Guide de Mauritanie : Politique et économie

Politique
Structure étatique

La Constitution. Comme beaucoup d'anciennes colonies françaises ayant accédé à l'indépendance dans les années 1960, la Mauritanie a adopté une Constitution assez proche du système français. Au niveau du pouvoir exécutif, représenté par le Président de la République et le Premier Ministre, comme au niveau du pouvoir législatif entre les mains du Parlement, constitué de l'Assemblée nationale et du Sénat. Le 25 juin 2006, les Mauritaniens approuvent massivement (96 %) la réforme de la Constitution. Les principales mesures de cette révision sont l'interdiction faite au chef de l'Etat d'exercer plus de deux mandats, ces derniers étant ramenés à 5 ans et l'impossibilité d'occuper cette fonction au-delà de 75 ans. L'actuel Président a décidé de s'y conformer.

Les pouvoirs. L'exécutif est dominé par le Président de la République. C'est lui qui choisit le Premier Ministre et les ministres. L'élection présidentielle s'effectue au suffrage direct, le Président est élu pour 5 ans. S'agissant de ses prérogatives, il peut dissoudre l'Assemblée nationale et consulter les Mauritaniens par référendum. Le législatif est assuré par le Parlement monocaméral. Celui-ci comprend les 157 membres de l'Assemblée nationale, le Sénat ayant été dissous en 2017. Les députés, élus au suffrage direct pour 5 ans, peuvent voter une motion de censure. La régularité des élections et la vérification de la légalité des lois votées par le Parlement, dans le respect de la Constitution, sont assurées par le Conseil constitutionnel. Ce dernier comporte trois membres nommés par le Président de la République, deux par le président de l'Assemblée nationale et un par le président du Sénat. Ces 6 membres ont un mandat de 9 ans non renouvelable.

Partis

Aux dernières élections parlementaires (2018), l'Union pour la République (UPR), parti au pouvoir, a obtenu une majorité absolue de 89 sièges à l'Assemblée nationale qui en compte 157, a obtenu la présidence de la totalité des 13 conseils régionaux et a remporté près de 200 mairies dur 219. Une trentaine de sièges de députés sont en outre dévolus aux partis alliés de la majorité présidentielle. 22 partis politiques ont fait leur entrée à l'Assemblée nationale. L'opposition est représentée par 37 élus : 28 députés de l'opposition dite radicale et 9 élus de l'opposition dite dialoguiste. Le taux de participation était de 73 % au premier tour et de 56 % au second.

Enjeux actuels

En Mauritanie, la politique du président Mohamed Ould Abdelaziz, arrivé au pouvoir en 2008 à la faveur d'un coup d'Etat, n'est pas du goût de tout le monde. Sous l'impulsion des révolutions dans le monde arabe début 2011, plusieurs manifestations anti-régime ont bravé l'interdiction de rejoindre la rue, sans jamais dépasser plusieurs centaines de manifestants. On se souvient également de ce Mauritanien de 43 ans qui s'était immolé par le feu en janvier 2011 dans sa voiture, devant le Sénat mauritanien. Si les revendications pour plus de démocratie existent réellement, le coup d'Etat reste dans les mémoires, ce qui explique en grande partie la faible implication de la population dans ces manifestations. Le président a toutefois promis de ne pas aller au-delà de 2019, limite de ses deux mandats constitutionnels.

En août 2017, le Sénat a été supprimé suite à un référendum approuvé par plus de 85 % de la population, même si une grande partie de l'opposition et de la société civile a boycotté le scrutin. Le pays a entre-temps rejoint en tant qu'Etat associé la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), qu'il avait quittée en 2000.

Par ailleurs, la lutte contre les mouvements radicaux islamistes se fait parfois au détriment des libertés fondamentales. Autre préoccupation majeure : l'esclavagisme pratiqué par la population arabo-berbère à l'égard des Haratins, et régulièrement pointé du doigt dans les rapports internationaux. Le gouvernement nie de toutes ses forces, estimant qu'il s'agit de liens librement consentis entre une personne et sa famille d'adoption.

Un Mauritanien pour superviser le Sahel

Conseiller spécial pour le Sahel du secrétaire général de l'ONU, le Mauritanien Ibrahim Thiaw a la lourde tâche de superviser le plan de soutien de l'ONU 2018-2030 pour cette région et qui englobe dix pays : Mauritanie, Mali, Niger, Tchad, Sénégal, Gambie, Guinée, Burkina Faso, Nigeria et Cameroun. Le programme est subdivisé en six objectifs prioritaires, de la consolidation de la paix aux énergies renouvelables en passant par l'autonomisation des femmes et des jeunes. Son objectif sera de fédérer les myriades de projets dans cette région complexe. " C'est quand même un paradoxe extraordinaire d'avoir une région aussi riche en ressources naturelles et des populations aussi pauvres ", a-t-il déclaré. Ibrahim Thiaw est entré au Programme des Nations unies pour l'environnement en 2007 et dispose d'une expérience de près de 40 ans dans le développement durable, la gouvernance environnementale et la gestion des ressources naturelles. Il est titulaire d'un diplôme supérieur en foresterie.

Économie

La Mauritanie est un des pays les plus pauvres du monde, et le plus pauvre du monde arabe. En 2014, on estimait à 31 % le nombre de citoyens vivant sous le seuil de pauvreté. Pourtant le pays est loin d'être pauvre, son sous-sol étant riche en ressources minières, et si le cours du fer a tendance à se tasser, des gisements de pétrole et d'or pourraient compenser le manque. Les eaux sont poissonneuses, et la région du fleuve Sénégal est fertile pour toutes les cultures vivrières.
La population continue de croître à un rythme élevé, environ 2,32 % par an actuellement (2016), mais cette croissance a beaucoup baissé depuis 2000 (2,8 % entre 2000 et 2013). Le pays atteindra bientôt les 4 millions d'habitants. Les nomades représentaient environ 12 % de la population en 1988, et ne comprennent aujourd'hui plus que 1,9 % de cette population totale, soit 66 328 personnes (recensement 2013). Ils se sont rapidement sédentarisés, à la faveur, notamment, de la création de nouvelles villes dans le désert. La capitale, Nouakchott, concentre aujourd'hui le tiers de la population.

Les dromadaires trafiquants

La Mauritanie est un paradis pour les fumeurs, car le prix des cigarettes y est très bas. Un paquet de cigarettes américaines blondes aux couleurs rouge et blanc vaut 100 MRU. Une grosse commande permet de le payer encore moins cher. Cet état de fait entraîne un trafic entre la Mauritanie et les Etats voisins. Il existe différentes manières pour faire franchir une frontière à des marchandises prohibées, mais celle que nous vous présentons ci-dessous est certainement une des plus originales. Imaginez un point A et un point B distants de plusieurs dizaines de kilomètres. Entre les deux, une frontière F assez perméable, mais où un contrôle est possible. Une caravane de marchandises en règle s'élance du point A, où les dromadaires sont longuement et abondamment abreuvés, pour se rendre au point B. La frontière F est passée sans encombre. Une fois arrivés au point B, les commerçants vendent leurs marchandises le plus normalement du monde, puis restent quelques jours sur place sans faire boire les dromadaires. Un jour, les chameliers chargent les animaux de marchandises illicites (des cigarettes, la plupart du temps) et reviennent rapidement au point A sans leurs montures. C'est à ce moment que le tour se joue. Les dromadaires ont la particularité, s'ils sont très assoiffés et libres de leurs mouvements, de toujours revenir au dernier puits où ils se sont abreuvés. Cet instinct naturel de survie les conduit tout naturellement à rejoindre seuls le point A, en franchissant au passage la frontière F. Ce stratagème fonctionne à 99 %. Dans le cas contraire, si un contrôle intercepte le convoi, les marchandises prohibées sont perdues mais les trafiquants ne sont pas inquiétés puisqu'ils attendent sagement la caravane au point A. Les frontières s'étirant sur des milliers de kilomètres, le plus souvent dans des endroits désertiques et difficiles d'accès, il est impossible aux autorités de les surveiller entièrement. De plus, les trafiquants connaissent parfaitement la topographie des lieux.

Principales ressources

Agriculture. Depuis toujours agropastorale, l'économie mauritanienne a été contrainte, à cause de sécheresses répétées, de s'orienter vers davantage de culture et moins d'élevage. Les troupeaux sont les premières victimes lorsque la pluviométrie est insuffisante.

La société s'en est trouvée modifiée, les éleveurs dont les troupeaux avaient été décimés n'ayant pas d'autres solutions que de se sédentariser.
Le cheptel se compose de bovins, de moutons, de chèvres et, de plus en plus rarement, de dromadaires à cause de la raréfaction des caravanes. L'élevage est l'activité principale des Maures. La culture se limite au sud du pays et dans les oasis.
Les productions principales sont le riz, le mil, le sorgho, le maïs et les patates douces dans la Chemama. Les oasis produisent surtout des dattes, des tomates et des oignons.
En plus des modifications climatiques, les récoltes doivent composer avec de ponctuelles mais terribles invasions de criquets et autres sauterelles. De nos jours, l'économie agropastorale occupe environ 50 % de la population active.

Pêche. Les eaux les plus poissonneuses du monde se trouvent sur la façade maritime du nord du pays. Cela explique certainement que, jusqu'à 1989, les côtes mauritaniennes ont été pillées par une kyrielle de chalutiers industriels et autres navires-usines des flottes soviétiques, japonaises et coréennes. Depuis cette date, sans doute conscientes de l'épuisement des ressources halieutiques, les autorités du pays ont réglementé la pêche. Les Mauritaniens n'appréciant que modérément le poisson, l'essentiel des prises est destiné à l'exportation. Il existe également une pêche artisanale pratiquée par des hommes qui, malgré leurs pirogues à moteur, prennent des risques insensés pour franchir la barre longeant les côtes afin d'arriver sur les lieux de pêche.

Fer et autres métaux. En plein désert, dans le nord du pays, le gisement de fer de la Kediet ej-Jill permet à la Mauritanie d'avoir une rentrée de devises conséquente. Ces revenus sont néanmoins soumis aux fluctuations du marché international, malgré l'exceptionnelle qualité du minerai extrait. Il a fallu créer une ville, Zouérate, pour assurer la production et l'acheminement du minerai vers Nouadhibou. De là, il est expédié par des minéraliers vers les pays industriels. La ligne de chemin de fer entre Zouérate et Nouadhibou, longue de plus de 600 km, n'existe également que grâce à la présence du fer à Zouérate. Récemment, de nouvelles découvertes dans un rayon de moins de 100 kilomètres autour de Zouérate ont rassuré les autorités qui s'inquiétaient de l'épuisement du gisement primaire.Le sous-sol mauritanien renferme également du gypse et du cuivre.

Hydrocarbures. Les autorités fondent des espoirs sur des gisements de gaz dans l'océan au large de Nouakchott, de phosphates près de la frontière avec le Sénégal et de l'uranium dans le nord. Mais c'est sur le pétrole que reposent surtout les espoirs du pays. C'est en 2006 que l'or noir a commencé à être exploité. Les réserves du gisement offshore de Chinguetti sont estimées à quelque 120 millions de barils. Des forages sont également en cours dans la région du Tagant. La production 2016 a été de 1,73 millions de barils.

Or. Des traces de ce métal précieux ont été découvertes dans la région de Chami en 2018, ce qui fait affluer chaque jour quelque 10 000 orpailleurs. De nouvelles machines de concassage permettent d'extraire facilement l'or, qui se négocie à 8 000 MRU le gramme.

Place du tourisme

Pratiquement inexistant avant 1995, le tourisme en Mauritanie s'est développé à plus grande vitesse à partir de 1997, les amoureux du désert cherchant à trouver un substitut à l'Algérie, à la suite des différents problèmes sécuritaires. Hélas, dix ans plus tard, en pleine période de Noël, quatre Français étaient assassinés et un autre blessé à Aleg, dans le sud-ouest de la Mauritanie. Dans la foulée, c'était le rallye Paris-Dakar qui était annulé et délocalisé en Amérique latine. Trois ans plus tard, c'est toute la zone sahélienne qui était colorée de rouge par les diplomaties européennes. Pour des milliers de familles vivant du tourisme, ce fut une catastrophe.

La lutte antiterroriste et les efforts de sécurisation des autorités mauritaniennes ont fini par payer. Depuis 2017, après une parenthèse de dix ans, les avis de voyage ont été assouplis, les vols ont repris entre la France et Atar, et les touristes reviennent par centaines.

Mer, soleil et désert. Les régions de l'Adrar et du Tagant offrent aux amateurs de désert toute la palette des paysages sahariens. Les villes anciennes sont riches d'un patrimoine culturel reconnu par l'Unesco. Cette reconnaissance permet de lutter contre l'enclavement, l'ensablement et de préserver, notamment à Chinguetti, des manuscrits vieux de plus de mille ans.

La côte atlantique, longue de 750 km, abrite le parc national du banc d'Arguin. Cette réserve, dont l'accès est strictement réglementé, accueille sur plus de 12 000 km² une variété considérable de poissons, de mammifères marins et d'oiseaux. Au nord du banc d'Arguin, se pratique la pêche au gros dans la baie de l'Etoile.
Le littoral mauritanien entre le cap Timirist et la frontière sénégalaise s'étend sur plus de 400 km. Cette plage de sable ininterrompue favorise, au sud de Nouakchott, la pratique du surf. Au nord de Nouakchott, la côte est vierge de toute activité nautique. Si on y ajoute le sens de l'hospitalité et un très faible taux de petite criminalité, la Mauritanie possède de bien belles cartes dans son jeu.

Enjeux actuels

Le développement du tourisme en Mauritanie reste aujourd'hui à l'état embryonnaire. Inexistant voilà une vingtaine d'années, il a bénéficié de quelques années de vols charters reliant directement Paris, Lyon ou Marseille à Atar, et de l'organisation de circuits principalement ciblés dans la région de l'Adrar, autour des villes d'Atar, Chinguetti, Ouadane et de l'oasis de Terjît. L'histoire du pays et les affinités linguistiques aidant, la Mauritanie a accueilli essentiellement une clientèle originaire de France (plus de 90 % des touristes en Mauritanie sont Français). Cette situation de monopole s'est finalement soldée par de lourdes conséquences pour le tourisme mauritanien, à l'annonce de l'arrêt des vols de Point Afrique vers Atar en 2007, et qui n'ont repris que 10 ans plus tard.

Le réseau routier, le principal problème que rencontrait alors la Mauritanie pour le développement de son tourisme, continue de se développer à son rythme, ce qui laisserait présager de bonnes perspectives pour le tourisme. Des portions de goudron sont actuellement en cours de réalisation d'Atar à Tidjikja et de Tien'Ben (situé entre Bogué et Aleg) à Rosso. Le Sud-Ouest avec le fleuve Sénégal et le parc national du Diawling, faisant office de frontière naturelle sur plus de 800 km pourrait bénéficier dans les années à venir d'une nouvelle stratégie en matière de tourisme.

Les nouveaux « goudrons »

De Nouakchott à Nouadhibou (477 km).

De Tidjikja à Atar (330 km).

De Tidjikja à Sangarafa (200 km).

De Boghé à Rosso (140 km).

De Kaédi à Selibabi (350 km).

De Ayoun à Koubani (150 km).

De Atar à F'Dérik (350 km).

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Votre logement Airbnb
  • Location de vacances
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
  • Week-ends en France
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Adresses Futées de Mauritanie

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour d'une semaine en tente trappeur pour 5 personnes avec Huttopia !

Envie de prendre l'air ? Remportez un séjour d'une semaine en tente trappeur pour 5 personnes avec Huttopia .