Le guide : FRANCE À MOTO : Au cœur du Luberon

Au cœur du Luberon

Circuit 77
Circuit 77

Le massif du Luberon s'étire sur 60 km entre Manosque et Cavaillon, avec une largeur moyenne de seulement 5 km. Il est donc relativement facile d'en faire le tour et de découvrir les nombreux points d'intérêt qui jalonnent les environs. La première partie du tracé vous permettra une belle observation du massif à partir des flancs des monts du Vaucluse dont il est séparé par la vallée d'Apt. C'est dans cette même première partie que vous passerez successivement devant l'observatoire de Haute-Provence, Simiane de Rotonde et le Colorado provençal de Rustrel, avant d'atteindre Roussillon, célèbre pour ses magnifiques couleurs ocre et classée parmi les Plus Beaux Villages de France. Après une visite incontournable de la ville, reprenez votre route en direction de Venasque par le col de Murs et la combe de Vaulongue. Dans le même périmètre restreint, ne ratez pas Gordes, l'abbaye Notre-Dame de Sénanque et le village des Bories, puis faites un crochet par Fontaine-de-Vaucluse pour aller voir la plus grande source de France, au pied d'une falaise de plus de 230 m. Rejoignez-ensuite Cavaillon et offrez-vous une petite incursion dans le massif du Luberon via Vidauque et la route des crêtes. Après ce joli tour, retrouvez la D973 sur quelques kilomètres avant de bifurquer, d'abord sur la D32, en direction de Salon-de-Provence (qui peut mériter un arrêt en fonction du temps consacré à votre périple). A Pelissanne, prenez la D15 puis remontez vers La Roque-d'Anthéron et l'abbaye de Silvacane. Faites une boucle par Pertuis en longeant la Durance et la partie sud du massif avant de le traverser en direction d'Apt par la magnifique combe de Lourmarin (n'oubliez pas de jeter un coup d'oeil au château Renaissance situé dans le village du même nom). Revenez ensuite vers Manosque en suivant la face nord de la montagne via Cereste, La Bastide-des-Jourdans et Montfuron.

Au coeur du Luberon
Au coeur du Luberon
ManosqueHaut de page

Manosque, à la pointe extrême du Luberon, est pour tous les Provençaux le pays de Giono. Mieux que personne, il a su rendre le caractère de sa ville natale où, selon ses mots, "  les rues circulaient entre les fermes collées les unes contre les autres ". La porte Saunerie, construite en 1382 et où l'on payait jadis la gabelle, accueille le visiteur. Au n°14 de la rue Grande, artère principale de la ville, vous pouvez apercevoir la maison natale de Jean Giono. A voir aussi, la belle église Saint-Sauveur, de style roman provençal, dont les nefs présentent des éléments de décoration gothiques. Il vous est possible de quitter la vieille ville par la majestueuse porte Soubeyran, la plus haute de la ville. Le samedi matin, les rues et placettes sont animées par un marché haut en couleur et aux senteurs enivrantes.

Mane est un joli village situé au coeur du pays de Forcalquier. Ne ratez pas son impressionnante tour de pierre et son clocher de 31 m de haut, l'église Saint-André et sa façade baroque des XVe et XVIIe siècles, ni l'hôtel particulier Miravail datant des XVe et XVIIIe siècles. Remparts, monuments et belles maisons sont tous construits en pierre de Mane qui donne au village une parfaite unité. Surplombant le village, la citadelle de Mane est l'unique fortification féodale complète de Provence.

RoussillonHaut de page

Dominant les vallonnements qui descendent vers la rivière du Coulon, le village est planté au sommet du mont Rouge. Malgré ses portes et ses façades des XVIIe et XVIIIe siècles comme celles de la petite place de la Mairie, malgré son horloge installée au XVIIe siècle sur l'ancienne tour du premier rempart et son église Saint-Michel du XIIe, Roussillon est avant tout une palette de couleurs. L'ocre se retrouve partout, des falaises d'où l'on extrait le précieux pigment, aux murs des maisons aux tons variés, du jaune pâle au rouge éclatant. Tout en haut du village, une table d'orientation permet de profiter d'une vue superbe sur le Luberon et les monts de Vaucluse.

VénasqueHaut de page

Face à l'ancienne voie romaine, dominant la vallée de la Nesque et la plaine de Carpentras, Venasque est considérée comme un des plus authentiques villages de la région. Protégée au Moyen Age par un puissant mur d'enceinte, d'où demeurent seulement trois tours et une porte fortifiée, la cité n'a jamais été conquise malgré son histoire tourmentée. Parmi son patrimoine remarquable, citons le baptistère, classé aux Monuments historiques.

Du haut de son piton rocheux, Gordes, petite ville fortifiée aux origines gallo-romaines, domine toute la vallée du Calavon. Au sommet du village, l'église Saint-Firmin et le château se détachent nettement parmi les silhouettes des maisons en pierre. Précieusement conservées, plusieurs voies caladées se faufilent à travers les hautes demeures, où l'on découvre des voûtes, des portes anciennes, des terrasses et des jardins magnifiques. Classé parmi les Plus Beaux Villages de France, Gordes est un des lieux touristiques les plus fréquentés du département.

Village de Gordes.
Village de Gordes.
Fontaine-de-VaucluseHaut de page

Le site de Vallis Clausa (" vallée close ") inspira le nom actuel de ce village et détermina celui du département. Il est, parmi les sites naturels, un des plus fréquentés du Vaucluse ; en période estivale, les touristes arrivent du monde entier pour voir la plus importante source française. Le village est dominé par les ruines romantiques du château des évêques de Cavaillon (XIVe siècle).

Le mystère de la Fontaine de Vaucluse

De quels réseaux souterrains vient cette source qui compte parmi les plus importantes d'Europe, avec un écoulement total moyen de 630 millions de m3 par an  ? Dès la fin du XIXe siècle, les missions d'exploration se sont succédées pour tenter d'en découvrir le secret. Le commandant Cousteau s'y intéresse et envoie dès 1967 un engin téléguidé, le télénaute, qui plonge à 106 m. A ce jour, le record absolu est détenu par le porte-instrument Modexa qui s'immobilise à 308 m de profondeur, sur un fond sablonneux. Dans le sous-sol, d'importantes galeries et cavités recueillent une grande partie des 900 mm de pluie tombant en moyenne chaque année. Cette considérable masse d'eau semble constituer le réservoir alimentant la résurgence, ce qui fut prouvé avec une certitude quasiment absolue grâce à l'utilisation de colorants sur les eaux de la Nesque dans le Ventoux et des avens des plateaux de Vaucluse.

CavaillonHaut de page

La ville se situe à une dizaine de kilomètres des monts, sur la Durance, dans cette plaine agricole où pousse notamment le fameux melon qui a fait la réputation de la cité. Sous la colline qui la domine, la vaste place du Clos, bordée de terrasses, ne manque pas de charme, de même que les " cours " ou boulevards qui cernent la vieille ville. De jolies maisons à arcades, et d'autres bâtiments comme le tribunal de grande instance témoignent de sa prospérité de jadis. On peut aller voir la cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Véran (XIe-XIVe siècles) ainsi qu'un arc romain, dit arc Marius, datant du Ier siècle après J.-C. A ne pas rater, la synagogue de Cavaillon, l'une des plus anciennes synagogues en France.

Salon-de-ProvenceHaut de page
En cas de panneHaut de page
LourmarinHaut de page

Reconnu comme l'un des Plus Beaux Villages de France, il est le lieu de prédilection de nombreux artistes. Albert Camus (1913-1960) et Henri Bosco (1888-1976) reposent dans le petit cimetière du village. Au gré de la promenade, à travers les ruelles qui convergent vers la butte du castella (le château primitif dont il ne reste que les fondations), on remarque en passant la maison de l'écrivain. Entre le village et le château, se dresse sobrement l'un des plus importants temples protestants de la région. Le village est d'ailleurs appelé " le village des trois clochers " (celui du temple, celui de l'église catholique et celui du beffroi).

Il y a toujours eu une importante vie religieuse au sein de la cité, qui a compté jusqu'à quinze ordres religieux. Ce n'est qu'à partir du XIXe siècle que l'industrie locale se développe véritablement autour des faïences, des ocres et des fruits confits. D'origine médiévale, la vieille ville est ordonnée autour d'une artère principale, la rue des Marchands. La tour de l'Horloge (XVIe siècle), haute de 21 m, a été érigée de 1561 à 1563. La place de la Bouquerie, particulièrement colorée, se trouve très animée lors de du marché du samedi matin. Au gré de la promenade, on croise d'agréables placettes bordées d'hôtels particuliers des XVIe et XVIIIe siècles, comme la place du Septier. Parmi ces belles demeures, ne pas manquer le palais consulaire de Colin d'Albertas (XVIIe) non loin de la cathédrale Sainte-Anne. La porte de Saignon (remaniée au XVIIIe siècle) reste un important vestige de l'enceinte médiévale. La place Jean-Jaurès vous plonge aux sources d'Apt ; vous êtes alors sur le forum antique, et entre les murs exhumés qui contrastent avec des modes d'expression plus modernes, on devine l'axe nord-sud de la ville romaine, première rue de la cité.

Réparations hors circuitHaut de page
CarpentrasHaut de page
Avignon.
Avignon.
Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis