Le guide : TOURISME FLUVIAL : Bassin de la Seine et Paris

Guide

Bassin de la Seine et Paris

Bassin de la Seine et ParisHaut de page

Le bassin de la Seine, avec ses quelque 1 500 km de voies navigables, représente un quart du réseau navigable français et s'étend sur 17 départements soit plusieurs régions - Ile-de-France, Hauts-de-France, Normandie, Grand Est et Bourgogne Franche Comté - ce qui lui confère une grande diversité. La Seine amont et la Seine aval offrent des paysages très contrastés : majestueuse, encadrée par des falaises et parsemée d'îlots d'une part, et plus bucolique et forestière, d'autre part. A proximité de Paris, la Marne, l'Ourcq et les canaux de Champagne, souvent longés par des chemins de halage, permettent une navigation paisible dans un cadre campagnard et verdoyant. La navigation de plaisance de ce bassin se concentre toutefois particulièrement sur la Seine et la Marne. La plaisance au nord de Paris est moins développée que sur les autres voies d'eau. Mais le réseau bouge, des projets d'aménagement pour l'accueil de bateaux de plaisance sont en cours sur l'Oise, mais aussi la Marne et la Seine. En accord avec le succès du développement du tourisme fluvial.

A Paris même et tout autour comme une couronne, le réseau se déploie en 700 km de voies navigables, mouillant 60 îles dont l'Ile-de-France elle-même, émaillées d'une cinquantaine de ports et haltes fluviales. Autant de voies pour découvrir la capitale et sa région au rythme de l'eau et poser un nouveau regard sur ses richesses, sa nature et ses monuments. Embarquement pour la tour Eiffel vue de l'eau. Levez l'encre depuis les bateaux-mouches emblématiques de la Seine à Paris et prenez la barre des petits bateaux sans permis pour voguer sur les canaux ou la Marne. Bateaux et péniches pour naviguer, faire la fête, voies d'eau pour pagayer (canoë, kayak ou aviron à la clé), vous initier à la voile, essayer un zodiac... C'est toute une diversité de plaisirs et de loisirs nautiques que vous offre la région francilienne.

Quant à voguer plus loin, d'autres aventures paisibles et passionnantes vous attendent : découvrir la batellerie, les paysages impressionnistes, aborder en forêt de Fontainebleau, faire escale dans une guinguette, pique-nique sur la berge, voguer d'écluse en écluse en prenant le temps d'apprécier les paysages qui inspirèrent les Impressionnistes, faire escale à Giverny ou Barbizon... Cheminer ou pédaler le long des chemins de halage. Partez à l'est, au nord, au sud, à l'ouest, larguez les amarres et gardez le cap d'une croisière où l'on prend le temps de découvrir, admirer, méditer au fil de l'eau. Le réseau de ce bassin se distingue par deux particularités : l'importance des bateaux promenade à Paris et alentour, la présence des paquebots fluviaux sur la Seine aval. Signalons enfin que l'Oise, dont l'environnement inspira aussi les artistes, réserve de belles navigations, qu'il s'agisse de longer la forêt de Chantilly, de découvrir des cités marinières ou de visiter Compiègne.

La gestion des voies d'eau de ce bassin se partage, outre Voies Navigables de France, entre les Canaux de Paris avec une vignette spécifique pour naviguer sur les canaux Saint-Denis, Saint-Martin et de l'Ourcq, Ports de Paris, pour Paris et une partie de l'Ile-de-France, les Grands ports maritime de Rouen et du Havre pour la Seine maritime, le Conseil départemental de la Somme pour la Somme.

Bassin de la Seine
Bassin de la Seine
Adresses utilesHaut de page
Services de navigationHaut de page
Naviguer dans Paris

Numéros d'urgence :

Brigade fluviale : 01 47 07 17 17

Pompiers de la Monnaie : 18

Basse SeineHaut de page

La Basse Seine coule en méandre d'Argenteuil à Rouen sur une longueur de 242 km. Le trajet compte 6 écluses. En quittant Paris - attention la traversée de Paris en bateau si elle est un émerveillement exige une grande attention du pilote et... le permis fluvial ! - vous traversez tout d'abord la Seine des guinguettes et des Impressionnistes. Vous croisez Bougival, l'île de Chatou, Conflans-Sainte-Honorine, Poissy, Mantes-la-Jolie, Giverny... Le trajet alterne rives boisées et falaises calcaires jusqu'à Rouen, ville portuaire et gastronomique au riche patrimoine. Sur cette portion de Seine vous pouvez partir en croisière, naviguer en capitaine à la barre d'un bateau sans permis, mais aussi pagayer en canoë-kayak, voire ramer en aviron, mais aussi pédaler ou randonner à pied sur les chemins de halage des Hauts-de-Seine ou des Yvelines. En fil conducteur la Seine romantique...

Depuis quelques années tout un programme de reconquête des berges de la Basse Seine est mené pour valoriser les richesses fluviales du secteur pour les riverains, les touristes et les plaisanciers. Au programme : base de loisirs nautiques, chemin de halage, voie verte, aménagement des berges, bateaux animés, croisières, bateaux logements, haltes fluviales... Dans ce cadre, Carrières-sous-Poissy a ouvert dix bateaux-logements pour reloger les mariniers qui ont dû quitter la darse pour laisser place au démarrage de l'Écoport de Triel-sur-Seine (2015-2030). Au programme également : la reconquête d'une friche de 9 ha transformée en promenade voulue par la communauté d'agglomération des deux Rives de Seine. Autre projet : une halte fluviale de dix anneaux au port Saint-Nicolas, dans le centre-ville de Conflans. Elle créera un lien entre les touristes et les bateliers, utilisateurs professionnels du fleuve. Les plaisanciers peuvent séjourner gratuitement 48 heures à Conflans. La mairie se félicite de ce partage des usages.

Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines)Haut de page

À 30 km de Paris, Conflans-Sainte-Honorine offre un cadre de verdure et d'eau très apprécié. C'est l'une des rares villes fluviales construite sur une seule rive - rive droite - de la Seine. Au Moyen Âge, paysans et pêcheurs peuplent le petit village installé sur un éperon rocheux situé au confluent de la Seine et de l'Oise. En 876, alors que Charles Le Chauve règne sur la France, des moines de la région du Havre viennent à Conflans pour mettre à l'abri des invasions vikings les reliques de sainte Honorine, martyre du IIIe siècle (aujourd'hui conservées à l'église Saint-Maclou). Au début du XIe siècle, le comte de Beaumont, seigneur de Conflans, fait bâtir le Château Vieux, dont le seul vestige parvenu jusqu'à notre époque est le donjon appelé " Tour Montjoie ". À partir du XIIe siècle, la ville s'enrichit grâce au commerce fluvial. Les berges de la Seine s'animent à leur tour, attirant commerçants et nouveaux arrivants. Au XIXe siècle, avec l'invention de la machine à vapeur, la ville développe ses activités fluviales et devient la capitale de la batellerie en 1855. Chaque année en juin, la Ville commémore le Pardon national de la batellerie, manifestation patriotique et festive qui voit converger de nombreux bateaux pavoisés. Il est très agréable de flâner sur les berges, véritable atout commercial et touristique. Ponctuées de bancs et de belvédères donnant sur la Seine, elles offrent un point de vue unique sur le fleuve, les oiseaux et les bateaux.

Andrésy (Yvelines)Haut de page

Au confluent de la Seine et de l'Oise, le site de la ville d'Andrésy fut dès l'Antiquité considéré comme un lieu stratégique. Jules César y installa une flotte de guerre chargée de surveiller Lutèce et la Gaule du Nord. Andrésy reste aujourd'hui un carrefour international des cours d'eau, sur une voie reliant Rouen et les Pays-Bas. Les berges de la Seine et de l'Oise sont des lieux de promenade très prisés. Les allées des rameurs sur l'eau rythment aujourd'hui le " bras mort ". La Halte de plaisance offre une escale aux bateaux de tourisme. Du Coteau on a une vue lointaine exceptionnelle sur les principaux édifices parisiens. Par ailleurs, entre les mois de mai et septembre, la ville organise depuis plus de 20 ans sur l'île Nancy, une exposition d'art contemporain en plein air " Sculptures en l'Île " qui réunit une cinquantaine d'artistes venus du monde entier. Un musée éphémère à ciel ouvert tout à fait exceptionnel.

Mantes-la-Jolie (Yvelines)Haut de page

Au Moyen Âge " Mante " prit un rôle défensif et politique important : ville fortifiée dotée d'un château depuis le Xe siècle, elle devint la résidence des rois de France et de leur entourage. Au début du XIIe siècle, Louis VI le Gros rattacha le comté de Mantes au domaine royal. Après le XVIe siècle, la cité perdit progressivement son rôle de place forte. Elle continua pourtant de prospérer grâce à sa position de ville fluviale et au développement industriel du XIXe siècle. Suite aux dégâts causés par la Seconde Guerre mondiale, la ville fut reconstruite et prit le nom de Mantes-la-Jolie en 1953. Dans les années 60, le quartier du Val-Fourré sortit de terre. Sa métamorphose date du milieu des années 90. Séparée de Mantes-la-Ville par la voie de chemin de fer, Mantes-la-Jolie compte 44 000 habitants. En raison de son passé monarchique, elle a obtenu en 2006 le statut de Ville Royale. Marchés intéressants.

Dans un souci de valoriser le fleuve et ses berges, une politique locale est menée depuis quelques années pour que riverains, touristes et plaisanciers profitent au mieux des richesses fluviales. Parmi les réalisations récentes à Mantes, l'une des trois passerelles dessinées par de grands architectes pour enjamber la Seine. C'est ainsi tout un circuit de circulations douces dans les Yvelines qui se met en place. Celle de Mantes est signée Dietmar Feichtinger, également architecte de la passerelle Simone-de-Beauvoir, à Paris, et relie le centre-ville de Mantes (secteur de la collégiale) à celui de Limay. La passerelle permet de rétablir la continuité de l'ancien pont de Mantes, tout en s'appuyant sur l'île aux Dames. Ainsi sont mis en relation la coulée verte de l'agglomération mantaise et celle de Limay.

Giverny (Eure)Haut de page

Ce village romantique et touristique de 500 âmes, situé à 5 km de Vernon, rive droite de la Seine à son confluent avec l'un des deux bras de l'Epte, est mondialement connu grâce à Claude Monet, qui y vécut de 1883 jusqu'à sa mort en 1926. C'est ici que l'artiste peignit ses célèbres Nymphéas mais aussi de nombreuses vues de la Seine. On flâne agréablement dans la rue principale de ce village situé à flanc de coteau, où les ateliers d'artistes et les boutiques d'artisanat ont fleuri comme coquelicots au soleil. Giverny c'est aussi un village chaleureux, à découvrir au calme, loin de la foule estivale, une vie culturelle active avec notamment un festival de chanson en septembre, accueillant régulièrement pendant 3 jours artistes connus ou méconnus. A noter pour ceux qui viennent en train de nombreuses navettes en saison au départ de Vernon, et la possibilité de louer des vélos en face de la gare de Vernon pour rejoindre Giverny à bicyclette...

Pour leur part, les plaisanciers peuvent accoster à la halte fluviale de Vernon.

Les Andelys (Eure)Haut de page

Dominée par le fier Château-Gaillard, la ville des Andelys, blottie entre deux coteaux, surplombe un méandre de la Seine. Ses monuments, ses musées, ses paysages magnifiques valent largement le détour. Longeant la Seine, le Petit-Andely, à l'ouest, vous enchantera avec son port de plaisance, ses vieilles maisons à pans de bois et ses quais fleuris, particulièrement lors des Médiévales de juin. Autre rendez-vous important, la grande Foire à tout de septembre qui rassemble, le long de l'avenue du Général de Gaulle du Grand Andely, plusieurs centaines d'exposants.

Une halte fluviale verdoyante sur la rive droite de la Seine, au pied de la forteresse médiévale de Château Gaillard, à mi-chemin entre Paris et l'Océan Atlantique. Il est possible d'embarquer vos convives sur le bateau pour votre croisière privatisée au pays de Richard Coeur de Lion et des Rois maudits ! Après la croisière, l'après-midi ou la soirée peut se poursuivre à bord de la péniche sur place.

office de tourismeHaut de page
Poses (Eure)Haut de page

Le paisible village de Poses a connu au cours des dernières années un grand essor touristique. On y venait pour ses écluses et son ambiance guinguette. Désormais la base de loisirs de Lory-Poses exerce son attraction. S'ajoute, à deux pas, la nouvelle serre tropicale Biotropica de Val-de-Reuil et depuis peu une antenne de l'office de tourisme Seine Eure.

Voie verte de la Seine à l'Eure

Cette randonnée pédestre de 20 km au fil de l'eau entre les bords de l'Eure et les rives de la Seine débute de la base régionale de loisirs de Poses, chemine le long des falaises, passe par Val-de-Reuil (architecture contemporaine), Louviers (cité ancienne foisonnante de vie), croise des écluses, longe l'Eure, rivière verdoyante et paisible. Accessible aux rollers, aux cyclistes mais également aux personnes à mobilité réduite. Attention, sur le secteur du Vaudreuil, la voie est partagée avec les automobiles.

Halte fluviale gratuite. Musée de la batellerie.

Rouen (Seine-Maritime)Haut de page

" La ville aux cent clochers ", chère à Victor Hugo, a gardé un patrimoine exceptionnel, invitation à la promenade dans son centre historique entièrement dédié aux piétons. En flânant dans les rues animées vous découvrirez ses maisons à colombages et ses merveilles gothiques dont la cathédrale Notre-Dame, l'abbatiale Saint-Ouen, l'église Saint-Maclou et le palais de justice, de purs joyaux de la Renaissance comme le Gros-Horloge, l'aître Saint-Maclou et l'hôtel de Bourgtheroulde ou encore la majestueuse sobriété des hôtels particuliers classiques. Au détour des rues, des musées et des monuments, ses personnages célèbres viendront à votre rencontre : Richard Coeur de Lion, Jeanne d'Arc, Pierre Corneille ou Gustave Flaubert. Et si vous montez jusqu'au panorama de la côte Sainte-Catherine, vous pourrez admirer la ville blottie autour de son fleuve, enserrée dans un écrin de collines verdoyantes. En marchant le long du Robec, les moulins et le patrimoine industriel vous raconteront le long passé textile de cette cité drapière dont le mouton est resté le symbole. Événements festifs, festivals de cinéma et grandes manifestations sportives (hockey, basket et rugby où la ville évolue en élite nationale) rythment la vie d'une cité où l'art de vivre n'est pas un vain mot. Seconde ville de France pour les collections de peintures impressionnistes, Rouen, est également une ville d'industrie - textile, raffinage du pétrole, papeterie... - et de commerce depuis le XVIIe siècle. Quant à la gastronomie elle n'est pas en reste et du caneton à la rouennaise au caramel de Normandie en passant par le plateau de fromages de pays, arrosés de cidre, les spécialités et les produits du terroir nous mettent l'eau à la bouche...

Enfin Rouen est un grand port maritime, l'un des plus actifs d'Europe, qui relie Le Havre à Paris en suivant les méandres de la Seine. Les touristes aussi apprécient cette ville d'où l'on peut facilement gagner la forêt, l'Angleterre, profiter des rives et du parc régional des Boucles de la Seine, lors de plaisantes balades à vélo, de randonnées au fil de l'eau, des bocages, de fermes en villages, tous plus impressionnistes, réalistes ou romantiques les uns que les autres.

De l'eau a coulé sous les ponts de la Seine depuis que le premier bateau a accosté à Rouen. Le port maritime est désormais également une escale de plaisance. Inauguré en 2008, le port de plaisance, agrandi en 2013 (100 anneaux aujourd'hui) donne une autre corde à l'arc rouennais et contribue à renforcer l'attractivité des quais de Seine, au même titre que le 106, le Kindarena ou l'éco-quartier Flaubert. Son aménagement a permis de valoriser un espace portuaire délaissé et représente désormais un atout supplémentaire pour la capitale de Normandie. Ainsi la Seine à Rouen offre ses quais, ses berges, ses chemins de halage, ses îles et marque le paysage de la métropole qu'elle partage en deux rives distinctes. La Seine fait également le lien entre les nombreuses communes du territoire. Du Trait à Sotteville sous le Val, elle dévoile une multitude de visages qui ravissent les amoureux de plaisance et de nature. Vous pouvez rejoindre La Bouille, Sahurs, Saint-Martin de Boscherville, Jumièges, Freneuse ou encore Elbeuf aux paysages immortalisés par les Impressionnistes.

Le couvertHaut de page
GF1

Il n'y a pas que le canard à la rouennaise dans la gastronomie de la ville, même s'il se mange des milliers de ces gallinacées chaque année à Rouen ! La ville est connue pour abriter plusieurs restaurants haut de gamme et les chefs rivalisent de talent pour magnifier les spécialités locales traditionnelles mais aussi innover. Dans un grand nombre d'établissements de haute gastronomie, plusieurs restaurants de poisson font le bonheur des gastronomes.

Découvrir ParisHaut de page

A Paris, chaque année, été et hiver confondus, le tourisme fluvial touche plus de 8 millions de Parisiens et de touristes. Plus que la tour Eiffel elle-même ! Grâce à un réseau de 34 escales, dont 22 dans le seul bief de Paris, destiné à accueillir des activités de transport de passagers, des activités d'animation et de loisirs gérées par HAROPA - Ports de Paris, la Seine reste l'un des atouts touristiques principaux de l'Ile-de-France et le tourisme fluvial à Paname est plein de vitalité. A Paris, près d'un touriste sur trois profite des offres de croisières et d'animation-loisirs proposées sur les voies navigables d'Ile-de-France. Le dynamisme des professionnels du secteur qui innovent toujours pour répondre à la demande des clientèles françaises et étrangères est au coeur de cette réussite.

De nouvelles croisières à thème sont organisées par les différentes compagnies : une chasse au trésor pour les enfants, la découverte des peintres impressionnistes, des dîners spectacles de plus en plus originaux... En outre, le réaménagement des berges sur la rive droite permet le développement d'activités de loisirs fluviaux dont la terrasse des Nautes et le Batostar. Même dynamisme sur les berges rive gauche et le port d'Austerlitz.

HAROPA - Ports de Paris s'engage auprès des professionnels du secteur, des collectivités territoriales et des acteurs de la voie d'eau, pour contribuer à faire de l'axe Seine un territoire touristique toujours plus attractif. Concernant la croisière avec hébergement, une vingtaine de paquebots naviguent sur la Seine.

Somme toute le tourisme fluvial en Ile-de-France, c'est une soixantaine de compagnies de bateaux à passagers et une flotte de plus de 110 bateaux pour des promenades commentées avec ou sans restauration, des croisières, des réceptions et séminaires embarqués, une trentaine d'entreprises et d'associations qui exploitent des établissements flottants recevant du public à quai pour des réceptions, des séminaires, des animations musicales et théâtrales, de la restauration, des discothèques et des lieux d'exposition. Des bar-péniches et des restaurant-péniches qui ont leurs adeptes vous attendent sur les quais de Seine, à Paris, au niveau, notamment, des ponts Marie, Charles De Gaulle, Alexandre III, Tolbiac, du Carroussel, de Suresne, ou de la passerelle Simone de Beauvoir. On peut citer parmi d'autres : Playtime, La Balle au Bonde, le Petit Bain, le Batofar, le River's King, le Rosa Bonheur, la Dame de Canton, l'Improviste, la Nouvelle Seine.

Retrouvez toute l'offre de loisirs sur www.loisirs-en-seine.com, un site Ports de Paris.

À vélo à la conquête des ponts et statues de Paris

Vous n'avez pas de vélo ? Munissez-vous d'un Vélib', et c'est parti pour une promenade au bord de l'eau, à la découverte des ponts et statues parsemées le long de la Seine ! C'est au niveau de l'île Saint-Louis que l'on se met dans le bain, avec pour commencer la statue du pont de la Tournelle. En partie submergé en 1910, celui-ci a été reconstruit au milieu des années 1920 par les architectes Pierre et Louis Guidetti. Direction maintenant l'extrémité de l'île de la Cité et la statue du Pont-Neuf : cette oeuvre représentant Henri IV fut la première statue royale rétablie dans la capitale après la Révolution et l'Empire. Poursuivez ainsi vos découvertes historiques et architecturales en rejoignant successivement le pont du Carrousel, le pont Alexandre-III, le pont des Invalides, le pont de l'Alma, les ponts d'Iéna, de Bir-Hakeim et de Grenelle, et enfin le pont Mirabeau. Tous arborent de prestigieuses statues. Renseignements auprès de la Mairie de Paris ou de l'office de tourisme.

Les canaux et la Seine tout un biotope

On entend les mouettes à Paris. Elles remontent de la mer par la Seine. Bien d'autres espèces ont colonisé ou viennent en migration sur les berges des cours d'eau parisiens ajoutant à la biodiversité des espaces verts de la ville. On recense 303 espèces végétales sur l'ensemble du territoire des seuls canaux parisiens, soit une diversité assez faible vu la faible étendue de ce territoire, dont une douzaine d'espèces rares : le brome faux-seigle, l'épinard sauvage, la chondrille à tige de jonc, la porcelle glabre, la menthe pouliot, la montie des fontaines, l'herbe-aux-chats, le pavot argémone, l'hydrocharis morène, le laiteron des marais, le rubanier émergé, ou encore le potamot noueux. On peut y observer 90 espèces d'oiseaux en période de nidification, dont le héron cendré. Mais l'espèce la plus répandue reste le canard colvert. Parmi les espèces protégées, des reptiles comme le lézard des murailles ou la couleuvre à collier et des amphibiens, tels que la grenouille verte et la grenouille rousse.

Paris, propiétaire de canaux

Particularité locale unique en France, la Ville de Paris est propriétaire et entretient un réseau fluvial de 130 km de voies navigables qui traversent cinq départements d'Île de France et de Picardie : le canal de l'Ourcq (97 km de Mareuil-sur-Ourcq à Paris) ; le canal Saint-Martin (4,5km à Paris) ; le canal Saint-Denis (6,6km à Paris) ; le petit canal du Clignon (2 km de Montigny-l'Allier à Neufchelles) ; la rivière d'Ourcq (10 km et située à l'amont de Mareuil-sur-Ourcq) ; des rivières canalisées secondaires (la Collinance, la Gergogne, la Thérouanne, la Beuvronne). De tous temps ces canaux et rivières ont été fréquentés par les promeneurs et les pêcheurs. De nouvelles activités de détente s'ajoutent désormais : aviron, canoë, etc...

Croisières sur la SeineHaut de page
Paris et son port

Outre sa mission de développement de l'activité portuaire et fluviale sur les 600 km de fleuves et de rivières de l'Ile-de-France, le Port autonome de Paris participe activement au développement du tourisme fluvial. En Ile-de-France, ce secteur se caractérise par une prédominance du tourisme collectif (transport de passagers), offrant une gamme variée, de la promenade simple avec ou sans restaurant à la croisière de plusieurs jours, en passant par les croisières à thème et l'affrètement à la demande. Une cinquantaine de compagnies disposent d'une flotte d'une centaine de bateaux de différentes tailles pour un accueil total de 27 000 places. C'est de loin le premier bassin en France, concentrant 22 % des professionnels et plus du quart de la flotte. Cette importance de l'offre, notamment dans Paris intra-muros, permet de réaliser environ 50 % du chiffre d'affaires de la profession sur ce bassin. D'ailleurs, le Port autonome de Paris est le premier port touristique mondial. S'ajoutent les bateaux stationnant le long des berges qui proposent des animations (restaurants, cafés, théâtres, concerts, magie, discothèques). Ils sont plus d'une trentaine dans la région, dont plus de 50 % dans Paris même.

Quelques restaurants de poissons

La capitale ne manque pas de bonnes tables, ni de poisson frais, tout juste arrivé de Bretagne, de Méditerranée ou d'ailleurs. Les chefs rivalisent de talent pour nous appâter. En voici quelques-uns le long de la Seine ou des canaux ou pas trop loin... Outsider, le Rosa Bonheur, guinguette joyeuse sur Seine mais sans poisson ou peu.

Les croisières sur la Seine sont un grand classique des itinéraires touristiques parisiens. En bateau, sur le fleuve, vous voyez la capitale sous un autre angle. Une belle occasion de contempler paisiblement les plus beaux monuments : la tour Eiffel, le Louvre, Notre-Dame... A la tombée de la nuit, le décor prend un air féérique avec les ponts et les quais illuminés. Le canal Saint-Martin possède également un service de croisières au départ du bassin de la Villette, à travers l'atmosphère pittoresque des Xe et XIe arrondissements, jusqu'au port de l'Arsenal, au pied de l'Opéra Bastille.

Se déplacer sur le fleuveHaut de page
Canal Saint-Martin (Paris)Haut de page

C'est le plus petit mais l'un des plus célèbres canaux de France. Autrefois réservé au trafic commercial, le canal Saint-Martin offre un paysage unique, cher aux amoureux de la capitale et un cadre idéal pour une croisière parisienne. Avec neuf écluses, deux ponts tournants, des passerelles type Eiffel, de mystérieuses voûtes et des arbres plusieurs fois centenaires, ce canal évoque le Paris d'antan. Toute une atmosphère... Son fleuron le plus célèbre reste d'ailleurs le fameux Hôtel du Nord, quai Jemmales, classé aux monuments historiques, où fut tourné le film du même nom, réalisé par Marcel Carné (1938). Un lieu de pèlerinage même si le film a été tourné aux studios de Billancourt où le décor du canal avait été reconstitué.

Long de 4,55 m, le canal Saint-Martin coule essentiellement dans les Xe et XIe arrondissements de Paris et relie le bassin de la Villette — et au-delà le canal de l'Ourcq — au port de l'Arsenal, port de plaisance de Paris qui, lui, communique avec la Seine. C'est un canal de petit gabarit destiné, à l'origine, à l'adduction d'eau potable dans la capitale, commandité par Napoléon et inauguré en 1825.

Son entrée est constituée par la double écluse de la Villette située place de la Bataille-de-Stalingrad, près de la rotonde de la Villette. Dans sa partie à ciel ouvert, il est bordé par les quais de Valmy et de Jemmapes. Le bassin Louis-Blanc est supporté par un lit maçonné sur des pilotis. Le canal Saint-Martin est couvert à partir du boulevard Jules-Ferry, puis passe sous le boulevard Richard-Lenoir et enfin sous la place de la Bastille pour s'ouvrir sur le port de l'Arsenal.

Le canal et son environnement avec des passerelles romantiques, où s'amoncellent les cadenas des amoureux, une longue coulée verte, des voûtes mystérieuses et l'eau qui coule constituent l'un des atouts touristiques importants de Paris. Le canal lui-même sert essentiellement au transport de passagers pour des croisières touristiques, très peu pour le transport de marchandises. Il est ouvert 363 jours par an. Les Parisiens apprécient de pique-niquer ou de prendre un apéritif sur ses berges. Dans le cadre de l'opération " Paris respire " organisée par la Mairie de Paris, ces berges sont d'ailleurs fermées à la circulation durant la journée les dimanches et jours fériés du premier dimanche du mois d'avril au dernier dimanche du mois de septembre, du premier dimanche du mois d'octobre au dernier dimanche du mois de mars, pour le plus grand bonheur des piétons et des cyclistes.

Un havre pour les réfugiés

On ne peut taire, puisqu'il est devenu également célèbre pour cela, que le canal Saint Martin a vu depuis 2006 l'installation de centaines de réfugiés arrivés en France depuis l'Afghanistan et d'autres pays d'Asie centrale. Leur situation a mobilisé de nombreuses associations, des particuliers et tant bien que mal les services publics. Le 20 juillet 2010 au petit matin, les CRS, la mairie de Paris et l'association France terre d'asile ont mené une opération conjointe pour détruire les camps situés le long du canal. Toutefois le quai de Jemmapes continue d'accueillir un nombre important de migrants venus d'Asie centrale et du Moyen-Orient. Le problème est en amont, on le sait. Les quais des canaux ne sont pas prêts à rompre avec leur nouvelle vocation de terre d'asile.

Bassin de La Villette (Paris)Haut de page

La rubrique détaillée concernant le bassin de la Villette se trouve dans le chapitre consacré au canal du l'Ourcq.

Haute SeineHaut de page

Naviguer sur la Haute Seine - 98 km et 8 écluses - ne manque pas de charme : vous croisez Barbizon, Milly-la-Forêt, Moret, autant de sites qui impressionnèrent les... Impressionnistes. La Haute Seine débute à Montereau-Fault-Yonne où l'Yonne, puis un peu plus loin le Loing, la rejoignent. À partir de Thomery, on pénètre dans la forêt de Fontainebleau, puis la banlieue et ses zones industrielles annoncent la proximité de la capitale. Barges et péniches accompagnent votre entrée dans Paris.

Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne)Haut de page

L'ancienne ville antique - l'Urbs antica Condate Senonum des Romains, la Condate des Celtes - a de tout temps bénéficié de son emplacement au confluent de l'Yonne et de la Seine. Edifié au VIe siècle là où l'Yonne - fault - rejoint la Seine, un petit monastère - monasteriolum - dédié à saint Martin lui donne son nom. Montereau est connue pour ses faïences et ses gisements de sable. La présence de la pierre et de l'argile a autorisé le développement de poteries, tuileries, briqueteries et fours et la création de manufactures. Une activité qui a disparu dans les années 1950 et dont le musée de la Faïence garde la mémoire.

Deux faits ont marqué l'histoire de la ville : l'assassinat, le 10 septembre 1419, par les troupes du dauphin, de Jean sans Peur, duc de Bourgogne, sur le pont de l'Yonne, et la bataille que livra Napoléon Ier aux armées coalisées le 18 février 1814, ultime victoire de l'empereur.

Montereau reste une ville préservée en sa ville basse où l'on peut admirer les rues piétonnes bordées de vieilles maisons à pans de bois, le logis du " Grand Cerf " - rue des Granges -, l'ancien grenier à sel - rue de la Poterie -, la maison de la Charité - rue du Petit Chaudron -, la maison au cadran solaire - rue Casanova -, et les murs peints en trompe-l'oeil qui, chaque année, se font un peu plus nombreux, celui du musée de la Faïence, celui de la bibliothèque municipale et d'autres le long du trajet vers le belvédère de Surville méritent le détour. Quant à l'ancien château, situé au confluent de la Seine et de l'Yonne, il devrait être réhabilité et transformé : on parle d'un musée d'histoire de la ville, d'un restaurant et peut-être même d'un atelier pour les artistes. Chaque année en juin, Montereau s'anime lors de son festival Confluence.

Halte fluviale.

office de tourismeHaut de page
Les randonnées des Deux Fleuves

La communauté de communes du même nom a édité des cartes pour chacun des itinéraires de randonnée de 6 à 18 km à pied, en VTT ou à cheval aménagés pour les balades en famille ou les sportifs. C'est ainsi plus de 200 km d'itinéraires balisés et ponctués de monuments remarquables à découvrir et d'espaces naturels à parcourir. Le TopoGuide® des deux territoires de Montereau et de Moret-sur-Loing, en vente à l'Office de tourisme, recense un total de 33 itinéraires de randonnée élaborés en partenariat avec la Fédération Française de la Randonnée Pédestre et le Comité Départemental de Randonnée de Seine-et-Marne. Retrouvez tous ces itinéraires sur votre smartphone en téléchargeant l'application ARCGIS puis rechercher CC2F, à l'Office de tourisme Intercommunal des Deux Fleuves ou dans les mairies du territoire.

Saint-Mammès (Seine et Marne)Haut de page

Deuxième ville batelière d'Ile-de-France derrière Conflans-Sainte-Honorine, terre de mariniers, Saint-Mammès a conservé son charme des années glorieuses. Située au confluent de la Seine et du Loing, son destin fut étroitement lié au transport fluvial. De nombreux vestiges carolingiens ou néolithiques découverts sur la commune attestent d'une occupation très ancienne du site. Il y aurait même eu une occupation viking, sans doute à cause de cette position de carrefour fluvial. Aujourd'hui, de nombreuses péniches habitées sont amarrées sur les quais et l'ancienne écluse de 1724 et sa maison éclusière gardent la mémoire de la batellerie. Suite au recul de cette activité, la ville s'est tournée vers la plaisance et le tourisme fluvial, valorisant une histoire et un potentiel qui lui confèrent une identité forte.

Idéalement situé en amont de Paris et de Fontainebleau, au confluent de la Seine et du Loing, le port de Saint-Mammès est le point de départ parfait pour découvrir les canaux du Loing, de Briare, du Nivernais ou de Bourgogne. L'Yonne et la Seine vous réservent également de très belles navigations. La halte fluviale de Saint-Mammès offre aux plaisanciers une infrastructure en concordance avec celle de Moret-sur-Loire, la ville jumelle et cité médiévale à découvrir. C'est un camp de base parfait pour la découverte de Fontainebleau, de sa forêt et de Barbizon.

Barbizon (Seine-et-Marne)Haut de page

Jules Breton (1827-1906), peintre d'origine paysanne, qualifiait Barbizon de " Bethléem de la peinture moderne ". C'est aujourd'hui plus modestement le Village des peintres. Important foyer de la peinture pré-impressionniste et coloriste au même titre qu'Auvers-sur-Oise ou Villiers-sur-Morin, Barbizon vit arriver dans les années 1820 les premiers peintres déçus par l'académisme de la capitale. Souhaitant développer une communion entre nature et art, encouragés par l'avènement du train leur permettant de joindre facilement Fontainebleau et sa forêt, ils choisirent ce lieu lumineux autant que méconnu. Pour les accueillir, leurs premiers hôtes furent les chaleureux époux Ganne. Jean-Baptiste Camille Corot, Théodore Caruelle d'Aligny et Paul Huet furent bientôt rejoints par Narcisse Diaz de la Peña, Honoré Daumier, Jean-François Millet, Théodore Rousseau, Olivier de Penne, le Suisse David Sutter, Antoine Barye... De 1849 à 1875, quelque soixante artistes fréquenteront le village, surnommé alors Montmartre-sous-Bois. On parla ensuite de l'école de Barbizon pour qualifier le courant impressionniste qu'ils avaient initié. Aujourd'hui, au 92 de la Grande-Rue, le musée de l'Auberge Ganne (musée de l'école de Barbizon) reste, pour de nombreux passionnés de l'impressionnisme, français et étrangers, un endroit mythique. En lisière de la grande forêt, incluse dans le parc naturel régional du Gâtinais, Barbizon, 1 300 habitants, est une escale à ne pas manquer.

Melun (Seine-et-Marne)Haut de page

" Qui tient Melun tient Paris ! " Ce vieux dicton médiéval évoque l'importance historique de Melun. Point stratégique entre le comté de Champagne et le fragile domaine royal, Melun a tenu une position d'une extrême importance. Dès le Xe siècle, les Capétiens font construire le château royal, à la pointe de l'île Saint-Étienne. Lieu de villégiature très apprécié des rois de France, il tombe en désuétude au XVIe siècle. Démantelé peu à peu, il est entièrement détruit au XIXe siècle. Il s'en était pourtant fallu de peu pour que Melun devienne capitale de la France à la place de Paris. Des personnages illustres ont séjourné dans la ville, dont Abélard, Jacques Amyot, humaniste et grand traducteur de textes antiques, dont on peut voir la statue devant l'hôtel de ville, ou le sculpteur Michel-Henri Chapu... C'est aussi devant l'hôtel de ville que Louis Pasteur confirma publiquement l'expérience sur la vaccination charbonneuse des moutons. Aujourd'hui, préfecture de la Seine-et-Marne, Melun est une ville à double visage. Proche des extensions des villes nouvelles et des grandes cultures céréalières au nord, elle a gardé au sud son charme de ville agreste aux confins de la forêt de Fontainebleau. Ces dernières années, des bâtiments très novateurs ont vu le jour sur son île comme le palais de justice ou la médiathèque L'Astrolabe.

Le port fluvial de la Reine Blanche, inauguré en 2007 sur l'île Saint Étienne, achève de redonner vie à ce site qui fut à l'origine de la ville.

Du Brie et du miel made in Melun

Le Brie de Melun. Il n'y a pas que celui de Meaux ! Le Brie de Melun est un fromage au lait cru de vache. Sa croûte fine est recouverte d'un feutrage blanc (la fleur) parsemé de stries ou de taches rouges ou brunes, résultant d'un affinage bien conduit. Il faut 14 litres de lait pour faire un M'lun, présenté nu sur paillon. Le Brie de Melun, dont l'origine est très ancienne, est souvent considéré comme l'ancêtre de tous les fromages de Brie. Autrefois, la préparation se faisait à la ferme. De nos jours, cinq fromageries dont deux fermières ont pris le relais, en conservant les traditions de fabrication et d'affinage propres à l'Appellation d'Origine Protégée. Le Brie de Melun est un fromage à égouttage lent, fabriqué par caillage avec de la présure et subissant une coagulation de 18 heures au moins. Salage au sel sec exclusivement. La pâte obtenue est très fragile, et doit être manipulée avec beaucoup de précaution. Le moulage se fait manuellement à la louche. L'affinage dure cinq semaines au minimum. La production annuelle progresse chaque année et atteint aujourd'hui 250 tonnes. En 1980, il a obtenu une AOC. Le Brie de Melun a sa Confrérie de Chevaliers : www.confreriebriemelun.fr

Le miel de Melun. Le rucher de Melun se compose de 20 ruches situées principalement aux serres municipales. La présence des abeilles en ville est un beau garant de la qualité de la biodiversité à Melun. Cet insecte est indispensable pour la pollinisation des fleurs et des arbres fruitiers. L'installation de ces ruches a aussi un but pédagogique car les enfants des écoles peuvent venir découvrir la vie d'une ruche, comprendre comment les abeilles transforment le nectar de fleurs en miel, s'initier à l'apiculture, découvrir le chemin du miel de son extraction à sa mise en pot. Renseignements : Service Espaces Verts de la Ville au 01 60 68 92 88.

office de tourismeHaut de page
Le port de la Reine Blanche

Le Port Fluvial de la Reine Blanche, quai de la Reine Blanche (en hommage à la reine Banche de Castille morte en 1252 à Melun) accueille les bateaux à passagers, les bateaux d'activité et les bateaux de plus de 20 mètres. Il accueille aussi du 20 mars au 20 octobre les bateaux de plaisance jusqu'à 20 mètres : 14 emplacements sont proposés pour un séjour maximal de 10 jours.

Évry (Esonne)Haut de page

Avant d'être inscrite dans le plan global d'équilibrage de l'urbanisation francilienne et de prendre des allures de banlieue, Évry était un bourg. Madame de Montespan y possédait un château ; elle l'avait fait édifier sur le domaine que lui avait offert Louis XIV. Le Roi Soleil, puis Louis XV et le tsar Pierre le Grand y furent accueillis. La création de la ville nouvelle fut décidée en 1965, pour " désengorger Paris ". L'idée était d'instaurer un lieu de vie, proposant du travail et des services publics, en évitant le phénomène des banlieues-dortoirs. La ville est alors prétexte à un vrai laboratoire d'urbanisme : de nombreux grands noms de l'architecture internationale s'y essaient au fil des décennies. Evry c'est aussi un port important de 4 000 mètres de quais, 4,1 hectares, dont 2,9 sont dédiés à l'implantation d'entreprises BTP, métallurgie). Par ailleurs, le cadre des bords de Seine parachève un cadre de vie qui est de mieux en mieux mis en valeur. Évry compte aujourd'hui près de 53 000 habitants.

Le port d'Evry est occupé par les bateaux de commerce, mais dispose d'un embarcadère pour les bateaux à passagers et les plaisanciers peuvent s'amarrer à l'orée de la ville dans l'espace naturel de l'île de Port aux Cerises.

Barques ou canoës dans l'Essonne

Au Domaine départemental de Chamarande

Ce domaine de 98 hectares est labellisé " jardin remarquable ". Une activité de canotage est proposée. Vous ramez sur le canal des amoureux, le temps de la promenade. Ce canal est situé en lisière de forêt, à côté de l'entrée du château. Cinq embarcations sont à votre disposition gratuitement. La balade dure de 20 à 30 minutes et vous immerge dans la quiétude de ce lieu charmant agrémenté d'une jolie passerelle.
Domaine départemental de Chamarande
38 rue du Commandant Arnoux
91730 Chamarande
Tél. 01 60 82 52 01
www.chamarande.essonne.fr
Ouverture : du dernier week-end de mai au dernier week-end de septembre.

A la Propriété Caillebotte

Au programme de romantiques promenades en barque. Les plus audacieux se risqueront sur un canoë pour une balade sur l'Yerres. Rendez vous à l'embarcadère du Parc Caillebotte ! Au cours de votre visite, vous pourrez découvrir ou redécouvrir le site exceptionnel de la propriété, domaine ayant appartenu à la famille du peintre impressionniste.
Propriété Caillebotte
8, rue de Concy
91330 Yerres
Tél. 06 19 37 43 24 ou 01 69 39 28 47
www.nature-loisir.fr
Sans réservation, de mai à septembre. Payant

Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne)Haut de page

Deux cours d'eau mouillent Villeneuve-Saint-Georges : la Seine qui, au Moyen Âge, pouvait être traversée à pied au gué de Villeneuve et l'Yerres qui prend sa source au sud-ouest de Coulommiers, chemine durant 88 km avant de se jeter dans la Seine à Villeneuve-Saint-Georges. Ainsi bordée par la Seine, Villeneuve-Saint-Georges offre un site de promenade de charme. Les berges de Seine ont effectivement fait l'objet d'une réhabilitation à grande échelle avec le concours du Département du Val-de-Marne sur 2 200 mètres du Port Bergeron, à l'amont, à la limite de commune avec Choisy-le-Roi, à l'aval. Il s'agissait de préserver et renforcer la valeur écologique des berges tout en créant une piste cyclable. Les citoyens sont impliqués, sous la tutelle de l'association OSE, ils participent chaque année, au printemps, à un nettoyage des berges, le long du quartier de Triage, afin de permettre à la végétation rivulaire de prospérer.

La commune abrite l'un des ports de Paris (HaRoPa). Possibilité de passage de permis de bateau.

Créteil (Val-de-Marne)Haut de page

Au Moyen Âge, le territoire de Créteil dépend de seigneuries ecclésiastiques. Un village s'établit autour de l'église construite entre le XIe et le XIIIe siècle. Au XIXe siècle, avec l'industrialisation, le bourg prospère et se transforme en ville. À partir des années 1920, plusieurs nouveaux quartiers d'habitation apparaissent. Lors de la création du Val-de-Marne en 1968, Créteil accède au rang de préfecture. Aujourd'hui, on y trouve le grand hôpital Henri Mondor, ainsi qu'une base de plein air et de loisirs située au bord d'un lac artificiel de 40 hectares, résultat du comblement d'une ancienne carrière, et dont la fonction initiale était de retenir l'eau en cas de crue, mais que la ville a admirablement aménagé. Relié à Paris par le métro, Créteil compte plus de 90 000 habitants.

Port de plaisance.

La MarneHaut de page

Navigable d'Epernay à Charenton, sur 183 km ponctués de 18 écluses, la Marne, rivière placide, offre de belles émotions. Les Romains l'appelaient la Matrone. A l'est du bassin parisien, cette rivière prend sa source sur le plateau de Langres, à Balesmes-sur-Marne (Haute-Marne) et se jette dans la Seine entre Charenton-le-Pont et Alfortville (Val-de-Marne), coulant sur plus de 500 km et donnant son nom à pas moins de 4 départements ! Principal affluent de la Seine, la Marne dessine une jolie vallée ponctuée de charmants villages, quadrillant des collines qu'ils disputent aux bois. À l'approche de la région parisienne, quelques petits canaux shuntent les dernières boucles de la rivière : Chalifert, Chelles, tunnel de Joinville. Le paysage change, mais la banlieue traversée réserve encore d'agréables surprises... et les dernières guinguettes.

La Marne et ses guinguettes

On ne les considère plus depuis longtemps comme des établissements ringards et dépassés. Les guinguettes de la Marne résument à elles seules un certain art de vivre nostalgique et romantique. Des escales de choix pour déjeuner au bord de l'eau dans une ambiance bon enfant et festive. Les berges de la Marne abritent nombre de ces guinguettes mariant musique et gourmandise, plus ou moins sympathiques, plus ou moins touristiques. Le charme d'antan n'est pas toujours au rendez-vous... Voici une sélection de trois adresses qui évoquent les cabarets d'autrefois :

La grand-mère des guinguettes

Sur l'air de C'est la Java Bleue, la Java la plus... Créée en 1918, la guinguette Chez Gégène est la doyenne des bords de Marne. Implantée à Joinville-le-Pont, cette guinguette a servi de décor pour de nombreux films et vu passer des acteurs dont Jean Gabin, Jean-Louis Trintignant ou Guy Marchand. Le photographe parisien Robert Doisneau a immortalisé à plusieurs reprises cet établissement. Aujourd'hui, on y vient pour manger, mais également pour danser lors des soirées Rétros Variétés. Et toujours des goûters dansants appréciés des seniors.

Chez Gégène, 162 Bis Quai de Polangis, 94340 Joinville-le-Pont, 01 48 83 29 43.

Sur une île

A Champigny, la rue de la plage mène sur les rives de la Marne, à l'ombre des saules pleureurs et des marronniers. Derrière le terrain de boules, il y a une agitation, des éclats de rire, un air d'accordéon : c'est la guinguette ! Nichée sur l'Ile du Martin-pêcheur, dans son écrin de verdure, elle vous attend. Vous devez emprunter une passerelle pour franchir le petit bras de rivière où filent cygnes et canards. Royaume de la guinche ambassadrice des bals popu', cette guinguette existe depuis 1993. A quelques lieues de Paris, au coeur du Pays des Guinguettes®, le petit vin blanc est servi sous la tonnelle et fait pétiller les yeux des midinettes au bras de leur julot.

La Guinguette du Martin Pêcheur, Champigny, 01 49 83 03 02.

Sans façon chez Fifi

C'est la guinguette du Bar de la Marine. A l'orée du port de Neuilly. On passe l'après-midi, ou plus, Chez Fifi. Dans l'assiette, c'est moules frites et friture d'éperlans. Ou un repas à thème, autour de l'Italie par exemple. Ou alors vous choisissez votre menu : menus guinguette, flibustier, corsaire, marine, pêcheur, pirate... Sur la scène, le rock succède au musette selon la programmation de la soirée. On y vient pour l'ambiance et pour profiter de la terrasse ombragée.

Guinguette Chez Fifi, 2 rue Maurice Berteaux, 93330 Neuilly-sur-Marne : 01 43 08 20 31.

Joinville-le-Pont (Val-de-Marne)Haut de page

A proximité de Paris, cette cité de près de 18 000 habitants, doit son nom à François d'Orléans, prince de Joinville, fils de Louis-Philippe. Au cours du XIXe siècle, des guinguettes se sont installées sur les bords de la Marne où les Parisiens venaient danser et s'amuser, comme l'illustre la célèbre chanson populaire que vous fredonnez peut-être en parcourant ces lignes ! Il reste aujourd'hui de nombreux témoignages de cet âge d'or de la ville et la tradition des guinguettes se perpétue le long de l'eau. Les anciens studios de cinéma, mais aussi de télévision, ont également apporté beaucoup de notoriété à Joinville-le-Pont.

Port de plaisance, sports nautiques, location de bateaux.

office de tourismeHaut de page
Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne)Haut de page

Aux portes de la capitale, Nogent est une ville typée de l'Est parisien. C'est la ville " du petit vin blanc ", conviviale, verte et bleue, entre bois de Vincennes et Marne. C'est aussi une station nautique de la Vallée de la Marne qui s'est vu attribuer le niveau Station Nautique 2 étoiles pour la période 2017-2021. Ce label récompense une démarche qualité quant à la promotion d'activités nautiques sur son territoire. À Nogent, l'aménagement des terrasses de la Marne a permis de développer largement les activités nautiques déjà bien présentes avec l'aviron par des initiations au paddle et au kayak par le biais des Tickets Sport pour la population. Les visiteurs profitent aussi de ces infrastructures et de cet environnement fluvial de charme. Les guinguettes et les aires de pique-nique participent à l'ambiance un brin balnéaire de cette cité très nautique.

Au fil de l'eau, les passeurs de rives

Un bateau assure la navette sur la Marne entre le port de Nogent et le Parc du Tremblay à Champigny-sur-Marne. De mai à fin septembre-début octobre. Le passeur transporte une dizaine de personnes à la fois et fonctionne les week-ends de 13h à 20h. Service gratuit.

Également un Passeur de rives à Choisy-le-Roi.

On doit cette animation sympathique à l'association Au Fil de l'Eau qui oeuvre depuis 1982 pour l'éducation populaire, dans le cadre de l'utilisation et de la découverte du patrimoine fluvial. S'appuyant sur ses deux chantiers d'insertion, l'association concilie utilité sociale et prise en compte de l'environnement, qu'il s'agisse de passage ou d'entretien des berges.

Château-Thierry (Aisne)Haut de page

Posée sur les bords de Marne et dominée par les vestiges de son vieux château, Château-Thierry est une ville tout en relief cernée par les coteaux et les vignes. De l'époque gallo-romaine à la Seconde Guerre mondiale, en passant par le temps des seigneurs et les guerres napoléoniennes, son emplacement stratégique fit de cette ville l'objet de nombreuses convoitises. L'église Saint-Crépin, le beffroi de la tour Balhan et l'hôtel de ville constituent le coeur historique de cette cité où est né Jean de La Fontaine.

Avec Canoë-Kayak de l'Omois, Château-Thierry, vous propose de glisser sur l'eau en canoë-kayak. Location de matériel, avec possibilité d'initiation, pour une pratique touristique ou sportive du canoë-kayak sur les cours d'eau de la Marne et du Petit Morin. Ouverture d'avril à octobre, samedi et dimanche sur rendez-vous. Et avec Grimpo'Blanchard, c'est au sommet des arbres que vous allez évoluer. Une escale sportive. En prime, vous réviserez vos fables de La Fontaine.

Depuis 2015 une halte fluviale permet aux plaisanciers de faire escale en centre-ville. Un ponton de 40 mètres pour 4 ou 5 bateaux, une passerelle de 20 mètres, des bornes eau et électricité, tout est prévu !

Épernay (Marne)Haut de page

Epernay est la capitale du Champagne ! Située au carrefour des routes touristiques, Epernay est au coeur du vignoble avec ses 30 000 hectares de production et, en sous-sol, des millions de bouteilles reposant dans 110 kilomètres de caves. L'avenue de Champagne, quartier des grandes maisons de production et du négoce du vin, est aussi connue pour ses immeubles cossus du XIXe siècle dans des styles Renaissance ou néo-classique. Détruite, brûlée et pillée, cette ville sera anéantie aux deux tiers au cours de la Première Guerre mondiale. Maintes fois reconstruite, c'est le XVIIIe siècle et la maîtrise de l'élaboration du champagne qui ont changé son destin.

C'est aussi une ville baignée par la Marne où vous pouvez profiter d'une halte fluviale, d'activités nautiques, de chemins de randonnée et de pistes cyclables sur les berges.

Différentes randonnées pédestres permettent de cheminer à Epernay et aux alentours. On peut se procurer à l'office de tourisme la brochure " Epernay, de vignes en ville " qui propose trois parcours. Également détaillés dans des brochures les circuits fleuris fléchés dans la ville, les coteaux sud d'Epernay ainsi que le sentier de Mutigny non loin de la ville. Enfin, le topo-guide du parc régional de la montagne de Reims ainsi que le topo-guide La Marne à pied sont disponibles. Des itinéraires cyclistes s'ajoutent.

VTT

Rivière du bassin parisien au nord de la France et de Belgique (330 km au total), l'Oise est le principal affluent de la Seine. Elle prend sa source dans le massif forestier du Bois de Bourlers. Navigable sur presque sa totalité et bordée de canaux, elle totalise 104 km en France où elle reçoit la Serre et l'Aisne, longe la forêt de Chantilly avant d'atteindre Pontoise et de se jeter dans la Seine à proximité de Conflans-Sainte-Honorine dans le département des Yvelines. L'Oise a donné son nom à plusieurs départements. Ses berges furent le théâtre de combats âpres durant la Grande Guerre. Elles ont aujourd'hui retrouvé le charme qui inspira les artistes au XIXe siècle. Peintre pionnier ouvrant cette époque, Charles-François Daubigny (1857-1878) achète Le Botin, une péniche atelier à Auvers-sur-Oise. L'auteur du Soleil couchant sur l'Oise, célèbre pour sa recherche en peinture de rivière, a sans doute attiré dans son sillage les impressionnistes à la recherche des reflets de lumière sur l'eau. Camille Pissarro et les siens s'installent en 1866, sa maison hébergera quelque temps la petite famille de Cézanne, son élève, qui trouvera une demeure à Auvers. Dans cette même cité, la maison-clinique du docteur Gachet, accueille Vincent van Gogh, malade, qui y brosse néanmoins 70 toiles avant de mourir. Sa tombe est dans un cimetière du village. Robert-Louis Stevenson et son ami Walter Simpson descendront l'Oise après avoir emprunté le dédale des canaux du Nord à bord de deux canoës, L'Aréthuse et la Cigarette. L'auteur relate cette descente dans le récit Voyage en canoë sur les rivières du nord de la France et de la Belgique (An Inland Voyage). Aujourd'hui, la navigation sur l'Oise, de Compiègne à Pontoise, permet la découverte d'un riche patrimoine : joyaux naturels, monuments historiques, escales de charme...

Au départ de Longueil-Annel et de sa Cité de la Battellerie

Cette petite commune lovée à l'orée d'une île entre l'Oise et le canal latéral à l'Oise L'Oise, au niveau d'une écluse, chère aux bateliers, invite au tourisme fluvial et à la mémoire de la batellerie.

Croisière sur L'Escapade

Ce navire de croisière vous fait découvrir les berges de l'Oise et son patrimoine. Le charme des cités batelières de Longueil-Annel et Pont l'Évêque s'offre à vous avec leurs maisons de briques rouges alignées le long du canal pour mieux s'y refléter. La Cité Impériale de Compiègne vous accueille majestueusement à travers le pont Louis XV, le Pont-Neuf et le nouveau barrage hydraulique de Venette.
Les départs se font de Longueil-Annel vers Compiègne et Pont L'Evêque.

Visite de la Cité des bateliers

Ce musée consacré à la batellerie a été ouvert en l'an 2000. Longueil-Annel, en amont de Compiègne, est un haut-lieu de la batellerie française, devenu un port fluvial important avec la Révolution industrielle, notamment avec la construction du canal latéral à l'Oise entre 1826 et 1831. Le village lui doit son agrandissement. Ses habitants sont souvent des bateliers débarqués, qui vivent dans des maisons de briques rouges au bord de l'eau, et restent ainsi en contact avec le monde de la batellerie. La vie du village est rythmé par les bateaux qui passent. La création du musée fait suite à l'exposition autour de la batellerie organisée en 1992 par Jacques Broutin, un ancien batelier. Suit la création de L'Amicale du Musée de la Voie d'Eau et la volonté de créer un musée. Cela se fera sous la tutelle de la Communauté de communes des Deux Vallées. La Cité se divise en trois espaces : La Maison Musée, La Péniche Musée Freycinet et Les Kiosques sonores et les berges du canal.

La maison musée met en valeur l'importance du village de Longueil-Annel dans le monde de la batellerie. Les grandes innovations techniques sont présentées, ainsi que la lutte des mariniers pour des acquis sociaux et plus généralement la reconnaissance d'un métier. Grâce à des témoignages de mariniers, on se familiarise avec une vie peu commune.

Dans la cale de la péniche Freycinet, le visiteur est plongé dans le quotidien du marinier : le ravitaillement, chargement et déchargement des marchandises, les problèmes et dangers liés à un mode de vie itinérant.

La promenade le long du canal est jalonnée par 5 kiosques sonores consacrés aux lieux et activités de la batellerie. Y sont rappelés les 10 commandements des mariniers et on peut découvrir le fonctionnement d'une écluse grandeur nature.

Compiègne (Oise)Haut de page

Avec la forêt voisine, son grand Palais impérial, son superbe Hôtel de Ville et ses musées, Compiègne est une ville touristique. Son histoire est liée à cette majestueuse forêt de 14 500 ha, lieu de chasse prisé des souverains. Des fils de Clovis à Napoléon III, Compiègne fut fréquentée par les familles royales. Le premier château fut vraisemblablement édifié autour du VIe siècle. À partir du règne de Dagobert (629-638), Compiègne s'impose comme l'un des sièges principaux du gouvernement itinérant des rois francs, mérovingiens, puis carolingiens. Le 5 décembre 1360, Jean le Bon crée, à Compiègne, une nouvelle monnaie qui prend le nom de franc. Le 18 juillet 1429, Jeanne d'Arc entre avec son roi dans la ville conquise, escortée de ses plus fidèles compagnons. Moins d'un an plus tard, cette arrivée triomphale se transformera en débâcle. Venue au secours des Compiégnois assaillis par le duc de Bourgogne, Jeanne d'Arc est capturée puis emprisonnée au château de Margny (sur l'autre rive) où elle restera jusqu'à son transfert à la tour Beauregard (que les Compiégnois nomment communément Tour Jeanne d'Arc si vous la cherchez lors de votre visite). Dès 1751, la ville se dote d'un château. Louis XV le transforme et changera aussi profondément la ville, avec notamment la réalisation d'un pont, plusieurs fois reconstruit, et qui porte son nom en bas de la rue Solférino. A leur tour, les empereurs napoléoniens trouvent un intérêt au château. Napoléon Ier dépense des sommes folles pour le faire réaménager et Napoléon III en fait sa résidence d'automne et un lieu de festivités pour la cour et ses invités.

Ce passé royal et impérial est aujourd'hui valorisé. Vous pouvez aussi admirer l'hôtel de ville, joyau de l'art gothique. Compiègne porte plus tristement les témoignages des deux guerres mondiales, avec la clairière de l'Armistice de 1918 et le Mémorial de l'Internement et de la Déportation du camp de Royallieu. Sa forêt domaniale, avec son allée des Beaux-Monts longue de 5 km dans le prolongement du parc du Palais impérial, et ses charmants villages forestiers dont Saint-Jean-aux-Bois et Vieux-Moulin exercent leur charme.

Compiègne est aussi un port de plaisance récemment rénové et remis en service avec pontons et 72 anneaux pour les bateaux des touristes de passage et de ceux qui font le choix de résider une partie de l'année sur leur embarcation. Près de 300 bateaux par an venus de Belgique, de Hollande ou d'Ile-de-France font halte au port Raphaël Dussart de Compiègne.

Pont-Sainte-Maxence (Oise)Haut de page

Bourgade gauloise très ancienne, Pont-Sainte-Maxence est traversée en son centre par l'Oise, frontière naturelle et stratégique qui structure la cité en deux parties bien distincte : la ville en aval du pont et celle en amont. Elle porte bien son nom car l'histoire de son pont a fortement influencé la ville. Au cours des siècles, ce pont sur lequel passe la route qui relie Paris aux Flandres fut âprement disputé. Le premier remonte à l'an 763. Il possédait dix arches avec un pont-levis et trois moulins, puis en 778, un péage. En 1658, le château seigneurial construit sur l'île en aval du pont fut détruit par les grandes inondations qui frappèrent la région et modifièrent le cours de l'Oise. Au XVIIIe siècle, trois arches du pont furent retirées pour faciliter le développement de la navigation sur l'Oise. Le premier pont moderne de la ville, sans conteste le plus beau, fut construit en 1785, selon les plans de l'ingénieur Perronet, et fut classé Monument historique. Malheureusement, il sauta le 1er septembre 1914. Ce pont d'entre les deux guerres (achevé en 1924) fut lui bombardé le 9 juin 1940. Le pont actuel, inauguré en 1949, mesure 82 mètres de portée et possède une flèche de 14,50 mètres. Le village de Sarron, faubourg de Pont, fut officiellement réuni à la ville le 5 juillet 1951.

L'Oise qui traverse la ville d'Est en Ouest voit le passage des péniches et des bateaux de plaisance. Du printemps à l'automne mais surtout l'été de nombreux bateaux de plaisance traversent notre ville. Bien qu'il n'y ait pas de halte fluviale beaucoup d'entre eux stoppent le soir à Pont-Sainte-Maxence. La ville ambitionne de créer une halte fluviale pour accueillir ces touristes dans de meilleures conditions.

office de tourismeHaut de page
Creil (Oise)Haut de page

Le petit port sur l'Oise s'est métamorphosé avec la révolution industrielle. L'arrivée du chemin de fer au XIXe siècle a entraîné l'implantation de plusieurs industries lourdes et un développement exponentiel de la population. Creil a été sévèrement endommagée pendant la Seconde Guerre mondiale, puis a cruellement souffert de la fermeture de grandes usines dans les années 1980-1990. Les vestiges du Creil d'avant-guerre se trouvent autour de l'île Saint-Maurice à la pointe de laquelle on découvrira le temple d'Amour, charmant kiosque du XVIIIe siècle.

Pour tous ceux qui ne le savent pas, la ville de Creil vise la création d'un port de plaisance dans le cadre d'un nouvel éco-quartier, sur l'emplacement d'une friche industrielle. Ce projet a été honoré par le secrétaire d'Etat chargé des Transports du titre de port de plaisance exemplaire 2016. Les travaux devraient débuter en 2018. A 30 minutes de Paris et à proximité d'une offre touristique exceptionnelle (Chantilly, Senlis, Saint-Leu d'Esserent, Saint-Maximin) et à la porte du Parc Naturel Régional Oise - pays de France aux 3 forêts domaniales, c'est un camp de base idéal.

Le projet de cet " Ec'eau port " s'inscrit dans un espace naturel remarquable à Creil, sur le site de la " Vieille Montagne " face à l'ile Saint-Maurice et aux coteaux boisés de l'Oise. Il va recréer un lien entre la ville et la rivière, à proximité du centre-ville et de la gare. En attendant la ville offre tout de même de beaux sites pour profiter de l'eau et de la verdure : l'Oise, l'île Saint-Maurice, les berges, les coteaux boisés, les squares, les aires de jeux, les jardins familiaux.

Seine maritimeHaut de page

La Seine-Maritime vous offre 123 km de navigation, de Rouen au Havre et en continuant sur le canal de Tancarville un accès à la mer. Débouché du Bassin parisien sur la mer, c'est une voie de transit commerciale importante, fréquentée par des bateaux de tous tonnages. Peu de ponts sur la Seine à partir de Rouen, hormis ceux de Brotonne, de Tancarville et de Normandie. Des bacs suppléent cette absence et participent à l'animation du fleuve. Ils imposent une grande prudence au navigateur. Le fleuve donne accès à des fleurons paysagers, petits villages charmants, marais, bocages, falaises calcaires, cathédrales, abbayes, des joyaux comme Honfleur et au port du Havre, géant en mutation qui vient de fêter ses 5 siècles.

Les pilotes de Seine

Dans l'estuaire de la Seine, des hommes indispensables exercent un métier d'exception, connu depuis l'Antiquité romaine : ils sont pilotes de Seine. Marins locaux expérimentés et doués d'une connaissance absolue du fleuve et de ses dangers, ils sont chargés d'aider les navires à pénétrer dans les ports. Une majorité des 3 500 navires remontent chaque année la Seine parcourant les 120 kilomètres séparant le Port de Rouen de la mer. 22 à 26 millions de tonnes de trafic maritime empruntent ainsi la voie d'eau totalisent annuellement soit 2,5 milliards de tonnes-kilomètres épargnant la route. S'ajoute le trafic fluvial. Le maillon indispensable pour assurer la fluidité et la sécurité de ce trafic c'est la Station de Pilotage de la Seine " Rouen - Caen - Dieppe ". Héritière du Pilotage Maritime Français, le Pilotage de la Seine est issu de l'ancienne station de Quillebeuf, autrefois célèbre pour sa fidélité à la couronne de France. Les rapprochements successifs avec les stations de Villequier (1948), de Honfleur (1958), de Dieppe (1976) et de Caen (1991) aboutissent à la structure actuelle.
Les pilotes assurent la sécurité du transit de tous les navires au coeur d'un milieu naturel exceptionnel avec pour objectifs la sauvegarde de la vie humaine, la protection de l'environnement et la protection des installations portuaires. Leur mission repose sur la connaissance intime des zones de pilotage et de la manoeuvre des navires consolidée par une importante formation dispensée tout au long de la carrière de chaque pilote. Responsables de la régulation du trafic en Seine, les pilotes participent à l'efficacité économique du Port de Rouen. L'exécution de 260 journées de sondages réalisées par an entre l'entrée du chenal de navigation et le pont de Tancarville leur permet de fixer les tirants d'eau admissibles en Seine au plus près de la réalité des profondeurs disponibles. Le Pilotage de la Seine compte 59 pilotes.

A Caudebec-en-Caux, peut-être aurez-vous la chance d'assister à la fameuse relève des pilotes : le " pilote aval ", qui a été embarqué au Havre est remplacé par le " pilote amont ", qui guidera les bateaux jusqu'à Rouen, Caudebec se situant sensiblement à mi-chemin des deux ports.

Rouen (Seine-Maritime)Haut de page

La rubrique détaillée concernant Rouen se trouve dans le chapitre consacré à la Basse Seine.

Berville-sur-Seine (Seine-et-Marne)Haut de page

La commune est située dans un méandre de la Seine, au sein du Parc naturel régional des Boucles de la Seine normande. À Berville-sur-Seine, 550 habitants, le département de Seine-Maritime exploite un bac maritime permettant la traversée de la Seine jusqu'à Duclair pour les automobiles et les poids lourds. Il faut dire que les ponts les plus proches sur la Seine sont le pont de Brotonne à Caudebec-en-Caux et le pont Gustave-Flaubert à Rouen.

Le territoire communal a été en partie conquis sur la Seine suite à de gigantesques travaux d'assèchement qui permirent, en 1841, de transformer 150 hectares de marais en de magnifiques prairies. Bien sûr, l'omniprésence de l'eau a favorisé le développement d'une grande biodiversité, notamment en matière d'avifaune, qui fit de Berville-sur-Seine un site d'une grande richesse écologique.
L'eau a aussi imposé sa contrainte : le village s'est développé tout en longueur en bordure de la zone non inondable. Au milieu du XXe siècle, les 3/4 des habitants étaient de petits agriculteurs. On dénombrait alors deux cafés, un épicier, un cordonnier, deux vanniers, deux pêcheurs et un préposé au bac. Aujourd'hui, le village abrite toujours deux cafés : un café-épicerie et le café du bac. On vient à Berville pour profiter du calme des berges et pêcher dans les lacs communaux. Et pour emprunter le bac bien entendu.

Caudebec-en-Caux (Seine-et-Marne)Haut de page

Au sein du parc naturel régional des Boucles de la Seine Normande, Caudebec-en-Caux, " Perle du Val de Seine " est une ville de charme. Caudebec, qui signifie étymologiquement " eau froide ", a eu un très riche passé comme en témoignent les antiquités du musée municipal, son église, joyau de l'art gothique flamboyant, et les maisons à pans de bois et à toits penchés des XVIIe et XVIIIe siècles épargnés lors de la Seconde Guerre mondiale qui détruisit 80% de la ville. Caudebec était connue comme le lieu incontournable pour admirer le mascaret, flux maritime qui a désormais disparu du fait de l'endiguement de la Seine. Malgré tout, la ville présente encore beaucoup d'attraits : son centre-ville dynamique et les nombreuses animations qui y sont proposées attirent les touristes, tout comme ses quais aménagés. S'ajoutent des randonnées en bord de falaises. La Fête du Cidre a lieu à Caudebec tous les deux ans, en septembre. Et, tout nouveau, un musée dédié à l'histoire de la Seine vient d'ouvrir ses portes.

office de tourismeHaut de page
Quillebeuf-sur-Seine (Eure)Haut de page

C'est le fief des pilotes de Seine, ces professionnels du guidage des bateaux sur le fleuve. Située dans le dernier méandre de la Seine, à l'embouchure de l'Estuaire et à proximité des ponts de Normandie et de Tancarville, la cité maritime de Quillebeuf-sur-Seine a de quoi vous séduire comme elle le fait depuis des siècles, source d'inspiration pour de nombreux artistes, dont Joseph Mallord William Turner (1775-1851), qui a beaucoup peint la Seine au cours de ses voyages, avec notamment la célèbre toile " Embouchure de la Seine à Quillebeuf " (1833).

La commune de Quillebeuf-sur-Seine doit donc sa vocation de cité maritime à sa situation géographique à l'embouchure de la Seine. C'est la ville entière qui est empreinte de l'histoire et de la vie des marins. Au XVe siècle, Charles VII roi de France, pour remercier les pilotes quillebois de l'avoir aidé dans sa lutte contre les navires anglais, leur accorde un privilège : le droit de pilotage en Seine. Henri IV par charte royale datée de 1596 confirme le fameux privilège du pilotage en Seine en autorisant les Quillebois à désigner 99 d'entre eux comme pilotes le 100e étant le Roi, et décida de faire de Quillebeuf-sur-Seine une place forte dotée de trois maisons fortifiées.
Aujourd'hui, la Grande Rue est bordée de maisons à pans de bois du XVIe. Nombreux sont les motifs sculptés sur les maisons en colombage de la Renaissance (la Sergenterie, la Maison du Paradis, la Maison du Passeur...) ou par les graffitis gravés sur la pierre des passages et des murs intérieurs, donnant sur des cours intérieures.
Les aménagements de l'estuaire ont discipliné le fleuve et le métier de pilote a changé et surtout leur nombre a chuté, mais le souvenir des marins et des pilotes de Seine est encore de nos jours très présent.

Le Havre (Seine-Maritime)Haut de page

La ville du Havre doit tout, ou presque, à deux hommes. L'un, François Ier, l'a créée, l'autre, Auguste Perret, l'a réinventée. L'un en fit un port royal, l'autre la redessina. Entre les deux, cinq siècles d'histoire qui façonnèrent la ville. Car disons-le tout net, Le Havre, ce n'est pas que du béton ; c'est aussi la mer, le port, la plage, de belles avenues et des kilomètres carrés de verdure. Le Havre, c'est toute une architecture mise au service de la population et de son bien-être, entre tradition classique et modernisation, c'est la " poésie réinventée du béton ". Le centre-ville est d'ailleurs le premier ensemble urbain européen du XXe siècle inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l'Unesco.

Le terminal croisières du Havre, quai Roger Meunier, offre la valse d'immenses paquebots. Ici débarquent les touristes pour visiter le Havre et embarquent les passagers pour des voyages au long cours (Azur Croisières, MSC Croisières, Casta Croisières, etc...).

Quant au nouveau port de plaisance de la Ville du Havre, il est situé en plein coeur de la ville à proximité directe de la gare SNCF, des commerces, des docks, de la piscine, et des cinémas.

Les 500 ans du port du Havre

De 1517 à aujourd'hui, le port du Havre a toujours incarné l'ouverture sur le monde. Créé par François Ier notamment pour répondre aux nouvelles perspectives du commerce international, il constitue le lien historique avec la métropole parisienne. Aujourd'hui et plus que jamais, il participe au développement de la vallée de Seine.

Petite chronologie portuaire :

1517 : naissance d'un port. Visionnaire, François Ier ordonne le 7 février 1517 la création d'un havre pour mettre en lieu sûr tous les navires de guerre et de commerce prêts à conquérir le monde. Au fil des siècles, le port se développe. Au gré de l'essor du commerce maritime, les bassins se multiplient, s'agrandissent, s'approfondissent puis s'éloignent du coeur de la ville.

1884 : création des Docks Vauban : 285 640 m2 de surfaces couvertes sont édifiées.

1887 : ouverture du bassin fluvial qui relie le port du Havre à Tancarville.

1909 : inauguration de la gare maritime du quai d'Escale destinée à accueillir les

nouveaux paquebots de la Transat.

1926 : construction par la Compagnie Industrielle et Maritime d'un bassin destiné à

recevoir les premiers navires pétroliers.

Vers 1930, l'ère du pétrole permet le développement de nouvelles activités portuaires. La Seconde Guerre mondiale marque le temps de l'anéantissement. Vient ensuite la reconstruction.

1959 : ouverture du pont de Tancarville... Une nouvelle solution pour traverser la Seine.

1966 : naissance du conteneur par le transporteur routier américain McLean. Depuis les années 20, la marchandise est chargée dans des " cadres ", ancêtres des conteneurs, qui empruntent les trains, camions et autres chariots hippomobiles. Dès 1956, sous l'impulsion d'un entrepreneur américain, le conteneur fait son apparition. Pendant que la mondialisation se met en place, la révolution du transport maritime par conteneurs transforme durablement le port...

1968 : ouverture du terminal de l'Atlantique, premier terminal à conteneurs havrais,.

1971 : mise en service de l'écluse François Ier : la plus grande du monde (643 000 m3).

1976 : inauguration du port d'Antifer en même temps que le Batillus, un super-pétrolier de 550 000 tonnes de port en lourd. On surnomme l'événement " La journée des géants ".

1994 : lancement du projet de Port 2000 pour accueillir les plus grands porte-conteneurs du monde.

2006 : inauguration de Port 2000

2008 : réforme des ports, le Port autonome du Havre devient Grand Port maritime

2012, le Havre rejoint l'alliance HAROPA aux côtés de Rouen et de Paris. Connectée au monde entier grâce à une offre maritime internationale, cette alliance stratégique constitue aujourd'hui le 1er ensemble portuaire français et le 5e en Europe. Les trois ports de l'axe Seine filent désormais vers le même cap.

2017 à demain... Grand port de l'Europe. Fort de toutes ses évolutions, Le Havre conserve sa position de port stratégique. Au-delà de son emprise locale, Il est le 1er port pour le commerce extérieur français.

Cinq siècle après sa création, HAROPA - Port du Havre est devenu le...

- 1er port à conteneurs pour le commerce extérieur de la France

- 1er port mondial pour l'import/export de vins et spiritueux : 1 milliard de bouteilles par an

- 1ère plateforme française pour l'import/export de véhicules

- 2e port d'approvisionnement de pétrole brut pour le marché national : 40% des importations

françaises

Honfleur (Calvados)Haut de page
Le port de plaisance de Honfleur est l'étape du Calvados à ne pas manquer.
Le port de plaisance de Honfleur est l'étape du Calvados à ne pas manquer.

Honfleur comme nul port ailleurs. Honfleur, ville des peintres. Monet, Dufy, Boudin et de nombreux autres ont fait voyager les quais d'Honfleur dans le monde entier. Premier port de la côte fleurie en venant de la capitale, cette ville a attiré le " tout Paris " dès le début du XIXe siècle. Toujours aussi nombreux, les artistes continuent à immortaliser le vieux port. Un lieu qui reste animé en toutes saisons grâce aux nombreux artisans et galeries d'art. Ville forte déjà importante durant la guerre de Cent Ans, Honfleur devient port militaire sous Louis XIV. Port de départ de l'expédition de Samuel De Champlain qui amena la fondation du Québec en 1608, Honfleur est un des grands berceaux de l'exploration des Amériques. La flotte allait pécher la morue jusque dans l'embouchure du Saint-Laurent. Après la perte de Terre Neuve et du Canada au XVIIIe siècle, les activités maritimes se réduisent au cabotage. De hautes maisons normandes serrées autour du vieux port associées à la célèbre luminosité des ciels de Normandie forment un décor qui enchante photographes, peintres et flâneurs.

Honfleur a le privilège d'être à la fois un port maritime et un port fluvial. Les Quais en Seine, à 1km du centre-ville, accueillent des paquebots de croisière. Aujourd'hui, ils sont plus d'une quarantaine à y faire escale (deuxième port de Normandie après Le Havre), permettant ainsi à leurs passagers du monde entier de découvrir Honfleur et sa région. En outre, le " port intérieur ", en particulier le Bassin de l'Est, accueille chaque année près de 200 escales de bateaux de croisière fluviale, en provenance ou à destination de Paris. Une extraordinaire balade le long des rives de la Seine, sur les pas des impressionnistes. La saison des croisières s'étend de mars à novembre.

Rue de la Ville, Honfleur
Rue de la Ville, Honfleur
Port de Honfleur.
Port de Honfleur.

Plusieurs belles petites randonnées pédestres sont à faire au départ d'Honfleur. La chapelle Notre-Dame-de-Grâce et le Mont Joli à 2,5 km et 3,5 km. Le départ se fait place Sainte-Catherine, à travers les rues montantes de Honfleur. Même destination par le chemin des Bruyères, mais distance plus longue : 6,2 km. Le départ est le même que le précédent, ensuite prendre le chemin des Bruyères, chemin typiquement normand et assez sinueux. Autre balade : le Chemin Saint-Nicol ‐ Les Moulineaux, 5,7 km. Départ place Pierre-Berthelot et retour au vieux bassin. En passant, on remarque des constructions à colombages, des fermettes dans les champs de pommiers, une petite rivière, la Claire, et un point de vue sur la Côte de Grâce. Enfin, La Croix-Rouge ‐ Vasouy, 7 km au départ de la place Sainte-Catherine. Belle vue sur l'horizon, l'estuaire de la Seine et la baie de Seine.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis