Le guide : PECHE : Canada

Canada

D'un océan à l'autre, le Canada, deuxième pays du monde par sa superficie - près de 10 millions de km2 - après la Russie, occupe la partie septentrionale de l'Amérique du Nord. Le pays s'étend d'est en ouest de l'océan Atlantique à l'océan Pacifique et vers le nord jusqu'à l'océan Arctique. Le Canada est une fédération composée de trois territoires et de 10 provinces dont le Québec, à forte majorité francophone. Utile pour les touristes et les pêcheurs venus de France qui ne maitrisent pas la langue de Shakespeare. Le Canada est, bien étendu, réputé pour ses lacs poissonneux et ses cabanes... L'image d'Épinal, c'est la cabane au bord du lac, un ponton et une barque de pêche. Les sapins autour. Vert les arbre, rouge la cabane et rouge également la feuille d'érable sur le drapeau canadien. Les pêcheurs français se rendant au Canada pour exercer leur passion vont en grande majorité au Québec, à l'est du Canada.

La pêche est généralement permise partout au Québec, dans les très nombreux lacs et les très nombreuses rivières. Toutefois, bien que la plupart des plans d'eau du Québec soient publics, les terrains qui les bordent peuvent ne pas l'être, particulièrement dans le sud du Québec. Avant d'accéder à une propriété privée, ou avant de passer sur un terrain privé afin d'accéder à l'endroit où on veut pêcher, il faut obtenir la permission du propriétaire et se considérer comme son invité. Les terres qui ne sont pas privées appartiennent au domaine de l'État et l'accès en est libre. Cependant, une partie des terres du domaine de l'État est organisée en territoires structurés. Les zecs, zones d'exploitation contrôlée, pourvoiries (organismes offrant des hébergements et des services de guidage sur les zones de pêche), parcs, réserves et aires fauniques communautaires sont des territoires qui présentent des modalités particulières d'accès et pour lesquels il faut généralement payer certains droits pour pêcher et pour séjourner. En contrepartie, on y trouve des infrastructures plus élaborées selon les endroits, dont des chalets confortables et des embarcations.

Le roi saumon

A la place de la feuille d'érable, le saumon aurait très bien pu s'inviter comme emblème du Canada ! Le poisson rose symbolise bien le pays. Et c'est pour pêcher le saumon que des sportifs de tous pays s'y rendent. Le saumon est, en tout cas, une manne pour le Québec. Les retombées économiques de la pêche sportive au saumon au Québec représentent près de 30 millions d'euros de chiffre d'affaire annuel et assurent plus de 980 emplois auquels s'ajoutent les nombreux bénévoles qui oeuvrent au sein des organismes et des corporations gestionnaires des rivières à saumon. La saison touristique totalise environ 60 000 jours/pêche et le nombre des permis de pêche au saumon avoisine les 15 000. Au Québec, la saison de la pêche au saumon atlantique s'étend du 1er juin au 30 septembre. Plus d'une soixantaine superbes rivières à saumon accessibles sont réparties sur six régions touristiques du Québec : Bas-Saint-Laurent, Charlevoix, Côte-Nord, Gaspésie, Nord-du-Québec (Nunavik) et Saguenay/Lac Saint-Jean. Les rivières sont gérées par une cinquantaine d'exploitants de zones d'exploitation contrôlée (zec), de réserves fauniques et de pourvoiries (organismes offrant des hébergements et des services de guidage sur les zones de pêche). Pour obtenir des renseignements sur les zones de pêche selon la rivière choisie, ainsi que selon les périodes de remise à l'eau (graciation) obligatoire, vous pouvez consulter le site Internet du MRNF, ministère des ressources naturelles et de la faune du Canada (www.mrn.gouv.qc.ca) et communiquer directement avec l'exploitant de la rivière.

LES DIFFÉRENTS SPOTSHaut de page

Pour les Québécois, héritiers d'une nature prodigue, chasser ou pêcher est plus qu'un simple sport : c'est un moyen privilégié de retourner aux sources et retrouver l'essence de leur terroir. Avec un million de lacs et rivières riches de nombreuses espèces de poissons, le Québec est, en effet, un paradis pour les pêcheurs. Il est possible d'organiser un séjour de pêche seul en choisissant des points de chute parmi les très nombreux pourvoyeurs qui proposent des séjours libres ou tout compris - chalet, matériel, permis - dans les plus beaux coins de pêche. Trois types de permis de pêche existent au Québec : la pêche aux espèces autres que le saumon, la pêche au saumon, la pêche à la lotte. Le conjoint et les enfants de moins de 18 ans d'un titulaire de permis (autres que saumon et lotte) peuvent pêcher sans permis. On se procure un permis de pêche chez de nombreux dépositaires, magasins de sport, quincailleries, dépanneurs et pourvoyeurs... Bien entendu vous devez respecter les dates d'ouverture, les limites de prise et de taille. Sachez que lors du transport, les poissons doivent toujours être conservés dans un état qui permet l'identification de l'espèce, le décompte total et l'évaluation de la longueur. Le Québec est divisé en 29 zones de pêche. Des règles communes s'appliquent à l'ensemble des zones. S'ajoutent des règlements spécifiques à quelques zones.

La pêche au saumonHaut de page

Il y a les pêcheurs et il y a les pêcheurs de saumon... Des aristocrates, des artistes ! Le pêcheur doit séduire l'animal avec finesse et patience puis déchiffrer son comportement, interpréter ses réactions, coordonner ses gestes, jusqu'à ce que le seigneur des rivières abandonne la lutte (la remise à l'eau est fortement recommandée, notamment en août) ou qu'il se libère. Le saumon de l'Atlantique, pêché sur 115 des rivières les plus extraordinaires du Québec, représente une ressource précieuse et contrôlée pour sa perpétuation. On le retrouve principalement le long de la côte maritime du Saint-Laurent, dans le couloir fluvial du Saguenay et dans les rivières de leurs bassins versants. Ces rivières cristallines et vives sont gérées par les pourvoiries avec droits exclusifs, par cinq réserves fauniques comprenant près de 500 km de rivière à saumon et par 19 zecs (zones d'exploitation contrôlée) qui couvrent près de 1 300 km.

Un séjour de pêche au saumon sur les rivières du Québec peut être l'occasion d'initier toute la famille à ce sport avec l'aide de formateurs expérimentés et dans le cadre de programmes avantageux, qui incluent équipements et droits de pêche. On peut d'autre part visiter plusieurs passes migratoires et centres d'interprétation qui lèvent le voile sur la vie incroyable de ce grand voyageur qu'est le saumon de l'Atlantique. La plupart des pourvoiries et des réserves fauniques offrent les services de guides qui feront tout pour rendre votre séjour le plus agréable possible. Vous serez accueillis dans des auberges pittoresques et chaleureuses sur des sites légendaires. Au Québec, de façon générale, la pêche sportive au saumon atlantique s'étend du 1er juin au 30 septembre. Pour pêcher le saumon, vous devez détenir un permis de pêche au saumon et vous être procuré un droit d'accès.

Pêche sous glaceHaut de page

C'est une coutume héritée des Amérindiens, la pêche sous la glace ou pêche blanche se pratique un peu partout au Québec dès que la glace qui recouvre les lacs et les rivières est suffisamment épaisse. Pour contrer les effets du vent et pratiquer plus longtemps leur passe-temps, les pêcheurs s'installent dans de petites cabanes qui sont déplacées l'hiver sur le champ de glace. Ces cabanes, aménagées avec plus ou moins de confort, sont remisées l'été près des berges. Parmi les sites les plus fréquentés, mentionnons les lacs des Deux Montagnes, Champlain, Saint-Pierre et Saint-Louis - qui sont des élargissements du fleuve Saint-Laurent - ainsi que le fjord du Saguenay. Sainte-Anne-de-la-Pérade, près de Trois-Rivières (Mauricie), est réputée pour sa pêche au poulamon. Chaque hiver, entre Noël et le début de février, on voit s'élever sur la rivière Sainte-Anne, solidement ancré sur la glace, un village de cabanes qui attire des milliers d'amateurs et de curieux.

Au menu de la pêche blanche figurent principalement le doré, le brochet et la perchaude, auxquels s'ajoutent au Saguenay le sébaste, la morue et le flétan du Groenland et, dans les lacs du massif laurentien, la truite arc-en-ciel et l'omble de fontaine. Les forfaits proposés comprennent habituellement la location de la cabane et de l'équipement, le perçage des trous et les appâts. Que vous soyez un pêcheur novice ou émérite, voici une occasion unique de vous offrir une pêche vraiment exotique !

La pêche aux petits poissons de chenaux

Cette pêche hivernale sous-glace est récente. Ce n'est qu'en 1938 que l'on constata la présence du poisson dans la rivière Sainte-Anne, en Mauricie. Un péradier travaillait un jour à couper des blocs de glace pour les glacières lorsqu'il aperçut quelques poissons folâtrant sur le fond de sable et la grande aventure commença. On commença à construire des cabanes sur les berges. Les petits poissons de la Pérade firent parler d'eux dans le voisinage, puis leur réputation gagna les contrées lointaines. Les routes étant fermées l'hiver, on venait à la pêche des quatre coins du pays par le chemin de fer du Canadien Pacifique. L'accueil était pittoresque, on venait chercher les visiteurs en traîneaux tirés par des chevaux.

Les poissons de chenaux sont des microgadus tomcod (walbaum) ou poulamons d'Atlantique. Dans le langage populaire toutefois, on l'appelle plutôt petit poisson des chenaux, poisson de noël, petite morue, loche ou encore Tommy cod. La longueur moyenne de cette espèce est d'environ 15 cm pour la femelle. Certains peuvent atteindre 38 cm mais il s'agit là d'exceptions. Son poids est de 45 g, en moyenne, et de 570 g au maximum. Le poulamon vit environ 3 ans et au maximum 8 ans. C'est un poisson très prolifique (environ 46 000 oeufs par an). Bon an, mal an, les pêcheurs récoltent localement entre 300 et 400 tonnes de poulamons d'Atlantique. Malgré son ampleur apparente, cette exploitation demeure minime par rapport à la quantité de poulamons présents dans le secteur. Les captures représentent à peine 3% de la population venant frayer dans la rivière Sainte-Anne.

Chaque année, vers la mi-décembre, les pourvoyeurs de Sainte-Anne-de-la-Pérade épaississent la glace afin d'installer en toute sécurité leurs traditionnels chalets de pêche.
Ensuite, ce sont les poteaux et les fils électriques qui sont installés, puis les chalets de pêche qui sont transportés sur un traîneau tiré par un tracteur. On fait d'abord un trou dans la glace à l'aide d'une scie mécanique, d'environ 15" de largeur et de la longueur du chalet à installer, on en ressort les blocs de glace, et on place le chalet au-dessus du trou sur ces mêmes blocs de glace. Ensuite on entoure le chalet avec de la neige pour permettre une plus grande isolation. Jusqu'au 15 février, les chalets accueillent plus de 100 000 amateurs de pêche blanche. Les chalets, disposés de façon à former un véritable petit village, sont chauffés au bois ou au mazout et éclairés à l'électricité. Ils peuvent abriter entre 4 et 20 personnes.

Les lignes, fixées sur une barre de bois fixée près du plafond du chalet, sont reliées à une pesée de plomb et deux hameçons aiguisés. Comme appâts, on utilise des petits cubes de foie de porc ou des crevettes. Les appâts reposent au fond, où se trouvent les poulamons. Une allumette de bois est fixée sur la ligne pour indiquer les touches. Les poissons sont déposés sur la glace à l'extérieur, afin de les faire geler pour garder toute leur fraîcheur.

La GaspésieHaut de page

C'est une région privilégiée pour les amateurs de pêche au saumon de rivière. On peut pêcher à partir de canot ou à gué suivant les conditions de l'eau. Pour ceux qui aiment la pêche à gué, le fond de gravier et les eaux limpides de la rivière Bonaventure sont à conseiller parce que les eaux de cette rivière sont toujours fraîches, le port de bottes néoprène est fortement conseillé et ce même durant les jours d'été les plus chauds. Seule la pêche à la mouche est autorisée.

La magnifique rivière Bonaventure, aux eaux cristalline, coule à travers les cantons de Hamilton et de Cox, dans le comté de Bonaventure. Elle prend sa source dans le parc de la Gaspésie et se déverse dans la baie des Chaleurs, après avoir parcouru 125 km du nord vers le sud. La rivière Bonaventure est l'une des plus réputées de la Gaspésie pour la pêche au saumon à vue.

La rivière Petite-Cascapédia est située au sud de la péninsule gaspésienne et prend sa source dans les monts Chic-Chocs, à plus de 700 m d'altitude et se jette dans la baie de Cascapédia à la hauteur de New Richmond. Outre le saumon, on trouve dans la Petite-Cascapédia de très grosses truites de mer.

Au coeur de la région gaspésienne, la rivière Cascapédia est considérée comme l'une des dix meilleures rivières à saumon au monde, pour la grosseur des saumons qui s'y trouvent. Il n'est pas rare d'y pêcher des spécimens dépassant 20 kilos.

La Communauté EssipitHaut de page

La communauté montagnaise d'Essipit est située au confluent de la rivière Saguenay et du fleuve Saint-Laurent, tout près des Escoumins, à 41 km au nord-est de Tadoussac, au Québec. Au coeur d'une nature majestueuse, les 200 autochtones de la réserve amérindienne témoignent fièrement de leur héritage culturel. Venez découvrir leurs trésors et partager leurs coutumes adaptées à leur mode de vie actuel. Cette région possède plusieurs pourvoiries pour la pêche et donne accès à plus de 100 lacs à truites mouchetées, rivières à saumons, et à 265 km2 de forêts majestueuses, dans le respect absolu de la nature et de la faune, facilement accessibles en voiture ou par sentiers pédestres aménagés. La communauté Essipit vous invite à vivre une expérience touristique différente grâce aux nombreuses possibilités d'excursions et activités pour apprécier la nature, avec ses croisières aux baleines, en catamaran ou en pneumatique. Que vous choisissiez un séjour en condos ou en chalets, vous serez toujours éblouis par la beauté et la sérénité des paysages, et jouierez d'un confort très appréciable.

Le lac Saint-JeanHaut de page

Ce grand lac, situé au nord des Laurentides, relie la rivière Saguenay au fleuve Saint-Laurent. On y pêche à la mouche ou au lancer des ouananiche ou saumon enfermé, des brochets, des dorés, des truites mouchetées et des landlocked salmons (saumons enfermés). En été, de nombreuses pourvoiries proposent des condos ou des chalets autour du lac. On peut pêcher en se rendant de l'une à l'autre. Il est utile de se renseigner sur les meilleurs spots avant de choisir votre hébergement. Certains sont plus particulièrement dédiés aux pêcheurs.

Estuaire et golfe du Saint-LaurentHaut de page

L'organisme Pêches et Océans Canada a la responsabilité de la gestion de la pêche sportive pour les espèces marines. Cette pêche est pratiquée dans le Saguenay, dans l'estuaire et dans le golfe du Saint-Laurent. Comme ailleurs cette pêche, pratiquée pour le plaisir, ne doit pas faire commerce des captures destinées uniquement à l'usage personnel. Plusieurs pêche se pratiquent et plusieurs réglementations sont en vigueur. La pêche aux poissons de fond dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent ou dans la rivière Saguenay doit respecter les dates d'ouverture de la pêche et les restrictions rattachées à chacune des zones de pêche. Pour la pêche aux poissons de fond, seules la ligne à main ou la ligne sont autorisées. La pêche blanche (en hiver sous la glace) au poisson de fond dans le Saguenay se pratique sans permis. Vous devez toutefois respecter les règles en vigueur tant pour le nombre de prises et les espèces permises que pour les techniques de pêche autorisées. Cette pêche est réglementée par le ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec.

Dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent, il est également possible de pêcher des poissons pélagiques tels que le maquereau et le capelan. Cette pêche n'est pas restrictive. Elle peut se pratiquer en tout lieu et en tout temps, sans permis particulier, mais elle exclue la prise des requins, thons et harengs. Pour la pêche au maquereau, seules la ligne à main ou la ligne sont autorisées. Pour le capelan, tous les engins de pêche sont autorisés, à l'exception du filet piège, de la seine et des engins mobiles. Enfin, il existe des zones de cueillette de mollusques côtiers réglementés pas le gouvernement du Canada afin de s'assurer de la salubrité des mollusques et de la conservation des espèces. Il est donc important de vérifier si les zones où vous comptiez aller cueillir sont ouvertes à la cueillette.

SE RENSEIGNER / SE FAIRE GUIDERHaut de page
SE LOGERHaut de page

Au Québec 700 pourvoiries attendent les touristes amateurs de nature sauvage. Une pourvoirie vous offre la possibilité de louer un chalet, une chambre, une place de camping et de pratiquer diverses activités en pleine nature, notamment la chasse et la pêche. Choisir une pourvoirie facilite grandement l'organisation et le déroulement de votre séjour. En effet, les pourvoyeurs sont des professionnels qui encadrent et guident leurs clients avec rigueur et convivialité. Ils veillent à fournir équipements et services de qualité et connaissent le terrain, les spots de pêche, les bons guides, les loueurs de bateaux, etc...

Le guide de pêche en pourvoirie est un professionnel qui accompagne le pêcheur dans son activité. Il est chargé de s'assurer de la sécurité de son client par tous les temps, que les cannes à pêche et les appâts ou mouches sont appropriés au spot et à la saison, de conduire le client dans les meilleurs spots pour le poisson convoité, assurer l'éviscération et la conservation du poisson, remplir les carnets de prises...

Certaines pourvoiries jouissent de droits exclusifs d'exploitation de la faune sur un territoire délimité (bail de 9 ans). Cette exclusivité signifie que seuls les clients des pourvoyeurs peuvent pratiquer des activités de pêche sur le territoire concerné. Toutefois, la majorité des pourvoyeurs ne détiennent pas de droits exclusifs, ils offrent leurs services sur les terres du domaine de l'État (territoire libre) ou sur des terres privées. Les pêcheurs ont alors le droit de pratiquer seuls leurs activités sur le territoire libre, même si un pourvoyeur offre des services d'hébergement sur ce même territoire.

SE RESTAURERHaut de page

Héritage français et exception hors de nos frontières ! La région du Québec produit plus de 200 variétés de fromages. Le Canada est également un gros producteur de cidre de glace ainsi que de spécialités rustiques à base de gibier. C'est aussi, bien entendu, le premier producteur mondial de sirop d'érable, la province de Québec étant le principal acteur de cette production. En 2011, le Québec a produit près de 102 millions de livres de sirop d'érable, qui ont principalement été exportés aux États-Unis. Le sirop, produit pendant une courte période au printemps (mars-avril), est utilisé dans la confection de nombreux desserts. Il fait aussi une percée dans la gastronomie et de nombreux restaurateurs l'incluent dans leurs menus. Le saumon fumé est une autre production typiquement canadienne. Inutile de dire que l'on se régale au Québec !

Préparer les poissons de chenaux

C'est un doigté et un savoir-faire ancestral que vous allez expérimenter ! Dès que le poisson est détaché de l'hameçon, on doit le lancer sur la glace afin de le faire geler rapidement, ainsi toute sa saveur est préservée. Seuls les poissons frais ou congelés vivants et non ramollis par le dégel ont droit à la poêle. Le petit poisson ainsi gelé se prépare très bien. Avec des gants, vous tenez le poisson d'une main et de l'autre, vous vous servez d'une paire de ciseaux pour couper les nageoires et la queue.
Vous déposez le poisson sur une planche de bois et, à l'aide d'un couteau bien affuté (de préférence assez gros pour éviter les accidents). Vous appuyez à deux mains sur le couteau et vous tranchez la tête. Ensuite, vous déposez le poisson sur le côté et appuyez fermement sur votre couteau afin d'enlever la dernière partie, les entrailles. Avec le pouce, ou une brosse à dent, finir de nettoyer l'intérieur du poisson. Et voilà, le tour est joué ! Les amateurs pourront récupérer les oeufs préparer des toasts ou une omelette au caviar. Avant de les cuisiner on fait tremper les poissons dans l'eau salée une quinzaine de minutes.

Friture de poissons de chenaux : Roulez les poissons dans la farine avant de les déposer-les dans une poêle avec du beurre ou/et de l'huile, à feu relativement vif, en retournant une fois. Assaisonnez de sel, poivre et paprika. Servez aussitôt.

Bouillotte de poissons de chenaux : Déposez un peu de beurre dans le fond d'une marmite avec quelques tranches de lard salé. Disposez ensuite une couche de pommes de terre tranchées, puis une couche de poisson des chenaux et une couhe d'oignons émincés. Répétez ces couches alternées trois ou quatre fois : pommes de terre, poissons, oignons tranchés. Finissez par un morceau de lard salé, assaisonnez le tout avec sel et poivre puis remplissez d'eau jusqu'à égalité des pommes de terres. Faire mijoter pendant trois heures sur le poêle. Quelques cuisinières préfèrent le four, il faut alors compter une heure de cuisson de plus.

Chaudrée aux poissons de chenaux : Prévoir 2 minces tranches de lard salé coupées en dés, 1 c. à soupe de beurre, 1 gros oignon émincé, 1/2 tasse de céleri en julienne, 1 c. à soupe de farine, 2 tasses d'eau, 2 tasses de pommes de terre en dés, 1 c. à soupe de sel, poivre, thym, 1/2 kilo de poissons préparés, 2 tasses de lait chaud, 1 c. à soupe de persil. Faire revenir le lard dans le beurre. Ajouter les oignons et le céleri et continuer la cuisson pour attendrir ces ingrédients sans les laisser perdre leur couleur. Saupoudrer de farine et cuire, en brassant, pendant quelques instants. Ajouter l'eau et continuer la cuisson, en brassant, jusqu'au ébullition. Ajouter pommes de terre, sel, poivre et thym. Couvrir et cuire à feu doux environ 20 minutes. Disposer les poissons sur les pommes de terre et continuer la cuisson 10 minutes. Ajouter le lait et, quelques minutes après, rectifier l'assaisonnement.

Poissons des chenaux au gratin : Prévoyez 1 kg de poissons, 1/2 tasse de lait, 1/2 c. à café de sel, de la chapelure, 4 c. à soupe de beurre fondu, 1 c. à soupe de zeste de citron râpé. Tremper les poissons dans le lait additionné de sel. Les rouler dans la chapelure et les déposer dans un plat graissé. Arroser du beurre fondu, aromatiser avec le zeste de citron râpé. Faire cuire dans le four à 225 º C pendant une dizaine de minutes jusqu'à ce que la chair se détache facilement de la grande arête si elle n'a pas été enlevée.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis