Guide du Kirghizistan : Conseils

Hygiène alimentaire. Il faut respecter au Kirghizistan les précautions d'hygiène inhérentes à tout voyage. La viande est en général cuite au barbecue, et suffisamment longtemps pour ne présenter aucun danger particulier. Elle est de toute façon très fraîche, surtout si l'on mange dans les bazars. Les salades de concombres et tomates, très courantes dans tout le pays, doivent faire l'objet de plus de précautions. Veillez à être certain que les produits ont été correctement lavés et épluchés. Quant aux fruits, il vaut mieux se contenter de ceux que l'on peut éplucher. Sinon, les plus prudents les laveront avec de l'eau minérale ou purifiée.

Eau. L'eau du robinet n'est pas potable, mais le thé, fait à partir d'eau bouillie, ne pose aucun problème et des bouteilles d'eau minérale sont en vente partout. Statistiquement, un voyageur sur deux est touché par la turista au cours des 48 premières heures et 80 % des maladies contractées en voyage sont directement imputables à une eau contaminée. Certes, une turista est heureusement souvent bénigne mais une diarrhée contractée en zone à risques peut aussi dissimuler des amibes, la giardia, des bactéries ou des virus, qui peuvent être vecteurs de maladies graves (typhoïde, choléra, par exemple). La plus grande prudence s'impose donc. Il ne suffit pas d'éviter de boire de l'eau du robinet  : les glaçons, les aliments lavés avec de l'eau impure ou le brossage des dents avec l'eau du robinet sont des vecteurs de contamination. Mieux vaut donc prévenir que guérir  : achetez si possible des bouteilles d'eau capsulées. Un bon conseil  : ayez toujours sur vous des comprimés désinfectants. Rien n'est plus simple  : un comprimé dans votre gourde ou dans votre bouteille d'un litre et vous êtes tranquille. Utilisez-les pour vous brosser les dents ou pour boire un peu d'eau en pleine nuit ou même pour laver vos fruits. Selon le lieu, les circonstances ou le type de voyage, on ne trouve pas partout des bouteilles capsulées et on ne peut pas toujours faire bouillir son eau.

Avant de partir, vous pouvez acheter du Micropur Forte DCCNa® - seul produit sur le marché qui purifie l'eau rapidement, élimine bactéries, virus, giardia et amibes, et permet à l'eau de rester potable. Il existe aussi Aquatabs® ou Hydroclonazone® (le moins cher mais le goût de chlore est très prononcé et seules les bactéries sont éliminées). Pour les aventuriers, un filtre à eau est indispensable pour filtrer l'eau boueuse. Les filtres Katadyn® répondent aux attentes de ces baroudeurs avec plusieurs modèles, dont le célèbre filtre-bouteille qui permet d'avoir de l'eau potable instantanément, sans pomper, et qui élimine aussi les virus.

Urgences. Toutes les infrastructures médicales étaient autrefois " sponsorisées " par le régime soviétique, et la transition dans ce domaine a été très difficile au Kirghizistan. En dehors des capitales, la situation médicale est encore plus mauvaise, et en cas de problème, il faut essayer de regagner au plus vite les grandes villes. Pour les séjours dans les montagnes, il faut faire particulièrement attention aux risques liés à l'altitude. Monter progressivement, et redescendre immédiatement en cas d'alerte : il est inutile de préciser que les villages d'altitude ne sont pas équipés pour traiter les conséquences médicales d'un accident lié au mal des montagnes.

Urgences médicales : ✆ 103

Pour vous informer de l'état sanitaire du pays et recevoir des conseils, n'hésitez pas à consulter votre médecin. Vous pouvez aussi vous adresser à la Société de médecine des voyages du centre médical de l'Institut Pasteur au ✆ 01 40 61 38 46 (www.pasteur.fr/sante/cmed/voy/listpays.html) ou vous rendre sur le site du Cimed (www.cimed.org), du ministère des Affaires étrangères à la rubrique " Conseils aux voyageurs " (www.diplomatie.gouv.fr/voyageurs) ou de l'Institut national de veille sanitaire (www.invs.sante.fr).

Adresses Futées du Kirghizistan

Où ?
Quoi ?
Ailleurs sur le web
Avis