Guide de Suisse : Jeux, loisirs et sports

Avec son environnement privilégié, entre lacs et montagnes, ses équipements de pointe, la Suisse offre la possibilité de pratiquer une multitude de sports, dans une grande variété et en toutes saisons. Parmi les sports nationaux, citons le ski alpin, le tennis (voir le champion bâlois Roger Federer qui vient de gagner la Coupe Davis pour son pays), le hockey sur glace, mais aussi la lutte, sport traditionnel qui se pratique essentiellement en Suisse alémanique. Ajoutons en vrac : la natation, le ski nautique, le traîneau à chiens, la randonnée, le cyclisme, l'escalade et l'alpinisme, le golf.

Le lancer de drapeau

Un véritable sport national. L'art de faire voler la croix suisse est une tradition typique. Il existe 99 façons différentes de lancer, comme le lancer à titre de prestations artistiques lors de fêtes alpestres. Le lancer de drapeau, lorsqu'il s'agit du concours officiel, obéit à des règles très précises : il consiste à agiter un drapeau d'un format donné (120 x 120 cm) de droite à gauche, à l'envoyer en l'air et à le rattraper par le manche. Le jury est strict pour accorder ce titre honorifique.

Activités à faire sur place
Parachutiste.
Parachutiste.

Activités nautiques. Baignades, planche à voile, catamaran, aviron ou pédalo, toutes les activités nautiques se pratiquent sur les lacs suisses et il est possible de louer le matériel. De nombreuses rivières traversent également les villes, comme l'Aare qui coule dans la capitale et où les Bernois apprécient particulièrement de s'y laisser porter pendant l'été.

Bien-être. Presque tous les hôtels 5-étoiles possèdent des espaces détente, avec piscines, hammams, fitness, massages et soins de beauté, accessibles à tous, clients de l'hôtel ou non. En outre, les " cliniques " poussent comme des champignons en Suisse : cures de revitalisation, lutte contre le vieillissement ou le stress, chirurgie esthétique, stages de remise en forme, etc. Leurs tarifs peuvent atteindre des sommes colossales ; celle d'une semaine pour un check-up complet, par exemple...

Glisse et montagne. Les activités pendant la saison hivernale sont multiples. S'adonner aux joies de la glisse avec le ski, le snowboard, d'une balade en raquettes, de la relaxation dans des bains chauds en piscine naturelle ; tout ceci dans un paysage enneigé magique, c'est cela la Suisse en hiver. Vastes pentes enneigées, blancheur immaculée, pistes qui invitent à la descente... l'apparence idyllique peut cacher des risques. Toute descente ou randonnée à ski ou en snowboard devrait s'accompagner de mesures de prudence. Les sports d'hiver sont plus sûrs lorsqu'on respecte certaines règles de comportement. Ceci est vrai aussi pour le hockey sur glace ou la balade en traîneau. Le Bureau de prévention des accidents (BPA) et les bureaux locaux d'information vous donnent quelques conseils pour pratiquer tous ces sports sans risques inutiles : www.bfu.ch.

Randonnée. La randonnée est très prisée en Suisse. La géographie du pays s'y prête parfaitement, d'où les très nombreuses possibilités de circuits. Plus de 50 000 sentiers balisés sont répartis sur le territoire, ainsi que des parcours didactiques, ponctués de panneaux explicatifs sur l'environnement immédiat des marcheurs. Depuis quelques années, les Suisses sont également des adeptes du " Nordic Walking ". Créé dans les pays scandinaves afin de permettre aux athlètes pratiquant le ski de fond, le biathlon et les combinaisons nordiques de s'entraîner en été, le Nordic Walking s'est généralisé. Sa technique s'apparente à celle du ski de fond : on utilise des bâtons pour renforcer l'effet physiologique de la marche. Le bâton droit touche le sol en même temps que le talon gauche, et vice versa. Ce mouvement en diagonale, qui stimule les muscles des bras et du torse, permet d'accélérer la cadence et d'améliorer l'efficacité.

Trekking. La Suisse offrant une infinité de possibilités, le choix dépendra de vos buts, de votre expérience et de la période de l'année où vous planifiez votre séjour.

Recommandations. Il est important de partir tôt afin de parcourir la partie enneigée le matin car, dès midi, avec le réchauffement, la neige perd de sa stabilité et des avalanches sont à redouter. Il peut faire très chaud en montagne, cependant ne vous découvrez pas trop car les rayons de soleil menacent. Le matin offre souvent des paysages sans nuages, ceux-ci arrivent vers la mi-journée ; une raison de plus pour monter avant midi. L'équipement de base pour un trek : une tente, un sac de couchage, une natte isolante, du matériel de cuisine, des chaussures de randonnée, des bâtons (équilibre et rythme), un baudrier, une protection contre la pluie (les K-way® n'étant pas étanches, ils ne sont pas conseillés), des habits chauds (la température chute la nuit), un piolet (en cas de neige), un chapeau ou une casquette (les coups de soleil et les insolations s'attrapent rapidement en montagne ; attention à la nuque), des lunettes de soleil (une brûlure irréversible de la rétine peut se produire en moins de 15 minutes - des lunettes de glacier de qualité sont donc nécessaires), une crème solaire (indice important - au moins 30) et des guêtres en cas de neige. La plus grande partie de ce matériel peut se louer ou s'acheter sur place. L'encadrement dépend de votre expérience, de votre but, du niveau d'aide que vous désirez et du prix que vous êtes prêt à payer.

Sports d'aventure. Pour les amateurs de sensations fortes, les activités de saut en élastique, canyoning, deltaplane ou autre rafting de rivière sont accessibles facilement.

Gaffe aux « puces de canard » !

Si, à la sortie du lac, vous ressentez des démangeaisons, il se peut qu'il s'agisse de l'oeuvre des " puces de canard ". C'est la dermatite du baigneur dans les eaux suisses... Vous vous exposez si vous vous baignez dans des eaux peu profondes, riches en végétation et dont la température dépasse 20 °C. Cette affection dermatologique est provoquée par les larves d'un parasite du canard qui pénètrent sous la peau et génèrent de fortes démangeaisons, heureusement sans gravité. La contre-attaque : vous doucher directement après le bain !

150 ans de sports d'hiver

Le tourisme d'été était déjà florissant en Suisse quand, par une belle soirée de septembre 1864, Johannes Badrutt, hôtelier en Engadine, s'installa devant sa cheminée avec quatre visiteurs britanniques, et se mit à refaire le monde. Ceux-ci repartaient le lendemain et, le whisky aidant, Badrutt leur proposa de revenir... dès l'hiver pour profiter du soleil. Ils ne se firent pas prier et, en décembre, ils arrivèrent en Engadine, par le col du Julier, en voiture à cheval... Le soleil était au rendez-vous et les touristes restèrent jusqu'à Pâques. Bronzés et reposés, ils apprécièrent de séjourner sous la neige. Ils venaient d'inventer les vacances d'hiver dans les Alpes. C'est du moins la légende.
Quoi qu'il en soit, c'est à cette époque que furent découverts les atouts touristiques de l'hiver dans les Alpes suisses. Saint-Moritz, alors petit village rustique de Haute-Engadine, ouvrit la voie en préparant des champs de glace, traçant des pistes de luge, améliorant les abords. En 1880 y fut célébré le tout premier match de curling d'Europe continentale, puis deux ans plus tard le premier championnat d'Europe de patinage et, en 1888, le premier match de hockey sur glace en Suisse. Longtemps avant que le ski ne se démocratise, la bonne société anglaise délaissait volontiers la Côte d'Azur ou l'Egypte pour passer l'hiver dans les Grisons. Dès 1870, des Britanniques fondèrent le premier club de patinage de Suisse, à Davos. La plus grande patinoire d'Europe y fut inaugurée en 1877, faisant de la station la capitale des sports de glace du Vieux Continent.

L'hiver suisse... so british ! Les Britanniques jouèrent ainsi un rôle de tout premier plan dans l'essor du tourisme d'hiver en Suisse. Passionnés par le monde sauvage des montagnes et les coutumes exotiques, ils imaginèrent des loisirs farfelus : faire rouler une roue en bois sur la glace, se livrer à des combats de pelle à neige, jouer à la banane pendue, souffler un oeuf, se déplacer avec des échasses ou s'adonner au ski-jöring, discipline qui consiste à se faire tracter par un cheval sur un lac gelé. Mais le sport d'hiver numéro un est longtemps resté la luge, elle-même apparue à Davos. Après la première course internationale, jusqu'au village voisin de Klosters, en 1883, Davos et sa mythique " davosienne " devinrent les références absolues de cette discipline.

Le canton des Grisons fut ainsi le pionnier des sports d'hiver. Il faut attendre 1889 pour voir le premier hôtel de l'Oberland (le Baer), à Grindelwald, ouvert en hiver. En 1904 fut inaugurée la première piste de bobsleigh au monde, entre Saint-Moritz et Celerina. A la veille de la Première Guerre mondiale, la Suisse comptait trois grandes régions de sports d'hiver : l'Oberland bernois, les Alpes vaudoises et les Grisons. Les Anglais étaient alors les touristes les plus nombreux.

Le coup de pouce des JO. Les sports d'hiver conservèrent leur caractère élitiste jusque dans les années 1920. C'est à travers le ski que s'esquissa un mouvement de démocratisation. La tenue des Jeux olympiques de 1928 à Saint-Moritz, avec la première course de ski, y contribua fortement. Mais ce n'est qu'après la Seconde Guerre mondiale que le tourisme en Suisse connut un réel essor et que l'hiver devint la principale saison touristique des Alpes. Gstaad, Zermatt, Saint-Moritz et Davos devinrent des marques de qualité de renommée mondiale. Saint-Moritz fut sans doute la plus habile à tirer parti de cette évolution, au point même qu'à l'étranger, certains se mirent à parler de la Suisse comme ce " joli petit pays situé tout autour de Saint-Moritz ". Les pays voisins lui emboîtèrent le pas, rattrapant leur retard à une vitesse fulgurante, mais aucun ne fut aussi efficace et inventif que la petite Suisse. Les stations s'équipèrent de trains de montagne pour faciliter l'arrivée des visiteurs. La ligne Coire-Davos vit le jour en 1890 tandis que les Chemins de fer rhétiques furent créés en 1904 (à travers un site aujourd'hui classé au Patrimoine mondial). Il y a tout juste 100 ans était inaugurée en grande pompe la ligne d'Arosa. Il apparut rapidement que, pour les visiteurs, le cadre unique des montagnes suisses n'était plus une simple toile de fond à admirer, mais un terrain de jeu à explorer. Il fallut donc rendre la montagne compatible avec les sports d'hiver : en 1912, les premiers funiculaires construits spécialement pour les sports d'hiver relièrent Murren à Allmendhubel et Saint-Moritz à Chantarella.

Quant au premier téléski à archet au monde, invention des Suisses Ernst Constam et Jack Ettinger, il ouvrit en 1934, sur le Bolgen, à Davos.

Confort au sommet. La Suisse compte aujourd'hui près de 1 800 téléphériques, télécabines et téléskis en opération employant plus de 9 000 personnes, réprésentant un chiffre d'affaires de près d'un milliard de francs. Premières bénéficiaires : les régions périphériques, où ces installations sont souvent une force motrice du tourisme. Mais il n'est pas rare que ces modes de transport fournissent un coup de pouce décisif à d'autres destinations plus réputées. Zermatt, par exemple, a investi plus de 300 millions au cours des 12 dernières années pour propulser les touristes et les accueillir confortablement à 4 000 mètres d'altitude. Avec son " rocksresort ", le groupe Weisse Arena de Flims-Laax a donné forme à sa vision du tourisme (hivernal) de demain. L'investissement dans ce paradis des vacances résolument tourné vers l'avenir a coûté 80 millions, mais fera école. Andermatt, en plein coeur de la Suisse, crée à son tour un resort exceptionnel pour plus d'un milliard de francs.

Et les innovations se poursuivent : en 2001, Joe Steiner lance l'air-board, qui consiste à se laisser glisser à plat ventre sur une piste spécialement conçue. Depuis 2011, le village de Tenna, dans le Safiental (Grisons), exploite le premier téléski solaire au monde. Laax, quant à elle, a inauguré en 2012 le premier télésiège pivotant à 45°, conçu par les designers de Porsche. En 2015 le glacier des Diablerets a ouvert un pont suspendu entre deux pics et le mont Pilatus a inauguré son nouveau téléphérique. Toutes les stations investissent dans des événements, infrastructures pour des activités et attractions fonctionnelles aussi bien en été qu'en hiver. Mais le principal capital hivernal - comme estival ! - de la Suisse reste sa nature, son univers de montagne unique au monde, avec ses " 4 000 ", ses glaciers et ses lacs. Et cela fait 150 ans que cela dure... sans compter les millénaires d'avant !

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
  • Réservez un train
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Votre logement AirBnB
  • Location de vacances
Séjours
  • Voyagez sur mesure
  • Réservez une croisière
  • Week-ends en France
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Organiser son voyage en Suisse

Transports
  • Vol pas cher
  • Location voiture
  • Réservez un train
Hébergements
  • Trouver un hôtel
  • Location Airbnb
  • Location de vacances
Séjours
  • Voyage sur mesure
  • Réservez une croisière
  • Week-ends en France
Services / Sur place
  • Réservez une table
  • Activités & visites
  • Expériences & Boxs

Adresses Futées de Suisse