeurs appartiennent aux populations immigrées alors que ce groupe ne représente que 5 % de la population active. Aussi la politique néerlandaise vise-t-elle à améliorer la situation de départ de ces groupes et à promouvoir leur intégration. C'est dans ce contexte qu'a été votée une loi qui doit encourager les employeurs à embaucher des étrangers et qu'a été créée en 1998 un groupe de travail, composé de dirigeants d'entreprises, de leaders syndicaux et de représentants des pouvoirs publics, dont l'objectif est d'encourager l'industrie et le secteur privé à mieux intégrer les minorités ethniques.

Les communes proposent aux nouveaux arrivants un programme destiné à les familiariser avec la société néerlandaise. Ce programme comprend l'initiation aux règles et coutumes des Pays-Bas ainsi que des cours de langue néerlandaise. Depuis le 30 septembre 1998, la loi sur l'intégration des nouveaux arrivants oblige ceux qui bénéficient d'une allocation à participer à ce programme sous peine d'amende. Il existe aussi des programmes spécifiques destinés à lutter contre le retard scolaire des élèves appartenant aux minorités ethniques.

Retraites

Le ministre des Affaires sociales a annoncé fin 2012 que des milliers de pensionnés néerlandais allaient toucher une retraite amputée de 1 % à 14 %. Le montant des prestations mensuelles versées à environ 150 000 retraités devrait donc baisser. En même temps l'âge légal de la retraite de base (AOW) baisse régulièrement et sera prochainement couplé à l'espérance de vie.

Santé

Les Pays-Bas ont sans aucun doute l'un des meilleurs systèmes de santé au monde. Un nouveau système d'assurance maladie a vu le jour il y a plus de dix ans aux Pays-Bas et offre aux assurés une couverture sociale solide mais à des prix qui augmentent sensiblement chaque année. Toute personne résidant aux Pays-Bas est tenue de souscrire à une assurance maladie. Ceci permet de partager les risques tout en garantissant l'accès aux soins médicaux aux personnes qui en ont besoin. Une assurance santé coûte au moins 1 500 € par an en moyenne et les conditions de souscription sont les mêmes pour tout le monde, quelle que soit la situation de chacun, mais les revenus les plus faibles sont tout de même aidés et peuvent demander une " allocation soins de santé ". Cette politique souligne la place donnée par le gouvernement à la solidarité entre les revenus dans ce nouveau système.

Dans ce secteur aussi les mesures d'austérité sont allées très loin et la franchise atteignait 385 € par personne en 2016. Certains choisissant même de ne pas se soigner....

Le fisc verse à plus de 5 millions de Néerlandais une allocation soins de santé dont le montant varie en fonction des revenus de l'assuré.

Mœurs et faits de société
Terrasse de café en bord de canal.
Terrasse de café en bord de canal.
Education sexuelle

Fidèles au pragmatisme national, les familles hollandaises apprennent très tôt à leurs enfants les notions de base de sexualité. Pas de tabou concernant la prise de la pilule, très souvent c'est sur une idée de la mère de famille qu'un rendez-vous est pris chez le médecin généraliste pour la prescription de la pilule à la puberté. Il vaut mieux prévenir que guérir, pense-t-on ici justement. La preuve, le taux d'IVG est le plus bas du monde avec celui de la Belgique et la légère augmentation récente du taux est due aux minorités ethniques moins bien informées.

Homosexualité

Premier pays au monde à légaliser le mariage homosexuel en 2001, les Pays-Bas semblent cependant de moins en moins enclins à la tolérance. 90 % des Néerlandais acceptent l'homosexualité, mais elle est beaucoup moins tolérée parmi les jeunes issus de communautés étrangères, turques ou marocaines par exemple. On recense des agressions de plus en plus fréquentes à Amsterdam. La crise économique entraîne l'intolérance et exacerbe les tensions également parmi les Néerlandais de souche issus des classes moyennes ou paupérisées. Pourtant, même le parti populiste PVV de Geert Wilders a inscrit l'homosexualité dans la charte de ses valeurs. Dernier combat en date, le gouvernement a dû légiférer pour éviter que des fonctionnaires refusent de célébrer des mariages gays en invoquant la religion ou des sources bibliques... Les officiers d'Etat civil devront désormais respecter la loi. Malgré ces faits d'intolérance, les Pays-Bas demeurent une terre de liberté pour les homosexuels.

Place de la femme

Au début du XXe siècle, les femmes néerlandaises étaient relativement peu nombreuses à travailler. Le travail féminin aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne était par exemple beaucoup plus développé. Le rattrapage ne s'est effectué que dans la seconde moitié du XXe siècle, au point qu'aujourd'hui aux Pays-Bas la grande majorité de femmes travaillent, plus peut-être qu'ailleurs. Plusieurs raisons expliquent cette tardive émancipation. Tout d'abord, le processus d'industrialisation, un des premiers facteurs qui a conduit à l'augmentation du travail féminin, s'est produit aux Pays-Bas plus tard que dans les pays anglo-saxons. Mais, la principale cause est que les Pays-Bas ont été neutres durant la Première Guerre mondiale et jusqu'à leur invasion lors de la Seconde Guerre mondiale.
Or, le départ des hommes au front précipite l'émancipation féminine dans la plupart des pays européens voisins, les femmes restant seules pour faire marcher les usines. La structure de la famille néerlandaise est ainsi passée au cours du siècle de grande, où la femme s'occupait du foyer, à petite où la femme travaille à l'extérieur de la maison. Ce tournant sociologique a eu véritablement lieu aux Pays-Bas en 1965, donc tardivement par rapport aux autres pays européens, surtout nordiques. Pendant la coalition mauve, sur 150 membres de la Seconde Chambre du Parlement, on compte 54  femmes, c'est-à-dire plus du tiers, 5  femmes secrétaires d'Etat sur 14 et 4 ministres sur 15. Cela finit de montrer la place qu'a pu acquérir la femme au cours de ces dernières décennies. La manière dont est considérée la femme aux Pays-Bas, à des années-lumière de la conception latine, est d'une modernité qui plonge ses racines dans une conception traditionnelle de la femme hollandaise - celle qui tient le ménage, la bourse, et le mari -, et qui doit beaucoup aux valeurs bourgeoises et protestantes qui ont été parmi les principaux facteurs de la singularité et de la force de ce petit pays. A noter également que le travail à temps partiel est très largement répandu aux Pays-Bas. Plus de 70 % des femmes travaillent à temps partiel ce qui leur permet de concilier plus souplement leur vie de mère et leur vie de femme active. Ces derniers temps, un débat semble se profiler sur l'émancipation de la femme aux Pays-Bas. Les Néerlandaises, même celles ayant étudié, choisissent souvent de s'arrêter complètement de travailler dès la venue du premier enfant ce qui fait enrager les féministes qui ont l'impression d'avoir combattu pour rien et qui parlent de gâchis de potentiel. Seulement 38 % des femmes néerlandaises sont financièrement indépendantes. Le système archaïque et cher des crèches et garderies est souvent montré du doigt pour expliquer ce phénomène. Certaines mesures récentes tentèrent d'encourager la participation des femmes sur le marché du travail en les aidant financièrement pour la garde des enfants. Ces mesures, n'ont pas toujours eu l'effet escompté et le gouvernement les avait trop rapidement réduites avant d'y revenir en 2016.

Religion
Oude Kerk dans le Quartier Rouge.
Oude Kerk dans le Quartier Rouge.

Aux Pays-Bas, la liberté religieuse et la liberté d'opinion sont inscrites dans la Constitution.

Les Pays-Bas ayant adopté le principe de la séparation de l'Eglise et de l'Etat, les pouvoirs publics s'abstiennent de toute ingérence dans les affaires intérieures des organisations religieuses ou philosophiques, celles-ci devant à leur tour s'abstenir d'intervenir dans les affaires de l'Etat.

Contrairement à l'opinion reçue, la Hollande n'est pas à proprement parler un pays protestant. S'il est de règle que le ou la souveraine appartienne à l'Eglise néerlandaise réformée, celle-ci ne fut jamais officiellement décrétée religion d'Etat, bien que l'on puisse considérer qu'elle l'ait été de fait jusqu'à la Révolution française. Depuis la Réforme, les Pays-Bas étaient traditionnellement divisés en une partie catholique au sud et une partie protestante au nord.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, les protestants ne sont plus majoritaires aux Pays-Bas où, aujourd'hui, le catholicisme est le culte le plus pratiqué. Ainsi, alors qu'un quart des Néerlandais se disent adeptes des diverses Eglises réformées, le catholicisme romain regroupe encore un tiers de la population. Mais, comme le dit l'adage : " Les Néerlandais, qu'ils soient catholiques, juifs, libres penseurs, communistes ou agnostiques, sont tous calvinistes. "

Le XVIIe siècle vit s'implanter aux Pays-Bas une communauté juive, formée pour l'essentiel des descendants de réfugiés espagnols et portugais. C'est à cette époque également que de nombreux huguenots fuirent la France pour s'établir notamment aux Pays-Bas. Dans la seconde moitié du XXe siècle, ce furent surtout des hindouistes et des musulmans qui s'installent aux Pays-Bas, conséquence de l'accession à l'indépendance des anciennes colonies, l'Indonésie et le Surinam. Depuis les années 1960, la communauté musulmane s'est fortement développée, avec des flux d'immigrés marocains, turcs, indonésiens et surinamiens. Les Pays-Bas comptent aujourd'hui environ 1 million de musulmans et 300 mosquées. Depuis les années 1950, l'influence de l'Eglise est en déclin. Un mouvement de laïcisation s'est amorcé, tout d'abord chez les protestants, puis chez les catholiques.

Ainsi plus de la moitié des Néerlandais se disent aujourd'hui sans religion. Il n'empêche que les différentes communautés religieuses restent un facteur important de cloisonnement dans la vie de la société néerlandaise.

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
  • Réservez un ferry
  • Location de moto
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Location de vacances
  • Votre logement Airbnb
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
Sur place
  • Activités Funbooker
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Activités Airbnb

Adresses Futées des Pays-Bas

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un week-end bien être pour 2 personnes en Auvergne !

Profitez d'une parenthèse enchantée pour 2 personnes en Auvergne avec Aiga Resort.