Guide du Mozambique : Les personnalités célèbres : Mozambique

Luisa Dias Diogo

L'une des rares chef de gouvernement en Afrique, Luisa Diogo, a cumulé, de 2004 à 2010, les fonctions de Premier ministre et de ministre des Finances. Margaret Thatcher du Mozambique, chouchou du FMI et de la Banque mondiale, les bons scores économiques du pays sont souvent attribués à cette libérale convaincue, originaire de Tete.

Eusébio da Silva

Né à Mafalala, quartier de Maputo habité par les mulâtres et les " assimilés " à l'époque coloniale, quitta le Mozambique à l'époque de transition qui précéda l'indépendance. Il s'installe alors au Portugal, où il acquiert un grand prestige lié à son talent de footballeur. Son départ pour l'ancien pays colonisateur fait alors régulièrement l'objet de débats amers dans la presse locale, qui juge parfois qu'Eusébio a traîtreusement tourné le dos à sa terre natale - amertume si forte qu'un grand quotidien de la capitale s'en est fait l'écho en assé­nant que " Eusebio n'est pas Mozambicain, Eusebio est un Portugais né à Mafalala ". Ballon d'or en 1965, la " panthère noire " raccroche les crampons en 1978. Il décède à Lisbonne, le 5 janvier 2014.

Beatriz Ferreira

Patronne de l'hôpital de cardiologie de Maputo, " l'Institut du Coeur ", Beatriz Ferreira n'est pas seulement une chirurgienne de talent, mais est également très respectée pour son activité en direction des plus défavorisés et des enfants malades. Fondatrice de " la chaîne de l'espoir ", elle fait office d'ambassadrice du bon coeur pour rassembler des fonds permettant de prodiguer des soins pointus et chers à des personnes qui, sans cela, n'y auraient pas accès. Sa fondation a permis à des dizaines d'enfants de familles défavorisées de se rendre en France ou au Portugal pour subir des opérations trop délicates pour être réalisées sur place, sauvant ainsi leurs vies.

Thiago Fonseca

Il est l'un des publicitaires les plus primés au monde. Sa petite agence de Maputo passerait relativement inaperçue, si le visiteur n'était intrigué par un immense lion d'or qui trône sur la devanture, preuve de ses multiples prix remportés au concours de Cannes. Créée par son grand-père, l'agence vivotait jusqu'à ce que Thiago, jeune prodige de la pub, s'installe aux commandes et débride sa créativité. Membre de l'Association des publicitaires du Brésil, Golo gagne sa première récompense internationale en 2002 avec la médaille d'or de la créativité au festival international de Rio de Janeiro, grâce à une publicité sur les mines anti-personnel. Abonnée aux " Lions d'Or " chaque année à Cannes, GOLO brasse aujourd'hui un chiffre d'affaires de plus de deux millions de dollars, et a comme clients Coca-Cola, Unilever ou BIC. Malgré sa renommée et son succès remarquable, surtout pour quelqu'un d'aussi jeune, Thiago reste un véritable enfant du pays, grand amateur de virées plages en 4X4 à la découverte de sa terre natale.

Goncalo Mabunda

Cet artiste interpelle depuis une quinzaine d'années l'Histoire de son pays. Comme support : de surprenantes sculptures, aux formes anthropomorphiques ou fonctionnelles, qui utilisent une matière première toute particulière. Membre actif de l'association Nucleo De Arte avant d'être artiste-indépendant, Goncalo fait ses premiers pas au sein de la dynamique scène artistique maputoise. C'est à la fin des années 90', en participant à un projet de transformation des armes en objets d'art, que la singularité et la force de son travail se font véritablement connaître. Le discours artistique de Goncalo prend très vite son identité dans cet objet de guerre. Collecter les armes éparpillées dans le pays depuis la fin de la guerre. Les désactiver, les détourner de leur fonction initiale et les charger d'un message de paix. Questionner, entre autres, la mémoire du pays et interroger le pouvoir des gouvernements africains. Quelques-unes des créations de l'artiste sont en exposition permanente au Centre Culturel Franco-Mozambicain. D'autres font le tour du monde, dans les galeries les plus prestigieuses.

Graca Machel

Née Graca Simbine, elle est la seule femme au monde à avoir épousé deux Présidents. Seconde épouse de Samora Machel, mort dans un accident d'avion en 1986, elle s'est remariée il y a quelques années à l'ancien président d'Afrique du Sud et idole de l'Afrique Noire, Nelson Mandela, de loin son aîné et décédé en décembre 2013. Egérie du Frelimo pendant sa jeunesse, ancienne combattante de la guerre d'indépendance, elle jouit d'un grand respect dans son pays, notamment grâce à ses multiples engagements en faveur des femmes et des plus pauvres. Sa maison se trouve à Maputo, dans la ville haute.

Samora Machel

" La tragédie, ce n'est pas la misère ; c'est la résignation, l'habitude de la misère ", disait Samora Machel. Son mot d'ordre était " a luta continua " (la lutte continue). Né en 1933, Samora Machel est issu d'une famille de paysans de la province de Gaza. Ses parents et grands-parents s'étaient déjà investis activement dans la résistance contre la conquête coloniale. Cet atavisme lui collera à la peau. Certains membres de sa famille ont d'ailleurs été déportés vers l'Angola et Sao Tomé où ils sont morts.

Au cours de son enfance, il fait l'expérience des travaux forcés dans les cultures de coton et arrive à terminer l'enseignement primaire auprès de missionnaires catholiques. Son admission en cours secondaire est refusée pour cause de comportement " rebelle ". Il réussit quand même à poursuivre ses études à Lourenço Marques en finançant lui-même son école. A la fin des années 1950, le pays, comme tout le continent africain, connaît un sursaut de conscience nationale. Il accueille avec enthousiasme l'accession à l'indépendance des pays africains. Lorsqu'en 1962, Mondlane fonde le Frelimo, Machel adhère immédiatement au mouvement.
Il devient par la suite le leader des Forces populaires pour la libération du Mozambique et devient le défenseur intransigeant de la cause populaire. En 1968, il prend une part active aux côtés de Mondlane. A sa mort, en 1970, il lui succède et devient président du Frelimo.
Le mouvement de libération va s'intensifier sous ses ordres jusqu'au retrait final et définitif du Portugal en 1974. Lors des accords de Lusaka le 7 septembre 1974, le Portugal cède le pouvoir et Machel devient officiellement le premier président du Mozambique indépendant. Il meurt en 1986 dans un accident d'avion qui ne laisse aucun survivant. Les circonstances de l'accident demeurent encore vagues.

Malangatana

Artiste peintre de renom, né en 1936, il fait ses premiers pas dans la vie avec un travail de barman. Déjà, il aiguise son goût pour la peinture y consacrant de longues nuits. En 1959, il devient artiste à plein temps grâce au soutien de l'architecte portugais Miranda Guedes dit Pancho. Guedes lui interdit de s'inspirer de ses livres d'art. Il estime que Malangatana a un style unique qu'il doit développer seul, sans influences extérieures. Il croit en lui définitivement. Le pari est réussi : le nouveau peintre est sur le chemin du succès.

Rapidement, un prodige de l'art contemporain africain est né. Pour lui, à cette époque-là, une rage de dents, une dent en moins, c'est un tableau de plus, intitulé simplement Le Petit Dentiste. Il écrit aussi des histoires et des poèmes, pris d'une subite inspiration. En 1960, il réalise sa première exposition individuelle à Maputo. A partir de ce moment-là, Malangatana va enchaîner ses expositions à l'étranger.
Accusé de complicité avec le Frelimo, il fut emprisonné par la police coloniale et acquitté au bout de deux ans. Après l'indépendance, il reste très engagé dans la vie politique de son pays. De 1990 à 1994, l'artiste est aussi député du Frelimo. Membre fondateur du mouvement pour la paix et par ailleurs co-fondateur du musée national des Arts, il reste un parrain actif du Nucleo de Arte. En 1997, il est nommé artiste de l'Unesco pour la paix. Il meurt début 2011 au Portugal à l'âge de 74 ans.

Eduardo Mondlane

Fondateur de l'Unité nationale et premier président du Front de libération du Mozambique (Frelimo), Eduardo Mondlane est une figure emblématique et incontournable. Né en 1920 dans un petit village de la province de Gaza, il commence par élever des chèvres à l'âge de douze ans comme la plupart des enfants de son âge.

Mais son destin de berger sera court. Son père étant mort - en 1922 - c'est sa mère qui s'occupe de son éducation. Elle l'encourage à aller à l'école dans le but de " s'approprier " la culture de l'homme blanc.
Des missionnaires suisses lui donnent la possibilité de terminer l'école primaire à Lourenço Marques, la capitale. Le secondaire est encore une autre étape à franchir. En 1945, grâce à un programme d'études financé par des missionnaires, il part en Afrique du Sud, en 1949, il entreprend des études en sciences sociales à l'université. C'est le début d'une vie peu ordinaire. Epris de justice, Mondlane a très tôt pris conscience de l'oppression exercée par les Portugais dans son pays.
De retour au pays, il le quitte à nouveau pour Lisbonne grâce à une bourse attribuée par une fondation américaine. Puis c'est le départ pour les Etats-Unis. Il obtient en 1956 son doctorat en sociologie et en anthropologie. En 1961, il quitte les Nations unies pour revenir en Afrique.
En 1962, lors d'une conférence à Dar es Salam, les différentes organisations fusionnent dans un seul et même mouvement, le Front de libération du Mozambique (Frelimo). Mondlane devient président et leader du mouvement. Deux ans plus tard, le 25 septembre 1964, le Frelimo lance son offensive. Au fur et à mesure de son avancée sur le territoire, il implante un nouveau système de développement politique, économique et social. Au sein du mouvement, des contradictions fondamentales apparaissent entre ceux qui veulent purement et simplement se substituer aux Portugais et ceux qui veulent avant tout mettre fin à l'exploitation.
Mondlane doit alors jongler entre ces deux positions et faire en sorte de consolider l'unité nationale à travers les contradictions existantes. Face au développement du conflit armé engagé par le Frelimo, Mondlane est considéré par les Portugais comme l'homme à éliminer pour enrayer le processus.
Les services secrets portugais envoient alors un colis piégé à Mondlane qu'il recevra le 3 février 1969 à Dar es Salam. Il meurt sur le coup. L'événement ne décourage pas le peuple mozambicain, ni le Frelimo. Au contraire, il s'agit plutôt d'un catalyseur qui renforcera l'aspiration à l'indépendance du pays.

Maria Lurdes Mutola

Avouer que l'on n'a jamais entendu parler de Lurdes Mutola équivaut à une injure pour la plupart des Mozambicains car cette athlète hors pair est sans doute celle qui a permis de faire parler le plus souvent du Mozambique dans les journaux internationaux. Médaille d'or aux Jeux olympiques de Sydney en 2000, trois fois championne du monde du 800 m sur piste découverte, sept fois championne du monde sur piste couverte, quatre fois vainqueur de la coupe du monde d'athlétisme, elle a déçu en n'obtenant qu'une quatrième place aux J.O. d'Athènes. Issue d'une famille d'ouvriers de Maputo, elle met un terme à sa carrière en 2008. Aujourd'hui, elle est présidente d'une fondation dont l'objectif est de contribuer au développement social en stimulant la pratique du sport dans les couches sociales les plus défavorisées. En 2011, elle devient la coach de Caster Semenya dans le cadre des Jeux Olympiques de Londres en 2012.

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
  • Réservez un ferry
  • Location de moto
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Location de vacances
  • Votre logement Airbnb
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
Sur place
  • Activités Funbooker
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Activités Airbnb

Adresses Futées du Mozambique

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un week-end bien être pour 2 personnes en Auvergne !

Profitez d'une parenthèse enchantée pour 2 personnes en Auvergne avec Aiga Resort.