Guide de Lettonie : Arts et culture

Artisanat

Tirant ses sources du folklore, l'artisanat letton est d'une grande diversité. A tout seigneur, tout honneur, l'ambre devient caméléon : poli ou non, monté en bijou sur or ou argent, sculpté, en tableau, en perles... L'or balte reste l'une des valeurs fortes du savoir-faire local. Certaines matières sont présentes dans tout le pays, avec des variations régionales. Le Latgale est par exemple le fief des potiers, qui travaillent une terre ocre, rouge ou grise pour en confectionner de magnifiques céramiques. La plupart du temps, leur four est tout ce qu'il y a de plus traditionnel dans la matière. Le Zemgale, plus proche de la Lituanie, développe un savoir-faire ancestral en sculptures sur bois et en vannerie. Le Vidzeme s'est spécialisé dans la maroquinerie, la broderie et le tissage du lin (les plus beaux linges de maison s'y trouvent). D'autres sont plus répandus et l'on peut les trouver dans les échoppes ou les magasins de tout le pays : bois sculptés et totems, vitraux et céramiques d'art, sculptures grotesques en terre cuite, gants et chaussettes à motifs uniques, jouets éducatifs et instruments de musique en bois, bijoux traditionnels en bronze. Cet artisanat si vivant reflète un réel respect des traditions rurales auxquelles les Lettons sont très attachés.

Cinéma

En 1992, le cinéma documentaire letton a perdu sa figure emblématique Juris Podnieks (www.jps.lv), décédé à l'âge de 41 ans. Ses films courageux ont marqué son époque en s'opposant au pouvoir soviétique. Un autre nom du cinéma letton incontournable est Janis Streics, cinéaste connu notamment par ses films attachants sur la campagne lettone, mêlant la tragédie et le comique. Son film L'enfant, parlant de la vie et de la vision d'un garçon de la région de Latgale - la région natale du cinéaste (fait entièrement en latgalien !) - lui a valu plusieurs récompenses nationales et internationales. Il tourne aujourd'hui en Lettonie et l'un de ses plateaux de tournage, implanté en pleine campagne de Courlande se visite aujourd'hui. Cinevilla (www.cinevilla.lv) est une ville reconstituée avec une église, un pont, des maisons, des pavés etc.

L'histoire du cinéma mondial est marquée par le nom de Sergueï Mikhaïlovitch Eisenstein (1898-1948) né à Riga. Fils de l'architecte du même nom à qui l'on doit la plupart du trésor Art nouveau de Rīga, il se consacre très tôt aux arts plastiques, à l'architecture et à la peinture, avant de s'engager sur les chemins de la réalisation cinématographique. Sa courte carrière lui vaudra d'être sacré avec Charlie Chaplin, Jean Renoir et Orson Welles, comme l'un des plus talentueux cinéastes du siècle. Ses deux films phares Ivan le Terrible et Le Cuirassé Potemkine ont marqué l'histoire du cinéma. Théoricien novateur, le cinéaste meurt à 50 ans à Moscou, non sans avoir eu quelques démêlés avec le pouvoir stalinien.

Le centre culturel Arsenals, propose de nombreuses rétrospectives des films d'auteurs (www.arsenals.lv). La plupart des films pendant les années soviétiques ont été tournés à Rigas Kinostudija et sont encore aujourd'hui connus sur l'espace postsoviétique (www.studio.lv).

Littérature

L'écrivain le plus connu de Lettonie est incontestablement Jānis Rainis (1865-1929). Il s'est opposé dans ses écrits (pièces de théâtre, poésies) à l'oppression russe, ce qui lui a valu l'exil. La littérature lettone compte aussi dans ses rangs des auteurs tels que le nouvelliste Rūdolfs Blaumanis (1863-1908), Anna Brīgadere (1861-1933) et Kārlis Skalbe (1879-1945), qui ont puisé leur inspiration dans des contes très présents dans l'imaginaire letton. L'épopée nationale lettone s'inspire d'ailleurs de celui d'Andrējs Pumpurs, Lāčplēsis, (Tueur d'ours), écrit au XIXsiècle. La littérature récente est représentée par des romanciers tels que Zigmunds Skujinš ou la nouvelliste Andra Neburga.

Quelques grands noms

Aspazija (1865-1943). De son vrai nom Elsa Rosenberga, épouse du célèbre auteur et politicien Jānis Rainis, elle est une figure importante du " Nouveau Cours ", mouvement littéraire du XXe siècle. Ses poèmes, autant que ses drames, se font le reflet de son engagement féministe et des revendications sociales du peuple. La Prêtresse et Les Droits perdus, publiés en 1894 soulèveront une polémique jusque dans les sphères politiques.

Rūdolfs Blaumanis (1863-1908). L'un des plus éminents représentants du courant réaliste de la littérature lettone. Souvent comparé à ses contemporains Tchekhov et Maupassant, il est l'auteur de très belles nouvelles (Mauvaise Herbe, De la douce bouteille) et de remarquables drames psychologiques. Il gagne la sympathie des Lettons en publiant la comédie Les Journées d'un tailleur à Silmaãi (Skoderdienas Silmaãos) qui touche encore l'âme des nouvelles générations. Ces nouvelles ont servi aux scénarios de nombreux films, notamment le film Dans l'ombre de la mort. Le drame se passe en pleine mer, où 10 pêcheurs se retrouvent sur un immense morceau de glace qui s'est détaché de la terre et avance dans la mer Baltique, en diminuant tous les jours.

Jānis Rainis (1865-1929). De son vrai nom Jānis Pliekšāns, il est l'une des plus éminentes figures de la littérature lettone. Son talent lui a valu les qualificatifs de " Goethe letton " ou de " l'homme letton du XXe siècle ". Les Lettons le comparent avec une certaine fierté à notre Victor Hugo. Marié à la poétesse et dramaturge Aspazija, il a mené de front, en plus de ses travaux d'auteur, une brillante carrière politique et la rédaction du journal progressiste Dienas Lapa (La Feuille du jour). Après une déportation en Russie (1897-1903) et un exil de 14 ans, il est devenu ministre de l'Instruction publique et a publié sous son pseudonyme de nombreux recueils poétiques, des drames et des mémoires. Aujourd'hui encore, sa statue, érigée dans le parc de l'Esplanade, est fleurie chaque jour.

Kārlis Skalbe (1879-1945). Ayant enduré deux exils, l'un de 1905 à 1909, l'autre en 1944, il demeure l'un des flambeaux du patrimoine letton avec ses poèmes et surtout ses 70 contes imprégnés de références aux traditions baltes et au folklore scandinave. Ces contes pour enfants ont été traduits en français, dont le plus fameux Le Moulin du chat (Kakisa dzirnavinas).

Andrejs Upīte (1877-1970). Ecrivain et dramaturge réaliste, homme de gauche, il dénonce dans deux pièces, Suzanne aux bains (1922) et Le Désert en fleur (1930), le monde creux et amoral des nouveaux bourgeois. Resté en Lettonie après la Seconde Guerre mondiale, il a écrit des romans dans l'esprit du réalisme socialiste sur les conflits sociaux de la période de l'indépendance, romans qui lui ont valu le prix Staline. Il est souvent surnommé le " Zola letton ".

La légende de Lāčplēsis

Lāčplēsis est le héros d'un poème épique de la fin du XIXe siècle, écrit par Andrejs Pumpurs et inspiré par une légende locale, dont voici l'histoire.

Nommé d'après l'endroit où l'on le vit pour la première fois, Lāčplēsis était fils d'une ourse, dont il conservait une longue oreille velue, à la mesure de sa taille et de sa force. Encore enfant, il pouvait saisir un loup ou un élan par une patte et lui briser la tête contre un rocher. Devenu grand, il protégeait les faibles contre les dangers de la forêt. Il ne connaissait pas sa force, et amoncelait parfois des rochers pour jouer, barrant ainsi le cours de la Daugava.

Vénéré par la population, Lāčplēsis fut défié en combat singulier par le fils d'une sorcière étrangère, sous la forme d'un ours. Le duel fut terrible, le fracas des épées était plus assourdissant que le tonnerre. Le monstre cherchait à atteindre l'oreille du héros, siège de sa force. Après des jours et des nuits d'une lutte titanesque, Lāčplēsis fut atteint, mais il avait réussi à toucher son adversaire à la tête. Les deux combattants tombèrent ensemble dans la Daugava. On ne les revit jamais, mais la légende affirme que Lāčplēsis reviendra et libérera son pays en jetant le monstre à la mer.

Sa fête est toujours célébrée le 11 novembre. Au village de Lāčplēsis, la ceinture du père du héros est exposée dans un petit musée. Les jeunes couples peuvent venir la toucher. S'ils éprouvent une sensation de chaleur en un point quelconque de l'objet magique, l'avenir leur sera prédit par les symboles disposés sur toute sa longueur. Par ailleurs, dans un registre plus trivial, Lāčplēsis est également une marque de bière... mais surtout, l'ordre national le plus élevé des décorations lettones, comparable à la Légion d'honneur en France. Lāčplēsis illustre à lui seul nombre de traits lettons contemporains, par exemple, le rapport intime entretenu avec la nature, mais aussi la peur et le rejet de l'autre. Lāčplēsis incarne également la résistance lettone face à l'envahisseur allemand. Il est considéré, à ce titre, comme un héros national letton. Un haut-relief le représentant orne le côté du monument de la Liberté, à Rīga.

Médias locaux
Musique

Wihtols et Kalninš sont les plus éminents représentants de la musique classique du début du siècle. Rīga est d'ailleurs un centre musical important, et son ballet, créé en 1920, où se produit Barychnikov (originaire de Rīga), est le plus fameux d'URSS. Aujourd'hui, Cosmoss, groupe de musique classique chantant à capella, et Ance Krauze, dans la catégorie traditionnelle, sont très populaires. Mais, c'est le rock qui est très apprécié par la jeunesse lettone, et les festivals se multiplient. Parmi les groupes locaux les plus représentatifs, il faut citer Brainstorm (devenant de plus en plus connus mondialement : en Russie et en Angleterre), Bet Bet, et Līvi, le groupe de hard rock letton. En 2000, la Lettonie, qui participe pour la première fois au concours de l'Eurovision, a terminé 3e au classement final avec le groupe Brainstorm, idole de la nouvelle génération. En 2002, la Lettonie garde un souvenir fier de sa victoire à l'Eurovision, grâce à sa candidate Marija Naumova, restée depuis très populaire et vivant actuellement à Paris.

Quelques grands noms

Krišjānis Barons (1835-1923). Lorsqu'il meurt le 8 mars 1923, il est immédiatement célébré comme un héros national pour avoir collecté 35 800 dainas (chants populaires lettons), rassemblés en 6 livres, soit 217 800 strophes. En couchant sur le papier cette tradition orale séculaire, âme du peuple letton, il a apporté une importante contribution à la renaissance de la culture lettone.

Alfrēds Kalniņš (1879-1951). Célèbre figure de la musique lettone, il marque son époque en tant que chef d'orchestre, maître organiste et compositeur. Ses oeuvres aux accents romantiques seront principalement destinées aux chorales nationales.

Andrejs Pumpurs (1841-1902). Auteur de la légende nationale du Tueur d'ours, il écrit d'abord des vers lyriques consacrés à la nature, un peu dans le style des dainas, mais il sert surtout son peuple en lui donnant l'oeuvre épique qui manquait à sa jeune littérature. En écrivant Lāčplēsis (Le Tueur d'ours) il satisfait le besoin d'épopée qu'éprouve tout peuple qui veut affirmer sa personnalité, son âme. Pour cela, il utilise les légendes, les traditions et les chants, les croyances et les coutumes populaires, en les réécrivant dans un style soutenu. La qualité littéraire de son recueil et son caractère national lui vaudront un succès éclatant.

La chanson lettone

La chanson folklorique représente une longue tradition historique, qui est encore bien vivante dans la culture lettone d'aujourd'hui. La daina, à l'esthétique raffinée, est une forme d'art littéraire, et un symbole ayant défini et incarné l'identité nationale de la Lettonie au cours des deux siècles passés. Pour les Lettons, une daina n'est pas n'importe quelle chanson folklorique. Elle est classiquement définie comme une forme en quatrain spécifiquement lettone, dans sa structure, ses sentiments et sa vision du monde. Plus de 1,2 million de textes et plus de 30 000 mélodies ont été identifiés comme datant de plus d'un millier d'années. Dans plusieurs régions de la Lettonie, vous pouvez toujours rencontrer des chanteurs, le plus souvent des femmes, qui ont hérité de cette tradition orale. Souvent elles chantent dans des ensembles folkloriques, aux côtés d'autres personnes qui sont, comme elles, intéressées par les chansons, suite à l'influence exercée par le mouvement folklorique.

Il y a environ 150 ensembles toujours en activité en Lettonie. Le festival folklorique, Baltica, qui a lieu en Lettonie tous les trois ans, est la principale plate-forme offrant à la tradition du chant une scène et un cercle étendu d'auditeurs et d'adeptes enthousiastes.

Traditions

Le folklore est très ancré dans les traditions païennes du Moyen Age, antérieures à la conquête chrétienne comme le prouvent chaque année encore les célébrations des feux de la Saint-Jean (solstice d'été). Situé au coeur même de leur culture, il a été l'un des facteurs principaux du renouveau national et identitaire au moment de l'indépendance, le lieu de l'expression de la résistance. Le chant (choral notamment) tient une place prépondérante dans le folklore letton. N'a-t-on pas donné le nom de " révolution en chantant " aux divers mouvements d'indépendance des trois pays à la fin des années 1980 ? Ces chants populaires traditionnels sont appelés les dainas. De nombreux festivals, suivis par des milliers de personnes, ont lieu chaque année. Très riche également, l'art folklorique s'exprime notamment dans la sculpture sur bois, que vous rencontrerez sous forme de souvenirs sur les étals des rues ou encore sous forme de totems (symbolisant les divinités païennes) à la campagne. Les instruments de musique folklorique les plus courants sont la flûte, les bois de tout genre, anches, sifflets et autre cors, et, surtout, le plus caractéristique de la région, " l'arbre chantant " (kokles), une sorte de cithare de 25 à 33 cordes. Pour la petite histoire, l'arbre qui sert à sa fabrication doit être coupé à la mort d'une personne du village... L'accordéon, enfin, tient aussi une place importante dans la musique folklorique balte.

Exemple de daina

Quiconque l'a dit, a menti,

Que le Soleil va se coucher la nuit ;

Le Soleil se lève-t-il,

Où il s'est couché hier ?

" Kas to teica, tas meloja,

Ka saulīte nakti guļ ;

Vai saulīte tur uzlēca,

Kur vakaru norietēj' ? "

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
  • Réservez un ferry
  • Location de moto
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Location de vacances
  • Votre logement Airbnb
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
Sur place
  • Activités Funbooker
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Activités Airbnb

Adresses Futées de Lettonie

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un week-end bien être pour 2 personnes en Auvergne !

Profitez d'une parenthèse enchantée pour 2 personnes en Auvergne avec Aiga Resort.