Le guide : PECHE : ÎLE-DE-FRANCE – Paris intra-muros (75)

ÎLE-DE-FRANCE – Paris intra-muros (75)

C'est l'une des villes les plus touristiques au monde. Paris n'est cependant pas à proprement parlé une destination piscicole ! Généralement, ce sont les Parisiens qui quittent la capitale pour aller se mettre au vert et pêcher sur des rives moins polluées... Néanmoins, pêcher à la parisienne n'est pas impossible et peut même s'avérer très agréable. On ne le sait guère, mais qu'on se le dise : sous les ponts de Paris passent aussi de très belles pièces. On pêche dans la Seine, dans les canaux et dans quelques lacs. Pour les provinciaux l'idéal est d'arriver en train (www.sncf.com). On rejoint ensuite facilement rives et berges en bus, en métro ou en RER en repérant son itinéraire sur le site Internet de la RATP : www.ratp.fr.

LES DIFFÉRENTS SPOTSHaut de page

Les touristes ne s'en doutent pas, mais la Seine (domaine public en seconde catégorie) est très poissonneuse, y vivent des carpes, des brochets, des silures et aussi de beau gardons, des brèmes, des tanches... On peut même y pêcher, mais c'est rarissime, des truites ! Ainsi, le fleuve qui traverse la capitale est loin d'être négligeable au niveau du potentiel piscicole malgré une forte concentration urbaine, et un cadre qui, au premier abord, n'est guère en adéquation avec l'idée que l'on se fait de la pêche. Le chant des oiseaux est remplacé par les klaxons, mais il y a quelque chose de surnaturel à pêcher au pied de Notre-Dame, du Louvre ou de la tour Eiffel. N'oubliez pas l'appareil photo car la moindre est prise est l'occasion de se faire tirer le portait devant un monument parisien avec un poisson en main !

La pêche dans Paris demande un matériel léger parce qu'il faut souvent se déplacer. Préférez une petite canne et quelques boîtes à leurres et appâts, moins encombrants et plus discrets dans les transports en commun. Batobus, Velib, taxi, métro, RER, les possibilités sont multiples pour aller d'un spot à l'autre. Mieux vaut pratiquer le matin tôt ou le soir tard, quand le ballet des bateaux-mouches est moindre. Attention à ne pas vous faire piéger par la lumière artificielle de la ville... Les heures légales (une demi-heure avant le lever du soleil et une demi-heure après le coucher) sont en vigueur à Paris comme dans le reste de la France ! Juillet et août, lorsque les habitants désertent la capitale sont les meilleurs mois pour pêcher à Paris. On se croirait presque à la campagne, surtout le long des certains canaux et bien entendu dans les bois sur les berges des lacs ! Attention, l'hiver, la Seine grossit et il convient d'adapter et de consolider son matériel. Mais les prises restent fréquentes même au plus fort de l'hiver car la température de l'eau de la Seine descend rarement très bas.

Certains - version marseillaise ! - disent qu'il y a plus de carpes, silures, sandres, perches et brèmes dans la Seine que de Parisiens dans Paris... Alors qroen d'étonnant puisque la pression de pêche est faible dans la capitale que cela soit un vrai bonheur d'y pratiquer. Pour celui qui cherche en priorité les carnassiers, la pêche dans Paris demande non seulement un équipement léger, mais aussi de bonnes chaussures. C'est que le street-fishing, où l'on va d'un spot à l'autre en courant ou presque, devient la pêche urbaine de référence. C'est la perche qui est le poisson roi dans les eaux parisiennes. La zébrée est particulièrement présente entre les péniches, il faut parfois glisser son leurre dans un espace étroit d'un mètre seulement. Avec un petit montage drop-shot, c'est la prise assurée.

Pour résumer, la densité de poissons des cours d'eau parisiens permet une pêche relativement facile qui ravit le plus grand nombre et qui permet de visiter la capitale d'une manière originale... La pêche à Paname, une idée originale et 100% rentable puisque dès l'heure de la pêche est terminée, il vous reste tant de chose à découvrir en arpentant les pavés de la capitale que vous rentabilisez sans mal et engrangez de magnifiques souvenirs, non seulement de belles pêches et de belles prises, mais aussi de monuments emblématiques et de bons moments dans les petits restaurants des quais.

Et dans les bois

Outre la Seine, on peut pêcher agréablement dans le lac des Buttes-Chaumont (non réciprocitaire avec l'EHGO, pêche à la carpe no-kill uniquement), au bois de Boulogne et au bois de Vincennes.

Au bois de Boulogne (domaine privé), 8 plans d'eau sont ouverts à la pêche qui représentent environ 23 ha : le lac supérieur (3 ha), le lac Inférieur (11 ha), la mare Saint-James (2,3 ha), l'étang du Réservoir (1 ha), " Carpodrome ", réservé à la longue canne et à l'anglaise, pêche en no-kill, l'étang de Longchamp (1 ha), réservé à la pêche du black-bass en no-kill, l'étang de Suresnes (1,5 ha), l'étang des Tribunes (1 ha) et l'étang de Boulogne (1,8 ha), réservé à la pêche à la mouche. Pêche interdite sur l'étang de l'Abbaye et sur les 12 km de ruisseaux réservés à l'élevage et au grossissement d'alevins.

Au bois de Vincennes (domaine privé), on peut pêcher dans 4 lacs et un ruisseau : le lac Daumesnil et ses 2 îles, situé à l'extrémité ouest du bois (île de Reuilly autorisée à la pêche et île de Bercy interdite à la pêche), le lac de Saint-Mandé, le lac des Minimes, le lac de Gravelle, situé au sud-est et réservé à la pêche à la mouche, ruisseau à l'aval du lac de Gravelle, entre le carrefour de la Patte d'Oie et le carrefour de la Tourelle.

Quelques règles

La pêche de la perche, du sandre et du silure se pratique toute l'année aux leurres. En revanche pour le brochet, ou pour la truite, il faut observer la période de fermeture nationale. Il est interdit de pêcher le bassin de l'Arsenal, dans le 12e arrondissement. Défendu également de pêcher sur les propriétés privées ou du haut des ponts. Sur le canal Saint-Martin, il est interdit de pêcher les écluses. Enfin, les voies sur berge sont dangereuses à cause de la circulation, mais le dimanche, elles sont fermées aux voitures, et c'est alors très agréable. Notez qu'un arrêté préfectoral a été pris en 2010, il interdit la consommation du poisson à cause de la présence de PCB. Le no-kill est donc de rigueur.

Street fishing à Paname

La saison de street fishing (version moderne de la pêche en ville) qui connait toujours plus de dates (24 en 2011) s'ouvre à Strasbourg en juin et fait escale à Paris en septembre. L'open de Paris se déroule sur les quais de Paname, de La Villette à la tour Eiffel. L'organisation de cette manifestation de pêche urbaine est prise en charge par l'association Fishapaname (www.fishapaname.com) a qui l'on doit également l'opération : 1 tee-shirt acheté = 1 kg de poissons relâché !

Bons spots sur la Seine intra-murosHaut de page

Rive gauche : les quais de Grenelle et de Branly (entre le pont de Bir-Hakeim et le pont d'Iéna), le quai de Conti (entre le pont des Arts et le pont Neuf), les abords du pont d'Austrelitz.

Rive droite : les ports des Champs-Elysées et des tuileries (entre le pont de l'Alma et la passerelle Solférino) et le quai de la Rapée (entre le pont Charles-de-Gaulle et le pont de Bercy).

Pour le sandre, il faut prospecter les piles de pont et les pointes aval des îles. Ne pas hésiter non plus à lancer dans le sillage d'un bateau-mouche. Vous avez toutes les chances de tomber sur un beau poisson à l'affut d'un poissonnet perdu dans le remous. Le mort manié et le leurre souple sont dans ce cas les techniques les mieux adaptées.

Pour le silure et la carpe, la pointe aval de l'île aux Cygnes est un spot réputé. Placez-vous en-dessous de la réplique de la statue de la Liberté d'où vous atteindrez une petite fosse. Mieux vaut être deux pour sortir les poissons.

Pour de belles pêches de poisson blanc, l'île Saint-Louis est incontournable, notamment au niveau du quai d'Anjou. Une canne dans la main, une glace Berthillon dans l'autre, une pêche très parisienne !

Les canauxHaut de page

Il ne faut pas négliger les canaux qui sillonnent la capitale. Le canal Saint-Martin présente une portion très agréable dans le 10e arrondissement entre la rue du Faubourg-du-Temple et le boulevard de la Villette. Bordé par les quais de Jemmapes et de Valmy, le canal s'écoule dans un quartier vivant et populaire où de nombreux restaurants animent la vie nocturne. On peut se garer relativement aisément et plusieurs stations de métro desservent le lieu : Jacques-Bonsergent, Château-Landon et Jaurès.

Cette partie du canal, bordée sur toute sa longueur d'arbres dont l'ombre est bienvenue les jours de fortes chaleurs, aligne environ 1,6 km. Il est possible de s'installer confortablement quasiment partout. Les fonds abritent un mobilier urbain qui sert d'abri aux poissons : caddies immergés, scooters noyés, mais aussi canettes de bières, vieilles couvertures... Par temps clair, on devine les obstacles et il ne faut pas hésiter à insister dans cette drôle de flore aquatique, au risque d'y laisser un leurre ! De très nombreux sandres ont été recensés. Les brochets sont plus rares, car ils ne peuvent pas frayer. Mais s'il y a quelques becs, ils se postent surtout aux sorties d'écluses. Les brèmes et surtout les ablettes sont présentes en grande quantité, laissant présager de fructueuses parties de pêche au coup. La profondeur est régulière et avoisine les 2,50 m. Le trafic est quasi nul sur le canal et la largeur n'excède pas les 20 m. L'eau s'écoule très lentement et n'oblige pas à utiliser des amorces lourdes. L'idéal est de s'installer de bonne heure le matin, lorsque Paris dort encore. Le béret et la baguette ne sont pas obligatoires !

Le bassin de la VilletteHaut de page

Plus au nord, le bassin dit de La Villette est en fait un canal qui relie le canal Saint-Martin au canal de l'Ourcq. Bien qu'il soit riche en poissons blancs et en carnassiers (sandres surtout), le bassin de la Villette intéresse particulièrement les carpistes. La population de carpes y est, en effet, très importante. Les sujets moyens tournent autour de 8 kilogrammes. Le bassin, situé entre la rue de Crimée et le boulevard de la Villette, est au coeur du 19e arrondissement. Les métros Riquet, Laumière, Stalingrad et Jaurès sont à deux pas. On peut facilement se garer tout autour du bassin. Celui-ci affiche 600 m de long et 70 m de large. Les fonds sont réguliers, sans véritables cassures. Les bordures sont bien dégagées, laissant toute la place nécessaire aux batteries. Un conseil, pour l'amorce, utiliser du pain : les enfants en lancent sans arrêt aux canards et les poissons se sont habitués à manger les restes... L'eau n'est qu'à 50 cm du bord et il n'est pas nécessaire de se munir d'une épuisette spéciale. Il est futé de pêcher au ras des coques des péniches amarrées, aux piles du pont qui enjambent le bassin ou encore aux rétrécissements de celui-ci.

SE RENSEIGNER / SE FAIRE GUIDERHaut de page
Maison de la pêche et de la nature

Fondée en 1993, dans la banlieue de Paris, la Maison de la Pêche et de la Nature de Levallois, accessible en RER, est un équipement public d'un caractère unique en France. Situé sur l'Ile de la Jatte, une île bien connu des impressionnistes, face à la passerelle piétonne qui relie l'île au continent levalloisien, cet édifice de marbre et de verre s'intègre à merveille dans un parc de 15 000 m2, face au nouveau quartier de Levallois. A cheval sur la Seine, à deux pas du fameux " rucher " de Levallois et des industrieuses petites abeilles, symboles de la ville, la Maison de la Pêche et de la Nature domine de ses trois niveaux les berges du fleuve, spécialement aménagées pour la pêche. Financée, construite et équipée par la municipalité de Levallois, la Maison de la Pêche et de la Nature est mise à la disposition de l'APNLE, association agréée de pêche et de protection des milieux aquatiques, l'une des plus importantes associations de pêche de France, qui gère les étangs du bois de Boulogne ainsi que le département des Hauts-de-Seine. L'objectif premier de cet équipement est, dans un environnement urbain, de s'adresser à un public très large d'enfants et d'adultes pour une découverte pédagogique, scientifique et ludique des poissons, des milieux aquatiques, de la protection de l'environnement et de la pêche. Tout au long de l'année des expositions, des animations, des stages, des ateliers, des journées pêche sont organisés. Sur place : un musée et des aquariums. Une découverte que nous vous recommandons vivement.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis