Le guide : FRANCE À MOTO : Promenade en Charente-Maritime

Promenade en Charente-Maritime

Balade en Charente
Balade en Charente

Cette balade en Charente-Maritime vous mènera de Saintes, Ville d'Art et d'Histoire incontournable, à Rochefort, fortifiée par Vauban, en passant par la superbe côte qui longe l'estuaire de la Gironde, notamment entre Talmont-sur-Gironde et le zoo de la Palmyre, quelques kilomètres après Royan. Entre les deux, un passage par l'ile d'Oléron vous permettra de goûter davantage à l'air du large. De retour d'Oléron, allez voir le fort Louvois et Brouage. De même, entre Rochefort et Saintes, ne manquez pas un arrêt au château de la Roche-Courbon, magnifique.

Circuit 1
Circuit 1

Il y a un peu moins de 2 000 ans, elle est la capitale de toute l'Aquitaine gallo-romaine. L'amphithéâtre et l'arc de Germanicus rappellent cette grandeur passée. Par peur des invasions barbares, l'Empire romain recycle Saintes vers la fin du IIIe siècle en une place-forte. Durant le Haut Moyen Age, elle fait place à une ville chrétienne réduite à l'actuel quartier Saint-Pierre. Après les invasions normandes, l'Abbaye-aux-Dames est fondée, des bourgs se créent, des églises et le pont sont remises en état. Par la suite, Saintes sera l'enjeu de nombreux combats, qu'il s'agisse de la guerre de Cent Ans ou des guerres de Religion. Après avoir été délaissée par Napoléon en 1810, qui lui préfère La Rochelle comme préfecture, la ville connaît un renouveau économique quand elle devient, en 1870, un noeud ferroviaire important. Saintes, aujourd'hui sous-préfecture de Charente-Maritime, est classée Ville d'Art et d'Histoire et se visite essentiellement pour ses ruines antiques.

En cas de panneHaut de page
Talmont-sur-GirondeHaut de page

Talmont est un port et une place-forte de l'estuaire, une ancienne bastide classée parmi les plus beaux villages de France, qui invite ses visiteurs à la découvrir. Son église perchée au bord de la falaise mérite le détour.

Saint-Georges-de-DidonneHaut de page

Saint-Georges-de-Didonne est une station familiale de vacances limitrophe de Royan. Elle offre aux baigneurs 2,5 km de plages de sable blond : celles de Suzac, des Vergnes et la conche des Nonnes, bien protégées par les falaises de Suzac au sud et celles de Vallières au nord.

Vue aérienne de Saint-Georges-de-Didonne
Vue aérienne de Saint-Georges-de-Didonne

Il faut remonter jusqu'en 1092 pour trouver mention de la ville de Royan, petit port actif et convoité pour sa position à l'entrée de l'embouchure de la Gironde. Elle passe sous domination anglaise après le mariage d'Aliénor d'Aquitaine avec Henri II Plantagenêt. Pendant les guerres de Religion, catholiques puis protestants s'en emparent jusqu'à ce que son destin bascule une première fois au début du XVIIe siècle, lorsque les troupes du duc d'Epernon la rasent entièrement. Il assortit cette sentence d'une interdiction de reconstruire sur le site, qui va plonger la cité dans l'oubli. C'est l'apparition des premiers " baigneurs ", dès 1830, qui va sauver une première fois Royan. En 1845, le premier casino est érigé sur la butte de Foncillon. Les parcs de Pontaillac et de Saint-Georges-de-Didonne se construisent, et de somptueuses villas sortent de terre. L'arrivée du premier train de voyageurs en 1875 et la construction du plus grand casino de France en 1883 constituent des coups de pouce supplémentaires à l'essor de la ville, qui devient l'un des rendez-vous du tout-Paris, des Rothschild au prince de Galles, de Sarah Bernhardt à Daudet. Le fabuleux succès de Royan semble ne pas avoir de fin jusqu'à la veille de la Seconde Guerre mondiale, quand la ville est détruite une nouvelle fois par les bombardements. Aujourd'hui, Royan, ville de 18 000 habitants, est une station balnéaire très fréquentée. Avec son casino et ses longues plages, une architecture d'après-guerre unissant béton, fer, verre, modernisme et géométrie, la capitale de la Côte de Beauté fait fi de son tragique passé.

Vue aérienne de Royan
Vue aérienne de Royan
En cas de panneHaut de page
Saint-Pierre-d'OléronHaut de page

Saint-Pierre-d'Oléron est avant tout le centre géographique de l'île. Son port, premier port de pêche de Charente-Maritime, est un des lieux emblématiques de la ville. Des centaines de marins partent en mer toute l'année pour ramener de nombreuses espèces vendues au marché à la criée. Située sur la place Camille-Mémain, la lanterne des morts, édifiée au milieu du cimetière médiéval, est incontournable avec ses 25 m de hauteur. Riche de paysages variés, Saint-Pierre-d'Oléron a inspiré l'un des grands auteurs charentais, Pierre Loti. Ce dernier repose d'ailleurs dans la Maison des Aïeules, rachetée par ses soins en 1899.

Hiers-BrouageHaut de page
A voir / A faireHaut de page
RochefortHaut de page

Quel étrange destin que celui de la ville de Rochefort... Du statut de petit village dans les marais avant 1665 à celui de grand port de guerre français, une ville qui mêlerait prestige et défis ? Pour mieux comprendre, il faut avant tout savoir que Rochefort fut une partie de la ligne de défense de la côte d'Aunis et de Saintonge de la vallée de la Charente. Louis XIV, alors roi de France, désire dominer le monde mais sa flotte est misérable : il charge Colbert de trouver un lieu sur la côte Atlantique capable d'accueillir le plus grand arsenal du Ponant. En 1666, la création de l'Arsenal militaire débute et 4 ans plus tard, des navires sont déjà construits et radoubés. Par la suite, la ville est ceinte de remparts, que les nombreux conflits des XVIIe et XVIIIe siècles inciteront à sans cesse améliorer. L'arsenal s'éteindra progressivement avant de fermer en 1927, ne correspondant plus aux exigences d'une flotte de guerre moderne. Rochefort est ensuite fortement endommagé pendant la Seconde Guerre mondiale et voit son activité péricliter. La reconstruction et la réhabilitation de la Corderie Royale, pièce principale de l'arsenal, à partir de 1976, marque le début du renouveau de la ville qui, avec près de 27 000 habitants, allie aujourd'hui tradition maritime et industrielle avec le tourisme et le thermalisme.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis