Le guide : TOURISME FLUVIAL : Nord Ouest

Guide

Nord Ouest

C'est la Bretagne fluviale, de Nantes à Saint-Malo, du Mans à Brest. Ce réseau fluvial, isolé du reste des voies navigables, a été sauvé de l'oubli par la volonté d'une poignée d'associations relayées depuis par les collectivités locales. C'est l'un des plus beaux sinon le plus beau réseau d'Europe. Il offre aux plaisanciers une grande variété de parcours et 1 100 km de balades mémorables. Deux bassins le composent : celui de la Maine et celui de Bretagne, reliés par la Loire.

Nord OuestHaut de page

Le commerce entre les provinces d'Anjou et de Bretagne a été largement favorisé par le transport fluvial et le travail de mariniers le plus souvent indépendants. On les voyait sur le lac de Grandlieu vider de la chaux ou sur la Seiche près de Rennes charger du minerai. Ils passaient à Glénac vers La Gacilly pour des pommes ou à Brest pour des céréales. Ils embarquaient des ardoises à Angers ou débarquaient de l'épicerie à Dinan. Les rivières, les canaux et le fleuve qui sillonnent les paysages pittoresques de l'Ouest de la France sont autant de trésors cachés qui vous enchanteront ! La Bretagne des bateliers offre 500 km de voies d'eau douce navigables. Dernier grand fleuve sauvage d'Europe, la Loire est le plus long cours d'eau de France avec ses 1 020 km de long. Les trois principales rivières de son bassin : Mayenne, Sarthe et Oudon offrent de belles possibilités de navigation.

Des canoés glissent en souplesse sur le Don ou sur l'Oust, pour de grands moments de paix et de solitude mais aussi de convivialité ; l'équipage se sent seul au monde et néanmoins salue ou répond au salut de la main... Les Toues de Vilaine passent, leur capitaine fait un grand sourire. Les grands canoés de l'Ile aux Pies filent au rythme des bordées joyeuses... Et les nouvelles vont vite, voici le stand-up paddle qui fait un tabac, le Vélonautic qui va et vient, le radeau... Et sur l'étang Aumée et celui de Buhel la fête continue, avec catamaran et optimist, planche à voile...

Bassin Nord Ouest
Bassin Nord Ouest
Adresses utilesHaut de page
Bases de locationHaut de page

ANJOU NAVIGATION (affilié Nicols)

72300 - SABLE-SUR-SARTHE - 49220 - GREZ-NEUVILLE - 53000 - LAVAL
BATEAU SUR L'EAU

49130 - SAINT-JEAN-DE-LA-CROIX
BRETAGNE FLUVIALE (affilié Nicols)

44240 - SUCE-SUR-ERDRE 56200 - GLENAC
CANALOUS DAON

53200 - DAON 
CANALOUS LE MANS

72000 - LE MANS
CANALOUS PLAISANCE

49220 - CHENILLE CHANGE 
CRIS BOAT

22100 - DINAN
CRIS BOAT FRANCE

35600 - REDON

LE BOAT

44390 - NORT-SUR-ERDRE - 22100 - DINAN - 35480 - MESSAC 
LOCABOAT HOLIDAYS BRETAGNE

56200 - SAINT-MARTIN-SUR-OUST - 35520 - MELESSE
LOKAVOILE

56190 - ARZAL
NICOLS BRETAGNE

56200 - GLENAC 
TOUE MAYENNE NAVIGATION

53200 - LOIGNE-SUR-MAYENNE

Petite rivière navigable sur 7 km de Glénac à La Gacilly, bordée de roseaux et de renoncules, étroite, elle se faufile sous un tunnel de verdure. Il y a longtemps de cela, les bateaux de commerce remontaient à Glénac puis vers La Gacilly. Les mariniers transportaient des pierre, du sable, de la chaux, du charbon, des fagots, des pieux pour les vignes, des planches, des poteaux de mine, des pommes, des céréales et des châtaignes. Il y a encore bien plus longtemps les Vikings, avec leurs bateaux à fond plat, remontèrent jusqu'à La Gacilly, mais il ne s'agissait pas de commerce ! En totalité, l'Aff coule sur une cinquantaine de kilomètres. C'est une rivière très sinueuse. Son confluent avec l'Oust est situé dans l'étang Hermelin (anciennement Humelin) au sud du bourg de Glénac, non loin de l'Ile aux Pies.

Glénac (Morbihan)Haut de page

Un site nautique de charme à la confluence de plusieurs voies d'eau, particulièrement sur le passage du canal de Nantes à Brest, à proximité du canal. Dans les landes du Morbihan, traversée par l'Oust et longée par l'Aff, riche en bois, la commune de Glénac abrite un marais qui s'étend sur 410 ha. Ce Mortier de Glénac, grand site naturel, représente la plus vaste étendue d'eau des marais de Vilaine. La ville est également connue pour abriter la tombe de la fille de Surcouf. En effet, c'est dans le cimetière de Glénac qu'est enterrée la fille aînée du célèbre corsaire Surcouf. Mariée à un Foucher de Careil, elle repose dans la sépulture familiale. Un blason représentant un lion dressé, un écu couronné et la devise Virtutem a stirpe Traho ornent le monument. De Glénac, les plaisanciers ont accès au canal de Nantes à Brest, la Vilaine, l'Erdre. Vous trouvez sur la commune une base de location de bateau sans permis et une base de loisirs qui propose la location de canoë-kayak. Les grimpeurs connaissent également le site pour ses voies d'escalade et les ornithologues pour la richesse de son avifaune profitant d'un biotope unique d'îlots et de falaises.

L'île aux Pies, aux grimpeurs, aux pêcheurs, aux amateurs de canoë...

Sur ce site, à proximité immédiate de Glénac, l'Oust passe majestueusement entre les falaises de granite offrant un défilé spectaculaire. C'est la fameuse cluse des géographes et un site classé remarquable au sein de la Bretagne intérieure. Cette zone humide magnifique égrène un chapelet d'îlots aux noms d'oiseaux : Ile aux Pies, Ile aux Geais, Ile aux Corbeaux... Le site n'est pas uniquement le royaume des oiseaux. Le site est connu par tous les grimpeurs de Bretagne qui y trouvent des voies d'escalade sur les pentes rocheuses des deux rives de l'Oust. Le long des berges douces et de falaises, on taquine aussi la carpe et le goujon, on chatouille le nénuphar en canoé avec Apach'Bihan, on rencontre la nature avec Emmanuel dans la Visite animée à l'Ile aux Pies, labellisée " Expérience Bretonne ", on déguste la crêpe maison...

La Gacilly (Morbihan)Haut de page

Le nom de La Gacilly pourrait être d'origine romane et signifie le domaine du nommé Gacel. A l'extrémité orientale des Landes de Lanvaux et du Morbihan, le Pays de La Gacilly est une terre de schistes et d'ajoncs, boisé et vallonné, irrigué de rivières, canaux et marais. Le canal longe ce pays à sa limite sud-ouest, l'Aff traverse le bourg de La Gacilly à l'est, et de nombreux étangs sont disséminés sur ces terres. De petites péniches sont disponibles pour découvrir cet environnement et de nombreux sentiers de randonnée sillonnent la campagne. S'ajoutent les itinéraires dans les villages fleuris à la découverte du patrimoine bâti et des artisans.

On sait qu'au Moyen Age, La Gacilly eut un château mentionné sous le nom de château du Houx. Sa chapelle lui a survécu et a longtemps servi d'église, puis a disparu à son tour. L'actuelle église est un monument d'inspiration néoclassique qui tranche avec les chapelles à l'architecture locale du pays (celle de Saint-Jugon, route de Ploërmel, vaut le détour ; elle est nichée près de sa fontaine dédiée au saint local, natif du pays). Les terres du château ont appartenu à la famille de Montauban, à François de Bretagne, à la duchesse de Bretagne, aux Rohan puis à la famille de la Bourdonnaye. Un autre enfant du pays, contemporain, a rendu la commune célèbre dans le monde entier c'est, bien entendu Yves Rocher, créateur de l'enseigne de cosmétique du même nom qui communique sur les produits issus de la nature et compte des instituts dans toute la France et dans de très nombreux pays.

Chaque année, du 1er juin et jusqu'au 30 septembre, se tient à La Gacilly le Festival Photo " Peuples et Nature ", le plus grand Festival en plein air de France gratuit. Les photographes exposent dans les ruelles de La Gacilly. Un moment fort.

Pour les plaisanciers, l'escale est possible au port et au camping, situés en bordure de l'Aff.

Bras du Port de RedonHaut de page

Ce court canal de 700 m de long relie, avec une écluse, le canal de Nantes à Brest, au nord, et la Vilaine, au sud. Ici est implanté le port de Redon qui occupe cette longue darse de liaison. A la confluence de l'Oust et de la Vilaine, la ville offre de multiples possibilités aux plaisanciers : navigation vers le littoral en passant par la Vallée de la Vilaine (Foleux, La Roche-Bernard, Arzal), navigation fluviale, navigation sur le Canal de Nantes à Brest. Le port de plaisance, au coeur de la ville, dispose d'une capacité d'accueil de 156 places. Le quartier du port constitue un lieu de promenade agréable, notamment avec le site de la Croix des Marins, mais aussi un centre de vie culturelle avec la présence du cinéma Cinémanivel, mais aussi avec la tenue de festivals traditionnels (La Bogue, en octobre) et estivaux (Les Vendredis du port). C'est enfin grâce à l'impulsion de la Communauté de Communes qui en assure l'aménagement, la réhabilitation, l'exploitation et la gestion une vitrine pour les associations de sports nautiques.

Une histoire liée au port

Dès le Moyen-Âge, la position stratégique de la ville et le développement de son port assurèrent l'essor économique de Redon qui se positionna rapidement comme l'avant-port maritime de Rennes. Sur le Quai Duguay-Trouin (situé à La Digue, à la frontière entre l'Ille-et-Vilaine et la Loire-Atlantique), subsistent de belles maisons d'armateurs et de négociants (XVIIe et XVIIIe siècles), qui témoignent de cette intense activité maritime. L'actuel bassin à flot du port de plaisance a été creusé en 1836 et devint dès lors le coeur de la ville, en raison de son activité portuaire mais aussi de l'implantation de nombreuses industries : fonderie, fabrication de machines agricoles (Usine Garnier, qui employa jusqu'à un millier d'ouvriers), distillerie, laiterie, minoterie, scierie...
Achevé en 1842, le Canal de Nantes à Brest croise la liaison maritime Manche-Océan à Redon et érige du même fait la ville au titre de carrefour des voies navigables de Bretagne. Le creusement du canal contribuera à faire du quartier du port une " île ", reliée au reste de la ville par plusieurs ouvrages d'art.

D'innombrables bateaux ont remonté la Vilaine vers Redon. Les Gaulois Vénètes et les Romains sur leurs galères, les immigrants bretons venus en bateau de l'île de Bretagne, puis les drakkars vikings venus piller Redon. Puis vinrent les caboteurs pour approvisionner le port de Redon, carrefour des voies navigables chalands vers Rennes ou vers le canal de Nantes à Brest avec leurs cargaisons. Aujourd'hui, la plaisance a pris le relais, de la vedette fluviale au canoë, du bateau-restaurant au voilier venant musarder ou s'abriter des vents du large... De Redon, vous êtes à 4 heures de l'océan !

Les Défis de l'Oust

De mai à septembre se déroulent désormais les Défis de l'Oust sur le territoire de la communauté de communes du Pays de Redon. Un produit clé en main, mixant les activités sportives, pour rejoindre, sans voiture, l'Ile aux Pies (Saint-Vincent-sur-Oust) au départ du Repaire des Aventuriers, quai Jean Bart, à proximité immédiate du port de Redon. Une journée sans voiture et en totale liberté, à vélo, à pied, en canoë, voire en l'air. Rien n'est à prévoir, tout est prévu dès le départ. Vous avez le choix entre plusieurs forfaits de la formule de base La Tranquille (10 euros) incluant la location de vélo, une randonnée pédestre, l'entrée à la piscine de Redon et un goûter, à La Super complète, vélo, rando, escalad'arbre, canoë, piscine, goûter (28 euros). Egalement au programme la course d'orientation.

Un port animé

Des animations tout au long de l'année :
Mai : Fête de la Bretagne
29 mai : Fête des plaisanciers et des voisins
21 juin : Fête de la musique
13 juillet : Feu d'artifice à la Croix des Marins
En été : ce sont les vendredis du port avec soirée cabaret et chants de marins, alors que le jeudi soir c'est en centre-ville que l'on vous convie aux initiations à la danse bretonne, s'ajoutent les visites guidées pour découvrir la ville et les balades théâtrales.

Octobre : mois du marron, Fête du Marron, Foire Teillouse, La Bogue d'Or...

Redon (Ille-et-Vilaine)Haut de page

Carrefour fluvial et routier, à l'extrémité sud du département et à la frontière du Morbihan et de la Loire-Atlantique, Redon a été fondée voici plus d'un millénaire par une communauté de moines placés sous l'autorité de saint Conwoïon. En 832, ce protégé de Nominoë, premier souverain breton, fonde un monastère bénédictin. Pillé par les Normands, il se relève de ses ruines à la fin du Xe siècle et connaît sous le nom d'abbaye Saint-Sauveur une prospérité rayonnante. Redon va alors compter jusqu'à 14 paroisses et 27 prieurés. Face aux violences et aux incertitudes politiques du Moyen Age, la ville est en partie fortifiée. Redon tirera ensuite avantage de sa position au carrefour des fleuves et de la proximité de l'océan. Le port est un lieu d'échanges par lequel transitent les produits agricoles de l'arrière-pays, en premier lieu le sel de Guérande.

Aujourd'hui, Redon compte près de 10 000 habitants et son économie s'est diversifiée. De la sous-traitance automobile à la mécanique de précision en passant par l'agroalimentaire, la ville connaît un dynamisme certain. Elle profite aussi du rayonnement des usines Yves Rocher à La Gacilly, à 15 kilomètres de là. Parmi les attraits à proximité l'île aux Pies avec ses voies d'escalade et le port de plaisance de Glénac, ou encore le chemin de halage où cheminer ou pédaler le long du canal de Nantes à Brest, voire le circuit de la Belle Anguille (3h45 A/R) qui vous mène de la Vilaine jusqu'au Canal de Nantes à Brest, par les chemins de halage, les sentiers ombragés ou les chemins empierrés, du site de la Belle Anguille au Bois de Bahurel.

En attendant, à Redon vous êtes au spectacle ! Avec toutes ces voies navigables qui se croisent ici, vous vous régalez, depuis les quais, de voir passer les embarcations et vous brûlez de mettre le pied à bord ! Vous avez la possibilité de louer des bateaux habitables sans permis de différentes tailles pour lever l'ancre pour une heure, un jour ou une semaine.

Canal de Nantes à Brest (Est) de Quiheix à RedonHaut de page

Lancée par Napoléon Ier en 1804, la construction du Canal commence en fait en 1811 et s'achève en 1842, première année de libre navigation sur toute sa longueur. La section de Nantes à Redon compte 17 écluses dont 9 sur les seules communes de Blain et La Chevallerais. Le canal est longtemps utilisé comme voie commerciale pour le transport par péniche. C'est maintenant l'activité de plaisance qui, avec la pêche et la randonnée, fait la vie du canal. On peut pour cette portion louer une péniche, la piloter à son rythme, et s'offrir une perception originale de l'intérieur du pays. Le canal se parcourt aussi en canoë et on peut le longer par les chemins de halage à pied ou en à vélo. Chacun chemine à son rythme.

Comme tous les canaux, le canal de Nantes à Brest a été conçu en utilisant le plus possible les vallées existantes. Toutefois le chantier fut pharaonique pour l'époque : 364 kilomètres de voie canalisée, 238 écluses... En Pays de Redon, il offre toute une diversité d'ouvrages : écluses, ponts, canal latéral à l'Oust et à l'Isac avec déversoirs séparant la rivière et le bief navigable... On trouve aussi une dérivation du canal, qui quitte l'Oust pour venir au coeur de la ville de Redon, un grand bassin à flot à Redon, conçu pour accueillir les grands voiliers maritimes, hier comme aujourd'hui. des écluses maritimes à doubles jeux de portes, adaptées aux fluctuations de niveau selon les marées.

Le Musée de la Batellerie à Redon lève le voile sur les bateaux et les hommes qui ont animé les canaux de Bretagne et le port de Redon, bien avant que naisse la navigation de plaisance d'aujourd'hui. Un audio-guide et des panneaux d'interprétation agrémentent les balades, sur l'eau comme sur le chemin de halage.

Le canal-port de Saint-Félix et son écluse automatisée

Dans le petit canal Saint-Félix (500 m de long) coulent les eaux de l'Erdre, avant que celle-ci ne se jette dans la Loire. Situé à Nantes, à l'est du château des Ducs, il a pris la place d'un des anciens bras de la Loire, et constitue aujourd'hui un port de plaisance proche du centre-ville. Construite en 1928, l'écluse de Saint-Félix est équipée aujourd'hui d'un système de télégestion permettant une exploitation automatisée, de la télésurveillance pour la vision de l'ensemble des ouvrages du domaine, de toute la haute technologie pour commander cet ouvrage de 50 mètres de long, 7 mètres de large et dont les portes ont la particularité de s'ouvrir verticalement, et également pour surveiller le tunnel Saint-Félix souterrain de 730 mètres conduisant les eaux de l'Erdre et les bateaux à la Loire sous les cours Saint-André et Saint-Pierre.

Écluse, tunnel et bassin portent le nom de Saint-Félix, seizième évêque de Nantes en 550 et le plus illustre de son temps. Il fit creuser le Canal qui porte son nom entre les prairies des Mauves et de la Magdeleine, conduisant les eaux de la Loire au pied du château jusqu'à la Fosse. C'est lui qui rendit l'Erdre navigable.

Nantes (Loire-Atlantique)Haut de page

Une ville qui a pour devise " Neptune favorise les voyageurs " ne peut que séduire les amoureux de navigation ! Déjà sous l'Empire romain, la ville, née de la faille du sillon de Bretagne et de la rencontre de L'Erdre, de La Sèvre Nantaise et de la Loire, était la plus importante d'Armorique. Les invasions barbares la mettront à genou. Sous l'autorité des ducs bretons, elle retrouve sa prospérité et voit le XIVe siècle comme un siècle d'or... L'activité portuaire est importante, la marine bretonne est alors la première en Europe, le commerce est florissant, les grands chantiers se multiplient. La fin de la souveraineté bretonne marque la fin de la suprématie politique de la ville, peu à peu les institutions vont la déserter, préférant Rennes, plus proche de Paris. Aujourd'hui, Nantes est l'une des villes les plus dynamiques de l'Hexagone. Pionnière, elle fut dans les années 80 la première à redécouvrir la modernité du tramway.

Labellisée ville d'Art et d'histoire - avec son château des Ducs de Bretagne, sa cathédrale Saint-Pierre, son passage Pommeraye -, Nantes se démarque aussi par son offre culturelle foisonnante et innovante. Elle a transformé une usine de biscuits LU en lieu culturel (Lieu Unique), propose des balades à dos d'éléphant géant (Machines de l'île), expose des oeuvres d'art contemporain en plein air le long d'une ligne verte (le Voyage à Nantes), et autres attractions !

Huître Vendée-Atlantique : le terroir de la mer

La qualité exceptionnelle de ses eaux confère au domaine ostréicole Vendée-Atlantique, essentiellement situé dans la baie de Bourgneuf des conditions optimales pour la culture des huîtres. La production annuelle en Pays de la Loire s'élève à environ 10 000 tonnes et l'huître Vendée-Atlantique représente la quasi-totalité des activités conchylicoles de la région, sur plus de 1 300 ha, dont 400 ha de claires pour l'affinage. Cultivées et affinées pour être claires ou fines de claires, ces huîtres creuses de Vendée et de Loire-Atlantique ont bâti leur réputation depuis le XVIIIe siècle. Mois en R ou pas, leur bon goût iodé, légèrement teinté de noisette fait la différence. Les professionnels de Vendée-Atlantique, soutenus par les collectivités locales, ont engagé une démarche qualité qui les conduira vers la certification.

Proposées aux amateurs par les restaurateurs et poissonniers de Nantes et de ses environs, les huîtres Vendée-Atlantique sont largement commercialisées en vente directe. Tout au long de l'année, de nombreux ostréiculteurs s'installent ainsi le dimanche matin pour vendre, à Nantes, leurs huîtres à une clientèle d'habitués ou de passage.

Battelerie à Nantes - Sites des chantiers - Ile de Nantes.
Battelerie à Nantes - Sites des chantiers - Ile de Nantes.
office de tourismeHaut de page
Nort-sur-Erdre (Loire-Atlantique)Haut de page

La ville de Nort-sur-Erdre est au noeud de la rivière aux 375 châteaux qui lui a donné son nom et qui fut longtemps la seule voie de communication avec Nantes. Nort-sur-Erdre, au cachet lié à la présence de l'eau, est le point de départ de multiples croisières et randonnées en amont comme en aval. Au sud elle permet la navigation, au nord, elle garde sa forme primitive. L'Erdre détournée, canalisée, aménagée a largement contribué à assurer le développement commercial et industriel de la ville. Aujourd'hui Nort-sur-Erdre, dotée du label Station verte, poursuit son expansion et un embellissement autour de son port fluvial et de son point d'eau. Les Rendez-vous de l'Erdre font revivre le temps d'un week-end l'histoire de l'Erdre et de sa navigation : musique et belle plaisance au programme.

C'est sur cette commune, riche d'un réseau fluvial important avec lac et confluence qu'est situé Quiheix, île et port en marge d'un lac sur l'Erdre, au départ du canal de Nantes à Brest, canal alimenté par les eaux de cette rivière. Et bien entendu elle voit aussi passer et faire escale les plaisanciers qui naviguent sur l'Erdre.

Fégréac (Loire-Atlantique)Haut de page

Cette commune présente la particularité d'être à cheval sur trois départements (Ille-et-Vilaine, Loire-Atlantique et Morbihan) et de voir la persistance de son agriculture. C'est un territoire vallonné et boisé sillonné de sentiers ombragés, abritant des marais (900 hectares) et des cours d'eau (la Vilaine, l'Isac, 13,5 km du Canal de Nantes à Brest, un étang de 106 ha (Étang Aumée) avec plage et base nautique, et un belvédère artistique qui domine le marais. Une petite escale paisible.

Guenrouët (Loire-Atlantique)Haut de page

Située sur la rive gauche de la vallée de l'Isac, Guenrouët est une des plus anciennes paroisses de la région (Xe siècle). On raconte que l'évêque de Nantes, saint Clair, avait coutume d'y faire une halte, la base de loisirs porte son nom. La rivière Isac fut canalisée pour réaliser le canal de Nantes à Brest qui longe la ville. Les péniches transportaient alors engrais, chaux, sable. Le canal constituait durant la Seconde Guerre mondiale, la limite nord de la poche de Saint-Nazaire et une frontière naturelle entre zone libre et zone occupée. L'église Saint-Hermeland fut bombardée et Guenrouët détruite. Les très beaux vitraux témoignent des événements de cette période. Aujourd'hui, le site a une vocation touristique amplement justifiée par le charme de la vallée de l'Isac, les douceurs de sa campagne environnante et le canal de Nantes à Brest où viennent accoster les bateaux de plaisance. De nombreux sentiers de randonnée sont facilement accessibles.

Blain (Loire-Atlantique)Haut de page

Blain fut au carrefour commercial de cinq voies romaines. Au XVIe siècle, la châtellenie de Blain passe aux mains de la famille de Rohan qui introduit le protestantisme. Ville d'histoire, Blain doit aussi une partie de son charme au canal de Nantes à Brest qui la traverse. Au début du siècle dernier, au Port de Blain, on déchargeait des denrées alimentaires, des barriques de vin, du sable de Loire, des engrais...

Et la péniche repartait avec un fret de pommes à cidre, de troncs de chêne, de sabots du Gâvre, de charbon de bois... A la vitesse du pas du cheval ! Aujourd'hui ce sont les plaisanciers, les randonneurs et les pêcheurs qui profitent du site. D'importants travaux d'aménagement, rénovation de l'écluse de Bougard, travaux de dragage, plantations de nouvelles essences d'arbres, attestent de la vocation touristique de cet espace de loisirs privilégié.

Au départ de la passerelle du port de Blain trois belles randonnées balisées (télécharger les circuits sur http://otsi.fre.fr) :

le circuit des Carrières (14 km)

le circuit des Sites (8 km)

le circuit du Perche (12 km)

Redon (Ille-et-Vilaine)Haut de page

La rubrique détaillée consacrée à Redon se trouve dans le chapitre concernant le Bras du Port de Redon.

L'Erdre prend naissance à la Pouëze dans le Maine-et-Loire et entame un cours capricieux avant de s'assagir au niveau de Nort-sur-Erdre pour se jeter dans la Loire à Nantes. Navigable sur 27 km de l'écluse Saint-Félix à Nantes au pont Saint-Georges à Nort-sur-Erdre, l'Erdre présente la particularité d'être classée grand site national, ponctuée sur une trentaine de kilomètres de nombreux châteaux. A partir de Sucé-sur-Erdre, la rivière s'étale et forme le bassin des plaines marécageuses de Mazerolles et de la Poupinière.
Détournée, canalisée, aménagée, l'Erdre est surnommée la rivière aux 365 châteaux. Elle alimente l'embouchure du canal de Nantes à Brest, à l'écluse de Quiheix. Sur l'Erdre, le paysage est joliment boisé jusqu'à Sucé. La balade est si jolie que les promeneurs sont nombreux, en bateau, à bicyclette et à pied. Ne manquez pas les châteaux et les manoirs, souvent charmants, qui jalonnent la rivière de Nantes au lac de Mazerolles et faites escale à Sucé-sur-Erdre, un haut lieu littéraire aux XVIe et XVIIe siècles : Descartes y voit le jour au château de Chavagnes, Madame de Sévigné y séjourne. Plus tard, Aristide Briand passe ses vacances dans le voisinage et la cité se souvient encore de la duchesse de Berry qui y est acclamée lors d'une visite en 1828 et remarque les jolis moulins. A Nort-sur-Erdre, vous remarquerez une espèce de château de béton armé abandonné sur la berge, il s'agit de l'ancienne minoterie principale de Loire-Atlantique, construite en 1898 et considérée comme un chef-d'oeuvre du patrimoine industriel mondial.

Les chateaux de l'Erdre avec les Bateaux Nantais

Au départ de Nantes vous pouvez emprunter un bateau à passager pour voguer sur l'Erdre à la découverte des châteaux de la vallée. Cette promenade au fil de l'Erdre vous dévoile les richesses de cette petite rivière, erdam en celte, à travers un parcours atypique. Les Bateaux Nantais vous proposent une découverte agrémentée de commentaires sur l'histoire de la rivière et de ses nombreux châteaux... Billetterie au bureau d'accueil des Bateaux Nantais, place Waldeck Rousseau avant la montée à bord. Puis rendez-vous sur le Quai de la Motte Rouge pour l'embarquement pour cette croisière de 1h30, 1h45, qui vous mène jusqu'au Château de la Gascherie. Réservation vivement conseillée au Tél. 02 40 14 51 14.

Nantes (Loire-Atlantique)Haut de page

La rubrique détaillée consacrée à Nantes se trouve dans le chapitre concernant le Canal de Nantes à Brest.

Sucé-sur-Erdre (Loire-Atlantique)Haut de page

A Sucé, l'Erdre prend ses aises et s'élargit en un superbe plan d'eau fréquenté par les bateaux de plaisance. Cette vocation touristique, rehaussée par la beauté du paysage a succédé à l'ancienne activité économique du port, après la disparition du transport fluvial des marchandises. Sucé-sur-Erdre, fief de la famille de Descartes, est associée au souvenir du philosophe qui venait y faire de fréquents séjours.

Le charme et la douceur de vivre opèrent. Sucé vous invite à profiter de ses quais (Cricklade en amont, Bliesransbach en aval) et de son port sur l'Erdre, à admirer le pont du XIXe qui l'enjambe, à emprunter les circuits de randonnées pédestres ou cyclistes, à découvrir les marais de Mazerolles et leur faune ou la Tour Gaillard.

visites guidéesHaut de page
Nort-sur-Erdre (Loire-Atlantique)Haut de page

La rubrique détaillée consacrée à Nort-sur-Erdre se trouve dans le chapitre concernant le Canal de Nantes à Brest (Est) de Quiheix à Redon.

200 km de long pour cette rivière qui prend sa source sous le sommet du mont des Avaloirs, à une quinzaine de kilomètres d'Alençon (Orne). Les travaux pour la rendre navigable depuis Château-Gontier jusqu'à Laval datent du XVIe siècle. Des projets sont lancés en 1783 pour rendre navigable la Vilaine de Vitré à Redon pour joindre la Vilaine à la Rance. Elle est désormais navigable de Laval à la Loire et a été canalisée de Laval à Mayenne. Au XIXe siècle, la rivière voyait passer des bateaux dont la charge atteignait parfois 130 tonnes, lourds de matériaux de construction (pierres et bois), de charbon des mines de l'Huisserie, de grains, de fruits et des légumes. Des bateaux à vapeur sillonnaient son cours entre Château-Gontier et Angers. Désormais la rivière est entretenue et aménagée pour la plaisance. De Mayenne à Angers, elle se déploie sur 122 km et compte 45 écluses. Des quatre rivières qui forment le bassin de la Maine, la Mayenne est la plus sinueuse et la plus encaissée. Elle court à travers une profonde vallée et prend parfois l'apparence d'un fleuve.

Pour le navigateur, la Mayenne comporte deux tronçons bien différents :

la basse Mayenne, du confluent avec la Sarthe, est large et touristique à la belle saison avec la présence de plusieurs loueurs à Grez-Neuville et Chenillé-Changé.

la Mayenne supérieure, de Laval à Mayenne, est plus sauvage et moins fréquentée. Attention, le pont de l'Europe à Laval limite le tirant d'air à 2,7 m. Sur la Mayenne supérieure, certains éclusiers gèrent plusieurs écluses et vous suivent en scooter. Ici, on prend le temps de vivre !

Cette croisière sur la Mayenne permet de visiter Château-Gontier, Laval et Mayenne. La voie d'eau est parfaitement aménagée pour la plaisance avec de nombreuses haltes (pontons ou quais) au moindre village traversé. Le chemin de halage aménagé en piste cyclable permet aux équipiers sportifs de vous suivre (ou précéder !) à pied ou en vélo.

Mayenne (Mayenne)Haut de page

La ville paisible de Mayenne est agréable à découvrir. On peut visiter le château sur son rocher, le musée qu'il abrite et le jardin d'inspiration médiévale qui l'entoure. Une petite randonnée sur le chemin de halage est une option nature très appréciable.

La halte nautique se trouve juste avant le pont Mac-Raken, à côté de l'emplacement du bateau promenade.

Laval (Mayenne)Haut de page

La vieille ville de Laval est très plaisante à visiter. Laval est une ville qui mérite que l'on s'y arrête ; pour prendre le temps de la visiter en longeant la Mayenne, qui la traverse et lui donne un cachet unanimement salué, surtout au moment des illuminations de fin d'année. C'est une Ville d'Art et d'Histoire qui compte de nombreux monuments tout à fait remarquables : deux châteaux, une basilique d'Avesnières, des maisons à pans de bois, des remparts, des hôtels particuliers...
Enfin, des musées et des statues rappellent que Laval est la ville natale du chirurgien Ambroise Paré, de l'écrivain Alfred Jarry, du peintre naïf Henri Rousseau dit le Douanier et du navigateur Alain Gerbault, le premier à avoir réalisé une traversée de l'Atlantique en solitaire.

Laval est dotée d'un port de plaisance, juste après le pont de l'Europe, parfaitement équipé et de bon accueil. Mini-marché et boulangerie à proximité.

Château-Gontier (Mayenne)Haut de page

Vers 1007, Foulques Nerra construisit une forteresse sur l'éperon rocheux surplombant la Mayenne et en offrit le commandement à un officier régisseur du nom de Gontier. A la fin du XIIIe siècle, la cité se présentait comme une ville forte de forme rectangulaire avec 4 portes principales au sein de 2 400 mètres de remparts qui furent détruits sur ordre de Richelieu. L'économie se développa, s'appuyant sur les tanneries, la filature et le tissage du lin. La position de Château-Gontier, au milieu du trafic fluvial Laval-Angers, participa à sa richesse. C'est aujourd'hui une cité dont le centre-ville ravit les amoureux de patrimoine.

Le port de Château-Gontier, spacieux, bien géré, gratuit pour les bateaux de passage, est situé à proximité d'une très belle piscine. Sur l'autre rive (côté centre-ville) à peu près au niveau de l'écluse du Pendu, un supermarché permet de faire des courses de fond en venant s'amarrer au quai juste à niveau.


Angers (Maine-et-Loire)Haut de page

" Et plus que l'air marin, la douceur angevine. " (Joachim du Bellay) Entre histoire et modernité, la capitale politique, culturelle et économique de l'Anjou oscille sans cesse. D'un côté, les vestiges d'une cité dont les premières traces d'occupation humaine remontent à la période néolithique, de l'autre, l'architecture et les équipements d'une grande ville moderne. Classée Ville d'Art et d'Histoire, Angers abrite de hauts lieux historiques et culturels, à commencer par son emblématique château-forteresse qui, à lui seul, sait raconter le Moyen Age et la Renaissance. La célèbre tenture de l'Apocalypse - un ensemble de tapisserie médiévale unique au monde - y est exposée dans une galerie soigneusement protégée de la lumière du jour. Les rues piétonnes et les places pittoresques semées de maisons à colombages et d'hôtels particuliers en pierre de tuffeau sont uniques. Découvrez, au gré de vos balades, les parcs et jardins d'une ville qui se préoccupe depuis longtemps déjà de développement durable. Louez un vélo à la journée, devant la gare, empruntez le tramway et sillonnez la ville en quête de surprises. Gourmandes par exemple... Curnonsky, le " prince des gastronomes " était angevin. Faites comme lui, jouez les gourmands, régalez-vous des spécialités de ce petit coin de terroir, rillauds et fricassées de poulardes, pâtés aux prunes, soufflés au Cointreau, crêmets d'Anjou, quernons d'ardoises... Après tout cela, vous aurez sans doute soif. Et les vins d'Anjou sauront vous contenter. Peut-être même vous laisserez-vous tenter par de fameuses liqueurs, Cointreau, bien sûr, mais aussi Guignolet et Menthe Pastille.

Pour les plaisanciers vers la Sarthe ou vers la Loire, Angers est le point de passage obligé et une escale de choix. Le port de la Savatte, en centre-ville, est fort bien équipé et très vivant.

Vue sur la ville d'Angers.
Vue sur la ville d'Angers.
Façades à colombages, Angers.
Façades à colombages, Angers.
Vignoble dans les environs d'Angers.
Vignoble dans les environs d'Angers.
Vilaine (amont)Haut de page

Jolie voie d'eau prenant sa source en Mayenne, la Vilaine passe par Rennes pour rejoindre l'Océan Atlantique. Cet itinéraire navigable d'environ 90 km offre des paysages variés et la possibilité de revenir au point de départ avec le train. De Redon à Rennes ou inversement vous pouvez aussi suivre le chemin de halage le long de l'eau à pied ou à vélo. Vous croisez de petits ports et des villages de caractère tout au long de votre périple. La navigation n'y présente pas de difficultés particulières. Sur la Vilaine, Guipry-Pessac sont deux villages consacrés à la détente aquatique des Rennais.

Redon - Messac-Guipry : 41 km, 1 écluse

Messac-Guipry - Pont-Péan : 30 km, 6 écluses

Pont-Péan - Rennes : 18 km, 5 écluses

Pédaler le long de la Vilaine

De Rennes à l'océan, c'est un bel itinéraire cycliste de 140 km le long de la Vallée de la Vilaine et des haltes fluviales où vous côtoyez les plaisanciers :

Rennes - Guichen (18 km)

Au départ de Rennes vous longez les Étangs d'Apigné puis vous passerez à Pont Réan par le magnifique site du Boël, lieu de balade dominicale des Rennais.

Guichen - Guipry (30 km)

Vous traversez la Vilaine grâce à une passerelle. Il faut faire un aller-retour le long de la Vilaine pour rejoindre le chemin de halage jusqu'à Guipry-Messac, jolie halte avec ses rues au nom évocateur du commerce de sel, ses maisons du XVIIe siècle et sa minoterie au milieu de la Vilaine, réhabilitée en bar-restaurant appréciée des plaisanciers.

Guipry - Beslé sur Vilaine (17 km)

L'aventure continue le long de haltes nautiques agréables comme celles de Port de Roche à Langon, et Beslé-sur-Vilaine. Vous pourrez aussi faire un détour par le bourg de Langon doté d'une jolie église et de la Chapelle Sainte-Agathe, perle gallo-romaine dans son écrin de grès rouge et de schiste noir.

Beslé-sur-Vilaine - Redon (23 km)

Petit village aux maisons en pierre, Brain-sur-Vilaine est sur votre chemin et les haltes pittoresques continuent : l'Ilette, Painfaut, Pont du Grand Pas avant d'arriver à Redon, son abbaye, ses maisons d'armateurs, son port en centre-ville. Le train vous ramène à votre point de départ !

Redon à l'Océan - (45 km)

Vous pouvez aussi poursuivre de Redon à l'océan. Il n'y a plus de chemin de halage, mais des petites routes et chemins piétons vous permettent de rester proche de la Vilaine et admirer les voiliers remontant la Vilaine dans un paysage de campagne...

Rennes (Ile-et-Vilaine)Haut de page

La rubrique détaillée consacrée à Rennes se trouve dans le chapitre concernant le Canal de l'Ille et Rance.

Pont-Réan (Ille-et-Vilaine)Haut de page

C'est un passage marquant sur la Vilaine. En fait, ce village autour de son pont est situé à cheval sur deux communes Bruz et Guichen. Vous pouvez accoster à proximité de cet impressionnant pont en schiste à neuf arches, la cinquième marquant la limite entre Bruz et Guichen. L'édifice date de la Gaule romaine mais fut reconstruit entre 1753 et 1767. A ce niveau de la Vilaine, les promeneurs, qu'ils soient à pied, à vélo ou en canoë, ne manquent pas de faire une halte. Les amoureux aussi. Le site est romantique à souhait ! C'est aussi le point de départ idéal pour découvrir Bruz et la voie d'eau, grâce aux divers aménagements du site.
Pourquoi Réan ? Certains évoquent " réant " qui viendrait de réance (rançon) en référence au droit de péage qui y était perçu. L'étymologie celtique pencherait plutôt vers réan, dérivé de ran : la grenouille...

De 1728 à 1904, la mine de plomb argentifère de Pont-Réan fut l'une des mines les plus importantes de Bretagne. Elle employait plus d'un millier d'ouvriers mais son déclin fut assez rapide à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. Il reste encore bon nombre de bâtiments debout, témoin d'un paysage minier rare en Bretagne.

Attention, pour passer sous le pont, les grands devront se baisser ! Les arches sont basses...

Faites escale un vendredi, vous profiterez alors du marché hebdomadaire de Bruz. Créé en 1960, il est devenu l'un des plus importants de la métropole rennaise et du département.

A proximité, le parc ornithologique de Bruz présente 200 espèces d'oiseaux du monde entier. Cris et couleurs garantis !

Guipry-Messac (Ille-et-Vilaine)Haut de page

Guipry est un ancien port important du transport du sel. La batellerie a disparu en 1970 et la plaisance a pris le relais. Un pont sépare le port de Messac de celui de la ville de Guipry plus animé le jeudi matin, jour de marché. En 2016, les deux communes ont fusionné en une seule. On dit que le site serait le berceau de la pomme de terre en France. L'abbé Vincent Cawiesel en aurait planté sur ses terres en 1771, longtemps après que les Anglais aient ramené le fameux tubercule de Colombie (1586). Parmentier n'a fait que promouvoir ce légume capable de nourrir le peuple !
A Guipry, il y a un beau et grand moulin, qui barre la rivière, depuis 1089 au moins. Pas le même que celui d'aujourd'hui, bien sûr, mais au même emplacement. En fait, il y en eut deux, un à foulon, où l'on foulait (battait) les draps ou la laine, et l'autre pour le seigle et le froment. En 1859, le moulin à foulon fut emporté par une crue. La minoterie est toujours debout, elle fonctionna comme telle jusqu'en 1974. Actuellement, ce bâtiment de cachet accueille réceptions et séminaires. Il abrite aussi le restaurant du même nom.

Vous pouvez faire halte côté aval, sur le petit port avant l'écluse. La rue qui s'enfonce dans les terres croise la minuscule chapelle de Notre-Dame-du-Bon-Port construite par Jean Le Marchand, seigneur de Tréguilly, en 1644, suite au voeu fait à la Vierge pour qu'elle protège ses salorges (entrepôts pour le sel) menacées par une crue. La charpente bleue en forme de carène renversée est typique de la région de Rennes. La chapelle est à deux pas de la rue des Gabelous, où se collectait l'impôt sur le sel, la gabelle. Nous sommes ici sur la route du sel, qui allait de Guérande et l'île de Ré jusqu'à Rennes.

Beslé-sur-Vilaine (Ille-et-Vilaine)Haut de page

Ce site des bords de la Vilaine fait désormais partie de la commune de Guémené-Penfao, à la croisée des départements de Loire-Atlantique, d'Ille-et-Vilaine et du Morbihan, appréciée pour son calme, sa verdure, ses sentiers de randonnées. D'ici vous partez à la découverte de la Vallée du Don ou des bords de Vilaine. A pied, en vélo, en canoë, en bateau et même en calèche vous croisez des paysages et des monuments charmants. Et surtout restez vigilant. Révisez vos légendes. Vous êtes au pays de la Fée Carabosse, elle rôde partout...

Halte nautique.

Redon (Ille-et-Vilaine)Haut de page

La rubrique détaillée consacrée à Redon se trouve dans le chapitre concernant le Bras du Port de Redon.

Vilaine (aval)Haut de page

La construction du barrage d'Arzal a entraîné un grand développement de la plaisance, devenu un attrait touristique et un atout économique important de la région. Le port d'Arzal-Camoël accueille 1 200 bateaux, celui de la Roche-Bernard 600, celui de Foleux 400 et celui de Redon 160.

Redon (Ille-et-Vilaine)Haut de page

La rubrique détaillée consacrée à Redon se trouve dans le chapitre concernant le Bras du Port de Redon.

Port de Foleux (Morbihan)Haut de page

C'est l'un des 14 ports gérés par la Compagnie des Ports du Morbihan et le port maritime de Bretagne-Sud le plus proche de Paris. Mais ce n'est pas ce qui fait son succès. Foleux est surtout apprécié pour son environnement, la beauté de ses rives vertes et le calme de ses eaux. Situé en pleine nature, en amont de La Roche-Bernard et d'Arzal-Camoel, le port de Foleux offre le charme d'un port à la campagne. Et pour un petit port intime, quel équipement ! Foleux est surtout une étape très agréable sur les voies navigables du Morbihan oriental. Vous pouvez choisir entre rive droite et rive gauche. Disons que vous ferez les deux, l'une en montant, l'autre en redescendant. Car vous n'allez pas goûter à la vallée de la Vilaine sans aller au-delà de ses premiers méandres.

Profitez d'un passage pour visiter le château de Léhellec, à Béganne. Le parc présente une allée de chênes et de hêtres centenaires avec un chêne affichant 450 ans et un cèdre de 130 ans. A Foleux s'ouvre le paysage typique de vallée ouverte et de marais qui prédomine jusqu'à Redon, après le passage encaissé de La Roche-Bernard.

Réseau Passeport Escale

Il y a 30 ans, le département du Morbihan et la Compagnie des Ports du Morbihan ont inventé ce concept unique dans l'univers de la plaisance qui encourage la mobilité des bateaux dans les ports, favorise le partage de l'espace public et le développement des escales génératrices d'activité pour l'économie locale.
Le principe est simple. Les plaisanciers déclarent leur avis de croisière et bénéficient de nuitées d'escale offertes en récompense de leurs déclarations d'absence. Les ports optimisent ainsi la gestion de leur plan d'eau et accueillent plus de bateaux de passage. Cette formule initiée par la Compagnie du Morbihan se développe à l'international, sur la façade Manche Atlantique, en Angleterre, en Espagne et en Italie... En 2016, elle regroupe 120 ports adhérents pour plus de 20 000 plaisanciers.

Arzal (Morbihan)Haut de page

L'origine d'Arzal vient certainement du celtique " are " (sur, près de) combiné au terme latin " sal " (le sel). D'où Arzal : près du sel. La Vilaine, anciennement Visnonia, tient une place importante dans son histoire, ayant favorisé la colonisation de ses terres. Les Celtes, avant J.-C. sont les premiers habitants du Pays d'Arzal. Ils développent grâce aux Vénètes, le commerce maritime. Puis les Romains marquent leur domination par le passage d'une grande voie Nantes-Vannes qui traverse la Vilaine par un bac au lieu-dit " Noy ". Au Moyen-Age, les Bretons d'outre-Manche s'y installent et y implantent leur langue. L'Armorique devient Bretagne. Au IXe et Xe siècles, les Vikings remontent la Vilaine jusqu'à Redon et ravagent les terres. Puis c'est l'époque féodale avec ses seigneurs indépendants, ses croisades et ses pèlerinages, époque de la construction de la chapelle Saint-Jean Baptiste de Lantiern, étape sur la route de Saint-Jacques de Compostelle. Une congrégation de Moines a son siège à Lantiern, qui devient un centre administratif important et une étape sur la route des pèlerins.

Les maisons anciennes autour de la chapelle Saint-Jean-Baptiste méritent le détour avant de vous rendre à Vieille Roche, où persiste le souvenir des gabelous qui surveillaient le trafic maritime. Les fours à pain et les moulins témoignent encore de l'intense activité de la région, dont le nombre d'habitants variait en fonction des navigations sur la Vilaine. Arzal est maintenant plus connu pour son barrage, édifié entre 1962 et 1970 afin de réguler les eaux. Étape de la navigation fluviale, son port de plaisance bénéficie de 1 000 emplacements et abrite une flottille de pêche.

Le barrage d'Arzal

C'est le plus important barrage d'estuaire d'Europe, construit en 1970. Le barrage accueille de nombreux visiteurs pour découvrir le site, observer les éclusages, se promener au bord de l'eau et découvrir la migration des poissons.

Les moulins d'Arzal

Les moulins à blé dominent les coteaux de l'estuaire de la Vilaine : construits à partir du XVIe siècle, ils ne sont plus en activité depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis