Le guide : TOURISME FLUVIAL : Nord

Guide

Nord

Au sein de la région des Hauts de France, le bassin de navigation du Nord - Pas-de-Calais représente plus de 680 km de voies d'eau qui croisent des campagnes verdoyantes, des forêts profondes, des cités historiques et même des zones industrielles intéressantes. La possibilité de naviguer au-delà des frontières vers les provinces belges de Flandre occidentale et du Hainaut ainsi que celle d'être relié au domaine maritime constituent deux attraits non négligeables de ce bassin de navigation. Les plaisanciers y trouvent un accueil de qualité : se fier au label régional Savoir Plaire qui signale les meilleurs établissements. Le lien entre ce bassin et celui de la Seine se fait en traversant la Picardie, terre fluviale aux vastes espaces naturels dotés d'une riche biodiversité, dans un secteur apprécié des naturalistes comme des pêcheurs. Via la Somme, le plaisancier atteindra également les eaux du grand large après un passage dans l'admirable Baie de Somme. Autre voie d'eau septentrionale de l'Hexagone, en relation directe avec le réseau belge, le canal des Ardennes, dont on comprend bien en l'empruntant, pourquoi Ardennes mot d'origine celtique signifie " forêt ". Ses paysages boisés sont remarquables  tout comme ses falaises aux noms évocateurs de légendes médiévales.

Développement du tourisme sur le bassin de navigation

Le Nord-Pas-de-Calais est une terre ouverte tournée vers la Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne, et du côté du Pas-de-Calais vers l'Angleterre et le bassin parisien. L'importante fréquentation touristique de leurs ressortissants illustre bien cette proximité. La vocation touristique de cette région s'appuie sur une façade littorale, des villes au riche patrimoine et la présence de trois parcs naturels régionaux. Dans ce cadre, la voie d'eau occupe une place stratégique pour le développement touristique et un atout indéniable pour la politique trame verte. Le réseau fluvial Nord-Pas-de-Calais a la particularité de former, avec celui de nos voisins transfrontaliers, un exceptionnel réseau maillé en boucles. De nombreux passages de bateaux de plaisance sont recensés aux écluses chaque année. S'ajoute une flotte de bateaux à passagers qui propose de nombreuses excursions fluviales. Ce bassin de navigation dispose d'une offre en infrastructures d'accueil relativement développée avec une dizaine d'embarcadères pour bateaux à passagers, 38 haltes nautiques et 11 ports de plaisance.

Les cyclistes disposent sur les berges de nombreuses voies rendues possibles grâce à la mise à disposition des chemins de halage par Voies Navigable de France. Ces chemins sont autant de sources de dépaysement et de loisirs de proximité dont il convient d'assurer la promotion dans les années à venir, tant vers la population, qu'envers les nouveaux acteurs de filières de loisirs comme les gestionnaires de parcs publics de vélos.

Enfin, le développement du tourisme fluvial et fluvestre implique une meilleure appropriation des bords à voie d'eau par les collectivités et les urbanistes. Ainsi, VNF travaille-t-il sur Valenciennes à l'émergence d'un écoquartier adossé à un port de plaisance sur l'île Folien. Ce projet innovant en terme d'urbanisme illustrera, à la suite des réalisations immobilières de VNF sur le quartier Lyon-Confluence, de la capacité de l'établissement public à allier valorisation du patrimoine et aménagement fluvial local. Construire au bord d'une voie d'eau ou sur l'eau en water-front est aujourd'hui une idée à laquelle les collectivités peuvent légitimement s'intéresser, dès lors que l'affectation fluviale est respectée.

Bassin Nord
Bassin Nord
Adresses utilesHaut de page
Belgique : un chantier naval centenaire et performant

Le chantier naval Meuse et Sambre a fêté ses 110 ans en 2016 ! Implanté à Namur, Liège, Andenne, Charleroi avec une filiale française, Meuse et Sambre vous offre ses services de conception, fabrication, mise en route et entretien sur site de bateaux de toutes tailles et types : paquebots, gîtes, habitations, yachts, ferry, barges, pousseurs... Son équipe spéciale d'intervention et de dépannage assure des intervention sous 24 heures dans toute l'Europe.

Spécificités : Meuse et Sambre réalise tous projets de bateaux et matériels flottants en acier, aluminium ou acier inoxydable. Ceci qu'il s'agisse de construction neuve, de transformation, d'allongement et raccourcissement de bateaux de 10 m à 125 m. Le chantier possède toutes les compétences techniques nécessaires pour la mise en oeuvre des équipements et aménagements : électricité, menuiserie, mécanique et propulsion, plomberie, chauffage, peinture.

Garantie : les travaux de construction de Meuse et Sambre sont systématiquement contrôlés par les sociétés de classification. Les compétences en soudure, notamment, sont certifiées par le Bureau Veritas.

Points forts : Meuse et Sambre s'est adaptée à la concurrence mondiale, en développant des aptitudes de travail sur mesure et de souplesse d'exécution jusqu'à permettre de faire évoluer le projet même en cours de construction et de finition. Meuse et Sambre vous offre, à la demande, un travail complet clé sur porte ou une finition intermédiaire. Le résultat correspond donc toujours parfaitement à vos souhaits et à vos possibilités financières. Délais de fourniture extrêmement courts et toujours respectés, notamment grâce à la parfaite collaboration et coordination entre ses 4 chantiers.

Tél. + 32 (0) 81.22.02.33 www.meusam.com

Bases de locationHaut de page

LOCATION PICARDIE BOAT

Chemin du Halage
80510 - LONG
Tél : 06 07 63 89 92

Baie de SommeHaut de page

Le canal de la Somme maritime, de Saint-Valery à Abbeville, se déroule sur 14 km avec une écluse. La traversée de la cité médiévale de Saint-Valery annonce la Baie de la Somme sur la Manche. Vaste embouchure navigable à marée haute, celle-ci est célèbre pour sa réserve naturelle d'oiseaux migrateurs, la pêche à pied et ses beaux réseaux cyclables. Au nombre des plus belles baies du monde, la Baie de Somme offre une immense étendue dont la mer se retire à chaque marée découvrant de vastes bancs de sable et de vase. Le chenal d'accès aux ports de la baie, Le Crotoy et Saint-Valéry-sur-Somme, est balisé par des bouées numérotées.

Baie de Somme et Marquenterre en vélo

Dans ce coin sauvage de la Côte picarde, le vélo est choyé avec 150 km de circuits balisés. Départ de la vieille cité fortifiée de Saint-Valéry qui surplombe le port. Remparts, maisons anciennes, villas colorées, ruelles pavées, lui donnent un cachet très pittoresque. Vous empruntez une belle piste cyclable pour rejoindre la pointe du Hourdel. Depuis ce charmant petit havre, vous découvrez l'immensité de la baie de Somme. A marée basse, la mer se retire à 14 km. Avec un peu de chance, vous apercevrez la colonie de phoques qui a élu domicile sur les mollières. Vous poursuivez sur la Route Blanche entre les dunes et les bois de pins de Brighton. Un peu plus loin, pas moins de 400 cabines multicolores s'alignent sur la plage de la station balnéaire de Cayeux. Au loin on aperçoit les falaises de craie d'Ault-Onival. Dans cette région du Vimeu, vous pédalez au milieu des champs, des marais, et des centaines de huttes de chasseurs, pour rejoindre le canal de la Somme. On retrouve la piste qui fait le tour complet de la baie de Somme. Elle rejoint directement le port du Crotoy et sa plage exposée plein sud. Vous décrivez alors une large boucle dans le Marquenterre. Un superbe espace naturel préservé où vivent en liberté près de 200 chevaux Henson. Vous mettez le cap ensuite sur le superbe beffroi de Rue. Derniers tours de piste alors entre baie et voie ferrée pour retrouver la ville basse de Saint-Valéry, au terme d'un périple relativement plat. Au total, un circuit de 80 km, peu vallonné que vous effectuerez en mettant entre 4 heures et 8 heures (10 à 20 km/h).

Saint-Valéry-sur-Somme (Somme)Haut de page

Saint-Valéry, cité médiévale et ville portuaire, mérite un arrêt. Vieilles pierres, ruelles étroites et pavées, boutiques d'artisans, restaurants agréables, promenade le long de la jetée ou du haut des remparts pour un panorama imprenable sur la baie de Somme. C'est de Saint-Valéry que Guillaume le Conquérant partit pour récupérer la couronne et devenir roi d'Angleterre en 1066. L'abbaye a également tenu une large place dans l'histoire de la cité pendant près de douze siècles, jusqu'à sa vente en 1791. Depuis, Saint-Valéry et la baie de Somme ont inspiré de grands artistes dont Degas, Victor Hugo ou Colette.

office de tourismeHaut de page
Abbeville (Somme)Haut de page

Son nom signifie " domaine de l'abbaye ". Le XIIe siècle marque le début de sa prospérité à travers le commerce maritime, la Somme permettant alors la navigation de gros tonnages jusqu'au port d'Abbeville. Cette prospérité va durer jusqu'à la fin du XVe siècle. C'est dans le courant du XVIIIe siècle que la capitale maritime va perdre de sa splendeur, et cela jusqu'au XIXe siècle. La capitale du Ponthieu a beaucoup souffert pendant la guerre, notamment au cours des bombardements du 20 mai 1940 où plus de 5 000 bombes s'abattirent sur la ville. Elle conserve toutefois quelques maisons et hôtels particuliers du XVIe siècle.

La ville est baignée par la Somme — canalisée (notamment vers sa baie) — par le canal de Transit creusé au XIXe siècle, son bras canalisé, et par son affluent, le Scardon recevant lui même sur la commune deux petites rivières, la Drucat et la Novion. Le territoire abrite plusieurs zones humides : le marais de Saint-Gilles, le marais de Saint-Paul, la bassure de Menchecourt et la Bouvaque. S'ajoutent plusieurs autres petits ruisseaux qui coulent jusqu'en ville.

Simple ponton d'amarrage.

Canal de la SommeHaut de page

De Abbeville à Péronne, ce canal coule le long de 105 km passant 18 écluses semi-automatiques. Lorsqu'il fut achevé en 1863, il se nommait canal de Picardie. La Somme canalisée, ou canal de la Somme, sinue paresseusement à partir de Péronne, ville d'eau et d'histoire, jusqu'à Abbeville, en arrosant au passage le charmant petit village de Cappy, base nautique importante, et le magnifique site d'Amiens. La Somme, surnommée " la tranquille " est réputée pour être calme et fréquentée exclusivement par des bateaux de plaisance. D'ailleurs plusieurs loueurs de bateaux et les haltes fluviales y sont installés. Faites une halte reconstituante à la maison éclusière de Lamotte Brébière à l'est d'Amiens. Une autre maison éclusière peut vous intéresser, à l'ouest d'Amiens celle-ci, elle est située sur la commune d'Ailly-sur-Somme et elle vous propose de glisser sur la Somme en canoë. Que vous partiez pour 1 heure, une demi-journée, ou une journée, ce sera l'occasion de découvrir de magnifiques paysages de nature et d'architecture préservés.

Abbeville (Somme)Haut de page

Voir rubrique sur Abbeville dans le chapitre précédent (sous Baie de Somme).

Long (Somme)Haut de page

En patois : " Long, grind'église, bieu catieu, s'tête dins chès camps, chès pieds dins l'ieu ". Traduction : Long, grande église, beau château, la tête dans les champs, les pieds dans l'eau. Tous les habitants de Long vous vanteront la beauté de leur commune, estimant que ce village est le plus beau de toute la vallée de la Somme. On vous laisse juge... Long offre quelques beaux monuments et un cadre éclatant de verdure. Vous pourrez longer, à pied ou en vélo, le long de la Somme et contourner les innombrables étangs nés de l'extraction de la tourbe. Un pique-nique s'impose. Vous avez le choix de très agréables espaces à l'ombre des arbres.

Parmi d'autres à emprunter au fil de vos pérégrinations, trois itinéraires balisés permettent de découvrir les environs à pied ou à vélo. " L'écluse et la centrale hydroélectrique " (2 km) invite à apprécier les principaux attraits de Long. " La Chapelle, vue sur Longuet, la vallée de la Somme ", (4,7 km), d'Ailly à Longuet, part à la découverte de la chapelle Notre-Dame de Lourdes et de la vallée. " Les marais " est destinée à des marcheurs plus aguerris (6 km) et permet de découvrir la centrale hydroélectrique et de longer la Somme.

Différents points d'amarrage sur les bords de la Somme permettent aux plaisanciers de s'arrêter à Long. Ceux qui n'ont pas la chance d'avoir un bateau peuvent en louer à Long auprès de Location Picardie Boat. Pour faciliter l'accès des visiteurs, une descente a été construite par l'office de tourisme, qui se situe près de la centrale. Les amateurs de tourisme fluvial apprécient également l'écluse de Long, construite entre 1823 et 1825. Nouveauté : la maison éclusière rénovée qui accueille l'association pour la création d'un parc naturel régional.

Amiens (Somme)Haut de page

Au coeur de la vallée et du département, fière de son fleuve et de ses rivages, Amiens est une escale fluviale incontournable. Le nom de Samarobriva (" pont sur la Somme ") est mentionné pour la première fois en 54 avant J.-C. Même si la ville fut fondée par les Romains, c'est la tribu celte des Ambiens qui, à la fin du IIIe siècle, donne son nom à Amiens. La ville connaît un essor très important au cours des siècles suivants. Au XIXe, l'industrie textile est très développée. La destruction des fortifications permet la création de vastes faubourgs aux maisons de briques, tantôt bourgeoises, tantôt ouvrières, qui vont donner à Amiens une physionomie toute particulière. Durant la Seconde Guerre mondiale, la ville sera néanmoins gravement touchée par les bombardements. La ville natale de Jules Verne est aujourd'hui la capitale régionale de la Picardie. Sa sublime cathédrale représente, à elle seule, un intérêt touristique très important. La ville se découvre aussi avec son quartier Saint-Leu, ses hortillonnages, son beffroi, le cirque Jules Verne, l'abbatiale Saint-Pierre entre autres trésors.

Les vélos sont sur le bateau ? Descendez-les et profitez des balades dans la ville. Deux parcours vous sont proposés : Amiens au fil de l'eau ou Parcs et jardins. Sans compter la Véloroute le long des berges. Si vous n'en avez pas à bord, possibilité de louer des vélos.

Sur l'eau vous pouvez partir en croisières, découvrir les hortillonnages, vous promener en louant un bateau électrique sans permis, pagayer sur un canoë et bien entendu arriver avec votre bateau habitable et vous amarrer pour une escale.

Dormir sur l'eau de la Somme

C'est possible ! Vous avez le choix entre la péniche-gîte la Timonerie à Ailly-sur-Somme (Tél. 06 85 33 57 28), la chambre d'hôte sur péniche de l'Aslaug à Corbie (Tél. 06 74 22 29 75) et le gîte fluvial Le Lihoury à Saint-Valéry-sur-Somme (Tél. 06 82 32 37 70).

Corbie (Somme)Haut de page

Corbie, 6 400 habitants, est situé à 15 km à l'est d'Amiens et est facilement accessible par les voies ferroviaires, routières et fluviales. Son histoire est liée étroitement à la fondation de son abbaye en 657 par la reine régente Bathilde, abbaye qui devint un des grands centres monastiques de l'époque carolingienne. Devenue une importante place forte au XVIIe siècle, Corbie laissa son nom dans l'Histoire lors de sa prise par les Espagnols en 1636 et de sa reprise la même année par Louis XIII et Richelieu après un siège mémorable.
Sainte Colette, réformatrice des ordres de Saint-François d'Assise, Saint Adalhard, fondateur de l'Abbaye de Corvey en Allemagne et Eugène Lefebvre, pionnier de l'aviation naquirent à Corbie ou dans les environs.
La ville est particulièrement animée les jours de marché (mercredi matin et vendredi matin) ou de la foire de Pâques. Corbie offre à ses visiteurs un camping jouxtant une halte nautique, un musée et d'autres curiosités à découvrir au coeur de la région des Trois vallées (Ancre, Somme, Hallue).

Cette petite ville appréciée des plaisanciers est en attente d'une nouvelle halte fluviale plus importante et moderne, à proximité de l'écluse. Vous pouvez d'ores et déjà accoster pour un ou deux jours et programmer d'ici une croisière en péniche à la journée, des balades nature en barque aux étangs de la Barette, des balades en canoë.

Bray-sur-Somme (Somme)Haut de page

Une petite commune paisible de la vallée de la Haute Somme, très verte et bleue, baignée par la Somme et ses étangs. Vous y trouverez le petit train touristique, deux lavoirs du XVIIIe siècle ouverts au public, des sentiers nature, de multiples points d'eau poissonneux et à proximité un domaine naturel qui abrite une anguillère et une maison éclusière où faire halte pour un café ou un casse-croûte.

office de tourismeHaut de page
Péronne (Somme)Haut de page

Au confluent de la Somme et de la Cologne, Péronne est une place forte dès l'époque mérovingienne. Presque tous les rois de France y sont passés ou y ont séjourné. Occupée par l'armée allemande en août 1914, la ville subit les bombardements français pendant plus de huit mois. Etape du circuit du souvenir, c'est aujourd'hui un lieu de mémoire réputé. Péronne s'inscrit aussi dans un cadre naturel agréable avec ses étangs et ses berges ombragées. Ces lieux invitent à la flânerie ou à la pratique du nautisme et même à l'accueil des plaisanciers. A l'ombre des arbres, rien de plus agréable que de profiter des jolies journées ensoleillées sur un lit de verdure avec en toile de fond les étangs de Péronne.

office de tourismeHaut de page
Canal de Saint-QuentinHaut de page

Le canal de Saint-Quentin, inauguré par Napoléon en avril 1810, assure la jonction entre l'Oise, la Somme et l'Escaut et met en relation le bassin parisien et le Nord de la France et la Belgique. Ce canal offre un peu plus de 90 km de navigation et pas moins de 35 écluses. Avant l'ouverture du canal du Nord, c'était la seule liaison entre la Manche et Paris. Un joli parcours, de Chauny à Cambrai, d'autant plus tranquille que les bateaux de commerces lui préfèrent, aujourd'hui, le canal du Nord. Franchir le long tunnel de Riqueval, halé par un toueur, est un grand moment... Vous pourrez poursuivre la navigation au sud de Chauny par le canal latéral à l'Oise, au nord de Cambrai par le canal de l'Escaut qui rejoint le canal Dunkerque-Escaut.

Information sur les conditions de franchissement du tunnel de Riqueval

Les passages se font sur réservation à la demande (48 heures à l'avance), sur appel à la station de Riqueval (Tél. 03 23 09 51 20). Les agents confirment toute réservation pour validation. Un seul aller-retour par jour, le matin ou l'après-midi, sauf le samedi (deux allers-retours). Aucun service le dimanche.

Le Cambrésis en pédalant au départ de Cambrai

Cambrai a ses Bêtises, mais aussi un beau concentré d'art et d'histoire. Autour de la cathédrale et de la Grand-Place, on admire les béguinages, les maisons flamandes et les nombreux hôtels particuliers. Vous partez ensuite rejoindre la vallée verte du haut Escaut où se nichent les vestiges grandioses de l'abbaye de Vaucelles. Quelques hectomètres de pavés vous éviteront un détour par le plateau en restant au fil de l'eau. Le paysage est rythmé par les ondulations champêtres et les rus éphémères aux talus boisés. En suivant le cours de la vallée de la Selle, agrémentée de moulins, vous atteignez le beffroi du Cateau-Cambrésis, la ville natale de Matisse. Au pied du clocher à bulbe de l'église baroque, se blottissent des demeures anciennes aux façades ouvragées. Vous quittez les berges bucoliques de la rivière pour parcourir le plateau du Cambrésis en direction de Caudry, spécialisée depuis des générations dans la dentelle de luxe. Il est temps alors de s'en retourner par des routes buissonnières pour découvrir les superbes espaces verts de Cambrai.

Itinéraire : Le Cambrésis

Total : 83 km, 7 côtes, peu vallonné

Durée : entre 4h et 8h15 - 10 à 20 km/h.

Chauny (Aisne)Haut de page

La cité de Chauny, en Picardie, s'est développée dans l'Antiquité à partir d'un gué sur la rivière Oise, celle-ci assura le transport fluvial vers Paris. La création des canaux de Saint-Quentin, latéraux à l'Oise, et de l'Oise à l'Aisne au XIXe siècle favorisa l'essor de la cité. La seconde moitié du XXe siècle a vu dépérir la batellerie très florissante de Chauny et la naissance de la navigation de plaisance.

Dès 1991, sur une idée de la Jeune Chambre Economique locale, la Municipalité chaunoise décide de créer, sur le canal de Saint-Quentin traversant la ville, une halte nautique. Sa gestion a été confiée en 1997, au club nautique de l'ACTAN, Association Chaunoise Tourisme et Activités Nautiques, fondée en 1994. Depuis cette halte a été largement modernisée et agrandie et fait de Chauny une halte très appréciée des plaisanciers, particulièrement par nos voisins venus des pays du nord.

Depuis le port de Chauny, les plaisanciers gagnent en une semaine la pleine mer sur le littoral de la côte picarde. Le voyage en aval est agréable par les canaux et écluses de Picardie.

Saint-Quentin (Aisne)Haut de page

A la croisée des grands chemins entre Paris et Bruxelles, Reims et Amiens, Saint-Quentin jouit d'une situation géographique idéale. Cette terre d'art et d'histoire tient son nom du jeune missionnaire romain Quintinus, martyr de la fin du IIIe siècle dont les reliques feront l'objet d'un pèlerinage important jusqu'en 1914. En 1557, Saint-Quentin est terriblement marquée par le siège espagnol des troupes du roi Philippe II d'Espagne. Cette bataille fit 6 000 morts et autant de prisonniers, et se solda, malgré la vaillance des habitants, par la prise de la ville quinze jours plus tard. Forte de 60 000 habitants, Saint-Quentin est aujourd'hui une ville animée où il fait bon flâner. Observez l'élégante place de l'Hôtel-de-Ville où se confondent façades flamandes et Art déco. Profitez de la rue d'Isle qui offre une belle perspective sur la place du 8-Octobre et le pont majestueux qui relie la ville aux faubourgs. L'été, la place se fait plage : bassins, jeux aquatiques, animations et plusieurs tonnes de sable la recouvrent !

En hiver, c'est au tour du Village de Noël de créer l'événement un mois durant. La capitale de Haute-Picardie se distingue également par son héritage naturel avec la réserve nationale des marais d'Isle, au coeur de la ville. Profitez de visites nature, à pied ou en bateau électrique !

Le Cateau-Cambresis (Nord)Haut de page

Nichée au coeur d'une région verdoyante entre Hainaut, Cambrésis et Thiérache, Le Cateau-Cambrésis, 7 500 habitants, est étagée sur les pentes de la vallée de la Selle. La ville s'est développée sous l'autorité des évêques de Cambrai, venus y trouver paix et refuge. Malheureusement, elle subit de nombreuses destructions au cours des siècles, d'abord au Moyen-Age, puis lors des guerres franco-espagnoles des XVIe et XVIIe siècles. L'arrivée de l'industrie textile et de la métallurgie lui permettent de connaître un nouvel essor au XIXe siècle. Occupée et bombardée pendant les deux guerres, la ville reste malgré tout un centre textile de premier plan. Mais c'est surtout le peintre Matisse, enfant du pays, et le musée qu'il y a créé en 1952, qui font la renommée de la cité.

Cambrai (Nord)Haut de page

Après avoir été capitale des Nerviens, elle devient cité épiscopale et ville du Saint-Empire. Place importante et sévèrement défendue au Moyen Age par une muraille de 4 km de long, 8 m de haut et 3 m d'épaisseur, elle gardera son allure médiévale jusqu'à la fin du XIXsiècle. C'est Charles Quint qui fit bâtir la citadelle au XVIe siècle. Fénelon y fut archevêque et y mourut en 1715, des suites d'un accident de carrosse. Blériot, le premier aviateur à traverser la Manche, y naquit en 1872. Cambrai est la ville de la fameuse bêtise du même nom, mais aussi de l'andouillette à la fraise de veau. Autre spécialité de Cambrai : le mouchoir.

Enfin la cité est également une escale fluviale importante. À la jonction entre l'Escaut canalisé et le canal de Saint-Quentin, le port de Cantimpré est aménagé dès 1862. Il devient à la fin du XIXe siècle un important port fluvial avec docks et entrepôts, Chambre de Commerce et nombreuses industries. Plus d'une centaine de péniches y transitent alors chaque jour.

Aujourd'hui petit poumon vert à quelques encablures du centre-ville, le port bénéficie d'une position idéale et appréciée des usagers. Situé légèrement en retrait du canal il s'inscrit dans un environnement agréable proche des commerces. Lieu de balade des familles qui y croisent les plaisanciers, il offre des équipements sportifs en libre-service autour de la capitainerie et constitue le point de départ idéal pour rejoindre la coulée verte.

Une Bêtise très gourmande et revendiquée

Comme souvent c'est une erreur et le hasard qui sont à l'origine de cette spécialité culinaire devenue fort célèbre, d'où le nom de ce bonbon. La Bêtise de Cambrai est au nombre des produits les plus populaires de France. Dans le Nord de la France, tout le monde connaît et déguste le célèbre bonbon Afchain, maison qui existe à Cambrai depuis 1830, ou alors celui de sa concurrente, la maison Despinoy. Les deux fabricants continuent à revendiquer la paternité de cette spécialité. Compromis : l'un serait l'inventeur, l'autre le créateur... Quoiqu'il en soit, cette friandise en forme de petit coussin rectangulaire, aromatisée à la menthe et rayée de sucre caramélisé, est répertoriée dans l'inventaire du Patrimoine culinaire de la France et fait l'objet d'une bibliographie riche, dont l'ouvrage le plus connu est sans nul doute le très célèbre : Tour de Gaule d'Astérix.

Canal de la DeûleHaut de page

La vallée a connu l'exploitation de la tourbe avant de voir passer les péniches chargées de charbon. Affluent de la Lys et donc sous-affluent de l'Escaut, la Deûle est presque entièrement canalisée. De Bauvin à Deûlémont, vous naviguez le long du canal de la Deûle sur 35 km (3 écluses). La principale fonction de ce canal est la desserte de la région industrielle de Lille. Il offre aux plaisanciers quelques belles escales, et un accès rapide à la Belgique via l'Escaut ou la Lys, et depuis 2011 via les canaux de Roubaix et de l'Espierre rouverts à la navigation.

La plaisance et le commerce se partagent aujourd'hui les eaux. En 2016, la plus grande des écluses de la Deûle (écluse du Grand-Carré de 145 m de long et 12 m de large) a vu transiter plus de 600 bateaux de plaisance, ainsi qu'une part importante de tonnes de marchandises ayant été transportées sur la Deûle.

Autour de Lille en pédalant

Chaleureuse et dynamique Lille possède un important patrimoine et un réseau des pistes cyclables se développe pour sillonner la métropole lilloise. Ce qui permet de filer vers le Nord en direction des agréables quartiers résidentiels de Marcq ou de Mouveaux qui jouxtent le parc du Héron. Après avoir franchi le canal de Roubaix, vous apprécierez dans cette grande concentration urbaine le parc Barbieux qui s'allonge sur plus de 30 ha, avec une profusion de grottes et de cascades. Quelques instants plus tard, à Villeneuve-d'Ascq vous traversez le lac du Héron (73 ha) qui abrite 250 espèces d'oiseaux. Désormais en pleine campagne, vous serpentez au fil de la Marque. L'église de Bouvines vous rappellera la glorieuse bataille de 1214 remportée par Philippe Auguste. Un peu plus vallonné le parcours vous conduit au sommet de la colline panoramique de Mons-en-Pévéle. Vous quittez le royaume de l'endive pour arpenter le Mélantois vers la forêt domaniale de Phalempin (679 ha). Plate, la randonnée se poursuit à travers les champs et marais du Carembault avant de retrouver Lille par l'itinéraire cyclable des faubourgs Sud. Au bord de la Deûle, la citadelle en forme d'étoile dessinée par Vauban sera votre dernière escale. Circuit de 67 km au total (entre 4 et 7 h selon votre rythme).

Lille (Nord)Haut de page


C'est la capitale du Nord. Avec Roubaix et Tourcoing, l'agglomération lilloise dépasse largement le million d'habitants. Riche ville drapière des Flandres, Lille fut prise en 1667 par Louis XIV, reprise par les Hollandais en 1708 malgré les fortifications de Vauban puis revint définitivement à la France au traité d'Utrecht en 1713. L'essor industriel du Second Empire favorisa en 1858 le dernier agrandissement de Lille. Le déclin du textile à partir des années 1960 ouvrit une longue période de crise. C'est à partir des années 1990 que la reconversion vers le secteur tertiaire et la réhabilitation des quartiers sinistrés redonnèrent un nouveau départ à la ville. La construction du quartier d'affaires Euralille à partir de 1988, l'arrivée du TGV en 1993, puis de l'Eurostar en 1994, le développement d'un pôle universitaire, le classement Ville d'art et d'histoire en 2004 et les manifestations de Lille 2004, capitale européenne de la culture, constituèrent les principaux symboles du renouveau de Lille.

Lille et sa banlieue abritent plusieurs musées et lieux de culture extrêmement intéressants, dont le Palais des Beaux-Arts, la Piscine Musée d'art et d'industrie André Diligent (Roubaix) ou encore la Manufacture des Flandres (Roubaix), et d'innombrables sites agréables où s'attabler, notamment autour de la Grand Place et dans le Vieux Lille.

Chaque année, la célèbre Braderie de Lille se tient le week-end du premier dimanche de septembre et débute officiellement le samedi en début d'après-midi pour finir le dimanche à midi. Elle s'étend sur des centaines de kilomètres de trottoirs et accueille entre deux et trois millions de personnes.

A voir en priorité lors d'une courte visite : la Grand Place, le Vieux Lille, le beffroi, la Porte de Paris et, avec un peu plus de temps, pourquoi pas la Maison natale de Charles de Gaulle et la Villa Carvois (Croix).

Pour visiter Lille, les plaisanciers peuvent accoster au port de Wambrechies à une demi- heure du centre-ville de Lille (transport en commun). Vous pouvez aussi rejoindre la grande ville en vélo en longeant la Deûle sur la portion Wamberchies/Lille (8 km) du Parcours frontalier au fil de la Deûle de VNF.

Port de Lille

Il s'agit du site originel, celui sur lequel les premiers aménagements ont été faits au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Il se déploie sur 57 ha, à cheval sur les communes de Lille et de Loos, le long du Canal de la Deûle et à l'emplacement des anciennes fortifications de la ville. Les premiers quais ont été aménagés en 1946 et le premier entrepôt (Hangar A) est sorti de terre en 1947. A l'époque, le port se trouvait à l'écart du centre-ville ! Son développement a abouti à la disparition et au démantèlement du Port Vauban, qui assurait les fonctions portuaires depuis sa création en 1858.

Plusieurs dizaines d'entreprises de toutes tailles y sont implantées et s'y développent. Le port emploie, en direct ou en sous-traitance, plus de 2 000 personnes.

Alexandre Bloch, Orchestre National de Lille
Alexandre Bloch, Orchestre National de Lille
Orchestre National de Lille et son chef Alexandre Bloch.
Orchestre National de Lille et son chef Alexandre Bloch.
Place aux oignons, Lille.
Place aux oignons, Lille.
Façades typiques de Lille.
Façades typiques de Lille.
Armoiries de la ville de Lille.
Armoiries de la ville de Lille.
Vieux-Lille.
Vieux-Lille.
Façade typique lilloise, Vieux-Lille.
Façade typique lilloise, Vieux-Lille.
Place Rihour, Lille.
Place Rihour, Lille.
La Déesse de Lille, sur la Grand-Place.
La Déesse de Lille, sur la Grand-Place.
Vue aérienne du centre ville de Lille.
Vue aérienne du centre ville de Lille.
Lille
Lille
Wambrechies (Nord)Haut de page

A 7 km de Lille, Wambrechies a connu une période faste à la fin du XVIIIe siècle avec l'apparition sur son territoire de nombreuses industries textiles ou agroalimentaire (chicorée, bière...). On peut y visiter le château de Robersart, de style Renaissance, qui se trouve dans le centre-ville. Il a été pendant un temps le lieu de résidence des seigneurs de la ville et bien plus tard, au début du XXe siècle, l'école libre des garçons. Autre lieu à visiter : le musée de la Poupée et du Jouet ancien, situé également dans le château de Robersart. Les amateurs de spiritueux iront quant à eux jeter un oeil du côté de la distillerie de genièvre Claeyssens, toujours en activité et où des visites sont organisées. Et si vous allez à l'office de tourisme, n'hésitez pas à l'admirer de plus près. En effet, le bâtiment où il se trouve est une bâtisse construite en 1868, de style néo-flamand situé sur la place centrale de la ville. Il fut même un temps l'hôtel de ville de Wambrechies. Point de départ pour des randonnées pédestres dans la campagne et le long de la Deûle et du tramway touristique de la Vallée de la Deûle.

Le port de Wambrechies, doté d'une trentaine d'anneaux et de services aux plaisanciers, est situé en coeur de ville. C'est un lieu de tourisme fluvial important qui concentre généralement les animations festives et culturelles de la ville, notamment lors des journées Deûle en fête.

visites guidéesHaut de page
Quesnoy-sur-Deûle (Nord)Haut de page

Entre Lille et Deulémont, une escale bienvenue. Cette commune verte et rurale baignée par la Deûle canalisée offre 12 km de berges aménagées et accessibles aux promeneurs à pied, à vélo ou à cheval (en comptant les deux rives !). Quesnoy-sur-Deûle abrite une halte nautique à deux pas du centre-ville, de la Mairie et de la place du Marché et jouxtant l'Espace Deûle, qui abrite l'association de canoë-kayak et la médiathèque municipale. C'est le lieu d'embarquement des croisières lors de Deûle en Fête (1er week-end de juin). A Quesnoy-sur-Deûle vous êtes à proximité de Roubaix et donc de son canal. Lien entre l'Espierre et la Marque, la Belgique et la France, le canal de Roubaix se déploie sur une douzaine de kilomètres en traversant les communes de Leers, Roubaix, Tourcoing, Croix, Wasquehal et Villeneuve d'Ascq. La Décidée vous emmène à la découverte de ce canal et de ses secrets.

Deûlémont (Nord)Haut de page

La commune (moins de 2 000 habitants) tire son nom des termes flamands Mons (embouchure) et Deusle (cours d'eau). Sur un ancien site romain, Deûlémont est à la confluence de la Lys et de la Deûle. Détruite complètement lors de la Première Guerre mondiale, la ville, forte de son port de plaisance de Deûlemont/Comines, mise aujourd'hui sur le tourisme fluvial. Les berges de la Deûle et de la Lys proposent un environnement charmant, offrent de multiples possibilités de balades pédestres, à vélo, à cheval.

Située à proximité du port de plaisance, l'église Saint-Symphorien mérite une visite tout comme le belvédère de la confluence Deûle-Lys d'où l'on aperçoit, par beau temps, les collines flamandes. De la confluence, le chemin de halage suit la Lys vers Armentières pour rejoindre les prés du Hem ou vers l'aval Comines en Belgique. Dans un autre registre, le site abrite une station de lagunage émanation de Lille Métropole Communauté urbaine. Cette station d'épuration novatrice qui fonctionne depuis plus de 10 ans utilise la technique du lagunage naturel pour l'épuration des eaux usées urbaines domestiques.

A partir de Aire-sur-la-Lys et jusqu'à Gand, en Belgique, la Lys est navigable sur 190 km. La Lys rivière, entre Aire-sur-la-Lys et Deûlémont, présente les traits d'une voie à petit gabarit dit Freycinet. Entre Deûlémont et la frontière Belge, la Lys est une voie majeure pour le transport de marchandises et la plaisance. Le patrimoine naturel de la Lys vous donnera un aperçu de tous les trésors que recèle cette voie d'eau : des îlots de verdure enserrés par d'anciens bras morts de la Lys, en passant par des parcours jalonnés de paysages qui vous invitent à la détente et à la flânerie. De nombreuses infrastructures dédiées à la plaisance vous permettront de faire des escales pour découvrir les richesses de la vallée.

Les 4 ports de plaisance de la Vallée de la Lys :

Haverskerque / Armentières / Halluin / Deûlémont

Les haltes nautiques sur la Lys et sur le canal d'Aire à la Bassée :

Béthune / Beuvry / Guarbecque /Aire-sur-la-Lys / Saint-Venant / Merville / Estaires / Erquinghem-sur-la-Lys /
Sailly-sur-la-Lys / Armentières

Embarcadère pour bateaux à passagers de grande capacité :

Geotopia à Mont-Bernenchon

Les bases nautiques (activités nautiques et de loisirs) :

Haverskerque / Beuvry / Armentières.

Le long de la Lys en vélo

Un beffroi, un bailliage de style flamand et une grandiose collégiale vous accueillent à Aire-sur-la-Lys. A travers les tourbières et cressonnières, vous rejoignez les châteaux médiévaux de Liettres et de Créminil. Le manoir de Bomy est tout aussi pittoresque. Des terrils bruns et rouges témoignent d'une ancienne activité minière. Le terrain devient plus accidenté dans les collines de l'ancienne province gauloise de la Morinie. Vous glissez ensuite dans la vallée bocagère de la Lys en admirant les moulins et les fermes anciennes. Plus en aval, Thérouanne était florissante au Moyen Age, avant d'être détruite par l'Empereur Charles Quint. De nombreux étangs alimentent les cultures maraîchères. Toujours au fil de la rivière, vous rejoignez sans difficulté les maisons anciennes de la Grand-Place. Itinéraire : Au fil de la Lys, 43 km.

Un détour par Béthune et son Pardon de la Batellerie

D'Aire-sur-la-Lys vous pouvez rejoindre Béthune par le canal d'Aire.

Cette ville de riche patrimoine architectural, dotée d'une l'histoire bourgeoise et batelière, invite à la découverte de la Grand-Place avec son architecture éclectique mariant néo-régionalisme et Art déco, de son beffroi classés par UNESCO. Les plaisanciers apprécieront particulièrement le rendez-vous du Pardon de la Batellerie, le jeudi de l'Ascension, à l'occasion duquel Béthune renoue avec son identité batelière. Autre rendez-vous rétro le Festival Rock'n Roll & Rockabilly qui se déroule fin août. Les navigants disposent d'un point d'amarrage en ville. Mais le mieux est d'accoster à l'orée de Béthune, à la halte fluviale de Beuvry, sur le petit canal du même nom.

Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais)Haut de page

Aire-sur-la-Lys est une des rares villes fortifiées restantes dans le Pas-de-Calais. Elle a successivement appartenue au comté de Flandre, au comté d'Artois, au duché de Bourgogne puis au duché des Pays-Bas espagnols. C'est en 1713 que la ville est rattachée à la France grâce au traité d'Utrecht. Suite à de nombreux bombardements lors de la Grande Guerre, elle est totalement reconstruite. Durant la Seconde Guerre mondiale la ville fut à nouveau le siège de violents affrontements entre les troupes allemandes et alliées. Elle conserve tout de même un patrimoine architectural miraculé riche de 23 monuments historiques. Il faut notamment visiter la collégiale Saint Pierre. Aujourd'hui, Aire-sur-la-Lys jouit de sa situation privilégiée au coeur de la Région Nord-Pas-de-Calais, le long de la Lys.

Les plaisanciers disposent ici d'une halte nautique.

office de tourismeHaut de page

DES HALTES FLUVIALES TOUT AU LONG DE LA VALLÉE DE LA LYS

Haverskerque

Commune de charme, vous accosterez dans un cadre verdoyant non loin des commerces de proximité et de lieux de visites prisés. Vous aurez la possibilité de faire de nombreuses promenades en bord de Lys ou au coeur de la campagne environnante. A voir le Manoir de la Peylouse. Location de bateaux électriques (Flandre-Lys et Les Rubans de la Lys). Point d'amarrage à la halte nautique de Saint-Venat et port de plaisance à Haverskerque.

Merville

Merville est entourée d'eau, au sud du territoire des Pays de Flandre et à deux pas de la forêt de Nieppe. Vous apprécierez la ville pour ses paysages typiques de bord de Lys et ses chemins de halage, sa verdure, ses sentiers dans la campagne... Son centre-ville évoque une île flamande. Les ponts et passerelles, au nombre de 17, enjambent la Lys, la vieille Lys et la Bourre. A voir : la Brasserie du Caou. A faire : le sentier pédagogique Ponts et passerelles.

Erquighem-sur-la-Lys

Sympathique halte pour découvrir le patrimoine local et faire quelques approvisionnements. On peut se reposer dans le parc de l'île Déliot avec étang pour les pêcheurs. Aire de jeux pour les enfants.

En juillet, la célèbre fête d'Ercan prend ses quartiers sur cinq hectares pour une ambiance médiévale, avec contes, combats d'épées et autres joutes équestres.

Le premier week-end de juillet, les communes mouillées par la Lys organisent une grande fête le long de la voie d'eau avec de nombreuses festivités au fil de l'eau : joutes, balades en bateau, initiation en canoë-kayak...

Armentières (Nord)Haut de page

Son nom signifie en latin " étable de gros bétail ". Aujourd'hui, un peu moins de bétail et un peu plus d'industries. Armentières, à l'entrée de la plaine des Flandres, vers Bailleul et Cassel au départ de Lille, garde cependant une couleur et une atmosphère rurale. Cité par un privilège du pape Etienne II en 765, elle fut entourée de remparts au Moyen Age, souvent attaquée, et toujours debout. Vouée au textile dès le XVIe siècle, elle deviendra cité de la toile au XIXe siècle. Deux grands malheurs historiques pour la ville : la peste qui la ravage en 1646 et les destructions de la Première Guerre mondiale qui ne laissent debout qu'un dixième des édifices anciens. Jean Jaurès passa à Armentières en octobre 1903, prononçant un important discours à Houplines, à 4 km. Line Renaud est native de Nieppe, juste à côté, et Armentières compte parmi ses enfants le concepteur de la première voiture électrique, Paul Pouchain - né en 1868 - et un pionnier de l'aviation, Auguste Mahieu, né en 1887. On ne rate pas la visite du beffroi.

La ville abrite un port de plaisance. Au-delà d'Armantières vous naviguez en Belgique.

La Sambre canalisée, de Jeumont à Landrecies, et le canal de la Sambre à l'Oise, de Landrecies à Travecy, constituent une voie d'eau de 116 km à cheval sur les deux départements du Nord et de l'Aisne. Le canal de la Sambre à l'Oise et la Sambre canalisée, aux caractéristiques Freycinet, font partie du réseau dit régional à vocation touristique et d'intérêt local. Cette voie navigable comporte 9 écluses sur la Sambre et 37 sur le canal de la Sambre à l'Oise, toutes automatisées. Elle comporte également quatre ponts canaux dont ceux de Vadencourt et Macquigny qui, compte tenu de leur état, ont contraint VNF à fermer, en 2006, la continuité de la liaison fluviale entre le réseau des voies d'eau belges et le réseau français. Un partenariat entre VNF et les acteurs du territoire permettra sa réouverture prochaine.

La Sambre est dotée de nombreux attraits :

une proximité immédiate auprès de nombreux sites naturels, patrimoniaux, architecturaux ou culturels : la cité des bateliers de Thuin, le zoo de Maubeuge, la forêt de Mormal, la station du Val Joly, le site archéologique de Bavay, le village de Maroilles, le Familistère Godin de Guise, le patrimoine art déco de Chauny-Tergnier.

des berges en partie aménagées propices aux activités de randonnée (cycle, promenade). L'EuroVelo 3 longe les vallées de la Sambre et de l'Oise, puis emprunte la Route Stevenson, itinéraire culturel reconnu.

de nombreuses infrastructures d'accueil pour la plaisance : une halte nautique aménagée tous les 10 km, un port de plaisance à Hautmont qui peut accueillir une soixantaine de bateaux et prochainement un port à sec qui offrira de nombreuses prestations de services (mise à sec, entretien, avitaillement en carburant...)

Fort de ces attraits, le linéaire entre dans la constitution de boucles de découverte du patrimoine naturel et culturel prisées par de nombreux plaisanciers. Elle est l'une des cinq portes d'accès pour les Hollandais, les Belges en transit vers d'autres régions françaises. Affluent de la Meuse qui comptabilise dans la partie wallonne environ 4 000 bateaux par an et 3 000 pour la partie française, elle constitue avec ce fleuve une boucle attractive.

Le parcours dispose d'une toute nouvelle adresse fluviale avec l'Ile du Pré.

Maroilles, un fromage de caractère

Ce fromage, AOC depuis 1976, tient son nom du village de Maroilles. Il descend d'un fromage fabriqué au VIIe siècle par les moines de l'abbaye de Maroilles. Cet ancêtre se nommait le craquegnon. En 960, sur demande d'Enguerrand, évêque de Cambrai, le fromage fut affiné plus longuement, prit plus de saveur et son nom actuel. Il était au nombre des produits dont les paysans devaient s'acquitter au titre de la dîme. Il s'en produit aujourd'hui 4 300 tonnes par an, dont 253 tonnes en fermier, l'aristocrate de l'appellation. Son aire de production est limitée à la région naturelle que constitue la Thiérache, c'est-à-dire quelques communes des départements de l'Aisne et du Nord.

Le maroilles est un fromage carré au lait de vache, à pâte molle à croûte lavée rouge orangé. C'est un pavé de 13 cm de côté et de 6 cm d'épaisseur, pesant environ 720 g. Il peut être aussi proposé en petits formats : le sorbais de 540 g, le mignon de 360 g ou le quart de 180 g. Le maroilles se caractérise par sa croûte rouge orangé, homogène, plus ou moins foncée, lisse et brillante, par une pâte souple et onctueuse au toucher, présentant un léger coeur, et par un fort bouquet avec une odeur franche et caractéristique. Ce fromage enrichit un plateau et se déguste surtout à la fin du repas. Mais il entre également dans la composition de recettes régionales, comme la flamiche, la rôtie au maroilles ou encore la goyère. Le maroilles s'accompagne d'un vin rouge bien charpenté comme le Lalande-de-Pomerol ou, à la mode de la Thiérache, de bière belge ou de cidre du pays.

Landrecies (Nord)Haut de page

Au coeur d'une région très verdoyante c'est l'une des communes les plus importantes de la Thiérache. A proximité de la forêt domaniale de Mormal, Landrecies invite à la pratique de la randonnée et du vélo. Ne pas manquer l'arboretum proche de l'étang David. Le canal de la Sambre à l'Oise traverse Landrecies et offre par ailleurs des chemins de halage propices aux randonnées nature. Une partie de ces chemins est empruntée par les coureurs du semi-marathon " Les foulées Dupleix ", organisé en mai.

Les plaisanciers, peuvent, quant à eux, séjourner sur la halte nautique aménagée à proximité du centre-ville qui dispose des principaux services nécessaires aux touristes de passage : commerces, laverie et même médiathèque avec accès internet. De l'autre côté de l'écluse, un jardin public joliment agrémenté accueille durant la période estivale quelques manifestations locales : marché aux fleurs, joutes nautiques, feux d'artifices, kermesse.

Hautmont (Nord)Haut de page

C'est la commune le long de la Sambre qui accueille un port de plaisance doté d'une soixantaine d'anneaux. C'est donc ici que vous accosterez pour visiter la ville de Maubeuge limitrophe, ville fortifiée, et ses alentours. Parmi les découvertes incontournables : le zoo et les étangs de Maubeuge, et, à proximité, le parc naturel régional de l'Avesnois.

Un camp de base intéressant pour les plaisanciers.

La zone des étangs et l'histoire de la canalisation

Deux étangs composent la zone dite des étangs de Maubeuge environnée d'une importante architecture militaire bastionnée et des vestige des travaux hydrauliques entrepris par Vauban au XVIIe siècle pour défendre la ville. Le premier étang forme un angle droit. On le nomme la vieille Sambre car il s'agit de l'ancien cours de la rivière canalisé par Vauban, afin de défendre le côté sud-est de la ville en régulant les niveaux d'eau grâce à des batardeaux équipés de vannes. Le plus petit étang jouxte ce qui subsiste de l'ouvrage défensif et résulte de la canalisation de la Sambre en 1900. Il porte le nom d'étang Monier, appellation liée au Docteur Monier (1850-1923) qui donna les derniers coups de pioche au détournement du cours de la rivière afin de faciliter la circulation des bateaux, en même temps que la destruction des portes d'eau en aval et en amont.

Pont-sur-Sambre (Nord)Haut de page

Petite escale où vous pouvez pratiquer le canoë-kayak, louer un bateau sans permis, découvrir le patrimoine de la cité (tour de guet et église de brique, musée de la Maison de Pays) tout en profitant des bords du canal, des espaces naturels environnants et même d'un bon repas.

Halte nautique.

C'est un affluent de l'Escaut qui prend sa source à Berles-Monchel, près d'Aubigny-en-Artois et coule sur 102 km dont les deux tiers sont canalisés, à partir d'Arras. Sur la Scarpe supérieure (23 km / 9 écluses), elle s'étend d'Arras à Courchelettes et seule la section Saint-Blangy - Courchelettes est navigable. C'est un itinéraire agréablement rural, qui cède la place, sur 8 km, à la liaison à Grand Gabarit de Courchelettes à Douai. Une fois Douai passé, la rivière évite les centres les plus industriels et retrouve un caractère agréablement rural.

Dans la continuité, on retrouve la Scarpe inférieure, fermée à la navigation depuis une dizaine d'années ; une plaisance fluviale est cependant autorisée afin de permettre aux bateaux d'atteindre le port de Saint-Amand depuis Mortagne du Nord. Au-delà de Saint-Amand-les-Eaux et jusque Douai, la plaisance fluviale y est interdite. Elle rejoint ensuite l'Escaut jusqu'à la frontière belge.

Arras (Pas-de-Calais)Haut de page

Chef-lieu du département du Pas-de-Calais baigné par la Scarpe, la ville abrite, avec son alignement de maisons flamandes, l'une des plus belles places d'Europe. L'ancienne capitale des Atrébates a appartenu aux comtes de Flandre jusqu'au XIIe siècle, devint capitale de l'Artois et fut célèbre pour sa tapisserie. En italien, arazzo finit par désigner toute espèce de tapisserie. Longtemps convoitée, souvent attaquée, elle est française depuis 1659 et fut fortifiée par Vauban.

Beaucoup d'eau autour d'Arras avec des étangs poissonneux, des rivières pour les loisirs nautiques et le tourisme fluvial. Des pontons d'amarrage sont installés près du pont ferroviaire sur l'Aa.

Douai (Nord)Haut de page

Ville d'art et d'histoire, l'ancienne capitale des Flandres a conservé, malgré les bombardements de 1940, son plan et ses demeures du XVIIIe siècle qui lui donnent un beau cachet. Grande place textile depuis le Moyen Age, c'est aujourd'hui la capitale judiciaire de la Région Nord-Pas-de-Calais. Village commerçant dès le XIIsiècle, grâce à la fabrication de tissus, Douai profite de la Scarpe, rivière la traversant, pour la navigation et le transport. Le véritable tournant pour la ville survient durant le XIVe siècle, lorsque la construction du beffroi est décidée sur la place des halles. Bien évidemment, une telle puissance ne devait pas laisser indifférent les conquérants féodaux, et le territoire communal passa entre différentes mains, jusqu'à son retour en France au milieu du XVIIe siècle, sous le règne de Louis XIV qui décide de son sort. Des anciennes fortifications ne subsistent que quelques traces : porte de Valenciennes, porte d'Arras, tour des Dames.

En 1976, la ville adhère au contrat de Ville moyenne proposé par l'Etat. Les paysages centraux, la place d'Armes et les berges de la Scarpe sont embellis. Les friches industrielles sont reconquises : la Fonderie au coeur de la ville se transforme en espace vert et foyer du troisième âge et l'Arsenal devient un centre tertiaire accueillant le Trade Center, l'Agence de l'eau, l'hôtel de police... Les hameaux de Dorignies et Frais-Marais sont restructurés et rénovés. Le parc Fenain, un espace vert de 16 hectares, apparaît au nord-ouest de la ville.

Les voies navigables restent importantes. Douai possède un port fluvial. Le port fluvial des Dorignies est au point de jonction de deux canaux : celui du Nord et celui de Dunkerque à Valenciennes.

Un itinéraire proposé par Voies Navigables de France relie Douai à Lallaing en vélo. C'est une promenade cyclo-touristique facile de 20 km aller-retour au départ de la gare de Douai et jusqu'à l'écluse de Lallaing à proximité de la Scarpe et en croisant Râches.

Saint-Amand-les-Eaux (Nord)Haut de page

Amand fut le moine fondateur de la ville, parmi d'autres, commissionné par le roi Dagobert au milieu du VIIe siècle. Comme de coutume, il fallut défricher et aménager le terrain avant de construire ce qui allait devenir le coeur de la cité : l'abbaye d'Elnon. Mise à mal durant les invasions normandes de la fin du IXe siècle, la ville eut du mal à se remettre, mais en sortit grandie. Saint-Amand-en-Pévèle allait devenir un haut lieu spirituel et artistique : les moines copistes et musiciens y exercent leur talent jusqu'au XVe siècle. Mais la ville dut encore subir les affres de pillages et d'invasions jusqu'à son retour en territoire français au XVIIe siècle. Sous l'influence de l'abbé Nicolas du Bois, la cité allait prendre son allure actuelle, fortifications et restaurations diverses, nouvelle architecture et enchevêtrement des rues.

Mais c'est le tourisme de villégiature et le thermalisme qui allaient sortir la ville de l'ombre. Les sources sulfureuses et curatives du site attirent toujours de nombreux curistes en quête de santé, de bien-être et de repos. S'ajoute le tourisme vert grâce à la proximité du Parc Naturel Régional Scarpe Escaut et de la belle forêt de Saint-Amand-Raismes-Wallers proposant aux promeneurs de nombreux chemins de randonnée.

Saint-Amand-les-Eaux valorise doublement sa dimension aquatique : ville thermale et ville fluviale.

Son port fluvial, ouvert en 2008, est situé à 5 min à pied des commerces et du centre-ville. Durant l'été, vous pourrez découvrir la ville de Saint-Amand-les-Eaux autrement en effectuant une balade à bord d'un bateau électrique, d'un kayak ou encore en pédalant à vélo.

Valenciennes (Nord)Haut de page

Capitale du Hainaut français, Valenciennes, ancienne grande place de la mine et de la sidérurgie, mérite une longue escale. Après avoir été une grande cité drapière, les manufactures d'étoffes de laine et de toiles fines ayant permis à la cité de s'émanciper économiquement, la ville s'est spécialisée dans la dentelle dès le XVIIsiècle avec Françoise Badar. Puis, au début du siècle des lumières, c'est le charbon qui sauve la ville d'un désastre économique. Les activités des houillères et des raffineries de sucre occupent l'espace industriel, qui devient très important tout au long du XIXe siècle. La ville fut un temps capitale de la sidérurgie et de la métallurgie du Nord. C'est le berceau du peintre Watteau, du fameux chroniqueur Froissart qui a raconté, et presque fait, l'histoire de France du XIVe siècle, et aussi du père de la publicité, Jean Mineur.

En 2015, Valenciennes s'est dotée d'un nouveau Port de Plaisance de 64 emplacements situé Quai des Mines, sur un bras de dérivation de l'Escaut. Avec plus de 7 000 passages en 2016, la région est un axe de transit incontournable pour les plaisanciers d'Europe du Nord. D'où l'intérêt pour l'agglomération de capter cette clientèle et de lui offrir la possibilité de s'amarrer et de séjourner dans les meilleures conditions. Il s'agit d'un Eco-port labellisé Port de plaisance exemplaire, (production d'énergie renouvelable via des panneaux photovoltaïques posés sur le toit de la capitainerie, pompe à chaleur, utilisation du matériau bois, récupération des eaux usées, implication des plaisanciers dans le tri de leurs déchets...). Bien intégré dans la ville, à proximité du centre et des transports en commun (gare de Valenciennes, tramway) c'est une réalisation très appréciée.

Escale de charme et croisière : le Bassin rond Bouchain

Au centre du triangle constitué par les villes de Cambrai, Douai et Valenciennes, cette ancienne gare d'eau est située dans la vallée de la Sensée, zone humide d'une grande variété biologique qui a été créée pour aménager une liaison entre l'Escaut et la Sensée. En retrait du grand gabarit, ce lieu abrité accueillait autrefois une forte activité fluviale marchande (jusqu'à 300 péniches au début du XXe siècle) qui déclina dans les années 70 avec les fermetures successives des trois chantiers navals. Aujourd'hui cet ancien haut lieu de la batellerie est devenu un lieu privilégié pour la plaisance et les activités de sports et loisirs (nautisme, randonnée, pêche, manifestations) avec :

Une halte nautique.

Un port de plaisance privé " Euro boat concept diffusion " qui propose une gamme complète de prestations (vente et réparation de bateaux de plaisance, port en eau, manutention...).

Un point d'embarquement pour les bateaux à passagers.

Un centre de plein air animé par l'Association Départementale de plein air du Bassin Rond qui propose des initiations en dériveurs, planches à voiles, canoës et voiles.

Des spots de pêche.

Un circuit de randonnée pédestre du bassin rond proposé par l'office de tourisme de la Porte du Hainaut.

Un bateau de croisière : l'Euréka.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis