Guide du Honduras : Santé

Eau

Dans de très nombreux pays et en particulier en Amérique centrale, l'eau est le principal ennemi du voyageur. Statistiquement, 1 voyageur sur 2 est touché par la turista au cours des 48 premières heures, et 80 % des maladies contractées en voyage sont directement imputables à une eau contaminée.
Certes, une turista est heureusement souvent bénigne mais une diarrhée contractée en zone à risque peut aussi dissimuler des amibes, la giardia, des bactéries ou des virus, qui peuvent être vecteurs de maladies graves (typhoïde, choléra par exemple).
La plus grande prudence s'impose donc. Il ne suffit pas d'éviter de boire de l'eau du robinet : les glaçons, les aliments lavés avec de l'eau impure ou le brossage des dents avec l'eau du robinet - même dans un hôtel 4-étoiles - sont des vecteurs de contamination.
Mieux vaut donc prévenir que guérir : acheter si possible des bouteilles d'eau capsulées (mais attention, il ne faut pas qu'elles arrivent décapsulées sur la table car certains petits malins n'hésitent pas à remplir la bouteille avec l'eau du robinet !), faire bouillir l'eau (le café et le thé sont des boissons " sûres "), éviter les crudités ou les fruits non pelés (suivre la devise : " lavés, pelés, bouillis ou rejetés ! "), bannissez les glaçons... et un bon conseil : ayez toujours sur vous des comprimés désinfectants ; rien n'est plus simple : 1 comprimé dans votre gourde ou dans votre bouteille d'1 litre et vous êtes tranquille pour votre trek, ou simplement pour vous brosser les dents ou pour boire un peu d'eau en pleine nuit ou même pour laver vos fruits... Selon le lieu, les circonstances ou le type de voyage, on ne trouve pas partout des bouteilles capsulées et on ne peut pas toujours faire bouillir son eau.
Avant de partir, vous pouvez acheter du Micropur forte Dccna - seul produit sur le marché qui purifie l'eau rapidement (élimine bactéries, virus, giardia et amibes) et permet à l'eau de rester potable ; sinon, il existe aussi Aquatabs ou Hydroclonazone (le moins cher mais le goût en chlore est très prononcé et seules les bactéries sont éliminées...). Pour les aventuriers, un filtre à eau est indispensable pour filtrer l'eau boueuse. Les filtres Katadyn répondent aux attentes de ces baroudeurs avec plusieurs modèles, dont le célèbre filtre bouteille qui permet d'avoir de l'eau potable instantanément sans pomper (et qui élimine aussi les virus).

Soleil

L'abus de soleil est dangereux pour votre peau. A court terme, les coups de soleil et autres allergies solaires ne sont pas bien embêtants, mais à long terme trop de soleil, c'est un vieillissement accéléré de la peau avec ses conséquences : éventuellement cancer de la peau mais surtout, à 50 ans, vous en ferez 10 à 20 de plus. Alors mieux vaut le savoir. Il " tape " toujours fort sous les tropiques. Prévoyez donc une bonne crème solaire résistante à l'eau et n'hésitez pas à vous cacher sous une chemise à manches longues, une casquette si vous n'avez pas une " tête à chapeau ", une jupe ou des pantalons longs les premiers jours : le soleil tropical est dur, très dur... Ceux qui comptent passer des heures à admirer les poissons doivent porter un tee-shirt (foncé de préférence, c'est ce qui préserve le mieux des coups de soleil) même dans l'eau. Quant aux plongeurs et adeptes du snorkeling, il est conseillé de vous tartiner de crème solaire pour éviter de rougir sur les parties non couvertes. Il serait dommage de ressembler aux homards rencontrés sous l'eau !

Sexe

Comme partout dans le monde, avoir des relations sexuelles non protégées fait courir le risque de maladies sexuellement transmissibles dont le sida mais aussi d'autres maladies (herpès, hépatite B, chlamydia...). Et l'Amérique centrale n'est pas exempte de sida. Alors rappelez-vous : une seule fois suffit (malheureusement), en général ce n'est pas écrit sur le visage de vos partenaires, et le préservatif est le seul " vaccin " actuel contre le sida et les autres MST. Le vaccin contre l'hépatite B est efficace contre l'hépatite B, transmissible sexuellement mais aussi par les aiguilles et le sang.

Drogues

C'est l'abus des drogues (quantité prise, type de prise, chronicité, mélange avec l'alcool) qui provoque la mort ou la dépendance. L'utilisation de certaines drogues (ecstasy, cocaïne, hallucinogènes, alcools trafiqués...) peut avoir des conséquences graves. Il vous sera proposé, dans certains endroits de nuit et presque librement, de la drogue sous toutes ses formes (drogue colombienne) : n'achetez rien, même pour les avertis, même pour essayer, RIEN.

Conseils

Pour recevoir des conseils avant votre voyage, n'hésitez pas à consulter votre médecin. Vous pouvez aussi vous adresser à la société de médecine des voyages du centre médical de l'Institut Pasteur au ✆ 01 45 68 80 88 (www.pasteur.fr/fr/sante/centre-medical) ou vous rendre sur le site du ministère des Affaires étrangères à la rubrique " Conseils aux voyageurs " (www.diplomatie.gouv.fr/voyageurs). 

En cas de maladie ou de problème grave durant votre voyage, consultez rapidement un pharmacien puis un médecin.

Maladies et vaccins

Vaccinations recommandées d'un point de vue médical.

Systématiquement : diphtérie, tétanos, poliomyélite (à mettre à jour). Hépatite A (pour les enfants à partir de l'âge de 1 an). Pour les personnes nées avant 1945, ayant passé leur enfance dans un pays en développement ou ayant des antécédents d'ictère, une recherche préalable d'anticorps sériques (IgG) peut permettre d'éviter une vaccination inutile.

Pour des séjours prolongés et/ou à risque (conditions d'hygiène précaires) : typhoïde (pour les enfants à partir de l'âge de 2 ans). Hépatite B également pour les séjours fréquents (pour les enfants : dès le premier mois de la vie). Rage à titre préventif en cas de situation d'isolement (pour les enfants : dès qu'ils sont en âge de marcher). Pour les enfants, toutes les vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français devront également être à jour. Dans le cas d'un long séjour, le BCG est recommandé dès le premier mois et le vaccin rougeoleux dès l'âge de 9 mois.

Le virus zika

Depuis 2015, le continent sud-américain est en état d'alerte face à l'épidémie du virus zika. Transmis par les moustiques infectés et vraisemblablement arrivé au Brésil lors de la Coupe du monde de football 2014, ce virus aux symptômes grippaux serait la cause de milliers de cas de microcéphalie du foetus chez les femmes enceintes infectées. Fin 2015, toutes les régions du Brésil étaient touchées, ainsi que la Guyane française, le Suriname, le Paraguay, la Colombie et le Venezuela voisins. L'Amérique centrale, dont le Salvador et la côte caribéenne du Honduras et du Nicaragua, sont concernés depuis janvier 2016.

Dengue

Ce virus assez courant dans les pays tropicaux est transmis par les moustiques Aedes aegypti, le même vecteur du virus Zika et de la chikungunya. La dengue se traduit par un syndrome grippal (fièvre, maux de tête, fortes douleurs articulaires et musculaires). Il n'existe pas de traitement préventif. Ne prenez jamais d'aspirine. Cette maladie pouvant être mortelle, il est fortement recommandé de consulter un médecin en cas de fièvre et de boire de l'eau régulièrement.

Fièvre jaune

La fièvre jaune est une maladie virale, transmise à l'homme par les moustiques. Elle est surtout présente dans les régions tropicales. Après une semaine d'incubation, la maladie provoque fièvres, frissons et maux de tête. Pour les cas les plus graves, après plusieurs jours apparaît un syndrome hémorragique caractérisé par des vomissements de sang noirâtre, un ictère et des troubles rénaux. Il n'existe aucun traitement spécifique pour soigner la fièvre jaune, si ce n'est le repos au lit accompagné de médicaments permettant de lutter contre les symptômes.

Hépatite A

Pour l'hépatite A, l'existence d'une immunité antérieure rend la vaccination inutile. Elle est fréquente lorsque vous avez des antécédents de jaunisse, de séjour prolongé à l'étranger ou êtes âgé de plus de 45 ans. L'hépatite A est le plus souvent bénigne mais elle peut se révéler grave, notamment au-delà de 45 ans et en cas de maladie hépatique préexistante. Elle s'attrape par l'eau ou les aliments mal lavés. Si vous êtes porteur d'une maladie du foie, la vaccination contre l'hépatite A est hautement recommandée avant tout type de voyage où l'hygiène est précaire. Elle doit être effectuée en deux fois mais la première injection, un mois avant le départ, suffit à assurer une protection pour un voyage de courte durée. La deuxième (six mois à un an plus tard) renforce la durée de l'immunité pour des dizaines d'années.

Hépatite B

Risque élevé dans le pays. L'hépatite B est plus grave que l'hépatite A. Elle se contracte lors de rapports sexuels ou par le sang. Le vaccin contre l'hépatite B est à faire en deux fois à un mois d'intervalle (mais il existe des vaccinations accélérées en un mois pour les voyageurs pressés), puis un rappel six mois plus tard pour renforcer la durée de la protection.

Paludisme

Le paludisme est également appelé malaria. Si vous passez par un pays qui est une zone de transmission de paludisme (en Afrique surtout mais aussi dans toutes les zones humides et/ou équatoriales), consultez votre médecin pour connaître le traitement préventif adapté : il diffère selon la région, la période du voyage et la personne concernée. Eviter le traitement est possible si votre séjour est inférieur à sept jours (et sous réserve de pouvoir consulter un médecin en cas de fièvre dans le mois qui suit le retour.) En plus des cachets, réduisez les risques de contraction du palu en évitant les piqûres de moustiques (répulsif et vêtements couvrants). Entre le coucher et le lever du soleil, près des points d'eau stagnante et des espaces ombragés, les risques de se faire piquer sont les plus élevés.

Rage

La rage est encore présente dans le pays. Il faut donc éviter tout contact avec les chiens, les chats et autres mammifères pouvant être porteurs du virus. L'apparition des premiers symptômes (phobie de l'air et de l'eau) varie entre 30 et 45 jours après la morsure. Une fois ces symptômes constatés, le décès intervient en quelques jours, dans 100 % des cas. En cas de doute, suite à une morsure, il faut donc absolument consulter un médecin, qui vous administrera un vaccin antirabique associé à un traitement adapté. Le vaccin préventif ne dispense pas du traitement curatif en cas de morsure.

Typhoïde

La fièvre typhoïde est une infection bactérienne qui se traduit par de fortes fièvres, une diarrhée fébrile et des troubles de la conscience. Les formes les plus graves peuvent engendrer des complications digestives, neurologiques ou cardiaques. La période d'incubation de la maladie varie entre dix et quinze jours. La contamination se fait par les selles ou la salive, de manière directe (contact avec une personne malade ou un porteur sain) ou indirecte (ingestion d'aliments contaminés : crudités, fruits de mer, eau et glaçons). Le vaccin, actif au bout de deux à trois semaines, vous protège pour trois ans. En cas de contamination et de non-vaccination préventive, un traitement par les fluoroquinolones sera préconisé.

Centres de vaccination

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter le site Internet du ministère de la Santé (www.sante.gouv.fr) pour connaître les centres de vaccination proches de chez vous.

En cas de maladie

Un réflexe : contacter le consulat de France. Il se chargera de vous aider, de vous accompagner et vous fournira la liste des médecins francophones. En cas de problème grave, c'est aussi lui qui prévient la famille et qui décide du rapatriement. Pour connaître les urgences et établissements aux standards internationaux : consulter les sites www.diplomatie.gouv.fr et www.pasteur.fr

Assistance rapatriement – Assistance médicale

Si vous possédez une carte bancaire Visa® et MasterCard®, vous bénéficiez automatiquement d'une assurance médicale et d'une assistance rapatriement sanitaire valables pour tout déplacement à l'étranger de moins de 90 jours (le paiement de votre voyage avec la carte n'est pas nécessaire pour être couvert, la simple détention d'une carte valide vous assure une couverture). Renseignez-vous auprès de votre banque et vérifiez attentivement le montant global de la couverture et des franchises ainsi que les conditions de prise en charge et les clauses d'exclusion. Si vous n'êtes pas couvert par l'une de ces cartes, n'oubliez surtout pas de souscrire une assistance médicale avant de partir.

Médecins parlant français

Un simple appel téléphonique au consulat vous permettra d'obtenir les coordonnées des médecins habituellement consultés par les Français. Vous aurez ainsi les coordonnées les plus actuelles, les plus justes et les plus précises.

Hôpitaux – Cliniques – Pharmacies
Urgences

Nicaragua. Police ✆ 126. Pompiers ✆ 115 ou 911. Croix Rouge ✆ 128.

Honduras. Police ✆ 199. Pompiers ✆ 198. Croix Rouge ✆ 195.

El Salvador. Numéro d'urgence (pompiers, ambulances, police) ✆ 911.

Adresses Futées du Honduras

Où ?
Quoi ?
Avis