Le guide : France à cheval : Grand Est (Alsace - Champagne-Ardenne - Lorraine)

Grand Est (Alsace - Champagne-Ardenne - Lorraine)

L'Alsace ne fait pas de ségrégation s'agissant des cavaliers. Ces derniers ne sont pas sujets aux restrictions, ils peuvent se balader sur tous les chemins dès lors que ces derniers mesurent plus de 2 mètres de large. Ce sont donc 1 000 kilomètres d'itinéraires, pas spécialement balisés, qui attendent le cavalier. Pour randonner à cheval en Alsace, il est important de se procurer la brochure Tourisme Equestre en Alsace auprès du Comité Régional de Tourisme Equestre. Très complète, c'est un outil précieux pour préparer sa randonnée dans la région. L'Alsace compte plus de 40 centres de tourisme équestre et plus de 70 gîtes susceptibles d'accueillir les cavaliers. Des grandes randonnées équestres ont été mises au point par le Comité de Tourisme Equestre. Côté paysages, les cavaliers découvriront une région faite de terres très diverses : des rieds, ces terrains marécageux, aux forêts de peupliers ou de chênes avec, par exemple, la forêt de la Hardt qui s'étend sur 1 300 hectares de Bâle à la frontière du Haut-Rhin, sans oublier les Vosges, dont une petite partie se situe dans la région, avec le Grand Ballon pour point culminant à 1 424 mètres.

L'Alsace est LA région où la gastronomie est plus qu'un art, une réelle culture. Outre la choucroute et le bretzel bien connus de tous, vous pourrez déguster un kugelhof en dessert, une matelote de poisson dans la région du Ried au printemps ou une délicieuse tarte à l'oignon. Sans oublier d'accompagner ces plats d'un vin d'Alsace (sylvaner, pinot noir...), dont les vignobles se trouvent sur la route des Vins mondialement connue, ou d'une bière, spécialité de la région.

ArdennesHaut de page

A la fois sauvage et domestiquée, entre vallons, plaines et bocages, la nature est reine incontestée dans les Ardennes. Tel un véritable patchwork géographique, le département étale ses paysages d'une grande diversité. Au nord, le plateau accidenté met en relief un massif schisteux important qui donna son nom à tout le département. Mises en éclat par les majestueux méandres de la Meuse, fleuve tranquille et navigable, les forêts sont le pays des légendes où l'enchantement fait écho aux espaces de sauvages. 330 km de sentiers balisés sont ouverts aux cavaliers.

L’ardennais, la plus vieille race française

Race fort ancienne, l'ardennais a influencé le comtois de Franche-Comté et l'auxois de Bourgogne. Héritier des chevaux préhistoriques dont les restes furent retrouvés à Solutré, l'ardennais est vanté pour sa force et sa vigueur dès l'Antiquité, par Hérodote ou encore Jules César. Il serait à l'origine des grands destriers du Moyen Âge. Vif et trapu, il était prédisposé à la traction légère, il était également un très bon cheval de selle. Puis sous le Premier Empire, il endosse un autre rôle celui de cheval d'artillerie. Très vite, il devient le meilleur cheval d'Europe dans ce domaine, ce qui lui vaut entre autres de participer à la désastreuse campagne de Russie dont il sera le seul cheval à revenir en nombre après avoir résisté à l'hiver glacial. Au XIXe siècle, il s'alourdit pour les besoins de l'agriculture avant de repartir sur les champs de bataille lors de la Première Guerre mondiale. Les pertes subies sur les plaines du Nord rendront nécessaire l'importation d'étalons belges et hollandais. Aujourd'hui, l'ardennais est le plus massif des traits français, tout son corps exprime la puissance et la force. Il mesure 1,62 m pour les mâles et 1,60 m pour les femelles. La robe la plus courante est le rouan, de préférence associé à une crinière claire, mais le bai est également fréquent. Plus rare, les ardennais peuvent être alezans, gris ou isabelle. En 2007, il y a eu 729 immatriculations de chevaux ardennais, soit 5 % du cheptel français de trait. Le cheval de trait ardennais est présent dans les régions herbagères françaises que sont la Champagne-Ardennes, l'Alsace, la Lorraine, l'Auvergne ou le Limousin. Dans de nombreuses villes de toute la France, le cheval ardennais est utilisé pour l'entretien des espaces verts, le transport scolaire, l'arrosage des fleurs... Une seconde vie pour cette race qui continue d'être un cheval de travail aux champs : il participe à l'entretien des herbages ou des vignes. Enfin il est pour certains un bon cheval de loisirs, monté ou attelé, il est un excellent compagnon de promenade. Le 1er week-end de septembre sur l'hippodrome de Vittel (Vosges) a lieu le plus grand rassemblement de chevaux de trait ardennais avec des concours modèles et allures, d'utilisation, de traction et de nombreuses présentations. L'occasion de se familiariser avec un cheval rustique, calme, puissant et docile.

Et dire qu'on l'appelait la Champagne pouilleuse... L'Aube se dessine à la rencontre de trois pays : la Champagne crayeuse et le Nogentais au nord, le Pays d'Othe à l'est et la Côte des Bars à l'ouest. Une boucle itinérante de 220 km, à faire en 9 étapes, est proposée par le CDTE pour découvrir ce département où il fait décidément bon vivre. Pour les sceptiques, sachez que la Côte des Bars produit un quart du champagne vendu dans le monde entier, le Pays d'Othe déroule des vergers prospères d'où nait un cidre au goût inimitable et les Riceys produisent un rosé d'exception. L'Aube permet donc de coupler randonnée et bonne chère. Dans le centre, 20 000 hectares de forêts verdissent un paysage d'eau (lac d'Orient, lac d'Amance...). D'ailleurs, depuis 2010, dans le parc naturel régional de la forêt d'Orient (PNRFO), 117 km de chemins sont ouverts aux cavaliers  et aux attelages en partie (balisage orange) reliant 22 villages, 5 centres équestres et des plages de Lusigny-sur-Barse, Géraudot, Mesnil-Saint-Père (lac d'Orient) et de Dienville (lac Amance), où il est possible par endroit de baigner les chevaux. Le tracé de cette grande randonnée est téléchargeable sur www.lacs-champagne.fr.

Adresses utilesHaut de page
Haut-RhinHaut de page

Le massif des Vosges est un paradis pour les randonneurs. Paysages de chaumes, de vallées, de forêts, de lacs sont au programme. Le Parc naturel régional des Ballons des Vosges est un des points forts du département. Il s'étend sur une superficie de 2 902 kilomètres carrés, une partie étant rattachée à la Lorraine. Sa principale caractéristique est la succession de ballons qui émergent de l'horizon et qui lui vaut le surnom de "ligne bleue des Vosges". Côté nature, ses panoramas multiples vont des tourbières protégées aux cimes dénudées des crêtes des hautes chaumes, des forêts de hêtres et de sapins aux nombreux lacs d'altitude, de la rondeur des sommets aux parois abruptes des cirques glaciers. Ses paysages de montagnes douces et de pâturages d'altitude en font un lieu idéal pour la randonnée équestre en été. Le Parc valorise également son patrimoine historique et culturel. Après la défaite de 1870, la crête des Vosges était devenue la frontière entre la France et l'Allemagne. Elle était donc le repaire d'un intense trafic de contrebandiers d'alcool, de tabac ou d'allumettes. Mais l'Histoire est aussi retracée au travers d'un patrimoine architectural restauré et préservé, doté de moulins, scieries et musées. Un important réseau de gîtes équestres donne la possibilité de prolonger sur un week-end ou même sur plusieurs jours la découverte du patrimoine naturel et culturel du Parc naturel régional des Ballons des Vosges. Deux randonnées équestres peaufinées par le CDTE 68, traversant le Parc naturel régional, valent la peine d'être pratiquées jusqu'à ce coin de l'Alsace  :

Le Circuit des cigognes entre vignes et montagnes, d'une durée de trois à six jours, selon les étapes choisies, allant de 20 à 30 kilomètres. La randonnée débute à Colmar et se termine au lac Blanc à 1 000 mètres d'altitude. Cet itinéraire est l'occasion d'observer de merveilleux paysages de crêtes vosgiennes en passant par la ville de Munster, connue pour son délicieux fromage.

Le Circuit du Sungdau aux crêtes vosgiennes, de quatre à six jours également, selon les étapes de 20 à 30 kilomètres. La randonnée s'étend d'Altkirsh à Metzéral, au nord du Jura français dans le Sundgau, puis dans les collines vosgiennes. Les principales étapes sont Markstein, Willer-sur-Thur, Bourbach-Le-Haut, Bretten, Spechbach-Le-Bas.

Haute-MarneHaut de page

La Haute-Marne, ce sont 1 800 km de sentiers balisés et 93 itinéraires libres inscrits au PDIPR (Plan Départemental des Itinéraires de Promenades et de Randonnées), et à télécharger sur le site du Conseil général de Haute-Marne, www.tourisme-hautemarne.com. Pareil maillage est une aubaine pour le randonneur équestre car la Haute-Marne présente bien des atouts naturels, c'est le pays des forêts et des orchidées, mais aussi des atouts culturels puisqu'on y visite des abbayes cisterciennes, la cité fortifiées de Langres ou bien encore le nouveau Mémorial Charles De Gaulle, à Colombey-les-Deux-Eglises, mais aussi le haras national de Montier-en-Der. Pour partir à l'aventure, contacter Equitourisme52, une association regroupant des professionnels du tourisme équestre de Haute-Marne qui propose des grands itinéraires libres dont un partant sur les traces des Templiers, mais aussi des conseils et la liste des établissements spécialisés dans le tourisme équestre. Quelques idées de circuits :

Le circuit des Templiers. 22 km à parcourir en une demi-journée. Il s'agit d'une boucle depuis Leffonds qui permet de découvrir l'abbaye de Mormant dont les Templiers furent en charge jusqu'à leur disgrâce. Située sur l'ancienne voie romaine de Langres à Reims, cette antique fondation hospitalière, n'a conservé que sa grange aux dîmes du XIIe siècle et un hospice à l'architecture remarquable. Ces bâtiments entourés d'une enceinte fortifiée étaient destinés à recevoir pèlerins et marchands, et aussi à secourir les pauvres. La boucle se poursuit jusqu'à Bugnières, et plus particulièrement au hameau de Beauvoisin où se trouve une salle souterraine dont les historiens n'élucident toujours pas la fonction, cette grande salle à trois nefs aurait peut-être servie de refuge aux Templiers de Mormant. Puis le cavalier devra remonter vers Leffonds en longeant le bois de Marac et le bois de Vèvres.

Le sentier historique de Jeanne d'Arc en Haute-Marne. Pour marcher sur les traces de Jeanne d'Arc, il est possible de suivre cet itinéraire à cheval. Jeanne d'Arc, âgée de 19 ans, part de Vaucouleurs en février 1429, pour Chinon. Elle va tenter de persuader le dauphin Charles VII de lui confier une armée afin de délivrer la France des Anglais. L'itinéraire, balisé d'est en ouest, à l'effigie de Jeanne chevauchant son destrier et à ses couleurs (blanc et bleu), est jalonné de flèches directionnelles et de panneaux cartographiés et historiés. Renseignements au Comité départemental du tourisme et du thermalisme de Haute-Marne.

De la région de Reims et d'Epernay, naît le vin le plus célèbre : le Champagne. Ce terroir d'exception ponctuée de vignobles et de caves fait saliver tous les randonneurs. À cette promesse d'ivresse, s'ajoute une découverte tout aussi intense : le décor du parc regional de la Montagne de Reims. Une randonnée à faire, sans hésiter. Quelques idées de randonnées :

Le Parc Régional de la Montagne de Reims. Composé des coteaux couverts de vignes, de petits villages typiques et d'églises romanes, ce parc est un gigantesque empilement de couches géologiques sédimentaires, dont le plateau recouvert sur 20 000 hectares de forêts denses, culmine à 283 m. Des chemins sont ouverts aux cavaliers. www.parc-montagnedereims.fr

Le Pays d'Argonne. Entre Vouziers et Buzancy, de Le Chesne à la pointe sud-est du département s'étire la forêt d'Argonne, mystérieuse, enchanteresse et néanmoins amie. Ses massifs forestiers étaient propices à la solitude. Ermites et autres religieux vinrent s'établir en Argonne champenoise. Vous découvrirez au fil de vos balades des ruines témoins de ce passé et des édifices épurés qui invitent à la quiétude. Ici, le randonneur trouvera forêt, nature, et calme. La capitale de l'Argonne est Sainte-Menehould. À noter que la production de bois, très abondante, a permis d'alimenter en combustibles les verreries et faïenceries dont les assiettes, les Islettes (XVIIIe siècle) sont issues.

Depuis 1988, le département est traversé par la transvosgienne équestre (qui se confond avec le tracé des GR 7, 714 et 533), longue de 620 km ; cependant cet itinéraire a été endommagé en 1999 lors de la tempête, le balisage est désormais aléatoire. Le Comité de tourisme équestre travaille à sa réhabilitation et accueille avec plaisir les bonnes volontés extérieures qui contribueraient à relayer l'info aux autres cavaliers.

Adresses utilesHaut de page
Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis