Le guide : TOURISME FLUVIAL : Bassin Saône-Rhône

Guide

Bassin Saône-Rhône

Bassin Saône-RhôneHaut de page

Voici un bassin très riche, dominé par deux voies navigables majeures, le Rhône et la Saône, et qui abrite des perles comme le canal de Savières reliant le lac du Bourget au Rhône, le canal d'Arles à Fos, le canal Saint-Louis et le Petit Rhône qui traversent la Camargue ou encore la Seille, rivière charmante s'il en est. Sur vos itinéraires fluvieux : Saint-Jean-de-Losnes, ville marinière et de confluence, et des villes portuaires qui ne se contentent pas de dévoiler leur richesse historique, patrimoniale et culturelle, mais vous invitent à la dégustation, versions gastronomique et oenologique confondues. Au programme de ces escales de grand potentiel : Lyon, Valence, Avignon, Arles, Chalon-sur-Saône, Mâcon... S'ajoutent des joyaux célèbres comme les Saintes-Marie-de-la-Mer ou méconnus comme les Roches-de-Condrieu. Le long de ces voies d'eau menant au sud, vous aurez aussi la possibilité de suivre les berges à pied (voies vertes) ou le long des pistes cyclables (ViaRhôna), mais aussi de pratiquer sur l'eau l'aviron ou le canoë-kayak, ou encore de faire escale dans une base de loisirs ou un centre nautique. Vous allez traverser des vignobles fameux, croiser des montagnes et des bocages, des marais et des villages, vous régaler et finir dans un plongeon dans la mer Méditerranée. De belles perspectives.

Bassin Saône-Rhône
Bassin Saône-Rhône
Adresses utilesHaut de page
Services de navigationHaut de page

Voies navigables de France et la Compagnie Nationale du Rhône se partagent la gestion des voies d'eau de ce bassin.

VNF - Direction Territoriale Rhône Saône

2, rue de la Quarantaine
69321 - LYON cedex 05
Téléphone : 04 72 56 59 00

CANAL D'ARLES A FOS

Subdivision VNF Grand Delta

1, quai de la Gare maritime
13200 - ARLES
Téléphone : 04 90 96 00 85

CANAL DE SAVIERES

DDT 73

C.N.R. direction régionale de Belley

Chemin des Soupirs
01303 - BELLEY cedex
Téléphone : 04 79 81 31 36
www.cnr.tm.fr

LAC DU BOURGET

Capitainerie du port d'Aix-les-Bains

Place du Président Edouard Herriot
73100 - AIX-LES-BAINS
Téléphone : 04 79 61 28 29
www.agglo-lacdubourget.fr

HAUT RHÔNE

Subdivision VNF de Lyon

4, rue Jonas Salk
69007 - LYON
Téléphone : 04 78 69 60 70

C.N.R. direction régionale de Belley

Chemin des Soupirs
01303 - BELLEY cedex
Téléphone : 04 79 81 31 36
www.cnr.tm.fr

Compagnie Nationale du Rhône (C.N.R.) - Siège social

2, rue André Bonin
69316 - LYON cedex 04
Téléphone : 04 72 00 69 69
Fax : 04 72 10 66 66
[email protected]
www.cnr.tm.fr

PETIT RHÔNE

Subdivision VNF Grand Delta

1, quai de la Gare maritime
13200 - ARLES
Téléphone : 04 90 96 00 85
Fax : 04 90 96 91 36
[email protected]


RHÔNE

C.N.R. direction régionale de Vienne

ZA de Vérenay
BP 77 Ampuis
69420 - CONDRIEU cedex
Téléphone : 04 74 78 38 80
www.cnr.tm.fr

C.N.R. direction régionale de Valence

91, route de la Roche-de-Glun
BP 326
26503 - BOURG-LES-VALENCE cedex
Téléphone : 04 75 82 78 80

C.N.R. direction régionale d'Avignon

25 bis, chemin des Rocailles
BP 194
30401 - VILLENEUVE-LES-AVIGNON cedex
Téléphone : 04 90 15 98 00


SAÔNE

Subdivision VNF de Châlon-sur-Saône

Port fluvial nord
Avenue P Nugue
71100 - CHALON-SUR-SAONE
Téléphone : 03 85 97 19 40

Subdivision VNF de Mâcon

26, quai des Marans
71000 - MACON
Téléphone : 03 85 39 91 91


SEILLE

Subdivision VNF de Montceau-les-Mines

9ème écluse Océan
BP 180
71307 - MONTCEAU-LES-MINES cedex
Téléphone : 03 85 67 90 50

VNF - Direction Territoriale Centre-Bourgogne

13, avenue Albert Premier
21000 - DIJON cedex
Téléphone : 03 45 34 13 00

Bases de locationHaut de page

CANALOUS LOUHANS

1B rue du Port
71500 - LOUHANS 
Téléphone : 03 85 53 76 74

www.canalous-bourgogne.com


LE BOAT

Port de Plaisance
71500 - BRANGES

Téléphone : 03 85 74 92 33

www.leboat.fr


LE BOAT

Gare d'Eau
21170 - SAINT-JEAN-DE-LOSNE
Téléphone : 03 80 27 03 50


PAVILLON SAÔNE

Chardonnay
71700 - TOURNUS
Téléphone : 03 85 40 55 50


SAÔNE BATEAUX

Quai de la Colonne
71240 - GIGNY-SUR-SAONE
Téléphone : 03 85 44 76 84


SAÔNE PLAISANCE

Base secondaire
Port de plaisance
71500 - LOUHANS
Téléphone : 03 84 67 00 88

Canal de SavièresHaut de page

Voici une escale sur le Rhône et une porte pour le lac du Bourget. Le canal de Savières fut utilisé comme voie navigable dès le Néolithique et constitua pendant une longue période la principale voie de communication entre la France et la Savoie. Canalisé au XIXe siècle pour rendre la navigation fluviale plus aisée, il acquiert sa configuration actuelle en 1985 lorsque la compagnie nationale du Rhône effectue les derniers aménagements constitués de l'écluse de Chanaz et du barrage de Savières qui a rehaussé le niveau du canal du Haut-Rhône de 4 mètres. Cette écluse fonctionne en libre service par commande électrique. Une passerelle permet de relier les deux rives à Chanaz. Ce canal présente la particularité rare en Europe de voir son cours s'inverser naturellement et en intégralité lors des crues du Rhône. Le niveau du lac du Bourget peut alors monter de plusieurs mètres, les eaux qu'il reçoit du Rhône se rajoutant à ceux de ses affluents naturels.

Le canal de Savières prend sa source à l'extrémité septentrionale du lac du Bourget dans les marais de Chautagne. Après une course de 4,5 km et se jette dans le Rhône juste après la traversée du village de Chanaz. Sous la gestion de l'État et de la compagnie nationale du Rhône, ce canal est essentiellement dédié à la navigation touristique accueillant des bateaux de plaisance et de croisière.

Sentier sur pilotis

Vous pouvez découvrir à proximité de Chanaz un site naturel d'une riche biodiversité. Le Marais de Lavours, à cheval sur les communes de Ceyzérieu et de Bugey, est l'un des derniers grands marais continentaux d'Europe de l'Ouest. Il est protégé par une réserve naturelle de 500 ha de prairie humide parcourue par un sentier sur pilotis de 1,5 km et situé au pied du massif du Grand Colombier. Des panneaux pédagogiques disposés le long du sentier et à l'intérieur des observatoires. Vous pouvez aussi visiter la Maison du marais, située au hameau d'Aignoz, espace muséographique qui explique la vie du marais. Elle propose chaque année, d'avril à octobre, un programme d'animations variées et de visites guidées, destinées à faire découvrir au grand public, la faune, la flore ainsi que le patrimoine lié au marais (histoire, artisanat, etc.). Accès au marais depuis un parking obligatoire qui est mis gratuitement à la disposition des visiteurs, à l'entrée du hameau d'Aignoz. Renseignements au téléphone : 04 79 87 90 39

Chanaz (Savoie)Haut de page

C'est la petite Venise savoyarde. Dans un environnement magnifique d'eau et de roche, Chanaz valorise ses atouts touristique, entre composantes fluviale et lacustre : navigation de plaisance, écluse, zone de loisirs, sports aquatiques et animations diverses. S'ajoutent d'autres attraits : artisanat ancien, produits du terroir, architecture traditionnelle, village coquet. On comprend pourquoi la petite commune rurale de Chanaz s'est tournée vers le tourisme. Le passage des bateaux apporte la touche finale d'une villégiature charmante aux portes du lac du Bourget.

La métamorphose touristique de Chanaz est somme toute récente. C'est dans les années 1980 que fut réalisé un barrage chargé de régulariser le niveau de l'eau et d'une écluse permettant aux bateaux de passer du canal au Rhône. Une maîtrise d'oeuvre qui fait désormais partie des curiosités régionales et dont la mise en service a redonné son essor à la navigation de plaisance et contribué à la naissance de compagnies de navigation. Cette écluse fonctionne en libre service grâce à une commande électrique.

Quant à la passerelle, conçue et fabriquée par les professeurs et les élèves du lycée Monge de Chambéry, elle a été installée sur le canal en 1989 et marque depuis le paysage.

visites guidéesHaut de page
Chindrieux (Savoie)Haut de page

"Ô temps ! suspends ton vol"... Tout le monde connaît ce vers de Lamartine. Mais peut-être pas la statue du poète érigée à Chindrieux, au bout du lac du Bourget, sous le château de Châtillon. Cachée dans une crique, Alphonse de Lamartine contemple le lac. Son souvenir rappelle son séjour à Aix-les-Bains où il venait prendre les eaux et où par un jour de gros temps, il sauva en 1816, Julie Charles, la future Eloïse, dont il tomba amoureux. Trois ans plus tard, surpris par la traverse, un coup de vent, Lamartine se réfugia au château et récita des vers au baron Rambert de Châtillon. Chindrieux garde la mémoire du poète. Mais c'est surtout pour sa plage de galets de Châtillon que l'on y vient ou pour voir le château du même nom. Situé sur un oppidum romain, Châtillon est le plus ancien château de Chindrieux. À l'époque romaine, le préfet de la flotte des bateliers du Haut-Rhône était établi sur l'emplacement actuel du château, situation stratégique permettant de contrôler l'une des voies de communication les plus importantes du sud-est de la Gaule. S'il a été érigé à partir du XIIIe siècle, il semblerait que son imposante tour carrée existait déjà au XIe siècle. Preuve de l'importance politique de la seigneurie locale : le lac du Bourget se nommait à l'époque lac de Châtillon, comme le château et le hameau du même nom.

Le port de Châtillon, (150 anneaux, mise à l'eau en semaine) comme la plage, est gratuit.

Plage gratuite située au bout du Lac du Bourget, à côté du port. Baignade surveillée du 27 juin au 27 août de 13h à 19h. Aire de jeux pour les enfants. Accès libre mais stationnement payant obligatoire. Tarif unique applicable à tous les véhicules : 1€ par véhicule.

Base de loisirs au restaurant Ô Lac

De mai à septembre : location de canoës, kayaks, paddles, bateaux à pédales et bateaux à moteur sans permis. Tél : 06 32 19 81 10

Canal Saint-LouisHaut de page

Ce petit canal de 5 km (une écluse) permet de rejoindre le golfe de Fos, depuis le Rhône, en évitant la pleine mer. Il vaut d'ailleurs mieux quitter le Rhône avant d'atteindre la Méditerranée, car, passé Port Saint-Louis-du-Rhône, la dernière partie du fleuve n'est ni balisée ni hydrographiée.

En 1863, les travaux de creusement du canal Saint-Louis sont déclarés d'utilité publique. Il s'agit alors de développer le trafic maritime en aval de l'embouchure du Grand Rhône. Le canal Saint-Louis, ouvert à la navigation en 1871, permet aux navires d'accéder directement de la mer aux eaux du Rhône, plus profondes, par le biais de l'écluse de Port-Saint-Louis. Le port de Fos, pouvant recevoir les navires qui venaient de la mer en direction du canal, complète le projet du canal. Mais l'activité, qui connaît son apogée dans les années 1960, subit un déclin, malgré la modernisation du complexe de Fos. En 1989, la municipalité transforme le bassin portuaire en port de plaisance. Le port de Port-Saint-Louis-du-Rhône est aujourd'hui rattaché au port de Marseille, y transitent hydrocarbures, produits chimiques, bois et vins. Avec 6 mètres de profondeur et 50 mètres de largeur, il peut accueillir de gros gabarits et de petits plaisanciers.

Après avoir passé l'écluse de Port-Saint-Louis, près de la tour Saint-Louis du Rhône, les bateaux traversent un grand bassin de 14 hectares aujourd'hui dédié à la plaisance, bordé en front de quais par les entrepôts maritimes de la Compagnie Générale de Navigation. Le cheminement continue entre les quais de la zone industrielle pour aboutir au second bassin, le bassin des Tellines. L'arrivée dans le golfe est signalée par un phare, au bout de la jetée. Avant de gagner la mer vous aurez apprécié le paysage particulier de l'embouchure, sa faune, sa flore, ses cabanons de pêcheurs. Quant à l'escale, elle vous offre bien des plaisirs et des richesses ! Vous pouvez profiter de la gastronomie de la mer, des sports nautiques et des traditions locales, danses provençales, courses taurines, joutes...

Port-Saint-Louis-du-Rhône (Bouches-du-Rhône)Haut de page

A l'embouchure du Grand Rhône, entre le fleuve et la mer, ce port du bout du monde est bien connu des navigateurs et plaisanciers européens avec son emplacement à mi-distance entre l'Italie et l'Espagne, ses six ports à flot et ses deux ports à sec, dotés de 4 400 places de bateaux de toutes unités, ainsi qu'un port de pêche. En outre, ses 10 kilomètres de plage de sable fin sont fréquentés été comme hiver par les amateurs de glisse, de chars à voile et autres funboards.

Port-Saint-Louis-du-Rhône, 8 600 habitants, est entré dans le périmètre du Parc Naturel Régional de Camargue, en 2011, parc abritant des flamants roses et des chevaux, des marais salant et des plages, entre autres emblèmes camarguais. La commune s'appuie aujourd'hui sur son patrimoine naturel et son identité culturelle pour valoriser son territoire et met tout en oeuvre pour préserver sa qualité de vie.

Particularité : en périphérie de Port Saint Louis, sur la route d'Arles, vous pouvez visiter le premier parc éolien de la région PACA composé de 25 éoliennes de 850 kW chacune, installées en ligne, entre 2002 et 2008. Visite libre. Panneau explicatif détaillé à l'entrée du site.

A bord du voilier Oceanite vers le They du Roustan

Voilier d'expédition prévu pour naviguer autour du monde, l'Oceanite (10 passagers maximum) a navigué dans les zones polaires, où son capitaine a passé plusieurs années. Aujourd'hui, une nouvelle vie commence pour lui, pour le plus grand plaisir d'un public qui aime les voiliers d'envergure et une immersion dans l'environnement marin et fluvial. Le départ se fait en début de matinée depuis le port de plaisance pour sortir du canal et passer au nord du banc de la Gracieuse. Le bateau longe la plage Napoléon, passe la balise cardinale Roustan Sud qui signale les dangers de l'embouchure du Rhône, avant de longer à une distance d'environ 500 mètres du littoral, la plage de Piémanson et du They du Bériclès. Le temps du repas (dégustation de produits du terroir), possibilité de mettre l'annexe du bateau à l'eau pour partir à la découverte de la faune et de la flore sauvage du littoral camarguais. Puis retour vers Port Saint-Louis pour une arrivée en fin de journée. Selon la météo, possibilité de partir pour la Côte Bleue pour jeter l'ancre à proximité directe de la réserve marine de Carry le Rouet.
Association " L'auberge qui flotte ".
Tél : 0671640548
aubergekiflot.canalblog.com
[email protected]

office de tourismeHaut de page
Le couvertHaut de page
La moule de Carteau

A Port-Saint-Louis du Rhône, la conchyliculture est une activité traditionnelle par excellence. La moule de Carteau, charnue et goûteuse, est produite dans l'anse de Carteau, une crique exposée plein sud où se brassent l'eau douce du Rhône et l'eau salée de la Méditerranée. Plus grosse et charnue que ses cousines bretonnes, elle est très appréciée sur le marché européen. Pour arriver à l'Anse de Carteau, il vous suffit de passer le pont-levant et de suivre le canal Saint-Louis jusqu'aux cabanes de pêcheurs. Une petite cinquantaine d'exploitants utilise une centaine de tables réparties sur plus de 1 700 hectares, 4 à 7 mètres de profondeur. La production, de 2500 à 3000 tonnes chaque année, classe Port-Saint-Louis du Rhône au premier rang des producteurs du département. Cette production représente près de 10 % de la production nationale.

Haut RhôneHaut de page

De Seyssel à Lyon (pas de navigation entre Lyon et Sault-Brenaz), en ayant recours à des engins de transbordement, le plaisancier peut s'offrir le Haut-Rhône en empruntant de longs biefs montagneux aux dérivations spectaculaires sur un parcours de 57 km. Le bonus de la traversée se situe à Savières, avec la bifurcation vers le petit canal de 4 km aux rives de charme, qui atteint le lac du Bourget et Aix-les-Bains. Cette navigation dans un écrin de montagne offre des paysages somptueux et permet la découverte de vignobles et de villages, de châteaux et autres monuments, mais aussi de jouir de sports nautiques et d'ambiance lacustre et pour finir de faire escale à Lyon et son nouveau port de plaisance dans le quartier de la Confluence et de son musée futuriste.

On peut descendre le Haut-Rhône sauvage en canoë kayak, seul ou accompagné, en une demi-journée, une journée, ou en itinérance sur plusieurs jours, des formules vélo et canoë sont proposées pour rejoindre le canal de Savières et le lac du Bourget en pédalant et en pagayant depuis les bases nautiques de Chanaz ou de Seyssel. On peut même s'essayer à l'aviron. Enfin des croisières sont organisées sur ce fleuve de charme, le canal et le lac.

La Compagnie Nationale du Rhône a ouvert le Haut-Rhône à la plaisance

Avec la construction de 4 écluses de plaisance sur le Haut-Rhône, la CNR a assuré le controunement pour les plaisanciers des centrales hydroélectriques de Chautagne et Belley. Ce sont ainsi 57 kilomètres de voies navigables en continu qui ont été ouverts entre Seyssel et Brégnier-Cordon. Les écluses de Belley facilitent aussi la connexion au lac du Bourget via le canal de Savières. La prochaine étape est la construction de l'écluse de Brégnier-Cordon et le balisage du chenal de navigation, dont les travaux sont prévus entre 2017 et 2019. Ce projet permettra d'atteindre près de 90 kilomètres de parcours et de relier la vallée Bleue (Montalieu-Vercieu) qui abrite le pôle portuaire le plus important situé sur le cours du Haut-Rhône.

Seyssel (Haute-Savoie)Haut de page

Entre Lyon, la Savoie et la Suisse et leurs lacs, Seyssel est une escale de choix. Ici, les montagnes se reflètent dans le Rhône et les vignobles des coteaux en bord de fleuve donnent un vin agréable. Deux cépages originaux sont spécifiques de ce terroir : l'Altesse ou Roussette et la Molette, à partir desquels sont élaborés le vin tranquille de Seyssel et le pétillant " Seyssel méthode champenoise ". Seyssel est mentionnée comme région vinicole de Savoie dans les chroniques dès le XIe siècle. Le vignoble est tout à la fois une des plus petites AOC de France mais également une des plus anciennes dont l'appellation fut obtenue dès 1942. Cette commune et son domaine sont traversés par le Rhône et se trouvent à cheval sur la Haute-Savoie et l'Ain. Il faut s'arrêter chez les récoltants viticoles et les cavistes pour goûter ce vin de pays qui se marie bien avec un comté affiné dans des grottes naturelles.

Le pays de Seyssel offre une grande variété de paysages et de sites d'intérêt. La montagne des Princes (935 m) est un joli point de départ pour des balades en sous-bois, tandis que les bords du Rhône conjuguent activités de loisirs et visites patrimoniales. Le vélo et VTT sont un bon moyen de découvrir la région en empruntant l'itinéraire balisé qui longe le Rhône sur un tronçon de 3 km - de Seyssel à Motz - sur la route ViaRhôna reliant le Léman à la Méditerranée. Quant aux amateurs de navigation, ils peuvent rejoindre le lac du Bourget depuis Seyssel via le Rhône et le canal de Savière.

Seyssel abrite le port fluvial de Gallatin. Renseignements à la mairie de Seyssel. Grâce aux nouvelles écluses, il est désormais possible de faire la liaison entre Seyssel et Aix-les-Bains en bateau.

Chanaz (Savoie)Haut de page

La rubrique détaillée consacrée à Chanaz se trouve dans le chapitre consacré au canal de Savières.

Belley (Ain)Haut de page

Capitale du Bugey, au carrefour de voies de circulation, Belley est un bourg important dès l'époque gallo-romaine. La ville fit partie de la Maison de Savoie, de 1077 jusqu'au traité de Lyon en 1601. Le Bugey est alors rattaché au royaume de France. Son architecture reflète son caractère de ville bourgeoise, commerçante et religieuse. De grands hommes y sont nés dont le gastronome Brillat-Savarin et le poète Lamartine.

Le territoire du Bugey Sud, bordé par le canal du Rhône, compte de nombreux lacs de pêche et de baignade, des cascades (Glandieu, Clairefontaine, Cerveyrieu, le Puits des Tines, le Pain de sucre), des rivières dont le Groin, site réputé de canyoning et des curiosités géologiques comme la source du Groin et les gorges de Thurignin. Site naturel incontournable, le marais de Lavours, au pied du Grand Colombier, se découvre grâce à un sentier sur pilotis. Le territoire abrite également la plus grande réserve fluviale de France : la réserve naturelle du Haut-Rhône.

Avirhône et aviron familial sur le Rhône

A Virignin, près de Belley, au départ de la base des Ecassaz, le Rhône s'offre aux amateurs d'aviron. Vous pouvez pratiquer ce sport en compétition ou en activité de loisir avec le club Aviron Bugey Haut-Rhône. Découverte de l'aviron, baptêmes, initiation en individuel et en collectif. Activités de loisirs et de compétition, à partir de 10 ans. Randonnée, descente du Rhône, sur une journée ou une demi-journée. Nouveauté : un aviron en barque de 6 places, aviron en salle (indoor), séminaires d'entreprises, avifit (aviron fitness) aviron santé, handi-aviron. Ouvert toute l'année pour la compétition et l'activité loisirs. Stages de découverte en juillet et août sur réservation. Fourniture de l'équipement, stages, encadrement, location du matériel et assurance comprise. Tél : 06 81 45 09 19 - http://app.yenne.virignin.free.fr/

Et pour inaugurer la saison estivale, le premier dimanche de juin, rendez-vous à la base des Ecassaz pour la manifestation Avirhône, grande journée d'animations sportives pour toute la famille, organisée par la communauté de communes Bugey Sud, l'Office de Tourisme, le club...

Brangues (Isère)Haut de page

Cette très charmante petite cité médiévale de 600 habitants, située le long du Rhône et de l'itinéraire cycliste de la Viarhôna valorise son patrimoine et son histoire littéraire autour d'un château et d'une église. Le château de Brangues (XIVe et XVIIIe siècle), acheté par Paul Claudel en 1927 et son parc qui abrite la tombe de l'écrivain, sont ouverts au public. L'église du village date de 1847. Elle fut détruite puis reconstruite à la suite du fait divers qui inspira à Stendhal son roman Le Rouge et le Noir. Dans le village, l'Espace d'exposition Claudel-Stendhal présente depuis 1998 le village de Brangues, Stendhal et l'affaire Berthet, ainsi que Paul Claudel et ses dernières années passées à Brangues. Estampillée Village de littérature, présente dans l'Espace d'Expositions Claudel-Stendhal, des expositions temporaires annuelles et des animations. Le Marché autour du Livre, chaque 3e dimanche de juillet. La Fête du Livre Jeunesse Rouge Cerise Noir Corbeau chaque 1er dimanche de décembre. S'ajoutent des animations tout au long de l'année, théâtre de rue, lectures théâtralisées, concerts, ateliers-découverte...

A proximité, on peut visiter le musée escale du vieux Rhône.

La Balme-les-Grottes (Isère)Haut de page

Ce village de charme qui appartient à la Communauté de Communes des Balcons du Rhône regroupe quatre autres villages répartis entre plaine et plateau calcaire et réunis par de superbes falaises qui dominent le Rhône : Hières-sur-Amby, Verna, Parmilieu et Saint-Baudille de la Tour. Ce territoire est depuis longtemps célèbre pour ses richesses naturelles et patrimoniales : les Grottes de la Balme qui représentent une synthèse des grottes en France, le site archéologique de Larina et le Musée-Maison du Patrimoine qui proposent l'histoire des Balcons du Rhône et plus largement de l'Isle-Crémieu depuis l'Antiquité romaine grâce à une précieuse collection. Ces trois sites importants ne sont pas les seuls attraits du territoire des Balcons du Rhône. Les falaises calcaires et les belvédères vertigineux qu'elles offrent sur la vallée du Rhône, la faune et la flore riches et préservées (chauve-souris, faucons pèlerins, orchidées...), le Château du Cingle, l'architecture traditionnelle, le Sentier des Bigues... Autant de sites à découvrir qui méritent bien une escale. Les plus courageux partiront sur les sentiers de randonnée profitant d'un réseau fort bien balisé.

L'Isle Crémieu offre plus de 300 km de sentiers balisés pour la randonnée pédestre ou cycliste à la découverte d'un biotope typé, avec magnifiques vues sur le Rhône et découverte de sites archéologiques et de grottes. Une carte des randonnées est en vente, pour une somme modique, au syndicat d'initiative des Balcons du Rhône. Les itinéraires sont par ailleurs téléchargeables sur Internet. En 3 heures de rando, vous parcourez, par exemple, le Chemin du Calvaire, le Sommet des Falaises ou les Falaises du Creux Couronne.

Jonage (Rhône)Haut de page

A l'est de Lyon, à moins de 15 km du centre-ville, la commune de Jonage appartient à la Métropole lyonnaise, compte un peu moins de 6 000 habitants et abrite le Grand Parc de Miribel-Jonage qui se déploie sur 2 200 hectares de milieux protégés, avec une faune aquatique conservée, un équilibre préservé et tous les éléments réunis pour profiter de l'un des plus grands parcs naturels périurbains d'Europe.

Lyon (Rhône)Haut de page

Seconde ville de France, la cité des Lumières, inscrite au patrimoine mondial de l'humanité (Unesco), est une city break à la mode, traduire une destination urbaine de court séjour, qui reçoit 5 millions de visiteurs par an. Lyon est internationalement connue comme capitale de la gastronomie. Les habitants et les touristes apprécient cette ville d'art et de culture, à travers son histoire et son patrimoine très riche, ses nombreux évènements culturels et artistiques, ses magnifiques espaces de loisirs, ses très nombreux parcs et jardins, dont le célèbre parc de la Tête d'Or et l'aménagement remarquable de ses berges du Rhône et de la Saône. Avec, nouveauté, à la confluence des deux fleuves qui traversent la ville le musée des Confluences à l'architecture remarquable, mais aussi un nouveau port de plaisance qui ambitionne aussi de faire de Lyon une destination majeure des paquebots de croisière. Le tourisme fluvial trouve dans la capitale des Gaules un nouveau champ de développement plein de potentiel. A bord on profite des quais de Saône, du nouveau quartier de la Confluence, musée du même nom en fleuron, de l'île Barbe et de vue imprenable sur la ville et ses plus majestueux monuments.

La métropole lyonnaise partenaire de VNF

La Métropole a adopté à l'unanimité une charte de partenariat avec Voies Navigables de France (VNF) pour la période 2016‐2021. Celle-ci concerne la réalisation des appontements destinés à accueillir les bateaux de croisière sur le Rhône et la Saône mais aussi l'amélioration de la qualité des façades fluviales de la Métropole de Lyon et l'accueil des bateaux stationnaires. En 2016, 26 paquebots naviguaient sur le bassin Rhône‐Saône. Les nouvelles haltes prévues permettront d'atteindre une trentaine en 2020. Les croisières locales et le transport de passagers (400 000 passagers actuellement) seront également développés et favorisés. Outre la restauration de la façade fluviale, cette charte permet de poursuivre la politique partenariale menée depuis 1997 par le biais d'une charte pluriannuelle entre VNF et le Grand Lyon visant à dynamiser le secteur, à l'aménagement des rives de Saône et à une réappropriation du Rhône et de la Saône par ses habitants. D'ores et déjà, le paysage fluvial de Lyon a grandement changé et de nombreux équipements sont opérationnels.

Le gîteHaut de page
Berges du Rhône : ludiques, sportives et artistiques

Du parc de la Tête d'Or au parc du Confluent, les berges du Rhône offrent des liens urbains, naturels, culturels et sociaux, avec des promenades et des jardins où se déroulent tout au long de l'année des manifestations et des fêtes.

Sur 5 km et 10 ha de verdure au bord de l'eau :

Du pont Morand au pont Lafayette, aménagement d'îles-jardins plantées de graminées rustiques et d'arbres en bouquets. Équipements de skate / roller, aire de jeux, toboggan.

Du pont Lafayette au pont Wilson, longue prairie de 6000 m², bateaux d'activités avec terrasses. Du pont Wilson au pont de la Guillotière, terrasses de la Guillotière, panorama sur le fleuve et la ville. Au pied des terrasses, grand bras d'eau courante, jeux de boules, bowls de skate et terrain multisport.

Du pont de la Guillotière au pont de l'Université, estacade nautique, piscine du Rhône.

Du pont de l'Université au pont Galliéni, port de l'Université, accostage des bateaux croisières, aire de pique-nique, volley, boules, aire de roller.

Miroirs de femmes au fil de l'eau, de Marlène Dietrich à Ellen Macarthur, en passant par Melina Mercouri ou Anna Lindh, douze femmes européennes font désormais partie du paysage de la ville. Hommage leur est rendu avec des plaques biographiques installées le long des berges.

Art conceptuel sur le thème des berges sur le garde-corps de l'estacade de la piscine du Rhône : démarche artistique et participative proposée par l'artiste lyonnais Philippe Favier. Références au vocabulaire fluvial, géographique, à la balade et au rêve pour une promenade instructive et poétique le long de l'eau.

En Vaporetto sur la Saône

Navette fluviale, le Vaporetto assure la liaison entre Vaise et le nouveau quartier branché de la Confluence avec son pôle de commerce et de loisirs en moins de 30 minutes ! Vous voyagez avec Les Yachts de Lyon sur la Saône en passant par la Gare Saint-Paul, le Quartier Bellecour, pour rejoindre la halte nautique Confluence. Le Vaporetto circule tous les jours de 9h30 à 21h30 sans interruption. Départ du 24 quai Arloing (Vaise) toutes les heures. Plusieurs escales possibles : Gare Saint-Paul, Quai des Célestins, Pont Bonaparte (côté Bellecour). Cette navette écolo équipée d'un moteur hybride électrique et diesel offre de jolis bancs en teck. A bord, un capitaine et une hôtesse. Du 1er juin à fin octobre, vous pouvez même prendre une pause apéritive en Afterwork à bord du Vaporetto et partez pour une mini-croisière gourmande et festive entre Rhône et Saône de 18h à 20h30. Le tarif de la navette est de 2 € par personne (gratuit jusqu'à 7 ans).

Petit RhôneHaut de page

De Arles aux Saintes-Maries-de-la-Mer, le cours sinueux du Petit Rhône se déploie sur 58 km, traversant le Parc National de Camargue puis donnant accès au port de plaisance des Saintes-Maries-de-la-Mer. Il n'est balisé que sur 21 km, jusqu'à l'écluse de Saint-Gilles, à l'entrée du canal du Rhône à Sète. La navigation sur ce cours d'eau donne un accès privilégié à la Camargue et à son environnement si particulier. Du cours d'eau vous êtes vraiment en immersion dans ce biotope humide et riche en avifaune, où s'ébattent les chevaux et les taureaux semi-sauvages, où les envols de flamants roses sont un enchantement. Les couchers de soleil donnent des allures de cartes postales à toute cette beauté.

Le Petit Rhône invite aussi à la pratique du canoë-kayak.

Arles (Bouches-du-Rhône)Haut de page

La rubrique détaillée concernant Arles se trouve dans le chapitre consacré au canal d'Arles à Fos.

Saintes-Maries-de-la-mer (Bouches-du-Rhône)Haut de page

Situées à environ un kilomètre à l'est de l'embouchure du Petit Rhône, les Saintes-Maries-de-la-Mer sont reliées à la ville d'Arles (à 38 km) par la RD570 et à la petite Camargue vers Aigues-Mortes et Montpellier par le bac du Sauvage, le pont de Sylvéréal et celui de Saint-Gilles. La ville construite autour de son église forteresse des XIe et XIIe siècles est un lieu de pèlerinage pour les gitans et sa toiture-terrasse offre une vue panoramique sur le village, l'étang de Vaccarès et la mer, toute proche. Si le village est particulièrement pittoresque, ses alentours d'une grande richesse et d'une grande originalité biologique attirent les amoureux de la nature. Vous devez découvrir l'étang du Vaccarès, vous promener au bord de la Méditerranée et partir à la découverte de la Camargue sauvage avec ses envols de flamants roses, ses troupeaux de taureaux et ses chevaux blancs s'ébrouant tranquillement en toute liberté.. Sachez toutefois que la période estivale, très touristique, n'est pas le meilleur moment pour profiter de la région. Préférez, si vous le pouvez, l'automne ou l'hiver, quand ce pays retrouve sa vraie personnalité.

Mais pourquoi les gitans ? Selon la légende, après la mort du Christ, les saintes Marie-Jacobé, Marie-Salomé et Marie-Sarah accostèrent, dans une barque, sur la terre de Camargue. Elles firent élever un oratoire en remerciement pour avoir eu la vie sauve durant leur traversée depuis l'Orient. Ce sont ses saintes que les gitans honorent en venant en masse depuis le XIXe siècle.

Escale et habitat pour les oiseaux

Les terres de Camargue ont toujours été une étape importante sur le trajet des oiseaux migrateurs. En effet, grâce à la tranquillité de ses espaces sauvages et aux ressources alimentaires que les oiseaux trouvent dans les étangs, nombreux choisissent chaque année d'y faire escale. Deux saisons rythment leur année : septembre qui voir arriver de l'Europe du Nord et de l'Est les migrateurs transsahariens qui préparent leur périple vers l'Afrique. Hirondelles, hérons pourprés, guêpiers, limicoles y font une simple pause. Ils sont rejoints peu après en octobre par les canards et des milliers de passereaux qui choisiront de passer l'hiver dans les marais. Mais les rois de l'embouchure du Rhône restent les flamants roses.

office de tourismeHaut de page

Reliant la Bourgogne à la Méditerranée, de Lyon à Port-Saint-Louis, c'est le plus grand axe fluvial nord-sud de l'Hexagone. Bien que canalisé et domestiqué, le Rhône nécessite une bonne motorisation pour être en mesure d'affronter des courants et des vents parfois violents. Un peu à l'écart du fleuve, quelques beaux ports de plaisance, très bien équipés, constituent des refuges appréciés. Puis, au niveau d'Arles, le fleuve se divise en deux bras qui forment un vaste delta (voir les chapitres consacrés au canal d'Arles à Fos et au Petit-Rhône). De Lyon à la Méditerranée, 330 km de voie navigable s'offrent ainsi aux plaisanciers grâce à 14 écluses gérées par la Compagnie Nationale du Rhône (CNR). Le passage des écluses s'effectue toute l'année, de 5h à 21h, sauf les 1er janvier, 11 novembre, 25 décembre et durant l'arrêt de la navigation, courant mars. Lors des périodes de crue ou d'incident sur la voie navigable, la navigation peut aussi être interdite. Le Centre de gestion de la navigation (CGN) surveille 365 jours par an cette voie navigable et téléconduit à distance les écluses. Le CGN contribue à optimiser les éclusages (moins de 20 minutes) et la sécurité.

La navigation sur le Rhône permet la découverte du très riche patrimoine de sa vallée, ses vins, sa gastronomie, ses villes d'art de d'histoire avec des escales incontournables dont Valence, Montélimar ou Avignon ou plus confidentielles comme Les Roches-de-Condrieu ou Chateauneuf-du-Pape.

L'été en fête au fil du Rhône

Plusieurs festivals viennent égayer vos soirées rhônalpines au fil du fleuve du Rhône et de l'itinéraire ViaRhôna : musique, théâtre, spectacles de rue et autres surprises. À noter particulièrement, deux festivals insolites en résonance avec ViaRhôna fin juillet : la péniche Cinéfil pour apprécier concerts et courts-métrages et " La Tournée quotidienne " de Blue Juice Trio avec des spectacles en itinérance sur une triplette le long du Rhône.

ViaRhôna, une piste cyclable pour le Rhône et le tourisme doux

Le projet ViaRhôna, fruit d'une ambition collective des territoires traversés par le fleuve, s'inscrit dans le Plan Rhône. A terme, cette voie cyclable reliera le lac Léman à la Méditerranée sur une longueur de 815 km. ViaRhôna offre une formidable opportunité de découvrir les richesses touristiques des territoires traversés par le fleuve, de façon ludique et familiale. Au-delà de la pratique cycliste, cet itinéraire " modes doux " contribue à créer un tourisme renouvelé associant culture, patrimoine, vin et gastronomie. Les pistes cyclables, leur balisage et les connexions le long du Rhône sont d'année en année plus nombreuses.

www.viarhona.com

La Compagnie Nationale du Rhône pour la transition énergétique

Premier producteur français d'énergie exclusivement renouvelable et concessionnaire du Rhône pour la production d'hydroélectricité, le transport fluvial et les usages agricoles, CNR se distingue par sa vocation d'aménageur de territoires. Premier énergéticien français 100 % renouvelable (eau, vent, soleil), la compagnie a conçu autour de la concession du fleuve Rhône un modèle redistributif dans lequel la production d'électricité verte se conjugue avec l'aménagement des territoires. En effet, suivant une vocation de la Compagnie Nationale du Rhône, lors de sa création en 1933, les revenus tirés de l'exploitation du fleuve, bien commun, doivent bénéficier au territoire. Cette logique d'intérêt général se poursuit à travers des centaines de projets menés pour les énergies renouvelables, le transport fluvial, le développement touristique et l'agriculture durable.

Pour conforter sa position de leader européen des énergies renouvelables, CNR mise sur l'innovation. Parmi les projets déjà expérimentés par CNR : la filière électrique hydrogène, les hydroliennes marines et fluviales et les réseaux intelligents (smart grid) pour l'optimisation et le stockage des énergies intermittentes. Participant activement à la transition énergétique, CNR prévoit de tripler, d'ici 2020, sa puissance installée en éolien et photovoltaïque (600 MW supplémentaires en France et 300 MW en Europe).

Trois missions solidaires
Pour mémoire la CNR a reçu de l'État, en 1934, avec la concession du plus puissant fleuve français trois missions solidaires :
production d'électricité

navigation

irrigation des terres agricoles

A l'actif de la CNR, un aménagement durable du fleuve. Concepteur et exploitant des centrales hydroélectriques, barrages et écluses du Rhône, la compagnie a également ouvert la voie navigable entre Lyon et la Méditerranée et construit sur le fleuve des sites industriels et portuaires, des ports de plaisance, des haltes nautiques et des bases de loisirs.

Les berges du Rhône, une richesse

L'aménagement d'espaces de promenade et de randonnée, de pontons de pêche ou encore la création de la voie cyclable ViaRhôna, autant d'initiatives qui participent à la valorisation des berges du Rhône. Il s'agit d'attirer les touristes mais aussi les riverains vers les berges du fleuve. L'aménagement des berges du Rhône se fait petit à petit, dans le cadre du développement du tourisme fluvial, en concertation avec les territoires. Exemple, l'opération d'envergure réalisée à Bellegarde-sur-Valserine (Ain) : création en bord du Rhône d'un théâtre de verdure, ouverture d'un itinéraire de circulation dédié aux modes doux, promenade pédagogique, réaménagement d'1,5 km de berges et construction d'une passerelle reliant les départements de l'Ain et de la Haute-Savoie.

La Compagnie Nationale du Rhône développe plusieurs actions dans le sens de la valorisation et la protection des berges du fleuve et particulièrement :

- installation de pontons de pêche en concertation avec les fédérations et associations de pêcheurs

- aménagement de bases de loisirs

- sponsorisation de l'aviron français

- protection de trois espèces de poissons migratoires menacées sur le Rhône : l'anguille, l'alose et la lamproie

Lyon (Rhône)Haut de page

La rubrique détaillée concernant Lyon se trouve dans le chapitre consacré au Haut-Rhône.

Les Roches-de-Condrieu (Isère)Haut de page

Depuis sa création en 1792, cette commune de l'Isère, proche de Vienne et de Lyon, est entièrement liée au fleuve. En effet, elle a été construite, dans un ancien méandre du Rhône, à l'initiative des mariniers sur des rochers avancés dans le fleuve. Ces rochers redoutables à passer sur le fleuve se sont avérés de véritables remparts contre les inondations. Avec force, courage et générosité les bateliers ont forgé petit à petit ce village portuaire aujourd'hui paisible village de 2 000 habitants plein de charme. La commune fait face à Condrieu, commune du Rhône célèbre pour ses vignobles du septentrion des Côtes du Rhône aux fameuses appellation, vins des Côtes Rôties, Condrieu, Viogner, Château Grillet.... Sur les contreforts de la montagne du Pilat et de son parc naturel. Au port ne ratez pas le bateau pirate et son incroyable capitaine. On ne vous dit que ça !

Port de plaisance

Ce port, à 5 min à pied de la gare SNCF, comporte 207 anneaux sur appontements flottants avec eau courante, électricité, téléphone, Wifi, station de carburant et, pour le confort des plaisanciers, dans les locaux de la capitainerie : laverie, douches et toilettes.

Capitainerie, quai de la Paillasse : 04 74 56 30 53 - 06 64 47 76 58

Base de loisirs

A proximité immédiate du port, sur la presqu'île, cette base offre de nombreuses attractions et équipements : plage, restaurant, chalets, aire de jeux, téléski nautique et wakeboard tous niveaux. Et à 10 km très roulants reliés par la véloroute en rive droite, à parcourir en vélo ou en rollers, à la rivière de l'espace eaux vives de la base, à Saint-Pierre-de-Boeuf, où vous attendent rafts, kayaks, etc... Contact téléphonique : 04 74 20 98 40

Vienne (Isère)Haut de page

Les deux fers de lance de la notoriété viennoise s'articulent autour de la musique et de la gastronomie : son festival de jazz (Jazz à Vienne depuis 1981, première quinzaine de juillet) et sa table étoilée (La Pyramide). D'origine celte, son nom Vienna, signifie " bourgade au bord de l'eau ". Installée au bord du Rhône, la capitale des celtes Allobroges sera fidèle à César pendant la guerre des Gaules. Fidélité qui lui accorde la promotion de colonie latine en 50 avant J.-C. avant de passer colonie romaine sous Auguste en 16 avant J.-C. Elle connaît alors une expansion fulgurante : de magnifiques monuments voient le jour à l'intérieur de ses 7 km de remparts. C'est alors l'une des plus grandes villes de la Gaule. Capitale d'un diocèse de sept provinces au IVe siècle, Vienne tombe en 468 aux mains des Burgondes et les rois en feront une de leurs résidences vers 475. C'est à cette époque que la vie religieuse s'y développe intensément au point que la ville gagne le surnom de " Vienne la Sainte ". Au XIe siècle, l'empereur d'Allemagne hérite du royaume de Bourgogne. Vienne devient ville d'Empire avant d'être rattachée à la France en 1450. La cité va alors peu à peu décliner au profit de sa grande rivale : Lyon. Ce n'est qu'au XVIIIe siècle que l'activité économique de la ville repart avec l'installation de fabriques de draps. Au XIXe siècle, cette industrie emploie plus d'un tiers de la population, mais durant la première moitié du XXe siècle, la concurrence accrue fait disparaître peu à peu cette activité. Aujourd'hui, Vienne compte 30 000 habitants, tout comme dans l'Antiquité.

Son marché du samedi matin est réputé comme l'un des plus importants de France. Très dynamique culturellement, la ville organise chaque année plusieurs festivals dont le plus célèbre, Jazz à Vienne, depuis 1981. Vienne, marquée par Fernand Point qui donna à la ville ses lettres de noblesse gastronomique, poursuit sur ses traces avec quelques bonnes tables dont son héritière, la Pyramide, où officie le très talentueux Patrick Henriroux.

Les plaisanciers peuvent accoster, à proximité, aux Roches-de-Condrieu ou à Sainte Colombe, sur le quai d'en face, car la halte fluviale de Vienne, implantée depuis 2006 au niveau du cours Brillier et qui voit aussi l'accostage de paquebots de croisières, affiche souvent complet en période estivale.

Une pyramide qui donne l'eau à la bouche

Lieu emblématique et dénomination qui a marqué l'histoire de la gastronomie française ; la Pyramide de Vienne est tout d'abord une pyramide de pierre, unique témoin du cirque romain, et non pas " tombeau de Ponce Pilate " comme auraient voulu le croire quelques romantiques, elle se dresse au milieu du boulevard Fernand-Point. Cet obélisque, en fait, placé sur le terre-plein central de l'hippodrome de la ville antique, balisait la course de chars. Haut de 15,50 m et large de 4 m à la base, il en existe peu de similaires dans le monde gallo-romain. La Pyramide c'est aussi un restaurant célèbre qui existe depuis 1822. Propriété de la famille Chambertain jusqu'en 1870, puis de la famille Gieu, il est racheté par Auguste Point, restaurateur à Louhans, en 1922, pour son fils, Fernand. Le jeune homme, alors en formation à Evian avec le père de Paul Bocuse, reprend l'établissement en 1925 et le baptiste La Pyramide telle celle qui se dresse à quelques pas de là.
Fernand Point agrandit l'établissement et surtout entreprend de moderniser sa cuisine. Cet audacieux devient, en 1933, le premier Chef à obtenir 3 étoiles Michelin. Paul Bocuse, les frères Troisgros ou encore Alain Chapel comptent parmi ses élèves prestigieux. La Pyramide reste le seul établissement à avoir conservé 3 étoiles au guide rouge pendant 53 ans.
Patrick Henriroux, chef étoilé à la Ferme de Mougins, et sa femme Pascale, prennent en 1989 la direction de La Pyramide, à 31 et 28 ans. La première étoile Michelin est au rendez-vous 7 mois après. Puis, en 1992, La Pyramide décroche une deuxième étoile au Guide Michelin, qu'elle n'a plus jamais perdue depuis. En 1998, le couple Henriroux devient propriétaire de l'hôtel-restaurant La Pyramide, et ne cesse de le faire grandir depuis...

Valence (Drôme)Haut de page

Porte du midi de la France et capitale du département de la Drôme, Valence est implantée au bord du Rhône, entre Lyon et Marseille. Ville d'art et d'histoire, cité de Peynet, cette petite ville coquette et commerçante regarde l'Ardèche, de l'autre côté du fleuve. La maison Pic pour la gastronomie, quelques spécialités comme le Suisse, un biscuit en forme de garde suisse, qui rend hommage au passage du pape Pie VI mort à Valence en 1799. Des guides-conférenciers font découvrir le patrimoine de la ville au départ de la belle maison des Têtes, dans le vieux centre. Il n'est pas nécessaire de s'inscrire. Les visiteurs peuvent, au pied levé, intégrer un petit groupe en partance. Le parcours fléché Au fil du patrimoine permet, quant à lui, de découvrir librement ce vieux centre au charme fou. En marge de ce patrimoine, la rénovation du centre-ville (quartier de la gare, rue Victor-Hugo, etc.) est une réussite mariant harmonieusement vieilles pierres et agencement urbain moderne : nouvelles habitations collectives, couloirs de bus, voies piétonnes, pistes cyclables, parkings, esplanades aérées et place pavée sous les palmiers... Et tout au long du parcours... des boutiques tentatrices, des terrasses où se reposer et des adresses gourmandes. Damned !

Le port de plaisance de l'Épervière occupe le bas du quartier du même nom qui vient de bénéficier d'une importante rénovation avec un grand parc magnifiquement aménagé et dans l'attente de l'implantation d'une cité de la gastronomie.

Montélimar (Drôme)Haut de page

Même si c'est un double cliché, on ne peut parler de Montélimar sans évoquer le nougat et la Nationale 7. La ville, baignée par le Rhône, a pourtant une vie avant le nougat, puisque son implantation sur la voie romaine Via Aggripa remonte à 5 millénaires dont des lustres avant l'invention de la friandise aux amandes, pistaches, miel et blanc d'oeuf... Montélimar symbolise aussi les portes de la Provence, camp de base avantageux, au pied du Vercors et à proximité des Gorges de l'Ardèche. C'est aujourd'hui une petite ville de 37 000 habitants, coquette, paisible et commerçante où il fait bon vivre et séjourner. De nouveaux quartiers élégants, de nouveaux équipements culturels, de nouveaux restaurants, autant de raisons de faire escale qui s'ajoutent aux attraits traditionnels.

Le port de plaisance le plus proche de Montélimar est, en amont, celui de Cruas, avenue Marcel Paul, 69 places avec 4 pontons dont un ponton d'accueil. Capitainerie : 04 75 96 48 79 - 06 83 21 36 07. Le port aval de Viviers n'est plus actuellement en service.

Le nougat de Montélimar

C'est l'inventeur agronome Olivier de Serre (1539-1619), en implantant des amandiers dans la région, qui fut à l'origine du nougat de Montélimar. Auparavant on faisait du nougat avec les noix locales. Composé de miel, d'amandes et de blancs d'oeuf, le nougat est alors un produit que chaque famille fabrique. On dit qu'en 1701, le duc de Bourgogne et le duc de Berry, revenant d'Espagne, font escale à Montélimar. Pour les honorer, les habitants leur offrent du nougat. Dès lors, le nougat est un cadeau qui fait la réputation de la ville. Émile Loubet, maire de Montélimar de 1899 à 1906, donnera un coup de pouce à sa promotion en offrant du nougat de Montélimar à tous les chefs d'État ou de gouvernement étrangers visitant la France. Le troisième élément aidant à la notoriété du nougat de Montélimar fut la nationale 7. Pour les vacanciers des congés payés descendant dans le midi, l'escale nougat devient un grand classique. La promotion s'accentuera, en 1967, avec l'ouverture de l'A7. Les nougatiers font le choix de s'installer sur l'aire d'autoroute de Montélimar. La renommée du nougat de Montélimar devient alors internationale.
Aujourd'hui Montélimar compte 12 nougatiers qui emploient environ 300 employés et produisent 4 500 tonnes de nougat chaque année.

Châteauneuf-du-Pape (Vaucluse)Haut de page

Un petit village mais un grand cru ! C'est toujours étonnant de voir qu'un si petit village puisse être connu et reconnu dans le monde entier pour 13 cépages d'exception. Jolie petite cité de 2 000 habitants située sur la rive gauche du Rhône, Châteauneuf-du-Pape est l'escale privilégiée des amateurs de vin, désireux de découvrir l'un des plus prestigieux crus de la Vallée du Rhône. En cheminant dans le centre on apprécie son riche patrimoine dont le point d'orgue est le Château des Papes (XIVe siècle), ancienne résidence d'été des souverains pontifes avignonnais qui implantèrent la vigne sur les coteaux alentour. Aujourd'hui, 3 000 ha de vigne en 55 domaines viticoles produisent le nectar du célèbre Chateauneuf-du-Pape.

Inaugurée en 2011, la halte nautique aménagée par la Communauté de Communes des Pays de Rhône et Ouvèze est à la fois une étape pour les promeneurs en quête d'un havre de paix sur la rive gauche du Rhône mais aussi pour les bateaux de plaisance. Sa signalétique et son éclairage permettent une visibilité depuis le Rhône en bateau et depuis la route en voiture. Une quarantaine d'arbres ont été plantés pour la mise en valeur paysagère du site et pour créer des espaces ombragés. Un appontement et des bancs complètent les équipements.

Avignon (Vaucluse)Haut de page

Sous le pont d'Avignon se croisent les avirons et les bateaux de croisières, les plaisanciers et les canoës. La ville doit sa notoriété internationale à son pont sur le Rhône, mais aussi son festival. Située au carrefour de la Provence, du Languedoc et proche de la Méditerranée, la belle Cité des Papes bénéficierait de 300 jours de soleil par an... " Fille du fleuve " ou " Ville du vent violent ", ancien centre des Celtes puis puissante cité romaine, ceinte par ses remparts, ville d'églises, de cloches (Rabelais la surnommait " la ville sonnante ") et d'orgues (les deux plus fameux sont l'orgue doré de Notre-Dame-des-Doms et celui de Saint-Agricol), Avignon représente le plus grand et le plus bel ensemble gothique d'Europe. Célèbre pour programmer le plus grand festival de théâtre vivant du monde, elle accueille des centaines de spectacles et des milliers de spectateurs chaque été. Ses musées aux expositions prestigieuses, la diversité de ses manifestations culturelles font de cette cité unique un spectacle permanent. Son tourisme fluvial propose de très belles croisières d'agrément dans diverses régions ainsi qu'au coeur même de la Provence et de la Camargue. Inscrite dans le réseau des Villes d'Art labellisées par le ministère de la Culture et classée au patrimoine mondial de l'Unesco, elle est aussi capitale des Côtes-du-Rhône et de la gastronomie provençale. Plus d'une raison d'y faire escale.

La Barthelasse, plus grande île fluviale de France

C'est la promenade fraîcheur des Avignonnais pendant les lourds mois d'été. On se balade sur ses pistes cyclables, son chemin de halage qui offre une vue imprenable et exceptionnelle sur le pont d'Avignon, le Rocher des Doms et le palais des Papes. Vous pouvez y accéder soit en voiture en traversant le pont Daladier qui conduit à Villeneuve, soit par la navette fluviale gratuite qui permet de traverser d'une rive à l'autre, tous les jours, à la belle saison. Une partie de ses berges est classée à l'Inventaire des richesses naturelles. Elles abritent oiseaux nicheurs, hérissons, musaraignes, fouines et blaireaux mais aussi hérons cendrés, canards plongeurs, colverts, cormorans.

Il n'y a pas que la culture en Avignon, les sports nautiques et les loisirs verts sont d'autres composantes majeures qui participent au charme de la cité des papes.

L'aviron en Avignon, une tradition

C'est une activité sportive phare à Avignon et sur le Rhône, à Avignon. On voit les champions et les sportifs s'entraîner. On peut aussi s'initier. Au sol, conseillé par les entraîneurs diplômés d'états de la Société nautique d'Avignon, vous apprenez le geste de base de l'aviron. Puis sur un bateau très stable vous faîtes vos premiers kilomètres sur le Rhône et découvrez instantanément le plaisir de la glisse et de l'effort si particulier de l'aviron... Les sorties découvertes adultes se font le samedi et mardi matin. Il est obligatoire de savoir nager. Comptez environ deux heures.

L'île plaisir

La Barthelasse, île du Rhône située entre Avignon, dont elle est séparée par le " petit Rhône ", ou " bras mort ", et Villeneuve-lès-Avignon, dont elle est séparée par le " grand Rhône " ou " bras vif ", se déploie sur 700 hectares, dont 400 cultivables, ce qui en fait l'une des plus grandes îles fluviales d'Europe et la plus grande de France. C'est une réserve de nature abritant une grande biodiversité (une partie des berges est classée à ce titre) et une base de loisirs nautiques. Le chemin de halage, calme et agréable, offre une vue imprenable sur le pont d'Avignon, le Rocher des Doms et le Palais des Papes. Pour en faire le tour, le vélo est idéal : pas de dénivelé et de nombreuses pistes cyclables. Vous pouvez acheter des produits en direct à la ferme, visiter la distillerie Manguin ou simplement vous balader au milieu des vergers. L'île abrite qui même une auberge de jeunesse est desservie par une navette fluviale gratuite (bac à traille), on peut également y accéder en voiture en traversant le pont Daladier.

Arles (Bouches-du-Rhône)Haut de page

La rubrique détaillée concernant Arles se trouve dans le chapitre consacré au canal d'Arles à Fos.

Port-Saint-Louis (Bouches-du-Rhône)Haut de page

La rubrique détaillée concernant Port-Saint-Louis se trouve dans le chapitre consacré au canal Saint-Louis.

De la ville marinière de Saint-Jean-de-Losnes à la capitale des Gaules, de sa jonction avec le canal du Rhône au Rhin jusqu'à Lyon où elle rejoint le Rhône, la Saône ou Grande-Saône déroule une section à grand gabarit. Sur un parcours de 213 km, incluant le passage de 5 écluses, c'est une rivière majestueuse, large et calme jusqu'à l'envoûtement, mais néanmoins sujette à de fortes crues. La rivière vous conduit à de belles et gourmandes cités dont le trio Chalon-sur-Saône, Tournus et Mâcon. De bons repas et de grands vins à la clé.

Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire)Haut de page

Nationalement reconnue pour son festival annuel des arts de la rue " Chalon dans la Rue ", organisé fin juillet, Chalon-sur-Saône est une ville festive mais aussi chargée d'histoire. Déjà occupée lors de la Préhistoire, le site est investi par les Romains qui en ont fait un centre stratégique. Sous la Révolution, pendant la mise en place des nouvelles circonscriptions administratives, Chalon est supplantée par Mâcon comme chef-lieu du département et perd son statut d'évêché (1790) La ville va connaître un nouvel essor avec la construction du canal du Centre (fin XVIIIe, début XXe), puis celle des canaux de Bourgogne et du Rhône au Rhin qui développent le commerce régional par voie fluviale. A la même époque Nicéphore Niepce met au point plusieurs procédés révolutionnaires dont celui de la photographie. La première photo du monde a été prise tout près d'ici. De juin 1940 à novembre 1942, la ligne de démarcation passe au niveau de la Saône, Chalon étant en zone occupée et la rive gauche à partir de Saint-Marcel en zone libre. Aujourd'hui, la deuxième agglomération de Bourgogne, ville de l'image et des nouvelles technologies est tournée vers l'avenir. Mais ses nombreux vestiges médiévaux n'ont pas fini de séduire les touristes...
Les croisières sur l'eau sont un autre plaisir touristique très apprécié. A bord du Delta un bateau tout confort vous partez en promenade au fil de l'eau ou en croisières gourmandes avec un déjeuner ou un diner à bord. Vous pouvez aussi pique-niquer à bord avec les enfants ou encore louer le bateau pour l'heure ou la journée avec un programme sur mesure ! Pour tous ses plaisirs fluviaux c'est l'office de tourisme qui vous renseignera. Chalon-sur-Saône, ville d'eau, offre aussi ses bords de Saône aux promeneurs. La coulée verte de 7 km, reliant le pont des Dombes au parc de loisirs Saint-Nicolas, offre une promenade très agréable. Entièrement réservé aux piétons et aux cyclistes, cet itinéraire est ponctué d'aires de pique-nique et de jeux, tandis que des panneaux racontent aux promeneurs la vie de la Saône et de ses berges, ainsi que l'histoire de Chalon. A l'initiative du Lions Club féminin, une fête de la Coulée Verte, ponctuée d'animations nautiques, a lieu à la mi-mai et réunit, sportifs, amoureux de la nature... canards et cygnes !

Les vins de la côte chalonaise

Une appellation bourguignonne sympathique dédiée à ce long ruban de vignes faisant suite à la Côte de Beaune : de Chagny au mystérieux château de Sercy s'étale sur des collines orientées au Sud Est un vignoble implanté par les moines de Cluny depuis mille ans. 44 villages de Saône et Loire chantent les vins de Bourgogne éternels à travers deux cépages traditionnels, le pinot noir et le chardonnay. Cinq appellations villages ponctuent la côte chalonnaise de terroirs au caractères affirmés du Nord au Sud : Bouzeron (seule appellation village du monde exclusivement en aligoté), Rully (rouge et blanc), Mercurey (rouge et blanc), Givry (rouge et blanc), Montagny (exclusivement en blanc).

office de tourismeHaut de page
Tournus (Saône-et-Loire)Haut de page

Ville historique et gastronomique de plus de 6 000 habitants située à mi-chemin entre Mâcon et Chalon-sur-Saône, Tournus est dotée de 4 restaurants étoilés ! La ville ne manque pas de séduction avec traboules, ses maisons médiévales, ses quais de Saône, ses bonnes étapes gourmandes et ses nombreuses animations. Les plaisanciers sont nombreux à marquer une halte le long de la Saône et restent quelques jours dans la ville pour profiter du grand marché du samedi. Le centre-ville vous propose de nombreux commerces de qualité et de nombreux monuments et musées à visiter dont celui du vélo qui retrace l'histoire de la petite reine !

Dans l'attente du port de plaisance dont le projet s'éternise, les plaisanciers disposent d'une simple halte fluviale.

EmplettesHaut de page
MarchésHaut de page

Marché bio

Un des précurseurs en la matière puisque cela fait plus de trente années que se rassemblent au col de Brancion les producteurs engagés en agriculture biologique des environs. Doté d'une solide réputation, il est le seul de ce genre dans la région. Il se déroule chaque premier et troisième dimanche du mois.

La Truchère (Saône-et-Loire)Haut de page

A 7 km au sud-est de Tournus, le long de la Saône, à la confluence avec la Seille, ce village de 200 habitants fait partie de la Bresse. Il est connu des plaisanciers pour sa base nautique et des amateurs de faune et flore sauvages pour sa réserve naturelle partagée avec la commune de Ratenelle.

Pont-de-Vaux (Ain)Haut de page

Pont naturel entre les régions Bourgogne au nord et Rhône-Alpes au sud, la ville est au coeur d'une région réputée pour sa nature, sa gastronomie et ses vins. A la fois ville d'eau, avec son port fluvial relié à la Saône par un charmant canal navigable de 4 km au milieu de prairies inondables (classées zone protégée) riches en biodiversité, et ville de terroir où sont organisées les fameuses Glorieuses de Bresse, Pont-de-Vaux représente une escale charmante et intéressante.

Idéalement situé entre Mâcon et Tournus, ce port de rivière est également proche de la Seille, l'une des plus jolies rivières navigables de France.

Mâcon (Saône-et-Loire)Haut de page

Capitale de la Bourgogne du sud et ville portuaire fluviale, Mâcon s'étire paisiblement le long de la rive droite de la Saône. Sa douceur de vivre enchante les riverains comme les visiteurs. La qualité de ses vins dont la réputation n'est plus à faire (la foire nationale des vins se tient tous les printemps à Mâcon), ainsi que sa gastronomie participent au plaisir d'une escale mâconnaise. Les Romains avaient déjà compris la situation stratégique de ce site sur la via Agrippa, principale artère de la Gaule romanisée. Aujourd'hui, Mâcon conserve de nombreux vestiges architecturaux de son passé, un patrimoine que l'on découvre en flânant dans la vieille ville, de place en place. Dominant l'esplanade récemment rénovée face à la Saone, la statue d'Alphonse de Lamartine (1790-1869) rappelle que ce poète, auteur et homme politique est un enfant du pays. L'esplanade porte d'ailleurs son nom, tout comme le quai qu'elle longe.

Escale d'hydravion des années 1920 à 1930, Mâcon a, par ailleurs, vu la naissance d'une moto française, la Monet-Goyon (MG), marque fondée le 2 avril 1917 par Joseph Monet, ingénieur, et Adrien Goyon, riche héritier. Aujourd'hui, cette ville d'histoire et de culture affiche encore son dynamisme dans le domaine sportif, du golf à l'aviron, en passant par le polo, la planche à voile et le motonautisme. La ville accueille chaque année le spectaculaire grand prix motonautique.

Villefranche-sur-Saône, la route des châteaux à vélo

En poursuivant votre descente sur la Saône, avant d'arriver à Lyon, les amateurs de la petite reine pourront faire escale à Villefranche-sur-Saône pour emprunter un très bel itinéraire. Cette randonnée cycliste balisée au départ de Villefranche-sur-Saône qui totalise 47 km (de 2 heures 30 à 5 heures selon votre coup de pédale et vos escales), plutôt facile, emprunte des routes vallonnées où il convient de rester vigilant au trafic. Vous croisez des villages charmants et de magnifiques châteaux, longez de petits cours d'eau et traversez des bois. Itinéraire : Villefranche-sur-Saône, Pommiers, Pouilly-le-Monial, Ville-sur-Jarnioux, Cogny, Denicé, Salles-Arbuissonnas, Arnas, Villefranche-sur-Saône

Lyon (Rhône)Haut de page

La rubrique détaillée concernant Lyon se trouve dans le chapitre consacré au Haut-Rhône.

Paisible affluent de la Saône, la Seille est une jolie petite rivière sauvage qui ravira les amateurs d'échappées vertes. Navigable sur 39 km entre l'écluse de la Truchère, à proximité de Tournus, et la cité pittoresque de Louhans en terre bressane, cité aux 157 arcades, elle traverse une réserve naturelle préservée, musarde au milieu des champs et des bosquets, du bocage et des étangs, passe devant les seuils de moulins, croise des fermes à brique et pans de bois, côtoient les élevages de poulets de Bresse et franchit quatre écluses. Autant de motifs de contemplation. Les sites d'amarrage sont nombreux et plaisants. Le plus souvent, ils sont proches d'auberges où l'on se régale de la gastronomie et des produits du terroir.

Parmi vos escales obligées :

La réserve naturelle et le barrage de La Truchère.

Le marché aux volailles de Louhans chaque lundi matin.

Le centre Eden d'éducation et de découverte de la nature à Cuisery, par ailleurs Village du livre.

Haltes nautiques et bases de location

Le long de la Seille, outre le port de Louhans vous disposez d'une halte nautique à Branges au niveau de l'écluse du même nom, avec 10 anneaux et une base de location de bateaux gérée par le Boat (Tél : 03 85 74 92 33). Au port de Louhans ce sont Les Canalous qui ont leur base de location.

La Truchère (Saône-et-Loire)Haut de page

La rubrique détaillée concernant La Truchère se trouve au chapitre consacré à la Saône.

Cuisery (Saône-et-Loire)Haut de page

Ce village surplombant la vallée et les eaux calmes de la Seille a gardé les allures d'un bourg médiéval où fleurissent les échoppes des bouquinistes et artisans du Livre. Devenu en 1999 le quatrième " Village du Livre en France ", il propose un marché aux livres tous les premiers dimanches du mois. Cuisery c'est aussi le centre Eden, le port de plaisance avec deux pontons d'accostages et un arbre célèbre, le cèdre qui aurait été planté en 1734 par Bernard de Jussieu. Le botaniste aurait ramené deux graines du Liban, le second arbre issu de ces graines se trouve au jardin des Plantes à Paris.

Louhans (Saône-et-Loire)Haut de page

Nichée au coeur d'une région aux vallons verdoyants, truffée de petits étangs et sillonnée de calmes rivières, Louhans mérite son classement parmi les " plus beaux détours de France ". Les vestiges médiévaux donnent à la ville un cachet authentique et pittoresque, à l'image des arcades qui jalonnent la Grande-Rue. Mais Louhans est aussi une ville de commerce, vitrine de la richesse de son arrière-pays. Depuis la fin du Moyen Age, elle s'impose comme ville de négoce et d'artisanat, grâce à sa position sur la rivière Seille et à sa situation sur les grandes voies commerciales reliant le Jura à l'Italie. La vigueur de ses marchés se poursuit. Celui du lundi, incontournable, est répertorié par le Comité National des Arts Culinaires comme l'un des 100 sites remarquables du goût. Cette notoriété doit beaucoup à celle, ancestrale, de ses volailles. La volaille de Bresse a son AOC depuis 1957. D'autres produits du terroir se distinguent dont la crème et beurre de Bresse et des spécialités comme la tête de veau ou les cuisses de grenouille déplacent les gourmands.

Dans un autre registre, Louhans est la Ville natale de Ferdinand Berthier (1803-1886), professeur de l'Institut National des sourds-muets de Paris, lui-même atteint de cette affection, et fondateur de la Société Universelle des sourds-muets.

Volaille de Bresse, entrée en gastronomie

La volaille est à la Bresse ce que la moutarde est à Dijon, ou le nougat à Montélimar... Indissociable de son pays ! En 1957, les Bressans, pour défendre la renommée de la volaille, ont fait voter une loi d'Appellation d'Origine Contrôlée. Il s'agit à ce jour de la seule volaille au monde à bénéficier d'une telle appellation. Un peu plus d'un million de volailles sont commercialisées en Bresse chaque année. la volaille de Bresse, outre sa dimension gastronomique, s'entoure d'une composante festive et conviviale. C'est une tradition dominicale que de la mettre sur table et une exigence pour les repas de fêtes de fin d'année. On la trouve sur le marché de Louhans et chez les plus grands volaillers de France et de Navarre. Elle se décline en plusieurs versions sur les étals :

LE POULET DE BRESSE

Il se caractérise par ses plumes blanches, ses pattes bleues, sa crête rouge et sa peau fine. Le poulet de Bresse est élevé en liberté sur des parcours herbeux avec un minimum de 10 m² par volaille.
Passé 3 semaines, il doit être nourri exclusivement de maïs (sans OGM) et de produits laitiers. Il est abattu à 4 mois minimum après avoir passé 10 à 15 jours dans l'obscurité en épinette (cage spéciale en bois).

LA POULARDE DE BRESSE

Issu du poussin de sexe féminin, elle suit le même élevage que le Poulet de Bresse mais elle est abattue à 5 mois minimum, avant d'avoir pondu, après avoir passée 30 jours dans l'obscurité en épinette (cage spéciale en bois).

LE CHAPON DE BRESSE

Ce poulet chaponné suit le même élevage que le Poulet et la Poularde de Bresse. L'éleveur lui réserve un parcours herbeux plus vaste (20m2/chapon) et il est abattu à 8 mois minimum après avoir passé 30 jours dans l'obscurité en épinette (cage spéciale en bois).

LES GLORIEUSES

Les Glorieuses subliment chaque année, à la mi-décembre, cette volaille exceptionnelle. Ces traditionnels concours de volailles fines (chapons, poulardes, poulets et dindes de Bresse) constituent une des plus prestigieuses vitrines d'un savoir-faire unique au monde.

CONFRÉRIE DES POULARDIERS

La Confrérie des Poulardiers oeuvre pour la protection et la promotion du Poulet de Bresse depuis sa création en 1962. Plus de 3 000 Poulardiers intronisés, issus du monde entier, défendent la Volaille de Bresse et ses valeurs.

office de tourismeHaut de page
Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis