Le guide : CHEMINS COMPOSTELLE - CAMINO FRANCES : Étape 3 : Zarautz - Deba (22 km)

Guide
+LE CAMINO FRANCES
Étape 1 - Saint-Jean-Pied-de-Port / Roncevaux (26 km)Étape 2 - Roncevaux / Larrasoaña (27 km)Étape 3 - Larrasoaña / Pampelune (16,5 km)Étape 4 - Pampelune / Puente de la Reina (24 km)Étape 5 - Puente la Reina / Estella (22 km)Étape 6 - Estella / Los Arcos (22 km)Étape 7 – Los Arcos / Logroño (28 km)Étape 8 - Logroño – Nájera (31 km)Étape 9 - Nájera / Santo Domingo de la Calzada (21 km)Étape 10 - Santo Domingo de la Calzada / Belorado (23 km)Étape 11 - Belorado / San Juan de Ortega (24 km)Étape 12 - San Juan de Ortega / Burgos (27 km)Étape 13 - Burgos / Hontanas (31 km)Étape 14 - Hontanas / Boadilla del Camino (28 km)Étape 15 - Boadilla del Camino / Carrión de los Condes (25 km)Étape 16 - Carrión de los Condes / Terradillos de los Templarios (27 km)Étape 17 - Terradillos de los Templarios / El Burgo Ranero (30 km)Étape 18 - El Burgo Ranero / León (37 km)Étape 19 - León / Villadangos del Paramo (22 km)Étape 20 - Villadangos del Paramo / Astorga (28 km)Étape 21 - Astorga / Rabanal del Camino (20 km)Étape 22 - Rabanal del Camino / Ponferrada (32 km)Étape 23 - Ponferrada / Villafranca del Bierzo (23 km)Étape 24 - Villafranca del Bierzo / O Cebreiro (28 km)Étape 25 – O Cebreiro – Triacastela (21 km)Étape 26 – Triacastela – Sarria (21 km)Étape 27 – Sarria / Portomarin (22,5 km)Étape 28 – Portomarin / Palas de Rei (25 km)Étape 29 – Palais de Rei / Arzua (26 km)Étape 30 – Arzúa / O Pedrouzo (19 km)Étape 31 – O Pedrouzo / Saint-Jacques de Compostelle (20 KM)

Étape 3 : Zarautz - Deba (22 km)

Zarautz - Deba
Zarautz - Deba
LE JOURNAL DE L’ÉTAPEHaut de page

0 km : On quitte le centre-ville en remontant la Calle Santa Bárbara qui nous mène à l'extérieur de Zarautz, en suivant un chemin qui traverse les vignobles de txacoli. Au loin, on aperçoit Getaria. On suit alors la route GI - 3391 qui nous guide jusqu'au centre-ville de Getaria.

4 km : On reprend la GI- 3391 en montée et une fois à la hauteur de la maison Akarregi-Txiki, on suit une piste de terre, en direction d'Askizu, puis on tombe sur la GI-3392 que l'on emprunte pour traverser Askizu. A la sortie du village, on continue en suivant une piste de terre. Celle-ci descend pour atteindre la N-634. Nous suivons la nationale et on traverse la ría pour atteindre le prochain village de l'étape.

9, 5 km : On longe la ría en suivant le Paseo de Gernika de Zumaia et on traverse un pont pour accéder au centre-ville. On passe devant la mairie et l'église San Pedro. On rejoint l'ermitage d'Arritokieta en montant des marches. Sur notre gauche se trouve le hameau de Sakarate, on continue tout droit en suivant un chemin qui traverse des prés et qui se dirige vers Elorriaga. Une fois arrivé à Elorriaga, une piste goudronnée descend vers la N-634, que l'on traverse, puis on reprend la piste goudronnée légèrement en montée pour atteindre un sentier qui traverse une pinède. On suit ce chemin et on retombe sur la nationale que l'on parcourt sur son bas-côté pendant une centaine de mètres. Sur notre gauche, une piste forestière nous permet de retrouver le calme des bois pendant quelques centaines de mètres. On traverse à nouveau la N-634 et le village d'Itziar en se dirigeant vers la mer, que l'on devine au loin. Des arbres et quelques maisons parsèment la descente à Deba, fin de l'étape. On passe devant l'ermitage de Sandroke et on atteint l'entrée de Deba. L'arrivée est moderne, on peut même prendre deux ascenseurs qui nous emmènent directement à la Plaza Mayor.

22 km : Arrivée à Deba.

Carnet de route

Belle étape côtière qui nous promène de port en port au rythme de montées et de descentes prononcées. Entre Zumaia et Deba, les formations de flysch dessinent des paysages spectaculaires le long du littoral.

Jour 3 - 22 km.

Cumulé : 71 km.

Profil de l'étape : difficulté moyenne.

Durée : 6 heures de marche.

La pensée du jour

Sur le chemin, comme dans la vie, la sagesse n'a de valeur que si elle peut aider l'homme à vaincre un obstacle.

Paulo Coelho (romancier brésilien et pèlerin sur les Chemins de Saint-Jacques)

SUR LE CHEMINHaut de page
GUETARIAHaut de page

Guetaria (2 700 habitants) est l'un des plus jolis villages de pêcheurs de la côte, doté d'une belle plage dont l'urbanisation s'est développée sur l'isthme d'une péninsule qui se termine au mont de San Antón. Ce dernier est aussi appelé El Ratón de Guetaria (" la souris "), en raison de sa forme. C'est aussi le berceau du grand navigateur Juan Sebastián Elcano, qui ramena, en 1522, des Philippines, le seul navire rescapé de la première expédition autour du monde, ainsi que du célèbre couturier Cristóbal Balenciaga.

La pêche à la baleine a été l'activité principale de la cité pendant plusieurs siècles. Son vieux quartier, en pente vers le port, est pittoresque et bien conservé. En descendant une chaussée en pierres, vous passerez sous un arc abritant un temple où se trouve l'image de la Vierge. Dans le port, où flottent des bateaux verts, rouges et bleus, s'alignent de nombreux restaurants avec terrasse, où vous n'oublierez pas de goûter au txakoli (vin basque, blanc ou rouge, à déguster bien frais de préférence), dont les vignes entourent le village.

Getaria.
Getaria.
Getaria et son port.
Getaria et son port.
office du tourismeHaut de page
Le couvertHaut de page

Impossible de faire une halte à Guetaria sans tester la gastronomie locale. La spécialité du coin, c'est le poisson grillé a la plancha, à accompagner de préférence d'une bouteille de txakoli.

Il fut un temps l'un des ports commerciaux les plus importants de Guipuzcoa. Assez moderne, cette ville située sur le chemin de Saint-Jacques est célèbre pour sa fête populaire de San Telmo, où l'on peut assister à diverses démonstrations : défilés, procession, pelote basque ou danses. Elles ont lieu une semaine après le dimanche de Pâques. Le charme des lieux n'a pas échappé à deux artistes, le sculpteur Julio Beobide et le peintre Ignacio Zuloaga, à qui Zumaia a d'ailleurs dédié un musée.

Zumaia.
Zumaia.
office du tourismeHaut de page

Bâtie entre la mer et la montagne, Deba (5 000 habitants) est une ville un peu industrialisée, mais sa plage reste agréable et c'est un bon point de départ pour des excursions et des randonnées vers la Biscaye ou la Guipúzcoa. Deba connut sa période de prospérité au XVIe siècle, grâce à son transport naval et à ses expéditions de pêche à la baleine et au cabillaud.

office du tourismeHaut de page
Le couvertHaut de page
Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis