Le guide : PECHE : Sénégal

Sénégal

Des séjours abordables, des poissons d'une grande variété, la beauté de ce pays d'Afrique de l'Ouest et la traditionnelle hospitalité de ses habitants, font du Sénégal une destination pêche très prisée et populaire. En outre, dans cette ancienne colonie française, la pratique du français est très répandue. Le Sénégal est un petit pays d'Afrique de l'Ouest bordé par l'océan Atlantique à l'ouest (530 km de côtes poissonneuses). Le pays doit son nom au grand fleuve qui le borde à l'est et au nord et qui prend sa source dans le Fouta Djallon en Guinée. Le climat est tropical et sec avec deux saisons : la saison sèche et la saison des pluies. Vous pêchez en Casamance, sur le Petite côte, dans les lagunes, les mangroves, les deltas... Les pêcheurs connaissent bien Carabane, Cap Skirring, Siné Saloun, N'Gor, Saint-Louis, autant de célèbres spots de pêche en mer, en eau saumâtre ou en eau douce.

Vous devez être muni un passeport valide, mais vous n'avez pas besoin de visa pour le Sénégal. En revanche, prenez soin d'être à jour de vos vaccins et renseignez-vous auprès de votre médecin sur l'actualité de la situation sanitaire. Mieux vaut prévoir une pharmacie de base pour parer aux urgences. Généralement vous atterrissez à Dakar (5h de vol depuis Paris), la capitale, d'où vous rejoignez vos camps de pêche en bus, en taxi-brousse, en avion ou en bateau. Il y a aussi des vols charters directs, notamment avec Transavia, pour Cap Skirring (si vous avez choisi de pêcher en Casamance).

LES DIFFÉRENTS SPOTSHaut de page

Le Sénégal est de longue date l'une des destinations pêche les plus prisées au monde. Mais ici, on ne taquine pas le goujon et il ne faut pas être équipé léger pour prendre la mer à l'attaque de certains monstres marins. C'est la diversité des milieux aquatiques sénégalais qui fait la diversité des espèces de poissons : les eaux froides de la Grande Côte, les fonds rocheux volcaniques de la presqu'île du Cap Vert, les eaux chaudes de Casamance, les bolongs du Sine-Saloum, etc... Vous verrez des requins, carangues, coryphènes, carpes rouges, marlins, espadons, truites de mer, thons, bars, barracudas, mérous, capitaines, etc.
Trois types de pêche sont proposés aux pêcheurs sportifs venant du monde entier : la pêche en mer, la pêche en mangrove et la pêche en rivière. Ces milieux sont également exploités pour la pêche artisanale : les Sénégalais sont un peuple de pêcheurs. En témoignent les milliers de pirogues bigarrées échouées sur la plage entre deux parties de pêche. Peut-être trouverez-vous des pêcheurs artisanaux qui acceptent de vous faire passer la barre, mais c'est à vos risques et périls... Quoique ces professionnels de la pêche sont des artistes de la pirogue ! Si vous n'osez pas embarquez (et l'on vous comprends !) vous pouvez vous contenter d'admirer le ballet des pirogues colorées au petit matin au départ des plages des petits ports de pêche près de Dakar et le long de la Petit Côte. Affrontant la barre, les pirogues et leurs piroguiers montent presque à la verticale dans les flots ! Profitez du spectacle car on annonce la fin de ces pirogues traditionnelles si joliment décorées de couleurs et de slogans épicés pour conjurer le mauvais sort. On imposera aux pêcheurs sénégalais, comme ailleurs, les barques en fibre de verre dites coques Yamaha... La fin d'une époque. Ce qui n'empêchera pas, bien entendu, les pêcheurs sportifs venus d'Europe de rester sur les plages pour pratiquer le surf-casting et engranger de belles émotions...
La vocation touristique de la pêche sportive au Sénégal est favorisée par de nombreuses infrastructures, de très bons clubs de pêche bien équipés et d'excellents guides de pêche. Le Sénégal est régulièrement en tête des championnats internationaux de pêche sportive et plusieurs records de prise ont été homologués sur les côtes du pays. La meilleure saison pour la pêche au gros s'étale de juin à octobre. Mais d'autres types de pêche sont possibles toute l'année : à la palangrotte, au lancer, à la traîne, au rappala, etc.

La pêche en merHaut de page

A Dakar, sur la Petite Côte et dans une moindre mesure à Saint-Louis, dans le Sine-Saloum et en Casamance, c'est principalement pour le " gros " et le " demi-gros " que vous pêcherez en mer au Sénégal. Plusieurs centres de pêche avec ou sans hébergement sont hyper-équipés pour vous emmener harnaché comme un parachutiste à la conquête du marlin bleu, du requin ou de l'espadon voilier. Dans la zone nord du pays (de la Petite Côte à Saint-Louis) les différences de température de l'eau entre les saisons sont très importantes contrairement à la Casamance ou au Sine-Saloum. Ainsi, il vous faudra choisir le bon moment pour partir en fonction des poissons que vous désirez pêcher. Le marlin bleu en mai-juin et octobre-novembre. Il est commun d'en sortir des spécimens de 150 kg. Le magnifique espadon voilier, pour sa part, abonde en pleine saison des pluies (de fin juin à fin septembre). Le reste de l'année, et notamment la saison froide, apporte aussi son lot de belles prises, mais en demi-gros. A la palangrotte ou à la traîne, vous attraperez de très très nombreux thons (ils sont innombrables, particulièrement à Dakar), des mérous, des truites de mer, des carangues, des carpes rouges (délicieuses !), des courbines, d'impressionnants coryphènes et autres !

Le surfcasting est particulièrement pratiqué sur la Petite Côte (de Rufisque à Joal en passant par Saly). Néanmoins, les baigneurs et plus généralement les nombreux passants marchant sur la plage rendent cette pêche difficile. La pêche au lancer sera, elle, idéale dans la zone rocheuse de la presqu'île du Cap Vert (Ngor, Ouakam, Yoff) et de très nombreuses truites de mer attaqueront votre " rapala ". C'est également sur ces fonds tortueux jonchés d'épaves en tous genres que vous pourrez pratiquer la pêche sous-marine. Poissons-perroquets, mérous ou badèches abondent entre les rochers.

La pêche en mangroveHaut de page

Dans le Sine-Saloum et en Casamance, c'est la grande spécialité du Sénégal tant est rare cet écosystème d'eau saumâtre fait d'îles de palétuviers entrecroisées de milliers d'îlots de mangrove. Les espèces peuplant ces eaux sont innombrables et variées et, contrairement à la pêche en mer, il n'y a pas de saison pour la pêche en mangrove bien que la densité de poissons soit plus importante pendant la saison des pluies. La plupart des hôtels du Sine-Saloum et quelques hôtels de Casamance proposent à leurs clients des sorties de pêche à la traîne, à la palangrotte ou au lancer à travers les bolongs. La plupart de ces journées halieutiques se déroulent à bord de grandes pirogues sénégalaises motorisées mais certains hôteliers vraiment spécialisés sont dotés de véritables bateaux modernes équipés pour cette activité. Les guides vous emmèneront à travers les dédales de mangrove pour accéder aux sites les plus propices aux belles prises. Bref, c'est un émerveillement permanent que d'allier les délices des poissons de mer au calme et au silence des étendues vertes des bolongs de Casamance et du Sine-Saloum. Vos plus beaux combats et vos plus impressionnants trophées seront, bien sûr, les recherchées carangues, les barracudas et les carpes rouges.

La pêche en rivièreHaut de page

Anecdotique et non-organisée au Sénégal, elle pourra néanmoins vous procurer quelques belles sensations au Sénégal oriental (rivières Gambie, Niokolo et Falémé) et dans la vallée du fleuve Sénégal. Très peu d'espèces sont intéressantes à approcher et 80% des prises seront de petites perches immangeables, car bourrées d'arêtes. Les afficionados de la pêche en eau douce évolueront dans les paysages les plus sauvages et les moins touristiques du pays. Vous vous équiperez de votre matériel carnassier européen habituel, car vous n'attraperez pas ici la gigantesque et mythique perche du Nil. Mais de belles bagarres seront au rendez-vous avec les hydrocyons (genre de brochet local) et de beaux silures (très appréciés grillés). Attention à ne pas confondre ces derniers avec le malaptérure qui peuple également les rivières du coin et ressemble lui aussi à un gros poisson-chat. La grosse différence est que le sympathique malaptérure vous enverra une bonne décharge de 500 volts ! Dans le doute, laissez filer tout ce qui ressemble à un poisson-chat. A part si vous décidiez de pêcher à l'intérieur du parc du Niokolo-Koba, vous n'avez pas besoin de permis de pêche pour la rivière. La pêche n'étant pas pratiquée dans la région, les poissons sont répartis de manière uniforme. Il n'y a donc pas de " mauvais coin ". Autant d'ailleurs ne pas aller trop loin des localités habitées, car un accident est toujours possible : crocodiles, serpents et même hippopotames ne sont que très rarement amicaux.

Vous pouvez résider dans les hôtels et campements de Kédougou, à l'Hippo Lodge de Samécouta, situé près d'une zone de petits rapides (sous le pont) accueillant justement quelques hydrocyons. Pour finir, sachez que la pêche traditionnelle en eau douce au Sénégal est principalement pratiquée à l'épervier. Les habitants de régions concernées se feront un plaisir de vous enseigner la technique.

SE RENSEIGNER / SE FAIRE GUIDERHaut de page
SE RESTAURERHaut de page

Vous avez le choix pour vous sustenter ! On mange très bien et pas cher au Sénégal. La cuisine sénégalaise est parmi les meilleure d'Afrique de l'Ouest. Petits beignets de crevette vendus par les femmes dans la rue avec leur sauce tomate épicés comme à l'île de Gorée, petits restaurants sur la plage, table réputée... Bien entendu, le poisson est roi, des adresses les plus chics aux petites cabanes les plus populaires. Les crustacés aussi. Vous pourrez faire bombance à petits prix de langoustes, gambas, crabes, du délicieux capitaine et de bien d'autres merveilles de la mer. Les poissons grillés à peine sorti de l'eau sont inégalables, les sauces subtiles, les fruits savoureux, les gambas gluants... Vous vous régalerez et vous en garderez la nostalgie à votre retour !

Penda Mbay ou poisson à la Sénégalaise

Ingrédients pour 4 à 5 personnes : 1,5 kg de poisson maigre ou charnu (miam le capitaine !), 50 g de fruits de mer (moules, coques, crevettes...), 150 g de tomate concentrée, 150 g d'oignons, 500 g de riz, 3 aubergines, 3 carottes, 3 navets, piment, 200 g de tomates fraîches, 1 poivron vert, chou-fleur, huile d'olive, 1 gousse d'ail, sel, poivre

Préparation : faire suer à l'huile d'arachide, les oignons hachés, l'ail écrasé et le poivron vert émincé finement. Concasser les tomates et tailler en julienne les carottes et les navets. Ajouter dans la cocotte. Ajouter également le concentré de tomates. Bien remuer. Mouiller avec un grand verre d'eau. Ajouter les aubergines taillées en dés et le chou-fleur coupé en sommités. Bien mélanger. Cuire à couvert pendant une vingtaine de minutes. Retirer le couvercle et disposer sur les légumes les morceaux de poisson coupé en gros morceaux. Poser les fruits de mer au dessus du poisson. Continuer la cuisson à couvert une quinzaine de minutes. Le poisson va cuire à l'étouffé en s'imprégnant des parfums des légumes. Remuer délicatement afin de vérifier que la sauce n'attache au fond du récipient de cuisson. Rectifier l'assaisonnement. Pendant la préparation du poisson, cuire le riz. Servir chaud.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis