Le guide : CHEMINS COMPOSTELLE - CAMINO FRANCES : Étape 12 : Santander – Santillana del mar (32,5 km)

Guide
+LE CAMINO FRANCES
Étape 1 - Saint-Jean-Pied-de-Port / Roncevaux (26 km)Étape 2 - Roncevaux / Larrasoaña (27 km)Étape 3 - Larrasoaña / Pampelune (16,5 km)Étape 4 - Pampelune / Puente de la Reina (24 km)Étape 5 - Puente la Reina / Estella (22 km)Étape 6 - Estella / Los Arcos (22 km)Étape 7 – Los Arcos / Logroño (28 km)Étape 8 - Logroño – Nájera (31 km)Étape 9 - Nájera / Santo Domingo de la Calzada (21 km)Étape 10 - Santo Domingo de la Calzada / Belorado (23 km)Étape 11 - Belorado / San Juan de Ortega (24 km)Étape 12 - San Juan de Ortega / Burgos (27 km)Étape 13 - Burgos / Hontanas (31 km)Étape 14 - Hontanas / Boadilla del Camino (28 km)Étape 15 - Boadilla del Camino / Carrión de los Condes (25 km)Étape 16 - Carrión de los Condes / Terradillos de los Templarios (27 km)Étape 17 - Terradillos de los Templarios / El Burgo Ranero (30 km)Étape 18 - El Burgo Ranero / León (37 km)Étape 19 - León / Villadangos del Paramo (22 km)Étape 20 - Villadangos del Paramo / Astorga (28 km)Étape 21 - Astorga / Rabanal del Camino (20 km)Étape 22 - Rabanal del Camino / Ponferrada (32 km)Étape 23 - Ponferrada / Villafranca del Bierzo (23 km)Étape 24 - Villafranca del Bierzo / O Cebreiro (28 km)Étape 25 – O Cebreiro – Triacastela (21 km)Étape 26 – Triacastela – Sarria (21 km)Étape 27 – Sarria / Portomarin (22,5 km)Étape 28 – Portomarin / Palas de Rei (25 km)Étape 29 – Palais de Rei / Arzua (26 km)Étape 30 – Arzúa / O Pedrouzo (19 km)Étape 31 – O Pedrouzo / Saint-Jacques de Compostelle (20 KM)

Étape 12 : Santander – Santillana del mar (32,5 km)

Santander - Santillana del mar
Santander - Santillana del mar
LE JOURNAL DE L’ÉTAPEHaut de page

0 km : On débarque à Santander sur le Paseo de la Pereda. On rejoint la cathédrale. On prend la calle Jesús de Monasterio puis la calle Burgos. On suit l'agréable Alameda de Oviedo qui termine sur la plaza de Cuatro Caminos. On longe l'hôpital en prenant l'avenida de Valdecilla jusqu'à un rond-point. Sur la gauche, on prend la calle Tajo, puis on passe devant l'usine Teka. On passe sous les voies ferrées et on suit la N-611 avant de traverser Peñacastillo. On longe la voie ferrée sur un chemin prévu à cet effet. On passe sous les viaducs qui nous protègent de l'A-67 et on continue jusqu'à Santa Cruz de Bezana. On longe la voie ferrée en direction de Boo de Piélago que l'on traverse en passant devant son église de San Juan Bautista. On se dirige ensuite vers Arce. On traverse le pont d'Arce qui passe au-dessus du río Pas. On suit la CA-232 jusqu'aux voies ferrées. On emprunte alors un détour sur la gauche qui nous mène jusqu'à Mogro.

24 km : On sort du village en passant devant le cimetière. On continue la route (légèrement en montée) vers Bárcena de Cudón. On traverse ensuite la CA-232 et on longe un oléoduc jusqu'à atteindre un rond-point à la hauteur de Requejada.

30 km : On suit la N-611 pendant quelques kilomètres. On traverse un premier puis un second rond-point. On tourne à droite pour se diriger vers Viveda, puis on continue vers Santillana del Mar, fin de l'étape en passant par Camplengo. A la sortie de ce dernier village de l'étape, on prendra la voie qui passe sous la CA- 316 et qui nous mène directement au centre-ville.

32, 5 km : Arrivée à Santillana del Mar.

Carnet de route

Après l'étape courte de la veille, vous aurez certainement repris des forces pour affronter cette longue étape de 32 km, qui ne présente cependant aucune difficulté. Ainsi, cette étape nous balade de villages en villages jusqu'à la splendide commune de Santillana del Mar, que vous apprécierez d'autant plus si vous êtes de passage hors saison (en été, la foule de touristes est vraiment impressionnante).

Jour 12 - 32,5 km.

Cumulé : 297,5 km.

Profil de l'étape : facile.

Durée : 8 heures de marche.

La pensée du jour

Mon coeur est saturé de plaisir quand j'ai du pain et de l'eau.

Epicure (philosophe grec)

SUR LE CHEMINHaut de page

Cité balnéaire de 1 400 habitants nichée au bord d'une ría où la rivière Pas se jette dans la mer Cantabrique. À proximité se trouve le parc naturel de Las Dunas de Liencres, un des plus grands ensembles de dunes du littoral cantabrique, situé sur la rive gauche de l'embouchure du Pas.

REQUEJADAHaut de page

Commune de 1 000 habitants environ installée au bord du río Besaya. Déjà au XVIIIe siècle, son port servait au commerce du fer et du blé.

SANTILLANA DEL MARHaut de page

A peine 4 000 habitants, quelques rues, et pourtant un mythe. Le vieux bourg que Jean-Paul Sartre décrit dans La Nausée est né au VIIIe siècle autour du monastère Santa Juliana, dont il tire son nom. Déclaré monument national, Santillana del Mar - qui n'est pas au bord de la mer - est dans son ensemble un village-musée qui peut se vanter de ne pas posséder une seule pierre postérieure au XVIIIe siècle : église romane, tours et petits palais, fermes traditionnelles, rien n'y manque. Ce pittoresque bourg médiéval, considéré comme l'un des plus beaux d'Espagne est d'une authenticité et d'un charme irréprochables. Seuls les ateliers des charpentiers, un tracteur qui passe ou des vaches conduites à l'abreuvoir (médiéval), nous rappellent que l'on n'est pas seulement dans un décor de cinéma. En été, malheureusement, les ruelles grouillent de touristes dès 9h du matin. A visiter hors saison.

Gil Blas au pays de Santillana

C'est bien à Santillana qu'est né Gil Blas, le héros du roman satirique Histoire de Gil Blas de Santillane (publié entre 1715 et 1735), de Lesage. Le bourg, habité alors par des aristocrates d'un jour et des nobliaux ambitieux, offre un tremplin exemplaire aux aventures de ce pícaro (un héros miséreux, mais futé). Parti à dos de mule faire ses études à l'université de Salamanque, Gil Blas fait le tour d'Espagne et des petits métiers. Tour à tour voleur, domestique et don Juan (c'est un métier), il goûte enfin aux couloirs et aux prisons des palais. En publiant cette chronique de la bassesse humaine, qui a fait le tour du monde, Lesage signe un pamphlet mordant, considéré comme le premier roman réaliste français et l'un des derniers chefs-d'oeuvre du genre picaresque, très répandu en Espagne entre les XVIe et XVIIIe siècles.

office du tourismeHaut de page
Le couvertHaut de page

Tavernes typiques et animées, restaurants traditionnels, le choix est vaste pour un si petit village. Au menu : plateaux de fromage, cocido (pot-au-feu) et grillades.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis