Guide d'Afrique du Sud : Population et langues

L'Afrique du Sud comptait quelque 56,5 millions d'habitants en 2017, selon les estimations du gouvernement. Sur un territoire vaste comme 2,5 fois la France mais deux fois plus petit que celui de l'Algérie, le Sida frappe près de 19 % de la population adulte en 2018 (19 % chez les femmes de 15 à 49 ans), perturbant les données démographiques. Un quart de la population vit dans la province du Gauteng (Pretoria et Johannesbourg), environ 20 % dans le Kwazulunatal (Durban mais aussi la campagne très peuplée), 12,5 % dans l'Eastern Cape (Port Elizabeth, East London et les campagnes très peuplées), 11,5 % dans le Western Cape (Le Cap), 10,5 % dans le Limpopo, le reste dans des provinces plutôt désertées.

Les Noirs représentent 79,2 % de la population, les métis " coloured " 8,9 %, les Blancs 9,4 % et enfin les Indiens/asiatiques 2,5 %. Il y a deux grands groupes linguistiques bantou, séparés (approximativement) par la chaîne Drakensberg-Karoo : à l'ouest les BaSotho (peuples Sotho du nord et du Sud, Tswana) à l'est les Nguni (peuples zoulou, swazi, xhosa, ndebele). Deux autres groupes occupent une position marginale au Mpumalanga : les Tsonga à la frontière mozambicaine et les Venda à la frontière du Zimbabwe.

On dénombre onze langues officielles : l'anglais, l'afrikaans, le zoulou, le xhosa, le ndebele, le sotho du nord, sotho du Sud, swazi, tswana, tsonga et venda, mais d'autres langues sont parlées dans le pays, comme le san, le nama (descendants de KhoiKhoi près du Botswana et de la Namibie)... Les trois principales langues maternelles parlées sont le zoulou avec 23,8 % de locuteurs, le xhosa (17,6 %), l'afrikaans (13,3 %) et l'anglais (8,2 %). Mais sachez que quasiment tout le monde parle anglais !

Peuple zoulou. Ce groupe très puissant est originaire de la partie la plus verte du pays, le Natal. Dans les années 1820, sous les ordres de Shaka, les Zoulous ont semé la terreur dans toute la sous-région. Leur combativité les a amenés à affronter d'autres tribus noires, mais aussi les Boers et les Anglais auxquels ils infligèrent une des plus terribles corrections de l'histoire coloniale. Aujourd'hui, les " fils du ciel " conservent un poids politique certain, notamment grâce à leur roi. Parlée par 23,8 % des Sud-Africains, la langue des Zoulous est la première du pays.

Peuple swazi. Les ancêtres du peuple actuel vivaient sur la côte du Mozambique. Environ la moitié de la population vit dans le royaume indépendant du Swaziland, un petit Etat coincé entre l'Afrique du Sud et le Mozambique. Un système de régiments royaux, que l'on intégrait en fonction de son âge, a permis aux Swazi de rester très soudés face aux agresseurs ; en Afrique du Sud, ils sont concentrés dans la région de l'ancien territoire autonome du KaNgwane.

Peuple xhosa. Le " peuple rouge " - les adultes portaient souvent des vêtements teints en rouge - est le plus méridional de tous les peuples bantou, sur la côte est de l'Afrique du Sud. Contrairement à celle des Zoulous, leur société traditionnelle est organisée de manière très souple. Il n'existe aucune séparation entre les dieux et la nature dans laquelle se trouve l'homme. Au début du XVIIIe siècle, les Xhosa ont été les premiers Noirs à rencontrer les Blancs. Du contact avec les Bochiman, leur langue (parlée par 17,6 % de la population, soit la deuxième du pays) conserve les fameux " clics ". Nelson Mandela est né à Mvezo, en pays xhosa.

Peuple ndebele. Les Ndebele vivent au nord-est et à l'est de Pretoria. Fortement influencé par leurs voisins sotho, ce petit groupe n'en a pas moins développé une forme d'art aujourd'hui reconnue. Chaque maison ndebele est décorée de motifs géométriques aux couleurs vives. Certaines femmes ndebele portent des parures de 25 kg ; les anneaux de cuivre, perlés, s'empilent autour du cou et de la taille. Leur nombre correspondrait à la réputation de la santé sexuelle de l'époux.

Les Sotho. On distingue les Sotho du Nord. Il s'agit d'un ensemble de peuples parlant principalement le pedi. Les guerriers du chef Mzilikazi mirent fin à l'empire des Pedi. Les Sotho du Nord sont répandus de la frontière du Zimbabwe à Pretoria. Le peuple lobedu vénère toujours la " Reine de la Pluie " appelée Modjadji, descendante d'une princesse exilée du XVIe siècle. La reine, que ses sujets voient immortelle, ne se marie jamais. Elle porte les enfants d'hommes anonymes. Une de ses filles devient reine à son tour, recevant le pouvoir de faire tomber la pluie sur les cultures. On citera également les Ntwana du Mpumalanga, dont les femmes portent des anneaux autour du cou et de la taille, comme les femmes ndebele. Les trois couleurs sont le blanc, le rouge et le bleu, que l'on retrouve sur le plumage de l'aigle annonciateur de la pluie. Le sepedi est la quatrième langue la plus parlée du pays.

Peuple tswana. La tradition orale tswana nous apprend que ce peuple est constitué de nombreux clans rivaux, dispersés depuis des siècles sur un immense territoire entre l'actuel Botswana et le Lesotho. Au XIXe siècle, ces tribus contrôlaient une bonne partie de l'ouest du Transvaal, avant d'être dispersées par des hordes de Zoulous. Aujourd'hui, le Botswana (densité 2 hab./km²) est peuplé à 80 % de Tswana. En Afrique du Sud, environ trois millions de Tswana vivent sur le territoire éclaté de l'ancien bantoustan indépendant du Bophuthatswana entre le nord de Pretoria et l'est de Bloemfontein.

En 1994, peu avant les élections sud-africaines, les Tswana ont fait leur révolution populaire pour obtenir, contre l'avis de leur président, leur réintégration à l'Afrique du Sud. Les touristes ne connaissent souvent du pays tswana que le fameux complexe de Sun City, véritable cocktail africain de Las Vegas et de Disneyworld.

Les Sotho du Sud (Lésothans) vivent quant à eux autour de Phuthaditjhaba, l'ancienne capitale du bantoustan du QwaQwa. C'est l'histoire étonnante d'un ensemble de clans qui allaient devenir un peuple, puis une nation, grâce à un grand chef et aux missionnaires français. Vers 1825, leur chef Moshesh regroupe plusieurs tribus harcelées par les Zoulous et se retranche derrière la forteresse montagneuse des Maluti. Dans son nid d'aigle, il se fait roi et sollicite l'aide des missionnaires. En 1933, la Mission évangélique de Paris lui envoie trois jeunes pasteurs, dont le Béarnais Eugène Casalis, qui deviendra son plus proche conseiller politique. Pendant de longues années, le roi et les missionnaires conduisent les affaires du territoire au grand agacement des Boers. Vers 1860, l'Eglise catholique s'intéresse, elle aussi, aux Sotho. Le père Jean-François Allard fonde une mission, Roma, qui est aujourd'hui la ville universitaire du Lesotho.

Les Tsonga. Soshangana, chef zoulou en exil, quitte le Natal et gagne le Mozambique, où il soumet la population tsonga pour fonder un empire. En 1894, à l'heure du déclin, les Tsonga émigrent dans les basses plaines du Mpumalanga et au nord du Natal. Autour du parc Kruger, les Tsonga, qui s'appellent Shangaan en hommage à leur grand chef, sont considérés comme les meilleurs pisteurs en brousse.

Les Venda. Ce peuple très mystérieux se rassemble dans la région du Nord, principalement sur le territoire de l'ancien bantoustan indépendant du Venda. Les traces d'installation remontent à 1700 avant Jésus-Christ. Les Venda ont appartenu, un temps, à l'empire du Monomotapa au Zimbabwe. De fructueux rapports commerciaux ont été établis très tôt avec les navigateurs de l'océan Indien. Protégé par la barrière naturelle du Soutpansberg, ce peuple a su développer une culture traditionnelle très particulière autour d'un animal sacré, le python. Une prêtresse vous donnera peut-être l'autorisation d'entrer sur le site sacré du lac Fundudzi, résidence du dieu Python !

Après l'accession à l'indépendance par rapport à l'Afrique du Sud en 1979, et jusqu'en 1994, les dirigeants de l'Etat ont basé leur autorité sur la terreur. On ordonnait au plus haut niveau des meurtres rituels précédés de mutilations atroces. En 1986, une chasse à l'homme fut organisée pour imposer la circoncision. Les Lemba, qui vivent parmi les Venda, sont considérés comme étant les descendants des commerçants sémites venus d'Orient.

Les San. Il y a plus de 20 000 ans, leur territoire s'étendait de la corne de l'Afrique au cap de Bonne-Espérance. Petits, le teint ocre, la peau très ridée, les pommettes saillantes, les San (du néerlandais bosjesman, " homme de la brousse ", bushman en anglais, bochiman en français) ont le type mongoloïde. Ils se déplaçaient sur de grandes distances, en petits groupes, sans être soumis à une hiérarchie quelconque. Ce peuple du fond des âges, qui ne compte que quelques centaines de représentants en Angola, en Namibie, au Botswana et en Afrique du Sud, lègue aux générations futures des milliers de peintures et de gravures.

Les Khoï. Contrairement aux Bochiman, les Khoï pratiquaient l'élevage. Ils vivaient dans toute l'Afrique australe, en habitat semi-groupé, contraints à se déplacer souvent pour renouveler les pâturages. De nos jours, environ 35 000 Khoï subsistent en Namibie : ce sont les Nama. En Afrique du Sud, des communautés métissées khoï vivent bien organisées à Griquatown, à Kokstad ainsi qu'aux portes du Richtersveld.

Les métis. Les premières populations métis, ou coloured comme on les appelle ici, étaient les descendants des colons blancs et des femmes esclaves déportées de leur pays d'origine et souvent violées par leur maître. Aujourd'hui, après plus de 300 ans de métissage, ils ont du sang européen, africain (des esclaves venus d'Afrique centrale et de l'Ouest), malgache, malais, indonésien, indien et d'autres peuples d'Asie. Ils ont construit une culture qui leur est propre, sont les premiers locuteurs de l'afrikaans et mènent une vie aussi proche que possible de celle des Africains blancs. Cette communauté, installée surtout au Cap et dans le Karoo, a toujours joué un rôle politique ingrat. Sous l'apartheid, les Métis formaient une " race " distincte (d'où la majuscule !) qui avait la faveur des Blancs.

Ce groupe est durement touché par l'alcoolisme, car leur paye était encore tout récemment " versée "... en liquide dans la région où ils vivent en majorité en constituant les petites mains des grands vignobles. Les métis sont en général chrétiens, assez souvent catholiques, à l'exception des Malais qui eux sont les descendants d'activistes musulmans expulsés des colonies d'Asie par les Bataves. Ils forment plus de 50 % de la population totale dans les provinces du Cap occidental et du Cap-Nord.

Les Blancs, Boers et anglophones. C'est la seule tribu blanche d'Afrique (environ 5 millions d'habitants, soit 9,4 % de la population), qui était en perte de vitesse face à l'exil de certains en Europe et aux Etats-Unis, mais qui connaît un nouveau phénomène de retour au pays depuis 2008. Ils sont divisés en deux camps bien distincts qui ne s'apprécient pas beaucoup : les Afrikaners ou Boers (60 % des Blancs), descendant des colons hollandais, qui parlent afrikaners (ainsi que les métis du Cap), sont très conservateurs et fervents chrétiens, et les anglophones (40 % de la population) descendant des colons anglais, plutôt démocrates et progressistes. Une détermination et un courage hors du commun, une foi chrétienne chevillée au corps, un enracinement africain sans billet de retour, un complexe de supériorité né de leur expérience unique, un mépris congénital de l'Anglais... Voilà les Afrikaners, avec les risques de la simplification que cela comporte. Un bémol cependant, la nouvelle génération est moins à cheval sur les principes de papa, plus ouverte mais tout aussi craintive des Noirs. Après la fin de l'apartheid, certains Blancs très conservateurs ont voulu créer leur communauté entièrement blanche, baptisée Orania dans le Free State, constituée aujourd'hui de fermiers blancs vivant dans un autre siècle, plutôt miséreux et isolés (www.orania.co.za). Les Anglophones descendent des colons britanniques de 1820, des commerçants du Natal ou des chercheurs d'or et de diamants. Traditionnellement plus libéraux que les Afrikaners, c'est-à-dire plus à gauche, ils ont adopté un style de vie colonial sans toutefois se défaire de leurs attaches européennes, au cas où un jour il leur faudrait partir.

Les Français huguenots arrivés avec les premiers colons hollandais ont évidemment été assimilés aux Boers au cours des siècles, seuls les patronymes restent : 25 % des noms Afrikaners sont d'origine française. On trouve aussi des petites minorités de descendants portugais et allemands.

Les Indiens et asiatiques. Avec 1,2 million d'habitants, c'est la communauté indienne la plus importante au monde à vivre en dehors de ses frontières. Sa formation remonte à 1860, lorsqu'un grand nombre d'Indiens de Madras ont été amenés en Afrique du Sud pour travailler dans les plantations sucrières, en qualité d'employés car les Anglais étaient anti-esclavagistes mais recherchaient de la main-d'oeuvre bon marché. Plus de 80 % des Indiens vivent encore au KwaZulu-Natal aujourd'hui, principalement à Durban surnommée à Bombay africaine. Ils parlent tous anglais mais pratiquent aussi leurs langues maternelles. Deux tiers d'entre eux sont hindous, les autres musulmans.

L'Afrique du Sud compte encore 13 000 Chinois, descendant des 63 000 Asiatiques venus travailler dans les mines d'or au début du siècle.

Les étrangers expatriés. Disons-le, l'Afrique du Sud, c'est l'auberge espagnole. Le pays compte 600 000 Portugais, la plupart repliés d'Angola et du Mozambique, 80 000 Grecs, 60 000 Italiens et quelque 10 000 Français. Les juifs forment une minorité d'environ 120 000 personnes, très active dans les milieux d'affaires. Environ 500 000 personnes se disent originaires d'un des pays de la Communauté de développement de l'Afrique australe. Si beaucoup d'affairistes habitent plutôt à Johannesburg, la région du Cap est choisie pour sa qualité de vie par des expatriés en mal de soleil qui travaillent essentiellement dans le tourisme.

Les clandestins, de 3 à 8 millions ? Les clandestins sont principalement mozambicains et zimbabwéens. Selon Carien Engelbrecht, coordinatrice chez Planact, la population de Johannesburg est constituée de 10 à 30 % d'immigrés sans papiers, mais elle reste évidemment difficile à évaluer.

L'immigration clandestine en provenance d'Afrique francophone (RDC, Burundi, Rwanda, Cameroun, Sénégal) se chiffre en dizaines de milliers. Certains clandestins prennent des risques incroyables pour entrer en Afrique du Sud. Ils traversent le Limpopo plein de crocodiles ou errent dans le parc Kruger, à la barbe des lions.
Dans une lettre adressée à un quotidien local, un Sud-Africain s'est élevé contre le triste destin des fauves, abattus pour avoir mangé des étrangers en situation irrégulière... (Lire Le Safari de notre vie de Nadine Gordimer).

A lire : Vanishing Cultures of South Africa, Peter Magubane, préface de N. Mandela. Editions Struik.

Le phénomène de « révolution de retour au foyer »

En discutant avec des Afrikaners, vous aurez l'impression que les Blancs sont pour beaucoup en train de fuir vers l'Europe ou l'Australie et que la politique du gouvernement va précipiter le pays dans le chaos. Le discours, si redondant, est quelque peu élimé depuis la crise économique de 2008 et les améliorations des conditions de sécurité dans le pays cette dernière décade. En effet, en 2006, environ 16% de la population blanche d'Afrique du Sud (environ 850 000 personnes) avait fui le pays depuis la chute de l'aparthied (décade 1995-2005), pour deux raisons principales : la hausse fulgurante de la criminalité à son paroxysme il y a dix ans - spécialement contre les plus riches - et le manque de postes qualifiés, car réservés aux Noirs depuis la mise en place du BEE en 2003.

Néanmoins, après avoir crié au chaos, certains Blancs reviennent en Afrique du Sud, beaucoup ayant vécu des déconvenues financières et professionnelles dans des pays pas forcément très dynamiques, voire en pleine crise économique, et avec un taux de chômage assez élevé et des jeunes surqualifiés. Le phénomène qualifié de " révolution de retour au foyer " a été poussé par la crise mondiale de 2008, et les exilés ont finalement trouvé l'Afrique du Sud assez attractive pour rentrer au bercail. Bien qu'il n'y ait pas de statistiques officielles, Charles Luyckx, le directeur exécutif d'Elliott International qui détient près de 30 % des parts de marché du déménagement, affirme alors que l'on comptait quatre départs pour un retour en 2008, alors que le ratio se rapprochait d'un départ pour une arrivée en 2009. L'arrivée de nouveaux migrants européens en quête de soleil et d'une vie au Cap notamment nouvelle a aussi encouragé bon nombre de Blancs sud-africains à rentrer. Ainsi, on estime à 500 000 le nombre de citoyens britanniques sur le sol sud-africain en 2017, contre 210 000 en 2005 (en plein pic de criminalité dans le pays).

Adresses Futées d'Afrique du Sud

Où ?
Quoi ?
Avis