Guide du Pérou : Festivités

On célèbre plus de 3 000 fêtes par an au Pérou : autant dire que vous aurez probablement l'occasion d'assister à l'une de ces cérémonies, nationales ou locales. La plupart concernent un saint patron, héros d'un jour du calendrier chrétien qui doit composer avec les croyances magico-religieuses de chaque localité donnée. Le sacré et le profane y font en général bon ménage ; la tradition préhispanique du " taki " (chant et danse à la fois, comme un opéra indigène), qui célèbre les dieux païens, a été incorporée au corpus chrétien en vigueur depuis les temps de la Conquête. Dans tous les cas, la Pachamama (Terre-Mère) est l'objet de toutes les vénérations et pas un Indigène ne l'oublie.

N'hésitez pas à vous connecter au site Internet www.peru.travel

La fête du sang

La Yawar Fiesta, rite sauvage pratiqué dans les coins reculés, est aujourd'hui interdite. Il se dit cependant que çà et là, parfois... Mais on aura peu de chances d'y assister. Apparue après la conquête, cette joute bestiale est une sorte d'exorcisme pratiqué par les Indiens pour leur faire oublier, l'espace d'une journée, les vexations passées et présentes. Les hommes montent vers les sommets vierges, accompagnés d'un cheval, animal qu'amena dans les soutes de ses navires l'infâme Pizarro. Le meilleur ami de l'homme est égorgé et ensuite abandonné en pâture au condor, ses blessures ayant été préalablement arrosées de chicha. L'oiseau impérial, rassasié, ivre de viande et d'alcool, est alors capturé et ramené au village. Lié sur le dos d'un taureau, il combat cet autre symbole de la servitude imposée par l'Espagnol. La lutte dont, invariablement, sort vainqueur l'oiseau, peut durer un jour entier, à la grande joie des spectateurs qui relâchent ensuite le condor après l'avoir gratifié de toute leur reconnaissance et admiration.

Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Septembre
Octobre
Novembre
Décembre

Adresses Futées du Pérou

Où ?
Quoi ?
Ailleurs sur le web
Avis