Guide de Lettonie : Population et langues

La Lettonie compte environ 2 220 000 habitants. Pays essentiellement rural avant la Seconde Guerre mondiale (plus des deux tiers de la population), la population rurale ne représente plus qu'un quart de la population totale. Le pays est l'un des moins densément peuplés de l'Union, avec 34,5 hab./km2. Rīga, la capitale, rassemble à elle seule 730 000 habitants, soit près du tiers de la population. Quatre autres villes dépassent les 50 000 habitants : Daugavpils (110 000), Liepāja (83 000), Jelgava (65 000) et Jūrmala (56 000). Depuis l'indépendance, la population décroît et vieillit. Le solde naturel est négatif (- 4,5 % en 2011). Entre 1989 et 2011, le pourcentage de personnes de plus de 60 ans est passé de 17,4 à 21,1 %. Le solde migratoire est déficitaire depuis 1991, notamment du fait du départ de populations russophones et, aujourd'hui, de la jeunesse à la recherche d'une vie meilleure en Irlande et en Europe de l'Ouest, en général. L'espérance de vie à la naissance est de 67,8 ans pour les hommes et de 78,3 ans pour les femmes.

La composition ethnique

Les Lettons habitent ces territoires depuis plus de 2000 ans. Le peuple letton s'est formé de plusieurs tribus de Baltes anciens : Latgales, Zemgales, Seles et Coures avec les peuples de la famille finnoise : Baltes, Estoniens et Lives.

En 2011, la Lettonie est composée de Lettons certes, mais aussi de 555 000 Russes, 68 000 Biélorusses, 45 000 Ukrainiens, 45 000 Polonais, 24 000 Lituaniens, 6 000 Juifs, 6 0000 Tsiganes, 3 000 Allemands et 2 000 Estoniens. Les russophones totalisent ainsi 28 % de la population totale ; ils sont même majoritaires dans plusieurs régions du pays, et notamment dans la capitale, Rīga.

Bien avant l'annexion par l'URSS, lorsque le pays était intégré à la Russie tsariste, il comptait déjà des russophones dans sa composante nationale (par exemple des vieux croyants qui ont fui la Russie de Pierre le Grand). Mais après la mainmise soviétique et la volonté de Staline de peupler la Lettonie de colons et de militaires, la population russe de toute l'URSS y a afflué en nombre important. Ensuite ont suivi les déportations en masse des Lettons vers la Sibérie. On dit que dans chaque famille, un membre au moins a été déporté.

L'importance des russophones dans le pays, au moment de l'indépendance, et leur intégration à la communauté nationale ont été des sujets de tension au niveau national (problème de nationalité, lois contraignantes concernant la langue...). Le sujet reste encore sensible à l'heure actuelle, il vaut mieux ne l'aborder qu'avec précaution.

La diaspora lettone

Actuellement dans le monde entier vivent environ 1 550 000 Lettons, dont 1,28 million en Lettonie, 47 000 en Russie, 7 000 en Ukraine, 4 000 en Lituanie et environ 3 000 en Estonie, Biélorussie et Kazakhstan. De nombreux Lettons sont également en Europe occidentale, aux Etats-Unis, au Canada, en Australie et au Brésil.

Les non-citoyens en Lettonie

En 2011, sur l'ensemble des résidents en Lettonie, 18,98 % n'ont pas la citoyenneté lettone, dont 17,20 % sont des " non-citoyens ", assimilés à des apatrides dont les droits sont pratiquement identiques à ceux des Lettons hormis le droit de vote et l'obligation de faire le service militaire. S'il existe, depuis les premières populations slaves, des mouvements migratoires entre Russes et Baltes, rien ne peut être comparé à la politique de russification de l'époque soviétique. Cette dernière est le résultat de la déportation de dizaines de milliers de Lettons (sur une population inférieure à 3 millions) vers la Sibérie et l'Asie centrale, et de " l'immigration " de quelques centaines de milliers de Russes et de cadres du Parti communiste. Majoritaire sur son propre sol en 1944, la population lettone représentait moins de la moitié de la population lors de la deuxième déclaration d'indépendance. Le départ des troupes de l'armée Rouge en 1994 a rétabli en partie l'équilibre, mais près de 40 % de la population est issue de la russification. Pour protéger sa langue et son intégrité nationale, la Lettonie, de nouveau indépendante, décide de n'accorder la citoyenneté qu'aux personnes justifiant d'une présence ou d'une ascendance antérieure à l'annexion soviétique (1942). Pour les autres : un statut particulier de " non citoyen " protégé par l'Etat letton et bénéficiant des mêmes garanties que les citoyens (passeport, couverture sociale et juridique). Il existe aujourd'hui un moyen d'obtenir la citoyenneté en prouvant sa maîtrise de la langue lettone et sa connaissance de la culture nationale. Cependant, une grande part de cette population d'origine essentiellement russe, biélorusse ou ukrainienne, a refusé cette voie, trouvant certains avantages dans le statu quo (pas de service militaire, facilité des échanges avec la CEI) ou estimant la langue lettone trop ardue.

Les langues parlées

La question de la langue fait partie des questions sensibles en Lettonie, car à l'indépendance, en 1991, 40% au moins de la population lettone ne comprend ni ne parle le letton. La société vit encore dans un espace médiatique double : les Lettons lisent la presse lettone et regardent la télé lettone, les Russes - la presse russe et les chaînes de la télévision de la Russie voisine. Cependant, pour avoir un travail en Lettonie actuelle, la maîtrise du letton est indispensable et ce problème disparaît peu à peu avec l'arrivée des nouvelles générations, souvent bilingues. En Lettonie 20% de mariages sont mixtes, ce qui est un chiffre élevé.

Selon les chiffres de 2011 : 65 % des ménages emploient le letton en famille, et 35 % le russe. 30 % des résidents parlent également anglais, 16 % parlent allemand, 3 % parlent polonais, biélorusse et ukrainien et 2 % maîtrisent le lituanien. Moins de 1 % de la population parle italien, français, espagnol ou estonien.

Le letton

Le letton est une langue indo-européenne, faisant partie d'une branche des langues baltes. Trois langues en font partie : le letton, le lituanien et le pressuin (qui est une langue morte). Étroitement apparenté au lituanien, le letton s'est formé jusqu'au XVIe siècle d'une branche nommée le latgalien, et il a intégré le curonien, le sémigalien et le sélonien aujourd'hui disparus. Les plus anciens textes écrits en letton sont des hymnes traduits par Nicholas Ramm, un pasteur allemand à Rīga, dans un recueil qui date de 1530. Le letton subit par la suite l'influence de l'allemand, mais aussi du live, de l'estonien et du russe. Comme pays, la Lettonie a des liens historiques prolongés avec l'Allemagne, la Pologne, la Suède et la Russie. Aussi bien durant l'ère des tsars, quand la Lettonie faisait partie de l'Empire russe, que pendant l'occupation soviétique dans la seconde moitié du XXe siècle, plusieurs Russes ont émigré dans le pays sans apprendre le letton.

Mais le letton ne perd pas son statut de langue officielle. Aujourd'hui, le letton est la langue maternelle de près de 60 % de la population du pays, de moins de 50 % dans les villes principales et il fait partie des langues officielles de l'UE. C'est la langue maternelle de 1,4 million de personnes en Lettonie, où elle est la langue officielle, et d'environ 500 000 personnes à l'étranger. Dans le processus pour l'indépendance du début des années 1990, la Lettonie, tout comme l'Estonie, propose des lois pour prévenir l'extinction de la langue.

Le live ou livonien

Le live est une langue appartenant à la branche fennique de la famille des langues finno-ougriennes. Autrefois largement parlé en Livonie, le live est aujourd'hui menacé de disparition. En 2001, le nombre total de locuteurs était évalué à une quarantaine de personnes. Mais seules huit d'entre elles avaient le live comme langue maternelle, la plus jeune étant née en 1926. Le nombre de personnes se considérant comme des Lives, sans forcément parler la langue, est d'environ 230. Les locuteurs " natifs " sont concentrés dans quelques villages situés à la pointe nord de la péninsule de Courlande. Les autres personnes se considérant comme des Lives résident en majorité dans les villes de Rīga et Ventspils.

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
  • Réservez un ferry
  • Location de moto
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Location de vacances
  • Votre logement Airbnb
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
Sur place
  • Activités Funbooker
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Activités Airbnb

Adresses Futées de Lettonie

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour d'exception pour 2 personnes en Corse !

Un séjour de 4 nuits et 5 jours pour 2 personnes en Corse avec l'Agence du Tourisme de la Corse.