Le guide touristique Burundi du Petit Futé

Kaze i Burundi !

Au coeur de l'Afrique... Peu de destinations sur le continent répondent mieux à cette définition géographique, sociale et politique que le Burundi. Ce petit pays encore à l'écart des circuits touristiques s'ancre au centre du continent, dans la partie pluvieuse et montagneuse de la région des Grands Lacs, proche de l'Equateur. Traversé par la ligne de partage des eaux entre le bassin du fleuve Congo et celui du Nil, il se situe à la charnière entre l'Afrique centrale et orientale, au carrefour des peuples et des cultures.

D'ici, on peut partir à la rencontre du monde swahili, qui s'épanouit à l'est du continent, ou se tourner vers la mosaïque congolaise : on découvrira la richesse humaine et la diversité des influences qui caractérisent cette société originale. Celle-ci s'est conjuguée à un fonds culturel élaboré pendant des siècles sur les plateaux centraux du pays, restés longtemps à l'abri des intrusions extérieures.

Si le paysage burundais des " collines " verdoyantes ne correspond pas aux images du continent africain véhiculées par Le Roi Lion des studios Disney, la réalité d'une Afrique perçue comme rurale est en revanche prégnante. Avec l'un des taux d'urbanisation les plus bas du continent, le Burundi constitue le lieu idéal pour découvrir la paysannerie africaine. Aussi, même si les attraits du lac Tanganyika et de la capitale, Bujumbura, sont incontestables, une visite de " l'intérieur " des terres s'impose pour comprendre la complexité du pays, jouir de la beauté de ses paysages et nouer des relations inoubliables avec la population.

Julia Gasquet.

REMERCIEMENTS. L'écriture de ce guide a permis d'entretenir de belles amitiés et de faire, cette année encore, des rencontres passionnantes, surprenantes ou amusantes mais entoukavrémen toujours enrichissantes. Je suis redevable à tant de personnes qu'il est difficile de toutes les citer. La première que je dois remercier est Christine, la " maman " du Petit Futé au Burundi, qui n'est, aujourd'hui encore, jamais bien loin ! Murakoze cane à Sabine pour sa présence et son soutien, à l'AGCA (Blaise, Fabrice, Désiré et Olivier) pour sa précieuse aide, à Sonia, Mimi et Mich' et Billie pour tous les services rendus. Asante à Patrick et Eric à Kirundo pour leurs bons plans, à Louis pour ses informations sur les routes, et à Jean-Claude à Cankuzo pour sa gentille participation. Merci aussi à Ben et Gloria, Michael, les deux Rodrigue, Bertrand, Monseigneur, Roseline, Luc et Yves.

Surtout, je dédie ce livre aux Burundaises et Burundais dont le magnifique pays mérite d'être plus connu, et dont l'accueil, la gentillesse, l'humour et le dévouement m'impressionneront toujours.

Mise en garde

Le monde du tourisme est en perpétuelle évolution. Malgré notre vigilance, des établissements, des coordonnées et des prix peuvent faire l'objet de changements qui ne relèvent pas de notre responsabilité. Nous faisons appel à la compréhension des lecteurs et nous nous excusons auprès d'eux pour les erreurs qu'ils pourraient constater dans les rubriques pratiques de ce guide.

Les principales destinations Burundi

Galerie photo Burundi

Idées de séjour Burundi

Le Burundi est un petit pays, à peu près de la taille de la Belgique, qu'on peut parcourir en peu de temps. Une semaine ou deux peuvent suffire pour en visiter les sites majeurs. Cette possibilité dépend toutefois des modes de transport utilisés, du choix des routes empruntées et de leur état (saison des pluies ou non).

Louer une voiture individuelle laisse bien sûr toute liberté, d'autant que l'état des routes s'étant vraiment amélioré ces dernières années, les principaux sites sont maintenant accessibles avec une simple berline. Il est possible de ne se déplacer qu'en transport en commun pour un séjour plus économique et plus proche du mode de vie local. Dans ce cas, il faut être prêt à voyager " collé/serré " et ne pas s'offusquer de la temporalité burundaise plutôt " élastique " ; autrement dit prévoir plus de temps pour faire les choses.
Pour visiter le Burundi en quelques jours, il faut donc bénéficier des conditions les plus favorables et privilégier les itinéraires les plus simples ! Et quand bien même, il faut toujours prévoir une marge sur l'agenda car l'imprévu est au menu : programmer un retour de l'intérieur vers la capitale le jour-même d'un départ en avion est par exemple risqué.
La découverte du Burundi passe par la rencontre avec ses habitants, qui n'envisagent pas forcément le temps selon des critères occidentaux. Plus un visiteur parviendra à se détacher de ces contingences, plus il pourra créer des liens. Il faut prendre le temps de partager un verre ou une brochette pour s'imprégner de l'ambiance unique des cabarets, ne pas hésiter à s'arrêter sur la route pour discuter ou pour participer aux manifestations de la vie économique (marchés par exemple) et sociale (mariages, sorties de messe, etc.).
Enfin, avec la mise en place du visa touristique unique de l'East African Community (il devrait être effectif ici dès 2015), on pourra également envisager le Burundi comme l'étape d'un voyage dans la région des Grands Lacs (gorilles au Rwanda, plages paradisiaques de Zanzibar, parcs nationaux tanzaniens...).

Séjour courtHaut de page

Dans la perspective d'un séjour court, d'une semaine voire une dizaine de jours, la location d'une voiture s'impose. On peut en effet envisager les mêmes itinéraires en empruntant transports collectifs et taxis, mais certains sites sont alors inaccessibles, à moins de marcher plusieurs heures (par exemple la source du Nil, et la faille des Allemands).

Bujumbura et les sites proches, en une semaineHaut de page

Pour profiter d'une capitale vivante et ensoleillée, tout en appréciant les charmes des collines environnantes et quelques sites touristiques du pays.

Jour 1 : arrivée à " Buja " et transfert à l'hôtel. Première balade dans les rues animées du centre-ville, apéritif dans un cabaret et restaurant sur la colline Vugizo pour profiter d'un panorama nocturne sur la ville.

Jour 2 : transfert jusqu'aux plages du lac Tanganyika, à quelques kilomètres au nord de Buja. Sur place, baignade et déjeuner de poissons dans l'un des lieux d'accueil côtiers. Poursuite vers Gatumba jusqu'au pont de la Rusizi marquant la frontière avec le Congo. Visite du parc de la petite et de la grande Rusizi (hippopotames, crocodiles, oiseaux aquatiques et palmiers endémiques). Soirée tranquille à Bujumbura.

Jour 3 : départ vers Bugarama-Gitega. Détour en direction de Bukeye vers le parc théicole de Teza et le village twa de Busekera, puis retour en arrière et poursuite de la route vers Gitega. Si le temps le permet, visite du site de Rubumba (intronisation des rois). Sinon, arrêt direct à Gitega (musée national, boma, archevêché). Nuit à Gitega.

Jour 4 : départ de Gitega vers le site de Gishora (reconstitution du rugo royal et spectacle de tambourinaires, à réserver d'avance). Retour à Bujumbura en début d'après-midi. Visite de la ville : marché de Jabe (arrêt chez Mutoyi), animation et mosquées de Buyenzi, passage à Nyakabiga, puis promenade de santé vers les quartiers sud (maisons coloniales, cathédrale Regina Mundi, grand séminaire, en retrait et au bout de l'avenue Lumumba...). Descente vers le lac (quartier asiatique) et visite du Musée vivant et de ses kiosques. Restauration en ville et, pourquoi pas, soirée festive en boîte de nuit...

Jour 5 : montée vers Ijenda puis la source du Nil. Départ tôt le matin. En sortant de Bujumbura, arrêt au Centre artisanal de Musaga (coopérative féminine). Poursuite de la route jusqu'à Matana et la source du Nil (source, pyramide), puis pique-nique sur les pentes herbeuses du Mugamba, de retour vers Bujumbura. Passage à Ijenda, visite de l'église. Détente dans l'un des lieux d'accueil à quelques kilomètres (Ciella Club ou Crête Hôtel). Soirée tranquille à Bujumbura.

Jour 6 : descente plein sud en quittant Bujumbura. Arrêts le long de la côte du lac Tanganyika : à la pierre Livingstone-Stanley de Mugere, à Resha (ex-Castel Maus). Déjeuner sur la belle plage du Blue Bay Tanganyika. Visite de Rumonge et de son port, puis promenade à pied dans l'une des réserves proches, Bururi (une petite Kibira) ou Kigwena (forêt périguinéenne). Si le timing le permet, poursuite jusqu'à Nyanza-Lac (plaque Burton-Speke, baignade), puis retour à Bujumbura.

Jour 7 : achats du départ à Bujumbura (artisanat, thé et café). Visite du haut de la ville (mausolée Rwagasore, monument de l'Unité, campus Kiriri). Transfert vers l'aéroport.

Le grand huit en 10 joursHaut de page

Deux boucles successives se rejoignant au centre à Bujumbura, pour visiter les régions les plus attrayantes du pays, tout en s'offrant de belles balades dans la capitale.

Jour 1 : même programme que dans le séjour court de Bujumbura et ses environs.

Jour 2 : départ vers Bugarama-Bukeye. Visite des plantations de thé de Teza et du village twa de Busekera. Arrêt près des eaux du mwami sur la route de Bukeye (maraîchage) puis déjeuner chez les soeurs à Banga. Promenade digestive dans les environs. Départ vers Kayanza puis Ngozi. Installation à l'hôtel, balade et dîner en ville.

Jour 3 : petit déjeuner sur la terrasse panoramique du Camugani ou au centre-ville. Départ vers Gitega par la piste du sud, encore en mauvais état pour le moment (minimum 4h). Arrêt au grand séminaire de Burasira, dans les centres le long de la route (brochettes), sur le pont de la Ruvubu. Quelques kilomètres avant Gitega, montée par piste vers Gishora, site des tambourinaires (spectacle à réserver). Arrivée à Gitega et visite du centre (boma, archevêché, ancien cercle Ryckmans). Installation à l'hôtel, dîner et, le cas échéant, sortie au cabaret ou au dancing Olympia.

Jour 3 bis : si l'on ne dispose pas d'un véhicule tout-terrain, la piste Ngozi-Gitega est inaccessible. Il faut alors rebrousser chemin pour rejoindre Gitega par la route bitumée (route Kayanza-Bugarama-Muramvya-Gitega). A Gitega, visite du centre et du site des tambourinaires à Gishora si le temps le permet.

Jour 4 : visite du Musée national de Gitega. Sur la route du retour vers Bujumbura, arrêt à Muramvya et, le cas échéant, balade sur le site de la colline royale. En passant par Bugarama, arrêt près de la stèle commémorative de Kibimba. Dans la descente Bugarama-Bujumbura, halte au " banc d'Harroy " pour une vue sur Buja et le lac. A Bujumbura, installation à l'hôtel et dîner en ville (cabaret pour les brochettes ou restaurant).

Jour 5 : programme du jour 4 du séjour court à Bujumbura et ses alentours.

Jour 6 : même programme que le jour 6 du séjour court précédent, mais avec installation à l'hôtel à Rumonge en fin d'après-midi.

Jour 7 : départ de Rumonge vers Nyanza-Lac. Visite du monument Burton-Speke, baignade à Saga Nyanza. Poursuite du trajet vers Makamba puis Rutana. A quelques kilomètres de Rutana, visite des chutes de la Karera (Mwishanga) et promenade au bord des failles des Allemands (Nyakazu). Retour vers Rutana pour loger, avec détour facultatif par Gihofi et les plantations de canne de la Sosumo (Société sucrière du Moso).

Jour 8 : visite du marché et de la ville de Rutana en matinée. Départ vers Rutovu et visite du site de la source du Nil (ruisseau, pyramide). Pique-nique sur place ou, plus tard, déjeuner à Matana. Retour tranquille vers Bujumbura en passant par les collines du Bututsi et du Mugamba (rugo traditionnels). Arrêt à Ijenda (église). Logement sur la route du retour vers Bujumbura à quelques kilomètres d'Ijenda (Ciella Club ou Crête Hôtel).

Jour 9 : retour à Bujumbura et visite selon le programme du jour 2 du séjour court précédent.

Jour 10 : même programme que celui du dernier jour du séjour court précédent.

Séjour longHaut de page

Deux semaines pour réaliser un grand tour du Burundi et visiter les sites touristiques, culturels et paysagers du pays.

Jour 1 : même programme que dans le séjour court de Bujumbura et ses environs.

Jour 2 : même programme que dans le séjour court de Bujumbura et ses environs.

Jour 3 : départ vers Bugarama-Bukeye. Visite des plantations de thé de Teza et du village twa de Busekera. Arrêt près des eaux du mwami sur la route de Bukeye (maraîchage) puis déjeuner chez les soeurs à Banga. Promenade digestive dans les environs. Départ vers Kayanza puis Ngozi. Installation à l'hôtel, balade et dîner en ville.

Jour 4 : départ vers Kirundo après un petit déjeuner sur la terrasse panoramique du Camugani ou au centre-ville. Déjeuner au bord du lac Cohoha chez les soeurs Bene Tereziya puis représentation de danseurs Intore au bord du lac (à organiser à l'avance). Nuit à Kigozi.

Jour 5 : lever tôt le matin pour visiter le lac aux oiseaux dans les meilleures conditions. Déjeuner au centre-ville de Kirundo puis départ vers Gitega en passant par Muyinga et Karuzi. Installation à l'hôtel, dîner et, le cas échéant, sortie au cabaret ou au dancing Olympia.

Jour 6 : visite du Musée national de Gitega, du centre (boma, archevêché, ancien cercle Ryckmans). Représentation des tambourinaires à Gishora ou Higiro (appeler à l'avance). Soirée et nuitée à Gitega.

Jour 7 : départ vers le sud. Visite des monuments naturels (chutes de Karera et faille des allemands). Pique-nique sur place puis soirée et nuit à Rutana.

Jour 8 : visite du marché de Rutana, déjeuner en ville puis visite dans l'après-midi de la source du Nil à Rutovu. Balade dans les alentours (possibilité de pousser jusqu'à la source de Muhweza), puis retour sur Rutana, soirée et nuitée.

Jour 9 : départ en direction de Nyanza Lac avec arrêt à Makamba pour le déjeuner. Installation à l'hôtel (East African Hôtel pour profiter d'un coucher de soleil dans la piscine avec vue sur le lac).

Jour 10 : journée détente à Nyanza Lac avec visite du port, de la plaque Burton-Speke. Balade éventuelle en bateau sur le lac, farniente à l'hôtel.

Jour 11 : départ vers Rumonge avec un arrêt pour visiter la petite réserve naturelle de Kigwena ou celle de Rumonge/Vyanda. Installation à l'hôtel (possibilité de passer la nuit sur le lac avec les pêcheurs ; à organiser à l'avance, retour au petit matin).

Jour 12 : visite des douanes du port et du centre puis déjeuner (un poisson grillé fraîchement pêché !) à Rumonge. Départ vers les plages de Blue Bay ou Resha pour y passer l'après-midi puis retour avant la nuit à Bujumbura (arrêt à la Pierre Stanley/Livingstone).

Jour 13 : Visite des " cités " de Bujumbura (Buyenzi, Bwiza, Nyakabiga...) puis après-midi sportive ou détente (tennis, golf, piscine...).

Jour 14 : même programme que celui du dernier jour du séjour court précédent.

Séjours thématiquesHaut de page
Sur les traces de la royautéHaut de page

En une quinzaine de jours, on peut envisager un parcours historique à travers le pays, en prenant pour appui le passé monarchique du pays (XVIIe siècle-1966).

En empruntant plus ou moins l'itinéraire de l'isugi (le sorgho rituel) lors de la fête annuelle du muganuro sous la royauté, on partira à l'est visiter d'abord les sites du Nkoma près de Rutana (Kayove, Giheko, Magahane), où le fondateur du royaume, Ntare Rushatsi, serait arrivé en provenance du Buha (Tanzanie).

En remontant vers le nord comme le mwami (roi) fondateur fit sa " montée " dans le pays, on poursuivra ensuite vers Kirwa au centre (en faisant quand même un détour par la source du Nil à Rutovu), puis en direction de Gitega.

Sans négliger de visiter cette ville, ancienne capitale coloniale, et en jetant un coup d'oeil à ce qui fut le palais du mwami Mwambutsa pendant une grande partie de son règne (de 1915 à 1966), à côté du Musée national, on s'engagera ensuite vers les sites de Higiro et Mugera (attribués à Ntare Rushatsi), puis vers le haut lieu du tambour, Gishora (démonstration et visite d'un rugo royal reconstitué).

Partant de Gitega vers l'ouest, on passera quelques jours à parcourir la région qui a constitué le coeur politique du royaume, autour de Muramvya. Une visite des quatre grandes " capitales " de Mwezi Gisabo (vers 1850-1908), Mbuye, Bukeye, Muramvya ou Kiganda, sera l'occasion à la fois de randonner sur des versants proches de la Kibira (Bukeye) et de converser avec les habitants du coin, fiers du passé régional (même si l'on est en république, un prestige certain reste attaché à ces lieux). A Rubumba, on retrouvera le parcours de l'intronisation des rois et les arbres plantés à leur accession au pouvoir.

En direction du Rwanda au nord, on s'arrêtera ensuite à Banga (ancien domaine de ritualistes liés à la royauté) puis dans les environs de Kayanza, dans un autre domaine de ritualistes (Inganzo) et sur le site de la nécropole de Ntare Rugamba (environ 1800-1850). Dans cette zone, on pourra également observer les domaines du prince Baranyanka, réputé avoir été, sous la colonisation, un adversaire du mwami Mwambutsa.

De retour à Bujumbura, le mausolée du prince Rwagasore (fils de Mwambutsa, assassiné en 1961) et le restaurant " Lac Tanganyika " où fut commis ce crime seront les seuls lieux de mémoire liés à la monarchie à visiter. L'ancien palais du mwami, dégradé, est en principe inaccessible aux badauds. C'est là qu'est enterré le président Ndadaye, dont l'assassinat a marqué le début de la guerre dans le pays en 1993.

Parcours natureHaut de page

Les férus de nature, amoureux d'environnements préservés et passionnés de botanique ou de faune sauvage pourront organiser un séjour selon la dispersion des parcs et des réserves naturelles dans le pays.

Les plus accessibles sont à côté de Bujumbura et protègent des écosystèmes variés : la petite et la grande Rusizi pour le bonheur des ornithologues, des erpétologues et des amateurs de sciences végétales. Les hippopotames placides cohabitent avec des crocodiles faussement amorphes, des reptiles plus ou moins dangereux peuplent la zone du delta qui réunit aussi une variété considérable de volatiles aquatiques (oiseaux migrateurs). Enfin un palmier unique au monde (Hyphaene var. ventricosa rusiziensis) caractérise la savane palmeraie de la Rukoko.

Le long de la côte du lac, vers le sud, les réserves de Kigwena et Rumonge accueillent des formations végétales disparues ailleurs (forêt mésophile et miombo) où s'est développée une faune aviaire et terrestre originale (calaos, singes...). C'est ici que les admirateurs de papillons trouveront à observer les plus nombreux spécimens.

Dans cette même zone, le lac Tanganyika s'avèrera en plongée un lieu d'observation extraordinaire pour des espèces aquatiques diversifiées. Il regorge d'espèces variées de cichlidés (petits poissons herbivores), de lates (perches), de bathybates et de xenotilapia, dont beaucoup sont endémiques.

En montant vers la crête, le parc national de la Kibira et la réserve méridionale de Bururi protègent de belles forêts primaires d'altitude. Ces massifs forestiers font pendant aux réserves montagnardes des états voisins du Rwanda et de la RDC (zone du Kivu-Ruwenzori). On y rencontre des espèces rares (touracos, alèthes à gorge brune, divers primates dont des chimpanzés). Les orchidées sont légions.

Plus loin, en s'éloignant de la capitale vers l'est du pays, le parc de la Ruvubu et la réserve du lac Rwihinda, situés au carrefour des plateaux centraux et des dépressions orientales, constituent des univers palustres remarquables.

Le parc de la Ruvubu est le plus grand site protégé du pays. Dans le périmètre de l'impétueuse rivière qui devient ailleurs le Nil, une savane boisée et des galeries forestières abritent une faune mal préservée du braconnage. Buffles, hippopotames et singes sont plus accessibles que les quelques espèces d'antilopes et de phacochères qui ont survécu aux traques, mais l'éléphant et le rhinocéros qui traversaient autrefois la frontière tanzanienne ont disparu. Le " lac aux Oiseaux " (Rwihinda) conserve quant à lui son intérêt pour ses colonies d'oiseaux aquatiques installées sur les îlots des marécages, à découvrir en pirogue.

Un tel parcours à dominante écologique n'est recommandé que pour des visiteurs en bonne forme physique, capables de s'adapter à l'inconfort des voyages. S'il l'on peut visiter plutôt décontracté les parcs de la Rusizi, en revanche les randonnées dans ceux de la Kibira ou de la Ruvubu ne s'improvisent pas. Il faut savoir marcher et prévoir un encadrement logistique pour s'embarquer dans l'aventure (pour des questions de sécurité et pour être sûr d'observer le maximum de choses, un guide local est indispensable).

Randonnée pédestreHaut de page

Le moyen le plus simple et le plus authentique de visiter le Burundi est la marche. C'est d'ailleurs la pratique la plus commune et la plus démocratique qui soit dans le pays. Des chemins de traverse parcourent les collines et coupent bananeraies, plantations et fonds de vallées cultivés, où les habitants reçoivent les visiteurs comme des rois.

Les plus courageux envisageront un itinéraire circulaire dans le pays, en prévoyant de loger alternativement dans les hôtels des centres urbains, les missions chrétiennes isolées, voire chez l'habitant. Les moins entraînés imagineront des circuits rayonnant autour d'un centre ou d'une ville qui leur permettront de sillonner le pays tout en étant assurés d'un logement confortable.

Quelle que soit l'option retenue, il faudra toujours prendre le soin de déterminer des contacts sûrs en cas d'accident ou de difficulté, prévoir assez d'argent pour faire face aux imprévus et prévenir une personne de confiance du parcours programmé.

À la découverte des métiers ancestrauxHaut de page

S'intéresser aux métiers pratiqués parfois encore de manière ancestrale peut être un bon prétexte pour parcourir le Burundi tout en approchant vraiment la population.
Au sud, on s'arrêtera volontiers dans les palmeraies qui bordent la RN3 entre Rumonge et Nyanza Lac pour aller à la rencontre des fabricants d'huile de palme. S'ils vous sentent intéressés par leur travail, ils vous expliqueront avec timidité mais plaisir comment fonctionne leur presse artisanale et les différentes utilisations de leur produit (huile alimentaire, savon, bougies, vin de palme).
Dans la même zone, on peut essayer de s'arranger avec un pêcheur, qui pour quelques milliers de frbu pourra peut-être vous initier aux rudiments de la pêche à la torche (attention cela se pratique de nuit) ou de la pêche au filet.
Plus au centre, vers Banga ou Busekera, vous pourrez découvrir les populations batwa, maîtres en matière de fabrication de poteries (les hommes extraient et transportent la terre argileuse tandis que les femmes fabriquent des pots, des cruches et autres ustensiles de cuisine).
Au nord, sur la RN14 en provenance de Ngozi (à une dizaine de kilomètres avant Kirundo), on comprend vite que la spécialité du coin est celle des tabourets et sièges en bois ployé et peau de vache ! S'arrêter auprès d'un des nombreux vendeurs peut être l'occasion d'essayer d'en savoir un peu plus sur les secrets de fabrication.
A Bujumbura, on peut aller à la rencontre de ces " hommes blancs ", qui après leur journée de travail au moulin, ressortent recouverts de farine de la tête aux pieds.
Quoi qu'il en soit, faire ce genre de rencontre nécessite d'être accompagné soit par un guide soit au moins par une personne parlant le kirundi. En effet, très peu de ces " artisans " parlent un français correct et il serait dommage de ne pas comprendre leurs explications.

Enfin, il faut bien avoir en tête que ces gens là travaillent (souvent de nombreuses heures pour ne pas gagner grand chose) et il ne faut donc pas les freiner dans l'avancement de leur journée. Vous pouvez les remercier de vous avoir consacré du temps par une petite rétribution ou l'achat de leurs produits.

Ailleurs sur le web

Liens utiles Burundi

Toutes les bonnes adresses Burundi

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté