Le guide thématique Petit Futé FRANCE À MOTO : Des monts de Guéret au Lac de Vassivière

Des monts de Guéret au Lac de Vassivière

Des paysages vallonnés à n'en plus finir, de superbes forêts et d'innombrables pâturages vous attendent tout au long de ce tracé où la verdure est omniprésente. La Creuse est un des départements les moins peuplés de France et cela se constate également sur ses routes. En dehors du lac de Vassivière, point touristique important, et de Guéret, vous ne devriez pas rencontrer foule ici. Profitez-en pour prendre un bon bol d'air et laissez vous griser par la beauté des paysages en lâchant la poignée : les virages sont nombreux. Sur le chemin du retour, après Saint-Léonard de-Noblat, deux sites sont à signaler : celui du pont du Dognon, un pont de béton qui date de 1929 et qui surplombe les eaux du Taurion, et le puy de Goth, d'où le panorama sur les monts du Limousin et d'Auvergne est splendide. Le climat étant souvent humide dans la région, pensez à vous équiper contre la pluie.

Des monts de Guéret au lac de Vassière
Des monts de Guéret au lac de Vassière
Circuit 52
Circuit 52

Guéret est née en 690, autour d'un monastère qui sera détruit par les vikings au IXe siècle. En 1406, la cité obtient une charte de franchise, avant de devenir, en 1514, capitale du comté de la Marche. De cette époque date le château des Moneyroux, actuellement siège du Conseil général de la Creuse. La Révolution conforte la position de Guéret en tant que ville administrative et judiciaire, qui devient alors chef-lieu du département. Aujourd'hui, Guéret est la préfecture de la Creuse et abrite 15 000 habitants. Ne possédant pas de sites historiques à proprement parler, la ville s'est résolument orientée vers le tourisme vert. Pour cela, les monts de Guéret et le lac de Courtille font partie des destinations nature les plus souvent proposées. S'ajoutent à cela deux attractions destinées essentiellement aux familles : le parc animalier Les loups de Chabrières et le Labyrinthe Géant végétal. La ville possède également un musée d'art et d'archéologie (musée de la Sénatorerie).

En cas de panneHaut de page
BourganeufHaut de page

Bourganeuf doit son développement à l'installation des moines-soldats vers 1160, pour protéger les pèlerins. Elle sera, du XIVe siècle au milieu du XVIIIe siècle, le grand prieuré de la " langue " d'Auvergne, c'est-à-dire la capitale d'une des huit provinces de l'ordre des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem. L'apogée de la cité se situe à la fin du XVe siècle, lorsque le prince ottoman Djem " Zizim " fut accueilli (ou emprisonné) dans la tour qui porte son nom. Au XIXe et au début du XXe siècle, Bourganeuf connut un nouvel essor grâce à l'industrie de la porcelaine et de la tapisserie. Les travaux du physicien Marcel Desprez permettent de transporter par la force hydraulique les eaux de la cascade des Jarrauds jusqu'à la ville. Bourganeuf devient alors une des trois premières villes d'Europe et la troisième en France à être éclairée par l'électricité. Actuellement, la petite ville de 3 200 habitants voit ses activités surtout tournées vers l'agroalimentaire et l'industrie du bois. A voir, au centre-ville, le château du XVe siècle (actuel Hôtel de Ville, où se trouve l'office de tourisme), l'église et la tour Zizim. Rendez-vous également à La Grande Eau, à 500 m du centre-ville, au musée de l'Electrification.

Saint-Pierre-BellevueHaut de page
Le lac de VassivièreHaut de page

A cheval sur les trois départements du Limousin (la Haute-Vienne, la Creuse et la Corrèze), le lac de Vassivière, avec 1 000 ha, est la plus vaste étendue d'eau de la région. Cinq sites sont aménagés pour la baignade et les activités nautiques proposées sont nombreuses. Des animations sont programmées tout au long de l'été. Sur l'île de Vassivière, on trouve le centre international d'art et du paysage, et un parc-parcours de sculptures contemporaines. Le pôle tourisme, à Auphelle, sur la rive ouest, est chargée de l'information du public.

Saint-Léonard-de-NoblatHaut de page

Située sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle et établie à proximité de la Vienne, la ville médiévale de Saint-Léonard s'est implantée autour du tombeau de son saint patron et fondateur, Léonard. La ville, comme la région, ont eu par le passé une activité très florissante grâce a ses nombreuses papeteries et tanneries, et à sa production de porcelaine. Dans la vieille ville, dont les remparts ont disparus, on ne manquera pas la visite de la collégiale, classée au Patrimoine mondial, et le tombeau de saint Léonard, patron des prisonniers. Excentré du centre, au bord de la Vienne, le faubourg du pont de Noblat a gardé tout son cachet avec son pont médiéval du XIIIe siècle, son église et ses maisons anciennes. Pour l'atteindre, vous passerez sous l'immense viaduc du chemin de fer. Un chemin très raide mène, sur la " montagne de Clovis ", aux vestiges de l'ensemble fortifié édifié au XIe siècle par le seigneur-évêque afin de surveiller le passage de la rivière. La vue y est très belle. Plusieurs musées, dans la ville ou à proximité, peuvent mériter un détour : le musée du Chemin de Fer (HistoRail), le moulin du Got et le musée Gay-Lussac (1778-150), grand chimiste et physicien natif de la ville.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté