Le guide thématique Petit Futé FRANCE À MOTO : Au coeur de la Meuse

Au coeur de la Meuse

Circuit 30
Circuit 30

La Meuse est un département rural relativement vallonné et riche en zones boisées. Ici, peu de villes, mises à part Verdun et Bar-le-Duc (qui atteignent péniblement les 20 000 habitants). Bar-le-Duc, dans sa ville haute, est sans conteste la plus agréable à visiter. A l'est, le tracé vous emmène en direction du Parc naturel régional de Lorraine. La Butte de Montsec, outre son monument commémoratif érigé en 1932 en souvenir des offensives américaines de 1918 sur le Saillant de Saint-Mihiel, offre une très jolie vue sur le lac de Madine. Ici commence le pays des mirabelles mais aussi des reines-claudes et des quetsches, particulièrement appréciées pour la confection des tartes et des confitures. Après Verdun, en remontant vers le nord du circuit, vous longerez la " zone rouge ". Cette zone, définie à l'issue de la première guerre mondiale, correspond à la ligne de front du conflit. Elle englobe une dizaine de villages fantômes dont la plupart sont situés sur la rive droite de la Meuse (Beaumont-en-Verdunois, Bezonvaux, Douaumont, Fleury-devant-Douaumont, Haumont-près-Samogneux, Louvemont-Côte-du-Poivre, Ornes, Vaux-Devant-Damloup). Seul Cumière-le-Mort-Homme, que vous traverserez, est sur la rive gauche. Ne manquez toutefois pas de vous rendre au fort et à l'ossuaire de Douaumont. Dans le dernier tiers du circuit, après la butte de Montfaucon, allez également voir la butte de Vauquois. Attention à la conduite en fin de journée et au lever du jour : la Meuse est réputée pour ses brouillards.

Circuit 30 b
Circuit 30 b
Au coeur de la Meuse
Au coeur de la Meuse
Bar-le-DucHaut de page

La fondation de la ville remonte au Ier siècle, lorsque les Gallo-Romains créèrent les Caturiges, sur la voie qui menait de Reims à Toul. Située entre le royaume de France et le Saint-Empire, Bar-le-Duc fut longtemps la capitale du duché du Barrois. Il fallut attendre le Xe siècle et la construction du château, édifié par Frédéric Ier de Haute-Lorraine, pour que naisse un riche quartier aristocratique, en ville haute. Au XIVe siècle, Robert le Magnifique, premier duc de Bar, lui adjoignit la ville basse où se concentrèrent, au cours des siècles, l'économie et les services administratifs. Ville d'Art et d'Histoire, Bar-le-Duc est également le point de départ de la " Voie Sacrée " qui traverse le département en direction de Verdun. A noter qu'un festival important, le Festival Renaissances, se déroule chaque premier week-end de juillet en ville haute.

La vieille ville de Bar-le-Duc vue depuis la côte Sainte-Catherine
La vieille ville de Bar-le-Duc vue depuis la côte Sainte-Catherine
En cas de panneHaut de page

Au IIIe siècle av. J.-C., Verdun est une forteresse gauloise. Son histoire va être marquée par de nombreuses batailles et destructions. Après être devenue romaine et avoir été évangélisée, elle est dévastée par Attila en 451, puis par Clovis en 496, avant de revenir à Lothaire en 843. En 1552, elle est l'un des Trois-Evêchés, avec Metz et Toul, à être occupée par Henri II. En 1648, Verdun devient française et Vauban la fortifie sur ordre du roi. Bombardée par les Prussiens en 1792, elle est occupée jusqu'à la victoire de Valmy. Canonnée à nouveau en 1870 par les même Prussiens, elle capitule après un siège héroïque. Enfin, en 1914, alors qu'elle est devenue la plus puissante forteresse française, elle devient le point stratégique majeur d'une bataille tristement célèbre qui va durer dix mois. A présent, Verdun vit essentiellement grâce à son rôle de lieu de mémoire. Aux beaux jours, les terrasses envahissent les quais. Le centre avec ses rues pavées est animé, et l'on peut partir à la découverte des hauteurs de la cité, depuis lesquelles la vue sur la Meuse est imprenable. Parmi les points d'intérêt majeurs, on peut citer la citadelle, la cathédrale Notre-Dame, le palais épiscopal (le Centre mondial de la Paix), le quai de Londres et le musée de la Princerie. Chaque année se déroule le spectacle " Des Flammes à la Lumière ", dans les carrières d'Haudainville.

La Bataille de Verdun

Peu de temps après le début de la guerre, la ville devient un point stratégique majeur sur la ligne d'arrêt à l'avancée allemande qui s'est dessinée de la mer du nord à la Suisse. L'Allemagne s'inquiète. Elle doit garder l'initiative des opérations sur le terrain afin d'impressionner l'opinion mondiale et ressouder le moral de la population allemande, soumise au rationnement. Au-delà d'une victoire, C'est donc un coup psychologique que souhaite porter en 1916 le général Von Falhenhayn en prenant la citadelle. Le but est d'y amener les troupes françaises et les faire se perdre corps et âme dans la bataille. Celle-ci débute le 21 février 1916 et dure jusqu'à la reconquête des lieux par les Français, le 19 décembre de la même année. Alors que ce sont pour l'essentiel les mêmes corps d'armée allemands qui livreront tout le combat, l'armée française fera passer à Verdun, par rotation, 70 % de ses Poilus, ce qui contribuera à l'importance symbolique de cette bataille et à la renommée du général Pétain qui en commanda la première partie. C'est au général Nivelle que revint le mérite de l'enrayement définitif de l'offensive allemande (juin-juillet 1916), puis de la reconquête du terrain perdu entre octobre et novembre 1916 avec la récupération du fort de Douaumont et de Vaux, aidé en cela par le général Mangin. C'est l'offensive du 15 décembre qui complète le dégagement de Verdun en libérant Louvemont et Bezonvaux. Au total, 377 000 Français et 337 000 Allemands sont tués, blessés ou disparaissent.

MontmédyHaut de page

Par sa situation frontalière, la Meuse est, depuis l'Antiquité, une terre de conflits et de batailles. Les côtes de Meuse et la topographie du Nord meusien sont des obstacles aux envahisseurs venant de l'est. C'est dans ce contexte que s'insère tout naturellement la citadelle de Montmédy.

Stenay se situe à l'orée de la forêt de la Woëvre et voit ses origines remonter à l'époque des Celtes. Fortification romaine, elle traverse les siècles, et séduit tour à tour, Thierry, fils de Clovis qui y fit bâtir son palais, puis Dagobert qui y demeura en 673. Fière de sa tradition brassicole, elle possède aujourd'hui le plus grand musée de la bière du monde.

Montfaucon-d'ArgonneHaut de page
Varennes-en-ArgonneHaut de page

C'est dans la nuit du 21 au 22 juin 1791 que Louis XVI, en fuite, fut reconnu et arrêté avec sa famille, à l'emplacement de l'actuelle tour de l'Horloge. Une plaque évoque cet épisode historique, ici et à l'emplacement de la maison du procureur Sauce, chez qui le roi passa la nuit avant de retourner à Paris. Son projet était de rejoindre des troupes restées fidèles à la monarchie à Montmédy.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté