Le guide : CHEMINS COMPOSTELLE - CAMINO FRANCES : Survol de la côte nord espagnole

Guide
+LE CAMINO FRANCES
Étape 1 - Saint-Jean-Pied-de-Port / Roncevaux (26 km)Étape 2 - Roncevaux / Larrasoaña (27 km)Étape 3 - Larrasoaña / Pampelune (16,5 km)Étape 4 - Pampelune / Puente de la Reina (24 km)Étape 5 - Puente la Reina / Estella (22 km)Étape 6 - Estella / Los Arcos (22 km)Étape 7 – Los Arcos / Logroño (28 km)Étape 8 - Logroño – Nájera (31 km)Étape 9 - Nájera / Santo Domingo de la Calzada (21 km)Étape 10 - Santo Domingo de la Calzada / Belorado (23 km)Étape 11 - Belorado / San Juan de Ortega (24 km)Étape 12 - San Juan de Ortega / Burgos (27 km)Étape 13 - Burgos / Hontanas (31 km)Étape 14 - Hontanas / Boadilla del Camino (28 km)Étape 15 - Boadilla del Camino / Carrión de los Condes (25 km)Étape 16 - Carrión de los Condes / Terradillos de los Templarios (27 km)Étape 17 - Terradillos de los Templarios / El Burgo Ranero (30 km)Étape 18 - El Burgo Ranero / León (37 km)Étape 19 - León / Villadangos del Paramo (22 km)Étape 20 - Villadangos del Paramo / Astorga (28 km)Étape 21 - Astorga / Rabanal del Camino (20 km)Étape 22 - Rabanal del Camino / Ponferrada (32 km)Étape 23 - Ponferrada / Villafranca del Bierzo (23 km)Étape 24 - Villafranca del Bierzo / O Cebreiro (28 km)Étape 25 – O Cebreiro – Triacastela (21 km)Étape 26 – Triacastela – Sarria (21 km)Étape 27 – Sarria / Portomarin (22,5 km)Étape 28 – Portomarin / Palas de Rei (25 km)Étape 29 – Palais de Rei / Arzua (26 km)Étape 30 – Arzúa / O Pedrouzo (19 km)Étape 31 – O Pedrouzo / Saint-Jacques de Compostelle (20 KM)

Survol de la côte nord espagnole

GéographieHaut de page

Sur plusieurs centaines de kilomètres, le chemin de Compostelle, côté espagnol, traverse le nord de l'Espagne et sept (sur dix-sept) communautés autonomes d'Espagne.

A l'est se trouve la Navarre, accrochée aux Pyrénées. La zone nord-ouest présente un relief accidenté qui se caractérise par des paysages de vallées, de pâturages et de forêts. Au nord-est, les vallées pyrénéennes offrent des paysages de forêts de pins et de hêtres. La zone centrale, autour de Pampelune, présente une alternance de plaines et de faibles reliefs adossés à des montagnes douces. Au sud de Pampelune, capitale de la Navarre, le paysage change et l'on quitte rapidement les montagnes pour entrer dans les immenses plaines si caractéristiques du centre de l'Espagne. La population change aussi, plus proche de sa voisine du sud, la Castille, que des Basques du nord.

La Rioja prolonge les paysages de la Ribera navarraise par ses terres de cultures irriguées le long de l'Ebre et des rivières issues de la sierra de la Demanda. Au nord de la région, dans le bassin de l'Ebre, les plateaux cultivés et les collines couvertes de vignes dominent le paysage. Au sud, le territoire est traversé par les massifs du Système ibérique, formant des paysages de sierras aux reliefs accidentés, qui culminent à 2 271 m au niveau du mont San Lorenzo.

Le Pays basque, voisin de la Cantabrie, se caractérise par une grande diversité géographique. Baignée au nord par les eaux du golfe de Gascogne et au sud par le fleuve Ebre, cette région est traversée par une petite chaîne montagneuse, les Montagnes basques, qui s'élèvent entre la cordillère Cantabrique à l'ouest et les Pyrénées à l'est. Sur le versant atlantique, les chaînes de montagne viennent se heurter à l'océan, formant les falaises du Flysch, formations rocheuses à l'aspect déchiqueté.

Le long de la côte atlantique, après les Asturies, une grande chaîne montagneuse traverse la Cantabrie, prolongée par les Pyrénées à l'est.

La Castille et León, vaste territoire qui couvre une grande partie du nord-ouest de l'Espagne, est marquée par les hauts plateaux de la Meseta centrale.

Depuis les pics d'Europe jusqu'à la sierra de Los Ancares, à la limite avec la Galice, une chaîne de montagnes de 300 km traverse la région des Asturies.

Complètement à l'ouest, la Cantabrie étend ses horizons sauvages et capricieux, entaillés de rías à l'embouchure des fleuves.

Considéré dans son ensemble, le climat espagnol est caractérisé par une sécheresse estivale marquée, des températures hivernales douces, des ciels généralement lumineux et un taux d'ensoleillement élevé (le soleil brille près de 2 800 heures dans l'année). Cette image très appréciée et valorisée par les offices du tourisme ne rend cependant pas compte de la réalité du pays et de la spécificité climatique du nord de l'Espagne. Le niveau des précipitations est un critère déterminant et permet de distinguer du reste du pays l'Espagne du Nord, étendue le long de la façade atlantique, de la Galice aux Pyrénées. Dans cette bande soumise aux influences océaniques, il tombe au moins 600 mm d'eau par an. A l'extrême nord-ouest, Saint-Jacques-de-Compostelle enregistre 1 650 mm et 176 jours de pluie par an. La Corogne connaît des moyennes de 10 °C en janvier et de 19 °C en août : c'est la plus faible amplitude thermique du pays. Dans ces régions à la végétation abondante, la couleur dominante est le vert. Au Pays basque, l'influence du Gulf Stream (courant océanique) donne un climat tempéré et des températures assez douces sur la côte. Vers l'intérieur des terres, le climat est continental, avec des hivers froids, des étés chauds et une moindre pluviosité. La Navarre se divise en trois grandes zones climatiques : la zone montagnarde (au nord), la zone centrale et la Ribera (sud). Dans les vallées pyrénéennes, les températures sont froides et les sommets couverts de neige jusqu'à l'arrivée du printemps. La zone centrale est une zone de transition, océanique au nord et méditerranéenne au sud. Dans la zone de la Ribera, dont le relief annonce les plateaux secs de Castille, le climat est de type méditerranéen continental. La Rioja présente un climat de type méditerranéen tempéré, aux influences atlantiques à l'ouest et continentales dans la région des Sierras. Enfin, la Castille et León présente dans son versant nord un climat atlantique, tandis que la partie centrale de la Meseta est dominée par un climat de type méditerranéen tempéré, avec des étés très chauds et des hivers rigoureux.

Environnement – écologieHaut de page

La diversité biologique de cette zone de l'Espagne s'explique notamment par sa situation géographique, à la confluence des régions alpine, atlantique et méditerranéenne, et la forte sensibilité environnementale de ses habitants. Elle est aussi le résultat de diverses politiques de protection de l'environnement. Ainsi, en moyenne, 25 % du nord-ouest de l'Espagne intègre le réseau européen Natura 2000, qui a pour objectif de préserver la biodiversité des sites naturels, terrestres et marins. Ils sont classés en Zones de protection spéciale des oiseaux (ou ZEPA, selon les initiales espagnoles) et en Sites d'importance communautaire (ou LIC, selon les initiales espagnoles).

Parcs nationauxHaut de page

L'Espagne est l'un des pays les plus riches de l'Europe écologique. Pour préserver son patrimoine naturel, constitué aussi bien de forêts et de montagnes que de désert et de marais, il a fallu organiser des unités de conservation, actuellement distribuées entre parcs nationaux (les plus grands) et parcs naturels (les plus nombreux). Les premières initiatives écologiques remontent au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avec le parc de Covadonga (Asturies). L'Espagne abrite aujourd'hui sept parcs péninsulaires et cinq parcs insulaires. La région de la côte nord espagnole abrite le plus ancien parc national du pays, datant de 1918, qui a englobé Covadonga. Au coeur de la chaîne des Picos de Europa, c'est l'un des plus fréquentés. Essentiellement montagneux (certains pics dépassent 2 400 m), ce parc couvre également, sur près de 17 000 ha, quelques vallées et les lacs El Enoi et La Ercina, d'où il tire sa grande richesse biologique.

Outre les parcs nationaux, l'Espagne compte de nombreux sites naturels protégés, gérés par les régions. Le régime espagnol se distingue du système français par la diversité des termes employés. On ne dénombre pas moins de sept catégories d'espaces protégés depuis la loi sur l'environnement de 1989 : monuments naturels, parcs régionaux, parcs naturels, réserves naturelles, réserves naturelles concertées, parcs périurbains, sites naturels.

En Navarre, on retiendra le parc naturel des Bardenas Reales, situé au sud-est de la région, qui couvre un vaste territoire de 40 000 ha. Déclaré réserve de la biosphère par l'Unesco, il se caractérise par des paysages steppiques, résultat de la singularité climatique de cette zone.

Dans La Rioja, la réserve naturelle de Sotos del Ebro, qui couvre près de 500 ha, accueille la plus grande colonie de cigognes blanches d'Europe.

Le Pays basque comprend à lui seul neuf parcs naturels, cinq biotopes protégés. La plus intéressante réserve de la biosphère est celle d'Urdaibai, qui couvre un territoire de grande diversité écologique de 23 000 ha, formé de marais, de falaises et de plaines fluviales. L'estuaire de Mundaka, au coeur de la réserve, est un lieu privilégié pour l'observation des oiseaux.

La Cantabrie compte cinq parcs naturels et une réserve naturelle. Le plus singulier est celui de Saja-Besaya, où le fleuve Saja prend sa source.

Dans les Asturies, la réserve nationale de Somiedo est recouverte de bois qui s'étendent sur quatre vallées (Saliencia, Lago, Somiedo et Pigüeña). Ecosystème typique de la cordillère Cantabrique, c'est le dernier refuge des ours de la péninsule Ibérique.

La Galice abrite quatre espaces protégés, dont le plus caractéristique du relief montagneux propre à la région est celui du Monte de Alhoya. De petite taille (434 ha), il se distingue surtout par son intérêt archéologique.

Faune et floreHaut de page

La flore et la faune du nord de l'Espagne, région verte et arrosée, varient selon les écosystèmes locaux. De nombreuses espèces endémiques sont protégées. Poissons et crustacés abondent sur toute la côte, comme le cormoran, le goéland et la mouette. Le domaine alpin, quant à lui, est le repaire de l'aigle royal, de l'isard cantabrique, des vautours, du grand tétras, de l'ours brun, du loup et des cervidés, espèces préservées par la loi. La loutre, le martin-pêcheur, le saumon et la truite peuplent les rivières. Au nord, le chêne atlantique, auquel succède le hêtre en altitude, constitue, avec la lande à genêts, la végétation de base de l'Espagne septentrionale. On trouve également le pin et l'eucalyptus sur la côte. Au Pays basque, les chênes poussent dans les monts et les vallées les plus proches du littoral, tandis que les hêtres s'élèvent à une altitude supérieure à 700 m. De grandes étendues ont été repeuplées d'eucalyptus et de pins, tandis que les plaines sont consacrées à l'agriculture. Les espaces protégés constituent un habitat privilégié pour les aigles, les vautours fauves, les éperviers, les loutres, les renards, les chevreuils, les cerfs et les sangliers. La réserve de la biosphère d'Urdaibai est le lieu d'hibernation choisi par de nombreuses espèces d'oiseaux migrateurs rares dans la péninsule Ibérique, comme le héron cendré et le cormoran. A ces espèces viennent s'ajouter plusieurs races autochtones d'élevage ovin, bovin et chevalin, comme le pottok (poney de la région) et la betizu (race de vaches) et les brebis latxa. En Navarre, la forêt recouvre 64 % du territoire, constitué principalement de pins sylvestres, de hêtres et de chênes. Les zones pyrénéennes sont peuplées d'isards, de chevreuils et de cerfs. L'oiseau roi est ici le gypaète barbu, mais on peut voir aussi d'importantes espèces comme le coq de bruyère et le pic noir. Dans la région atlantique et les chaînes pré-pyrénéennes, les rapaces trouvent leur habitat de prédilection dans les défilés, notamment celui de Lumbier, creusé par la rivière d'Irati au travers du massif calcaire de la Sierra de Leyre. Dans La Rioja, les forêts installées sur les berges de l'Ebre sont appelées des sotos et constituent une véritable oasis peuplée de saules, de frênes, d'aulnes et de peupliers blancs. Dans les montagnes du Système ibérique, à la végétation dense, l'habitat prédominant est constitué de bruyères, de hêtraies, de forêts de conifères et de forêts mixtes.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis