Guide du Pérou : Jeux, loisirs et sports

Le Paris-Dakar... au Pérou !

L'édition 2012 du Paris-Dakar s'est terminée de façon inédite : à Lima ! Les concurrents ont remonté toute la côte Sud depuis la frontière chilienne en affrontant toutes les dunes de sable du désert... Le 6 janvier 2018 le départ est cette fois prévu également depuis la capitale péruvienne. La route devrait descendre la côte péruvienne jusqu'à Arequipa, traverser les Andes pour rejoindre La Paz en Bolivie puis Uyuni, son désert de sel et sa réserve de volcans et montagnes ocre et enfin le nord de l'Argentine.

Disciplines nationales
Football

C'est bien sûr la discipline phare du Pérou, comme dans tout le continent latino-américain. Les anciennes stars du ballon rond s'appellent Juan Carlos Oblitas, Teófilo Cubillas, Héctor Chumpitaz et Ramón Quiroga, que personne n'a vraiment remplacées de nos jours. Pendant la Copa América qui se dispute chaque année au mois de juillet, les Péruviens s'habillent en rouge et blanc (les couleurs de la sélection nationale) et se retrouvent autour d'un écran géant de fortune. La 3e place de l'équipe nationale en 2015 a déchaîné les foules ! Tout comme la course à la qualification pour la Coupe du Monde Russie 2018 pour laquelle le Pérou était toujours en passe de se qualifier à l'heure où nous écrivons ces lignes. Rappelons que la dernière qualification pour un Mondial date de 1982, ce serait donc historique.

Jeux

Il n'est pas rare de voir des Péruviens jouer aux dominos et miser de l'argent. Mais ils préfèrent en général miser sur un combat de coqs ou sur des taureaux...

Combat de coqs. Cruelles et fascinantes, ces joutes portent au paroxysme l'excitation des parieurs. Chaque ville du Pérou possède un ou plusieurs lieux où se déroulent, en fin d'après-midi, ces pelleas de gallos. La saison s'étend de mi-avril à fin novembre.

Un jeu assez rigolo consiste à jeter un palet en bois dans la gueule d'une grenouille, à une certaine distance. On y joue dans certains bars et restaurants.

Dans les fêtes foraines, dont les Péruviens sont friands, un autre jeu consiste à lancer un jeton sur un panneau posé à plat sur le sol. Sur le panneau sont inscrites, dans de petites cases collées les unes aux autres, des sommes d'argent (minimes). Si le joueur parvient à lancer son jeton sur une de ces cases sans toucher une bordure, il empoche la somme indiquée dans la case. Mais, comme la plupart des jeux, celui-ci est étudié pour que l'on perde plus souvent que l'on ne gagne.

Les casinos sont extrêmement nombreux au Pérou, ce qui provoque de graves problèmes d'addiction.

Activités à faire sur place
Randonnée - Alpinisme

Dans ce secteur, le Pérou offre des possibilités infinies. Le choix dépendra de vos objectifs, de votre expérience et de la période de l'année où vous planifiez votre séjour. L'organisation s'est perfectionnée au fil des ans et vous trouverez toujours un guide compétent ou une agence qui pourront vous aider. Une première difficulté à laquelle il faut s'attendre est le besoin d'acclimatation à l'altitude, dont la durée varie selon les individus mais qui exige au minimum trois jours.

Les trois principales régions du Pérou pour les marches en montagne sont celles de Huaraz, Cusco et Arequipa. Voici les tours qui y sont les plus pratiqués :

Huaraz : l'Alpamayo, le trek de Santa Cruz dans le parc national Huascaran, la Cordillère Huayhuash.

Cusco : Chemin de l'Inca jusqu'au Machu Picchu, Choquequirau, le Salkantay dans la Vallée Sacrée ou le trek de l'Ausangate (la montagne la plus haute de la région Cusco, au sud).

Arequipa : Vallée des Volcans, Canyon de Colca (condors) et ascension du Misti.

Quelques recommandations. Les maisons de guides (casas de guías) des villes mentionnées vous donneront de nombreux renseignements concernant la difficulté des treks, leur intérêt, la nécessité d'avoir un guide ou non et les conditions météo. Ces maisons disposent évidemment d'un grand nombre de guides et de porteurs.

La meilleure saison pour marcher en montagne s'étend de juin à août ; les mois d'avril, mai, septembre et octobre offrent également d'excellentes conditions. Pendant les autres mois, redoublez de précautions ! Les chutes de pluie rendent le terrain très glissant, et un équipement spécifique est alors nécessaire. Le mauvais temps ne dure généralement pas plus de trois jours. La région d'Arequipa est plus protégée du mauvais temps que les autres. Il est important de partir tôt afin de parcourir la partie enneigée le matin car, dès midi, la neige perd de sa stabilité et des avalanches sont à redouter. Il peut faire très chaud en montagne, cependant ne vous découvrez pas trop car les rayons de soleil sont menaçants. Le matin, le ciel et les paysages sont sans nuages, ceux-ci arrivent vers la mi-journée ; une raison de plus pour monter avant midi.

L'équipement de base pour un trek est le suivant : tente de camping, sac de couchage, natte isolante, matériel de cuisine, chaussures de randonnée (dès que vous aurez passé 5 000 m, vous rencontrerez de la neige et de la glace, il faudra alors prévoir des chaussures spéciales, sur lesquelles on peut monter des crampons), des bâtons de ski (équilibre et rythme), un baudrier, une protection contre la pluie (les K-ways n'étant pas étanches, ils ne sont pas conseillés), des habits chauds (la température chute la nuit), un piolet (en cas de neige), un chapeau sombrero ou une casquette saharienne (les coups de soleil et les insolations s'attrapent rapidement en montagne, attention à la nuque), des lunettes de soleil (un brûlement de la rétine irréversible peut se produire en moins de 15 min - des lunettes de glacier de qualité sont donc nécessaires), une crème solaire (indice important, au moins 30) et des guêtres en cas de neige. La plus grande partie de ce matériel peut se louer ou s'acheter sur place, cependant son état ne sera pas toujours à la hauteur de vos besoins, il est donc préférable de prévoir votre propre équipement (renseignez-vous auprès de votre compagnie d'aviation sur le poids de bagages autorisé).

Votre santé dépendra du soin que vous lui porterez. Emportez des pastilles pour purifier l'eau et évitez la nourriture trop locale les premiers jours, préférez les restaurants. L'acclimatation (entre 3 et 7 jours) est très importante car le mal d'altitude commence par des maux de tête mais peut finir par un oedème. Les signes du pré-oedème sont : gonflements, maux de dos, ballonnements (lorsque vous buvez) et difficultés respiratoires. Il faut alors descendre immédiatement. Ne jamais monter, même pour passer un col, et prendre un diurétique car il faut beaucoup boire quand on a le soroche, et il est parfois difficile d'uriner en montagne. N'attendez pas l'aide d'un hélicoptère, on n'est pas en Europe ! Une petite pharmacie est également importante. N'oubliez pas d'emporter, en plus du matériel habituel, un antibiotique à large spectre, un diurétique et ce qu'il faut pour parer aux entorses, très fréquentes pendant les marches en montagne. Vérifiez que votre assurance n'exclut pas les activités à risque, comme pourrait l'être la randonnée en montagne.

Sachez que le cramponnage est plus facile ici qu'en Europe car la neige locale est plus poreuse, cependant attention aux entorses ! Des cours de marche sur glace sont dispensés dans les trois régions mentionnées plus haut. Ne vous jetez pas tout de suite sur votre objectif principal qui serait un 6 000 m. Passez d'abord par un ou deux 5 000 m. Allez-y progressivement !

Enfin et pour finir, emportez une petite corde que les randonneurs auront à la main lors de randonnées, même si le terrain vous paraît facile. Cela ne coûte rien et peut sauver la vie d'une personne qui aurait glissé. On dénombre quelques accidents mortels de ce type chaque année. Les chemins sont souvent étroits et peuvent être rendus glissants par la pluie.

Rafting

Le Pérou est l'un des plus beaux endroits du monde pour pratiquer le rafting. On peut s'y adonner dans des environnements très différents, toute l'année, dans des paysages à couper le souffle. La première difficulté qu'il vous faudra affronter, avant même d'avoir donné le premier coup de pagaie, sera de trouver une bonne agence qui organisera votre expédition. Les deux arguments principaux à garder en tête sont la sécurité et l'environnement. Les lieux où se pratique ce sport sont souvent reculés et difficiles d'accès. En cas d'accident, seront-ils accessibles aux secours ? La réponse que l'on vous donnera restera souvent évasive. Dans tous les cas, vérifiez que vous avez une bonne assurance personnelle qui couvre l'activité rafting. Il n'existe pas actuellement de contrôle des agences et celles impliquées dans des accidents peuvent trop souvent continuer à fonctionner comme si rien ne s'était passé. De plus, il faut savoir que certaines rivières ne sont parcourues que deux ou trois fois par an et les agences organisatrices n'acceptent que les inscriptions de l'étranger et longtemps à l'avance.

Quelques recommandations. Exigez un billet qui obligera l'agence à payer des impôts qui serviront à entretenir non pas les politiciens locaux mais les parcs nationaux. Ce billet est aussi une preuve de service et doit pouvoir être présenté à l'occasion de toute plainte. Il vous sera aussi demandé par votre assurance en cas d'accident.

Demandez des renseignements utiles sur le guide qui vous accompagnera ou essayez de le rencontrer (quelle est son expérience, est-il entraîné aux premiers secours et quand a-t-il pris son dernier cours, parle-t-il français ou au moins anglais ?). La licence officielle concernant les guides de rafting est le Swiftrafter Technician Certificate. Très peu de guides le possèdent au Pérou, mais demandez quand même. De nombreux guides vont travailler à l'étranger pendant la basse saison et acquièrent ainsi une précieuse expérience. Certaines compagnies font accompagner leurs tours par des kayaks pour la sécurité, cependant il est bon de vérifier si le kayakiste est vraiment un sauveteur ou s'il est juste là pour prendre des photos ou faire une vidéo des clients, ce qui rendra son efficacité proche de zéro.

Un équipement approprié et en bon état est garant de votre sécurité. Autant que possible, essayez de voir le matériel avant de signer, même si vous n'y connaissez rien, vous aurez une idée de sa qualité et surtout de son entretien. Les pagaies doivent être en plastique et métal, car celles en bois peuvent blesser en provoquant des cloques. Vérifiez le bon état du matériel de camping ainsi que celui de communication (radio, afin de prévenir en cas d'accident). Sur les longs tours, une tente et une moustiquaire seront fournies (vérifiez les zips !). L'eau étant souvent très froide, des combinaisons devront être mises à disposition. Dans quel état sont les gilets de sauvetage ? Des sacs étanches sont-ils à disposition ? Vérifiez leur étanchéité ! Tous les tours doivent partir avec un kit de premiers secours et un kit de réparation pour le raft et les pagaies. Demandez à le voir et surtout assurez-vous que le guide sait l'utiliser.

Concernant la nourriture, la règle est de bien observer si le guide (ou cuisinier) nettoie les légumes et la vaisselle dans la rivière ou s'il utilise de l'eau pure ou au moins iodée. Assez peu d'opérateurs ont une véritable conscience de l'environnement et cela se sent sur les berges des rivières les plus pratiquées. Installent-ils une tente pour les toilettes, fournissent-ils un briquet afin de brûler le papier hygiénique ? Le bois est une denrée rare au bord de certaines rivières. Son utilisation pour faire la cuisine est inutile alors que des containers de gaz ou de kérosène se trouvent facilement.

Si toutes ces recommandations ne vous ont pas dissuadé, sachez qu'une journée de rafting coûte en Europe de 75 US$ à 100 US$. Au Pérou, vous aurez des offres à 20 US$, alors vérifiez ce que vous aurez pour ce prix. Pour les noms d'agences recommandées, vous pouvez vous référer aux chapitres concernant les villes de Huaraz (sur la rivière Santa, dans le Callejón de Huaylas), d'Arequipa (sur la rivière Colca) et Cusco (sur l'Urubamba ou l'Apurimac).

VTT

Le callejon de Huaraz se prête au VTT et propose plusieurs circuits balisés. Attention, il faut supporter l'effort en altitude ! Vous trouverez aussi quelques loueurs de VTT dans la vallée sacrée de Cusco et dans le canyon del Colca près d'Arequipa. Encore une fois, renseignez-vous sur le matériel (l'état des vélos peut-être sujet à caution) et vérifiez bien les pièces de rechange (bombe anti crevaison, chambre à air, etc...).

Surf

Les plages au sud de Lima sont très prisées des surfeurs. Le spot de Mancora, tout au nord près de la frontière équatorienne, attire des débutants comme des plus confirmés (en plus, l'eau y est plus chaude !). Enfin, les vagues de Huanchaco (près de Trujillo) sont tellement réputées que des compétitions internationales y sont régulièrement organisées.

Parapente

Un club a élu domicile dans le quartier de Miraflores à Lima (près du parc de l'Amour). Les débutants peuvent sauter en tandem et survoler ainsi les immeubles du quartier d'affaires et la plage de la capitale. Comptez tout de même 80 US$ les 12 minutes.

Adresses Futées du Pérou

Où ?
Quoi ?
Ailleurs sur le web
Avis