Le guide : Stations de Ski : Savoie

Savoie

Les Aiguilles d'Arves, emblème de la Maurienne
Les Aiguilles d'Arves, emblème de la Maurienne
Traces dans la neige
Traces dans la neige
Balade en raquettes
Balade en raquettes
Clocher de l'église Saint Jean Baptiste.
Clocher de l'église Saint Jean Baptiste.
Station de ski savoyarde.
Station de ski savoyarde.
Vignoble de Savoie.
Vignoble de Savoie.
Savoie
Savoie
La Plagne.
La Plagne.
Le Place du Palace de Justice sous le clair de lune.
Le Place du Palace de Justice sous le clair de lune.
Cave de reblochons.
Cave de reblochons.
Paysage bucolique de Savoie.
Paysage bucolique de Savoie.
Vignes de Jongieux.
Vignes de Jongieux.
Vignoble d'Apremont et le Mont Granier.
Vignoble d'Apremont et le Mont Granier.
Aillons-MargériazHaut de page

Située dans le cadre du Parc Naturel Régional du massif des Bauges, cette station-village est au coeur des deux Savoie, à 25 km de Chambéry et 35 km d'Annecy. Deux domaines skiables réunis dans une même station, deux versants (le mont Pelat et le Margériaz) reliés par les remontées mécaniques !

Une station qui s'étend. La station d'Aillon, à l'ambiance familiale et amicale, naît durant Noël 1964, lorsque le conseil municipal d'Aillon-le-Jeune (le village en vallée) décide la mise en place d'un premier téléski près de la Correrie, sur le mont Pelat, afin de permettre aux locaux, agriculteurs et forestiers, de compléter leur labeur et leurs revenus durant la période hivernale et ainsi d'enrayer l'exode rural de l'époque. En 1968, la route est créée, de même que des parkings et l'installation des téléskis de la Combe aux biches, de l'Aigle et de la Crête sur le mont Pelat (1 545 m). Ce n'est qu'en 1970 que la station connaît son premier programme résidentiel. Elle s'agrandit peu à peu et voit son second domaine skiable s'ouvrir en 1980 à Margériaz pour favoriser l'apprentissage du ski aux scolaires. Depuis lors, la station n'a cessé d'améliorer ses infrastructures. Aillon-Station et Margériaz sont ainsi situées sur deux versants qui se regardent, de part et d'autre du village de fond de vallée d'Aillon-le-Jeune, et sont séparées d'environ 12 km. La station est facile d'accès et à seulement 25 km de Chambéry et 35 km d'Annecy.

Deux domaines skiables qui se complètent. Aillon-Station se développe entre 1 000 m et 1 550 m d'altitude sur les pentes du mont Pelat, tandis que Margériaz, plus fournie en infrastructures, se situe entre 1 400 m et 1 850 m d'altitude sur les pentes du mont Margériaz (1 853 mètres). Du fait de sa situation géographique, la station bénéficie d'un enneigement exceptionnel tout au long de la saison. Les pistes de ski alpin se déploient sur 40 km et sont donc réparties sur les deux domaines : Margériaz étant adaptée à la pratique d'un ski doux et aux séances d'apprentissage, tandis que Aillon-Station convient mieux aux initiés. Un snowpark est ouvert à tous, quel que soit son niveau.

L'offre est large : on peut y pratiquer le ski de fond, le snowboard, le télémark, mais également une panoplie d'activités comme le snowblade, le snowkart, le yooner, l'airboard (descente allongée à plat ventre), le ski-joëring (ski alpin, tracté par un cheval), ou encore le taxi-ski, une nouveauté... Un plus pour les non-skieurs amateurs de glisse ! Les personnes à mobilité réduite ne sont pas oubliées puisque des fauteuils-ski sont également mis à leur disposition. La pratique de la luge s'effectue sur deux pistes selon votre niveau et la difficulté recherchée, avec la possibilité de s'essayer au paret, une luge en bois traditionnelle, le temps de se remémorer des souvenirs d'enfance...

À noter : des pistes de ski et de luge sont ouvertes en nocturne certains jours (pistes du Chevreuil et des Croës à Aillon-Station), en fin d'après-midi et début de soirée, durant les vacances scolaires de Noël et de février. Parmi les autres loisirs liés à la neige figurent des randonnées et promenades en raquettes avec accompagnateur, ainsi que des balades en chiens de traîneaux, avec des séances d'initiation si cela vous tente. Aillons-Margériaz est le paradis des sorties en raquettes. Il y a là en tout 46 km d'itinéraires nordiques.

Enfin, vous avez l'occasion de vous lancer en parapente à la découverte des domaines skiables vus d'en haut. Pour les enfants, des garderies permettent un séjour en toute sérénité, mais ce sont aussi pour eux un choix très varié de loisirs : animations, carnaval, espace luge, ateliers de travaux manuels, concours de bonhomme de neige, projection de dessins animés... Tous pourront aussi profiter de la traditionnelle descente aux flambeaux et de shows à skis avec des démonstrations multi-glisses.

A la découverte du pays bauju (les Bauges). En plus de vos activités sportives et de loisir, vous profitez à Aillons-Margériaz d'un charmant environnement de village alpin, avec ses maisons baujues (des Bauges). L'ancien monastère de la chartreuse d'Aillon propose en outre des expositions sur le patrimoine local. Il rappelle le passé industriel de la commune - on y fabriquait notamment des clous forgés à tête - et raconte la vie rurale que l'on mène dans le massif des Bauges. À faire aussi : des visites de fermes où l'on fabrique des fromages faits à base de lait de vache ou de chèvre. Cinéma et bibliothèque vous attendent aussi pour des moments de détente hors des pistes.

Aillons-Margériaz, est enfin le cadre d'événements festifs et conviviaux tout au long de la saison hivernale. La semaine de Noël mais aussi les Ludik'Nordik (4 janvier 2015), une journée dédiée aux pratiques nordiques avec notamment une initiation au ski nordique encadrée. Gliss'Gourmande (25 janvier 2015) qui mêle découverte de produits régionaux et plaisir du ski, un parcours à skis ponctués de rendez-vous apéritif, repas, dégustation de fromages, vins, digestifs ou tisanes : une très belle occasion de rencontrer les producteurs locaux et de découvrir leur savoir-faire autour d'échanges lors d'un goûter de clôture. La Tournée des Bauges (27 février 2015), un concert du groupe Iaross (primé sur de nombreuses scènes) révélé grâce à la programmation musicale de qualité de Kap N Doo. Le Trail La Fée Blanche (28 février 2015) est une course à pied sur neige en semi-nocturne. Une chasse à l'oeuf est en outre organisée à l'occasion de Pâques. C'est aussi une programmation saisonnière riche en concerts et spectacles. Aillons-Margériaz, avec ses deux sites complémentaires, bien équipés et sécurisés, permettent une pratique du sport confortable, dans un cadre préservé.

Une station qui attire la neige !

Margériaz jouit d'une situation géographique particulière. Des vents dominants venus d'ouest et du nord-ouest y déposent d'abondantes chutes de neige. En plus de cela, le sol karstique des pistes est très perméable, ce qui lui fait "  boire  " l'eau de pluie durant les périodes de redoux. Cette eau traverse le manteau neigeux et se trouve absorbée par les sous-sols calcaires. Résultat  : de la neige blanche et pas de glace en surface. La nature fait souvent bien les choses  !

Arêches-BeaufortHaut de page

Arêches et Beaufort, ce sont deux villages savoyards qui se sont unis pour créer une station privilégiant un tourisme doux et cultivant une image à l'encontre du gigantisme de certaines stations de ski de Tarentaise. Ces villages anciens du massif du Beaufortain sont particulièrement agréables et Beaufort (également nommée Beaufort-sur-Doron) possède de nombreux sites protégés : ruines et abords du Château de Beaufort, Hameau de Boudin, Col du Cormet de Roselend et hameau de Roslend, Gorges du Doron. Le mythique sommet de Pierra Menta (2 714 m) fait le bonheur des randonneurs et des alpinistes.

Une station surnommée " petit Tyrol " ou " petite Suisse ". Située à 1080 m d'altitude avec un dénivelé de 1220 m et 2350 m au sommet, elle offre un environnement agréable, avec ses chalets en bois typiques (l'office de tourisme vous propose des brochures permettant de visiter ces villages avec un aperçu de leur histoire et de leur architecture). Certains surnomment ses alentours " petit Tyrol " ou " petite Suisse " du fait du grand nombre de chalets d'alpages en bois et de la présence de nombreux troupeaux de vaches Tarine et Abondance. Des hameaux comme le Bersend et le Praz sont réputés pour leur charme. Celui de Boudin sur la commune de Beaufort - il s'étend sur deux cents mètres de dénivelé - est classé site protégé depuis 1943 et certains de ses chalets sont inscrits à l'inventaire du patrimoine. Il est à noter qu'Arêches et Beaufort ont su conserver leurs activités rurales et possèdent une forte tradition montagnarde avec un respect infini pour les troupeaux. C'est ici que l'on fabrique le fameux fromage à pâte pressée cuite, le Beaufort, qui bénéficie d'une Appellation d'Origine Contrôlée. Arnaud Boventa, médaillé d'argent en skicross aux JO de Sotchi 2014, devient l'ambassadeur de la station pour la création de "Bovoland", le nouvel espace dédié au Skicross.

Une station-village, au coeur du massif Beaufortain. A 25 km d'Albertville, au nord, et Bourg-Saint-Maurice, au sud, elle dispose d'un domaine skiable offrant une belle variété de paysages et de pistes, au nombre de trente, pour la plupart de niveau intermédiaire et avancé. Deux secteurs se distinguent, le Grand Mont et le Planay, avec des panoramas splendides, malgré des montagnes peu hautes (moins de 3000 m), sur la Vanoise, les Ecrins, les Avaris, et bien sûr, le mont Blanc en toile de fond. Aux environs, il est possible d'admirer de superbes belvédères sur les massifs voisins, avec la présence de beaucoup d'eau, et des lacs de barrages tels que Saint-Guerin et Roselend.

Côté ski, on apprécie notamment de glisser au milieu des sapins avec des pistes qui serpentent au milieu des forêts et passent le long des chalets d'altitude. La station dispose de 13 remontées mécaniques, 4 télésièges et 8 téléskis, 50 km de pistes de ski alpin et 24 km de pistes de ski de fond. Les amateurs de descente seront ravis, de même que les adeptes de ski de fond et de ski de randonnée. Le ski nordique se réparti ainsi sur trois sites : Beaufort-Marcôt et ses pistes en plaine idéales pour le perfectionnement ou l'initiation, avec la contemplation des épicéas à cet endroit, le Bersend avec des hameaux typiques et une faune naturelle à découvrir, et enfin le plateau de Cuvy accessible par le télésiège du Grand Mont. Des activités telles que des randonnées en raquettes sont d'ailleurs organisées à la journée, demi-journée, ou pour des raids de plusieurs jours.

Activités et gastronomie. Les produits du terroir beaufortain sont à découvrir, tel le réputé Beaufort que l'on préfèrera d'alpage pour sa flaveur exceptionnelle qui en fait le " prince des gruyères " ainsi que le Grataron, un des rares fromages au lait cru de chèvre à pâte pressée et non cuite des Alpes à la saveur est douce et fruitée. Mais aussi la viande du Beaufortain, provenant exclusivement des deux races locales, le Pormonier, ou " saucisse du pauvre ", faite avec les bas morceaux du porc et des légumes, et enfin le Farçon, un dessert à base de pommes de terre, de pruneaux, de figues et d'épices, sans compter les incontournables spécialités savoyardes telles que fondue, raclette, génépi, confiture de myrtille, etc.

Pendant la saison d'hiver, la station est rythmée par quelques événements phares : les 12es sommets du rire (29 au 31 janvier 2015), 3 soirées et un week-end de pause détente ; la 30e édition de ski-alpinisme Pierra Menta (11 au 14 mars 2015) ; le Derby Enduro (fin mars), avec une édition spéciale Freeride et Backcountry.

La Pierra Menta : un haut lieu du ski-alpinisme !

La Pierra Menta (pierre montée en franco-provençal) est un sommet (2 714 m) du Beaufortain qui se reconnaît de loin avec sa forme caractéristique de canine. Ce mouvement géologique serait né, selon la légende, d'un coup de pied de Gargantua dans le gigantesque rocher du massif des Aravis : celui-ci fut projeté vers le ciel et atterrit sur les montagnes de Roselend entre Beaufortain et Tarentaise, ouvrant ainsi la porte des Aravis ! De nombreux grimpeurs la gravissent chaque année.

Elle a aussi donné son nom à une compétition internationale qui mêle ski et alpinisme ; elle se déroule chaque année, à Arêches-Beaufort au mois de mars (11 au 14 mars 2015), non pas sur la montagne Pierra Menta mais sur les pentes du Grand Mont (2 686 m). Quatre jours de course sont organisés sur environ 10 000 mètres de dénivellation positive et négative, avec des milliers de spectateurs et plus de 400 participants. Pour plus de renseignements avec résultats, parcours et photos, rendez-vous sur le site de l'évènement : www.pierramenta.com.

office de tourismeHaut de page

Situé sur le flanc sud de la vallée de la Maurienne (aux portes du Parc National de la Vanoise), surmonté de la barrière de l'Esseillon - un ensemble de forts datant du royaume Piémont-Sardaigne-Aussois est un charmant et authentique village savoyard ayant donné naissance à un village-station à la fin des années 1960, pour enrayer l'exode rural.

Un village qui s'engage dans la voie du tourisme d'hiver. Avec une activité agropastorale traditionnelle en recul, la construction opportune de deux barrages EDF et la création des premiers centres de vacances a permis à la commune d'amorcer un nouveau développement touristique dans les années 1950. En 1969, remontées mécaniques et équipements touristiques viennent équiper un domaine skiable sur les Pentes du massif de la Dent Parrachée, entre 1 500 mètres et 2 750 mètres d'altitude. La station profite d'une évolution économique très positive avec la construction de plusieurs ensembles résidentiels de tourisme de standing à proximité immédiate des pistes. Le village-station était né !

Dans le même temps, la municipalité s'est attachée à préserver l'espace montagnard ainsi que ses traditions et ses coutumes. L'élevage, en forte régression, y reste néanmoins une activité conséquente avec notamment suffisamment de vaches pour permettre de produire le fromage de Beaufort, ainsi que des moutons et des chèvres. La commune baigne parmi des bois de pins cembro, aussi appelés pins des Alpes, qui est le bois noble traditionnellement utilisé par les ébénistes savoyards (pour sa belle couleur dorée, sa tendreté et son parfum aux propriétés insectifuges). Le village s'organise en forme de croix autour de la fontaine de la place centrale et ses rues étroites sont propices aux découvertes. Les maisons sont elles-mêmes resserrées et mitoyennes, pour mieux lutter contre le vent, et faites de pierres et de toits de lauzes (sorte de grandes tuiles de pierres plates).

Un domaine skiable varié et ensoleillé. Il offre un fort dénivelé (1 250 mètres) et s'étend sur les pentes du massif de la Dent Parrachée (3 697 mètres), l'un des plus hauts sommets aux portes du Parc National de la Vanoise. Sur une étendue de 55 km, ce sont 21 pistes de difficultés variées, ce qui permet à tous, débutants ou expérimentés, de glisser allègrement. Le front de neige est spécialement conçu pour les débutants et les enfants, où ils pourront profiter du ski sur des espaces adaptés. Un enneigement artificiel est garanti si besoin est. La station est exposée plein sud et jouit d'un très bon ensoleillement, ce qui vous réserve de belles et agréables descentes. De plus, un boardercross et son parcours sinueux et bosselé attendent les amateurs de sensations fortes.

Les adeptes de ski nordique ont eux aussi leur domaine, appelé Monolithe, entre Aussois et Sardières, qui offre 30 km de pistes balisées et entretenues, tracées en skating et alternatif. On peut alors citer une piste rouge reliant les deux villages et une variante à travers la forêt. On notera l'engagement de la station envers les skieurs en situation de handicap sur le plan des formations comme sur celui de l'accessibilité de plusieurs remontées mécaniques, et de nombreuses réductions. Des promenades en taxis-ski sont organisées pour les non-skieurs.

Outre le ski alpin et le ski nordique, Aussois propose également du ski de randonnée avec un secteur qui offre d'immenses possibilités de part ses itinéraires restés vierges et naturels dans le Parc National de la Vanoise. Créé en 1963, ce parc est le premier des sept Parcs Nationaux français. N'oublions pas la pratique de nombreuses autres activités : parapente, balades en attelage de chiens de traîneaux ou en raquettes (sentiers vers le Monolithe ou vers l'Esseillon), escalade de cascade de glace (plusieurs niveaux possibles), snowtubing (sorte de radeau pneumatique ou de grosse bouée dévalant la piste à vive allure sur la piste de la Dotta, sous l'église), big air bag pour pratiquer le freestyle, luge (piste du front neige avec une nocturne et espace Marie-Christine à l'entrée du village). En nouveauté, le snake gliss vous réservera de belles sensations : un train de luges (10 maxi) pour des descentes inoubliables sur deux parcours à tester (parcours découverte à partir de 12 ans et parcours sportif dès 16 ans). Pour les petits : promenades avec des ânes, jardins des neiges, espace jeux, halte-garderie... La station bénéficie du label Famille Plus.

Aussois est une station-village vivante et animée. Aussois est un village-station authentique qui charme par ses atouts naturels et son côté humain : de quoi y passer un bel hiver entre sport, culture et traditions. On visite le village de charme à travers ses rues étroites qui laissent découvrir fontaines et lavoirs, mais aussi : un très ancien four à pain (rue Saint-Nicolas), l'église Notre-Dame de l'Assomption datant de 1648 avec ses riches décorations baroques et son portail du XIIe siècle, des chapelles et des maisons traditionnelles construites en pierres et lauzes dont certaines arborent un cadran solaire. Le musée d'Aussois - Maison du patrimoine l'Arche d'Oé - est installée dans une des plus anciennes. Profitez des sorties culturelles aux alentours avec une balade à pied ou en raquettes aux forts de l'Esseillon ou une découverte des gravures rupestres au parc archéologique. Sur la commune d'Avrieux, on peut voir la cascade Saint-Benoit de 80 mètres de haut ainsi que les deux barrages EDF, Plan d'Amont et Plan d'Aval. En outre, un monolithe de 90 mètres est visible à Sardières, de quoi agrémenter vos sorties culturelles et patrimoniales hors des pistes.

Les adultes trouveront aussi de quoi se détendre hors des pistes avec un institut-spa le temps de s'offrir quelques séances bien-être, ou en s'accordant des pauses gourmandes dans les restaurants et bars du centre et des alentours.

De nombreuses animations vous attendent également sur le front de neige : concerts, déambulations, spectacles jeunes enfants, démo de freestyle, feu d'artifice et ski nocturne... Et il ne faut pas manquer des événements annuels comme " Aussois la tête dans les étoiles " (23 au 25 mars 2015), des journées d'observation des étoiles à différentes heures du jour ainsi qu'à la nuit tombée grâce à du matériel professionnel. Mais aussi, La 11e édition de la Grande Odyssée Savoie Mont Blanc et ses chiens de traîneaux (10 au 21 janvier 2015), la 21e Trace du Monolithe, course populaire de ski de fond (15 février 2015), la Nocturne Nordique (11 février 2015), ou encore Mes vacances chez Mamie, une semaine avec le Pass Découverte Montagne, pour petits et grands (28 mars au 17 avril 2015).

Les forts de l'Esseillon

Les forts de L'Esseillon (ou barrière) - composée de cinq fortifications classées Monuments Historiques - ont été construits à Aussois entre 1820 et 1833 afin de protéger le Piémont des armées françaises par la haute vallée de l'Arc. Leur situation sur un éperon rocheux est spectaculaire et des sentiers permettent de les découvrir. Les fortifications portent les noms de membres de la famille de Savoie  : Victor-Emmanuel, Charles-Félix, Marie-Christine et Charles-Albert (les quatre forts) ; Marie-Thérèse (la redoute). Restaurés ou en cours de restauration par l'Association des Forts de L'Esseillon, ils sont devenus des lieux de tourisme et le fort Marie-Christine, le premier à avoir été restauré accueille aujourd'hui un centre culturel, un gîte d'étape et c'est l'une des entrées du Parc National de la Vanoise.

Promotion les amis du Comté.
Promotion les amis du Comté.
Bessans-Val d’ArcHaut de page

Bessans est une station de la Haute-Maurienne situé en fond de vallée à haute altitude (1 750 m), entouré de sommets culminants à plus de 3 000 mètres et dominé par le glacier du Charbonnel. Son village est regroupé autour de son église et de ses chapelles baroques, sur un vaste plateau aux allures nordiques.

Une station située dans le Parc National de la Vanoise. Des forêts de mélèzes, surplombées de hautes cimes enneigées et majestueuses y abritent un domaine skiable constitué à partir de 1962, un an avant la création du Parc National de la Vanoise dans lequel il se situe. Sa position exceptionnelle lui assure un enneigement précoce et durable avec un ensoleillement régulier et lui permet d'accueillir le centre d'entraînement officiel des équipes de France de biathlon ; Bessans reçoit aussi régulièrement des équipes étrangères. Bessans est également très connu pour son patrimoine architectural et artistique : des hameaux traditionnels (Villaron, La Goulaz) avec un type d'habitation favorisant la cohabitation de l'homme et de l'animal " l'erablo " ; deux édifices de style baroque, la Chapelle Saint-Antoine du XVe siècle et l'église Saint-Jean-Baptiste du XIVe siècle, inscrits aux Monuments Historiques comme les nombreuses chapelles et oratoires de Bessans et de ses nombreux hameaux ; des sculptures d'art populaire et religieux, dont le fameux Diable de Bessans.

Un des domaines de ski nordique les plus réputés. Bessans, cette station familiale, située à 1 750 mètres d'altitude, est le paradis des skieurs de fond. Des moins avertis aux plus expérimentés, ils sauront trouver là un havre de paix dans le cadre magique des forêts de mélèzes. Concernant le ski alpin, les novices et les enfants pourront toutefois choisir là un environnement propice à leur pratique débutante. Le domaine skiable offre un exceptionnel ensemble de pistes de ski de fond balisées et entretenues qui sont accessibles à tous et réputées auprès des skieurs de fond les plus expérimentés. Ce sont en tout 80 km de pistes de ski de fond sur 133 km de tracés de tous niveaux, à la fois en skating et en classique. En outre, la situation géographique de la station permet de bénéficier d'un enneigement exceptionnel de plus de six mois, de novembre à mai, ainsi que d'un ensoleillement régulier offrant donc des conditions de ski optimales. Bessans atteint 2 200 mètres d'altitude au sommet des pistes.

Les amateurs de ski alpin ne sont pas oubliés, même si le domaine reste pour eux assez restreint. Exposées plein sud, sur une étendue de 3 km, trois pistes faciles et agréables et 2 remontées mécaniques font, entre autres, la joie des enfants et des débutants. Pour être complet, il faut noter qu'un réseau de canons à neige garantit l'enneigement à Bessans, station qui est reliée par des navettes à ses voisines (Val-Cenis et Bonneval) où se tient d'ailleurs une rencontre d'escalade sur glace (fin janvier). Enfin, la pratique du ski de randonnée est aussi possible, puisque la vallée de l'Avérole constitue le haut lieu de cette activité. Des courses de tous niveaux y sont organisées. Citons par ailleurs l'extraordinaire diversité qu'offre le paysage en matière de dépaysement sportif : ascension de glaciers, découverte du plus haut sommet de la Maurienne (le Charbonnel à 3 752 mètres) ou de la vallée de Ribon...

Ce sont aussi quinze kilomètres de sentiers découverte, balisés et sécurisés, qui permettent des balades détendues dans ce domaine où l'on aimera s'offrir des promenades en raquettes. C'est alors un moment privilégié où la nature vous dévoilera tous les charmes de sa faune : la trace du lièvre dans les sous-bois enneigés ou la rencontre surprenante du chamois et du bouquetin des Alpes... autant de découvertes à faire lors de randonnées encadrées par un accompagnateur de montagne.

Un séjour sportif et culturel ponctué d'animations diverses. Les plus aventureux ne manqueront pas d'aller visiter les deux sites remarquables, appartenant au chemin du Baroque, qui s'élèvent sur un éperon rocheux surplombant le village : l'église Saint-Jean-Baptiste et la chapelle Saint-Antoine qui date du début du XVe siècle. La première abrite notamment un retable et des statues baroques, tandis que la seconde est ornée d'un plafond décoré de peintures polychromes et, sur ses murs, de quarante panneaux représentant la vie du Christ, de la Nativité à la Pentecôte (visite sur réservation auprès de l'office de tourisme). Bessans se dit "pays de sculpteurs" et offre de nombreux trésors de l'art religieux et populaire, comme autant d'invitations à découvrir son patrimoine. Ne manquez pas l'emblème du village, le Diable de Bessans (1857), sur la place du village (dans la fontaine). Les curieux et amateurs du patrimoine local auront le choix entre la visite d'une maison étable " L'Erablo ", du XVIIe siècle, restituant l'ambiance d'autrefois, quand hommes et animaux partageaient le même habitat pour mieux lutter contre le froid. Les plus gourmands pourront quant à eux se réunir lors d'un voyage autour de la table, une découverte de Bessans à travers ses spécialités culinaires, ou la visite d'une charcuterie artisanale et une visite de bergerie à la rencontre des brebis, chèvres et de leurs petits (renseignements auprès de l'office du tourisme).

Grâce à un programme composé de projections de films et de conférences sur la vie en montagne, de tournois sportifs, de soirées dansantes, de spectacles, et de concerts. Pour les plus petits visiteurs, la halte-garderie " Les Diablotins " propose des activités spécifiques. Une patinoire naturelle éclairée et sonorisée vous attend quant à elle au centre du village de Bessans.A la veille de Noël, le 24 décembre, ne manquez pas la crèche vivante de Bessans, avec plus de 50 Bessanais accompagnés de l'âne, du boeuf et d'un bouc, avec des vieux chants bessanais et une grotte creusée dans la neige...

La saison hivernale est par ailleurs rythmée par des événements incontournables comme le biathlon nordic challenge (6 et 7 mars 2015) ; le 34e Marathon international de ski de fond de Bessans (10 au 11 janvier 2015), une compétition internationale de ski de fond qui a fêté sa trentième édition et qui regroupe des épreuves en classique et en style libre. Mais aussi, La 11e édition de la Grande Odyssée Savoie Mont Blanc pour les amateurs de chiens de traîneaux (du 17 au 28 janvier 2015, dès le 19 janvier à Bessans).

Le Diable de Bessans

La commune de Bessans a pour emblème un diable  ! En 1857, un des chantres (qui chante dans les offices religieux) de l'église en désaccord avec le curé - celui-ci leur refuse leurs repas annuels - décide de mettre à profit ses talents de sculpteur sur bois pour façonner un diable tenant un curé sous son bras qu'il va déposer sur la fenêtre du prêtre. Celui-ci entre dans le jeu et s'en va décorer de cette même statuette la maison de son adversaire. Et ainsi de suite pendant plusieurs jours, jusqu'à ce que (intervention divine  ?) un voyageur remarque l'objet et l'achète. Le sculpteur nommé Etienne Vincendet - et surnommé Etienne des Saints en raison de son talent d'artiste - en fit ensuite des copies qui connurent un beau succès. Le sujet a depuis été décliné sous toutes les formes. On peut en voir une réplique dans la fontaine près de la mairie.

Bonneval-sur-ArcHaut de page

Bonneval-sur-Arc est un village situé au fond de la vallée de la Haute-Maurienne, à la porte du Parc National de la Vanoise et au pied du plus haut col d'Europe, l'Iseran (2 770 mètres d'altitude). Sur la route des Grandes Alpes qui relie Thonon-les-Bains (Haute-Savoie) à Menthon (Alpes Maritimes), c'est l'agglomération la plus à l'est de la région Rhône-Alpes.

Un village de haute-montagne. Bonneval-sur-Arc, avec une altitude moyenne de 2 713 mètres, est ainsi la plus haute commune de France. Le village est situé pour sa part à 1 850 mètres. Il fait partie des " Plus Beaux Villages de France ", le seul en Savoie. Les habitations à l'année se répartissent sur le vieux village et le hameau de "Tralenta" qui le jouxte. Son architecture traditionnelle et son urbanisme à taille humaine donnent une agréable sensation d'être dans un environnement " authentique ", d'autant plus qu'ici, les activités agricoles de montagne (élevage de vaches, de chèvres et de moutons) n'ont pas disparu avec l'arrivée du tourisme familial. Le vieux village présente des bâtiments trapus en pierres de taille, certains étant ornés d'un balcon de bois, que l'on nomme galerie, et couverts de lauzes (pierre plate épaisse) résistantes à la neige, sur une charpente de mélèzes. Les fenêtres sont étroites et verticales, sans volet. Vous ne verrez aucune antenne de télévision ou parabole à Bonneval : tous les aménagements électriques, télécoms, et autres... sont souterrains de manière à préserver l'aspect originel du village. C'est en 1967 que Bonneval-sur-Arc a inauguré ses premières remontées mécaniques. Loin des foules des grandes stations, Bonneval est une station-village à l'ambiance familiale et chaleureuse. Dépourvu de tout cadre contemporain, dans un environnement authentique, elle a un caractère unique.

Un domaine skiable de haute altitude. Les pistes de cette station familiale et conviviale sont accessibles aux skieurs débutants comme aux confirmés. Entre 1 800 mètres et 3 050 mètres d'altitude, le domaine offre un dénivelé de 1 250 mètres. Un domaine restreint de 25 km de pistes de ski alpin mais pourvues d'un enneigement de qualité tout au long de la saison (du 22 décembre au 27 avril) et offrant de belles possibilités techniques pour tous, en toute sécurité. Les novices pourront pratiquer le ski alpin en basse station à travers les alpages, entre les deux parties du village (Péchaillet et Pré du Vas) et depuis le télésiège Le Vallonnet (départ et arrivée) que les piétons pourront même emprunter depuis le village. Des pistes plus ardues attendent les experts en hauteur, notamment la Tichodrome (poudreuse) du côté de la pointe d'Andagne (3 217 mètres).

Si les snowbordeurs apprécient la qualité de neige vierge que l'on y trouve, les amateurs de ski de randonnée sont également aux anges. De magnifiques paysages sont en effet à découvrir en ski ou en raquettes. Un itinéraire damé (5 km) mène de Bonneval au hameau de l'Ecot (2 000 mètres), le long de l'Arc et de cascades de glace, lesquelles s'escaladent. Un ski-bus gratuit vous conduit, si vous le souhaitez, au plateau de Bessans, à 4 km, où de nombreux autres itinéraires balisés vous attendent. Notez que ces parcours sont praticables à pied, à condition bien sûr d'être correctement chaussé ! D'autres balades sont également possibles accompagnées d'un guide de montagne qui saura vous faire découvrir la riche faune des environs (hermine, lagopède, tétras lyre, lièvre blanc, et marmotte en toute fin de saison, sans oublier les inévitables chamois et bouquetins). Ce sont aussi des balades en raquettes organisées à chaque clair de lune : une manière poétique et originale de goûter à la montagne sous les étoiles... L'école de ski française propose en outre une journée grande évasion en reliant par hélicoptère Bonneval à Val d'Isère, où vous pourrez effectuer un retour par le col de l'Iseran en hors piste ! C'est alors l'occasion rêvée de traverser les paysages grandioses et vierges du Parc National de la Vanoise. Magique !

Pour s'amuser sur la neige des pistes, il est également possible de faire de la luge et du paret (luge ancienne). Autre plaisir : glisser sur la glace de la patinoire naturelle qui se trouve en face de l'office de tourisme. Des animations y sont proposées : foot sur glace et autres jeux... Les enfants ne sont pas oubliés avec leur descente aux flambeaux hebdomadaire (pendant les vacances scolaires), des stages de snowboard et de surf, des balades en raquettes et une halte garderie proposant diverses activités.

La station-village est aussi le cadre de visites culturelles et d'événements hivernaux. Les nombreuses ruelles de Bonneval-sur-Arc seront l'occasion de belles et agréables balades. Ce beau village et ses hameaux sont également réputés pour ses édifices religieux et populaires du XVIIe siècle inscrits aux Monuments Historiques : chapelles, oratoires, ponts et église. A voir notamment, la chapelle Sainte-Marguerite (hameau de l'Ecot) qui date du XIIe siècle. Enfin, par le télésiège des 3 000, à son terminus, on découvre un panorama magnifique sur la Barre des Ecrins, les aiguilles d'Arves, les sommets de la Vanoise, le col de l'Iseran...

Des fêtes et des événements sportifs animent la saison d'hiver. L'incontournable rencontre d'Escalade sur glace (31 janvier et 1er février 2015), avec près de 200 spécialistes escaladant des sites entre Bonneval et le hameau de l'Ecot. Vous pourrez assister à la Grande Odyssée Savoie Mont-Blanc et le passage féerique des chiens de traîneaux (en Savoie les 17 et 21 janvier) avec un passage à Bonneval le 20 janvier. Sachez encore que des soirées dansantes sont organisées chaque semaine dans la salle polyvalente de la commune et que le musée Espace Neige et Montagne vous raconte l'histoire du village et de la station.

Bonneval-sur-Arc
Bonneval-sur-Arc
Rencontre d'escalade sur glace

Ne manquez pas la 10e rencontre nationale d'escalade sur glace de Val Cenis et Bonneval-sur-Arc qui se déroule du vendredi au dimanche (31 janvier et 1er février 2015), sur un week-end. Des centaines de participants se réunissent ainsi autour des sites de cascades de glace entre Bonneval et l'Ecot. Vous assisterez alors au spectacle inoubliable de ces grimpeurs sur glace en action. Une initiation sur mur de glace est prévue sur place si l'envie vous prenait de tester cette pratique originale. Cette manifestation sur trois jours propose des conférences avec des figures célèbres de la montagne, des films, ainsi qu'exposition et concert.

Pour plus d'informations : http : //rencontre-escalade-glace.hautemaurienne.com.

Bonneval-sur-Arc
Bonneval-sur-Arc
France, Auvergne-Rh
France, Auvergne-Rh
office de tourismeHaut de page
Points d'intérêtHaut de page
Champagny-en-VanoiseHaut de page

La station de Champagny-en-Vanoise est située à 1 250 mètres d'altitude dans la vallée de la Tarentaise. Depuis ce village de montagne, une télécabine vous emmène en huit minutes sur le versant sud du vaste territoire de glisse de la Grande Plagne (à compter de 2 000 m) et fait partie des onze stations du domaine de la Plagne. Le site nordique Le Vallon de Champagny-le-Haut se trouve à 5 km de la station, à 1 450 mètres d'altitude. Champagny-sur-Vanoise demeure une petite station familiale, calme mais conviviale, qui saura vous charmer loin des grands buildings de la Plagne tout en vous invitant à partager son domaine skiable exceptionnel. Un bon compromis !

Un village authentique et un site naturel classé. Située entre deux stations de sports d'hiver (Courchevel et La Plagne), le village de Champagny-en-Vanoise, aux portes du Parc National de la Vanoise, a longtemps hésité avant de rejoindre en 1969 le projet de création de la station de La Plagne. Son agriculture est alors en déclin. Elle reliera le domaine skiable de La Plagne en 1971 par un télésiège et des téléskis. En 1987, la télécabine de Champagny les remplace. La station connaîtra alors un véritable essor et aujourd'hui, elle vit essentiellement du tourisme (680 habitants mais 5 000 lits touristiques).

Dans cette commune se trouve également le superbe plateau de Champagny-le-Haut sur lequel est implanté l'un de domaines les plus réputés pour la pratique du ski nordique en Savoie, avec le label national 4 Nordiques. Situé à 1 450 mètres d'altitude, soit 5 km plus haut que la station et son village, ce site naturel et exceptionnel est classé au titre des sites et monuments naturels de France depuis 1992. C'est un trésor préservé aux portes du Parc National de la Vanoise. Couronné par les sommets de la Grande Motte et de la Grande Casse, on peut y observer des cascades spectaculaires et un accès privilégié à la faune montagnarde avec la présence de bouquetins. Les pistes sont aménagées en bordure de forêt, le long du Doron et autour de hameaux authentiques à l'architecture préservée.

Deux domaines skiables distincts. Le domaine alpin, celui de Paradiski, s'étire de 1 250 mètres à 3 250 mètres d'altitude, c'est 225 km de pistes qui vous attendent ainsi dans des conditions d'enneigement exceptionnelles avec une diversité de pistes et de paysages. On emprunte depuis le haut du village la télécabine jusqu'au téléski de Roselière et Rossa (snowzone), en direction de Bellecôte. Le retour peut se faire également depuis La Grande Rochette et le versant sud des Verdons ou le hors piste est possible jusqu'au pied du village. Ce sont également de nombreuses freestyles zones pour un ski en toute liberté avec boardercross, half pipe, snowpark, big air bag et initiation park. Des itinéraires hors pistes à ski ou en snowboard, ainsi que des randonnées de ski de montagne ou ski-alpinisme sont aussi proposées, de même que le parcours d'habileté d'un boardercross situé à 2 200 mètres d'altitude sur le versant sud de Champagny. Il est facilement accessible depuis le télésiège de la Rossa. Les amateurs de ski en grandes courbes dans des combes protégées iront du côté des forêts de Peisey-Vallandry ou à Montchavin et Arc 1 600 où une orientation nord garantit d'un enneigement constant et durable. Un accès à la piste olympique de bobsleigh de la Plagne vous réserve quant à elle des descentes fortes en sensations !

Le Vallon de Champagny-le-Haut est le plus beau site de ski nordique de Savoie. Ces 30 km de pistes aménagées et entretenues sont recommandées aux amateurs des techniques de skating ou de pas alternatif. Trois itinéraires balisés pour les promenades pédestres ou en raquettes prennent leur départ au centre de la station et bordent le Doron en lisière de forêt. Un autre itinéraire débute au sommet de la télécabine, à proximité du domaine skiable. Ces promenades sportives sont l'occasion de s'aventurer dans une forêt d'épicéas ou de profiter de l'ensoleillement en haute vallée.

D'autres loisirs hivernaux vous sont aussi réservés à Champagny, tels que l'escalade glacière sur une tour artificielle de 22 mètres (un espace ludique et ouvert à tous, unique en Europe), ou des descentes en luge sur une piste entretenue. Voilà qui ravira vos enfants, lesquels, s'ils sont très petits, peuvent être confiés à une garderie du village. Quant aux adeptes du parapente, ils ont la possibilité de pratiquer leur loisir au-dessus des très beaux paysages qui environnent la station. Dans le même esprit, le speed riding vous offre la possibilité de goûter aux joies d'une nouvelle activité ludique, entre vol libre et freeride : une manière de flirter avec les nombreux sommets de la Vanoise.

Sorties " nature et patrimoine ". Pour l'après-ski, vous trouverez ici un cinéma, des bars, une bibliothèque, un spa, des restaurants... Ne manquez pas de vous balader dans les ruelles enneigées de Champagny. Des sorties accompagnées et commentées par un ancien du village sont prévues chaque semaine (voir auprès de l'office de tourisme). Poussez également le pas du côté de l'église Saint-Sigismond restaurée au XVIIe siècle et juchée sur un rocher de gypse. Ne vous fiez pas à son aspect extérieur très simple ! Un contraste saisissant vous attend à l'intérieur, avec un magnifique décor d'époque baroque et un tabernacle éblouissant, revêtu d'or et d'angelots (deux cent anges dans diverses postures auréolent la Vierge du retable et l'Enfant Jésus de l'autel...) !

L'espace Glacialis, un centre d'interprétation unique dans l'Arc alpin, situé au hameau du Bois dans l'ancien presbytère restauré de Champagny le haut, vous emmènera au coeur des secrets des glaciers de montagne, avec une explication de leur fonctionnement ainsi que de leur dimension symbolique et mythologique... La montagne n'aura plus de secrets pour vous !

Côté animation, spectacles, descentes aux flambeaux, événements sportifs et festifs sont au programme. Rendez-vous à la fête du Nouvel an (31 décembre), et à la course de ski-alpinisme La montée des Raveillus (janvier). L'événement Gorzderette (janvier) : il rassemble les meilleurs glaciéristes mondiaux pour de l'escalade et du freestyle sur la majestueuse tour de glace, de la vallée de Champagny-le-Haut. Celle-ci accueillera également le Derby du Mont de la Guerre en ski toutes disciplines (janvier), la 6e étape de la Coupe de Monde d'escalade sur glace du 6 au 7 février 2015 et le 4e marathon du Grand Bec en ski nordique (février). Le X-Speed Ski Tour (mars, Paradiski), un challenge itinérant et gratuit d'initiation et de découverte du ski de vitesse, dans les stations de Savoie et Haute-Savoie.

Des sommets à plus de 3 000 mètres d'altitude...

La commune de Champigny-en-Vanoise comporte de nombreux sommets à plus de 3 000 mètres d'altitude : la Becca-Motta (3 045 m), le Grand-Bec (3 398 m), la Pointe du Vallonnet (3 372 m), la Pointe des Volnets (3 247 m), la Grande et la Petite Glière (3 392 et 3 322 m), l'Epena (3 421 m), la Grande Casse (3 855 m, le plus haut sommet de Savoie), la Grande-Motte (3 653 m), Pramecou (3 081 m), Pointe de la Valaisonnay (3 020 m), les Dômes et Pointe des Pichères (3 319 et 3 309 m), et le Sommet de Bellecôte (3 417 m).

Cascade à Champagny en Vanoise
Cascade à Champagny en Vanoise
office de tourismeHaut de page
CourchevelHaut de page

Située dans la vallée de Saint-Bon (appelée aussi du Doron de Bozel) en Tarentaise, Courchevel est une station de ski internationale célèbre dans le monde entier pour sa fréquentation très jet set et ses équipements luxueux (des commerces de grandes marques de luxe et de haute couture ; pas moins de deux palaces, dix hôtels ou résidences 5 étoiles et six restaurants étoilés). Les cinq villages (reliés entre eux) qui composent la station sont dominés par le Roc Merlet (2 734 m) et les Creux Noirs (2 705 m), à la frontière du Parc National de la Vanoise. Ils s'étagent entre 1 100 et 1 850 mètres : Courchevel Saint-Bon (1 100 m), Courchevel le Praz (1 300 m), Courchevel Village (1 550 m), Courchevel Moriond (1 650 m) et Courchevel (1 850 m). Courchevel 1850, nommée simplement Courchevel depuis 2011, a été reconnu pour son intérêt architectural (1946) et certaines de ses constructions pionnières sont inscrites aux Monuments Historiques (MH). Courchevel est la station la plus ancienne du grand domaine skiable des 3 Vallées, qui regroupe les trois vallées parallèles du Doron (de Bozel, des Allues et des Belleville) : soit huit stations de ski et une station thermale.

Une station construite ex nihilo. La transformation des alpages de Savoie en vastes territoires dédiés aux sports d'hiver s'amplifie dès la fin de la Seconde Guerre mondiale. Issue d'une vallée au visage traditionnel avec le village montagnard de Saint-Bon-Tarentaise (1 100 m), la construction ex nihilo (à partir de rien) de la station de Courchevel - notamment le premier village, Courchevel 1850 - signe un nouveau type de station alpine : un tracé en entonnoir et une grenouillère, lieu où convergent l'ensemble des remontées mécaniques. La station créée en 1946 répond alors aux principes du tourisme social : accessible au plus grand nombre. L'architecte Denys Pradelle y conçoit des chalets d'un nouveau style : des chalets skieurs, mais aussi une chapelle et une église, inscrits aux Monuments Historiques.

L'essor des sports d'hiver en Savoie et particulièrement celui de la vallée de Saint-Bon avec Courchevel, a permis le développement du domaine skiable international le plus grand du monde : le domaine des 3 Vallées, dès 1971 avec la création de Val Thorens (mais déjà en réflexion dès 1946). Dès lors, son succès commercial et international transforme peu à peu Courchevel en un lieu fréquenté par de riches et célèbres clients, surtout dans sa partie Courchevel 1850, et les premières réalisations d'inspiration moderne cèdent la place à une architecture d'inspiration néo-rurale : des toitures à deux pans couverts de lauzes ; les matériaux privilégiés deviennent la pierre et le bois (voir le Chalet les Lozes, transformé en 1992).

Courchevel est ainsi devenu la station de sports d'hiver la plus prisée du monde international du show-biz et des familles fortunées. Les marques de luxe ainsi que les grands hôtels et restaurants fleurissent, attirant ainsi, dans les années 1990, la clientèle des oligarques russes. Pour mieux répondre à la demande de cette clientèle à fort pouvoir d'achat, la station augmente encore le nombre et le niveau de ses prestations. Depuis, la riche clientèle s'est diversifiée et la station s'est ouverte aux pays émergeants (Amérique du sud, Arabie Saoudite...).

La station de Courchevel aujourd'hui. Elle est composée de cinq villages, renommés en 2011, dont quatre sont reliées entre eux par les remontées mécaniques. Tous le sont par un service de navettes gratuites. Courchevel est intégrée au domaine skiable des 3 Vallées.

Courchevel (1850), situé en réalité entre 1 750 m et 1 900 m d'altitude, au centre de la vallée est le point de chute le plus recherché des sportifs et touristes argentés. Les établissements de luxe de type palaces y sont nombreux. D'ici on rejoint l'ensemble des autres villages, skis aux pieds.

Courchevel Moriond (1650) est un balcon en retrait, établi sur le versant sud-ouest. Réputé pour son ensoleillement, il est également apprécié des familles grâce à son ambiance conviviale. C'est là que fut implanté le premier téléski de l'histoire de la station. Courchevel Village (1550), en aval de Courchevel, accueille pour sa part nombre de familles qui y trouvent à se loger à des prix plus avantageux qu'ailleurs. Plusieurs pistes partant de Courchevel (1850) y aboutissent, notamment celle des adeptes de luge.

Courchevel Le Praz (1300) est un village montagnard avec une activité toute l'année. On y apprécie le charme de ses ruelles bordées de maisons et chalets traditionnels. Ici se trouvent les tremplins olympiques de saut à ski et des pistes cheminant dans la forêt et une une liaison directe avec Courchevel.

Enfin, Courchevel Saint-Bon (1100), le village d'origine où l'on accueillit les premiers touristes épris de montagne dans les années 1920, est directement relié aux autres villages par la navette gratuite. Depuis Courchevel le Praz, Courchevel Village et Courchevel, le retour se fait skis aux pieds par la piste St-Bon.

La station de Courchevel organise régulièrement sur son vaste domaine skiable et ses pistes célèbres, des compétitions internationales de ski alpin, de saut à ski, mais aussi de patinage et de hockey sur ses sites. Des villages de Courchevel et Courchevel Le Praz, on accède à la station de La Tania (1 400 m), entièrement piétonne, appartenant au domaine des 3 Vallées. Et le club alpin compte parmi ses membres le champion Alexis Pinturault, médaillé de bronze au géant des JO de Sotchi 2014 !

Un vaste domaine intégré aux 3 Vallées. Le domaine skiable de Courchevel s'étend sur 528 hectares : 150 km de pistes majoritairement orientées au nord (garantissant un enneigement de qualité), desservies par 62 remontées mécaniques permettant la pratique de tous types de glisse. Ce sont enfin dix restaurants sur les pistes qui vous attendent pour vous restaurer ou vous désaltérer.

Parmi les pistes les plus connues : la Combe de la Saulire (piste rouge) ; la piste Jean Blanc, ancienne piste de descente de Coupe du monde ; Bellecôte ou Cospillot, bordées d'hôtels et de chalets de luxe ; Roches Grises, depuis laquelle il est possible de basculer vers Méribel. Le Grand Couloir est quant à lui réservé aux amateurs de freeride. Le point culminant du domaine de Courchevel est le sommet de La Saulire (2 738 mètres).

Pour les débutants, il y a par exemple les Zones Evolution Novices (ZEN) dédiées aux enfants et aux familles dont deux à Courchevel (Un Family Park vous y attend sous la télécabine des Verdons, avec sauts et bosses à disposition des plus jeunes comme de leurs familles), une à Courchevel Moriond et une autre au Praz. Une piste des Indiens est en outre réservée aux seuls enfants pour lesquels sont organisées des animations autour d'un village de tipis. La piste de la fée Carabosse (piste bleue à Courchevel Moriond) séduira quant à elle les petits amateurs de virages et de mouvements !

Pour leur part, des zones ludiques sont aptes à satisfaire les adeptes du snowcross et un railpark fera la joie des freestylers de tous âges. Enfin, une Stop Zone, située sur la piste des Grandes Bosses à Courchevel Moriond, donne la possibilité de tester votre capacité à freiner. En plus de ce bel ensemble de pistes, Courchevel propose encore d'autres parcours à découvrir, car la station fait partie du domaine des 3 Vallées : Saint-Bon (Courchevel, La Tania), Les Allues (Méribel, Brides -les-Bains), Des Belleville (Saint-Martin-de-Belleville, les Menuires, Val Thorens, Orelle).

Si vous appréciez le ski de fond, près de sept dizaines de kilomètres de pistes forestières vous attendent à Courchevel. 17 km de sentiers balisés sont également entretenus pour les piétons et promeneurs en raquettes.

À vrai dire, l'offre de loisirs sur neige ou sur glace est pléthorique sur l'ensemble du domaine de cette station : luge au départ en bordure de la piste des Tovets à Courchevel (une piste de 2 kilomètres, avec un dénivelée de 300 mètres et éclairée en nocturne), initiation à la conduite de chenillette et de motoneige, ou encore quad sur neige.

À cela s'ajoutent des activités d'escalade, de parapente, du deltaplane, des vols en avion, hélicoptère - avec option héliski -, montgolfière, ULM... Vous avez également un espace, appelé Avalanch Camp, où des pisteurs secouristes vous apprennent à prendre conscience des dangers de la montagne et des risques encourus dans la pratique du ski hors piste, ainsi que les techniques de recherche des personnes victimes d'avalanche. Des visites des tremplins olympiques ou de Courchevel sont aussi organisées.

Une offre pléthorique. Dans les différents villages, l'offre de restaurants, pubs, pianos-bars, salons de thé et hébergements, est très variée et susceptible de contenter tous les types de clientèle. Voilà ce qui fait sans doute son incroyable succès ! On trouve aussi des discothèques, une bibliothèque, un bowling, un cinéma, une patinoire olympique (créée à l'occasion des Jeux Olympiques de 1992), des centres de remise en forme... Côté animations, le programme est copieux avec, chaque semaine, des spectacles, descentes aux flambeaux, visites guidées de Courchevel...

Courchevel accueille également de nombreux événements incontournables : un gala de patinage "Les Etoiles de la glace" (23 décembre 2014 et une Dance Party on the Snow à l'occasion du Nouvel an (Courchevel en front de neige). En 2015 : un Noël Russe (janvier) ; le Plum KV Courchevel (2 janvier) ; les BMW Polo Masters (janvier ou février), le tournoi de polo le plus haut du monde sur le site magique de l'altiport à 2 007 mètres d'altitude ; le Festival "Ski et Toiles" (20 au 22 mars) avec cinq films en avant-première ; le SLKUI show neige et feu (mars), une compétition sous forme de grands shows d'artifices. Et : les 3 Vallées Enduro, le plus grand rallye du monde (12 avril), avec 9 épreuves pour 3 catégories (professionnels, amateurs et famille), un musée d'altitude à ciel ouvert présentant les oeuvres d'artistes contemporains. Enfin : des sessions de skis by night (saison hiver) tous les mercredis sur le Family Park et la piste des Verdons.

Courchevel (1850), un laboratoire d'idées

Après la Seconde Guerre mondiale naît un nouveau de concept de stations de ski créées ex nihilo (à partir de rien) : la première génération de station s'est développée à partir d'un village préexistant entre 900 et 1 200 mètres d'altitude, à l'image de Megève ou Chamonix dans les années 1930. Ces stations de seconde génération se situent généralement entre 1 600 et 1 800 mètres d'altitude, au niveau des plateaux d'alpages, et inventent un style propre à la montagne des sports d'hiver avec un aménagement et un équipement adapté.

La station de Courchevel est créée ex nihilo en 1946, par l'architecte urbaniste Laurent Chappis et l'ingénieur Maurice Michaud avec le concours d'Emile Allais, champion du monde de ski en 1937 et 1938, qui contribua au renom de " l'Ecole de Courchevel ". Selon les principes de tourisme social, la station idéale accessible au plus grand nombre se concrétise avec un modèle de " chalet skieur " conçu par l'architecte Denys Pradelle (1913-1999), selon les modes de construction de l'après-guerre, adapté aux séjours de courte durée. Ce sont les constructions pionnières de Courchevel (1850) d'inspiration moderne : des toits en terrasses ou à un pan (versant au nord et peu inclinés) comme le Chalet Joliot-Curie (1949) ou le Chalet le Petit Navire (1950) inscrits aux Monuments Historiques (ainsi que la chapelle et l'église Notre-Dame-de-l'Assomption du même architecte avec la collaboration de Jean Prouvé). Se renseigner auprès de l'office de tourisme pour les visites.

Courchevel
Courchevel
office de tourismeHaut de page
Crest-Voland – CohennozHaut de page

Située dans le Val d'Arly et adossée sur les contreforts du Beaufortain, la station formée par Crest-Voland et Cohennoz n'est qu'à 15 km de Megève, 8 km du Col des Saisies, et 30 mn d'Albertville et de Sallanches. Elle fait partie du domaine Espace Diamant avec Flumet, Notre-Dame-de-Bellecombe, Praz-sur-Arly et Les Saisies-Hauteluce. Une liaison est assurée avec la Haute-Savoie (La Giettaz, Le Jaillet, Combloux Cordon, sur le domaine commun Val d'Arly Portes du Mont-Blanc.

Une station familiale qui rompt avec l'isolement de son village. Le village de Crest-Voland est situé à 1 230 mètres d'altitude et la station atteint 2 070 mètres au sommet des pistes. Son passé pastoral témoigne d'années de grande misère et d'un isolement peu bénéfique. La nécessité d'ouvrir le village au tourisme d'hiver se révèle tardivement dans les années 1950-1960 avec, en 1951, la construction du téléski du Lachat. En 1976, Cohennoz s'associe à sa voisine suite à la construction des téléskis du Cernix. Crest-Voland offre un cadre particulièrement boisé, avec de nombreuses pelouses d'alpage, et son village est composé de nombreux hameaux. Le hameau chef-lieu de Cohennoz est pour sa part perdu au milieu du bois du Ban.

Crest-Voland Cohennoz est ainsi une station familiale et chaleureuse du domaine du Val d'Arly (125 km de pistes de ski alpin) et ouverte au domaine des Saisies, station à laquelle elle est reliée depuis 1985, créant ainsi l'Espace Crista qui préfigurera l'Espace Diamnt ouvert en 2005.

Les deux communes de Crest-Voland et de Cohennoz invitent avant tout à un plongeon dans leur nature préservée. La vue magnifique sur le mont Charvin et la chaîne des Aravis, de même que la nuée d'habitations de pierres et de bois pas plus hautes que trois étages, saura idéalement satisfaire les contemplatifs en quête d'authenticité. La plupart des hébergements de Crest-Voland-Cohennoz sont à proximité des champs de neige par une répartition astucieuse des pistes.

La liaison avec les pistes et les infrastructures de l'espace Diamant permet en outre un réel ancrage de la station au coeur de la vie sportive. Les deux villages tournent désormais bien le dos à leur isolement séculaire !

Un domaine skiable appartenant à l'Espace Diamant. Ce sont en tout 185 km de pistes, 4 boardercross et 3 snowparks. L'Espace Diamant compte en tout plus de 330 enneigeurs pour pallier les aléas de l'enneigement.

Sur la station de Crest-Volant Cohennoz, le domaine skiable représente 35 km de pistes entre le village (1230 m) et le mont Lachat (1 650 m) avec 29 pistes et 16 remontées mécaniques. Un réseau de 64 enneigeurs permet de garantir l'ouverture des pistes principales sous les télésièges de la Logère et du Cernix ainsi que sur les fronts de neige des Tovats et du Prarian. Un boardercross et un snowpark avec sauts, virages relevés et donc sensations fortes attendent les amateurs de figures ludiques au sommet du télésiège du Cernix.
Vous pouvez aussi pratiquer le ski nordique sur un domaine de 80 km au milieu des sapins, dans une zone protégée. Les pistes ont été mises à profit lors des Jeux Olympiques de 1992 (domaine olympique des Saisies). Au départ du Mont-Lachat, ce domaine est accessible par télésiège (La Logère, le Cernix) ou par la route.

Les petits pourront quant à eux profiter des diverses activités proposées en halte-garderie ou au proche jardin ESF pour le ski alpin. Un jardin d'enfants a été aménagé afin de proposer un espace sécurisé et dédié à l'apprentissage de la glisse pour les 3-4 ans (initiation au téléski avec le baby téléski). Pour les 6-12 ans, un espace ludique a été aménagé sur la piste des Tovats, l'Opoualand, tandis que le Waouland combine snowpark et boardercross.

Le véloski (ou skibob) est l'un des attraits de Crest-Voland Cohennoz, de même que la descente d'une piste de luge, la randonnée en raquettes, à pratiquer seul ou accompagné d'un moniteur (visite de ferme et repas sur les pistes au programme), des sorties découverte de la nature sur les traces de la faune sauvage, la randonnée en motoneige, le vol en parapente ou en montgolfière, mais encore snowscoot et snowbike, télémark et taxi-ski.

Activités et loisirs. D'autres loisirs vous sont offerts à Crest-Voland Cohennoz : le ski nocturne, les descentes aux flambeaux avec l'ESF, des spectacles culturels, des rencontres sportives, des fêtes folkloriques, des improvisations théâtrales, des visites de sites du patrimoine, des soirées en discothèque ou encore des repas dans des restaurants de la station ou en altitude animent les fins de journée à Crest-Voland Cohennoz.

Côté gastronomie, vous ne passerez pas à côté des incontournables fromages de beaufort, reblochon et tomme de Savoie, à la base de nombreux mets régionaux. Lors d'une balade hors des pistes, ne manquez pas de passer voir le choeur de l'église Saint-Pierre de Cohennoz.

N'oublions pas les grands événements de la saison, comme la Grande Odyssée Savoie-Mont-Blanc qui aura lieu du 17 au 21 janvier 2015. La semaine des enfants (courant décembre) avec des distributions de papillotes, des spectacles de rue et des animations musicales, mais aussi le Championnat de ski des Vignerons, autrement appelé Bacchus à la neige, le rendez-vous convivial des vignerons de tous horizons avec un salon des vins et des produits du terroir et des animations ludiques à ski et raquettes et en équipe, la semaine du Vol Libre courant janvier, le carnaval du village... Mi-février, le Waouland Freestyle Contest, accueille amateurs de ski et de snowboard ; le Festival Aigle à skis (2 au 5 mars 2015), une exposition, une descente privilégiée avec un skieur fauconnier et un spectacle de fauconnerie (proposé sur les 4 stations du Val d'Arly) ; le 2e festival de Théâtre d'hiver (2 au 9 mars), comédie, arts de la rue, music-hall dans les 4 stations du val d'Arly, et en mars, on assiste aussi à la finale du Vol à ski dans le Val d'Arly et, le week-end de Pâques, c'est le Fun Race Skibob, l'occasion de s'initier à cette discipline ou d'évaluer son niveau en s'inscrivant aux différentes courses ; l'Aravis Snow Trail (29 mars 2015, la course à pied sur neige. Et bien d'autres manifestations ponctuelles sur l'Espace Diamant !

Le balcon du Haut Val d'Arly

Crest-Voland Cohennoz offre ses chalets typiques sur un balcon ensoleillé lui conférant cette dénomination très évocatrice. En effet, Crest-Voland occupe une position médiane sur le versant sud de la moyenne vallée de l'Arly et en balcon des gorges. Cohennoz culmine pour sa part sur les hauteurs de la rive gauche de l'Arly, en face du massif de Aravis. C'est donc le spectacle d'une vue particulièrement boisée qui s'offre au regard depuis ce coin autrefois reculé du reste du monde...

La NormaHaut de page

A la sortie de l'autoroute ou de la gare à Modane, en quelques minutes, on se retrouve dans la station de La Norma (1 350 m), en Haute-Maurienne ! La proximité de ces importants points d'accès est un atout formidable pour cette station qui cultive une image " cosy ", comme elle aime à le préciser.

Une station intégrée aux portes du Parc National de la Vanoise. Aménagée en 1971 sur un plateau arboré dans la zone périphérique du Parc National de la Vanoise et la haute vallée de l'Arc, à 1 350 mètres d'altitude, sur le territoire des communes de Villardin-Bourget et d'Avrieux sur l'autre versant de l'Arc où sont implantées les importantes souffleries de l'ONERA.

La Norma est une station " skis aux pieds " et familiale. Elle s'articule autour d'un village de maisons, à taille humaine, où se concentrent les commerces et sans aucune circulation automobile. Les autres constructions ne dépassent pas cinq étages, avec des bardages en bois et en pierres les intégrant au mieux dans le paysage. De même, l'alignement des bâtiments se fond dans le relief environnant. En périphérie du village, le quartier des "chalets hollandais" (environ 80 chalets couverts de bois) s'enfonce dans la forêt et est un bon exemple de cette intégration architecturale soucieuse de préserver le cadre naturel de la montagne. Elle est labellisée à juste titre Famille Plus Montagne et bénéficie d'une bonne accessibilité.

Bon plan, un forfait Eski-Mo 6-7 jours permet de skier dans 4 stations, soit 300 km de pistes en tout sur Valfréjus, Aussois et Val Cenis-Vanoise (avec en plus, un accès privilégié à son espace nautique).

Un domaine skiable dominé par la pointe de la Norma (2 917 mètres d'altitude). Il s'étend sur 700 hectares, de 1 350 mètres à 2 750 mètres d'altitude, partagé entre un étage alpin dépourvu d'arbres et un étage subalpin boisé - notamment apprécié des freeriders. Ce sont en tout 65 pistes parmi les sapins et les mélèzes. La présence d'un dénivelé impressionnant de 1 400 mètres permet d'offrir une variété de pistes intéressantes et pour certaines plutôt raides ! Notez que l'enneigement naturel de la station est complété par une centaine de canons à neige permettant de couvrir la majeure partie du domaine tout au long de la saison. De nombreuses infrastructures équipent le domaine : un stade de slalom, des espaces vierges, deux snowparks, un espace freeride, ou encore un espace enfant. Les activités handiski ne sont pas oubliées. Enfin, sachez qu'une fois par semaine, vous pouvez vous offrir des descentes à ski en nocturne et que la télécabine d'Orelle vous mène à Val Thorens en une vingtaine de minutes.

Du côté des activités sportives, la luge, le ski de randonnée, le skwal, le télémark, le snowblade, tout comme le ski et le snowboard hors piste, se pratiquent à La Norma, ainsi que l'escalade de cascade de glace, les promenades en raquettes sur des parcours balisés, des sorties en attelages de chiens de traîneaux ou des tours de circuit en mini-quads sur le front de neige. D'autres animations sont au programme de la station avec, sur le front de neige, des défis en luge par équipe, des descentes aux flambeaux, des parties d'Ultimated, de snake gliss et de sports collectifs sur neige : volley, hockey, football... Une nouveauté : la norma sphère, enfermé dans une sphère transparente, on roule sur la neige. Magique !

Les promeneurs et randonneurs découvriront quant à eux la beauté du vallon de l'Orgère, une porte du Parc National de la Vanoise. Les plus aventureux auront pour leur part la possibilité de pratiquer l'alpinisme avec un guide de haute montagne grâce à de nombreux itinéraires de tous niveaux proposés dans le massif de la Vanoise. Partez ainsi à l'assaut d'un sommet comme, par exemple, les grands classiques : la Dent Parrachée (3 697 mètres), la traversée des dômes de la Vanoise, ou encore la Grande Casse (3 852 mètres). Des vols en parapente sont aussi possibles afin de survoler les villages de Haute-Maurienne.

Dans le village. Des bars et restaurants sont bien sûr à votre disposition dans le centre de la station - de même qu'en altitude où ces établissements, accessibles aux piétons par télésiège ou télécabine, offrent un beau panorama sur le massif de la Vanoise - ainsi qu'un nouveau bowling (2 pistes) et une discothèque pour animer vos soirées. Des jeux et spectacles de rue variés, ainsi que des concours de sculpture sur neige, par exemple, rendront votre séjour particulièrement festif. À La Norma, vous trouverez également un cinéma et une salle polyvalente où se déroulent des soirées ludiques ou instructives (activités astronomie, trampoline, sumo, contes, ping-pong, conférences...). La Norma possède également un centre de relaxation pour vos moments de détente et de bien-être (sauna, jacuzzi, hammam, salles de squash et de fitness et gamme de soins du corps).

Les enfants seront également bien lotis avec une garderie et un club enfants leur proposant diverses activités manuelles ou sportives, des animations, ainsi que des promenades et des semaines à thème. De plus, le caractère piéton de la station constituera un atout de taille en donnant aux petits un réel espace de liberté. Une nouvelle patinoire écologique de 216 m2, en plein air avec pingouin d'initiation pour les petits.

Côté visite, la station abrite deux chapelles chrétiennes : la chapelle Saint-Félix, près du village, et la chapelle Sainte-Anne, vers 1 800 mètres d'altitude. La Norma propose aussi un sentier thématique pour partir à la découverte des différentes sculptures monumentales qui parsèment la station.

Un temps fort à ne pas manquer, la Grande Odyssée Savoie-Mont-Blanc sur plusieurs sites de Haute-Maurienne, une course spectaculaire de chiens de traîneaux avec les meilleurs mushers du monde réunis pour l'occasion (du 17 au 21 janvier 2015).

D'immenses sculptures de plein air

La Norma possède quelques curiosités dans son paysage. Ce sont ainsi diverses sculptures modernes et monumentales qui jalonnent la station et visibles lors d'une balade sur le sentier thématique du Symposium Alpin. Elles sont placées dans la station, le long de la route d'accès, et sur le GR du chemin du petit bonheur, en proposant une vision de la montagne par des artistes de tous horizons.

office de tourismeHaut de page
La PlagneHaut de page
Terrasse de café - La Plagne
Terrasse de café - La Plagne
Les mines de La Plagne

Des documents attestent que l'exploitation d'un gisement de plomb argentifère à La Plage existait déjà au XVe siècle - certains pensent que l'origine de cette activité remonte à l'Antiquité. Le site minier fut abandonné puis redécouvert en 1807 par un maçon nommé François Pélissier. Durant près de deux siècles, entre 1810 et 1973, La Plagne redevint un site minier, lequel resta cependant inactif durant trois décennies en raison des bouleversements politico-économiques qu'a connu la région au cours du XIXe siècle. Nombre de personnels travaillant sur place firent partie des premiers adeptes du ski et du bobsleigh de La Plagne. Ce qui contribua à imaginer qu'une autre richesse ne demandait qu'à être mise à profit par ici : l'or blanc !

Sapins dans la neige
Sapins dans la neige

Station satellite de la petite ville d'Aime, en vallée de Tarentaise, La Plagne est une station moderne dont le centre (premier village construit) est situé sur un plateau à 1 980 mètres d'altitude, sur la commune de Macot, au pied des pentes nord de la Grande Rochette (2 505 m). Ses sept stations d'altitude s'étagent de 1 800 à 2 100 mètres, dominées par le sommet de Bellecôte (3 417 m) et les glaciers de Bellecôte et de la Chiaupe. Ses quatre villages en forêts complètent la station. Son domaine skiable forme, avec celui de la station des Arcs, le domaine Paradiski. Ils sont reliés par le plus gros téléphérique du monde : le Vanoise Express. Les panoramas sur les massifs du Beaufortin et du Mont-Blanc sont nombreux et grandioses !

Un exemple de station intégrée. C'est au lieu-dit La Plagne, sur la commune de Macot, que la station est née, en 1961. Ce plateau naturel avait déjà été repéré comme " site de classe internationale " en 1942, pour être susceptible d'accueillir une station de ski. A la fin des années 1950, comme beaucoup de communes de la vallée de Tarentaise qui tiraient leurs revenus de l'agriculture pastorale et de l'exploitation forestière - Macot exploitait également à cette époque des mines de plomb argentifères - l'exode rural est dramatique. Quelques communes du canton d'Aime se regroupent alors pour développer une nouvelle économie : le tourisme en montagne. Il est décidé en 1960 que le site de la Plagne sera voué aux sports d'hiver. Créée ex-nihilo (à partir de rien), La Plagne (devenue La Plagne Centre) est un exemple de station intégrée de troisième génération : un prototype de développement urbain. Une architecture et un agencement moderne et fonctionnel ainsi qu'un urbanisme rationnel : l'hébergement permet d'accueillir le plus grand nombre, au pied des pistes. Les immeubles en front de neige sont hauts et denses ; les commerces sont regroupés dans des galeries à proximité ; les zones de circulation automobile sont séparées des espaces de vie et de pratique du ski. Michel Bozon en sera l'architecte et le champion de ski, Émile Allais, le conseiller technique du domaine skiable : le succès est immédiat. En 2003, La Plagne et les Arcs décident de relier leurs domaines skiables par un téléphérique (Le Vanoise Express) et de former le domaine Paradiski (425 km de pistes balisées). En 2014, Kevin Rolland, le skieur acrobatique du club de La Plagne devient médaillé de bronze des JO de Sotchi 2014 en Half-pipe.

Aujourd'hui, onze stations appartiennent au domaine skiable de La Plagne. La Plagne a fêté ses cinquante ans le 21 décembre 2011 ! Sept villages ont été construits en altitude sur le site de La Plagne : ils sont aujourd'hui regroupés en 6 stations Altitude. Plagne Centre (1 970 m), le centre de la station (1961), qui réunit l'essentiel des activités et des services et accueille une chapelle moderne : un carrefour du domaine skiable. Plagne Aime 2000 ou Aime-La Plagne (2 100 m), que l'on repère immédiatement au pied des Verdons avec son Paquebot des neiges (Michel Bozon, 1969) auquel est venu s'ajouter en contrebas, au pied des pistes le bâtiment du Club Med (2 000 m) inspiré des temples tibétains, à ne pas confondre avec celui construit, plus récemment, à 2 100 mètres. Plagne Bellecôte (1930 m), avec ses immeubles novateurs en forme

de serpent des neiges (Michel Bozon, 1974) : point de départ pour le glacier et proche des snowzones, il accueille également la patinoire extérieure et la piscine extérieure... chauffée ! Belle Plagne (2 050 m), créée en 1981 au dessus de Plagne Bellecôte, aux résidences harmonieuses de bois et de lauzes (pierres plates) qui marque un retour à une dimension plus humaine et une architecture inspirée de la tradition (dite station de quatrième génération). Plagne 1800 ouvre en 1982 sur l'ancien terrain des mines (abandonnées depuis 1973) au-dessous du centre de La Plagne : un village de résidences et de chalets disséminés dans un environnement forestier. Plagne Villages (créé en 1972) et Plagne Soleil (en 1990), regroupées à 2 050 mètres, offre un ensemble de chalets et de résidences sur un site éclaté, relié à Plagne Centre par un télébus.

Au niveau forêt, quatre villages (regroupés en 3 stations villages) sont reliés au domaine. Plagne Montalbert (1350 m), station née en 1980 et reliée à Aime La Plagne par télésiéges. Montchavin (1 250 m), Les Coches (1 450 m) : la première a été créée en 1972 et accueille une piscine sur son site, tandis que la deuxième naît en 1980 et dispose d'une patinoire. Elles forment aujourd'hui une seule station d'où s'envole le Vanoise Express vers Les Arcs. Enfin, Champagny en Vanoise (1 250 m), au pied du versant sud des Verdons dans le vallon de Champagny-le-Haut, un site naturel classé aux portes de la Vanoise. Relié par télécabine à la Plagne en 1969, c'est un des plus beaux sites de pratique nordique de Savoie. On y accède également par la route au départ de Bozel (entre Moûtiers et Pralognan).

La station de La Plagne a su tirer parti de son site exceptionnel et de son grand domaine Paradiski pour communiquer efficacement sur son offre de sports d'hiver. Son logo est reconnaissable immédiatement : des lunettes noires sur une bouche rouge, le tout surmonté d'un bonnet rouge à pompon ! Le premier logo, en 1961, était un soleil. Le bonnet rouge est apparu dès 1966 : il s'est modernisé depuis.

Un domaine skiable qui forme avec celui des Arcs le vaste domaine Paradiski. Le domaine skiable de La Plagne s'étend de 1 250 mètres à 3 250 mètres d'altitude. Il est riche de 130 pistes dont 18 noires, 33 rouges, 69 bleues et 10 vertes qui courent sur 225 km. Un snowpark de 900 mètres de long entièrement dédié au freestyle, auquel s'ajoutent trois boardercross, un half-pipe et plus de 132 hectares en neige de culture grâce à 359 canons... Le domaine reste toutefois assez plat pour les snowboarders férus de forts dénivelés. Si vous souhaitez tester votre niveau de ski ou de surf, notez que vous avez accès à deux stades de slalom et au boardercross de la station pour faire la course.

Il est relié au domaine Paradiski qui englobe les trois stations de La Plagne, Les Arcs et Peisey-Vallandry avec 20 destinations. En tout : 236 pistes de ski alpin étirées sur 425 km, avec 2 snowparks, 3 boardercross, 2 boarderglisse et 1 hal-fpipe ; à quoi s'ajoutent 153 km de pistes de fond. Plus des deux tiers du domaine se situe au-dessus de 2 000 mètres avec un enneigement exceptionnel.

La Plagne c'est aussi une piste olympique de Bobsleigh : elle a accueilli la coupe d'Europe et du Monde de Bobsleigh et Skeleton (sorte de luge) en décembre 2012. Elle est ouverte au grand public : une exclusivité et une expérience. Sensations garanties !

À La Plagne même, une foultitude de loisirs attendent les vacanciers, y compris les personnes handicapées qui trouveront là de nombreuses solutions pour profiter des activités de glisse. Les très jeunes disposent pour leur part d'espaces et de prestations spécifiques : jardins d'enfants protégés, espace ludique...
Autres activités proposées : bobsleigh, luge, patinage, ski alpinisme, ski de randonnée, descente en nocturne hebdomadaire, sorties en chiens de traîneau, en quad sur neige, en motoneige, en parapente, en hélicoptère... Il y a également des jeux de pistes avec GPS pour randonneurs à pied ou en raquettes...

De nombreux villages et une foule d'activités. Les non-skieurs pourront aussi profiter d'activités hors des pistes comme une initiation à l'artisanat ou des visites guidées. Dans l'ensemble de la station, vous disposerez de salles de squash, de musculation, d'escalade indoor, de piscines - y compris en extérieur -, de spas...

La Plagne, c'est aussi une montagne d'événements saisonniers à découvrir pour des moments festifs et partagés. Ne manquez pas la Nuit du Pompon Rouge (31 décembre), le nouvel an festif qui transforme la station en piste de danse géante ! Warm Up, DJ, Big show... une partie de la soirée est directement retransmise sur la radio nationale NRJ. A noter : les Etoiles du sport (14 au 19 décembre 2014) ; la coupe du monde de Bobsleig (26 janvier au 1er février), une course internationale sur la piste olympique glacée ; 12e Gordzerette (30 janvier au 1er février 2015), le tournoi givré de Champagny-le-Haut avec escalade, tir à l'arc, luge à foin, grimpe sur la tour de glace ; Coupe du monde de cascade de glace (5 au 7 février 2015) à Champagny-le-Haut ; 4e marathon du grand Bec (22 février 2015), course populaire de ski nordique.

Télécabine
Télécabine
La Plagne sous la neige
La Plagne sous la neige
La RosièreHaut de page

Située au coeur de la Haute-Tarentaise, sur un site en balcon exposé plein sud offrant un panorama exceptionnel sur la vallée, La Rosière 1850 (1 850 mètres) est une station conviviale établie au début des années 1950 sur le territoire de la commune de Montvalezan, à proximité du col du Petit-Saint-Bernard. Elle n'est située qu'à 20 minutes de la gare TGV de Bourg-Saint-Maurice. La Rosière a un accès au domaine international de L'Espace San Bernardo, en Italie, par sa liaison avec La Thuile située dans le Val d'Aoste.

Une station d'altitude. Ancien hameau d'alpage, elle présente un urbanisme qui entend concilier modernité et tradition architecturale montagnarde avec des chalets néo-savoyards récents, bardés de bois, et des immeubles cubiques construits dans les années 1960 et 1970.

Elle convient bien aux familles puisque, labellisée Famille Plus Montagne, elle dispose de garderies, club de loisirs, et propose des activités et des animations aux plus jeunes des vacanciers (chasses aux trésors, tournois sportifs, ateliers maquillage...), ainsi qu'un espace luge et de nombreuses initiations sportives (raquettes, chiens de traîneaux, escalade, baptême de l'air, etc.).

Un domaine skiable sans frontière. La Rosière est ainsi la seule station de Savoie à proposer un domaine skiable international. Ce domaine s'étend de 1 200 mètres à 2 650 mètres d'altitude avec un dénivelé de 1 400 mètres. Il est relié hivernalement (depuis 1984) à celui de la station de La Thuile dans le Val d'Aoste, à travers le col, par le télésiège du Chardonnet et le téléski de Bellecombe, ainsi que le télésiège du Belvédère, formant ainsi l'espace commun San Bernardo (3 000 hectares sur une étendue de 160 km de pistes). Vous aurez ainsi la chance de profiter de la cuisine italienne lors de vos haltes gourmandes. L'Espace San Bernardo, avec un très bon ensoleillement côté français - attention toutefois aux fréquentes levées de vent du sud - ainsi qu'un excellent enneigement côté italien par des versants orientés plus au nord, autorise toutes les pratiques de glisse et ce dans de très bonnes conditions. Autres équipements de La Rosière : deux stades de slalom, un tremplin de saut à ski, deux pistes de luge... et plus de 400 machines à enneiger.

Outre ses pistes de descente qui sont peu pentues dans l'ensemble, La Rosière comprend trois espaces Snowzone sécurisés (snowpark, snowcross, boardercross) et un spot de snowkite homologué au col du Petit-Saint-Bernard. Les adeptes des nouvelles glisses sont donc ici aux anges. Le snowpark est aménagé selon un principe original : il permet aux riders de choisir des cheminements parallèles intuitifs en fonction de leur niveau (vert, bleu, rouge) et offre sono, présence quotidienne d'un shaper-animateur, ainsi que fun box, rails, hip, big air, handrails et tables. Le snowcross des Zittieux est une zone propice au hors piste qui ravit les skieurs confirmés. Non damé, il est cependant sécurisé et jalonné afin d'indiquer l'itinéraire et les obstacles dangereux. Enfin, le boardercross du Fort présente des virages relevés, une table de départ et des portes de slalom. C'est un bon endroit pour celles et ceux qui veulent s'initier.

En ce qui concerne le ski de fond, notez que la station met à votre disposition 7 km de pistes balisées et entretenues (technique skating et alternatif). À pratiquer encore dans le domaine : promenade en raquettes, marche nordique pour maintenir une bonne condition physique tout en douceur, promenade en sentiers piétons (ce sont 15 km de chemins balisés et entretenus) que ce soit à travers la liaison piétonne de la forêt ou à la découverte de traces d'animaux, escalade de cacades de glace, ski hors piste avec des guides, traîneaux à chiens, speed riding, snowkite, parapente, vol en hélicoptère et héliski... Profitez aussi du caractère transfrontalier et unique de La Rosière pour goûter aux joies d'un ski sans frontière en vous faisant déposer par un hélicoptère sur les massifs du Val d'Aoste. Après un vol inoubliable, les skieurs et snowboarders glissent alors sur de fabuleux itinéraires hors pistes comme Le Ruitor à 3 300 mètres d'altitude, avec un dénivelé de 2 100 mètres. Avis donc aux amateurs de poudreuse !

Pour l'après-ski. La Rosière offre des loisirs tels que spa, espace forme, bowling, patinoire couverte et sonorisée avec des animations adaptées à tous les âges, restaurants, bars et pubs, cinéma, découverte du patrimoine des environs, ou encore des ateliers peinture.

La Rosière, c'est aussi de nombreuses semaines thématiques lors de la saison hivernale : semaine La magie de Noël, semaine de l'Air, semaine Coulisses du domaine skiable à la découverte des métiers de l'ombre en haute montagne (pisteur secouriste par exemple), semaine Art de vivre, et pour finir, la semaine des enfants en avril. Un temps fort en freestyle, les athlètes mondiaux et les ambassadeurs de la station s'affrontent à la Rosière, mi-février.

Le col du Petit-Saint-Bernard

Situé à 8 km de la station, ce col se trouve sur une ancienne voie romaine reliant Milan à Vienne. C'est donc un très ancien point de passage entre des territoires appartenant aujourd'hui à la France et l'Italie. Des vestiges de plusieurs périodes y rappellent cette longue histoire  : cercle de pierres du néolithique, vestiges romains, hospice pour voyageurs, statue de saint Bernard de Menthon, patron des alpinistes... On y jouit à 2 188 mètres d'altitude d'un beau panorama sur le versant italien du mont Blanc, le lac Verney... Le col du Petit-Saint-Bernard est par ailleurs un site réputé parmi les pratiquants du snowkite (glisse tractée par un cerf-volant). Des championnats de cette discipline se sont déroulés ici à plusieurs reprises.

Montvalezan
Montvalezan
office de tourismeHaut de page
EmplettesHaut de page
Panier gourmandHaut de page
Le CorbierHaut de page

Le Corbier est une station savoyarde à taille humaine, située à 1 550 mètres d'altitude dans le massif d'Arvan-Villards, près de Saint-Jean-de-Maurienne. Elle appartient au domaine des Sybelles, avec des liaisons vers les stations voisines de La Toussuire, Les Bottières, Saint-Colomban-des-Villards, d'un côté, Saint-Sorlin-d'Arves, de l'autre.

Une station " skis aux pieds ". Créée en 1967, elle doit son nom au mont Corbier (2 265 mètres d'altitude) au pied duquel elle est implantée. Station " skis aux pieds ", Le Corbier est aussi piétonne, avec cette particularité : la grande majorité des rez-de-chaussée d'immeubles est reliée par une galerie marchande, ce qui est fort pratique. Ces réalisations architecturales, comme des colosses de bois, confèrent un aspect d'ensemble assez froid à la station, mais sont pratiques et fonctionnels.

L'ambiance de la station est familiale : elle bénéficie du label Famille Plus Montagne. Les enfants y trouvent ainsi des pistes de luges aménagées et sécurisées, un jardin des neiges où les 3-5 ans apprennent à faire leurs premières glissades à ski, une garderie, ou encore des animations, notamment durant la semaine de Noël.

Un domaine skiable dans un cadre exceptionnel. La station du Corbier, qui en elle-même comptabilise un total de 90 km de pistes de ski, est au coeur des Sybelles, un domaine skiable (le quatrième domaine français) qui offre 310 km de pistes reliées dans un environnement préservé et sécurisé. On y jouit d'un panorama exceptionnel sur les Aiguilles d'Arves et un bel ensemble de cimes des massifs de la Vanoise, du Mont-Blanc, et de Belledonne. L'ensemble propose une palette de pistes variées pour tous les niveaux et ce jusqu'à 2 620 mètres d'altitude. Depuis le mont Ouillon (2 431 mètres), plus haut alpage européen, vous avez accès aux stations voisines du Corbier : Saint-Sorlin-d'Arves, Saint-Jean-d'Arves, La Toussuire, Les Bottières et Saint-Colomban-des-Villards.

C'est également sur cette hauteur, au niveau des téléskis du Torrêt, qu'est installé le snowpark du Corbier. Ouvert à tous les amateurs de glisse, du débutant au confirmé, il se compose d'un boardercross (niveau facile) et d'une zone freestyle comprenant vingt modules de type box, table, table top, hip, wall, pyramide, big air, etc. et répartis par niveaux de difficulté. Notez par ailleurs qu'un "mini-park", zone d'initiation au freestyle, est situé sur le bas de la piste de la Combe. Le speed riding est aussi pratiqué avec des pentes idéales pour s'initier sur le domaine des Sybelles.

Le ski de fond se pratique sur un domaine qui s'étend entre les communes de Villarembert-Le Corbier et Fontcouverte-La Toussuire. Ses 28 km de pistes sont balisés, tracés et damés régulièrement, mais non surveillés, en technique classique ou en skating. Le Corbier offre en outre 32 km de sentiers pédestres et d'itinéraires en raquettes à neige.

Les amateurs de hors piste en ski ou en snow peuvent faire ici appel aux services d'un guide de haute montagne afin de découvrir les plus beaux spots du massif en freeride, tandis que les adeptes de la randonnée en motoneige, en raquettes ou en attelages de chiens de traîneau trouveront des accompagnateurs compétents avec, entre autres, des sorties à thème à la découverte du milieu naturel et du patrimoine de la vallée (demi-journée ou nocturne).

Outre le ski de randonnée et le ski-alpinisme, vous pourrez également apprécier la pratique de l'escalade sur glace. À faire aussi : du parapente en biplace (tout âge) auprès de deux moniteurs (diplômés brevet d'état) afin de découvrir le plaisir de la glisse aérienne sur 700 mètres de dénivelé jusqu'à la station ou depuis le sommet du mont Corbier.

Activités et sorties en station. Notons, au-dessus de la piscine, la présence d'un Fun Park, offrant une zone de jeux pour tous les âges, avec des trampolines élastiques, des jeux gonflables, et des voitures radiocommandées (ouverture tous les jours en fin d'après-midi, accès payant). Au coeur de la station, vous trouverez des restaurants, des bars, un cinéma, une patinoire de glace naturelle, une piscine extérieure chauffée à 29°C, ainsi qu'un espace bien-être avec spa, espace détente, diverses prestations (massages, balnéothérapie, relaxologie corporelle), salles de remise en forme. Et pour animer vos nuits, une discothèque.

Le Corbier vous propose des animations hebdomadaires : pot d'accueil, descente aux flambeaux, des animations avec Sybelles X'trem, l'association locale de ski freestyle, et des courses de luges pour toute la famille. Côté festivité et événements, la saison hivernale vous réserve des temps forts à ne pas manquer. La semaine de Noël, la semaine des petits (janvier) et la semaine Grand Nord (mi-janvier) pour célébrer la saison d'hiver. Un mardi gras sous le signe de déambulations musicales, lâcher de ballons, courses de luges et maquillage. Le Trophée Mer et Montagne (25 au 28 janvier 2015) ; le Challenge Multiglisses des Familles (mars), mais aussi une semaine bien-être afin de penser un peu à soi (mars) et une semaine Montagne et Patrimoine local (fin mars à début avril), une occasion pour faire des randonnées raquettes à thèmes et des excursions en bus à la découverte de bergerie, ateliers d'artisans, fromagerie, églises et vallées. N'oublions pas que le pays de la Maurienne est classé Pays d'Art et d'Histoire ! La saison se clôturera enfin par la semaine du film de la montagne, en avril.

Une station engagée dans le développement durable

La commune de Villarembert-Le Corbier a mis en place en 2009 sa Charte en faveur du Développement Durable et a effectué son bilan Carbone pour évaluer ses émissions de gaz à effet de serre. La station s'est alors engagée à atteindre une vingtaine d'objectifs : transports, respect des territoires naturels, gestion de l'eau, tri des déchets, gestion des énergies, rendre acteurs les vacanciers, projet village, etc. Voilà une manière intelligente de concilier vie de station de sports d'hiver et implication dans les préoccupations environnementales actuelles.

Les ArcsHaut de page

Sur le territoire de la commune de Bourg-Saint-Maurice, au coeur de la Haute-Tarentaise, la station intégrée des Arcs, est formée de quatre sites de 1 600 mètres à 2 000 mètres, avec de belles vues sur les massifs du Beaufortain (en face) et du Mont-Blanc (au nord). Elle est reliée à la commune de Bourg-Saint-Maurice, par un funiculaire Arc-en-Ciel qui vous propulse en dix minutes, de la gare SNCF à 800 mètres d'altitude jusqu'au site central des Arcs à 1 600 mètres ! Son domaine skiable est relié aux villages de Peisey Vallandry qui accueillent le Vanoise Express, le téléphérique qui rejoint les villages de Monchavin les Coches sur le domaine de la station de La Plagne, avec laquelle elle forme le vaste domaine Paradiski.

Une station intégrée labellisée Patrimoine du XXe siècle. Il s'agit d'une station intégrée conciliant fonctionnalité et esthétisme avec un respect de l'environnement naturel par une conservation des anciens chalets d'alpage, mais qui affiche aussi une volonté de modernisme et de créativité : vues sans vis-à-vis, baies vitrées et balcons surélevés. Les Arcs ont obtenu à ce titre le Label "Patrimoine du XXe siècle" (Arc 1600 et Arc 1800) destiné à valoriser le patrimoine architectural et urbain de ce siècle.

La station des Arcs est née, dans les années 1960, de la rencontre entre Robert Blanc, guide de montagne et moniteur de ski, et Roger Godino, maître d'ouvrage du développement touristique en montagne. A l'opposé de La Plagne - avec ses immeubles comme de véritables barres au pied des pentes -- les immeubles des Arcs seront construits en cascade, s'adaptant à la pente par des niveaux successifs : ils semblent comme couchés sur la pente. La composition de la station s'inspire des réflexions de l'architecte Le Corbusier et de celles de Charlotte Perriand qui concevra la station (1967-1987) avec l'équipe de L'Atelier d'Architecture en Montagne (initié par Denys Pradelle qui fonde l'Ecole de Courchevel) : une station intégrée au site, sans voiture, des tracés piétons qui structurent l'emplacement des commerces et services, et des immeubles disposés en peigne (perpendiculairement aux courbes de niveau de la pente).

La station a reçu le label patrimoine du XXe siècle en Rhône-Alpes en 2003 pour les sites Arc 1600 et Arc 1800. Véritable laboratoire, Arc 1600 - il s'appelle alors Arc Pierre Blanche - est le premier site à avoir vu le jour de 1968 à 1973 sur le plateau limité, mais très ensoleillé, de Pierre Blanche, à l'aplomb de Bourg-Saint-Maurice. C'est ici que l'on trouve le premier immeuble fonctionnel réalisé et aménagé par l'architecte Charlotte Perriand. L'immeuble La Cascade est composé de petits immeubles aux façades penchées, étagés le long de la pente et desservis par un téléporté. Il a été suivi par Arc 1800 à partir de 1974, sur les grands plateaux du Charvet, de Chantel et de Charmetoger, en balcon au-dessus de la vallée de l'Isère. La station offre été comme hiver des pentes libres pour les activités sportives : ski en hiver, golf en été. Des bâtiments en forme de triangle, implantés en étoile autour d'un cercle intérieur : Les Lauzières et la Nova sont distribués par des coursives, des rampes ou plans inclinés.

Dès 1978, naît Arc 2000, au pied de l'Aiguille Rouge (3 226 m), doté de cette architecture avant-gardiste caractéristique des Arcs. Suivra Arc 1950, en 2003, année qui vit s'opérer une liaison avec La Plagne grâce au Vanoise Express, le plus grand téléphérique du monde, à la faveur de l'ouverture du méga domaine skiable Paradiski auquel la station de Peisey-Vallandry adhère également. Avec ses quatre Arcs, sa liaison rapide avec la ville de Bourg-Saint-Maurice et l'intégration de la station de Pessey-Vallandry au domaine skiable Paradiski, la station des Arcs présente différents visages et ambiances à ses visiteurs. Elle est reliée aux sites par une large route, plus un funiculaire Arc en Ciel à Bourg-Saint-Maurice, ainsi que par diverses navettes gratuites.

Le domaine des Arcs et Paradiski. Le domaine des Arcs s'étend sur 200 km de pistes, réparties sur deux versants - selon l'implantation des sites - avec un point culminant aux Arcs 2000 par la présence de l'Aiguille Rouge (3 226 mètres). Aux Arcs, vous trouverez le snowpark Apocalypse, qui est accessible à tous les niveaux de pratique. Situé entre Arc 1600 et Arc 1800, il propose une quinzaine de tables ponctuée de rails, boxs, ligne slope style, plat-descente, wall, S box, rainbow... Le domaine compte en tout trois stades de slaloms et trois installations dédiées aux nouvelles glisses (un boardercross Plan Vert avec deux parcours de différents niveaux, un boarder gliss Rey Park, au sommet du télésiège Peisey, de même qu'un Water Slide où, après s'être lancé sur la piste d'élan, on traverse une piscine de 15 mètres de long et de 50 cm de profondeur).

De nombreuses animations se déroulent sur ces spots tout au long de la saison. En outre, une nouvelle piste de luge d'altitude, nommée Rodéo Park, vient de voir le jour au départ du Col de la Chal (arrivée par la télécabine Transarc ou le télésiège Arcabulle), avec 3 000 mètres de pures sensations à découvrir ! Notons la présence de 8 pistes Natur' (pistes non damées, sécurisées et balisées par les pisteurs et qui comptent parmi les pistes les plus difficiles des Arcs).

Des itinéraires de ski de fond sont également à votre disposition à partir des Arcs 1600, 1800 et 2000. Les balades en raquettes vous donnent par ailleurs l'occasion de varier les plaisirs dans cette station qui, de plus, chouchoute vos enfants : elle bénéficie du label Famille Plus Montagne (nombreuses garderies à disposition). En outre, l'ensemble des sites s'organise en rues piétonnes avec des parkings extérieurs, en contrebas, permettant un réel espace sécurisé et libre pour les enfants. Ils disposeront de divers espaces sécurisés et adaptés aux premières glissades, entre ski et luge. Une piste Milka propose également un petit itinéraire biotop avec des panneaux ludiques et instructifs expliquant la faune et la flore des montagnes (Arc 1800).

Des zones de ski tranquille sont aménagées à proximité des stations. Une zone spéciale débutants avec un tapis roulant vient quant à elle d'ouvrir à proximité des résidences et du front de neige d'Arc 2000. Une autre activité peut aussi vous intéresser à l'Avalanche Parc (accès libre). Là, on vous sensibilise à la recherche de victimes après le passage d'une avalanche. On vous y informe aussi des dangers de la pratique du ski hors piste. À noter également : une piste pour tester sa vitesse à ski (à proximité du départ du télésiège Plagnettes).

Paradiski élargit considérablement les possibilités de profiter d'une neige abondante (70 % du domaine est à plus de 2 000 mètres d'altitude et des canons compensent les éventuels manques). Il cumule 425 km de pistes de ski alpin et 153 km de pistes de ski de fond. A vous de choisir votre cadre : snowpark, glacier, forêt, champs de poudreuse, en balcon face au mont Blanc... Sans oublier les espaces débutants et les zones sécurisées pour les fans de freeride. Paradiski vous invite en outre à découvrir sept lieux uniques et majestueux : Aiguille Rouge, Sommet Arpette, Col de la Chal, Sommet Peisey, Glacier de Bellecôte, Grande Rochette, et Fornelet.

De nombreuses autres activités sportives sont proposées aux Arcs : le speed riding, avec un terrain parfait pour s'initier (la plus importante école française de speed riding est basée aux Arcs 2000), mais aussi le ski-joëring à découvrir sur un ensemble de chemins forestiers permettant plus de 20 km de randonnée dans un cadre naturel d'une rare beauté. C'est en effet aux Arcs que Jacques Fillietroz a réinventé cette pratique ancestrale. Le ski de nuit est également possible aux Arcs et l'on trouve alors l'occasion de partager un vin chaud ou un chocolat sous les projecteurs. Balade en traîneau à chiens, scooter des neiges, alpinisme, parapente, télémark yooner, patinoires (naturelle ou artificielle au choix) vous attendent également. Les stations organisent des moments sportifs privilégiés comme le First Track, une programmation de dates où l'on pratique le ski à l'aube en profitant ainsi de pistes vierges avec un échange autour des professionnels de la montagne, ainsi que Mountain Pod, avec des visites audio guidées sur les pistes.

Une station sportive et culturelle. Des restaurants, des bars, des boutiques variées, des spa (offre de soins variés), le centre aqualudique de 3 000 mavec bassins nautiques et espaces bien-être, des cinémas et discothèques, ou encore des animations et des concerts (Centre Bernard Taillefer) vous accueillent partout aux Arcs et en ville. Côté visite, vous avez notamment le choix entre la grotte de glace, la coopérative laitière de Haute-Tarentaise ou le musée des Minéraux de Bourg-Saint-Maurice.

C'est enfin la présence d'événements annuels à ne pas manquer comme la 5e édition du Festival de Cinéma Européen qui aura lieu du 13 au 20 décembre 2014, lors de la première semaine d'ouverture de la saison. Le Red Bull Linecatcher (17 au 24 janvier 2015), pour les freeriders, Le GMX-Gavaggio Monster Cross, un championnat de France jeune de ski cross (17 au 20 février 2015), la 29e Course du Coeur dédiée au don d'organes en mars et, pour clore la saison, le X-Speed Ski Tour (4 au 8 mars, Paradiski), un challenge itinérant et gratuit d'initiation et de découverte du ski de vitesse, dans les stations de Savoie et Haute-Savoie et Les Arcs Spring Final (12 au 21 avril 2015) dont le waterslide et autres compétitions festives pour clore la saison.

Les réalisations architecturales de Charlotte Perriand (1967-1989)

La station a bénéficié du travail de grands architectes, en particulier dans ses parties Arc 1600 et 1800, les premières ouvertes au public. Là, cherchant à concilier modernité, tradition et nature, ils ont réalisé des bâtiments audacieux intégrant des éléments traditionnels (bardage, mélèze, pierre, lauze...). Charlotte Perriand (1903-1999), une pionnière du XXe siècle, Guy Rey-Millet et Bernard Taillefer ont ainsi conçu, par exemple, la résidence La Cascade en 1969. Cette construction épouse le dénivelé de la montagne et son toit présente une pente douce que la neige recouvre au point de le faire disparaître. Parmi les autres réalisations de C. Perriand, on peut aussi citer Versant Sud (1969-1974), un espace architectural ouvert au soleil, Les Lauzières (1973-1976), La Nova (1977-1981), ou Le Mirantin (1984-1987). Communion avec la nature, innovation, poésie et liberté ne sont jamais bien loin de l'oeuvre architecturale majeure de Charlotte Perriand.

domaine des arcs
domaine des arcs
Les KarellisHaut de page

La station Les Karellis est située au coeur de la vallée de la Maurienne, à 1 600 mètres d'altitude, et son domaine monte jusqu'à 2 500 mètres au plus haut point. Elle est toute proche de Saint Jean de Maurienne et jouit d'une position centrale entre les grands cols alpins.

Une station piétonne. La station des Karellis a été créée en 1976 par les communes de Montricher et d'Albanne qui venaient de fusionner avec l'association Renouveau. Ces deux communes s'étaient unifiées en 1969. Plusieurs villages de vacances sont alors fondés au pied des pistes pour l'accueil des familles. Les Karellis est ainsi une station orientée vers un tourisme à caractère responsable et associatif. Le principe est de proposer l'accès des sports d'hiver au plus grand nombre. On y trouve sept villages de vacances tous situés au pied des pistes et, grâce à cette offre, l'ambiance de la station s'avère très détendue. Notez que, soucieuse de préserver son environnement naturel, la station Les Karellis favorise les déplacements à pied ou en skis. Elle est en effet piétonne et très pratique. Les Karellis est avant tout un bon exemple de station familiale et conviviale, offrant à la fois la tranquillité et un très bon rapport qualité/prix. Aujourd'hui labellisée Famille Plus Montagne, la station propose des animations et des activités adaptées aux enfants.

Un domaine skiable bien enneigé. Il est exposé nord-nord est avec un microclimat plutôt froid permettant un enneigement optimal et de qualité tout au long de la saison. Le retour à la station se fait skis aux pieds, ce qui est bien agréable (nombreux enneigeurs si besoin est). Le domaine s'étend sur 60 km de pistes pour tous les niveaux, soit un total de 28 pistes sur un dénivelé de 950 mètres, et est pourvu de nombreuses remontées mécaniques. Réparti sur trois vallons, c'est un domaine à taille humaine.

Ski, snowboard, télémark (forme ancienne de ski) ou snowscoot (qui se pratique sur une sorte de vélo sans pédales dont les roues sont remplacées par des planches), yooner, taxi-ski, ski de randonnée : tous les types de glisse sont possibles sur le domaine skiable des Karellis, lequel traverse des forêts de mélèzes. Pour les plus vaillants, un snowpark (2 300 mètres d'altitude environ) et un boardercross, à proximité, offrent l'occasion de réaliser des prouesses acrobatiques (tables, sauts, barres à slide, plat-descente, plate, rainbow, hip...). Une section handicap a aussi été développée aux Karellis avec des moniteurs formés et un matériel adapté permettant un accès au ski pour tous.

Par ailleurs, 30 km de pistes de ski de fond sont également réservés à tous. Le ski de fond se pratique ainsi sur différents circuits - il y en a pour tous les niveaux -, notamment autour du lac de Pramol (alternatif, skating) en partant à la découverte d'Albanne (1 600 mètres d'altitude), un village typiquement montagnard. Des parcours pour des promenades en raquettes ou à pied s'étendent également dans les environs des Karellis, sur une dizaine de kilomètres, où vous pourrez découvrir de charmants petits hameaux typiques en faisant le tour des lacs.

Une piste de luge sécurisée de 100 mètres (en contrebas du télésiège chauffant Vinouve), un jardin des neiges et un espace neige (devant les commerces, au centre de la station) leur sont grand ouverts. Dans les villages de vacances, les garderies et les clubs accueillent les bébés et les enfants à partir de 3 mois. Notons que l'architecture contemporaine de la station est assez bien intégrée dans la nature environnante. Côté curiosité, le Karel'Scoot fait partie des activités insolites à tester en après-ski : un moyen de transport écologique accueillant jusqu'à 14 personnes et entraînant les vacanciers à la découverte des forêts de mélèzes. Une nouveauté : le gyropode segway sur neige, une trottinette à grosses roues tout terrain.

Les activités et animations sur la station. Notez qu'une nouvelle patinoire écologique de plus de 200 m2 vient de voir le jour en plein centre des Karellis. De nombreuses animations sont proposées sur cet espace ludique. Vous trouverez aussi un cinéma et une discothèque pour vos soirées hors des pistes.

Si vous souhaitez visiter les localités des alentours de la station, vous pouvez vous rendre dans les villages de Montricher (1 200 mètres d'altitude), à 4 km en contrebas de la station avec son authentique et traditionnel four à pain et son écomusée dans une magnifique maison de village restaurée. Ou encore à Albanne (voir son église baroque) et à Saint-Jean-de-Maurienne, ville où vous disposerez de nombreux restaurants et de nombreuses curiosités patrimoniales avec un ancien palais épiscopal, l'église Notre-Dame, ou encore un musée de l'Opinel. Vous pourrez également suivre les chemins du baroque à la découverte du patrimoine religieux de la région, ou découvrir les Cols mythiques du Tour de France.

Divers événements sont également proposés tout au long de la saison hivernale. Les Z'hivernales où, mois après mois, la station vit au rythme d'un thème particulier : Z'hivernale Vacances de Noël (20 décembre au 3 janvier), Z'hivernale Glisse (11 au 17 janvier et du 22 au 28 mars), ou encore les Z'hivernales " Retour aux Sources " Nature et Patrimoine (du 26 janvier au 1er février et du 15 au 21 Mars) et Z'hivernale " La Magic'Kids " (du 1er au 7 février et du 12 au 18 avril). Cuisine du Terroir (du 5 au 11 avril). Un agenda de rendez-vous festifs et conviviaux bien fourni vous attend ainsi.

Le nom des Karellis

Quelle est l'origine de ce curieux nom ? L'appellation de ce lieu vient de "  karèle  ", un mot du patois montrichelain qui désigne une herbe longue et lisse sur laquelle les jeunes bergers s'amusaient à glisser. En guise de luge, les sacripants utilisaient leur manteau ou une petite planche pour dévaler les pentes.

office de tourismeHaut de page
Les MenuiresHaut de page

C'est la première station créée dans la vallée Doron de Belleville, dans le massif de la Vanoise. Une des premières stations intégrées (skis au pieds) des années 1960, avec une architecture contemporaine et un aménagement en quartiers. A 1 850 mètres d'altitude, elle se situe au-dessus de Saint-Martin-de-Belleville (1 430 mètres d'altitude), commune dont elle fait partie, dans l'arrondissement d'Albertville, et sous Val Thorens (la seconde station alpine de la commune). Cette dernière avec Orelle, et Les Menuires Saint-Martin forment le domaine de la Vallée des Belleville qui, lui-même, fait partie des 3 Vallées - 600 km de pistes reliées - qui englobe aussi Méribel (vallée des Allues), Courchevel (vallée de Courchevel), Brides-les-Bains et La Tania.

Une station en quête d'authenticité. Le nom de la station doit bien se prononcer Menuires et non "Ménuires" comme c'est souvent le cas. Son nom provient sans doute de menare (mine en patois savoyard), des mines de charbon jadis exploitées par les habitants du village voisin du Bettex pour le reste de la vallée. A sa création, en 1964, l'architecture des Menuires cherche à épouser la montagne dans un style sobre, dépouillé et fonctionnel (à l'image du premier quartier de la Croisette, Brelin et Preyquerand). Par la suite, le style est devenu plus traditionnel et montagnard, avec des toits à pentes et des façades de bois, limitant la hauteur des constructions à six étages (Bruyères, Reberty). Enfin, depuis les années 2000, l'architecture est de type savoyard utilisant les matériaux du bois, de la pierre... et de l'ardoise comme les chalets et résidences de standing de : la Sapinière, Reberty 2000, les Balcons des Bruyères... Un centre sportif en 2005 vient compléter l'offre d'activités avec un espace loisirs et bien-être de 4 500 m2. Tandis que depuis 2006, de nouvelles résidences de haut standing s'ouvrent sur la station pour une clientèle haut de gamme.

Avec Val Thorens, la station a été un site olympique lors des JO d'Albertville en 1992, en accueillant les épreuves du slalom spécial messieurs. Petite curiosité : la poste dispose d'un cachet " les Menuires " et non " Saint-Martin-de-Belleville ", la commune où elle est située... Les Menuires est une station " skis aux pieds " familiale, labellisée Famille Plus Montagne, divisée en plusieurs quartiers (voir encadré) entre lesquels on peut circuler grâce à des pistes de ski, des chemins piétonniers, des navettes ou des remontées mécaniques. Signalons en outre un nouveau concept à tester sur la station : la formule " co-ski, co-sleep co-drive ", pour ceux qui désirent partager et vivre des moments encore plus conviviaux, en privilégiant les rencontres et les bons plans.

Un domaine skiable propulsé dans le monde des Trois Vallées. Le domaine skiable des Menuires appartient au domaine des Menuires Saint-Martin qui cumule 160 km de pistes. Il est composé de plusieurs secteurs adaptés chacun à un niveau, parmi lesquels il faut citer sur le flanc haut à l'ouest celui du Mont de la Chambre à 2 850 mètres d'altitude (pour les skieurs moyens) relié au domaine de Val Thorens Orelle (pour former le domaine de la Vallée des Belleville, 300 km de pistes) et à l'est la Pointe de La Masse à 2 804 mètres d'altitude (pour les plus expérimentés). Les secteur des Grangeraies et de Saint-Martin (Roc des 3 Marches à 2 704 mètres et Tougnète à 2 430 mètres d'altitude) offrent de grands espaces sur le flanc ouest (moyen et bas) de la vallée des Belleville, site où l'on accède à Méribel et le domaine des 3 Vallées (600 km de pistes). Ce secteur est le plus moderne au niveau des installations. La station des Menuires compte 411 enneigeurs qui couvrent 50 % du domaine skiable.

L'apprentissage d'un ski en douceur se fait idéalement aux Menuires avec 79 pistes dont 37 bleues. Une zone spéciale de 2 ha est consacrée à l'apprentissage des débutants et aux enfants : la Croisette et les Bruyères. Les petits ne sont pas oubliés, un château de la glisse leur est réservé avec de magnifiques décors sculptés dans la neige. Notez aussi que la pratique du handiski, pour les personnes à mobilité réduite, est favorisée dans cette station avec 50 % de réduction sur les forfaits (personne en situation de handicap et accompagnateur) et des moniteurs spécialisés assurent les cours avec du matériel adapté.

Les adeptes du freestyle et des prouesses aussi ludiques qu'acrobatiques trouvent de beaux terrains de jeux aux Menuires : snowcross, slides, hand-rails, big airs, tables, hip, quarter pipe, boardercross... L'originalité du domaine réside avant tout dans ses itinéraires de ski hors piste. Deux zones spéciales débutants accueillent en outre les plus novices en matière de glisse. Ouverte à tous, une nouvelle piste de luge vient de voir le jour avec Roc'n Bob, soit 4 km de pistes avec 22 virages et 450 mètres de dénivelé, le tout réparti en 4 zones (accès par la télécabine du Roc des 3 Marches avec un retour en station des lugeurs), ainsi qu'un nouveau boardercross, l'Acticross, à l'usage des familles (cinq modules, bosses, slalom et super tunnel...). La zone ludique de Walibi Gliss est plus longue et agrémentée de nouveaux spots musicaux. Le BK Park et ses modules ludiques sont également à tester sans modération pour les adeptes du freestyle (secteur de la Becca) et un dispositif de vidéo gratuite a été mis en place sur la zone 1 pour ceux qui souhaitent se voir pendant leurs exploits.

Pour le ski de fond, ce sont en tout 28 km de pistes. Rendez-vous aux Bruyères, quartier des Menuires, pour aller jusqu'aux villages du Châtelard et de Saint-Martin-de-Belleville sur des pistes tracées et balisées.

D'autres loisirs sont encore possibles : balades à pied, en raquettes, en moto-neige, quad ou buggy, big air bag, parapente, luge, soirée et dîner en yourte mongole, vous assurant d'un dépaysement total ! À tester également : le VTT sur neige avec Roc'n bike : deux descentes de 4 km encadrées par des accompagnateurs diplômés d'état vous attendent pour vivre des sensations uniques (départ de la télécabine du Roc des 3 Marches). Une nouveauté, au sommet du Roc des 3 marches, pour les amateurs de hors piste : le DVA Park pour s'entraîner à la recherche de victime en cas d'avalanche !

Une station animée. Vous trouverez nombre de bars et restaurants, ainsi que diverses boutiques, des cinémas, une bibliothèque, des discothèques, mais encore piscine, sauna, hammam, instituts de soins, ainsi qu'un immense centre sportif et bien-être (avec également piscine et spa). Enfin, des sorties culturelles pour découvrir le patrimoine local sont aussi au programme avec "La Vallée des Belleville côté baroque" (visite de l'église de Saint-Martin-de-Belleville entre autres). Des concerts classiques sont également proposés en soirée (Les rendez-vous musicaux des Belleville) en alternance entre l'église de Saint-Martin et l'espace Maurice Romanet aux Menuires (entrée libre).

Les Menuires, c'est aussi une foule d'événements hivernaux. La semaine Ski & Musique (7 au 20 décembre 2013), la 7e édition des RMC Sport Games (11 au 14 décembre 2014) avec la dream team RMC s'affrontant aux plus grands champions français ainsi que Noël et la soirée du Nouvel an avec un programme endiablé et une version russe le 6 janvier, débutent la saison. La 15e édition de la semaine des Vignerons (du 5 au 16 janvier 2015) avec dégustation et vente de vins ; Le Rock'n Bike Festival (17 et 18 janvier 2015). La station des Menuires fête ses 50 ans le 12 janvier 2015. les 19e Trophées de l'espoir (26 février 2015) en faveur de l'ADIMC (association départementale pour les infirmes moteurs cérébraux) poursuivent la saison parmi bien d'autres événements. Sans oublier 3 vallées Enduro le 12 avril 2015, un parcours par équipe selon son niveau de ski ! De nombreuses autres animations hebdomadaires sont à signaler pour vos loisirs en après-ski, comme le football sur neige (front de neige de la Croisette).

Les quartiers des Menuires

En allant de bas en haut, après le village de Saint-Martin-de-Belleville, on découvre d'abord La Croisette, qui se trouve à l'entrée de la station. C'est en quelque sorte son "  centre  "   : grands parkings, animations, bars, restaurants, galerie marchande, services, centre sportif... Au-dessus se trouve Brelin, un immense immeuble doté d'appartements, de commerces, d'un hôtel et d'un restaurant. Près de La Croisette encore vient Preyerand, ensemble de logements, de commerces, de restaurants, dont un cabaret. À flanc de montagne, voici maintenant Les Fontanettes, constituées de petits immeubles et de quelques commerces. Des grands chalets forment ensuite Les Bruyères, quartier animé par la présence de commerces, piscine, patinoire, bars, restaurants, cinéma, discothèque. Relié aux Bruyères, Reberty 1850 rassemble des immeubles d'habitation. Enfin, Reberty 2000-La Sapinière présente un aspect haut de gamme avec ses jolis chalets et ses résidences de standing.

Chalet aux Menuires
Chalet aux Menuires
office de tourismeHaut de page
DiscothèquesHaut de page
Les SaisiesHaut de page

La station est située à 1 650 mètres d'altitude, sur un plateau entre Beaufortain et le val d'Arly, trait d'union entre la Savoie et la Haute-Savoie, avec une vue imprenable sur le mont Blanc et un ensoleillement généreux offrant des panoramas saisissants. Les Saisies appartiennent à l'Espace Diamant.

Une station à l'accent autrichien. C'est un moniteur de ski autrichien, Erwin Eckl, qui eut le premier l'idée de fonder une station de sports d'hiver au col des Saisies. Il commença à concrétiser son projet en 1936 en faisant construire un premier chalet-hôtel, puis vinrent en 1956 un téléski et une école de ski. En 1961, on passa à la vitesse supérieure avec l'implication des communes dont dépendait le site. Dans les années 1970, Les Saisies proposent enfin un nombre de logements permettant d'accueillir un large public. En 1992, les épreuves de ski de fond et de biathlon des Jeux Olympiques d'hiver d'Albertville se dérouleront ici et contribuent ainsi au développement urbain de la station. Durant ce grand événement sportif, le champion issu de la station, Franck Piccard, obtiendra une médaille d'argent en descente.

Un domaine skiable polyvalent. L'altitude maximale du domaine atteint 2 060 mètres. Les Saisies offrent un cadre privilégié pour les adeptes d'un ski polyvalent, autant tourné vers le ski alpin que le ski nordique. Des panoramas de toute beauté et un micro-climat plaisant ne feront qu'ajouter aux joies déjà nombreuses d'un séjour aux Saisies.

Bénéficiant d'un enneigement exceptionnel (plus de 6 mètres de neige pour 82 cm de manteau neigeux en station), le domaine skiable des Saisies permet des pratiques diversifiées. La totalité du domaine offre 52 pistes, nombreuses pour les niveaux intermédiaires, sur une étendue de 62 km, ainsi que 30 remontées mécaniques. Les pistes situées près de la station conviennent quant à elles aux enfants et aux débutants. D'autres, plus sportives offrent de belles descentes à travers des forêts et des étendues neigeuses faisant face au massif du Mont-Blanc. Ce domaine fait partie de l'Espace Diamant, lequel cumule 185 km de pistes de ski pour le plaisir de tous. Sept stations-villages du Beaufortain et du Val d'Arly sont connectées : Les Saisies, Hauteluce, Bisanne 1500, Notre-Dame-de-Bellecombe, Crest-Voland-Cohennoz, Praz-sur-Arly et Flumet.
Aux Saisies, ce sont 120 km de pistes pour le ski nordique, avec des pistes à hauteur de station, soit à 1 650 mètres d'altitude, et parmi les plus hautes d'Europe : un phénomène rare pour cette discipline de basse altitude. Le nordique park permet un apprentissage libre du ski de fond dans une zone ludique gratuite. Ce sont 65 km d'itinéraires (dont 20 km de sentiers piétons) pour profiter de sorties raquettes ou en attelage de chiens de traîneau et motoneige (circuit homologué de 25 km), qui vous attendent également aux Saisies.

Deux sentiers ludiques, culturels et sportifs proposent une découverte assistée par GPS : quoi de plus amusant pour se repérer sur la neige ! Depuis ces sentiers, certains partiront faire du ski de randonnée, du ski hors piste sur glacier, du parapente, ou encore de l'escalade de cascade de glace... D'autres choisiront le ski joëring ou le big air bag afin de s'initier en toute sécurité aux techniques du freestyle. Un parcours aventure, situé dans le canyon du Nant Rouge, peut aussi faire l'objet de sorties sportives et ludiques avec différents ateliers au milieu de la forêt. Sensations garanties !

Notez encore que la pratique du ski en nocturne est ici possible sur la piste des Périots, éclairée et sonorisée à cette occasion, et qu'une piste de luge sur rails nommée Mountain Twister (toute saison) vous réserve 800 mètres de descente avec son lot de virages relevés, de vagues et de vrilles de 360 ° à 540 °... Une expérience unique dans les Alpes françaises ! La station propose également des baptêmes et des cours de dameuse permettant de vivre le travail de la neige à bord d'une machine de damage (cours d'une heure) : une idée originale pour vivre la montagne de l'intérieur. Des balades en calèche sont par ailleurs organisées dans le village, lequel est constitué de chalets et de résidences dont l'architecture a été pensée pour s'intégrer au paysage.

Les enfants ne sont pas oubliés, puisqu'une fois par semaine, une accompagnatrice de montagne les convie à une sortie nocturne en raquettes afin de les initier au milieu hivernal. Ils en ressortiront parés d'un diplôme "Marie et David Crockett", comme de vrais petits trappeurs. Un sentier ludique (parcours des Marmottons) leur propose quant à lui un jeu de piste avec une initiation au ski nordique. La forêt des elfes est également un loisir incontournable pour les enfants qui ont alors accès à un monde de rêves sous forme de recherche d'énigmes.

Bien-être et détente. Ils sont également une priorité aux Saisies, aussi vous y trouverez un cinéma, des spas, des bars et pubs, de même que des restaurants, vous assurant le calme dans un environnement authentique. Afin de ne pas oublier que vous êtes dans la région où l'on fabrique du beaufort, n'hésitez pas à aller visiter la fromagerie locale.

Des animations sont prévues pendant les vacances scolaires et notamment : le 5e Trail de Noël, le 14 décembre 2014, un parcours nordique avec des boucles de 10 ou 30 km ; du 20 au 26 décembre 2014, le Noël Féérique des Saisies, une semaine de fête. La station accueille en outre de grands événements hivernaux. En janvier, la coupe de France de Télémark (3 et 4 janvier 2015), l'Open Volaski (17 et 18 janvier 2015) une compétition de parapente et le championnat de France Snowland de chiens de traîneaux (24 et 25 janvier 2015). Sans oublier du 17 au 21 janvier 2015, la Grande Odyssée Savoie-Mont-Blanc qui se déroule dans les stations du Val d'Arly et de la Haute-Maurienne, entre Haute-Savoie et Savoie. N'hésitez pas à vous renseigner auprès de l'office du tourisme pour de plus amples informations.

Les Saisies, refuge de la Résistance

Le 1er août 1944, 76 avions envoyés par les Alliés larguent 899 containers sur le col des Saisies, rebaptisé Ébonite pour l'occasion. À l'intérieur se trouvent de quoi armer trois mille hommes de la Résistance savoyarde. C'est l'un des plus importants parachutages que la France a connu durant l'Occupation. Un monument rappelle cet événement.

Chalets sous la neige
Chalets sous la neige
office de tourismeHaut de page
MéribelHaut de page

C'est à la fin des années 1930 que Méribel a été créée au-dessus du village des Allues, dans la vallée du même nom. Cette station visant le haut de gamme a su conserver une atmosphère villageoise typiquement savoyarde dans la plupart de ses quartiers.

Une station développée autour de son village. A 1 100 mètres d'altitude, le village d'origine, Les Allues, dont on apprécie l'ambiance assez calme. Vient ensuite Méribel Village, à 1 400 mètres d'altitude, qui ne fut développé qu'à la fin des années 1990 (quelques bergeries dispersées avant cette date), puis on trouve Méribel proprement dit, entre 1 450 mètres et 1 600 mètres d'altitude et qui s'étend en une succession de chalets et de résidences dont l'architecture est inspirée des constructions traditionnelles faites de bois, de pierre et d'ardoise. Enfin, Méribel-Mottaret (1 850 mètres), le dernier palier, présente un aspect plus moderne et bétonné, avec ses bâtiments typiques des années 1970, délaissant un peu l'ambiance villageoise des pionnières en basse altitude. Méribel a accueilli les épreuves de ski alpin féminin ainsi que tous les matchs de hockey sur glace durant les 16e Jeux Olympiques d'Albertville en 1992.

Un domaine skiable au centre de trois vallées. Le domaine skiable de Méribel fait partie de celui des 3 Vallées qui relie huit stations de ski et une station thermale : Les Menuires, Saint-Martin-de-Belleville, Val Thorens, Orelle, Courchevel, La Tania et Brides-les-Bains, avec 600 km de pistes au total. Méribel est la station de France qui comporte le plus de télécabines. Sur son flanc est, on accède au Roc de fer et à la Tougnète et plus haut (depuis Méribel-Mottaret), aux 3 Marches et au col de la Chambre pour rejoindre Val Thorens et Les Menuires. Des Plattières on accède au mont du Vallon (2 952 m) pour redescendre sur la piste ouest en longeant la magnifique Réserve Naturelle Plan Tueda, où le hors piste est interdit. Sur son flanc ouest, l'accès au col de la Loze et de Saulire (depuis Méribel-Mottaret) permet de redescendre dans la vallée de Saint-Bon vers Courchevel. Méribel est une station adaptée au ski de tous niveaux, elle propose même une application intelligente pour smartphone qui, selon votre profil, vous permet de trouver votre parcours idéal à travers les trois vallées (voir sur le site internet du domaine). La dernière télécabine de Saulire Express (au départ de la Chaudanne) ascensionne le couloir Tournier en 12 minutes et la télécabine rénovée des Plattières réduit le trajet de 22 à 9 minutes pour atteindre Méribel-Mottaret !

Le snowpark des Plattières, créé en 1995, est le plus ancien snowpark des 3 Vallées. Il vient d'ailleurs d'être entièrement refaçonné. S'étalant sur six hectares entre 2 100 et 2 400 mètres d'altitude, l'Area 43 est désormais accessible selon les niveaux, avec toujours plus de modules : Pipes, woops, boardercross... Un live park vous permet d'être filmé par 2 caméras (détection automatique du sticker sur le casque) pendant vos exploits. Une fois sur votre ordinateur, vous visionnez et montez vous-mêmes vos vidéos pour les partager (ou non) avec votre entourage ou sur les réseaux sociaux. Non loin, vous pouvez emprunter Le Chemin des Écoliers, un boardercross d'initiation pour les familles. À Méribel, le Moonpark, est, lui aussi, adapté à tous les niveaux. Étalés sur plus de 10 hectares de bonheur, ses parcours proposent de nouveaux modules, des enchaînements de sauts, rails et box, des whoops, un boardercross, une zone Chill & Grill et deux supers shapers là pour votre confort et votre sécurité. Des initiations et de petites compétitions y sont organisées de façon hebdomadaire. Ce n'est pas tout ! Entre les pistes du Lagopède (rouge) et de la Bartavelle (noire), il y a encore un Bosses Stadium sur environ 400 mètres de dénivelé avec des bosses à l'ancienne : de quoi vous mesurer aux grands champions de freestyle ! Autres espaces à découvrir à Méribel : le Moon Ride, dédié à l'initiation du freeride dans un environnement sécurisé avec poudreuse et obstacles naturels, le P'tit Moon qui est un parcours ludique avec virages relevés spécialement destiné aux 7-12 ans confirmés, ainsi que trois Zen Zones (la Sittelle, le Rossignol et le Doron) réservées aux apprentis et loin des grands flux de skieurs. Un espace ski cool vous assure également toujours plus de tranquillité. Notons en outre la présence d'un nouvel espace ludique, l'Acticross, avec whoops, tunnel, virages relevés, et petit slalom, destinés aux plus jeunes (dès 6 ans) et à leur famille (zone de l'Altiport). Le Moon Wild vous attend aussi pour découvrir la faune de la forêt : un itinéraire a été spécialement aménagé avec des panneaux explicatifs (forêt de l'Altiport).

Pour le ski de fond, ce sont 33 km de pistes sur le domaine de Méribel (un cumul de 90 km de pistes sur l'ensemble des 3 Vallées) qui vous mènent notamment au lac de Tuéda, dans une réserve naturelle de pins cembro et dans la forêt protégée de l'Altiport, lieu d'où part l'itinéraire de liaison entre Méribel et Courchevel (8 km).

À faire aussi : ski hors piste, ski de randonnée, raids à ski, héliski, handiski, promenades en raquettes, en chiens de traîneaux, en motoneige ou à pied, escalade de cascade de glace, parapente, vol en avion dans les environs, mais aussi gyropode Segway, une manière silencieuse, originale et écologique de se déplacer... Notez qu'au plan des Mains, un Avalanch'Camp vous informe des risques encourus lorsqu'on pratique le ski hors piste. Il permet également d'acquérir les techniques de recherche et d'apprendre les gestes qui sauvent en cas d'avalanche. Des pisteurs secouristes professionnels animent ce lieu ô combien utile ! En outre, 25 km de sentiers balisés et entretenus sont réservés aux piétons, offrant l'occasion de belles balades.

Des activités hors des pistes. En station, vous avez la possibilité d'aller pratiquer l'escalade indoor, de nager à la piscine du parc olympique, de glisser sur la glace d'une patinoire, à moins que vous ne préfériez vous offrir une partie de bowling ou une bonne toile au cinéma. Des centres de détente et de bien-être, de même que des boutiques de produits régionaux vous proposent aussi leurs services, ainsi que nombre de bars et de restaurants. Les amateurs de patrimoine et de Baroque visiteront l'église des Allues pour son retable, ainsi que la scierie et le moulin du Raffort récemment restaurés. Un sentier piéton (entretenu et balisé) de 25 km, auquel on accède avec un forfait spécial, permet de se promener entre les trois villages de la vallée et de découvrir la Réserve Naturelle du plan de Tuéda. Méribel propose des événements culturels, musicaux, sportifs, ou pour les enfants, et ce tout au long de la saison hivernale : Crazy Winter Games, Fis descente et Super Combiné Hommes, en décembre et janvier ; Coupe du monde Ski Alpin Dames, en février ; DC Shred Days (DC Area 43) en avril. Notons que Méribel a été retenue pour accueillir les Finales de la Coupe du Monde de Ski Alpin pour la saison 2015 ! Une reconnaissance qui ne cessera d'alimenter sa renommée...

Des Allues à Méribel

Très appréciée des Britanniques, Méribel a été fondée dans les années 1930 par un... Écossais. Nommé Peter Lindsay, cet homme d'affaires et skieur eut l'idée de lancer en France une station pouvant contenter des gens qui, comme lui, ne supportaient plus l'atmosphère nazie qui régnait alors en Allemagne et en Autriche. Conseillé par Émile Allais le champion de ski de Megève, Lindsay visite Les Allues en 1936 et se convainc de l'intérêt du site. Il crée une société foncière puis, très vite, vient l'ouverture d'une première remontée mécanique, suivie de la construction d'hôtels et de chalets au lieu-dit Méribel. Les travaux sont interrompus par la guerre puis redémarrent une fois la paix revenue. En ce qui concerne l'esthétique de la station, Lindsay a fait appel aux architectes Christian Durupt, André Detour et Paul-Jacques Grillo qui ont travaillé dans un esprit respectueux du style traditionnel savoyard et de l'environnement naturel. C'est ainsi, par exemple, que le bois, la pierre et l'ardoise sont des éléments que l'on retrouve dans un grand nombreux de bâtiments de Méribel.

Station de Méribel.
Station de Méribel.
office de tourismeHaut de page
Points d'intérêtHaut de page
Balades, flâneriesHaut de page
Montchavin – Les CochesHaut de page

Montchavin Les Coches, ce sont deux petites stations villages, à 3 km l'une de l'autre, sur un balcon dominant la Haute-Tarentaise et face au Mont-Blanc : dans une zone périphérique du Parc National de la Vanoise. Sur le site de la station de La Plagne, entre Arcs et Plagne, Montchavin (1 250 m) et Les Coches (1 450 m) forment aujourd'hui une seule station village d'où s'envole le Vanoise Express vers Les Arcs.

Deux villages pour une station. Montchavin a été créée (architecte Michel Bezançon) en 1972 à partir d'un ancien hameau, de la commune de Bellentre dont le maire a voulu réagir à la désertification du hameau (12 habitants à l'époque) vivant essentiellement d'une activité agricole. La station a conservé le charme des chalets de bois, des maisons de pierre et de quelques ruelles pavées de l'ancien village rénové (les immeubles ne dépassent pas cinq étages) et accueille sur son site un espace aquatique : l'Espace Paradisio. Il est relié au domaine skiable de La Plagne depuis 1973.

Les Coches naît ex-nihilo (à partir de rien) en 1980 pour offrir plus de lits touristiques, de services et d'activités, tout en préservant l'harmonie de style savoyard de la station (création Michel Bezançon). Le site dispose d'une patinoire couverte de 800 m2 (au sommet de la télécabine de Montchavin) et abrite la gare du Vanoise Express, construit en 2003, qui réunit le domaine de La Plagne au domaine des Arcs.

Montchavin accueille familles et enfants, tandis que les Coches ciblera plus sa clientèle sur les jeunes et les étrangers. Montchavin Les Coches est l'exemple type de station à taille humaine, authentique, chaleureuse et conviviale, implantée au coeur d'un grand domaine skiable : un pari gagnant qui a déjà séduit de nombreux adeptes !

Un domaine skiable au coeur de Paradiski. L'ensemble du domaine skiable monte à 2 400 mètres d'altitude en son plus haut point. Le domaine de Montchavin-Les Coches est relié au domaine skiable de La Plagne (225 km de pistes) et aux glaciers de Bellecôte, à 3 200 mètres d'altitude, depuis 1978. Vous pouvez donc vous contenter des parcours de cette station qui offre d'ailleurs de belles pistes sur 25 km, ou partir à l'aventure sur celles de ses voisines. La gare du Vanoise Express, sur place, est bien tentante pour explorer de nouvelles pistes sur le domaine voisin des Arcs.

Si vous préférez le ski de fond, ou si vous avez envie de simplement vous promener à pied, c'est possible le long d'itinéraires balisés et entretenus au sommet du télésiège de Montchavin, ainsi que de celui de la télécabine du Lac Noir. Autres manières de découvrir les environs de Montchavin-Les Coches : des sorties en raquettes avec de nombreux itinéraires proposés, en quad ou en attelage de chiens de traîneaux.

D'autres activités sportives à sensations sont aussi pratiquées : snake gliss, snowscoot, airboard, plongée sous glace, vols en hélicoptère ou parapente, et encore télémark, la plus ancienne des nouvelles glisses ! Des espaces luge et d'autres activités et animations attendent les enfants dans cette station aux labels Famille Plus Montagne et P'tits Montagnards, garants de la qualité et la variété des infrastructures réservées aux plus jeunes.

De nombreuses activités de loisirs sur place. Vous trouverez ici une patinoire couverte de 800 m2 (au sommet de la télécabine de Montchavin, à 5 minutes du centre des Coches), un cinéma, une discothèque, des bars et des restaurants, ainsi que des soins esthétiques ou même des cours d'aquarelle pour vous détendre après une journée de ski ! Notons en outre la présence d'un nouveau complexe aquatique à Montchavin, l'Espace Paradisio, (au-dessus du télésiège) avec 340 m2 d'espace intérieur (bassin balnéo de 70 m2, jacuzzi, hammam, sauna, espaces jeux et soins), à quoi s'ajoute un espace extérieur (bassin ludique de 280 m2, pentagliss et jeux aquatiques), ainsi que des activités d'aquafitness et d'aquabiking proposées toute l'année : de quoi largement décompresser !

Des visites guidées organisées par l'office de tourisme vous permettent de comprendre l'histoire de la station et sa mutation spectaculaire du hameau sans vie à la station dynamique qu'elle est devenue d'aujourd'hui. Prenez également le temps de vous balader dans les ruelles étroites et pavées de Montchavin et sachez qu'une navette gratuite circule entre Montchavin et Les Coches.

Des événements annuels hivernaux sont aussi proposés en station. Citons le marché de Noël avec des artisans locaux, la descente aux flambeaux (24 décembre), la Nuit Blanche de la neige pour célébrer le Nouvel an avec bar de la neige, danseuses, DJ et feu d'artifice. Suivi de la fête de la Sainte Agathe (1er février), une fête patronale du village (descente aux flambeaux et tartiflette géante). Puis la semaine Fantasti'Gliss à la découverte des nouvelles glisses (paret, yooner, snowscoot...) et un challenge de ski de vitesse dans les villages de Paradiski, le X Speed Paradiski Tour (février). Mais aussi la semaine Meuh ou de la vache au beaufort (26 février au 2 mars) à la rencontre des agriculteurs de la station (mini ferme, quiz et dégustations). Les Enfants en fête (mars) et enfin, Miam Miam Pâques (avril) où les rues de Montchavin Les Coches sont remplies de délicieux chocolats pendant la nuit ! De belles opérations donc, à vivre dans la bonne humeur !

Des itinéraires en douceur...

Les amateurs de ski en douceur aprécieront Montchavin Les Coches pour ses nombreux itinéraires possibles. Partez donc à la découverte des sentiers de randonnée pour piétons ou raquettes : une balade facile vous attend au plateau du Plan de Bois avec des paysages enchanteurs et une vue splendide sur le mont Blanc. Un autre itinéraire vous permettra de joindre les villages de Montchavin et des Coches en traversant de multiples clairières et petits hameaux que l'on appelle "Les Montagnettes" (itinéraire par Praz Salvard). L'office du tourisme vous renseignera sur les parcours exacts et les diverses possibilités de balades.

Notre-Dame-de-BellecombeHaut de page

Notre-Dame-de-Bellecombe est une station-village de Savoie située dans le Val d'Arly, sur la route des Grandes-Alpes. La station est à 25 km d'Albertville et à 10 km de Megève. Elle appartient au domaine de l'Espace Diamant et à celui du Val d'Arly Portes du Mont-Blanc qui relie Savoie et Haute-Savoie.

La première station du Val d'Arly. La construction du premier hôtel remonte à 1902 : il s'agit du Mont Charvin, lequel est toujours en activité. Mais, à l'époque, la station n'est fréquentée qu'en période estivale. C'est avec l'installation d'un télétraîneau en 1937 que la bourgade devient une station de sports d'hiver. Le développement de stations proches telles que Megève ou Chamonix, au début des années 1930, amène plusieurs personnes à s'investir dans le tourisme à Notre-Dame-de-Bellecombe. Après une période calme pendant la guerre, la station reprend du poil de la bête en 1948, avec la suppression du télétraîneau et l'installation du premier téléski de la région du Val d'Arly, ainsi que de l'école de ski et du syndicat d'initiative. Reliée aux Saisies en 2005, elle devient le coeur et le point culminant de l'Espace Diamant et ses 185 km de pistes.

Son altitude varie de 1 150 mètres en station jusqu'à 2 070 mètres au plus haut point du domaine. Le tourisme y fait bon ménage avec les activités agricoles, et, ce, depuis longtemps. Ainsi, contrairement aux autres plus grandes stations, l'architecture y est préservée et on y trouve encore des fermes traditionnelles et des chalets boisés. Notre-Dame-de-Bellecombe vous enchantera à tous points de vue : une station préservée à caractère familial, un accueil charmant et animé, des paysages de rêve, et un domaine skiable de qualité et pour tous les niveaux. La station est desservie par un ski bus, gratuit, qui relie le village et ses différents hameaux.

Un domaine skiable au coeur de l'Espace Diamant. Le domaine de Notre-Dame-de-Bellecombe se confond avec ce dernier, lequel englobe également Les Saisies, Hauteluce, Crest-Voland-Cohennoz, Praz-sur-Arly et Flumet. Il s'étend sur le massif du Mont Rond et celui du Vorès, sur 35 km de pistes étagées entre 1 350 et 2 063 mètres d'altitude. 188 canons à neige assurent l'enneigement d'un grand nombre de pistes en cas de besoin. 29 pistes et 19 remontées mécaniques équipent le domaine.

Les nouvelles glisses ont leurs espaces sur les pentes du Mont Vores (Waouland) et du Mont Rond.

Pour le ski de fond, vous avez une boucle de huit kilomètres au Mont-Rond. Sinon, d'autres circuits se trouvent sur le domaine nordique olympique des Saisies à 10 km de là, à Crest-Voland-Cohennoz, à Flumet ou encore à la Giettaz-en-Aravis. Ce sont alors au total 140 km de pistes de ski de fond qui vous attendent !

Notez que des descentes aux flambeaux et des sorties nocturnes en raquettes avec visite de ferme et repas en refuge d'alpage sont proposées à Notre-Dame-de-Bellecombe, de même que du parapente, de la montgolfière, du yooner et de la luge. Le ski nocturne est aussi possible en station avec des soirées démo par les moniteurs et également des animations en front de neige (piste éclairée et sonorisée des Quarts).

Pour les petits, il y a là des garderies, deux jardins d'enfants, des sorties en raquettes adaptées aux 5-12 ans, deux pistes de luge (à Notre-Dame-de-Bellecombe 1150, sur le secteur des Biolles, et à Notre-Dame-de-Bellecombe 1350, sur le secteur du Planay), une activité sportive et ludique encadrée nommée accro-bungy, des ateliers création, des jeux, des défis, des concours de bonhomme de neige, des spectacles, des séances de cinéma, ainsi qu'une maison des Contes, le Clos des Lys.

Des activités tranquilles. Notre-Dame-de-Bellecombe met aussi à votre service une bibliothèque et une salle polyvalente où sont organisées des projections de films, des concerts, des conférences...

Des fermes sont également à visiter. On vous y expliquera la fabrication de ces fameux fromages savoyards que sont le reblochon et le beaufort. Autre visite incontournable : l'église, son clocher à bulbe, et son récent chemin de croix (1958) qui ne manquera pas de vous surprendre par son aspect symbolique (bijoux de céramique aux couleurs fauves et aux dessins abstraits et modernes), ainsi que des chapelles et oratoires disséminés dans les différents hameaux de la station : le Planay, les Favrays, le Coin, la Verdette... Notez que l'office de tourisme organise une visite guidée du village. Le Val d'Arly a en outre hérité d'un large patrimoine culturel. Jetez un oeil aux fours traditionnels ou au site de l'ancien télétraîneau...

Par ailleurs, de nombreuses animations et des événements sont proposés tout au long de la saison d'hiver : les rendez-vous d'Opoual pour les enfants, mais aussi le marché de l'Epiphanie (31 décembre), la Grande Odyssée Savoie-Mont-Blanc sur plusieurs sites de l'Espace Diamant, une course spectaculaire de chiens de traîneaux avec les meilleurs mushers du monde réunis pour l'occasion (du 10 au 21 janvier 2015), ainsi que de nombreuses autres manifestations musicales (concerts à l'église), sportives ou culturelles, à ne pas manquer. Pour les fins gourmets, vous pourrez également partir à la découverte des saveurs et des produits du terroir à l'occasion de la semaine de la Saint-Vincent (courant janvier) où des rencontres avec les Bellecombais et des dégustations seront à l'honneur : en somme, des moments conviviaux et chaleureux en perspective.

Le berceau des championnes

Plusieurs championnes de ski alpin sont issues du petit village de Notre-Dame-de-Bellecombe. Citons par exemple Jacquelines Rouvier, dans les années 1970 (plusieurs fois championne de France et médaille de bronze aux Championnats du monde à Saint-Moritz en 1974), ainsi que Catherine Quittet qui cumule neuf titres de championne de France, et plusieurs victoires ou podiums en Coupe du monde entre 1985 et 1989. Mais la liste ne s'arrête pas là et la victoire ne boude pas les hommes puisque bien d'autres champions sont aussi natifs du village, comme Roger Rossat Mignod ou Max Ancenay...

Points d'intérêtHaut de page

Orelle est un tout petit village de la vallée de la Maurienne qui a su préserver son charme et son caractère traditionnel. Située à 880 mètres d'altitude, en fond de vallée de l'Arc, la station est à 90 km de Chambéry (une heure de route), 100 km de Grenoble et 180 km de Genève, mais plus facilement accessible depuis le sud de la vallée de Maurienne. Son domaine skiable entre 2 300 mètres et 3 230 mètres d'altitude, est relié à celui de Val Thorens et de la vallée des Belleville ; il est également intégré au domaine des 3 Vallées.

Un village de moyenne montagne. La commune, autrefois appelée Aurelle, est constituée de huit hameaux préservés et authentiques (Orelette, Le Pousset, Francoz, Le Teppey, La Fusine, Le Noiray, Bonvillard et Le Hameau des Eaux d'Orelle) nichés dans un coin de nature, non loin du Parc National de la Vanoise (à une dizaine de kilomètres environ) et proche de la frontière italienne. En quittant les rives grises de l'Arc et en cheminant vers ces hameaux, on évolue alors dans un cadre constitué de maisons de pierre surmontées de solides charpentes de mélèze recouvertes de lauzes aux reflets bleutés : un caractère rural et traditionnel qui ne manquera pas de vous séduire ! Son domaine skiable se situe, lui, au niveau du Plan Bouchet (2 350 m). C'est grâce à la construction de la Télécabine 3 Vallées Express en 1996, que le village développe sa propre station de ski. Très pratique, charmante et facile d'accès, Orelle est une station de charme, à prix très raisonnable.

Un domaine skiable de haute altitude. Depuis le village d'Orelle, au départ de Francoz, le 3 Vallées Express vous propulse jusqu'au plan Bouchet en quinze minutes : c'est la télécabine la plus longue du monde. A ce niveau, on accède au sommet des 3 Vallées (3 230 m) dominé par la pointe du Bouchet (3 420 m) ou bien l'on rejoint le domaine de Val Thorens par la télécabine de Rosaël. Val Thorens Orelle, ce sont 150 km de pistes vertigineuses. A ce stade on relie également le domaine de la vallée des Belleville (300 km de pistes entre Orelle, Val Thorens, Les Menuires et Saint-Martin-des-Belleville) et des 3 Vallées (600 km de pistes). Un modeste village qui donne accès au plus vaste domaine skiable du monde !

Les plus aventureux pourront quant à eux découvrir la Maurienne hors piste en faisant appel à des professionnels de la montagne et de la région : itinéraires hors piste, héliski, et haute montagne sont alors proposés pour vous faire vivre des journées d'exception sur mesure.

Concernant le ski de fond, les alentours d'Orelle vous proposent bon nombre de pistes variées : dans un rayon de vingt kilomètres, Beaune, Aussois, Sollières-Sardières, Bessans, Bramans, et Montaimont, entre autres, vous attendent autour de paysages magnifiques. Des sorties en raquettes de neige avec de nombreux circuits possibles (découverte de la faune et des traces d'animaux notamment), mais aussi des balades à pied sont faisables depuis la station (carte des sentiers disponibles à l'office de tourisme).

Les plus acharnés pourront en outre avec Ski Maurienne Sans Frontières, avoir accès à 5 stations de la Maurienne à un prix très attractif ! On notera que cette station fait également un effort particulier vers les vacanciers en situation de handicap : accessibilité, conditions tarifaires préférentielles allant jusqu'à moins 50 % de réduction sur les forfaits de ski pour les personnes concernées et leurs accompagnateurs... Si vous êtes non skieur et que vous voulez quand même profiter des beautés de la haute montagne, la télécabine et le télésiège de Rosaël sont ouverts aux piétons (forfait spécifique). Une piste de luge est en outre accessible en haut de la télécabine. Les amoureux des airs pourront quant à eux s'initier au parapente et profiter des beautés de la vallée vue du ciel ; ou faire le grand saut avec la tyrolienne la plus haute du monde (3 230 m), un parcours de 1 300 m de long qui relie le télésiège du Bouchet à la crête de Val Thorens. Sensations garanties !

Des activités d'après-ski. Le bien-être est à l'honneur à Orelle. Ainsi, pour se détendre après une journée de ski ou de marche, Le Hameau des Eaux d'Orelle est équipé d'un très grand Spa de 200 m2 avec piscine intérieure chauffée, ainsi que sauna, jacuzzi, espace détente avec tisanerie, sans oublier une carte de soins esthétiques et corporels. En ce qui concerne les commerces et services, Orelle dispose de quelques adresses. Mais cette station jouit d'une situation très favorable, proche de Saint-Michel-de-Maurienne (ne manquez pas l'Espace Alu, ouvert aux vacances scolaires, sur l'épopée de l'aluminium dans les Alpes, avec maquettes, jeux, expériences, films et objets sur 600 m2) et Modane. On peut se rendre très vite en ville pour trouver encore plus d'activités. De plus, Turin n'étant pas très loin, profitez d'une journée d'escapade afin de visiter cette ancienne capitale en vous mettant à la mode italienne (visite avec un départ en bus toutes les semaines).

Des animations sont organisées en station durant la saison : goûter à la ferme, visite guidée du village et de son patrimoine (église baroque, chapelles...). Ne manquez pas les sorties nocturnes à la lumière des flambeaux pour découvrir les hameaux avec veillée où l'on vous raconte des légendes et des contes de la région, concerts, marché de Noël, carnaval, événements sportifs et ludiques divers... Le village d'Orelle fait à ce titre partie des Chemins du Baroque (église Saint-Maurice). Les enfants bénéficieront quant à eux d'une halte-garderie, d'animations et de divers espaces jeux dans la station. L'office de tourisme met à votre disposition un espace multimédia, des jeux de société et une bibliothèque de prêt. La saison d'hiver à Orelle sera marquée par quelques temps forts : musique traditionnelle pendant les congés de Noël, ski gourmand en janvier, speed dating en télécabine le 14 février, et enfin les 3 Vallées Enduro le 12 avril 2015.

office de tourismeHaut de page
Peisey-VallandryHaut de page

La station de Peisey-Vallandry est située à 1 650 mètres d'altitude en surplomb de la vallée du Ponturin, entre Les Arcs et La Plagne. Elle est composée de deux stations, Peisey et Vallandry, au coeur du domaine Paradiski auquel elle est reliée grâce au Vanoise Express qui traverse la vallée depuis la station de Montchavin Les Coches sur le domaine de La Plagne.

Deux petites stations intégrées. A l'origine, le village de Peisey-Nancroix (1350 m) décide d'aménager le site de Plan-Peisey (1 650 m) en station de sports d'hiver, dans les années 1960-1970. Dans les années 1980, c'est au tour de Landry (800 m), au bord de l'Isère et porte d'entrée de la vallée du Ponturin, d'aménager le site de Vallandry (1 600 m) en regard de Plan-Peisey. Les deux stations n'en formeront plus qu'une seule, Peisey-Vallandry, traversée par une unique route (D87). Elle sera bientôt reliée au domaine Paradiski par le téléphérique du Vanoise Express en 2013 qui lui permettra de prendre un véritable essor touristique.

À 1 650 mètres d'altitude, Plan-Peisey affiche un mélange de vieilles maisons restaurées, de petits bâtiments et de chalets récents. On y trouve deux centres commerciaux, l'un au quartier du Soleil, l'autre dans le quartier des Aiguilles. Appréciée pour son calme, la station se situe en fin de route et les chalets y sont espacés. Quant à la station de Vallandry (1 600 mètres d'altitude), créée en bordure de forêt et avec vue sur le mont Blanc propose un ensemble bien réparti et homogène de résidences et de chalets indépendants. Son centre forme une suite de petites places piétonnes où l'on trouve des commerces. Les différents sites de la station sont reliés depuis 2004 par la télébenne de la Lonzagne dont les trains comportent chacun six bennes ouvertes, avec un trajet de sept minutes pour rejoindre les villages et le départ des randonnées. Un service de navettes gratuites permet en outre de relier Bourg-Saint-Maurice tous les jours avec un arrêt à Landry.

Son petit domaine appartient au Paradiski. Celui-ci offre en tout 425 kilomètres de pistes de ski alpin. Si celui de Peisey-Vallandry est sans doute le plus petit domaine du vaste Paradiski, associé à celui de sa voisine Les Arcs, il aligne tout de même 200 kilomètres de piste.

Son domaine propre est modeste mais de qualité. On y trouve la piste la plus longue d'Europe avec un dénivelé de 2 026 mètres (piste de l'Aiguille Rouge sur 7 km), ainsi qu'une autre piste pour débutants toujours parmi les plus longues d'Europe (piste de la Forêt sur Vallandry, avec 7 km et 700 mètres de dénivelée).

Outre des descentes, de nombreux espaces ludiques sont ouverts à tous : un snowpark, l'Apocalypse park, espace dédié au freestyle avec des modules du niveau débutant à professionnel, et un boardercross du Rey (piste du 2300), ainsi qu'un water slide (piste Clair Blanc). Il s'agit d'un dispositif qui vous permet, depuis une piste d'élan de traverser une piscine de quinze mètres de long et de cinquante centimètres de profondeur sans tomber. Fous rires garantis !

Au Pont Baudin, vous trouverez 44 km de pistes aux portes du Parc National de la Vanoise pour la pratique du ski de fond et du biathlon (damées pour le ski alternatif et le skating). Avec la présence d'un parking fermant ensuite toute la haute vallée à la motorisation, c'est ainsi le plus bel et le plus grand espace de ski de fond de Haute-Tarentaise. Calme assuré !

Notons la présence d'un Avalanche Park, au Col de la Chal, un espace pour s'entraîner à la recherche en avalanche et d'informations sur les dangers du ski hors piste. La grotte de la Glace, à 2 600 mètres d'altitude, au même col, vous attend également pour découvrir un monde fait de glace et de magie ! (accès piétons possible). Les débutants et les enfants pourront quant à eux s'exercer en toute tranquillité sur deux espaces protégés (depuis le télésiège, piste du Cabri à Plan Peisey et piste du Flocon à Vallandry). Les petits pourront aussi profiter d'une piste de luge sécurisée à Vallandry, en contrebas du font de neige. Des garderies et clubs d'enfants permettront en outre de les occuper au mieux pendant votre séjour.

À Peisey-Vallandry, vous pouvez aussi faire des randonnées en raquettes, des promenades en sentiers piétons, des balades en traîneau à chiens, à cheval, ou en calèche... ou encore du parapente. Le site est également réputé pour les possibilités naturelles de son domaine nordique avec une dizaine de cascades de dix à deux cent mètres de haut pour pratiquer l'escalade de cascades de glace (niveau confirmé).

Patrimoine et loisirs dans la station. Une bibliothèque et un cinéma sont à votre disposition sur place et côté patrimoine, vous aurez le choix entre visiter des fermes, des édifices religieux baroques. De nombreuses églises paroissiales et chapelles comme la chapelle Sainte-Agathe, la plus ancienne chapelle de la vallée, datant de 1449, le sanctuaire d'alpage des Vernettes (1 816 mètres d'altitude), près d'une source aux vertus miraculeuses, ou le site minier des Monts d'Argent.

Les temps forts s'égrènent tout au long de la saison avec des animations régulières en période de vacances scolaires. En janvier, initiation au Speed riding, Journée nationale de la raquette sur neige, Nordic en fête. En mars, la station participe au fameux X-Speed tour itinérant de Haute-Savoie et Savoie.

Le téléphérique Vanoise Express

Créé pour traverser le domaine Paradiski, c'est le plus gros téléphérique du monde  : chacune de ses cabines à deux étages peut transporter 200 personnes. Reliant Peisey-Vallandry et Les Arcs à Montchavin-Les Coches et La Plagne, il traverse la vallée sans pylône intermédiaire sur une longueur de 1 824 mètres, avec juste 64 mètres de dénivelé. Sa vitesse est de 45 km/h. Il a été mis en service en 2003.

Pralognan-la-VanoiseHaut de page

Pralognan-la-Vanoise est une station-village de la Tarentaise, au coeur du Parc National de la Vanoise. A 1 400 mètres d'altitude, dans la vallée de Bozel dominée par les glaciers de la Vanoise - c'est la plus grande calotte glaciaire, avec une trentaine de sommets à plus de 3 000 mètres d'altitude ! - elle se situe aux confluents de deux vallées glaciaires (Vanoise et Chavière). C'est un haut lieu de l'alpinisme et du ski. Le village traditionnel et ses chalets d'alpages sont protégés ; certains hameaux sont inscrits aux Monuments Historiques.

Une station connue pour ses courses de haute montagne. Le village a longtemps vécu du pastoralisme. Jusqu'au début du XIXe siècle, la seule activité du village était l'agriculture et la culture de seigle, seule culture qui poussait à l'époque. Les premières traces humaines y datent de l'Age de Fer. On commença à y découvrir le potentiel économique offert par le tourisme et le développement des courses en haute montagne en 1860, après qu'un alpiniste anglais nommé Mattews (accompagné du guide chamoniard Michel Croz) ait réalisé la première ascension de la Grande Casse (3 855 mètres), le plus haut sommet de la Savoie. Après l'ouverture du Grand Hôtel en 1895, le ski fit ses débuts ici en 1903 grâce au facteur Rey, qui employait les fameuses planches en bois pour faire ses tournées sur la neige. En 1916, Pralognan est classée station climatique : on y vient de loin soigner ses affections respiratoires.

La station se créa ensuite peu à peu, tout au long du XXe siècle : invention de la piste du Barioz à la faveur d'une compétition, installation d'un tremplin, d'une patinoire avec un anneau de vitesse... La station a en outre accueilli les épreuves de curling aux Jeux Olympiques d'Albertville en 1992. En 2010, Pralognan a fêté les 150 ans de l'ascension de la Grande Casse. Elle est également associée au nom de grandes figures sportives, comme Surya Bonaly, championne de patinage artistique, qui a préparé les JO d'Albertville sur la patinoire olympique de Pragnolan, puis séjourna plus de huit ans dans la station.

Aujourd'hui, Pralognan-la-Vanoise est une station village de charme, de taille humaine. Le centre de la station est à une altitude de 1 400 mètres. L'environnement y est des plus remarquable : 70 % de son territoire, classé zone Natura 2000, se trouve dans le coeur du Parc National de la Vanoise. On continue d'y exploiter la forêt, mais en prenant soin de le faire de façon responsable. À noter : les câbles des remontées mécaniques ont fait l'objet d'un traitement particulier pour être vus par les grands rapaces présents sur le territoire de la commune, comme l'aigle royal ou le gypaète barbu... Lorsque vous skiez, il n'est pas rare d'apercevoir des chamois et des bouquetins...

Un domaine skiable de qualité. Avec la proximité des glaciers de la Vanoise, son enneigement est remarquable - soixante-dix enneigeurs sont cependant prêts à intervenir en cas de besoin - et ses pistes, réparties sur 35 kilomètres, sont adaptées pour accueillir les skieurs de tous niveaux. Le domaine s'étend jusqu'à 2 350 mètres d'altitude. Un snowboard est installé sur le bas de la station. Malgré un domaine skiable limité mais qui conviendra toutefois parfaitement aux débutants et aux intermédiaires, Pralognan-la-Vanoise vous dévoilera la splendeur de sa nature hors des sentiers balisés : ouvrez grand les yeux...

Pralognan-la-Vanoise, c'est aussi 26 km de pistes de ski de fond, balisées et tracées dans la forêt et sur le plateau de Pralognan (label Nordique France 4 Sapins). En parallèle, vous trouverez huit sentiers piétons hivernaux accessibles en raquettes. Notez par ailleurs que des randonnées dans les glaciers sont organisées. Véritable Mecque du ski de randonnée, avec la présence d'un site particulièrement exceptionnel, avec de superbes décors de forêts, torrents, plateaux et vallées, Pralognan-la-Vanoise saura en charmer plus d'un. La pratique du ski de randonnée avec des guides professionnels est ainsi possible dans ce lieu classé plus beau site français pour cette pratique, de même que des balades en attelage de chiens de traîneau.

D'autres activités sont aussi proposées à Pragnolan : curling, marche nordique, parapente (depuis le sommet du Mont-Bochor). Enfin, deux pistes de luge attendent les adeptes de cette glisse, de même qu'un nouveau jardin des glaces pour les petits à la patinoire (certains jours de la semaine).

Une station conviviale. Ses infrastructures complètes pour les activités hors piste sauront satisfaire un large public. Une nature splendide et généreuse ainsi qu'une ambiance conviviale, chaleureuse et traditionnelle : voilà la formule gagnante de cette station. Côté visite, ne manquez pas les sites protégés de la Louze, avec ses petites ruelles au centre du village, ainsi que les hameaux des Bieux, du Barioz, de la Croix et des Prioux ; sans oublier celui de la cascade de la Fraîche, soit 80 mètres de chute d'eau à dix minutes du village. De nombreuses visites guidées sont aussi proposées pendant les vacances scolaires afin de découvrir le précieux patrimoine naturel et bâti de la région. Mais on y pratique aussi des activités manuelles et artistiques (aquarelle, stage de points de croix et peinture sur bois, rencontres amicales de musique).

En station, vous avez de nombreux bars et restaurants, un cinéma, un complexe olympique avec piscine couverte, patinoire, mur d'escalade, bowling, espace détente avec sauna, hammam et jacuzzi, aqua-gym... Par ailleurs, de nombreux événements annuels sont organisés à la saison hivernale dont les Festimusiques (fin janvier) : un festival consacré à la culture francophone nord américaine (concerts, spectacles, films et animations) et l'occasion pour le village d'accueillir des artistes canadiens. Convivialité et bonne humeur y sont au rendez-vous !

La route du sel et du beaufort

Pendant longtemps, Pralognan-la-Vanoise s'est trouvé sur une route commerçante par laquelle le sel des salines de Salins-les-Thermes et les fromages de Beaufort étaient acheminés en Italie. En retour, les marchands - ainsi que les contrebandiers !  -, rapportaient entre autres des étoffes et des épices. Le grand point de passage était le col de la Vanoise. Un hameau et une piste de Pralognan garde le souvenir de cette époque. Ils portent en effet le nom de Barioz, mot signifie barrière en savoyard car le village était une barrière d'octroi sur la route du sel (sorte de péage).

Saint-François-LongchampHaut de page

Station conviviale et familiale, de la vallée de Maurienne, Saint-François Longchamp (1 650 m) offre de belles vues sur les massifs de Belledonne, de l'Oisans et du Mont-Blanc. On est ici à proximité du col de la Madeleine, bien connu des passionnés du Tour de France, qui du haut de ses 2 000 mètres s'ouvre sur un superbe panorama, du mont Blanc jusqu'au massif des Ecrins. La station de sports d'hiver se situe à 1 650 mètres d'altitude, son domaine skiable entre 1 400 m et 2 550 m, avec d'un côté le Grand Pic de la Lauzière (2 829 m) qui domine le glacier de Celliers, et de l'autre le Cheval Noir (2 832 m) dominant la station. Avec la station de Valmorel, elle forme le Grand Domaine. C'est le fief de la championne de France en ski alpin, Marion Pelissier.

Une station qui prend naissance autour de son village. La commune d'origine, Saint-François- sur-Bugeon, a été créée en 1904 à partir de certains des villages de la commune de Montgellafrey, dont le hameau de l'Epalud sur la route du col de la Madeleine. Un premier téléski construit en 1936 sera à l'origine de la future station de Saint-François-Longchamp. La station de sports d'hiver de Saint-François ne démarre qu'en 1938. La station se construit peu à peu et en 1969, lorsqu'elle prend le nom de Saint-François-Longchamp, seule la station du village de Longchamp (1 650 m) est opérationnelle. La liaison avec Valmorel avec la création du Grand Domaine date de 1983. C'est l'arrivée des canons à neige en 1997 et l'ouverture de l'autoroute de Maurienne qui contribuent fortement à l'augmentation de la fréquentation et par là-même à l'extension de la station.

Aujourd'hui la station s'étage sur deux niveaux : Saint-François-Longchamp 1450 et Saint-François-Longchamp 1650. Malgré une esthétique et un aménagement urbain qui manquent assez d'harmonie, la station est agréable car facile d'accès, en se posant à l'entrée de la vallée de la Maurienne. Saint-François-Longchamp conviendra parfaitement aux adeptes du ski d'un niveau débutant et intermédiaire : un ski familial dans un environnement calme. Le nombre réduit de pistes noires orientera les skieurs expérimentés vers d'autres destinations plus à même de les satisfaire comme celle de Valmorel reliée au Grand Domaine depuis Plan Mollaret (1 650 m). Une frontière naturelle au-dessus du col de la Madeleine (2 000 m), la chaîne de la Lauzière (2 550 m), sépare les deux sites du Grand Domaine.

Un domaine skiable appartenant au Grand Domaine. Le domaine de ski alpin de Saint-François-Longchamp offre 65 km de pistes (entre 1 450 m et 2 550 m) tandis que celui du Grand Domaine s'étend sur 165 kilomètres de pistes balisées qui vous font passer de vallée de la Maurienne à celle de la Tarentaise au sein même du domaine skiable. Commun à Saint-François-Longchamp et Valmorel, il dispose de 315 enneigeurs pour entretenir tout au long de la saison une neige de qualité. Et la station est orientée plein sud, avec un ensoleillement agréable du matin au soir, ce qui ne gâche rien...

Pour le ski de fond, ce sont en tout 50 km de pistes et la zone nordique du Grand Coin se trouve à 12 kilomètres de Saint-François-Longchamp. L'accès se fait par le charmant village de Montaimont. Les pistes balisées vous attendent alors au milieu des sapins et des prairies enneigées pour rejoindre, tranquillement, le Col du Chaussy. Saint-François-Longchamp offre ainsi la possibilité de belles balades à faire en famille dans un cadre apaisant. Le point culminant du domaine est le site impressionnant du Cheval Noir, à 2 832 mètres d'altitude. Il est accessible en ski de randonnée et dans des bonnes conditions d'enneigement, étant donné des risques d'avalanche accrus dans cette zone. L'accompagnement d'un guide de haute montagne s'avère alors nécessaire pour admirer de ce point un panorama somptueux. Un lac bleu et un lac blanc sont également à voir dans la région qui est dotée de nombreux lacs d'altitude. Il est en outre possible d'admirer, depuis Saint-François-Longchamp, un phénomène d'érosion naturelle rare dans la région : les cheminées des fées.

D'autres loisirs vous attendent dans cette station : snowboard, ski de randonnée, balades en attelage de chiens de traîneaux, baptêmes de l'air en parapente et initiation au speed riding, ou randonnées en raquettes à neige. Notez en outre que la station offre un accès aux personnes à mobilité réduite avec des activités encadrées par des professionnels formés : taxi-ski et handiski.

Quant aux enfants, ils disposent de trois clubs à Saint-François-Longchamp, chacun étant adapté à une tranche d'âge : de 3 mois à 3 ans, de 4 à 5 ans et de 6 à 12 ans. Des formules concilient activités du club et cours délivrés par l'Ecole du Ski Français. Des espaces leur sont aussi réservés pour une pratique du ski en douceur, ainsi qu'une zone dédiée à la pratique de la luge. La station bénéficie par ailleurs du label " P'tits Montagnards " offrant ainsi tous les services indispensables pour les enfants et leur famille : de quoi passer pour leur part un séjour en toute sérénité !

Une station de loisirs. Dans le village, vous trouverez un cinéma, des cours d'aqua-gym et un nouveau centre de remise en forme et de balnéothérapie : le Forum des Eaux, afin de prendre soin de sa forme grâce aux bienfaits de l'eau (mis au point par Bernard Hinault, quintuple vainqueur du Tour de France, ce centre dispose d'une équipe de spécialistes, médecins, kinésithérapeutes et préparateurs sportifs). Une nouvelle patinoire découverte, synthétique, vient d'ouvrir au centre de la station sur une surface totale de 350 m2.

Saint-François-Longchamp est en outre très impliquée dans une politique de développement durable avec la mise en place de programmes environnementaux et de tri des déchets où elle se positionne en tant que pionnière. Des manifestations et des événements sont ainsi régulièrement organisés afin de sensibiliser un large public à ce sujet.

Restaurants et hébergements sont variés et des boutiques de produits régionaux valorisent les petits producteurs de la région. La commune organise d'ailleurs des animations dégustations tout au long de la saison pour les découvrir : dégustation de beaufort (le dimanche), visite de la coopérative laitière (du mardi au vendredi à 9h30) ; semaine des vins de Savoie (février).

Un programme d'animations hebdomadaires est disponible à l'office du tourisme : descente aux flambeaux, événements sportifs, jeux, tournois, spectacles, pots d'accueil... On élargira son périmètre de visite aux sites traditionnels alentours : au village d'Argentine (Musée du Félicien) pour découvrir la vie et le savoir-faire des paysans mauriannais ; à Saint-Georges-des-Hurtières (Le Grand Filon) sur le site de la plus grande mine de fer de Savoie ; à St-Michel-de-Maurienne (Espace Alu) où l'on peut tout apprendre sur l'épopée de l'aluminium dans les Alpes.

Des événements annuels saisonniers sont programmés en saison : la 7e édition du Festival des P'tites canailles en Mouffles (janvier), une course de raquettes à neige (février), la tournée Kid Montagne Aventure, un challenge de ski et parapente, une semaine dédiée aux sports extrêmes, ainsi qu'une journée handiski.

Les Enversins du village de Saint-François-Longchamp.

Créée en 1904 en réunissant les villages de l'Envers - un nom qui désigne des villages mal exposés et explique l'origine de celui de ses habitants : les Enversins - la commune de Saint-François associe tout d'abord à ce nouveau nom celui du torrent qui la traverse, le Bugeon, pour devenir Saint-François-sur-Bugeon. Par la suite, elle remplaça celui-ci par le nom d'un village nouvellement associé à la commune, Longchamp, pour devenir en 1969 : Saint-François-Longchamp. Mais les habitants, eux, n'ont toujours pas changé le leur !

Saint-Martin-de-BellevilleHaut de page
Descente aux flambeaux Saint-Martin de Belleville
Descente aux flambeaux Saint-Martin de Belleville
Saint-Sorlin-d'ArvesHaut de page

Face aux Aiguilles d'Arves, au pied du glacier de l'Etendard et du Col de la Croix de Fer, Saint-Sorlin-d'Arves est une station village au sud-ouest de Saint-Jean-de-Maurienne, à une vingtaine de kilomètres, où se trouve d'ailleurs la gare la plus proche. Elle appartient au domaine skiable des Sybelles.

Une station aux multiples hameaux. Le tourisme a commencé à se développer ici dès la fin du XIXe siècle autour des activités d'alpinisme entreprises dans les Aiguilles d'Arves et sur le glacier du pic de l'Etendard (3 464 mètres d'altitude). De nombreux incendies ont en outre rythmé l'histoire du village au cours des siècles et le village a compté un grand nombre de décès par la peste au XVIIe siècle. C'est en 1948 qu'a été inauguré le premier téléski (La Loze) de Saint-Sorlin.

Saint-Sorlin-d'Arves cultive son image savoyarde dans la vallée de la Maurienne. Composée de nombreux hameaux répartis sur trois kilomètres (Cluny, Revoux, Belluard, Malcrozet, l'église, la Tour, la Ville, le Pré, Choseaux, Pierre Aiguë, Vachers, Prés Plans), c'est un lieu de vacances familial, chaleureux, mais aussi simple et authentique. Une navette circule tous les jours dans les rues de Saint-Sorlin-d'Arves afin d'assurer les liaisons. L'accès à la station demeure toutefois peu aisé avec une route étroite et sinueuse. Ainsi, Saint-Sorlin-d'Arves offre le cadre d'une station traditionnelle savoyarde attachante et hospitalière qui ne manquera pas non plus de séduire les sportifs assidus.

Le point culminant du domaine skiable des Sybelles. Il comprend des pistes de tous niveaux et un accès rapide à son point culminant, à 2 620 mètres d'altitude, où vous attend une vue panoramique exceptionnelle. Un ensoleillement et un enneigement de qualité sur l'ensemble du domaine font de Saint-Sorlin-d'Arves un site agréable et remarquable pour les skieurs. Le domaine de Saint-Sorlin-d'Arves offre un total de 120 km de pistes balisées avec un dénivelé de 1 520 mètres, soit 34 pistes équipées de 147 enneigeurs. Il est relié au domaine des Sybelles qui s'étend sur 320 km de pistes. Vous pouvez y pratiquer le ski alpin, le surf, le télémark, le skwal (planche où les deux pieds sont l'un devant l'autre), y faire du ski hors piste avec un guide de haute montagne, des pirouettes dans un snowpark, des balades en chiens de traîneaux, des randonnées accompagnées en motoneige ou en quad biplace, du paintball, du gyropode (à découvrir), du parapente...

Deux boucles multi-activités (damées ponctuellement) de quatre et seize kilomètres sont proposées en accès gratuit pour la balade, la raquette ou pour l'initiation du ski de fond (non tracé). Ce dernier se pratique sur trois boucles d'altitude de niveaux différents (dont une piste d'initiation) au sommet du télésiège des Choseaux, avec également un panorama exceptionnel.

Des sorties sont en outre organisées pour les personnes à mobilité réduite, en petits groupes conviviaux et encadrés par des accompagnateurs en montagne.

Activités d'après-ski. En station, de nombreux services vous attendent, avec bon nombre de restaurants et de bars, ainsi qu'une discothèque, vous assurant des moments de détente après une journée de ski. Pour les enfants, il y un jardin des neiges, une garderie, une piste de luge ou encore des animations comme, par exemple, le Noël magique (décembre).

Il ne faut pas manquer d'aller visiter l'église baroque Saint-Saturnin (saint protecteur des bêtes en pâture) avec ses sculptures dorées - éclatantes et scintillantes - et ses peintures aériennes. Un patrimoine religieux bâti est aussi à découvrir au fil de vos visites (à voir également : un four ancien). On peut se rendre au musée de la Vie d'autrefois, créé en 1977, où vous noterez la présence de vieilles béguines brodées (coiffes du costume traditionnel composé d'une robe, d'un corset, des manches, jupe, ceinture, châle, tablier, chemisier et bas, chaussures et bijoux contre un gilet de laine pour les hommes) ou à la coopérative laitière de la vallée des Arves qui fabrique des fromages beaufort, pour les plus gourmands.

De nombreux autres événements se déroulent tout au long de la saison hivernale à Saint-Sorlin-d'Arves. Le Jacky Chaud 7 Free style / Slopstyle en free session (en janvier) au snowpark des Sybelles. Ou encore, le Saint Snow Glisse Insolite (février), le Saint Snow Fiesta Carnaval (février), le Saint Snow Games (février/mars), le Saint Snow Art (mars), avec au programme : sculpture sur glace et sur bois, concours de design de ski, démonstrations sportives, carnaval. Les Big Airs Démos de freestyle (février/mars), le Grand Prix de Saint-Sorlin (mars), une course de ski alpin, le Derby de la chauffe (mars), une descente depuis le sommet des Perrons (2 620 mètres), la Flex Cup (avril), un rassemblement d'adeptes du télémark. Et, pour finir la saison d'hiver, la semaine des associations (avril), ainsi que le Friends Tribute (avril), une course multiglisse basée sur le plaisir et la convivialité ! Des fêtes en front de neige sont aussi bien sûr attendues. Voici donc un programme chargé qui ne vous laissera pas inactif...

Pierre Balmain

Natif de Saint-Jean-de-Maurienne, le grand couturier Pierre Balmain (1914-1982) avait de la famille et des amis à Saint-Sorlin-d'Arves - un de ses grands-pères était un colporteur basé dans le village. Toute sa vie et même au-delà, il a conservé des liens avec ce dernier. Après son décès, son collaborateur, Erik Mortensen, a en effet dispersé ses cendres dans la combe de la Balme, en Maurienne, au pied du glacier de Saint-Sorlin-d'Arves.

office de tourismeHaut de page
Sainte-Foy-TarentaiseHaut de page

Sainte-Foy-Tarentaise (1 040 m) est située entre Bourg-Saint-Maurice (12 km) et Val d'Isère en Haute-Tarentaise. Son territoire est limité au nord par la frontière italienne et au sud par l'Isère.

Un vaste territoire. La commune recouvre 11 000 hectares dont une vingtaine de kilomètres en frontière italienne que deux cols permettent de franchir aisément : le Col du Mont et le Col du Rocher Blanc. Entourée par les montagnes du Parc national de la Vanoise, Sainte-Foy-Tarentaise présente l'aspect d'un village de montagne en balcon comme on les imagine à priori.

La station n'a été créée qu'en 1990 et implantée au hameau de Bon Conseil. S'inspirant des constructions traditionnelles des hameaux environnants, les architectes de la station ont employé des pierres et le bois de la région pour façonner des chalets étagés sur des pentes couvertes de mélèzes et d'épicéas et qui confèrent à la station un cachet exceptionnel. Le village est situé à 1 040 mètres d'altitude tandis que le domaine s'étend pour sa part entre 1 550 mètres et 2 620 mètres d'altitude. Notez que le point culminant de la commune est la Grande Sassière (3 746 mètres d'altitude).

A quelques pas des stations prestigieuses (Val d'Isère, La Plagne ou Tignes) d'ailleurs facilement accessibles par navette, le domaine raisonnable de Sainte-Foy-Tarentaise saura immanquablement vous charmer par son calme absolu et son authenticité. Son domaine hors piste phénoménal reste son atout premier : avis aux amateurs... Avec son rapport qualité/prix plus que satisfaisant, il serait dommage de laisser cette charmante station dans l'ombre de ses grandes voisines !

Un domaine au fort dénivelé. Exposées au nord-ouest, les 15 pistes parfaitement entretenues du domaine skiable sont bien fournies en neige et parcourent une étendue de 25 kilomètres. Elles sont de difficultés variables. Les débutants comme les experts ont donc leurs territoires !

De nombreux itinéraires sont proposés, notamment un parcours paisible depuis le sommet des télésièges de Sainte-Foy jusqu'à la station : une descente entre nature et patrimoine, vers le Monal, et parcours qui comprend quelques pentes, de grands traversées et de grands plats dans un écrin de nature préservée face aux glaciers du mont Pourri.

Celles et ceux qui apprécient le hors-piste ont à leur disposition des itinéraires, comme la fameuse Face Nord de Fogliettaz (1 700 mètres de dénivelé), à découvrir avec des accompagnateurs professionnels. Trois zones dédiées à la pratique du hors piste sont à noter sur Saint-Foy : les Techniride et Off-Tracks, des zones de freeride sécurisées où les obstacles ne sont pas signalés, et le Shaper Paradise, une autre zone de hors piste réservée à la création de sauts (zone sécurisée mais obstacles non signalés).

Notez que Sainte-Foy étant située près de la frontière italienne, vous pouvez aller de ce côté-là des Alpes au cours de sorties héliportées, à la journée, dont le programme est élaboré en fonction de votre niveau et de vos envies, avec un guide. Le ski de fond est également possible à Sainte-Foy sur une dizaine de kilomètres.

Du côté des activités sportives, vous pourrez également tester le bobsleigh, l'escalade de cascade de glace, la randonnée en chiens de traîneaux, le ski biking, une nouvelle glisse pour tous les âges que l'on soit skieur ou non, ou encore le parapente en survolant ainsi les magnifiques paysages de la région.

Pour les enfants, le club des P'tits Trappeurs accueille les 3-11 ans : bonne humeur, rigolades et bonhommes de neige seront de la partie !

Des loisirs appréciables en station et aux alentours. Des hébergements et des restaurants variés vous attendent encore en station, où vous trouverez de plus de nombreux espaces bien-être avec un spa, une piscine et des soins esthétiques, ou encore un centre de remise en forme.

Des balades à pied ou en raquettes sur des chemins passant à travers des forêts de mélèzes et d'épicéas à la découverte de la vie hivernale, ou traversant des villages typiques tels que Le Monal, superbe site, classé Monument Historique, à découvrir absolument, avec son hameau composé de chalets montagnards authentiques des XVIIIe et XIXe siècles entourés de gouilles et de ruisseaux serpentant autour des maisons. Ne manquez pas non plus l'église du village - plusieurs fois détruite puis reconstruite pour la dernière fois en 1975 - à l'alliage de bois et de pierres et ornée en son sein de retables. Des visites architecturales en nocturne sont aussi organisées (pour tous renseignements, voir avec l'office de tourisme).

Des animations sont également prévues tout au long de la saison hivernale, notamment sur la période de Noël et du Nouvel an (au programme : l'incontournable feu d'artifice, une descente aux flambeaux, ainsi que spectacles et musique).

Les maisons à colonnes

On peut en voir de nombreuses dans Sainte-Foy et ses environs. Les colonnes de ces habitations traditionnelles ont pour fonction de supporter l'avancée du toit. Ce faisant, elles créent un espace sous abri permettant à l'air de circuler, ce qui favorise le séchage du foin ou du bois. Importé de la vallée d'Aoste en Italie, cette particularité architecturale donne beaucoup de cachet aux maisons. Le hameau du Miroir en présente une belle série. Les localités qui se trouvent sur le territoire de la commune de Sainte-Foy recèlent également une vingtaine de chapelles anciennes.

office de tourismeHaut de page
Le barrage et le lac du Chevril - Tignes
Le barrage et le lac du Chevril - Tignes
La naissance d’un lac

Actions devant les tribunaux, campagne de presse, sabotages même, rien n'y a fait. Malgré la résistance acharnée de certains de ses habitants, le vieux Tignes a disparu sous les flots en 1952, lorsque le barrage de Tignes fut mis en service. C'est le plus haut de France  : 181 mètres et une hauteur de chute de 1 000 mètres. Son tablier arbore une imposante fresque de Jean-Marie Pierret qui représente un géant. Le lac artificiel (lac du Chevril) qu'il a formé à 1 790 mètres d'altitude couvre une superficie de 270 hectares. Tignes le Vieux, le village historique noyé par le barrage, a été accessible pendant une période d'environ trois mois, tous les dix ans, lors de la vidange décennale, jusqu'en 2000 (la dernière vidange). Mais depuis, EDF utilise des méthodes moins coûteuses !

Culminant à 2 142 mètres d'altitude, Tignes est la plus haute commune d'Europe. L'accès à cette station de Haute-Tarentaise peut se faire depuis la gare terminus de la Tarentaise, à trente kilomètres en aval, à Bourg-Saint-Maurice. Un service de bus et de navettes permet de joindre les différents sites.

Un village de haute-montagne. De nombreux hameaux composent la commune ; ils sont répartis entre 1 800 et 2 100 mètres d'altitude environ. Tignes est une station de sports d'hiver de renommée internationale qui a pris son essor à la fin des années 1950, près d'un lac artificiel (lac du Chevril) qui est venu engloutir le vieux village lors de la construction du barrage de Tignes. La station de Tignes se développe depuis lors à plus de 2 000 mètres d'altitude sur deux sites principaux : Tignes le Lac (près du lac naturel de Tignes) et Tignes Val Claret où les constructions sont essentiellement en hauteur du fait de l'espace limité (la construction de résidences de haut-standing dans un style plus proche du chalet devrait en modifier progressivement le visage).

Le domaine skiable Espace Killy. Il se nomme ainsi en référence au fameux champion français Jean-Claude Killy dont les prouesses séduisirent un large public dans les années 1960, au-delà des seuls passionnés de ski. Ce domaine est autant celui de Tignes que celui de Val d'Isère ; il est réputé dans le monde entier. En plus de ses pistes de ski alpin de difficultés variables, dont certaines ont accueilli en 1992 des épreuves des Jeux Olympiques d'hiver d'Albertville, il comprend six stades de slalom, un stade de bosses, deux snowparks, un gliss'park. Que les amateurs de ski d'été notent ceci : de juin à août, les vingt kilomètres de pistes du glacier de la Grande Motte (entre 3 000 et 3 456 mètres d'altitude) leur sont ouverts le matin. En outre, notez la présence de La Leisse, une rivière de montagne bordant le domaine skiable au sud de Tignes.

De nombreux sites de hors piste existent à Tignes : citons la face nord du glacier de la Grande Motte (sur lequel on skie dès fin septembre), le tour de Pramecou, de Prémout, le Col des 3000, les vallons de la Sache, le Glattier, l'envers de Borsat, les Aiguilles du Chardonnet, et les Couloirs des Tufs. Tignes est un véritable terrain d'expression pour les freeriders. N'oubliez pas de consulter la météo et renseignez-vous auprès de professionnels de la montagne en vous faisant accompagner.

La station permet en outre de vous entraîner sur 9 Naturides, des pistes noires balisées, sécurisées mais non damées, préservant ainsi les conditions naturelles du freeride. Les amateurs de freestyle seront aux aussi comblés avec à leur disposition un Swatch Snowpark filmant leur saut à l'arrivée, de même qu'un big air bag, un boardercross et half pipe, pour vivre des sensations uniques et inoubliables (accessibles depuis le télésiège de Grattalu, en 6 minutes). La médaillée d'argent en Half-pipe au JO 2014, Marie Martinod, est issue du club de Tignes.

Un Arva training zone est à signaler au coeur de Tignes, sur les rives du lac, afin de s'entraîner et de se perfectionner à la détection de ces émetteurs pouvant sauver bien des vies (séance d'initiation gratuite une fois par semaine : n'hésitez pas).

A Tignes et dans ses environs, d'autres occasions de profiter en hiver des plaisirs de la neige et de la glace ne manquent pas. Sur la neige, vous pouvez pratiquer des sorties accompagnées en ski de randonnée ou en hors piste, des balades en traîneaux à chiens, en raquettes, en ski jöring, en motoneige, et même en VTT ! Aimez-vous la glace ? Ici, vous avez la possibilité de vous initier au pilotage d'auto ou de kart sur cette surface extrêmement glissante, de plonger dans des étendues d'eau gelée, de gravir des cascades de glace, ou plus simplement faire du patinage (patinoire gelée sur le lac à 2 100 mètres d'altitude, soit un espace de 2000 m2 avec une aire de jeux, de hockey et un square ludique). D'autres activités encore : parapente, vol en hélicoptère (héliski) et acrobaties sur des bungee trempolines ! Tignes saura combler les amateurs de sensations et de ski intense de tous niveaux. A ce titre, la station a été élue " Ville la plus sportive " : on comprend aisément pourquoi !

Une station qui bouge ! Dans les rues de la station, vous trouverez des restaurants, bars et discothèques, un cinéma, une salle multimédias, un bowling, une salle où pratiquer divers sports, un mur d'escalade, mais aussi diverses prestations pour votre bien-être (spa, balnéothérapie, relaxation, soins esthétiques, fitness, yoga...). Un complexe nautique est également situé à Tignes le Lac, et des soirées "disco on ice" sont proposées une fois par semaine à la patinoire.

Et surtout, de nombreux événements de dimension européenne ou mondiale se déroulent au cours de l'hiver : courses internationales de ski alpin vitesse, Worl snowboard, Royal Navy (compétition des marins de l'armée britannique), Handisport, freestyle... Tignes aime également les événements qui font monter l'adrénaline avec des exploits sur neige... décalés. Ne manquez pas le 24 et le 31 décembre, le Cirque Eloize by Live in Tignes un Show féerique et la soirée du Nouvel an sur le snow floor le plus haut d'Europe (2 100 m), en outdoor avec les meilleurs DJ's de la planète. Les 11, 18, 25 février et 4 mars 2015, le concert outdoor Live in Tignes ; la finale de coupe du monde de Half-pipe du 8 au 13 mars 2015. Enfin notez que cette station, qui se déclare Gay Friendly, accueille depuis 2008 des événements européens et hisse le drapeau arc-en-ciel pour les European Snow Pride (21 au 28 mars), une semaine de festival mêlant sport et musique (www.europeansnowpride.com) ! La semaine du jazz aura du 19 au 24 avril pour clore la saison 2014-2015.

Barrage de Tignes
Barrage de Tignes
Lac de Tignes.
Lac de Tignes.
Lac de Tignes.
Lac de Tignes.
office de tourismeHaut de page
Pour y circulerHaut de page
Val Cenis VanoiseHaut de page

Val Cenis Vanoise, située en Haute-Maurienne, s'étend entre le Parc National de la Vanoise et le col du Mont-Cenis, près de la frontière italienne. La station de ski Val Cenis, sur les territoires des villages de Lanslebourg-Mont-Cenis et Lanlesvillard, deux villages sur la route des Grandes Alpes et le chemin du Baroque, est reliée à la station de Termignon-la-Vanoise depuis 2008 : l'ensemble constitue le grand domaine skiable de Val Cenis Vanoise.

Une nouvelle station. En 1967, les communes de Lanslebourg-Mont-Cenis et Lanslevillard se sont réunies pour former une station de sports d'hiver, nommée Val Cenis, qui s'étend jusqu'au col de Cenis (2 083 m), au-dessus de la vallée de la Maurienne et de celle du Val de Suse, un point de passage millénaire entre France et Italie. Au XIIe siècle, le col du Mont-Cenis était déjà une grande voie de passage vers le Piémont, jusqu'à la construction d'une route transalpine en 1805 par Napoléon 1er. Cette dernière fut achevée en 1814. Le long de l'Arc qui serpente dans la vallée, les deux villages sont ainsi riches d'un passé fait d'échanges transfrontaliers et ont une grande tradition d'hospitalité. Le premier téléski de la station, baptisé La Ramasse, a quant à lui vu le jour en 1951. Depuis 2008, la station de Val Cenis est reliée à celle de Termignon-la-Vanoise (au sud-ouest) permettant ainsi la création du domaine skiable étendu de Val Cenis Vanoise, entre 1 300 mètres et 2 800 mètres d'altitude. Au sommet de ce domaine, on peut admirer un panorama splendide sur le lac du Mont-Cenis, créé par la construction du barrage hydroélectrique le plus grand de Savoie, inauguré en 1971.

Entre tradition et modernité, c'est une station familiale, à taille humaine, avec de beaux chalets typiques de l'architecture de Haute-Maurienne Vanoise : des chalets de pierre recouverts de lauzes, avec leurs cheminées sarrasines. Autrefois, l'hiver y était occupé au travail du bois que les montagnards sculptaient pour réaliser, à travers des objets usuels, de véritables oeuvres d'art, éléments essentiels du patrimoine vernaculaire. Son relief naturel, sa situation exceptionnelle et son riche patrimoine font de Val Cenis Vanoise une station intéressante à divers titres et notamment pour son offre sportive et culturelle de choix : ses trois villages reliés par les remontées mécaniques offrent une large palette de visites et d'activités. Elle est en outre associée aux noms de grands sportifs comme Claire Bernier Roche, trois fois championne de la Coupe du monde de parapente, deux fois championne de la Coupe d'Europe, et première femme française a avoir gravi l'Everest par la face nord.

Un domaine skiable au fort dénivelé. Avec ses 1 500 mètres de dénivelé, au relief naturel et évolutif, le domaine offre des descentes variées parmi les forêts de mélèzes et de pins cembro, les unes convenant aux skieurs débutants, les autres aux sportifs les plus exigeants : 180 enneigeurs viennent palier les manques d'or blanc en cas de besoin. En plus de ses descentes réparties sur 125 km de pistes balisées pour le ski alpin, Val Cenis vous invite à découvrir deux snowparks et un boarder cross. 27 km de pistes s'ouvrent au ski de fond et aux raquettes, 1 piste de luge (au sommet de la télécabine de Val Cenis le Haut) sur 900 mètres et de snake gliss, des itinéraires pédestres, des patinoires, des sites où pratiquer l'escalade de cascade de glace.

Le ski de randonnée et le hors piste sont possibles ici grâce à la présence de guides de montagne, de même que l'héliski. Des sorties en raquettes, en attelage de chiens de traîneaux, des glisses en tandem-ski ou en taxi-ski, des vols en parapente, ou même des constructions d'igloo sont également au programme à Val Cenis. Pour les enfants, deux espaces ludiques spécialement conçus attendent les petits de 6 à 10 ans : l'Estiv Parc et le Déboule Parc où un flocon doit devenir bonhomme de neige, avec divers modules de neige et de jeux. Des aires de jeux et des bulles de loisirs leur sont également réservées sur la station. Elle permet en outre un accès facile aux personnes à mobilité réduite.

Patrimoine baroque et événements sportifs et culturels. Autour de son patrimoine baroque (du XVIe et XVIIe siècle) réputé en Haute-Maurienne et classé ou inscrit aux Monuments Historiques, Lanslevillard a mis en place un circuit libre (accessible en ski de fond et en raquettes) " Les Chemins de l'Histoire " permettant de découvrir la vie paroissiale de la commune en reliant douze chapelles consacrées chacune à un thème ou une période. A voir notamment, les peintures classées de la Chapelle Saint-Sébastien, ainsi que l'église Saint-Michel avec un beau mobilier illustrant l'art baroque savoyard et des fermes centenaires. Des découvertes nocturnes du village de Val Cenis Lanslevillard sont aussi une belle manière de s'intéresser au patrimoine local à la lueur des lanternes. Deux sentiers à thème vous proposent en outre de partir à la rencontre de l'histoire de la station. À découvrir également : un espace baroque consacré au patrimoine des environs. Visitez l'église classée de Notre-Dame-de-l'Assomption avec ses peintures néoclassiques à Lanslebourg-Mont-Cenis et la Chapelle classée et l'église de Notre-Dame-de-la-Visitation à Termignon. Ce village est également connu pour sa Route du Sel empruntée jusqu'au XIXe siècle par les hommes, les bêtes, les négociants en fromages - ils entreposaient leurs marchandises dans les entrepôts du bourg - et même par le président Félix Faure !

Les villages de Lanslebourg-Mont-Cenis, Lanslevillard et Termignon sont très convenablement équipés en hébergements, restaurants ou bars. Leurs rues sont par ailleurs bien pourvues en boutiques de produits artisanaux (poteries, objets et meubles bois, linges de montagne, bijoux...). On y trouve aussi des espaces de remise en forme, de bien-être (yoga), des bowlings, deux cinémas, ou encore des lieux à visiter, tels que la coopérative laitière de Haute Maurienne Vanoise (où l'on fabrique du fromage de Beaufort), un atelier de réalisation de fresques selon la technique de peinture murale ancestrale...

Côté gastronomie, outre l'incontournable fromage de beaufort, goûtez absolument au " bleu de Termignon " qui est produit ici en quantité très limitée. Sans oublier le farçon mêlant salé et sucré avec raisins de Corinthe et lard fumé, laissez-vous tenter par les diots, petites saucisses savoyardes avec la polenta venue de l'Italie voisine, ou encore la "quinque", un pain de froment et de seigle aromatisé à l'anis et aux raisins secs...

Val Cenis Vanoise offre également de nombreux événements hivernaux : la Grande Odyssée Savoie-Mont-Blanc (17 au 21 janvier 2015) pour les amateurs de chiens de traîneaux, les 7ème Rencontres de la Chanson de Val Cenis (à Val Cenis Lanslebourg, mi-avril) avec concert d'artistes francophones, exposition et fanfare ; et la 10e Rencontre Nationale d'Escalade sur glace (Val Cenis/Lanslebourg, fin janvier ou début février) avec expositions, concert, films, et grands noms de la montagne. L'auditorium Laurent Gerra, avec un plateau de 180 m2 inauguré par l'artiste en 2011, accueille de nombreux spectacles de variétés et de danses (pour la programmation voir l'office du tourisme de Lanslebourg-Mont-Cenis).

La ramasse des marrons

Le col du Mont-Cenis est un point de passage très ancien entre les actuelles France et Italie. Durant plusieurs siècles, des passeurs appelés "  marrons  " faisaient descendre les voyageurs vers Lanslebourg sur des sortes de luges nommées "  ramasses  ", que les marrons conduisaient à l'aide de leviers.

Val d'IsèreHaut de page

Val d'Isère se situe en fond de vallée encaissée (où coule l'Isère) de la Haute-Tarentaise, sur la route des Grandes Alpes, une unique route départementale rejoignant Bonneval-sur-Arc en vallée de Maurienne en passant par le col de l'Iseran et à proximité du Parc National de la Vanoise.

Une station aux pistes orientées plein nord. Val d'Isère se déploie à une altitude de 1 850 mètres. Les différents hameaux qui la composent lui confèrent un charme indéniable. Citons La Daille, premier hameau où l'on trouve un grand ensemble d'immeubles construits dans les années 1970 autour d'un vieux village, puis le vieux village à proprement parler, ainsi que les hameaux de Joseray, Châtelard, Laisinant et Fornet.

Au début du XXe siècle, le petit village de montagne de Val d'Isère subissait de très longs mois d'enneigement chaque année, au point que ses plus jeunes habitants fuyaient leur terre natale pour la ville de Bourg-Saint-Maurice. Pour contrer cet exode et finalement faire de leur handicap une force, une idée a germé chez certains de ses habitants dans les années 1930, quand la construction de la route du col de l'Iseran (route fermée en hiver et intégrée au domaine skiable) rompit leur isolement : mettre à profit la neige abondante, les grandes étendues et les pentes de ces terres de haute altitude dans le but de fonder une station de sports d'hiver. Le Chalet de la Grande Ourse (propriété privée), inscrit aux Monuments Historiques, est un des derniers vestiges témoignant des origines et de la vie de la station de la fin des années 1930.

C'est après la Seconde Guerre mondiale que la station prit véritablement son essor, notamment grâce à la notoriété du champion de ski Henri Oreiller, médaille d'or en Descente et Combiné aux Jeux Olympiques de Saint-Moritz en 1948 - il obtint aussi le bronze en Slalom. D'autres athlètes renommés contribueront à rendre encore plus célèbre Val Isère dans les années 1960 : les soeurs Marielle et Christine Goitschel, et Jean-Claude Killy, lesquels crouleront sous le poids de leurs médailles et titres. Ce n'est donc pas un hasard si le domaine skiable de Val d'Isère, associé à la station de Tignes, porte le nom d'Espace Killy ! La station a en outre accueilli les compétitions masculines de ski des Jeux Olympiques d'Albertville en 1992 et a organisé les Championnats du monde de ski alpin en 2009.

L'espace Killy, un domaine skiable avec un enneigement assuré de décembre à avril. Val d'Isère est considérée comme l'une des capitales mondiales du ski dans le magnifique domaine skiable qu'elle a su admirablement préserver. L'espace Killy compte 115 pistes sur une étendue de 300 kilomètres avec 1 900 mètres de dénivelé (1 550 mètres à 3 450 mètres d'altitude). Inutile de préciser, au vu de l'histoire de la station, que l'enneigement y est d'une hauteur remarquable et de qualité constante ! De plus, l'ensoleillement franc qui y règne ne gâche rien... Les pistes sont régulièrement le théâtre de compétitions internationales telles que le Critérium de la Première neige. Cela dit, même si l'on y trouve un stade de slalom, on peut y glisser également dans une zone adaptée aux débutants et aux enfants. Ceux-ci sont particulièrement gâtés à Val d'Isère, qui possède le label Famille Plus Montagne. Le village des enfants les accueille ainsi de 18 mois à 13 ans avec des espaces ludiques et un encadrement adapté à leur âge. À noter : l'association Handisport-Val d'Isère vous indique toutes les solutions possibles pour les personnes à mobilité réduite qui veulent s'amuser comme tous les autres vacanciers.

Un snowpark appelé Valpark vous attend par ailleurs dans la Combe du mont Blanc (2 500 mètres d'altitude). Il vous réserve des modules variés : tables de small et médium airs avec enchaînement de trois tables, hips et jumps de toutes tailles et pour tous niveaux, hand rails (fun box, rainbow, rails simples et doubles), boardercross tous niveaux. Un chalet aménagé comprend un espace avec musique et barbecue.

Pour le ski, le snowboard ou le télémark en hors piste, vous avez des zones dédiées où l'on peut s'aventurer en compagnie d'un professionnel. Attention toutefois à ce type de pratiques libres dans les zones non balisées et non sécurisées où l'on trouve des risques accrus d'avalanches.

Autres façons d'apprécier les paysages enneigés de Val Isère : randonnées à pied, en raquettes à neige, en motoneige ou en attelage de chiens de traîneaux. Si vous préférez la glace, il y a une patinoire naturelle au coeur du village, un circuit de conduite, des sites d'escalade de cascade de glace et même des soirées à passer sous un igloo ! Voulez-vous prendre de la hauteur ? On vous propose ici des vols en parapente, en ULM et en hélicoptère.

Une station populaire et célèbre. Si vous êtes fan du film " Les Bronzés font du ski " (1979), sachez qu'il a été tourné en grande partie à Val d'Isère. Vous vous amuserez sans doute à essayer d'en retrouver les décors. L'église baroque de Val d'Isère (XVIIIe siècle) accueillant Saint-Bernard des Alpes, patron des montagnards, la diversité des chalets et de ceux des hameaux environnants sont également à découvrir (visites guidées : voir l'office de tourisme). La religiosité importante de la région se traduit par la présence de nombreuses chapelles à visiter dans les différents hameaux voisins. Pour faciliter vos allées et venues dans la station et ses alentours, n'hésitez pas à utiliser le service de bus gratuits qui est mis à votre disposition (réseau de quatre lignes : trains rouge, vert, bleu et or).

En station, vos loisirs se partagent entre restaurants, bars, grand centre sportif et aquatique Oxygen (bassins ludique et de natation, fitness, musculation, salle multi-activités, escalade, squash, etc.), médiathèque, cinéma, centres de soins et de balnéothérapie. Vous pouvez également aller à la rencontre d'artisans (filature, taxidermie, orfèvrerie, forge, tannerie), prendre des cours de pâtisserie et faire des stages de cuisine, ou visiter la Ferme de l'Adroit où l'on pratique l'élevage et la fabrication de fromage avec participation à la traite et dégustations de produits. De plus, la station se pare de ses plus belles lumières à la tombée de la nuit : ne manquez pas d'apprécier ce spectacle jour après jour. Notez par ailleurs que la station s'est engagée dans la sauvegarde des aigles avec le programme Save your logo : l'aigle est en effet l'emblème de la station depuis 1934 et loin était alors l'idée d'une disparition de l'espèce !

De nombreux événements rythment le coeur de la saison hivernale qui s'ouvre avec le week-end Premières Traces (29 et 30 novembre 2014) et ses animations musicales, une découverte guidée du domaine skiable, un vin chaud, et une projection de films de glisse. De nombreuses autres manifestations sont à prévoir : les 59e Critérium de la Première neige (12 et 14 puis 19 et 21 décembre 2014), un face à face de quatre épreuves filles/garçons, la Magie de Noël (22 au 28 décembre), des rencontres musicales comme le Festival Classicaval (2 opus : du 20 au 22 janvier et du 17 au 19 mars 2015) en l'église baroque Saint-Bernard de Menthon. L'Altigliss Gem Challenge est une compétition étudiante de sports de montagne avec des riders pro et des snowboarders venus pour l'occasion les 21 et 28 mars 2015, tandis que la Scara (7 au 10 avril) est une compétition de ski alpin pour des jeunes entre 12 et 15 ans, des futures graines de champions ! La saison festive se termine par le 19e Festival international du film Aventure et Découverte (20 au 23 avril). Concerts et rencontres littéraires se déroulent aussi à Val d'Isère.

La patinoire de Val-d'Isère
La patinoire de Val-d'Isère
Jean-Claude Killy

Le domaine skiable qui unit les stations de Val d'Isère et de Tignes porte le nom de ce grand champion. Jean-Claude Killy est né à Saint-Cloud, mais il a grandi à Val d'Isère où il s'est si bien entraîné au ski alpin qu'il est devenu l'un des plus grands champions de ce sport. Il a ainsi remporté les trois épreuves reines de sa discipline (médaille d'or en descente, slalom et slalom géant) lors des Jeux Olympiques de Grenoble en 1968, ainsi que de nombreux titres en championnat du Monde et coupe du Monde durant sa carrière. Couvert de gloire, il prend sa retraite à 25 ans et se lance dans la compétition automobile, en participant notamment aux 24 heures du Mans. Il s'est ensuite tourné vers le monde des affaires, puis s'est impliqué dans les hautes instances sportives. Il a été, par exemple, le co-président du Comité d'Organisation des Jeux Olympiques d'Albertville en 1992.

Télécabine
Télécabine
La neige ne manque pas à Val-d'Isère, l'une des stations majeures des Alpes
La neige ne manque pas à Val-d'Isère, l'une des stations majeures des Alpes
Val ThorensHaut de page

Val Thorens est une station intégrée des années 1970, semi-piétonne. La plus haute station d'Europe, à 2 300 mètres d'altitude, au coeur de son domaine skiable dont 99% se situe au-dessus de 2 000 mètres : sur les glaciers de Péclet, Chavière et Thorens, des barrières naturelles avec le Parc National de la Vanoise. Rattachée à la commune de Saint-Martin-de-Belleville et dominant la vallée du Doron de Belleville, dont elle fait partie avec les Menuires (1 850 m), son domaine appartient au grand domaine skiable des Trois Vallées créé avec Méribel (vallée du Doron des Allues) et Courchevel (vallée de Saint-Bon). Une des plus belles vues sur les Alpes depuis les sommets des glaciers et du massif de la Vanoise !

Une station intégrée dans une nature d'exception. Née en 1971 au-dessus de la station des Menuires, Val Thorens résulte de l'imagination du promoteur autrichien Pierre Schnebelen, déjà à l'origine de la station intégrée de Tignes Val Claret : construire la plus haute station d'Europe. Le programme immobilier et celui des remontées mécaniques forgeront la station pendant 10 ans. En 1981, elle innove avec la construction du plus gros téléphérique du monde : on accède à 3 200 mètres au sommet. Elle n'a cessé depuis de développer des installations innovantes pour accéder, le plus haut et le plus rapidement possible, aux pistes de son domaine skiable perché sur les cimes des Alpes. Le premier funitel, sorte de large télécabine accrochée sur deux câbles dont la distance est plus large que la télécabine, a été mis en service à Val Thorens en 1991 : il permet une meilleure stabilité au vent. En 2011, un quatrième funitel (composé d'un train de deux cabines) permet d'accéder au col du Bouchet (3 003 m) avec un débit de 1 500 personnes par heure ! Val Thorens est aujourd'hui une des stations de sports d'hiver les plus importantes des Alpes et accueille des vacanciers venus du monde entier : sa clientèle est à 70 % étrangère. Ambiance chaleureuse et cosmopolite sont donc garanties !

Elle appartient à la commune de Saint-Martin-de-Belleville, dans l'arrondissement d'Albertville ; elle est accessible depuis Moûtiers. Semi-piétonne, les voitures ont le droit de circuler pour faire une dépose-minute des bagages, puis stationnent dans un des parkings de la station. Des navettes gratuites permettent de rejoindre sa résidence. Située en plein coeur du domaine skiable, on peut donc chausser ses skis depuis le bas de son chalet, les pistes et les commerces y sont directement accessibles. Un choix impressionnant de bars et de restaurants sont proposés, à si haute altitude, dont celui du chef étoilé Jean Sulpice. La station, labellisée Famille Plus Montagne, est également équipée d'un grand centre sportif et de loisirs (7 500 m2).

Trois domaines skiables en un. La création du domaine des Trois Vallées date de 1971, à la création de Val Thorens. Avec Courchevel Saint-Bon et Méribel, Val Thorens Les Menuires s'associeront pour constituer le plus grand domaine skiable du monde en reliant les Trois Vallées par un ensemble de remontées mécaniques. La quasi-totalité du domaine skiable de Val Thorens est située au-dessus de 2 000 mètres, ce qui favorise son enneigement naturel : de novembre à mai, la saison de ski est ici particulièrement longue. Cependant, des canons à neige sont prêts à être mis en marche si besoin est... Cet enneigement favorable n'exclut pas un ensoleillement de qualité, car la large vallée des Belleville permet de skier sur des pistes ensoleillées tout au long de la journée. On peut choisir trois types de forfaits selon son niveau et le domaine que l'on souhaite privilégier. Celui de Val Thorens- Orelle (150 km de pistes), la Vallée des Belleville qui s'étend jusqu'aux Menuires Saint-Martin (300 km de pistes) et enfin, les 3 Vallées (600 km de pistes), le plus grand domaine relié skis au pieds, qui permet d'accéder aux stations des vallées voisines : Méribel-les-Allues et la célèbre Courchevel.

Chacun, selon ses centres d'intérêt et son style de ski, choisit entre pistes damées, des vertes jusqu'aux noires les plus vertigineuses, ou glisse en poudreuse grâce au plan interactif " info live " (sur le site internet du domaine) qui permet en temps réel de connaître les pistes et les remontées mécaniques ouvertes ou non, mais aussi les pistes damées... ou non... sur les Trois Vallées !

Les skieurs débutants sont aussi chouchoutés avec l'ouverture de nouvelles pistes vertes (Musaraigne et Campagnols), de même qu'une piste bleue (Chocard). Les plus experts ne sont pas oubliés avec la nouvelle piste rouge des Chardons dans le secteur ensoleillé Plein Sud ou encore celle des Asters.

Les adeptes de freestyle vont dans le secteur des plateaux où un snowpark donne la possibilité aux skieurs et snowboarders de s'amuser sur environ 70 000 m2 de tables, de rails et de boxes de différentes tailles, de hips-quarter, de Jump Air (matelas qui absorbe les chocs). Des contests y sont ainsi organisés tout au long de la saison. Dans le secteur des 2 Lacs, un boardercross propose quant à lui un enchaînement de whoops, de tables de sauts et de virages. Une nouvelle zone débutante y a vu le jour avec des rails adaptés pour l'apprentissage. Et sachez que la championne de snowboardcross Chloé Trespeuch est médaillée de bronze des JO 2014 de Sotchi !

Des randonnées à ski et en hors pistes sont pour leur part possibles dans les zones glacières de la Vanoise, avec des guides de haute montagne et des moniteurs de ski. Taxi-ski, tandem ski, dual skis : la pratique du handiski est également répandue à Val Thorens. Un stade de slalom entièrement sonorisé et illuminé accueille en outre de nombreuses compétitions.

Une station également ouverte à bien d'autres activités. Autres loisirs sportifs à goûter dans cette station : balades en raquettes, à pied ou en motoneige, ainsi que VTT sur neige, pilotage sur glace avec la présence d'un circuit automobile, mini-quads, paintball, vols en parapente ou en ULM, ou même des soirées en yourte ! Le Chalet de la Marine a effet installé une yourte mongole à 2 500 mètres d'altitude sur la piste bleue des Dalles, où sont proposées, plusieurs fois par semaine, des soirées inédites.

L'accès piéton des sommets est privilégié pour les non-skieurs, avec la possibilité d'organiser des promenades originales et d'admirer de somptueux panoramas. Notamment, le sentier des Lacs par une petite boucle (2 km) ou une grande boucle (6 km), le sentier "Plein Sud" (2 km) avec une vue imprenable sur la vallée des Belleville. A moins que vous ne préfériez vous rendre à la cime Caron où vous attend l'un des plus beau panorama d'Europe avec une vue à 360° sur plus de mille sommets des Alpes françaises, italiennes et suisses, ou encore une balade au pied du glacier de Péclet, accessible en 8 minutes depuis le Funitel du même nom.

Pour les enfants, la station a mis à disposition : un Fun Park (trampolines, châteaux gonflables, piscines à boules, modules skiables), un espace junior (piste d'un kilomètre), trois pistes de luge, l'une étant pour les petits, dès 2 ans (place Caron au centre du village), la seconde étant une nouvelle piste pour les 6-10 ans, longue de 250 mètres avec plusieurs virages relevés avec, avis aux partisans du moindre effort, deux tapis couverts vous ramenant au point de départ, et enfin, la dernière piste, ouverte à tous (à partir de 10 ans), la plus longue de France avec ses 6 kilomètres de long et ses 45 minutes de descente. Des balades en raquettes sont proposées aux enfants chaque semaine.

Le village vous réserve quant à lui l'usage d'un espace Aquaclub (cours d'aquagym et aquastep), de spas (nouveau spa à la résidence les Balcons de Val Thorens, une espace de bien-être et de relaxation de 600 m2), d'un bowling, d'un cinéma, de discothèques, d'une bibliothèque... Des concerts de musique classique et de jazz sont donnés dans l'église de Val Thorens ainsi qu'à la salle polyculturelle (tous les mardis). Des visites culturelles du patrimoine baroque de la région sont en outre possibles pendant la saison.

Côté événements, la saison commence avec le Ski Force Winter Tour, l'occasion de tester du matériel de marques (22-23 novembre 2014), puis le Rock On Snowboard Tour (début décembre) avec animations et initiations pour les plus jeunes, démo, vin chaud, concerts. Le Trophée Andros, savant mélange de compétition automobile sur glace, de spectacle et de convivialité vous attend également (7 et 8 décembre 2014). Puis, c'est le 17e Ski et Boarderweek, Festival Européen de glisse et de musique proposant des contests sur l'Easy Fun park, des sauts sur Air Bag, des démos, des tests gratuits, de multiples animations, des concerts live (14 et 21 décembre 2014), tandis que le SFR Freeskiing Tour promet des compétitions sur 2 jours (janvier). En famille, venez fêter la Magie de Noël avec spectacle pyrotechnique et musical (24 décembre) suivi d'une descente aux flambeaux, puis les festivités du Nouvel an. " Folies de Carnaval " vous réserve aussi de beaux moments avec fanfare, défilé, peluches géantes, FestivalTho une semaine musicale et festive très colorée (24 au 26 mars 2015). Les gourmands devront pour leur part attendre Pâques avec une semaine sous le signe du chocolat (avril). Citons pour finir 3 Vallées enduro (12 avril 2015), un événement pour les amateurs qui viennent découvrir et arpenter le domaine skiable à ski, snowboard ou télémark, au travers de petites compétions accessibles à tous.

Christine Goitschel de val en val

Le nom de cette championne de ski des années 1960 est d'abord associé à celui de Val d'Isère où elle s'est formée. Mais, retirée de la compétition, elle a ensuite contribué au lancement de la station Val Thorens dans les années 1970 avec Jean Béranger, son époux, lequel s'est fait connaître en étant entraîneur de l'équipe de France féminine.

Parapente à Val-Thorens
Parapente à Val-Thorens
Skieurs - Val-Thorens
Skieurs - Val-Thorens
Skieur près de Val-Thorens
Skieur près de Val-Thorens
Paysage montagneux près de Val-Thorens
Paysage montagneux près de Val-Thorens
office de tourismeHaut de page
ValfréjusHaut de page

La station se situe à une hauteur de 1 550 mètres. Avec comme point culminant le mont Thabor (3 178 mètres d'altitude), les sommets prestigieux qui dominent la station offrent un panorama grandiose à tous les amoureux de la montagne : on est ici proche du Parc National de la Vanoise.

Station d'altitude de la ville de Modane. Elle a été créée en 1969 au hameau de Charmaix (1 550 m). Valfréjus prend véritablement son essor dans les années 1980, époque où l'on commence à y construire des résidences dans un style architectural adapté à la région. Disséminés dans une forêt de mélèzes, épicéas et pins cembro qui s'étire le long des pistes, les bâtiments revêtus de bois et de lauzes forment de petites unités de quatre ou cinq étages d'un aspect très charmant. Ils sont ornés de balcons sculptés et de volets peints dont l'harmonie confère beaucoup de chaleur à l'ensemble immobilier.

Station à taille modeste, Valfréjus saura vous combler pour un séjour familial alliant sport, découvertes et bien-être dans un environnement sauvage et préservé tout de bois bâti. Valfréjus possède également un accès privilégié aux autres stations de la Maurienne, permettant ainsi d'élargir vos plaisirs de glisse.

Bon plan : avec le forfait Eski-Mo 6-7 jours on skie dans 5 stations, soit 300 km de pistes en tout avec La Norma, Aussois et Val Cenis-Vanoise (avec en plus, un accès privilégié à son espace nautique) et Bonneval.

Un domaine skiable face au Parc National de la Vanoise. Le domaine couvre plus de 65 km de pistes étagées entre 1 700 et 2 737 mètres qui conviennent à tous les types de skieurs - soixante seize canons à neige viennent les couvrir d'or blanc quand cela est nécessaire. Un plateau de ski accueille les débutants à 2 200 mètres d'altitude où ils peuvent s'exercer en toute sérénité. Par ailleurs, un itinéraire "découverte" par la piste du jeu permet une alternative plaisante de retour en station : ce sont alors douze kilomètres de descente en pleine nature au milieu des mélèzes.

Vous trouverez à Valfréjus un snowpark, un Arva Park où l'on vous informe sur ce qu'il faut savoir en matière de sécurité et d'avalanches (recherche Arva, nivologie, secourisme...). Il est particulièrement important de vous y rendre si vous êtes adepte du freeride, de la randonnée à ski ou en raquettes (des sorties à la découverte de la faune locale sont proposées pour cette dernière activité). Les adeptes de sensations seront servis à Valfréjus qui offre de bons dénivelés et des itinéraires hors piste facilement accessibles. Sachez que le skwal (variante du monoski) est né dans cette station en 1992 sous l'impulsion de Patrick Balmain et Manuel Jammes. C'est également à Valfréjus que fut ouverte la première école de speedriding du monde, ATAKA, en 2001.

De belles balades revigorantes attendent aussi les piétons avec la proximité du Parc National de la Vanoise qui vous enchantera par sa faune, sa flore et son bon air. Autour de cette station, sachez que vous avez la possibilité de faire de l'escalade de cascade de glace, ainsi que du speed riding.

Côté enfants, les petits de 3 mois à 3 ans seront pour leur part bien accueillis à la halte-garderie Les Diablotins, tandis que les plus âgés sont attendus, dès 3 ans, dans deux jardins d'enfants, au village des Schtroumpfs ou au Club des Souris.

Des activités hors-ski, sur place, en station. Vous avez une patinoire naturelle de 450 m2 (place des Bergers), un centre de remise en forme, un spa, de la sculpture sur bois, ainsi que quelques bars et restaurants.

Pour le tourisme, n'hésitez pas à aller à Modane. On peut y voir, notamment, une fontaine datée de 1572 et classée monument historique, au centre de la vieille ville. À découvrir également : le Muséobar et la maison penchée. Cette dernière est une casemate dynamitée par les troupes allemandes lors de la libération de la cité en 1944. La visite de ses ruines donne le tournis ! Par ailleurs, vous profiterez d'un beau point de vue sur l'agglomération de Modane-Fourneaux depuis le fort du Replaton, lequel fait partie d'un réseau local de bâtiments défensifs. Autre curiosité de Modane : la Rizerie, centre d'exposition de la liaison ferroviaire Lyon-Turin, qui vaut le détour ne serait-ce que pour la beauté architecturale de son ancien bâtiment classé monument historique. À l'entrée de Valfréjus, accessible par un chemin piétonnier, ne manquez surtout pas l'impressionnante Chapelle Notre-Dame du Charmaix, un sanctuaire médiéval dédié à la Vierge Noire, construit au flanc des profondeurs des gorges du torrent du vallon et lieu de pèlerinage annuel renommé dans toute la région et le Piémont italien (la route du pèlerinage est jalonnée de quinze oratoires).

De nombreuses animations sont aussi prévues : concours de sauts à skis, descente aux lampions, concerts et soirées à thème, spectacles, soirées légendes et contes traditionnels en lisière de bois avec retour aux flambeaux... Les 24 et 25 décembre, rendez-vous pour l'arrivée du Père Noël et une boum spéciale pour les enfants, avant de patienter jusqu'au 31 décembre où un réveillon du Nouvel an vous éblouira par son feu d'artifice. En février, le Carnaval s'empare de la station tandis qu'en mars, une épreuve de ski-alpinisme, la Traversée des Rois Mages, attend les plus sportifs. Une chasse aux oeufs est enfin organisée à l'occasion de Pâques : avis aux gourmands !

Un temps fort à ne pas manquer, la Grande Odyssée Savoie-Mont-Blanc sur plusieurs sites de Haute-Maurienne, une course spectaculaire de chiens de traîneaux avec les meilleurs mushers du monde réunis pour l'occasion (du 10 au 21 janvier 2015).

Modane, porte d’Italie

La gare de Modane voit aller et venir les trains qui passent sous le tunnel ferroviaire du Mont-Cenis. C'est un point d'arrêt pour les TGV Paris-Milan que les amateurs de sports d'hiver connaissent particulièrement bien, car il permet de se rapprocher de nombreuses stations savoyardes. Modane est également situé au débouché du tunnel routier du Fréjus qui a été percé sous la pointe du Fréjus jusqu'à Bardonèche en Italie. Ouvert en 1980, il est long de 12 895 mètres.

ValloireHaut de page

Valloire est située sur la route des Grandes Alpes qui relie le lac Léman à la Méditerranée, non loin de la frontière franco-italienne. C'est une des plus importantes stations de Maurienne. Le village est constitué de 17 hameaux, à une altitude est de 1 430 mètres, et est bordé par un cours d'eau descendant vers Saint-Michel-de-Maurienne : la Valloirette.

La station des chasseurs alpins. Les débuts du ski à Valloire remontent à la Belle Époque, quand des pionniers de ce sport, notamment des militaires des Chasseurs alpins, viennent dévaler les pentes du village. Dans l'entre-deux guerres, le Club Alpin Français suscite l'engouement de jeunes citadins pour ce site. À la fin des années 1930, la station est lancée, mais il faut attendre l'après Seconde Guerre mondiale pour que se constituent peu à peu des infrastructures aptes à accueillir des vacanciers. C'est finalement à partir de 1965 que Valloire devient un des hauts lieux des sports d'hiver de Savoie.

Un petit train et des navettes circulent des hameaux au centre de la station pour en assurer la liaison. La station est labellisée Famille Plus Montagne avec de nombreuses garderies et des jardins d'enfants à disposition. Valloire c'est aussi la station du champion du monde en slalom (en 2011) Jean-Baptiste Grange.

Un domaine skiale au pied du Galibier. Son domaine, associé à celui de Valmeinier, offre des pistes pour tous les niveaux au pied du mythique Col du Galibier (1 642 mètres d'altitude) - bien connu des coureurs cyclistes - dans des paysages entourés de montagnes comme les singulières Aiguilles d'Arves, les Cerces avec ses majestueux bouquetins et le Thabor, maître des cimes - il se nomme d'ailleurs Galibier Thabor. On note également la proximité des Parcs Nationaux des Ecrins et de la Vanoise.

Le domaine compte 150 kilomètres de pistes réparties jusqu'à 2 600 mètres d'altitude, offrant ainsi un dénivelée de 1 170 mètres. 70 % de ce domaine est situé à plus de 2 000 mètres d'altitude et possède l'atout de pouvoir offrir une diversité de paysages (forêt, vallées, grands espaces, passages dans les petits hameaux).

Le renommé snowpark du lac de la Vieille accueille les freestylers dans plusieurs zones. Ce snowpark est classé parmi l'un des meilleurs en France, avec sa taille extra large. L'Expert Zone propose des modules de niveau rouge ou noir avec un slopestyle et plusieurs big airs, une table à butter, deux hips et des handrails. La piste ludique avec virages relevés, dômes et obstacles de ski cross est quant à elle ouverte à tous. Il y a aussi une Medium Zone, un half pipe et un Easy Park comprenant des whoops, des virages relevés et des bosses. Enfin, la Cool Zone assure son rôle d'espace détente avec musique, tables de pique-nique et outillage. Une zone Chrono dispose quant à elle d'un radar sur une piste si l'envie vous prenait de savoir à quelle vitesse vous skiez !

Vous trouverez également deux parcours balisés et tracés pour des balades en raquettes au sommet des télécabines Sétaz et Brive. À ce dernier, un village nordique donne accès à des activités ouvertes à tous, skieurs ou non : village d'igloos, sentier de découverte et de promenade panoramique de la Séa, piste de luge sécurisée, aires de pique-nique. Les skieurs de fond disposent de dix kilomètres de pistes de 1 550 mètres à 1 850 mètres d'altitude. Par ailleurs, un Arva Park, dans le secteur Sétaz, permet d'apprendre la technique de recherche de victimes d'avalanches. Curiosité de la station : le 2e régiment étranger de génie entretient un poste de montagne à Valloire et on peut ainsi voir des légionnaires débutants sur les pistes.

D'autres loisirs sont possibles : sorties en attelage de chiens de traîneaux, randonnées avec des ânes ou même des lamas, parapente, speed riding, ULM ou avion (présence d'un aéroclub).

Patrimoine et animations. Arts martiaux ou patinage vous attendent en station où se trouvent encore un bowling, des discothèques, des cafés et pubs organisant des concerts, un centre culturel avec cinéma, bibliothèque, salles d'exposition, de conférence et multimédia, un centre de remise en forme, des visites de fermes et des activités pour les enfants.

Quant aux gourmands, ils devront absolument tester les spécialités de la région : le diot de Valloire, la tomme de chèvre ou le farçon. Un marché de produits régionaux vous accueille une fois par semaine au village. Lors d'une visite de Valloire, découvrez également, au coeur du village, la belle église Notre-Dame de l'Assomption et son décor intérieur de toute beauté : un bijou de l'architecture baroque.

Côté animation, vous avez entre autres le petit marché artisanal de Noël (22 au 24 décembre), des concours de sculpture sur neige et sur glace (courant janvier) et le FestiValloire, autrement appelé 10e Festival National du Court-métrage (janvier). La JB Cup (début avril) est un super combiné de ski alpin dédié aux poussins - licenciés ou non - avec deux épreuves (slalom et super G). Et la Montagne aux Enfants (avril) se déroule sur deux semaines spéciales enfants avec au programme une montagne d'animations, une Semaine de la Caricature (avril) où vous pourrez vous faire tailler le portrait sous le chapiteau en face du cinéma. De nombreux autres événements sportifs et festifs seront aussi de la partie chaque semaine de la saison.

Jean-Baptiste Lagrange

Champion du monde de Slalom 2011 à Garmish (Allemagne), Jean-Baptiste Lagrange est un enfant du pays. Né à Saint-Jean-de-Maurienne, il a toujours vécu à Valloire et s'est formé à la compétition sportive du ski au ski club de Valloire. Il y vient régulièrement s'y ressourcer et pratiquer ses activités favorites, dont le ski hors-piste et la fête avec ses amis valloirins !

Valloire sous la neige
Valloire sous la neige
Oiseau symbolique, sculpté dans la neige
Oiseau symbolique, sculpté dans la neige
Remontées mécaniques
Remontées mécaniques
Skieur - Valloire
Skieur - Valloire
ValmeinierHaut de page

Valmeinier est la petite soeur de Valloire dont elle est séparée par seulement 15 kilomètres, mais elle possède bien tous les atouts d'une grande station. La station est orientée sud-ouest et garantit un bon enneigement tout au long de la saison d'hiver. On accède au domaine depuis Saint-Michel-de-Maurienne par la route montant au Col du Télégraphe, à vingt kilomètres depuis la vallée.

Une station étagée. Depuis la vallée de la Maurienne, où culmine le mont Thabor (plus de 3 000 mètres d'altitude), on accède d'abord à Valmeinier 1 500 (1 500 mètres d'altitude), chef-lieu savoyard particulièrement étalé et étagé, avec une vingtaine de hameaux et de lieux-dits, et ayant conservé ses charmantes maisons en pierre avec des toits de lauze. Viennent ensuite Valmeinier 1 800 (1800 mètres d'altitude), station plus moderne (née en 1986) constituée de petites résidences situées aux pieds des pistes et, enfin, le secteur Girodière/l'Arméra, faisant face à Valmeinier 1 500, premier site dédié aux sports d'hiver dans la station (créé en 1973) : c'est là que l'on trouve le site touristique et historique de Valmeinier.

Vous trouverez dans la région de Valmeinier des panoramas exceptionnels sur de nombreux cols alpins (Col de la Neuvache, des Marches, de la Madeleine et de Valmeinier), des lacs et des glaciers, de même que de nombreux torrents (la Neuvache, les Marches, ou Culées).

Un domaine skiable très étendu. Aujourd'hui, le domaine de Valmeinier fait partie des 1 600 hectares du domaine Galibier-Thabor avec Valloire : ce sont quatre versants, 70 % du domaine au-dessus de 2 000 mètres, ainsi que la présence de 400 enneigeurs... Il y a là 150 kilomètres de pistes variées qui conviennent aux skieurs de tous niveaux. Les personnes à mobilité réduite sont les bienvenues : Valmeinier est classée station Tourisme et Handicap. Le secteur du Gros Crey est par exemple accessible aux skieurs assis. Au Crey du Quart, vous avez un snow park composé d'un half pipe et d'un boardercross préformé. Sur le même site, il y a une Zone Chrono, laquelle vous permet de tester vos capacités, ainsi qu'un ARVA Parc destiné à vous initier à la recherche de victimes d'avalanches et à l'utilisation de cet instrument de sécurité qu'est le ARVA : indispensable si vous aimez le freeride et les pistes non balisées !

Pour les freeriders, un secteur hors piste est à découvrir, de préférence avec des accompagnateurs qui connaissent bien le terrain, sur les massifs du Gros Crey et du Crey du Quart. Il est encore à noter que les non skieurs peuvent pratiquer à Valmeinier le tandemski : grâce à ce dispositif, des moniteurs de ski vous font dévaler les pentes du domaine !

Ici, la montagne en hiver s'apprécie aussi au cours de balades en raquettes, en attelage de chiens de traîneaux, en ski-joëring, sur une luge (deux pistes), ainsi que lors de vols en parapente ou en ULM. Le ski nocturne est également possible, de même que de l'accrobunji (trampoline), ou encore de la glisse sur la patinoire naturelle de Valmeinier 1 800 où 600 m2 de plaisir vous attendent.

Les enfants trouveront de quoi s'occuper dans de nombreuses infrastructures d'accueil et de loisirs : jardin des neiges, clubs ou garderies. Un Bubble Kids (structures gonflables) leur est spécialement réservé : amusement et fous rires garantis !

Des activités animées. Des restaurants et bars - y compris en altitude - font partie des agréments de Valmeinier, station où l'on trouve des cinémas, un bowling, des salles polyvalentes, de remise en forme, ainsi qu'une discothèque pour vous divertir en soirée. Des animations sont par ailleurs organisées durant toute la saison : descentes aux flambeaux, spectacles sur neige, jeux, dégustations de produits régionaux, concerts...

Les amateurs du patrimoine local découvriront quant à eux le charme traditionnel de la région à travers son patrimoine bâti (chapelles rurales comme la chapelle Notre Dame des Neiges sur les hauteurs, dans un cadre d'une beauté rare, l'église du XVIIIe siècle où vous pourrez voir exposés des objets de culte, ou encore le moulin aux Grandes Cotes à Valmeinier 1 500) et ses spécialités culinaires (tartiflette, croziflette, tarte à la myrtille, fromage...). Une association de bénévoles pour la sauvegarde et la valorisation de Valmeinier propose d'ailleurs de faire partager aux vacanciers des anecdotes sur le pays et des visites guidées gratuites de l'église. Le marché de Valloire vous est quant à lui accessible une fois par semaine avec un transfert possible par le Taxi Noraz : de quoi vous approvisionner copieusement en produits régionaux !

La saison hivernale s'articule autour de grands temps forts dont la Montée de la Mine (2 janvier), une compétition de ski de randonnée, en nocturne, avec une montée à sec et un dénivelé de 700 mètres. Le Snow Ball Fight consiste en une tournée de bataille de boules de neige et le Press Purée Contest s'adresse aux adeptes de glisse et de sensations. Tout comme le Speed Ride'Air, compétition internationale de speed riding et, le Derby de la Mine, compétition ouverte à tous, où les riders s'affrontent sur deux runs hors piste chronométrés.

De Val des Mines à Valmeinier

Le nom de Valmeinier rappelle une des activités passées de cette localité. Il est en effet la déformation de "  Val des Mines  ". C'est de l'anthracite qui fut extrait de la montagne ici pendant quelques siècles. Fondé au XIIe siècle, le village vivait aussi de l'agriculture et de l'élevage jusqu'au milieu du XXe siècle. Frappé, comme tant d'autres, par les effets de l'exode rural, il a repris de la vigueur avec la création de sa station de ski. Vous qui glisserez tranquillement ici dans de jolis paysages, souvenez-vous que Valmeinier a été le théâtre d'une bataille durant la Révolution française entre Français et Piémontais. Les habitants du village en ont subi de graves conséquences, car la plupart de leurs maisons furent pillées et brûlées à cette occasion.

Le village de Valmeinier
Le village de Valmeinier
ValmorelHaut de page

Valmorel est une station située à 1 400 mètres d'altitude sur la commune des Avanchers-Valmorel, en Tarentaise, à quinze kilomètres en aval de Moûtiers. Valmorel est une station récente, dite de quatrième génération, à taille humaine et construite dans les années 1970. Grâce au domaine skiable du Grand Domaine auquel elle appartient, une liaison directe assure une connexion avec le domaine de Saint-François-Lonchamp, en Maurienne, via le Col de la Madeleine.

Une station qui s'inspire du village des Avanchers. Quelques remontées mécaniques, dont le téléski du Rocher, ont pour origine l'histoire du ski dans le village des Avanchers Valmorel (1 100 m) qui s'ouvrit à cette discipline dès 1939 (un espace patrimonial à la mairie relate cette " bénédiction des skis ". Après une longue période d'exode rural qui a frappé la vallée de Morel, un projet donne lieu à la création de la station de sports d'hiver en 1976. Au-dessus du village, à 1 400 mètres d'altitude, pour répondre aux besoins de redynamisation économique de la vallée, on inaugure Valmorel La Belle : un bien joli nom ! L'architecture s'inspire des chalets savoyards traditionnels avec des maisons de 3 à 4 étages bâties en bois avec de grands balcons et des toits de lauzes, s'intégrant parfaitement au paysage naturel environnant. Le centre de la station est piéton et accueille les commerces dont les façades sont décorées de fresques en trompe-l'oeil.

Depuis, la station familiale de Valmorel a pris un nouvel essor en doublant sa capacité d'hébergement et modifie son image par l'ouverture récente (hiver 2011-2012) dans la station du plus luxueux Club Méditerranée (un village 4 tridents et un espace 5 tridents) d'Europe et d'une résidence de luxe (4 étoiles) MGM (hiver 2013-2014) : un nouveau statut qui devrait lui permettre de relancer de manière radicale son économie touristique ! Valmorel s'inscrit en outre dans le cadre magnifique des Vallées d'Aigueblanche, avec de multiples possibilités d'activités et une variété d'ambiances et de paysages exceptionnels.

Du domaine de Valmorel au Grand Domaine. Le domaine skiable de Valmorel regroupe trois stations de Tarentaise : deux stations en vallée de Morel, Valmorel et Doucy-Combelouvière, et Celliers (vallée de Celliers) qui est relié à la fois au domaine de Valmorel et à celui du Grand Domaine. Ce grand domaine skiable regroupe donc trois vallées sur 3 600 ha : les deux vallées de Tarantaise (Morel et Celliers) sur 3 000 ha et 600 ha de la vallée du Bugeon en Maurienne, avec la station de Saint-François-Longchamp. Ce sont 165 km de pistes desservies par 50 remontées mécaniques entre 1 400 et 2 550 mètres d'altitude. Une belle diversité de paysages : forêts, alpages en pentes douces et descentes vertigineuses depuis les sommet !

Une neige de qualité entretenue toute la saison par 315 canons à neige. Des espaces diversifiés avec des stades d'initiation sécurisés. Des espaces nouvelles glisses concentrés dans les snowzones avec boardercross, slopes style et zone de free ride, mais aussi quatre espaces d'initiation à la glisse, idéal pour les débutants. Et des espaces vierges entre sapins et haute montagne raviront les adeptes du hors piste et du ski de randonnée. Pour mieux desservir la station qui s'agrandit, deux nouvelles remontées mécaniques ont été mises en place depuis l'hiver 2011-2012 (Pierrafort et Morel) : 3 000 personnes à l'heure sont transportées sur chacun d'eux.

Le ski de fond se pratique quant à lui sur 20 km de pistes tracées à partir des Avanchers (navette gratuite) et sur les stations de Doucy-Combelouvière et Celliers. La vallée du Morel dispose également de 11 kilomètres de sentiers piétons balisés et fléchés entre Valmorel, Doucy-Combelouvière et Celliers. Plus au nord de la station, en direction d'Aigueblanche et depuis la station thermale de la Léchère, vous atteindrez la station de Naves, le plus haut domaine de ski nordique de Savoie, sur le versant ensoleillé du Beaufortin : 43 kilomètres de pistes tracées en skating et en alternatif vous y attendent avec des pistes à 2 000 mètres d'altitude.

Autres activités proposées en station : raquettes à neige, moto neige, randonnées en quads, ski joëring, luge et snake gliss, airboard (luge individuelle gonflable), cascade de glace, speed flying, parapente, mais aussi ski de randonnée.

Des loisirs contrastés entre détente, découverte du patrimoine et balade sportive. Au village de Valmorel, de nombreux restaurants, bars et pubs vous accueillent, de même qu'un cinéma et une discothèque. Notez que Valmorel pense à votre bien-être avec de nombreuses structures dédiées à la détente : spa, institut de cures thermales avec balnéothérapie et soins esthétiques, centre de remise en forme : de quoi vous concocter une réelle bulle de plaisir après une journée sur les pistes. Une fois revigoré, testez les soirées apéro-gliss ou resto-gliss, avec une montée en chenillette dans un restaurant d'altitude, un apéritif ou un repas, puis une descente en snake-gliss : de quoi vous assurez des moments conviviaux dans la bonne humeur ! Les adeptes de la balade en raquettes pourront eux aussi tester la raquette-apéro pour découvrir en nocturne des sensations nouvelles sur la neige et des saveurs savoyardes méconnues, accompagné d'un guide ! Les petits seront quant à eux bien encadrés avec un Club des Piou-Piou organisant diverses activités comme des descentes aux flambeaux ou des soirées raquettes.

Les plus nostalgiques, amoureux d'authenticité, pourront opter pour des balades d'antan : des promenades avec des ânes ou un cheval de trait à la découverte des richesses du patrimoine local (halte casse-croûte aux vieux chalets, possibles sur réservation). Ou encore, une sortie journée dans la forêt préservée de Pierre Larron qui domine la vallée de Morel. Côté patrimoine, n'hésitez pas à parcourir les splendides hameaux de la vallée. Ne manquez pas de visiter, à Avanchers-Valmorel, l'église Saint-André et ses nombreuses chapelles aux alentours, ainsi qu'un espace patrimonial avec des témoignages des premiers temps du ski dans la vallée, ou encore le four banal du Fey-Dessous, et La Pierre des morts, un lieu de recueillement.

En station, de nombreuses animations vous attendent au coeur de l'hiver. Les traditionnels Noël magique et semaine du Nouvel an (25 décembre au 1er janvier). Une semaine gastronomique (janvier) avec démonstration de recettes anciennes et dégustation de produits locaux. Lors des vacances scolaires de février, un accent particulier est mis sur les animations pour les jeunes adolescents avec, en après-ski, des pots d'accueil, ski show et feu d'artifice, parade de cirque ou musique, quiz, courses de luge, jeux en bois, etc. ainsi que des soirées thématiques, karaoké, théâtre, loto et projections de films. Tout le monde est bien évidemment convié ! Un week-end de Pâques consacré à la 8e édition du Festival " Mets d'la Wax ", festival du film amateur de sport de montagne (avril), à quoi viennent s'ajouter des projections publiques et des concerts en tout genre.

Le Grand Domaine s'agrandit

Le domaine de Valmorel intègre deux domaines de ski nordique à proximité de la station de Valmorel : Doucy-Combelouvière (1 300 m) dans la vallée de Morel, le long du torrent de Morel ; Celliers (1 250 m), en contrebas du massif de la Lauzière, dans la vallée de Celliers.

Géographiquement proche de la station de Valmorel, Doucy-Combelouvière propose un accès direct aux pistes et rejoint Valmorel et le Grand Domaine par des téléskis successifs. Elle offre un ski varié (alpin, nordique), une snowzone avec boardercross et 50 km d'itinéraires pour les balades en raquettes.

Le village de Celliers situé en bordure du torrent de l'Eau Rousse, sur la route du col de la Madeleine - d'où l'on rejoint la station Saint-François-Longchamp - est propice aux randonnées à ski d'altitude (ski-alpinisme) ou en raquettes dans des paysages grandioses. Il est relié au Grand Domaine en trois minutes depuis le hameau de la Chapelle par la récente télécabine Celliers.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis