Le guide touristique PAPOUASIE - NOUVELLE GUINÉE du Petit Futé

Éditorial

Cachée derrière un nom bien trop long, à l'ombre de son imposant voisin australien, la Papouasie-Nouvelle-Guinée reste à l'écart des sentiers touristiques, malgré un potentiel exceptionnel. Ce " pays aux mille cultures ", où cohabitent plus de 800 langues, est une terre de contrastes permanents, à la beauté sauvage, où se côtoient montagnes acérées couvertes de jungle profonde et plages de sable blanc entourées des plus beaux fonds marins du monde... Jusqu'au milieu du XXe siècle, ses profondes vallées loin du monde ont abrité un peuple qui a donné naissance à une société complexe aux rituels fascinants. L'isolement géographique du pays a favorisé également l'essor d'une faune et d'une flore exceptionnelles, dont des oiseaux de paradis et des milliers d'orchidées. En venant en Papouasie, il ne faut pas espérer y trouver des peuples de " l'âge de pierre ", erreur qui serait bien compréhensible tellement les légendes qui entourent ce pays sont encore nombreuses. Dès sa découverte au XVIe siècle, la Nouvelle-Guinée a suscité interrogations et fantasmes. Peuples isolés, cannibalisme, absence de hiérarchie... autant de particularités sur lesquelles, au fil du temps, les Occidentaux ont plaqué les préjugés les plus fantaisistes. Ainsi, faute de rencontrer aujourd'hui des " coupeurs de têtes " ou des " tribus oubliées ", le visiteur y découvrira un peuple resté très longtemps à l'écart du monde et qui accueillera l'étranger à bras ouverts, heureux de lui faire connaître sa culture merveilleusement vivante, dont un art de la parure corporelle poussé à son plus haut niveau, des chants puissants et des odeurs enivrantes. L'aventure sera forcément inoubliable au " pays de l'inattendu ", où rien ne se passe jamais comme prévu mais où tout finit par un sourire. Dans de petits villages aux toits de chaume, le visiteur découvrira la vie traditionnelle, qui perdure au milieu des changements apportés par le XXIe siècle... Les passionnés de nature y trouveront la troisième forêt tropicale vierge du monde ainsi que la plus grande et la plus variée de toutes les mangroves. Ils y trouveront également la plupart des espèces d'oiseaux de paradis et de kangourous des arbres, le plus gros pigeon, le plus petit perroquet et le plus gros lézard, sans oublier les barrières de corail parmi les plus diverses de la planète ! Ainsi que quelques autres secrets de ce pays trop longtemps oublié...

L'équipe de la rédaction

REMERCIEMENTS. La création de ce guide n'aurait pas été possible sans l'aide énorme que nous a apportée la Tourism Promotion Authority de Papouasie Nouvelle-Guinée, dirigée par M. Peter Vincent et assisté notamment des très compétentes Louise et Daphné que nous remercions chaleureusement. Nous n'oublions pas non plus l'investissement des différents " Tourism Bureau " à travers le pays, qui, malgré un manque de moyens flagrant, se battent pour mettre en valeur les richesses de leurs territoires.

Galerie photo PAPOUASIE - NOUVELLE GUINÉE

Idées de séjour PAPOUASIE - NOUVELLE GUINÉE

Découvrir en un seul voyage un pays riche de plus de 800 cultures et d'une multitude de milieux naturels est un projet pouvant sembler illusoire. Pourtant, en combinant avion, route, marche ou pirogue, quelques semaines permettront d'avoir un aperçu significatif de la Papouasie. Si les déplacements sont souvent longs et fastidieux, ils font partie intégrante de la découverte d'une culture compliquée et aux antipodes de la nôtre. En raison de l'éloignement géographique avec l'Europe - il faut compter deux journées pour arriver en Papouasie -, dix jours sur place paraissent être le minimum. Les circuits en voiture commenceront par un saut de puce... aérien. La capitale, Port Moresby, n'est en effet pas reliée par la route au reste du pays. Ces séjours excluront toutes les îles et les régions les plus isolées, que l'on ne peut atteindre que par petit avion ou à pied. Mais, une fois à Lae ou à Madang sur la côte nord, on peut profiter de la côte et des montagnes jusqu'à Tari. De n'importe où le long de cette route, les plus aventureux peuvent partir en trekking ou prendre un avion privé vers des régions plus isolées. Rejoindre le Sepik impose de voler vers Wewak depuis Port Moresby ou Madang, ou de prendre un bateau (24 heures) depuis Madang. Découvrir les îles, implique également de prendre l'avion depuis Port Moresby. Malgré son coût et les pertes de temps dues aux attentes dans les aéroports et contretemps divers, l'avion reste le moyen privilégié pour découvrir toute la diversité de la Papouasie.

Séjour courtHaut de page
Circuits en voitureHaut de page

Depuis Madang, ce circuit permet de découvrir la vie côtière et l'intérieur des terres avec quelques-unes des plus belles régions du pays. Il faut prévoir d'assister à l'un des festivals suivants : Madang, Lae, Goroka 
ou Hagen.

Jour 1. Installation et visite de Madang. La ville, calme et sûre, est idéale pour un premier contact avec le pays.

Jour 2. Départ pour le village de Bilbil à la découverte de poteries traditionnelles, puis plongée libre à Jais Aben. Dans l'après-midi, observation de paradisiers près du village de Hobe.

Jour 3. 6 heures de route sont nécessaires pour rejoindre Goroka. Traversée d'abord de montagnes couvertes de jungle, puis de la vallée du Ramu. Montée panoramique vers Goroka.

Jours 4 et 5. Journée consacrée au Goroka Show, par exemple, ou à un autre show (dans ce cas, il suffit de transférer ces deux journées ailleurs). Cela représente une chance unique de découvrir au même endroit la diversité des cultures papoues et leurs somptueuses parures. Profusion de plumes, de peintures, de couleurs, d'odeurs et de chants ! Des moments inoubliables.

Jour 6. Journée de route et de visites. Dès la sortie de Goroka, on pourra profiter du passage dans la vallée d'Asaro pour assister aux danses des Mudmen. Puis, arrivé dans la province de Simbu, le village de Mindima propose une représentation théâtrale costumée.

Jour 7. Journée autour de Kerowagi, pour découvrir villages traditionnels, jardins et plantations de café dans des paysages exceptionnels.

Jour 8. Route vers Hagen et arrêt peu avant la ville au " Avi Garden ", où une jungle reconstituée abrite plus de 200 espèces d'orchidées.

Jour 9. Environs du Kumul Lodge, à 1 heure d'Hagen, où l'on observe facilement oiseaux de paradis et orchidées en se promenant dans une forêt pluviale d'altitude. Dans l'après-midi, retour à Hagen et vol vers Port Moresby.

Jour 10. Dernière journée consacrée à la visite de la capitale, musée, Parlement et marchés. Départ pour le vol international dans l'après-
midi.

Circuits en avionHaut de page

Multiplier les vols, malgré le coût, permettra de mieux apprécier la diversité du pays.

Jour 1. Arrivée à Kavieng pour profiter de l'océan.

Jour 2. Journée de voiture pour visiter les villages et les plages de la côte est et assister à des danses malagan masquées.

Jour 3. Dans la matinée, vol vers Rabaul. Installation près du volcan Tavurvur et visite de la ville engloutie par les cendres du volcan, du cimetière militaire et du centre de volcanologie.

Jour 4. Visite du volcan actif, puis départ pour les montagnes Baining, à 2 heures de là. A la nuit tombée, danses du feu, très impressionnantes.

Jour 5. Vol en connexion via Moresby vers Goroka. Visite de la ville et des environs.

Jours 6 et 7. Journée consacrée au Goroka Show, par exemple, ou à un autre show (dans ce cas, il suffit de transférer ces deux journées ailleurs).

Jour 8. Départ en voiture vers Hagen, à 4 heures de route. En chemin, arrêt à Mindima, dans la province de Simbu, pour assister à la représentation théâtrale des hommes squelettes...

Jour 9. Journée dans les environs du Kumul Lodge, province d'Enga, pour observer faune et flore dans une magnifique forêt pluviale.

Jour 10. Vol depuis Hagen vers Tari à bord d'un petit avion de missionnaire. Visites de villages, découvertes des superbes parures locales, des rites initiatiques...

Jour 11. Retour en milieu de journée à Port Moresby par avion.

Jour 12. Visite du Variata National Park et observation de paradisiers. Avion international dans l'après-midi.

Séjour longHaut de page

Trois semaines à un mois sont le laps de temps idéal pour profiter de toute la diversité du pays. Cela permettra notamment de visiter le Sepik et de prendre son temps pour mieux découvrir la principale richesse du pays : les Papous !

Jour 1. Arrivée à Wewak, capitale du Sepik.

Jour 2. Journée de repos et d'acclimatation. Départ pour l'île de Muchu, vers un village traditionnel de pêcheurs. Visite d'une cascade, randonnée dans la jungle, baignade et plongée libre. Retour à Wewak.

Jour 3. Journée de transfert pour accéder au fleuve Sepik et installation dans un village du fleuve.

Jour 4. Visite dans la journée, en pirogue, des maisons des esprits du Moyen-Sepik.

Jour 5. Visite des lacs Chambri, observation de nombreux oiseaux et de la vie des pêcheurs du Sepik. Après les lacs, visite d'Aibom, le village qui alimente en poteries toute la région.

Jour 6. Visite des lacs Black Waters ou d'Ambunti, sur le Haut-Sepik.

Jour 7. Retour vers Wewak.

Jour 8. Vol vers Madang dans la matinée et visite de Krangket Island. Plongée libre et visites de villages traditionnels.

Jours 9 à 11. Reprendre le premier itinéraire proposé (jours 2, 4 et 6).

Jour 12. Matinée consacrée à de petites marches dans les environs de Kerowagi (voir itinéraire précédent). Nuit à Kundiawa ou Kerowagi.

Jours 13 et 14. Journées consacrées au Hagen Show, par exemple, ou à un autre show (dans ce cas, il suffit de transférer ces deux journées ailleurs).

Jour 15. Visite du village de Paya, à la sortie d'Hagen, puis installation dans le Kumul Lodge, province d'Enga.

Jour 16. Retour à Hagen où un petit avion de missionnaire permet de gagner Tari. Installation dans une guesthouse à Hiwanda, à une demi-heure de Tari. Découverte à pied des jardins environnants, de la vie locale des Huli, l'ethnie locale.

Jour 17. Journée dans les alentours de la guesthouse. Visites de villages, découverte des parures locales et des rites initiatiques. Départ en fin de journée pour la montagne Ambua.

Jour 18. Ornithologie pour observer des espèces rares d'oiseaux de paradis, visite d'une magnifique jungle primaire, découverte de nouveaux villages des Huli.

Jour 19. Retour en avion à Port Moresby en milieu de journée et découverte de la ville, musée, Parlement, Jardin botanique...

Jour 20. Observation des paradisiers dans le Variata National Park, puis randonnée dans le parc du cimetière militaire de Port Moresby, découverte de l'histoire de la guerre du Pacifique en Nouvelle-Guinée.

Jour 21. Après les derniers achats de souvenirs, départ international dans l'après-midi.

Idées d'extensionHaut de page

Jour 1. Départ pour Alotau. De là, rejoindre en bus East Cape, une petite ville située sur la pointe extrême est de l'île. Les guesthouses sont rudimentaires mais suffisantes pour une nuit.

Jours 2 à 5. Départ en bateau pour l'île de Normanby, où 4 jours de cabotage permettent de découvrir la vie des petits villages locaux, très isolés et ne vivant que de pêche et de récoltes. Les paysages marins offrent de multiples occasions de pratiquer la plongée libre.

Jour 6. Retour vers Alotau, où l'on s'installe pour la nuit.

Jour 7. Avion vers Madang et installation

Jour 8. Vol en petit avion pour rejoindre la station isolée de Simbai. Les habitants d'un petit village y ont construit une guesthouse et proposent de nombreuses activités.

Jour 9. Trekking dans les environs à travers village et forêt. Découverte des fascinantes parures des Kalam, l'ethnie locale, constituées de grands casques couverts de scarabées.

Jour 10. Retour en avion vers Madang, puis Port Moresby.

Séjour thématiqueHaut de page
Les plus beaux sites de plongéeHaut de page

Les plongeurs pourront commencer par découvrir les nombreuses épaves sous-marines datant de la Seconde Guerre mondiale. Bateaux, avions, bombardiers japonais, australiens et américains sont très nombreux, notamment près d'Alotau et de Madang. Pour profiter plus particulièrement de la richesse infinie de la biodiversité locale, il vaut mieux se rendre dans la province d'Oro, à Tufi, où un lodge propose des plongées dans des spots découverts tout récemment, et même plusieurs explorations. Enfin, Kimbe reste la Mecque de la plongée en Nouvelle-Guinée et probablement dans toute cette région du Pacifique. Là, on peut embarquer sur un bateau de croisière pour une semaine et s'adonner pleinement à sa 
passion.

Circuit ornithologiqueHaut de page

Un voyage à la recherche des oiseaux devra se diviser en séjours à différentes altitudes, afin de pouvoir observer un maximum d'espèces. On peut observer les espèces de basse altitude dans la province du Gulf, sur la côte Sud. Les espèces vivant entre 1 000 et 2 000 m pourront être observées dans la région 
de Tari.
Enfin, un séjour dans la province d'Enga, au Kumul Lodge, permettra de photographier de nombreuses espèces qui se cachent dans les forêts d'altitude. Il faut savoir que l'ornithologie est une activité en soi, très exigeante de surcroît, et qu'en Papouasie les oiseaux vivent pour la plupart dans la jungle. Leur observation est donc particulièrement compliquée. Mais n'écoutant que sa passion, le véritable amateur n'hésitera pas à se lever à 2h du matin, pour marcher dans la boue et 
sous la pluie...

Circuits de randonnéeHaut de page

Avec les innombrables sentiers qui relient villages et hameaux, la Papouasie apparaît de prime abord comme le paradis du trekking. Les Papous eux-mêmes n'hésitent pas à effectuer plusieurs jours, voire semaines de marche pour se rendre d'une région à une autre. Cependant, en ce qui concerne la randonnée, le manque d'organisation et d'expérience des locaux, les problèmes de droits coutumiers sur les terres, auxquels il faut être particulièrement attentif, et, enfin, la méfiance, voire la peur qu'éprouvent tous les Papous à l'égard de leurs voisins, compliquent les choses. Le trek le plus célèbre est le Kokoda Track, qui traverse l'île entre Port Moresby et Popondetta et qui suit le parcours d'une terrible bataille entre Australiens et Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale. Il attire plusieurs milliers d'Australiens chaque année, mais, très difficile et de maigre intérêt culturel, il ne passionnera pas les Européens. Mieux vaut partir sur les chemins des montagnes, autour de Tari, ou marcher une grosse semaine entre la province de Simbu et celle de Madang, en passant par le plus haut sommet du pays, le mont Wilhelm. Ce parcours permettra à la fois de découvrir une grande variété de paysages, mais aussi de cultures. Autre possibilité intéressante : une semaine de marche avec pour but de relier la station de Simbai à 
Madang, l'expédition se terminant par la descente en pirogue du fleuve Ramu. Pour les visiteurs les plus aventureux, une marche d'une dizaine de jours, dont certains très éprouvants, permet de relier la région de Menyamya au coeur des montagnes de la province de Morobe, à Kerema, sur la côte Sud, d'où l'on pourra rejoindre Port Moresby par la 
route.
Trouver un guide ne sera pas chose facile... Enfin, des agences proposent aujourd'hui des trekkings à la fois passionnants, difficiles et bien organisés, comme le Black Cat Track, dans la province de Morobe également. Au-delà de ces quelques pistes, il est bon de rappeler que le voyageur peut choisir deux points sur une carte et les relier en marchant sur de petits chemins locaux, jamais seul bien sûr, ce qui lui garantira une expérience 
unique !

Découverte des régions 
les plus isoléesHaut de page

Après être restée très longtemps isolée du monde, la Papouasie entre, bon gré mal gré et à une vitesse vertigineuse, dans le XXIe siècle. Les sites encore vierges se font de plus en plus rares. Les missionnaires d'abord, les compagnies minières ou forestières ensuite, atteignent de plus en plus aisément les endroits les plus difficiles d'accès et disposent de moyens dont le voyageur est dépourvu. Pourtant, avec beaucoup de courage, de la volonté et de l'argent, l'aventurier peut encore découvrir des tribus isolées. Les zones les plus favorables à ces expériences sont de petites enclaves, éloignées des axes de communication et extrêmement difficiles d'accès. Citons la région entre Anga et le Sepik, le très Haut-Sepik, les régions entre Tari et la rivière Strickland ou les lacs Murray, par exemple. Ces découvertes demandent beaucoup de temps et supposent que l'on soit prêt à marcher et à vivre comme un Papou durant plusieurs
 semaines...

Ailleurs sur le web

Liens utiles Papouasie-Nouvelle-Guinée

Toutes les bonnes adresses Papouasie-Nouvelle-Guinée

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté