Le guide thématique Petit Futé FRANCE À MOTO : Le Mercantour

Le Mercantour

Le Mercantour
Le Mercantour

Au départ de Barcelonnette par la D902, quittez cette dernière à Pra Loup pour vous engager sur la route du col d'Allos (2 247 m), qui vous réserve une merveilleuse mise en jambe. Profitez du moment de répit que vous offre la D908 entre La Foux-d'Allos et Colmars pour admirer le paysage du Val d'Allos. Après la visite de Colmars, préparez vous au un parcours à sensations qui, via Guillaume, Valberg et quelques petits bourgs bien sympathiques, vous entrainera par 1 000 virages jusqu'a Saint-Sauveur-sur-Tinée, à l'extrémité est de notre circuit. Les gorges de Valabres devraient être un vrai régal. La route qui dessert les grandes stations de ski d'Isola 2000 et Auron vous permettra d'atteindre rapidement Saint-Etienne-de-Tinée. Une nouvelle pause vous y sera profitable avant d'entamer votre ascension vers la cime de la Bonnette (2 802 m) et ses deux cols successifs (col de Raspaillon, 2 513 m, puis col de la Bonnette, 2 715 m). Passé le dernier col, la descente vers la vallée de l'Ubaye et Barcelonnette n'est plus qu'une formalité, avec quelques beaux virages en épingle. Restez très vigilant en admirant le paysage sur les 24 km qui vous séparent de la D900. A savoir avant de prendre la route : tout les vendredis de juillet et août, de 8h à 11h, la route du col d'Allos est réservée à la pratique du cyclisme.

Le Parc national du Mercantour

Le Parc national du Mercantour est connu pour être l'un des parcs nationaux aux paysages les plus sauvages et les plus variés. On y trouve tous les étages de végétation, depuis la végétation méditerranéenne jusqu'aux landes à rhododendrons et aux pelouses alpines, en passant par les forêts de conifères. Il s'étend sur huit vallées et deux départements, les Alpes-Maritimes et les Alpes-de-Haute-Provence, et est limitrophe à l'Italie dans sa partie nord. Son point le plus haut est la Cime du Gélas, qui culmine à 3 143 m, à l'est du tracé que nous vous proposons ici.

Circuit 72
Circuit 72
BarcelonnetteHaut de page

Cernée par les hautes pentes rocailleuses des cimes de l'Ubaye, Barcelonnette doit son nom à Raymond Bérenger V, comte de Barcelone et de Provence, qui fonda en 1231 une bastide baptisée ainsi. Cinq siècles plus loin, la bastide s'agrandira pour devenir Barcelonnette. C'est au milieu du XIXe siècle qu'y débute un important exode de population vers le Mexique. Des commerces de tissus, cajones de ropa (d'imposants magasins de vêtements copiés sur le modèle parisien), sont créés par les émigrants au coeur des principales métropoles mexicaines. Le succès est immédiat et une industrie textile se fonde alors. Les exilés reviennent dans la vallée avec des fortunes colossales. Ils construisent alors de superbes villas de style bourgeois qu'ils baptiseront " villas mexicaines ". Vous pouvez admirer plusieurs d'entre elles dans les quartiers résidentiels de la ville.

En cas de panneHaut de page

Le Val d'Allos constitue la partie la plus sauvage de la vallée du Verdon. Tout proche de la source à 1 400 m d'altitude, le vieux village moyenâgeux d'Allos possède un charme montagnard : n'hésitez pas à vous promener dans ses rues et à découvrir son église romane du XIIIe siècle, Notre-Dame-de-Valvert, ou à la sortie du village, la chapelle saint-Sébastien, la plus richement décorée de la vallée. Vous pouvez aussi monter au lac d'Allos, entouré d'un cirque magnifique au sein du Parc du Mercantour, où vous apercevrez la chapelle Notre-Dame-des-Monts. Après Allos, vous passez le col du même nom à 2 247 m et quittez la vallée du Verdon pour aller vers celle de l'Ubaye par les vertigineuses gorges du Bachelard. Chaque lacet de cette petite route, le long de parois presque verticales, vous rappelle que vous roulez en haute montagne, au milieu de paysages sauvages et dénudés.

Le col d'Allos

Situé à 2 247 m d'altitude, le col d'Allos est l'un des grands cols des Alpes de Haute-Provence. A partir de Barcelonnette, 20 km sont nécessaires pour atteindre son sommet, avec une première partie du trajet qui suit les gorges du Bachelard. La montée est relativement régulière mais comporte plusieurs virages en épingle. C'est de ce col que le Verdon prend sa source.

Cette ancienne ville frontière entre la Savoie et la France est marquée, comme de nombreuses villes ou villages des Alpes - Chambéry, Sisteron, Gap... - par son architecture militaire. Des murailles puissantes qui ceignaient la ville depuis le XIIIe siècle, il ne reste presque rien aujourd'hui. Au contraire, les fortifications menées par les architectes délégués par Vauban à la fin du XVIIe siècle sont demeurées intactes. On remarquera le fort de Savoie - à l'est - et le fort de France - à l'ouest -, ce dernier, contrairement aux plans habituellement dressés par le célèbre ingénieur, n'est pas bâti en étoile. La promenade dans ce petit village de 400 habitants à peine, est très agréable. Les maisons sont hautes et pourvues de greniers ouverts, les soleïados, conçus pour dépasser des remparts et permettre ainsi au linge et à la paille pour les bêtes de sécher plus rapidement. Colmars-les-Alpes frappe par la majesté de ses fortifications. Le fort Saint-Martin et le fort du Calvaire furent édifiés en 1693 et reliés à la ville par des " caponnières ". Vauban, qui avait envisagé des travaux bien avant, reprend le plan et le corrige vers 1700 : deux demi-bastions encadrent la coursive à laquelle aboutit le pont qui franchit le fossé mais aucune modification ne sera apportée faute de moyens financiers.... Depuis cette date, Colmars ne fut plus jamais attaquée.

GuillaumesHaut de page

Construit à la confluence du Var et du Tuébi, Guillaumes est dominée par un éperon rocheux sur lequel se trouvent les ruines d'un ancien château. La bourgade fut desservie, de 1923 à 1928, par la ligne de tramway du Haut-Var, qui empruntait alors les gorges de Daluis pour rejoindre le pont Roberts, sur l'actuelle N202, à une vingtaine de kilomètres de là.

Valberg est une station touristique essentiellement active en hiver, qui développe progressivement des activités d'été, sous l'étiquette de station verte d'altitude. Son intérêt principal réside, pour le motard de passage, dans les différents services qu'elle propose (essence, alimentation, etc.).

Ce village mérite une visite. Au bord d'une paroi rocheuse, il abrite de belles maisons montagnardes avec leurs multiples balcons de bois et leurs auvents. L'église Saint-Etienne, avec son curieux clocher roman, abrite un maître-autel baroque italien. Derrière un tunnel dans la falaise, un pittoresque chemin muletier mène au hameau de Vignols, uniquement fréquenté par les bergers, autre porte d'entrée dans le Parc du Mercantour.

Pour grimper jusqu'à Roure, quittez la D30 peu avant Saint-Sauveur-sur-Tinée. Et prenez la D130. A 4 km, ce village est situé sur un promontoire au-dessus de la rivière Vionène. Belles façades alpines, toitures en lauzes et tuiles de bois. Ce village un peu à l'écart a su préserver sa beauté et son authenticité.

Saint-Sauveur-sur-TinéeHaut de page
Isola villageHaut de page

Situé au confluent de deux rivières, la Tinée et son affluent le Chastillon, le village d'Isola fait face à la belle cascade de Louch. A l'entrée du village, un clocher isolé du XIIe siècle est le seul vestige de l'église Saint-Pierre, détruite par une crue du torrent au XVIe siècle. Parmi les différentes chapelles à découvrir, on peut citer la chapelle Sainte-Anne (XVe siècle), la chapelle Saint-Roch (XVIe siècle) et la chapelle Saint-Pierre-es-Liens (XVIIe siècle).

Saint-Etienne-de-TinéeHaut de page

Ce sont l'avènement de l'automobile et l'élargissement des routes qui permirent à Saint-Etienne de se développer au début du XXe siècle. Après qu'un dramatique incendie l'ait ravagé en 1929, la cité ne dut sa renaissance qu'à une souscription lancée à toutes les communes de France. On peut toutefois encore y admirer certains vestiges architecturaux. Si vous êtes à Saint-Etienne le dernier dimanche de juin, vous pourrez assister à la fête de la Transhumance.

La route de la Bonette, par le versant sud

Ceux qui entreprennent la " traversée des grandes Alpes " ont toujours un pincement au coeur alors qu'ils abordent la route de la Bonette. Le versant sud, à partir de Saint-Etienne-de-Tinée, grimpe sur une distance d'environ 26 km. La partie entre Bousiéyas et le camp des Fourches est composée d'une large série de lacets. Les dernières centaines de mètres présentent une pente à plus de 12 %. Arrivé en haut, après le col de la Bonette, la route circulaire du col de la Cime de la Bonette est la plus haute route goudronnée de France, à 2 802 m. Si vous vous arrêtez pour faire souffler le moteur, il n'y a pas beaucoup à grimper jusqu'à la table d'orientation pour jouir d'un fabuleux panorama. On découvre toutes les grandes cimes des Alpes du Sud, du mont Pelat au Viso, et au nord la barre majestueuse des Ecrins. La descente, sur 24 km, est particulièrement technique en raison des nombreux virages en épingle.

JausiersHaut de page

Pour l'histoire, la commune restera celle des frères Arnaud, c'est-à-dire des hommes qui furent à l'origine de l'exode des habitants de l'Ubaye au XIXe siècle. Jacques Arnaud fut le premier à partir et à s'établir en Louisiane. Son frère s'installa pour sa part à Mexico et connut le succès dans le commerce de l'étoffe. Il fut rejoint par ses deux frères, et la famille fit véritablement fortune : c'est leur retour en nababs qui suscita l'enthousiasme des jeunes de l'Ubaye, désireux de conquérir à leur tour une part du Nouveau Monde.

Réparations hors circuitHaut de page
Digne-les-BainsHaut de page
En cas de panneHaut de page
Plage, marché aux fleurs et vieille ville de Nice.
Plage, marché aux fleurs et vieille ville de Nice.
Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté