Le guide : NATURISME : Croatie

Croatie

La Croatie, ancienne région de Yougoslavie devenue indépendante, est aujourd'hui, en quelque sorte, un nouveau pays pour les touristes. Débarrassée d'un régime politique ambigu, elle est enfin en paix. Elle a récupéré la totalité de la côte de l'ex-Yougoslavie, et apparaît ainsi comme un parc touristique européen, plutôt que comme un grand pays multi-activités.

Cela fait déjà de nombreuses années que les Européens en quête de détente ont investi - réinvesti - cette région méditerranéenne. Vous n'arriverez pas sur une terre vierge. Préparez plutôt votre porte-monnaie dès que vous voudrez vous arrêter... Compte tenu de la préservation du milieu naturel par des installations encore disséminées tout le long de la côte, c'est toujours assez bon marché, mais hâtez-vous, les prix grimpent chaque année un peu plus.

Pour les naturistes, l'héritage yougoslave est plutôt positif, c'était l'autre grand pays du naturisme au côté de l'allemagne. Hélas, les naturistes ne sont pas revenus assez vite après le conflit, et l'on assiste à quelques partages de zones et même quelques abandons. Des campings accueillent des textiles sur une partie du terrain, d'autres se sont tout simplement textilisés - par exemple Miran en Dalmatie, ou Monsena en Istrie. Il y a cependant encore beaucoup à faire, car de nouveaux terrains naturistes apparaissent, pas toujours aussi nature qu'espéré, et c'est souvent la transposition du terrain-caserne-textile-caravaning. On y gagne en confort, mais on y perd en proximité avec la nature.

On trouve ici un patrimoine humain très bien conservé, des ports et des villages qui, avec la nouvelle sensibilité européenne, seront sûrement beaucoup mieux protégés qu'ailleurs. Dubrovnik, quelque peu bombardée, a retrouvé son éclat d'avant.

La Croatie se distingue par trois grandes régions, qui se retrouvent dans l'implantation et les caractéristiques pour les espaces naturistes.Haut de page

L'Istrie, tout au nord, et donc la plus proche des grandes concentrations humaines européennes, Allemagne, Autriche, Italie, Hongrie, recèle les plus anciennes installations naturistes. Ce sont aujourd'hui d'immenses terrains au confort inégalé. Les îles de la baie de Kvarner sont entièrement boisées, avec des installations ponctuelles sur les côtes, quand les rivages le permettent. Les textiles se sont pris d'intérêt pour ces espaces naturels, et, aujourd'hui, les naturistes doivent souvent partager leurs anciens terrains avec eux. Toute la côte, de Rijeka à Dubrovnik et la Dalmatie, offre des paysages grandioses. Vous y trouverez de rares terrains naturistes et surtout des plages, que vous devrez souvent rejoindre en bateau.

L'Istrie nous offre huit grands terrains naturistes, de l'emplacement de camping-caravaning aux luxueux appartements, notamment un hôtel trois étoiles et quatre plages près de résidences de qualité.

Très près de la Slovénie se situe le camping Kanegra. Il offre 100 appartements au coeur d'une végétation typiquement méditerranéenne. Restaurants, taverne, supermarché et poste permettront aux flemmards de ne pas quitter le camping. Des activités sportives (en plus de la baignade, bien sûr) égaieront vos journées : tennis, ping-pong, golf miniature... Une discothèque est aussi présente pour les couche-tard.

Quelques kilomètres plus au sud se trouve Ladin Gaj. Avec une surface de 120 hectares, il offre deux restaurants, deux supermarchés... Comme tous les autres. Deux petits défauts : très peu d'ombre et en partie naturiste seulement.

Encore quelques kilomètres seulement et nous arrivons à Ulika. L'endroit est aménagé sur une presqu'île magnifique et peut accueillir 3000 personnes. Une nouvelle et superbe piscine pour ceux que le sel indispose. Une belle et longue plage pour vos bains divers, de mer, de soleil, de brise, de senteurs.

Tout de suite après, le camping Solaris, que nous aimons bien pour ses nombreux emplacements ombragés. Des plages convenables. Bien sûr, ici aussi, tous les services sont disponibles sur plac, par exemple un restaurant qui surplombe la piscine et que nous vous recommandons vivement. Il y quatre autres restaurants, dont un où il vaut presque mieux arriver en portant une cravate. La ville de Porec, à 12 km, mérite une visite tranquille pour y savourer ses nombreuses ruelles, et pourquoi pas, ses restaurants.

Au sud de cette ville se trouve Istra camping naturiste, dont certains des emplacements donnent sur la plage. Il est grand, situé sur une presqu'île, et plus vous vous approchez des plages et plus la densité de l'occupation est forte. Ne ratez pas le restaurant Danijela, et pensez à arriver de bonne heure où vers 22 heures quand les premiers convives commencent à libérer les tables. Au village voisin, Funtana, vous pourrez aussi profiter d'une demi-douzaine de tables différentes, de la pizzeria au restaurant de classe.

Nous arrivons ensuite à Koversada. Ce centre a fêté ses 40 ans d'existence et plus rien ne permet de voir les humbles débuts. On y trouve pas moins de dix restaurants. L'offre sportive est à l'image de ce géant. Il y a même une petite île réservée aux campeurs, on peut y accéder en voiture sur un pont trop étroit pour les caravanes, mais vous devrez la garer sur le continent - attention, les places de parking sont rares. Île plutôt réservée aux habitués en haute saison. De nombreuses résidences pavillonnaires, à réserver durant la haute saison.

Le centre Valalta est juste à côté, au sud. Le Congrès de la FNI s'y est déroulé en 2004. On y trouve des unités d'hébergement et 1333 parcelles de 80 à 150 m2. Il est donc aussi immense et très bien aménagé et équipé.

Le dernier, mais pas le moindre de la série est Kazela. Il se trouve tout au sud de l'Istrie et n'est cependant que partiellement naturiste. Moins bien ombragé que d'autres, tout y est présent aussi.

Tous ces terrains sont très bien indiqués par d'immenses panneaux au bord des routes, vous ne pouvez pas les rater.

Au large de Porec, sur une île, l'hôtel Fortuna et ses trois étoiles, avec 180 chambres et 4 appartements.

Quatre plages naturistes au sud de Porec : Zelena Laguna, Polari, Vestar et Crveni Otok. Des résidences à proximité.

La deuxième grande région comprend deux grandes îles, Kres et Krk. Les ferries pour s'y rendre sont nombreux et tournent constamment, pratiquement jour et nuit. En arrivant par le nord, vous trouverez un premier terrain, Kovaciné, qui n'a, hélas, qu'une petite partie naturiste avec son bloc sanitaire. Les autres services sont dans la partie textile. Accueil ouvert jusqu'à minuit pour accueillir les derniers visiteurs. Auparavant, il était uniquement naturiste. Il mérite néanmoins une halte, surtout pour la visite de la ville de Cres, qui a donné son nom à l'île. Ravissant petit port et ruelles étroites vous enchanteront. Restaurants nombreux. On peut rejoindre Cres du camping, soit avec un petit train qui emprunte la route, soit en longeant la côte (une demi-heure de marche) sur un chemin goudronné ; cette solution a notre préférence.

Tout au bout de cette île, et à l'écart de la circulation, Baldarin. Il est textile au début du terrain, mais comme il s'étale tout le long de la côte, les naturistes sont bien chez eux. Emplacements très ombragés, soit sous de grands pins, soit nichés sous des arbres pour un véritable nid de vacances. Peu de véritables plages cependant, camping calme et reposant.

En prolongement de l'île de Cres, celle de Losinj - petit pont gratuit - avec un hôtel naturiste, Vespera.

Sur l'île de Krk, que l'on peut joindre par un grand pont, à péage évidemment, se situent trois autres terrains. C'est une île beaucoup plus fréquentée.

A 1 km seulement de la ville de Krk, Politin. Des emplacements ombragés, d'autres pas. Lors de votre arrivée, c'est la loterie. Un très bon restaurant peu coûteux. Il faut dire que la concurrence est rude avec ceux de la ville de Krk, elle-même regorgeant de visiteurs. Ne la ratez pas !

Près de la ville de Punat, Camp Konobé. A l'écart de la foule, il est tout de même très peuplé. Des emplacements pour les caravanes, et d'autres, en terrasses, inaccessibles aux voitures qui restent à quelques mètres de la parcelle. Bien ombragé. Il dispose de deux restaurants qui vous séduiront très rapidement.

A 1 km de Baska, Bunculuka. Très fréquenté et souvent en pente, il vous faudra trouver le nid douillet pour recevoir votre installation. A gauche du terrain se trouvent des chemins de randonnée à parcourir pendant des heures. Beaucoup s'éloignent de la plage du camping pour profiter des petites baies qui s'enchaînent les unes après les autres. La ville de Baska est très fréquentée, mais vous devez y envisager une demi-journée. A pied de préférence, en longeant la côte, car elle est très proche du camping. Panorama grandiose depuis le camping.

Et enfin, le grand Sud dalmate avec ses centaines d'îles, et ses paysages à vous couper le souffle. Ses routes à flanc de montagne permettent d'admirer une côte superbe.

Sur l'île de Rab, la plage naturiste de Kandarola, où le roi Edouard VIII a peut-être été le premier naturiste dans ce pays. Pas de camping, mais des hôtels et des résidences diverses et nombreuses.

Sur l'île de Pag, le terrain Strasko, partiellement naturiste. C'est un grand complexe. Un restaurant dans la partie naturiste. Terrain assez bien ombragé.

Beaucoup plus au sud, sur l'île de Pasman, un vrai terrain naturiste : Sovinje. C'est une oasis de paix et de relaxation. Une belle plage, de l'ombrage souvent sur les parcelles. Il n'est pas très grand et les services y sont réduits.

Encore plus au sud, Vrboska, sur l'île de Hvar. C'est aussi un terrain naturiste simple et à dimension plus humaine.

De nombreuses plages naturistes existent enfin, que vous découvrirez au cours de votre périple. Suivez les panneaux indiquant FFK, de merveilleux espaces vous attendent sur toute la côte.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis