Le guide : GUIDE DE L'ŒNOTOURISME : Vallée du Rhône

Vallée du Rhône

Vallée du Rhône
Vallée du Rhône
Le vignoble de Condrieu.
Le vignoble de Condrieu.
Tain-L'Hermitage et ses collines.
Tain-L'Hermitage et ses collines.
Vallée du RhôneHaut de page

La vallée du Rhône a toujours été un passage privilégié entre le monde méditerranéen et l'Europe septentrionale ou atlantique. Dès l'Antiquité, les Grecs s'infiltrent au coeur de la Gaule et pratiquent des échanges commerciaux. La culture de la vigne se poursuit avec l'arrivée des Romains en 125 avant J.-C. Entre l'Italie et la Gaule, la concurrence entre les vignes reprend dès le premier siècle après J.-C. C'est dans ce contexte qu'il convient de dater la construction de la villa gallo-romaine du Molard, à Donzère et les ateliers d'amphores de la région. Il semblerait donc que l'origine des côtes-du-rhône soit antérieure à bien d'autres régions viticoles françaises. Les Romains créèrent Vienne puis son vignoble en mettant en valeur sa campagne par d'immenses travaux en commençant par les coteaux de la rive droite, de Côte-Rôtie à Saint-Joseph et plus tard par ceux de la rive gauche l'Hermitage. Dès le XIVe siècle, les papes installés à Avignon firent appel aux vignobles de proximité pour leurs besoins. Au XVIIe siècle, la Côte du Rhône est le nom d'une circonscription administrative de la Viguerie d'Uzès (Gard) dont les vins sont réputés. La réglementation de 1650 protège leur authenticité de provenance et garantit leur qualité.

En 1737, un édit du roi de France prescrit que tous les fûts destinés à la vente et au transport doivent être marqués au feu par les lettres C.D.R. Au milieu du XIXe, la Côte du Rhône devient les Côtes du Rhône en s'étendant aux vignobles situés sur la rive gauche du fleuve. En 1936, leur notoriété est validée par les tribunaux de grande instance de Tournon et d'Uzès. Une renommée qui prendra forme en 1937 par la consécration de l'AOC côtes-du-rhône sous l'impulsion du baron Le Roy de Boiseaumarié. N'oublions pas de souligner que la naissance du Syndicat général des vignerons des Côtes du Rhône en 1929 a été une étape importante dans le processus de reconnaissance juridique de l'appellation côtes-du-rhône AOC.

A noter  : aujourd'hui pas moins de 5 000 exploitations viticoles produisent des vins d'AOC, dont 3 750 pour les côtes-du-rhône. La vinification et la commercialisation des vins d'AOC de la vallée du Rhône sont réalisées dans  : 2 000 caves particulières  ; une centaine de caves coopératives  ; 52 maisons de négoce et 6 Unions de producteurs (Sources RGA 2001). Soulignons également que le vignoble de la Vallée du Rhône est le premier employeur de la région.

Les appellations de la vallée du Rhône. Dix appellations sont présentes en vallée du Rhône  : côtes-du-rhône, luberon, ventoux, costières-de-nîmes,  grignan-les adhémar  ; les appellations du Diois (clairette-de-die, coteaux-de-die, crémant-de-die, châtillon-en-diois), et les côtes-du-vivarais.

L'appellation côtes-du-rhône est divisée en quatre catégories  : le côtes-du-rhône régional, le côtes-du-rhône-villages, le côtes-du-rhône-villages avec nom géographique et les crus. On compte aussi deux vins doux naturels  : le muscat de Beaumes-de-Venise et le VDN de Rasteau. Les appellations de la vallée du Rhône totalisent une surface de production de plus de 70 000 ha réparties sur les 5 000 exploitations viticoles (Inter Rhône, chiffres 2016).

L'appellation côtes-du-rhône régional. Située de part et d'autre du Rhône, entre Vienne, Valence et Avignon, elle tire sa personnalité d'une mosaïque de sols (sols à galets aux terres argileuses, sols caillouteux argilo-calcaires, sols d'épandage, sols loessiques et des sols sablonneux), de microclimats et de cépages (avec principalement grenache, syrah, mourvèdre, cinsault pour rouge et rosé, bourboulenc, grenache blanc, roussanne, marsanne, clairette, viognier pour les blancs). Dans sa composition géographique, la vallée du Rhône se scinde en deux entités très distinctes  : la vallée du Rhône septentrionale qui s'échelonne de Vienne à Valence sur des pentes granitiques à travers des vignobles très anciens et la vallée du Rhône méridionale que l'on retrouve des garrigues languedociennes jusqu'aux versants du Ventoux. Ces vignobles calcaires bénéficient des apports du Rhône ainsi que des bienfaits du climat méditerranéen. Le nombre total de communes dans l'aire d'appellation CDR est de 171 réparties sur 6 départements  : la Loire, le Rhône, l'Ardèche, la Drôme, le Vaucluse et le Gard. Superficie en production : 35 036 ha et 1 398 663 hl placent le côtes-du-rhône régional au 1er rang pour la production de vin rouge AOC en région Provence-Alpes-Côte d'Azur et Languedoc-Roussillon. Rendement moyen annuel : 40 hl/ha. (Source : déclarations de récolte 2010 - Syndicat des producteurs).

Les côtes-du-rhône-villages. Cette appellation concerne 95 communes réparties dans les départements de la Drôme, du Vaucluse, du Gard et de l'Ardèche. Sa superficie en production est de 4 187 ha (5 484 ha pour les communaux).

Les côtes-du-rhône-villages avec nom géographique. 5 219 ha produisent les côtes-du-rhône-villages avec nom géographique. Reconnus pour leur spécificité, 18 noms de villages ou de localisations géographiques (sur la Drôme, Gard et Vaucluse) peuvent figurer sur l'étiquette  : Rochegude, Rousset-les-Vignes, Saint-Maurice, Saint-Pantaléon-les-Vignes, Chusclan, Laudun, Saint-Gervais, Signargues, Cairanne, Rasteau, Roaix, Sablet, Séguret, Massif d'Uchaux, Plan-de-Dieu, Puyméras, Valréas et Visan.

Les crus des côtes-du-rhône. Les 16 grands crus des côtes-du-rhône possèdent tous une identité très marquée et une qualité exceptionnelle. Du nord au sud  : château-grillet, côte-rôtie, condrieu, cornas, crozes-hermitage, hermitage, saint-joseph et saint-péray dans la partie septentrionale et châteauneuf-du-pape, gigondas, vacqueyras, beaumes-de-venise, vinsobres, rasteau, lirac, tavel dans la partie méridionale.

Les vins doux naturels. Le muscat de Beaumes-de-Venise et le rasteau sont les deux vins doux naturels de la vallée du Rhône. Ils totalisent 558 ha de surface de production.

After-work à la Maison des Vins d'Avignon

Le club des vins du Rhôneproposent des ateliers After Work organisés chaque mois (sauf juillet et août) par les appellations Côtes du Rhône et Côtes du Rhône Villages, Beaumes de Venise, Lirac, Luberon et Rasteau à la Maison des Vins, Rue des Trois Faucons à Avignon. Les vins sont présentés et dégustés en toute simplicité pour partager des moments à la fois conviviaux et pédagogiques. Que vous soyez amateurs, débutants ou oenophiles confirmés, question vin, pour avoir la tête bien pleine et le palais bien fait, l'apprentissage par l'expérience s'avère être la meilleure école !

Renseignements sur : www.vins-rhone.com

Les acteurs de l’œnotourismeHaut de page
Les routes oenotouristiques des Côtes du Rhône

Le vignoble des Côtes du Rhône, second vignoble français, se goûte et se découvre non seulement à travers ses domaines viticoles mais aussi avec les musées, les sentiers vallonnés, les villages classés et des paysages typiques. Conçues par Inter Rhône, 13 routes touristiques s'offrent aux amateurs de vin, de terroirs et de culture en côtes-du-rhône et côtes-du-rhône-villages. Ces itinéraires qui traversent 6 départements des portes de la Camargue à la Provence en remontant vers Lyon (la Drome, le Gard, l'Ardèche, le Vaucluse, la Loire et le Rhône) allient découvertes viticoles et culturelles, visites de caves et pratiques d'activités variées. Chaque route est associée à une couleur et à une signalétique routière qui lui est propre.

Vous trouverez tous les détails sur www.vins-rhone.com

De Vienne... À ValenceHaut de page

Sur cette grande et belle route, de Vienne à Valence, le visiteur découvrira des crus parmi les plus appréciés de France. Château-grillet, condrieu, cornas, côte-rôtie, crozes-hermitage, hermitage, saint-joseph, saint-péray et seyssuel... Vous aurez l'embarras du plaisir. Vienne est la capitale des trois appellations qui constituent la partie la plus septentrionale du vignoble de la vallée du Rhône. La côte-rôtie, qui est l'un des plus vieux vignobles au monde, revendique aujourd'hui vingt-quatre siècles d'existence. Le nom de côte-rôtie provient de sa situation géographique et topographique  : des coteaux abrupts brûlés par le soleil. La légende raconte qu'un seigneur d'Ampuis avait deux filles, l'une blonde et l'autre brune auxquelles il donna à chacune une colline en dot. Plus sérieusement, la Côte Brune au nord de l'appellation possède un sol micaschiste ferreux et la Côte Blonde, un sol de gneiss et graniteux à l'extrémité sud de l'appellation. Elaborés à partir de syrah et d'un peu de viognier, les vins sont charnus et dominés par des arômes de violette, de fruits noirs et d'épices. Ensuite, Condrieu, berceau du cépage viognier, aujourd'hui si répandu dans d'autres vignobles de France. La superficie du vignoble est de 104 ha. Le condrieu est un vin onctueux, gras, capiteux à la robe jaune pâle et marqué par des notes d'abricot, de pêche, de violette, de fleurs d'acacias, d'épices et de fruits secs grillés.

Enfin, château-grillet, l'une des rares appellations constituées d'un seul domaine et appartenant à un seul propriétaire. Il est situé dans un amphithéâtre à flanc de coteau, sur une colline escarpée de granite sombre. Les terrasses sont ici parfaitement agencées en pierre de taille avec des escaliers pour les relier. Le vignoble est situé sur deux communes  : Vérin et Saint-Michel-sur-Rhône avec une exposition plein sud à l'abri des vents du nord. La surface de production est de 3,5 ha constituée exclusivement de viognier. Un magnifique blanc d'une rare subtilité.

Valence appartient au réseau national des Villes et Pays d'Art et d'Histoire. Fondé en 1985, le service municipal Valence, ville d'Art et d'Histoire occupe la très belle et prestigieuse Maison des Têtes. Les visites-découvertes permettent de sillonner la ville pendant une heure et demie en moyenne. Les rendez-vous ont lieu à la Maison des Têtes et ne nécessitent aucune inscription préalable, et un parcours Au fil du Patrimoine offre une visite en suivant l'itinéraire numéroté menant à des plaques informatives qui décrivent les principaux sites historiques et touristiques.

C'est à l'ouest et essentiellement au nord de Valence que se trouve le plus gros volume des appellations septentrionales. Sur la rive droite, saint-joseph, vignoble tout en longueur, s'étend de Chavanay à Guilherand. L'exposition principale est à l'est, face au soleil levant ou sud-est. Les blancs sont issus des cépages marsanne et roussanne, et les rouges de la syrah à laquelle peut être associé 10 % de cépage blanc. Au sud de saint-joseph, la petite appellation cornas produit des vins typés, probablement les plus puissants des côtes-du-rhône septentrionales.

Encore au sud, saint-péray, qui produit des blancs secs et effervescents délicats et aromatiques. Rive gauche, se trouvent les appellations hermitage et crozes-hermitage. Les premiers sont des vins rouges superbes, denses, bouquetés et de longue garde à base de syrah, et les blancs, élaborés à partir de marsanne et roussanne, sont des vins très distingués. Les crozes-hermitage sont des rouges riches, aux arômes de fruits noirs et d'épices et les blancs fruités et floraux sont très élégants. Certains vins sont très proches de leur illustre voisin hermitage.

Tupin-et-SemonsHaut de page
De vignes en vignesHaut de page
PélussinHaut de page
Pélussin.
Pélussin.
Passerelle Marc-Seguin.
Passerelle Marc-Seguin.
Tain-l'HermitageHaut de page
De vignes en vignesHaut de page
Chanos-CursonHaut de page
Saint-PérayHaut de page
De vignes en vignesHaut de page
La vallée de la DrômeHaut de page

On ne peut pas parler de Die sans s'attarder longuement sur ce qui fait en partie la célébrité du Diois  : le vignoble et particulièrement la clairette-de-die. Le vignoble du Diois compte parmi les plus hauts de France.

On commence à l'apercevoir après Crest et sur les coteaux qui longent la Drôme, jusqu'à Luc-en-Diois et ses communes frontalières. Bénéficiant d'un climat où les affluences alpines et méridionales convergent, ce vignoble ne ressemble à aucun autre.

D'abord par son vieil âge, puisque les Romains avaient déjà planté leurs vignes dans la région, qui contribue à donner aux hommes du pays une parfaite connaissance des terrains. Ensuite par la vinification de la clairette-de-die, qui se fait essentiellement à base du cépage muscat selon une méthode ancestrale où le vigneron a recours au froid et à diverses opérations de filtration pour limiter la transformation des sucres en alcool. Clairette-de-die est une appellation d'origine contrôlée. Ce vin contient peu d'alcool et est très agréable à déguster à tout moment du repas (particulièrement à l'apéritif et au dessert) et tout moment de la journée (avec modération quand même  !).

Le crémant-de-die dispose d'une AOC au même titre que la clairette-de-die. Uniquement vinifié à partir de cépage clairette, il est davantage un vin de fête à l'image bien connue des champagnes et des vins effervescents vinifiés en méthode dite traditionnelle. C'est un vin élégant, qui a besoin de temps pour contenir la force et l'âpreté de son terroir pour exprimer tous les arômes de fruit (la pomme verte notamment) typiques de son cépage. Moins connu, il existe encore le coteau-de-die. Vin tranquille à base de cépage clairette (dans les trois couleurs), il accompagne idéalement les poissons et les fromages de chèvre fermiers de notre région qui sait heureusement marier toutes les richesses de sa gastronomie.

Autour de MontélimarHaut de page

Grignan-les Adhémar et Côtes du Vivarais. Au sud de Montélimar, l'aire de production de Grignan-les Adhémar se situe sur la rive gauche du Rhône et s'étend jusqu'à Saint-Paul-les-Trois-Châteaux. A peine plus d'une décennie sépare la remise en route du vignoble du Tricastin et l'obtention de l'appellation d'origine contrôlée coteaux-du-tricastin. Ce fait remarquable trouverait-il sa source dans l'importance historique de la région du Tricastin, dans la production viticole de la Gaule antique et médiévale  ? La moindre des découvertes à ce sujet n'est d'ailleurs pas la mise au jour du plus vaste cellier connu du monde romain, au quartier du Mollard à Donzère. Mais alors que les ravages du phylloxéra en 1885 avaient fait disparaître l'une des plus anciennes cultures de la région, ce sont donc les vignerons rapatriés d'Algérie qui vont véritablement lui redonner vie dans les années soixante, par un travail acharné, jusqu'à l'obtention de l'AOC en 1973. Entre Montélimar et Bollène, sur la rive gauche du Rhône, le terroir viticole de l'AOP Grignan-les Adhémar se concentre sur 2 750 ha répartis sur 21 communes. C'est une entité géographique originale, exposée à un climat de type méditerranéen, où s'épanouissent lavandes, chênes truffiers, plantes aromatiques, oliviers. Le mistral, vent dominant, favorise un ensoleillement exceptionnel. Ces caractères confèrent aux coteaux-du-tricastin toute leur typicité et leur générosité. Cinq grands cépages se partagent le vignoble  : le grenache, la syrah, le cinsault, le carignan et le mourvèdre. Les vins blancs sont composés de grenache, clairette, bourboulenc, marsanne, roussanne et viognier. Les rouges les plus fruités peuvent être bus jeunes et frais alors que les vins à majorité de syrah peuvent se conserver au moins dix ans. Si les rosés représentent 10 % de la production totale, les blancs ne représentent qu'une partie confidentielle appelée à se développer. Les côtes-du-vivarais sont appellation d'origine contrôlée depuis 1999. Une toute récente reconnaissance qui consacre le vignoble ardéchois puisque 9 des 14 communes classées dans l'aire d'appellation sont en Ardèche et 5 sont dans le Gard. On peut distinguer deux zones  : la première au bord du Rhône, dans une bande d'une dizaine de kilomètres de Bourg-Saint-Andéol à Saint-Just. Ces vins sont très typés Côtes du Rhône méridionales, utilisant de nombreux cépages (grenache, syrah, cinsault, carignan, mourvèdre). La seconde, un peu plus reculée dans les terres, autour de Saint-Remèze et Orgnac. Là, les vins sont plus typés (grenache, syrah sur sol calcaire), avec un ensoleillement plus méditerranéen et des sols plus pauvres. Les blancs sont nerveux, avec des notes de fruits blancs et floraux, les rosés sont friands et dominés par les fruits rouges, et les rouges sont structurés et complexes aux notes florales et fruitées.

La ville d'Aubenas.
La ville d'Aubenas.
Le village de Ruoms, bordé par l'Ardèche.
Le village de Ruoms, bordé par l'Ardèche.
De vignes en vignesHaut de page
ValvignèresHaut de page
De vignes en vignesHaut de page
Saint-MontanHaut de page
Saint-Montan.
Saint-Montan.
Bourg-Saint-AndéolHaut de page
Grignan, villge de la Drôme provençale.
Grignan, villge de la Drôme provençale.
Petite ruelle de Grignan.
Petite ruelle de Grignan.
Les champs de lavande s'étendent à perte de vue au pied du village.
Les champs de lavande s'étendent à perte de vue au pied du village.
Châteauneuf-du-RhôneHaut de page
De vignes en vignesHaut de page
De Visan à RicherenchesHaut de page

Les quatre communes de Visan, Richerenches, Grillon et Valréas constituent un cas particulier très intéressant : elles forment une enclave du département du Vaucluse dans celui de la Drôme et de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur dans la Région Rhône-Alpes. Cette enclave est surnommée Enclave des Papes. C'est une région à forte influence méditerranéenne, où l'olivier et la vigne cohabitent depuis des siècles. La truffe n'est pas en reste, qui se récolte dans les hauteurs de la région, et se vend notamment en pleine saison sur le marché de Richerenches. Côté vignobles, nous sommes ici en pur territoire d'expression rhôdanienne, avec grenache, syrah et cinsault pour vedettes. Le viognier tire quant à lui son épingle du jeu pour l'élaboration du vin blanc...

Eglise de Visan.
Eglise de Visan.
ValréasHaut de page
Valréas.
Valréas.
De vignes en vignesHaut de page
De Rochegude à TaulignanHaut de page

Le nom de Suze viendrait du celte " uz " qui signifie lieu élevé. Il n'est qu'à voir l'impressionnant château qui domine encore aujourd'hui le village pour comprendre que Suze fut une place forte et puissante. Mais, il n'y a pas que le château, la ville s'est aussi édifiée autour d'un prieuré dont il reste encore l'église romane, simple et massive. On peut encore aujourd'hui parcourir les vieilles rues de Suze-la-Rousse pour y découvrir une halle aux grains du XVIIe siècle ou les remparts médiévaux qui protégeaient naguère le village. Egalement incontournable, le village de Tulette. Voici un village consacré au dieu Bacchus, avec un grand nombre de caves. Tulette possède l'avantage de se situer à mi-parcours de sites très touristiques entre Montélimar, Nyons, Vaison-la-Romaine ou Orange  ! C'est un village au riche passé médiéval et qui fut, autrefois, encerclé de puissants remparts pour contenir des ennemis tous aussi affamés les uns que les autres. Ainsi, des protestants en révolte au terrible seigneur des Adrets, sans oublier la peste, la ville servit de refuge et de garde-manger à bien des malfaisants. De ce passé, il ne reste plus grand-chose, si ce n'est quelques façades dites Renaissance avec leurs fenêtres à meneaux et la chapelle Notre-Dame-du-Roure, datant du Xe siècle, à l'orée du village. Mais, aujourd'hui, Tulette est riche de ses vignes, de ses commerces d'art et de son art de vivre.

Suze-la-RousseHaut de page
Suze-la-Rousse et son château.
Suze-la-Rousse et son château.
De vignes en vignesHaut de page
Sainte-JalleHaut de page
De vignes en vignesHaut de page
Le petit village de Nyons.
Le petit village de Nyons.
Nyons.
Nyons.
De vignes en vignesHaut de page
Orange : de Piolenc à JonquièresHaut de page

La cité des princes d'Orange est réputée pour ses chorégies, qui attirent chaque été des spectateurs du monde entier dans son théâtre antique. C'est au nord d'Orange que se situent les vignobles des côtes-du-rhône-villages communaux de cairanne et de rasteau. Le vieux village de Cairanne, haut perché est comme le belvédère des côtes-du-rhône méridionales. Un proverbe local dit même que du Ventoux au Rhône, c'est Cairanne qui porte la couronne. Les vins du cru sont des blancs frais et fins, des rosés savoureux et des rouges puissants et épicés, de bonne garde. Du haut du vieux village de Rasteau, ce sont les dentelles de Montmirail que l'on aperçoit au loin. Egalement dans les trois couleurs, les vins sont capiteux et gras pour les blancs et les rosés, généreux et amples pour les rouges qui peuvent être de grande garde. Sans oublier, bien sûr, les magnifiques vins doux naturels  !

De vignes en vignesHaut de page
L'opéra d'Orange
L'opéra d'Orange
Ruines romaines.
Ruines romaines.
Camaret-sur-AiguesHaut de page
BollèneHaut de page
Village de Bollène-Vésubie.
Village de Bollène-Vésubie.
Rasteau, vue générale.
Rasteau, vue générale.
Vaison-la-RomaineHaut de page
La vieille ville de Vaison-la-Romaine de nuit.
La vieille ville de Vaison-la-Romaine de nuit.
Dans les rues de la vieille ville, Vaison-la-Romaine.
Dans les rues de la vieille ville, Vaison-la-Romaine.
De vignes en vignesHaut de page
PuymérasHaut de page
Fontaine à Puyméras.
Fontaine à Puyméras.
Les Dentelles de Montmirail : de Sarrians à SéguretHaut de page

Gigondas, Vacqueyras et Beaumes-de-Venise. Le vignoble de Gigondas est uniquement situé sur la commune du même nom, dans le Vaucluse. Le nom de Gigondas provient du latin Jucunditas qui veut dire joie, c'était le nom d'une bourgade gallo-romaine.

Les vins produits sont des rosés expressifs à boire sur le fruit et des rouges charpentés à maturation lente. Le cépage principal est le grenache complété de syrah et de mourvèdre. Les autres cépages de l'appellation côtes-du-rhône sont limités à 10 %. L'élevage de ces vins est effectué en foudre et fûts après une longue macération. Sa robe est chatoyante et colorée. Les fruits et le kirsch sont les arômes dominant dans sa jeunesse qui évoluent dans le temps vers des nuances de sous-bois relevées de senteurs animales. En bouche, c'est un vin charpenté puissant, même corsé et charnu.

Vacqueyras est devenu le 13e cru des côtes-du-rhône en 1990. Il s'étend sur deux communes au pied des dentelles de Montmirail  : Vacqueyras et Sarrians. C'est le seul cru avec lirac qui produit les trois couleurs de vins. Les cépages autorisés sont variés  : trois pour les rosés  : grenache, cinsault et mourvèdre. Les vins sont fruités, amples et généreux. Quatre pour les rouges  : les mêmes que pour les rosés auxquels on ajoute la syrah. Les vins ont une robe profonde, aux arômes de fruits mûrs, de cerises et de réglisse. Six pour les blancs  : clairette, grenache blanc, bourboulenc, roussanne, marsanne et viognier. Les vins blancs sont frais, à la robe jaune clair et au parfum floral.

Chef-lieu de canton, station verte de vacances, Beaumes-de-Venise est une petite ville surtout réputée pour son muscat.

Beaumes-de-VeniseHaut de page
Beaumes de Venise, site du rocher de Rocalino.
Beaumes de Venise, site du rocher de Rocalino.
Beaumes de Venise.
Beaumes de Venise.
Suzette, vue générale avec les Dentelles de Montmirail en fond.
Suzette, vue générale avec les Dentelles de Montmirail en fond.
VacqueyrasHaut de page
Les cuves du Château du Trignon.
Les cuves du Château du Trignon.
GigondasHaut de page
Vue générale de Gigondas
Vue générale de Gigondas
Dentelles de Montmirail au Domaine de la Bouissière.
Dentelles de Montmirail au Domaine de la Bouissière.
Gigondas.
Gigondas.
SéguretHaut de page
Vue lointaine de Séguret
Vue lointaine de Séguret
Séguret.
Séguret.
Avignon rive gauche du Rhône : de Morières-lès-Avignon à CourthézonHaut de page

Le vignoble de Châteauneuf-du-Pape a été développé par les papes au XIVe siècle pendant leurs séjours au palais des papes à Avignon. La superficie actuelle du vignoble est de 3 300 ha, il s'étend sur la commune de Châteauneuf-du-Pape et sur 4 communes limitrophes, Orange, Courthézon, Bédarrides, Sorgues. Le sol est principalement constitué d'une argile sableuse mélangée à de gros quartz roulés. En d'autres termes, des galets, qui ont une fonction bien spécifique  : ils emmagasinent la chaleur le jour et la restituent la nuit, favorisant ainsi une bonne maturité des raisins. Le mistral joue également un grand rôle en assainissant le vignoble.

Treize cépages sont autorisés  : grenache, clairette blanche, bourboulenc, roussanne, picpoul, picardan, mourvèdre, syrah, cinsault, counoise, muscardin, vaccarèse ou camarèse et terret noir. Les armoiries que l'on retrouve sur les bouteilles de châteauneuf-du-pape représentent les deux clefs entrecroisées de saint Pierre qui sont les armes pontificales de la ville d'Avignon.

Les vins blancs ont une robe jaune pâle, limpide presque translucide, un bouquet fin aux nuances florales avec une fraîcheur aromatique persistante en fin de bouche. Les vins rouges ont une robe de couleur grenat, des arômes de fruits rouges, de réglisse, d'anis et d'épices, avec généralement des tannins veloutés et une belle longueur en fin de bouche. Ils représentent l'essentiel de la production. Le temps de garde est très variable suivant les millésimes, mais une dizaine d'années correspondent à une bonne moyenne.

Avignon et son Palais des Papes.
Avignon et son Palais des Papes.
Avignon.
Avignon.
Vue aérienne d'Avignon.
Vue aérienne d'Avignon.
Rue des Teinturiers.
Rue des Teinturiers.
Festival du Theatre. La rue des Teinturiers est un endroit majeur du festival.
Festival du Theatre. La rue des Teinturiers est un endroit majeur du festival.
Pont Saint-Bénézet.
Pont Saint-Bénézet.
Palais des Papes.
Palais des Papes.
De vignes en vignesHaut de page
Châteauneuf-du-PapeHaut de page
Les vignes de Châteauneuf-du-Pape.
Les vignes de Châteauneuf-du-Pape.
Châteauneuf du Pape.
Châteauneuf du Pape.
Avignon rive droite du Rhône : de Villeneuve-lès-Avignon à SabranHaut de page

Avignon, capitale des Côtes du Rhône méridionales. Au cours de son histoire, la région d'Avignon a su conserver un caractère fort, notamment au travers de sa gastronomie et de sa viticulture. Le terroir y occupe une place toute particulière car il véhicule l'image de qualité et d'originalité propre à la culture provençale. Pratiquée depuis l'Antiquité, la culture de la vigne se développe avec l'Etat papal au XIVe siècle sur la rive gauche du fleuve et au XVIIe siècle avec le royaume de France, sur la rive droite. Non contente d'être devenue au fil de l'histoire la capitale des vins côtes-du-rhône, la région d'Avignon désire également, dans un avenir proche, s'affirmer comme une ville de vin sur le plan national et international. Dans cette optique, Avignon organise chaque année des manifestations traditionnelles destinées à fêter le vin comme, par exemple, "  le ban des vendanges  " le premier week-end de septembre, "  Millevin  " le 3e jeudi de novembre ou encore "  La fête de la vigne et du vin  ".

La rive droite du Rhône. On trouve sur la rive droite du Rhône deux crus et trois appellations villages avec nom de commune. L'appellation lirac s'étend sur quatre communes  : Lirac, Roquemaure, Saint-Laurent-des-Arbres, Saint-Géniès-de-Comolas.

On y produit des blancs à base de clairette, bourboulenc, et grenache blanc vif et aromatiques, des rosés fins et tendres à base de grenache noir, cinsault et syrah qui composent également de généreux rouges amples et charnus.

L'appellation tavel, située sur une seule commune, est uniquement consacrée au roi des vins rosés. Dix cépages peuvent entrer dans sa composition  : grenache, clairette blanche et rose, bourboulenc, picpoul, calitor, mourvèdre, syrah, cinsault et carignan. Les vins sont traditionnellement d'une couleur rosé pure qui évolue vers des nuances de topaze. Fruits rouges, amandes grillées et pointes d'épices, rondeur, puissance et élégance sont leurs principales caractéristiques.

Enfin, les appellations villages  : chusclan, qui regroupe cinq communes sous le nom de côtes-du-rhône-chusclan. Les vins sont rosés ou rouges, fruités et charnus, bien typés. Les blancs, frais et élégants, n'ont pas droit à l'appellation communale. Ensuite, laudun dont le terroir s'étend sur trois communes. Les blancs sont réputés pour leur grande fraîcheur, les rosés sont souples et les rouges fruités et soyeux. Enfin, saint-gervais. Le vignoble est d'une centaine d'hectares, et produit des blancs frais et légers, des rosés friands et fruités et des rouges équilibrés et structurés de bonne garde.

Villeneuve-lès-AvignonHaut de page
Vue panoramique sur la ville de Villeneuve les Avignon.
Vue panoramique sur la ville de Villeneuve les Avignon.
Saint-Géniès-de-ComolasHaut de page
De vignes en vignesHaut de page
Saint-Laurent-des-ArbresHaut de page
Saint-Victor-la-CosteHaut de page
De vignes en vignesHaut de page
Saint-Marcel-de-CareiretHaut de page
Autour du VentouxHaut de page

La découverte au coeur de l'appellation ventoux d'un atelier de potier et de poteries fait maintenant remonter la première production de vin en l'an 30 avant J.-C. Les grandes abbayes du Moyen Age ont contribué à la croissance qualitative et quantitative de ce vignoble. De 1309 à 1414, ses vins se retrouvent régulièrement sur les tables pontificales en Avignon et tout au long des siècles sur celles des rois de France. Au XIXe siècle, le roi Louis-Philippe adopta comme vin de cour le grenache vieux de Mazan. M. Julien, historien de la vigne et du vin, le situe parmi les meilleurs vins de la région à l'égal du vin de paille de l'Hermitage et du muscat de beaumes-de-venise. Dès 1939, les côtes-du-ventoux créent un syndicat des vins du Ventoux destiné à promouvoir la qualité et les caractères des vins de la région. Ils deviennent VDQS en 1953 puis accèdent à l'AOC le 27 juillet 1973.

Le vignoble est situé dans le département du Vaucluse et pour partie dans le Comtat Venaissin. Le mont Ventoux, classé Réserve naturelle de Biosphère par l'Unesco, domine la Provence de sa masse protectrice. Ses pentes s'étendent en douceur vers la plaine de Carpentras  : son versant sud accueille en son sein les vignes des côtes-du-ventoux. Le versant nord, plus abrupt, plonge dans la vallée du Toulourenc, partie plus sauvage et presque montagneuse. Le mistral qui souffle au long de la vallée du Rhône, le climat privilégié de la Provence conjugués à la protection du Ventoux font de ce terroir une riche combinaison pour élaborer des vins au caractère bien affirmé, issus d'une étonnante variété de formations géologiques.

Les cépages

Pour les rouges et rosés  :

Grenache noir. Cépage de base de toutes les appellations méridionales de la vallée du Rhône. Le grenache donne des vins corsés d'une belle couleur, fruités dans leur jeune âge. Associé à d'autres cépages il gagne en équilibre et harmonie.

Carignan. Bien adapté aux sols maigres des coteaux de l'appellation, il s'associe parfaitement au grenache. Il donne des vins nerveux, bien structurés.

Cinsault. Un cépage de qualité, qui se plaît en coteaux secs et pierreux. Il apporte finesse et élégance.

Syrah. Un pourcentage judicieux de ce cépage apporte au vin corps et structure. Il permet un meilleur vieillissement et une couleur plus soutenue.

Mourvèdre. C'est un vieux cépage méditerranéen difficile qui donne des vins très colorés. Riche en tanins, il apporte puissance et vieillissement.

Cépages secondaires  : picpoul noir, counoise, clairette, bourboulenc, grenache blanc, roussanne, ugni blanc, pascal blanc.

Les vins rosés sont nettement dominés par des arômes de fruits rouges, framboise et présentent une belle robe franche et vive.

Quant aux rouges, représentant 85 % de la production, ils forment une gamme très intéressante pour valoriser au mieux les accords mets et vins. Certains ventoux rouges peuvent se présenter comme gouleyants et souples, très plaisants, d'une belle robe grenat, des notes fruitées avec une structure plus légère qui n'est pas sans charme. D'autres se révèlent plus structurés avec ces tanins fondus, présentant une belle robe aux reflets violacés ainsi qu'une intensité aromatique aux nuances de fruits rouges et noirs et d'épices. Le soleil souvent généreux permet d'élaborer des vins ronds et très chaleureux.

Pour les blancs  :

Clairette. Très ancien plant méridional, s'accommode très bien des sols pauvres de l'appellation où il s'exprime le mieux. Cueilli à bonne maturité, il donne des vins d'une belle couleur franche.

Bourboulenc. Plant rustique et vigoureux. Il donne des vins plus légers que la clairette, mais aussi plus nerveux. Il s'associe très bien avec cette dernière.

Grenache blanc. Cépage à faible rendement sur les coteaux. Il donne des vins fins, riches en arômes floraux et peu acides. C'est dans les assemblages avec la clairette et la bourboulenc qu'il s'exprime pleinement.

Cépages secondaires  : roussanne, ugni blanc, picpoul, pascal blanc.

Les vins blancs offrent plutôt des nuances d'agrumes et de fleurs blanches.

CarpentrasHaut de page
Pont
Pont
Villes-sur-AuzonHaut de page
De vignes en vignesHaut de page
Les fameuses maisons de pierres entourées de lavandes.
Les fameuses maisons de pierres entourées de lavandes.
Bédoin, moutons en pâture.
Bédoin, moutons en pâture.
Puit dans un champ de vignes du côté de Bédoin.
Puit dans un champ de vignes du côté de Bédoin.
De vignes en vignesHaut de page
Caromb.
Caromb.
De vignes en vignesHaut de page
EntrechauxHaut de page
Vue générale d'Entrechaux
Vue générale d'Entrechaux
De Cavaillon à PertuisHaut de page

Petite perle du Vaucluse riche de 25 000 habitants, la ville de Cavaillon trône dans la vallée de la Durance, entre Lubéron et Alpilles. Son histoire remonte au moins à la Préhistoire, et elle tire son nom des Cavares, un peuple gaulois. Cependant, comme beaucoup de cités du Sud de la France, c'est à l'époque romaine qu'elle a vraiment connu son essor, notamment par le biais de la vigne : des vestiges viticoles datant de plus de 2000 ans sont exposés au musée de la ville... Connue pour ses nombreux sites historiques et son grand attrait touristique, la ville doit surtout sa renommée au fameux melon de Cavaillon, apparu dans la région aux alentours du XVe siècle : la ville de Cavaillon, qui était alors un territoire pontifical, accueillit des melons venus d'Italie, et ils prospérèrent jusqu'à devenir les plus réputés de France...

Vue de Lauris
Vue de Lauris
LourmarinHaut de page
Lourmarin.
Lourmarin.
Lourmarin.
Lourmarin.
De vignes en vignesHaut de page
Vue sur les toits de Cucuron.
Vue sur les toits de Cucuron.
Le clocher d'Ansouis.
Le clocher d'Ansouis.
Ansouis.
Ansouis.
La Tour-d'AiguesHaut de page
De vignes en vignesHaut de page
MirabeauHaut de page
De vignes en vignesHaut de page
De Cavaillon à AptHaut de page

A l'origine, on désigne par Luberon, la chaîne de montagnes qui s'étend le long de la Durance, sur toute la moitié sud du département du Vaucluse, de Cavaillon, jusqu'à la frontière avec les Alpes-de-Haute-Provence. La Combe de Lourmarin marque le coeur de cette chaîne et la partage entre petit et grand Luberon. Le Luberon est le paradis des géologues et des spécialistes de la Préhistoire. Il conserve en effet dans ses sédiments des traces depuis le crétacé inférieur. Le véritable développement du vignoble commence à la fin du XIXe siècle et s'accroît entre les deux guerres avec la création des premières caves coopératives. Au début des années soixante-dix, les vignerons entreprennent d'importants investissements et travaux de modernisation. Ils travaillent à l'amélioration de l'encépagement, avec l'appui de l'oenologie et des techniques modernes. Ils se préoccupent également de la sauvegarde de l'environnement et mettent en place le principe de la lutte raisonnée. Leurs efforts sont couronnés de succès en 1988 avec l'accession des côtes-du-luberon à l'AOC. Le dynamisme de l'appellation passe également par la création de nouvelles caves  : de 17 en 1984, le nombre des caves particulières passe à 42 en 2005. Implantée sur 36 communes et sur quelque 3 500 ha, l'appellation a la particularité d'être entièrement inscrite à l'intérieur du Parc naturel régional du Luberon. Trois unités géologiques se distinguent  : le bassin d'Apt, zone où alternent des assises calcaires et marneuses, le massif du Luberon d'assise calcaire où l'érosion fait apparaître des horizons marno-calcaires et le pays d'Aigues, formé essentiellement de sables miocènes et d'une molasse dans la région de Cucuron.

Les vins

Les rouges sont des vins de caractère, sensuels et charnus, aux arômes de senteurs sauvages et de douceurs fruitées. Onctueux et capiteux, ils sont par excellence des vins d'automne et d'hiver qui conviennent parfaitement à tout plat relevé. Frais et aromatiques, les vins blancs se caractérisent par leur vivacité en bouche et leur élégance, avec des notes florales dominantes. Ils se marient harmonieusement avec les poissons et sont les compagnons idéaux des fromages de chèvre de la région. Structurés et généreux, les vins rosés AOC Luberon en surprendront plus d'un par leur fraîcheur et leur nez de fruits rouges. Leur structure leur permet d'être des vins de repas, ils sont ainsi à leur aise pour accompagner les viandes blanches ou la cuisine exotique.

L'Isle-sur-la-SorgueHaut de page
Arc de Triomphe
Arc de Triomphe
Roue à aube sur la Sorgue.
Roue à aube sur la Sorgue.
A voir / A faireHaut de page
L'Isle sur la Sorgue, Capitale de la brocante et des antiquités

Après Saint-Ouen et Londres, L'Isle-sur-la-Sorgue est la troisième plate-forme européenne du commerce des antiquités. Tout a démarré en 1890 avec l'installation de Joseph Légier, antiquaire à l'Isle-sur-la-Sorgue ; c'est son petit-fils René qui a décidé d'organiser la première foire à la brocante le 15 août 1966. Une belle initiative qui remporta un franc succès. Le rendez-vous se pérennisa et à la fin des années soixante-dix, la formule des " villages " va donner à la Venise comtadine la réputation et la légitimité en matière d'antiquités. 350 antiquaires sont aujourd'hui répartis sur 7 villages dont celui des Antiquaires de la Gare, l'Ile aux Brocantes, le Quai de la Gare... sans compter les nombreuses galeries d'art notamment le long des quais. Tous ont leurs spécificités : tableaux, meubles des XVIIIe et XIXe siècles, tapis anciens, vaisselle, mobilier en fer forgé, meubles de métier, curiosités, art poupulaire, art d'Asie, vintage... Ses villages sont ouverts toute l'année le vendredi après-midi, samedi et dimanche et lundi de 10h à 19h.

Foire à la brocante, Pentecôte et Toussaint (dimanche et lundi).

Foire internationale antiquités et brocante à Pâques et le 15 août.

Marché aux livres anciens, tous les derniers dimanches de chaque mois de 8h à 18h sur l'esplanade Robert-Vasse.

Marché à la brocante, toute l'année les dimanches matin, de 8h à 18h, avenue des Quatre-Otages.

Cabrières-d'AvignonHaut de page
Terrasse sur la place du château, Gordes.
Terrasse sur la place du château, Gordes.
Gordes.
Gordes.
Gordes.
Gordes.
La place du village.
La place du village.
Eglise Notre-Dame d'Alidon, Oppède-le-Vieux
Eglise Notre-Dame d'Alidon, Oppède-le-Vieux
MénerbesHaut de page
Ménerbes.
Ménerbes.
Boutique de la maison de la truffe et du vin, Ménerbes.
Boutique de la maison de la truffe et du vin, Ménerbes.
BonnieuxHaut de page
Borie dans un champ de lavande sur le plateau des Claparèdes.
Borie dans un champ de lavande sur le plateau des Claparèdes.
De vignes en vignesHaut de page
Cabanon au milieu des vignes à Goult.
Cabanon au milieu des vignes à Goult.
De vignes en vignesHaut de page
Apt, dans les rues du centre-ville.
Apt, dans les rues du centre-ville.
De vignes en vignesHaut de page
Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis