Curieux mélange d'influences africaines, arabes et surtout européennes, Asmara est très différente des autres capitales africaines qui ne sont généralement pas plébiscitées pour leur beauté ou leur propreté, ni pour le calme qui y règne ; Asmara est l'exception qui confirme la règle ! Le voyageur qui débarque à l'aéroport d'Asmara au milieu de la nuit est toujours accueilli par une température fraîche qui lui rappelle tout de suite l'altitude à laquelle il vient d'atterrir : 2500 m. En effet, la capitale érythréenne est située dans la région des hauts plateaux, ce qui lui vaut parfois l'appellation de " ville au-dessus des nuages " et lui permet de jouir presque toute l'année d'un climat idéal et d'un ciel dégagé.
Le jour n'est pas encore levé et les rues sont silencieuses quand on entend résonner " Allah Akbar ", depuis les différentes mosquées de la capitale, peu avant que les cloches des églises ne se mettent à tinter. Voici le premier exemple de la diversité culturelle et religieuse qui règne dans la capitale. Une fois le soleil levé, on est immédiatement frappé par l'atmosphère italienne qui règne dans la ville. Harnet Avenue, la rue principale, est plantée de hauts palmiers, et regorge de cafés où l'on boit expressos et macchiattos accompagnés de pâtisseries. Les petites rues adjacentes sont bordées de bougainvilliers de diverses couleurs et renferment des joyaux d'architecture art déco : de somptueuses villas aux tons pastels, ainsi que quelques cinémas où il est toujours possible de se faire une toile. On en oublierait presque que l'on est en Afrique, mais la jeunesse branchée érythréenne, habillée à la dernière mode occidentale, côtoyant les femmes enroulées dans leur Netsela et les hommes parfois coiffés de turbans blancs, rappelle au visiteur qu'il est bel et bien sur un autre continent.

Les lieux incontournables d'Érythrée

Les meilleures agences de voyage

Les circuits touristiques en Érythrée

D'Asmara au littoral

Ce séjour permet de découvrir les 3 " grandes " villes d'Érythrée en une semaine. Les permis de voyage pour tous les endroits cités ci-dessous sont délivrés sans problème.

Les terres secrètes d'Érythrée

Au départ d'Asmara, on prendra la direction de la côte pour partir en excursion sur des îles paradisiaques. Puis, direction les terres ou vous pourrez admirer des paysages tout aussi grandioses.Except...

Photos d'Érythrée

Découvrir l'Érythrée

Les plus de l'Érythrée

Une destination encore à découvrir
Le Médébar, ancien cravansérail où l'on recycle aujourd'hui le métal.
Le Médébar, ancien cravansérail où l'on recycle aujourd'hui le métal.

Ici, on est loin du tourisme de masse et des mutations culturelles qu'il implique trop souvent. Le tourisme en Érythrée est essentiellement un tourisme local, qui vit grâce aux expatriés ; les étrangers qui visitent le pays sont assez rares. Cela vous assure une certaine confidentialité et quoi que vous fassiez, vous aurez l'agréable impression de sortir des sentiers battus, de voir ce que beaucoup n'ont jamais vu. La faiblesse des infrastructures touristiques entraîne pour le visiteur une immersion totale au coeur de la vie des populations, donc un contact véritablement authentique, source de surprises et d'émerveillement.
Différentes formes de tourisme s'offrent au voyageur : parcourir le patrimoine architectural riche et diversifié d'Asmara et de Massawa ou bien explorer les différents paysages naturels caractéristiques de l'Afrique - brousse, savane, steppe, désert, sans oublier les îles et les fonds sous-marins ; essayer le train à vapeur ou la croisière en sambuk ; s'immerger dans les us et coutumes locaux, en visitant les nombreux marchés ou en assistant à la cérémonie du café... Les amateurs de sensations fortes et de dépaysement total ne seront pas déçus.

Le mélange des cultures et la diversité géographique
Pêcheur dans l'archipel des Dahlaks.
Pêcheur dans l'archipel des Dahlaks.

Par sa situation stratégique sur les routes commerciales de la mer Rouge depuis la plus haute Antiquité, la culture érythréenne a hérité d'une population mélangée aux origines diverses et d'influences variées qui sont à l'origine d'une culture atypique en Afrique. Cette identité s'affirme dans des domaines aussi divers que les langues (neuf langues nationales reconnues, sans compter d'autres langues parlées, autant d'ethnies différentes), l'architecture (art déco, ottomane, ethnique), la gastronomie (traditionnelle ou d'origine italienne) ou la pratique religieuse (catholique, orthodoxe ou musulmane). Nulle part ailleurs sur le continent vous ne trouverez une telle mosaïque culturelle. D'autre part, les contrastes entre les différentes régions géographiques - hauts et arides plateaux du centre séparés par des vallées encaissées, bas et fertiles plateaux ou collines de l'ouest, plaine sabloneuse côtière, îles des Dahlaks et désert de sel des Afars - offrent des paysages extrêmement variés pour un si petit pays.

Un climat favorable

Par sa situation géographique et sa topographie, l'Erythrée jouit d'un climat très favorable une bonne partie de l'année. Sur les hauts plateaux, de septembre à février, le soleil est assuré quasi quotidiennement et la température est d'une douceur constante, comprise entre 20 et 25 °C. Les amateurs de " chaleur africaine " trouveront leur bonheur sur la côte, où la température moyenne est de 30° à Massawa, excepté pendant l'été où la chaleur peut être accablante.

Une hospitalité incomparable
Portrait de deux pharmaciens dans l'une des plus vieilles pharmacie de la ville.
Portrait de deux pharmaciens dans l'une des plus vieilles pharmacie de la ville.

Les Erythréens sont très accueillants, toujours prêts à venir en aide, désireux de parler au visiteur étranger. Recevoir un étranger est un honneur pour l'hôte qui se fera un devoir de lui rendre son séjour le plus agréable possible. La cérémonie du café est le symbole même de l'hospitalité érythréenne : assister à la préparation du café, être invité à humer le parfum des grains grillés et à donner son avis critique, avant d'être servi à plusieurs reprises, sont autant de gestes témoignant de cette culture de l'hospitalité en Erythrée.

A savoir

A cause des tensions constantes entre l'Érythrée et l'Éthiopie, et également avec Djibouti, le seul moyen de pénétrer dans le pays est la voie des airs. Une fois sur place, les étrangers ne peuvent pas se déplacer librement, il leur faut demander des permis de voyages pour pouvoir quitter Asmara, et de nombreux endroits leur sont tout bonnement interdits. De plus, les zones ouvertes et fermées aux touristes changent sans cesse, il est donc difficile de planifier les endroits où il sera possible de se rendre lors de sa visite.

Ailleurs sur le web
Avis