Guide de Porto Rico : Comment partir ?

Partir en voyage organisé

Porto Rico est globalement absente des catalogues des voyagistes français. La destination sera seulement proposée comme étape de croisière au coeur des Caraïbes (à partir d'environ 1 800 €). Concernant un séjour tout compris à Porto Rico, les professionnels du tourisme peuvent tout de même composer spécialement votre séjour. Pour vous faire une idée, vous devrez prévoir un budget minimum de 1 600 € pour un pack vol+hôtel, pour une semaine de vacances.

Spécialistes

Vous trouverez ici les tour-opérateurs spécialisés notamment sur l'Italie et l'île d'Elbe. Ils produisent eux-mêmes leurs voyages et sont généralement de bon conseil car ils connaissent les régions sur le bout des doigts. A noter que leurs tarifs se révèlent souvent un peu plus élevés que ceux des généralistes.

Porto Rico et les croisières

Pour beaucoup, Caraïbes signifie croisières. C'est même la première destination privilégiée par les voyageurs tentés par ce type de voyage (47 % de la demande mondiale selon le CTO, organisme du tourisme caribéen). Et chaque année, près de 2 millions de visiteurs choisissent d'aborder Porto Rico par la mer, cette destination occupant la quatrième place parmi les pays visités de cette zone, après la République dominicaine, Cuba et la Jamaïque. Une option qui peut aussi être combinée avec un séjour dans le pays à cette occasion.

Un peu d'histoire

Née à fin du XVIIIe siècle avec le développement du moteur à vapeur, la croisière était à l'origine réservée aux élites fortunées et connaîtra ses grandes heures de gloire au début du XXe siècle, avec le lancement de gigantesques paquebots. Dans la deuxième moitié du XXe siècle, le décollage du transport aérien vient menacer ces transocéaniques dans leur fonction de transport. Pour répondre à ce défi, ils vont transformer ce moyen de transport en un espace touristique, avec services spécifiques et escales ad hoc. C'est le tour opérateur Norwegian Caribbean Lines qui ouvre la voie en 1966 en proposant des voyages vers les Caraïbes, au départ de la Floride. Il sera bientôt imité par la Royal Caribbean et la compagnie Carnival. En parallèle, Miami jouera progressivement le rôle de plaque tournante de ces croisières, au détriment de New York. Dans les années 2000, les opérateurs ont cherché à diversifier leur offre en proposant notamment des trajets courts. Plus accessibles au plan financier et mieux aménageables en termes de gestion des congés. Un mouvement qui a particulièrement concerné la Caraïbe qui a diversifié ses offres. Si les années 2010 voient la multiplication des activités proposées à bord, elles marquent aussi le début d'une prise de conscience environnementale de la part des compagnies.

Principales compagnies desservant Porto Rico

Généralistes

Vous trouverez ici quelques tours-opérateurs généralistes qui produisent des offres et revendent le plus souvent des produits packagés par des agences spécialisées sur telle ou telle destination. S'ils délivrent des conseils moins pointus que les spécialistes, ils proposent des tarifs généralement plus attractifs.

Réceptifs
Sites comparateurs

Plusieurs sites permettent de comparer les offres de voyages (packages, vols secs, etc.) et d'avoir ainsi un panel des possibilités et donc des prix. Ils renvoient ensuite l'internaute directement sur le site où est proposée l'offre sélectionnée. Attention cependant aux frais de réservation ou de mise en relation qui peuvent être pratiqués, et aux conditions d'achat des billets.

Partir seul
En avion

Le prix moyen d'un vol Paris-San Juan en haute saison est d'environ 1 200 € et d'environ 800 € en basse saison. Mais en cherchant bien, en ayant recours aux sites comparateurs de vols, vous avez possibilité de trouver des vols à moins de 600 € ! À condition que vos dates soient flexibles. À noter que la variation de prix dépend de la compagnie empruntée mais, surtout, du délai de réservation. Pour obtenir des tarifs intéressants, il est indispensable de vous y prendre très en avance. Pensez à acheter vos billets six mois avant le départ si possible. La plupart des vols comprennent au moins une escale et souvent deux. Si vous voulez un vol direct, il vous faudra rallier Madrid. Pour les escales, essayez de privilégier Miami, celles de New York étant plus facilement modifiées l'hiver, pour raison de neige.

Principales compagnies desservant la destination
Aéroports
Sites comparateurs

Certains sites vous aideront à trouver des billets d'avion au meilleur prix. Certains d'entre eux comparent les prix des compagnies régulières et low-cost. Vous trouverez des vols secs (transport aérien vendu seul, sans autres prestations) au meilleur prix.

En bus
Location de voitures
Se loger

En matière d'hébergement, le profil de Porto Rico est plutôt dans le haut de gamme. Disons surtout qu'il est souvent très difficile de dénicher un hôtel à moins de 50 US$ la nuit par personne. À partir de 100 US$ par nuit la chambre double, l'offre devient plus fournie. Porto Rico propose cependant de très nombreux hébergements, dans une gamme très variée. Du camping en bord de mer à l'hôtel 3-étoiles, en passant par la villa luxueuse louée à la semaine ou le resort pour les masses, il est possible de trouver de tout, le meilleur comme le pire, le bon marché, rarement comme le hors de prix, beaucoup plus fréquents. Les petits budgets choisiront le camping ou encore l'une des rares auberges de jeunesse qui se battent en duel dans le pays. La guest-house implique déjà un effort financier plus important sans être trop excessif. De toute façon, il ne faudra pas s'attendre à retrouver le confort fourni par un équivalent français ou européen, même pour des formules à 100 US$ la nuit.

Une autre solution sera de recourir à un pack vol+hôtel avec une agence de voyages qui propose des tarifs intéressants, sachant tout de même que la formule reste peu répandue, du moins dans les agences françaises. Enfin, certains hôtels, encore rares, proposent une formule tout inclus. Il faudra également surveiller les offres régulières qu'ils peuvent faire, souvent entre 3 et 7 nuits. À Porto Rico, les tarifs hôteliers sont souvent susceptibles d'être majorés par une taxe hôtelière municipale variant entre 7 et 9 %, et par l'IVU à 6 %. La politique tarifaire de l'hôtellerie portoricaine s'appuie sur la distinction entre saison basse, en principe de mai à décembre, et saison haute, de fin décembre à mi-avril. En saison basse, les prix chutent parfois de 20 à 30 %, selon les établissements. A noter que les mois de juin et juillet, qui correspondent aux vacances scolaires des Portoricains, sont aussi généralement considérés comme appartenant à la saison haute. La grande majorité du parc hôtelier et des lits se concentrent à San Juan, le long de la côte nord-est et sur la côte nord-ouest. Dans le reste de l'île, l'offre est plus réduite, mais il reste tout de même très facile de se loger mais en y mettant le prix.

Hôtels

En général, les hôtels relèvent plutôt de la catégorie à au moins 100 US$ la nuit pour une chambre double. À Porto Rico, une grande partie de leur fonds de commerce se fonde principalement sur la clientèle d'affaires et celle des expatriés, à majorité anglo-saxonne. L'autre grande partie de la clientèle concerne des retraités américains qui viennent profitent des belles températures de l'hiver. Ou des New-Yorkais venus passer un week-end pour les mêmes raisons. Cette tentative de classification a une répercussion directe sur les types de logements et de chambres disponibles à Porto Rico. On y trouve des hôtels proposant classiquement des chambres simples ou doubles, rarement bon marché, pour accueillir les couples. On y trouve aussi une importante offre composée d'appartements pour 4 personnes minimum. Ces logements, cottages, beach lofts, sont généralement charmants, très confortables, superbement équipés et leurs prix tournent autour de 150-250 US$ pour quatre personnes, ce qui revient à un tarif individuel plus intéressant. Dans l'ensemble, les hôtels sont bien tenus à Porto Rico. Il peut y avoir quelques mauvaises surprises bien sûr, mais rares sont les hôtels vraiment exécrables.

Chambres d'hôtes

Bien évidemment, dans le lot des établissements qui pratiquent les nuitées à moins de 100 US$, se trouvent essentiellement des bed & breakfast et des guest houses. Ils sont cependant assez peu nombreux, et lorsqu'on en trouve, il s'agit plus de petits hôtels que de véritables guest houses. Attention, certains n'incluent pas le petit déjeuner dans le prix. L'avantage principal est l'ambiance familiale qui y règne souvent, et qui permet d'échanger et d'en apprendre beaucoup sur le pays. Les propriétaires, toujours très accueillants et arrangeants, font généralement tout leur possible pour faciliter la vie de leurs hôtes, en leur donnant des conseils pratiques, des informations utiles sur les restaurants des alentours, les possibilités de balades, etc. Ils savent se montrer disponibles tout en restant discrets afin que l'intimité des clients soit préservée. La plupart de ces établissements ont également des sites Internet, sur lesquels vous pouvez réserver, mais aussi convenir à l'avance des extras du type transferts à l'aéroport.

Auberges de jeunesse

Les auberges de jeunesse à Porto Rico se comptent sur les doigts de la main. Vous pouvez y dénicher un lit dans un dortoir à un prix défiant toute concurrence, situé entre 25 et 40 US$. La réservation peut se faire aisément via le site très connu des auberges de jeunesse : www.hostelworld.com. Vous devrez payer un acompte de quelques euros et régler le reste à votre arrivée.

Campings

Les campings ne sont pas légion à Porto Rico et lorsqu'ils existent, ils se trouvent souvent dans un parc national ou en bord de plage. Il faudra compter entre 10 et 20 US$ selon le site pour planter sa tente. Les campings, appelés Centro vacionales sont, dans leur grande majorité, équipés de douches communes, de toilettes bien sûr, et d'un espace barbecue. Voici les aires de camping publiques que nous pouvons citer :

 

Camping Punta Guilarte, Arroyo, (+1 787 305 3150 ou +1 787 839 3565).

 

Camping Tres Hermanos, Añasco (+1 787 826 1610 ou +1 787 826 1600).

 

Camping Monte del Estado, Maricao (+1 787 873 5632).

 

Camping Cerro Gordo, Vega Alta (+1 787 883 2515).

 

Camping Sun Bay, Vieques (+1 787 741 8180).

Se déplacer

D'un point de vue touristique, les transports en commun sont le très gros hic de Porto Rico. Louer une voiture est dans ce cas l'une des solutions qui peut s'imposer au sortir de la capitale, San Juan. Mais attention aussi à divers points. Tout d'abord, le calcul du budget. Pensez à faire préciser le prix d'une location incluant taxes et assurances, ou à vous renseigner sur les mécanismes de réduction pour plusieurs jours de location. Pensez aussi au coût des parkings en ville. Enfin renseignez bien votre itinéraire car le GPS n'est pas toujours opérant. L'autre alternative, lesdits públicos (taxis collectifs) peuvent permettre aux non-motorisés de rallier quelques grandes destinations de l'île comme Ponce, Rincon, Fajardo... en planifiant un voyage réunissant 4 personnes et en partageant le coût du voyage ou en payant le prix fort du trajet. Son autre avantage : être conduit par une personne connaissant parfaitement le terrain.

Avion

L'avion est un mode de transport plutôt en vogue à l'intérieur de Porto Rico, mais il reste cher. Il existe un aéroport international (Isla Verde, Luis Muñoz Marín) et 9 autres aéroports capables d'accueillir des vols nationaux. Ils sont situés à Isla Grande (San Juan), Arecibo, Vieques, Culebra, Mayagüez, Humacao, Ceiba, Ponce et Aguadilla.

Bateau

C'est par ferry qu'il est le plus simple de rejoindre les magnifiques îles de Vieques et Culebra, depuis Fajardo, sur la Côte Est de Porto Rico. Des services de ferry existent également dans la baie de San Juan, pour rejoindre la vieille ville à Cataño, par exemple. La République dominicaine est également accessible en bateau, depuis San Juan.

Bus

Seule la ville de San Juan dispose d'un service de bus administré par la Autoridad Metropolitana de Autobuses pour permettre à ses citadins de se déplacer d'un bout à l'autre de la ville. Il existe également un système moderne, le train urbain, mais il ne dispose que d'une seule ligne, et ne dessert qu'une partie de la capitale.Comme dans beaucoup de pays de la région, Porto Rico dispose également d'un système de taxis collectifs, s'apparentant souvent à de grands vans. Ces derniers relient les principales villes du pays et autres communautés entre elles. Ils sont appelés Públicos. On les prend aux terminaux des villes. Un conseil : préparez votre voyage en prévoyant de partager le coût de ces taxis.

Train

Il n'existe aucune ligne de train en service entre les différentes villes de Porto Rico. La seule qui fonctionne actuellement est celle du train urbain de San Juan. Cette voie ferrée souterraine et aérienne permet de relier Bayamón, au sud de la capitale, à Santurce, en passant par la zone universitaire de Río Piedras et le centre d'affaires de Hato Rey. Au total, il existe actuellement 16 stations. Le Tren Urbano fonctionne de 5h30 à 23h30.

Voiture

Conduite. Comme aux Etats-Unis, on conduit à droite. Sur les autoroutes, le trafic est généralement dense et il est impératif de jeter un oeil sur ses deux rétroviseurs  : on peut aussi bien vous doubler sur la gauche que sur la droite. Dans les campagnes, les panneaux de localisation et de direction sont le plus souvent inexistants. Dans l'ensemble, le réseau routier est généralement en bon état. Sur la route panoramique qui traverse le pays en son coeur, il faudra se méfier des routes sinueuses. Il s'agira de faire particulièrement attention aux virages en épingle qui peuvent surprendre, d'autant plus que les voies sont étroites, et ne pas hésiter à utiliser le klaxon à l'entrée des virages.

À San Juan plus qu'ailleurs, il faut être particulièrement vigilant quant à l'endroit où l'on se gare. L'absence de tout panneau ou marquage ne signifie pas forcément qu'il est possible de se garer et on peut facilement se faire embarquer son véhicule à la fourrière sans que l'on se soit senti en tort. Pour éviter ce type de désagrément, il ne faut pas hésiter à se faire confirmer par les gens que le stationnement à l'endroit voulu est autorisé ou à privilégier les parkings surveillés et payants du centre-ville. De nombreux parkings payants existent. Comme partout, le port de la ceinture est obligatoire. Il est interdit de posséder une bouteille d'alcool ouverte dans la voiture, que ce soit au niveau du conducteur ou à l'arrière. Il est également prohibé de téléphoner au volant, bien que beaucoup de Portoricains le fassent. Dans la plupart des cas, il est possible de tourner à droite même si le feu est rouge et lorsque la voie est libre, bien entendu. Enfin, comme aux Etats-Unis, les feux tricolores sont systématiquement placés de l'autre côté de la voie. Il faut donc penser à anticiper pour s'arrêter s'il est au rouge.

Signalisation. Il s'agit de la même signalisation que celle employée aux Etats-Unis. Sur les panneaux, les distances sont indiquées en miles (1 mile = 1,6 km). A noter cependant que sur le bord des routes, les bornes kilométriques indiquent les centaines de mètres et les kilomètres. Il est également bon de savoir que le panneau ressemblant à un cédez-le-passage à l'envers indique en fait un stop !

S'orienter. Le système routier portoricain est organisé comme celui des Etats-Unis, à savoir que les routes et autoroutes portent toutes des numéros. Les numéros composés d'une ou de deux unités désignent les routes les plus importantes, telles que la n°2 qui fait le tour de la Côte Ouest. Les routes départementales comptent trois numéros, et les tout petits axes possèdent eux quatre unités. Pour s'orienter, rien de plus simple. Il suffit de suivre le point cardinal recherché... encore faut-il savoir si la destination se trouve au nord, au sud, à l'est ou à l'ouest du point de départ. Par exemple, depuis San Juan, il faut emprunter la route n° 22 West pour rejoindre Arecibo.

Essence. Trouver du carburant est chose facile sur l'île. Très vite, on brûle beaucoup d'essence sur les routes escarpées du Centre de Porto Rico. Faire le plein est en revanche très économique  : 1 litre coûte environ 1US$. Les stations sont généralement ouvertes jusqu'à 19h. Un service automatique prend alors le relais. Les stations de marque Texaco sont les plus courantes, mais pas celles dans lesquelles l'essence coûte le moins cher.

Location de voitures. La voiture étant le mode de transport des Portoricains à 99,99 %, il n'est pas étonnant de trouver des loueurs de voitures presque partout. L'avantage, c'est qu'en comparaison à ce qu'on peut voir sur le marché européen, leurs prix sont plus abordables. Comptez un minimum de 50 US$ la journée de location avec taxes pour les moins chères. La plupart des grands noms de la location de voitures sont présents à Porto Rico, tels qu'Avis, Hertz, Budget. Ces compagnies restent les plus fiables, et par contre un peu moins bon marché. Les compagnies nationales bien représentées dans le pays, telles qu'Enterprise Rent A Car ou encore Charlie Rent A Car, tout à fait dignes de confiance également. Comme sur le sol américain, certaines assurances sont obligatoires, tel le CDW, pour couvrir les dommages sur la voiture en cas d'accident. Il est peu conseillé d'emmener sa voiture louée sur un ferry pour aller à Vieques et Culebra. La raison en est simple ; en cas d'incident, aucun technicien de l'agence ne pourra venir vous dépanner.

Des assurances complémentaires (loss damage waiver), qui sont chères mais bien utiles pour éviter d'avoir à payer une fortune en cas d'accident majeur, seront proposées. Les voitures sont climatisées. Il est très rare de trouver des véhicules équipés d'un boîtier manuel  : la mode est à l'automatique. En conséquence, les voitures ne possèdent que la pédale de frein et celle de l'accélérateur. Si vous avez des difficultés à comprendre le fonctionnement du boitier au départ, n'hésitez pas à vous le faire expliquer. Louer une voiture est une bonne option dès lors qu'on a l'intention de faire quelques kilomètres au départ de son hôtel. Pour louer une voiture à Porto Rico, le permis de conduire national suffit. Par simple précaution, il ne faut pas hésiter à se procurer un permis international. Cependant, dans le cas d'un séjour de plus de 120 jours, il faudra passer le permis portoricain. D'autre part, il faut impérativement avoir 21 ans pour pouvoir louer une voiture. Une assurance pour tous les conducteurs en dessous de 25 ans est alors ajoutée au contrat, s'élevant de 5 à 10 US$ par jour selon les agences.

Taxi

Il existe des taxis un peu partout sur l'île mais ils se font de plus en plus rares, dépassés par l'entreprise internationale Uber également présente à Porto Rico. Selon la loi, ils sont tous censés être équipés d'un compteur, même si celui-ci ne tourne pas toujours. Il est conseillé de demander au chauffeur de le faire tourner pour éviter de se faire arnaquer. Cependant, il faut savoir qu'à San Juan, le système est un peu différent avec les taxis pour touristes de la compagnie Metro Taxi. Ces derniers suivent des prix déjà établis pour certains trajets. Pour les trajets dont le tarif n'est pas fixé, il faut compter un minimum de 5 US$ comme tarif de base pour le premier mile, puis environ 1,90 US$ pour chaque mile. Il faut s'attendre aussi à devoir payer un supplément pour chaque bagage (1 à 2 US$ par article).

Deux-roues

Vélo. Hormis les deux petites îles de Vieques et Culebra, il n'est pas conseillé de chercher à faire le tour de Porto Rico à vélo. Les routes nationales sont de mauvaise qualité. Traverser le coeur de l'île à vélo, sur la route panoramique, peut s'avérer constituer un séjour trépidant si vous êtes du genre très aventurier. Dans les centre-villes, les pistes cyclables sont rares, voire inexistantes.

 

Location de motos ou de scooters. Il existe peu d'adresses de location, a fortiori à San Juan. Sur l'île, on les compte sur les doigts de la main. Un permis voiture français est suffisant pour louer une 125 cm3. En revanche, un permis moto est exigé pour les plus grosses cylindrées.

Adresses Futées de Porto Rico

Où ?
Quoi ?
Avis