Le guide : CHEMINS COMPOSTELLE - CAMINO FRANCES : Étape 12 - San Juan de Ortega / Burgos (27 km)

Guide
+LE CAMINO FRANCES
Étape 1 - Saint-Jean-Pied-de-Port / Roncevaux (26 km)Étape 2 - Roncevaux / Larrasoaña (27 km)Étape 3 - Larrasoaña / Pampelune (16,5 km)Étape 4 - Pampelune / Puente de la Reina (24 km)Étape 5 - Puente la Reina / Estella (22 km)Étape 6 - Estella / Los Arcos (22 km)Étape 7 – Los Arcos / Logroño (28 km)Étape 8 - Logroño – Nájera (31 km)Étape 9 - Nájera / Santo Domingo de la Calzada (21 km)Étape 10 - Santo Domingo de la Calzada / Belorado (23 km)Étape 11 - Belorado / San Juan de Ortega (24 km)Étape 12 - San Juan de Ortega / Burgos (27 km)Étape 13 - Burgos / Hontanas (31 km)Étape 14 - Hontanas / Boadilla del Camino (28 km)Étape 15 - Boadilla del Camino / Carrión de los Condes (25 km)Étape 16 - Carrión de los Condes / Terradillos de los Templarios (27 km)Étape 17 - Terradillos de los Templarios / El Burgo Ranero (30 km)Étape 18 - El Burgo Ranero / León (37 km)Étape 19 - León / Villadangos del Paramo (22 km)Étape 20 - Villadangos del Paramo / Astorga (28 km)Étape 21 - Astorga / Rabanal del Camino (20 km)Étape 22 - Rabanal del Camino / Ponferrada (32 km)Étape 23 - Ponferrada / Villafranca del Bierzo (23 km)Étape 24 - Villafranca del Bierzo / O Cebreiro (28 km)Étape 25 – O Cebreiro – Triacastela (21 km)Étape 26 – Triacastela – Sarria (21 km)Étape 27 – Sarria / Portomarin (22,5 km)Étape 28 – Portomarin / Palas de Rei (25 km)Étape 29 – Palais de Rei / Arzua (26 km)Étape 30 – Arzúa / O Pedrouzo (19 km)Étape 31 – O Pedrouzo / Saint-Jacques de Compostelle (20 KM)

Étape 12 - San Juan de Ortega / Burgos (27 km)

San Juan de Ortega / Burgos
San Juan de Ortega / Burgos
LE JOURNAL DE L’ÉTAPEHaut de page

0 km : On quitte San Juan de Ortega en laissant derrière nous son monastère éponyme. Deux options sont possibles. Soit on prend la route qui conduit à Sanctovenia de Oca, mais nous préfèrerons opter pour l'itinéraire suivant : on prend la route départementale où se dresse une croix en bois, on continue tout droit en empruntant le chemin qui passe à travers une pinède sauvage et qui mène à Agès. On franchit le village en laissant derrière nous une peupleraie, puis on emprunte la route qui mène à Atapuerca.

6 km : On traverse le village, célèbre pour ses sites archéologiques, en empruntant la route principale qui divise Atapuerca en deux. On abandonne le village et la route goudronnée pour emprunter sur notre gauche une piste caillouteuse en montée. Arrivé à une croix en bois, on peut contempler au loin la cathédrale de Burgos. On amorce alors la descente qui nous conduit à Villaval, sur la gauche. La traversée du village est rapide, puis on suit la route départementale qui nous conduit vers Cardeñuela Riopico.

12,5 km : La route traverse Cardeñuela Riopico et nous continuons à la suivre pour passer par le village de Orbaneja. On passe par dessus l'A-1 en empruntant le pont destiné aux piétons. A environ 200 m de là, on tombe sur une zone résidentielle. Ici, il est recommandé de suivre l'itinéraire qui passe par Castañares en prenant sur la gauche une piste de terre qui avance en direction de l'aéroport de Burgos. Aux abords de l'aéroport, on tourne sur la gauche en direction de Castañares. On traverse à nouveau la N-120. On emprunte alors un chemin qui longe la rivière Arlanzón. Il débute après un pont à la sortie de Castañares et nous dirige vers le centre-ville de Burgos, une fois que nous avons traversé le pont de San Pablo ou pont du Cid.

26 km : Arrivée à Burgos.

Carnet de route

Après la traversée des Montes de Oca, on pénètre tranquillement dans la Meseta castillane lors d'une étape sans difficulté particulière, dont les paysages nous accompagneront pendant les dix prochains jours. Au bout de cette étape, on abandonne la paix des champs pour retrouver les bruits de la ville, avec l'arrivée à Burgos.

Jour 12 - 26 km.

Cumulé : 291,5 km.

Profil de l'étape : facile.

Durée : 6 heures 30 de marche.

La pensée du jour

Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts.

Isaac Newton (philosophe et savant anglais, XVIIe et XVIIIe siècles).

SUR LE CHEMINHaut de page
ATAPUERCAHaut de page

Village d'environ 150 habitants où se produisit en 1054 une célèbre bataille opposant Ferdinand Ier de León à son frère García IV de Navarre, ce dernier trouvant la mort lors du combat. Atapuerca, qui conserve une église des XVe et XVIe siècles dédiée à saint Martin, est surtout connue pour son site préhistorique qui constitue un véritable trésor classé au patrimoine mondial de l'Unesco.

Vous trouverez sur place plusieurs bars, restaurants et boulangeries.

A voir / A visiterHaut de page
CARDEÑUELA RIOPICOHaut de page

Village de moins de 100 habitants où vous pourrez faire halte dans l'auberge municipale pour passer la nuit ou prendre un repas.

Burgos (180 000 habitants) fut un centre de passage des pèlerins, comptant jusqu'à 33 hospices pour recevoir ces derniers. Elle est aussi la ville du Cid Campeador, qui inspira, certes, l'une des pièces les plus célèbres de Corneille, mais surtout de nombreux poèmes et récits qui ont formé l'âme espagnole.

Rodrigo Díaz de Vivar, alias El Cid (de l'arabe sidi, " seigneur "), est né vers 1040 près de Burgos. Ce soldat extraordinaire (la légende veut qu'il n'ait jamais perdu une bataille) ne semble pas avoir été le héros intransigeant que prétend le poème épique El Cantar de Mio Cid, mais qu'il ait travaillé, au hasard des fortunes de la guerre, tant pour les chrétiens que pour les Maures, ce qui n'a apparemment affecté ni son charisme ni sa popularité. Son plus grand exploit reste la prise de Valence, en 1094.

Burgos, capitale du Cid, est aussi la ville de la grande cathédrale qui représente pour l'Espagne ce que Chartres est à la France. Burgos, ville musée, fut autrefois une ville étape de la chrétienté aux confluents de l'Espagne, du Portugal et de la France, puis le quartier général de Franco durant la guerre civile. La Burgos actuelle est aussi une cité gaie et animée, aujourd'hui partagée entre une population élégante jouissant des plaisirs de l'Espagne moderne et une population conservatrice.

Tout autour de la cathédrale, de nombreux mesones vous ouvrent leurs portes et vous invitent à goûter à la bonne cuisine castillane. Ici, tout peut se visiter à pied : sur une distance d'environ 2 km, vous aurez parcouru tout le centre-ville, où se trouvent de superbes édifices comme la maison du Cordón, l'église San Lesme et l'arc de San Martín. Enfin, à chaque extrémité de la ville, on ne manquera pas de visiter la chartreuse de Miraflores et le monastère de las Huelgas.

Orientation : Burgos est séparée en deux par le fleuve Arlanzón. Sa rive droite représente le centre-ville, avec son vieux quartier niché autour de la cathédrale. Derrière la cathédrale, en montant vers l'église San Esteban, se trouvent les murailles d'un ancien château. La Calle Vitoria est l'artère principale d'une zone plutôt bourgeoise et moderne. La rive gauche abrite un quartier plus résidentiel.

Vue sur la cathédrale et la ville.
Vue sur la cathédrale et la ville.
Institut Cardinal Lopez de Mendoza.
Institut Cardinal Lopez de Mendoza.
Plaza San Fernando.
Plaza San Fernando.
<p>Pèlerin en route vers Saint-Jacques-de-Compostelle.</p>

Pèlerin en route vers Saint-Jacques-de-Compostelle.

Fabrication de gourdes à Burgos.
Fabrication de gourdes à Burgos.
<p>Heurtoir d'une porte.</p>

Heurtoir d'une porte.

<p>Restaurants-bars à tapas.</p>

Restaurants-bars à tapas.

office du tourismeHaut de page
A voir / A visiterHaut de page
Le couvertHaut de page

La ville de Burgos, tout comme le reste de la Castille, est la terre de l'agneau de lait, des soupes à l'ail et des chorizos. Mais la gastronomie de Burgos est surtout célèbre pour sa morcilla (boudin) et son queso de Burgos (fromage frais). Incontournables !

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis