Le guide thématique Petit Futé Naturisme : Hongrie

Hongrie

La Hongrie est un pays rarement cité dans le monde naturiste. C'est pourtant une région très touristique, avec quelques équipements naturistes. Il y fait chaud en été et le pays regorge de richesses naturelles et monumentales.

Le naturisme s'y est développé une dizaine d'années, avant le changement de régime, et s'est conforté depuis. La proximité de la Croatie lui fait un grand tort, mais pour un pays d'Europe centrale, vous serez comblé et vous n'aurez pas l'occasion de regretter votre choix.

Aujourd'hui, vous pouvez rejoindre la Hongrie sans quitter l'autoroute, mais si vous ne connaissez pas les pays traversés, Suisse, Allemagne, Autriche, vous en profiterez pour effectuer le trajet tranquillement. Dans ces pays aussi, des terrains naturistes en grand nombre sont à découvrir. Gare aux journées pluvieuses dans les montagnes ; si cela vous arrive à l'aller, gardez les bonnes adresses pour le retour. Avec un peu de chance...

La langue magyare est une langue finno-ougrienne, qui vous posera quelques difficultés. Mais rassurez-vous, avec l'ancienne appartenance à l'Empire austro-hongrois, et le grand nombre de visiteurs germanophones contemporains, les Hongrois se sont adaptés et parlent aussi l'allemand et l'anglais. C'est donc un pays d'Orient très européanisé, et le paprika y est souvent doux...

Budapest est une véritable capitale européenn, qui peut vous retenir plusieurs jours facilement, et si vous voulez aller au-delà, pensez aux nombreux bains thermaux de la ville.

Le terrain naturiste Oazis est à 45 km de la capitale, vers le Sud. C'est un grand terrain sur une presqu'île artificielle avec 500 bungalows et caravanes à l'année. Tout au bout du terrain, une vaste pelouse pour les campeurs de passage. Il est convenablement équipé et vous permettra d'alterner les jours de visite et les jours de détente. L'eau de son lac est à très bonne température, vous pourrez vous y baigner des heures durant, y pêcher même, et utiliser votre équipement nautique silencieux éventuellement. Son restaurant est incontournable, à midi comme le soir, et avec les tarifs pratiqués, vous pourrez le considérer conne une " cantine familiale ". Les prix des restaurants sont en général très bas partout en Hongrie, mais avec leur adhésion à l'U.E., les choses pourraient toutefois changer dans les prochaines années. Celui du camping Oazis mérite en plus une mention spéciale. Vous y trouverez notamment des plats uniques, nombreux et variés, et vous le fréquenterez sans doute plus que vous ne l'imaginez. La raison est sans doute la présence des 500 familles hongroises sur le terrain qui attendent des prix... hongrois, sans les " dérapages ", limités certes, des lieux fréquentés par les touristes occidentaux, comme la Côte d'Azur en quelque sorte.

A partir de l'autoroute périphérique de Budapest, il faut prendre, au sud, la route n°51 qui longe le Danube (rive Est). Puis, après une vingtaine de kilomètres, prendre vers la gauche le village de Délegyhàza, le traverser en continuant vers le Sud. Peu après, une petite pancarte vous indiquera une route à gauche, et enfin, 2 km plus loin, un long mur de béton précède l'entrée du terrain, sur la gauche. C'est le premier terrain naturiste créé ici, dans les années 80.

La Hongrie dispose d'un grand lac intérieur, le lac Balaton, de 80 km de long sur une quinzaine de large. C'est la mer intérieure, la riviera hongroise. Dans l'ancien régime, les familles allemandes de l'Est et de l'Ouest s'y retrouvaient l'été venu. Il est aussi très prisé par les Hongrois. L'autoroute qui le relie à Budapest a maintenant deux voies vers le lac et trois dans le sens des retours de week-end. N'étant qu'à une centaine de kilomètres de Budapest, le nord du lac Balaton est très fréquenté les dimanches.

Trois terrains naturistes pour vous accueillir, aux aménagements impeccables.

Tout au nord, le camping Piroska ; vous devrez quitter l'autoroute pour prendre la route circulaire du lac sur la droite. Laissez-vous guider, c'est la route principale. En arrivant sur la station Batonakarattya, un immense panneau au bord de la route vous indique la direction à suivre pour le camping. 2 km après, en descente vers le lac, prenez sur la gauche et vous y êtes. Comme tout bon nombre de terrain naturiste, il est fermé de 13h à 15h, pour le repos des estivants. C'est un petit terrain au bord du lac, lui aussi à très bonne température et plutôt idéal pour les enfants, puisqu'à 50 mètres du bord, il n'y encore qu'un mètre d'eau. Evitez d'y arriver au début du week-end, les Hongrois s'y retrouvent. Le dimanche soir vous aurez toute la place que vous voulez, soit sur une parcelle, que les Occidentaux préfèrent en général, soit sur l'espace commun. Des restaurants à fréquenter, mais les tarifs sont plus élevés. Une solution, les petites sandwicheries à l'extérieur, juste avant l'entrée. Solarium, aire de jeux pour les enfants.

Pour continuer vers le Sud, restez de ce côté du lac, c'est-à-dire sur la rive Nord. Différentes visites à ne pas rater, comme la presqu'île de Tihany.

Vous arriverez ainsi à Héviz, tout au sud, qui est une station balnéaire et thermale pour gens stressés. On peut accéder librement aux thermes (parking aux tarifs très raisonnables tout proche de l'entrée, et même gardé). Il faut y aller au moins une fois ! Les bâtiments sont d'une grande classe, et le lac volcanique de 6 hectares parsemé de nénuphars a une température naturelle de plus de 30°C en été. Vous ne devez pas rester plus d'une heure dans l'eau, soit deux trempettes d'une demi-heure chacune, par exemple. La thérapie est efficace !

Vers le nord de la ville, vous prendrez, à partir d'un rond-point que vous ne pouvez pas rater, la direction de Nemesbük, où se trouve le terrain naturiste " Angela farm camping ". Rassurez-vous, c'est une ferme plutôt hongroise. Il est déjà très bien indiqué au rond-point, et deux grands panneaux bleus vous rassurent et vous guident jusqu'à l'entrée. C'est un petit terrain de 1,2 hectare aux aménagements très soignés et très fleuris. Il est ouvert toute l'année et l'accueil est ici encore plus chaleureux qu'ailleurs. Une petite route centrale sépare chaque côté, avec de grandes terrasses qui accueillent 3 à 4 installations chacune. Il y a aussi quatre bungalows-appartements impeccables, et un petit bar où vous pouvez aussi prendre un repas en le demandant à l'avance. C'est un terrain très calme et reposant où vous séjournerez, en haute saison, quasi exclusivement parmi des Européens de l'Ouest, parfois en cure.

Le troisième terrain du Balaton est le plus important avec environ deux cents emplacements. C'est le camping FKK de Balatonberény. Il est très bien aménagé et rigoureusement entretenu. Deux grands sanitaires, une épicerie, une buvette, un restaurant, une sandwicherie. Il a aussi une grande pelouse où viennent des Hongrois à la journée après avoir acheté ou loué une résidence à l'extérieur du terrain. Des équipements divers, pour les enfants, pour les sportifs et même un jeu d'échec géant - une passion pour beaucoup de Hongrois.

Ici aussi, la pente du lac est très douce. Un vaste solarium au-dessus de l'eau et diverses locations de pédalos, canoës pour adulte et pour enfant. A 50 mètres du terrain, une pizzeria et un restaurant à des tarifs encore plus doux. A 10 minutes à pied, une demi-douzaine d'autres restaurants devant la plage privée textile, avec deux entrées, une sur la plage et une sur la route (tarifs encore plus bas). A 7 minutes à pied du camping FKK, deux supermarchés très bien achalandés. Un bureau de change à côté, mais celui du camping accepte les euros au même taux. N'hésitez pas à remonter la route principale du village, celle où il y a les supermarchés, vous pourrez même y visiter une maison paysanne traditionnelle.

Ce camping peut être aussi votre première halte en Hongrie, si vous passez par le sud de l'Autriche, par Graz. Il vous permettra alors quelques jours de détente avant de prendre la route pour la découverte du pays.

Il existe un cinquième terrain naturiste, tout au sud de la Hongrie, près de la magnifique ville de Szeged : le camping FKK Natours Sziki. Pour y accéder, il faut prendre l'autoroute, à péage comme en France jusqu'à Szeged. Puis à l'entrée de Szeged, prendre la direction de Kiskundorozsma. Des pancartes régulières et nombreuses indiquent le camping FKK tout au long du chemin, pendant une dizaine de km.

Il a une taille moyenne et a lui aussi un beau lac, Sziskosfurdö, encore une fois à bonne température. Des parcelles et des emplacements disséminés çà et là. L'ombragement est variable. Des sanitaires plus simples mais tout aussi bien entretenus. Une petite buvette et un petit restaurant-sandwicherie aux tarifs dérisoires. Une terrasse à l'ombre de grands arbres pour vous permettre de siroter paisiblement votre demi. Il y a même des séances de cinéma plusieurs fois par semaine avec un vidéo projecteur. Le propriétaire est assurément la personne qui nous semble se démener le plus pour le naturisme en Hongrie.

N'hésitez pas à visiter la ville de Szeged et surtout n'oubliez pas le musée Opusztaszeri Nemzeti Történeti Emlékpark. Il est indiqué sur la carte Michelin 925, il faut tourner vers l'est à Kistelek, 25 km avant d'arriver à Szeged. On y trouve une peinture circulaire du XIXe siècle, représentant l'arrivée et l'union des tribus hongroises dans la région, en 896. Cette " toile " murale fait 113 mètres sur 15 de haut - 1690m2 au total ! On a le sentiment d'être au beau milieu de la bataille, mieux que le Futuroscope ! Sur votre billet vous aurez l'heure de passage à ce Cyclorama, et, en attendant, vous pourrez voir différents bâtiments représentant des habitations traditionnelles hongroises. Sandwicheries et restos à des prix normaux. Camping à côté - mais si vous êtes déjà au camping FKK....

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté