Le guide thématique Petit Futé Vacances seniors : BIEN VIVRE SA RETRAITE

BIEN VIVRE SA RETRAITE

Bien vivre sa retraiteHaut de page

Pour bien vivre sa retraite, certains choisissent le sport tout en sachant qu'avant toute activité physique, des précautions sont à prendre. On peut s'adonner à la randonnée, à la danse de salon, aux arts martiaux tandis que d'autres préféreront passer une partie de leur retraite au soleil. Ces derniers sont de plus en plus nombreux. Pourquoi ? Comment ça marche ? Les réponses sont ici...

Le sport et les seniorsHaut de page

Exercices physiques et sport sont nécessaires pour se maintenir en bonne santé et cela d'autant plus que l'âge avance. Des études scientifiques sérieuses ont démontré les effets positifs de la pratique d'une activité sportive sur l'état de santé autant physique que moral des personnes du troisième et du quatrième âge. Les vacances sont une bonne occasion pour pratiquer. Pour ceux qui ne sont pas habituellement sportifs, il est préférable de commencer progressivement et sans forcer. Une marche chaque matin est un bon moyen de réchauffer et de réveiller votre musculature. Vous pouvez également, si vous préférez, jardiner ou monter des escaliers. Pour ceux qui ont plus de ressources et d'entraînement, le vélo, la natation ou le tennis, à un rythme plus soutenu, sont des sports complets que vous pouvez pratiquer à plusieurs. La balade à pied, la randonnée ou la marche nordique, avec ou sans guide, sont les activités plébiscitées car les plus accessibles à tous, tout en étant facteur d'ouverture sur les autres et plus largement sur la nature et le monde. Vous le voyez, le choix est vaste. Pour terminer, renseignez-vous, de nombreux sites de sport, offrent des tarifs très avantageux pour les seniors. Toutefois, avant de commencer une activité sportive, demandez préalablement conseil à votre médecin.

RandonnéeHaut de page
Règles à respecter et conseils à connaîtreHaut de page

Partir en voyage à pied, même sur de courtes distances, nécessite d'être en bonne santé. Pour un trek difficile dans des pays au climat inhabituel, il est préférable de demander l'avis de son médecin traitant avant de partir. En cas de maladie chronique avec un traitement et de voyage en groupe, prévenez votre accompagnateur (ou ses compagnons).

En cas de problème pendant la randonnée, dans l'ensemble de l'Union Européenne appelez le 112 et allez chercher de l'aide. Ne jamais laisser seule une personne blessée ou fatiguée.

Le choix de l’itinéraireHaut de page

Il est fonction de la forme des participants, du temps dont vous disposez et bien sûr des conditions météorologiques. Sans caprices de la météo, il faut compter 5 heures de marche sans difficultés particulières, avec une halte de restauration à mi-parcours, pour des randonneurs débutants. Si par contre vous êtes entraîné, rien ne s'oppose à enchaîner plusieurs journées en prévoyant des haltes d'étape confortables et toujours conviviales.

Les bâtons de randonnéeHaut de page

Ils ne sont pas indispensables mais offrent une aide appréciable contre la fatigue et les chutes. Choisissez des bâtons de randonnée (ou de trekking) rétractables et en aluminium afin qu'ils soient légers, faciles à ranger dans votre sac ou à porter à la ceinture. Leur qualité dépend du type d'aluminium utilisé, de la qualité de la poignée, de la solidité de la pointe et de la fiabilité du système de blocage du pliage qui ne doit pas céder à l'effort et provoquer des chutes. Selon la nature du sol parcouru, utilisez les pointes ou des embouts adaptés. Les plus résistants et efficaces sont en carbone. Le type d'aluminium utilisé est indiqué par 4 chiffres sur le bâton. Le premier chiffre, pour un bâton de qualité, doit être compris entre 1 et 6. Plus il est élevé meilleur sera l'aluminium.

Les soins des pieds du randonneurHaut de page

Le premier ennemi du randonneur ce sont les ampoules et le mal aux pieds. Le choix de chaussures et de chaussettes adaptées à la marche est primordial. Lorsque c'est possible, prenez tous les soirs, un bain de pieds et frictionnez-les bien pour activer la circulation. Le matin, avant de vous chausser, saupoudrez l'intérieur de la chaussure de talc ou de poudre antifongique pour éviter échauffements et mycoses. Vous pouvez faire de même sur les pieds. Les ampoules sont dues aux frottements et elles se développent plus vite quand les pieds sont mouillés. Pour éviter les frottements, les chaussures doivent être bien ajustées, les chaussettes épaisses, tout en laissant une certaine souplesse. Vous pouvez utiliser deux paires de chaussettes : la première absorbant la transpiration. Quand une ampoule s'est formée, vous pouvez la percer à l'aide d'une aiguille préalablement rougie à la flamme afin qu'elle s'assèche. Vous pouvez également, avant de repartir le lendemain, appliquer un pansement type " seconde peau " (marque Compeed, Urgo ou autre) ou une bande adhésive élastique de façon à protéger la peau du frottement et à éviter une récidive.

InsolationHaut de page

C'est en marchant, dans nos régions surtout en été, que vous vous rendez compte de la puissance des rayons solaires. Vous pouvez protéger la peau découverte des bras, jambes et visage par une crème solaire haute protection. Pour la tête et les oreilles, vous utiliserez un bon chapeau, à bords larges et de couleur claire, pour les yeux, de bonnes lunettes de soleil (indice C). Pour le reste, si vous commencez à ressentir des maux de tête, vertiges ou frissons, l'insolation n'est pas loin. Il faut vous arrêter, vous abriter du soleil et de la chaleur et boire beaucoup d'eau. Continuer peut devenir rapidement dangereux.

Hygiène et sécuritéHaut de page

Sauf si les étapes sont prévues en hôtels ou autres hébergements avec confort à l'occidentale, l'hygiène fera partie des priorités du randonneur. Il faut vous laver consciencieusement les mains au savon et les essuyer avant de les porter à la bouche, de manger, etc. Pensez aux gels hydro-alcooliques désinfectants très utiles dans certains coins où trouver de quoi vous laver les mains est fort difficile. Même sans point d'eau pour faire un brin de toilette, et sans toilettes pour faire vos petits besoins, vous pouvez vous débrouiller. Les lingettes sont aujourd'hui le meilleur moyen de conserver une certaine propreté. Celles des bébés conviennent aussi bien pour les toilettes du visage et du corps que des endroits plus intimes. Les lingettes antiseptiques sont très utiles pour désinfecter des plaies superficielles, vous laver les mains ou les pieds plus en profondeur. Elles seront ensuite jetées dans une poubelle dès que possible. En pleine nature, aller aux toilettes ne pose aucun problème, encore faut-il rester soucieux de l'environnement. Le mieux est de creuser un petit trou. Une fois le papier toilette utilisé, vous le brûlez et vous recouvrez le tout de terre, de sable ou de pierres.

Pour les déchets, le feu est le meilleur moyen pour détruire ceux qui sont combustibles. Les autres seront jetés au prochain village. Quant à la lessive, c'est la débrouille. Tout point d'eau est bon, mais attention à ne pas trop le souiller. Si vous lavez votre linge le soir, il n'est pas toujours certain qu'il sera sec le lendemain matin. Dans les pays chauds remettre un T-shirt mouillé n'est pas désagréable...

Alimentation du randonneurHaut de page

Pour le randonneur, deux repas sont importants : le petit déjeuner et le souper, qui doivent être copieux, complets et équilibrés. En revanche le déjeuner peut être plus léger. Si vous avez décidé de marcher toute la journée, le régime alimentaire devra commencer la veille au soir avec un dîner de sucres lents (riz, pâtes, polenta, pain...). Le jour du départ, le petit déjeuner sera copieux avec au moins un quart de litre de boissons pour l'hydratation (lait, eau, jus de fruits ou café), des produits laitiers pour le calcium et les protéines, du pain tartiné de beurre et de la confiture pour l'apport énergétique et un fruit pour les vitamines. Si vous avez bon appétit, vous pouvez rajouter des oeufs ou du jambon. Si la marche a lieu l'après-midi, le déjeuner sera composé de pâtes, de viande grillée ou de poisson avec une noisette de beurre fondu, de salade, d'un laitage et de fruits, le tout accompagné de pain et d'eau.

Pendant l'effort physique, l'organisme puise dans ses réserves. D'où l'importance de vous alimenter régulièrement (toutes les heures environ) avec des glucides mais en petites quantités, cela maintient la glycémie et augmente la résistance de l'organisme. Pour cela, glissez dans votre sac des barres de céréales, des pâtes de fruits, du chocolat, du sucre, ou encore des fruits secs, même si la balade est de courte durée.
Vous pouvez ajouter des protéines (toutes les trois heures environ). Il peut s'agir d'une tranche de jambon, de veau ou de poulet, d'un yaourt (à boire, ils sont très pratiques), de berlingots de lait concentré ou d'un oeuf dur. Un conseil : conservez les produits qui ne sont pas des conserves dans des boîtes étanches ou des sacs de congélation, puis dans des poches isothermes placées dans le sac à dos.

Dans le désert, il est difficile de consommer des produits frais. Le quotidien est fait de boîtes de conserves et d'aliments lyophilisés. Pour en améliorer les qualités gustatives, emportez un petit flacon d'un mélange de sel, poivre, herbes ou épices. Dans certains pays, il est prudent de ne consommer aucun produit cru.

Boissons du randonneurHaut de page

Il faut boire 3 à 5 litres d'eau par jour afin de compenser les pertes dues à la transpiration, qui peuvent atteindre 1 l par heure, et éviter ainsi bon nombre de tendinites et de douleurs musculaires. Une perte d'eau de 1,5 l diminuant de 20 % la puissance musculaire, n'attendez pas d'avoir soif pour boire. L'idéal est de boire un demi-litre par heure, soit 5 à 6 gorgées en prise régulière toutes les 20 minutes. Evitez l'eau glacée qui peut donner mal au ventre. Pour le transport de l'eau, utilisez de préférence une gourde en aluminium enveloppée d'un sac isotherme. Vous pouvez alterner eau et boisson énergétique dites " boissons diététiques glucidiques de l'effort " utilisées par les sportifs (Isostar, Extran, Gatorade...). Elles servent à lutter contre la déshydratation et à apporter de l'énergie sous forme de sucres d'absorption rapide d'une part, pour un effet immédiat, et de sucres à assimilation lente d'autre part, pour l'endurance. Elles contiennent aussi des vitamines (B et C) et des sels minéraux. Mais attention, une concentration trop forte en glucides peut causer des crampes et autres problèmes d'estomac.

En campagne, vous trouvez souvent de l'eau potable tout au long du trajet : aux fontaines bien sûr mais aussi aux robinets des cimetières et dans les maisons privées (à condition de demander poliment). Ne buvez pas l'eau des rivières, même si elle est claire. De même en montagne, l'eau des torrents, souvent très fraîche et très tentante, peut être polluée par les animaux qui se trouvent en amont dans les alpages d'été.

En voyage à l'étranger, il convient de vous montrer prudent en ce qui concerne l'eau potable. En effet, elle présente généralement une certaine composition bactériologique à laquelle notre corps, pas habitué, ne résiste pas : boire celle-ci peut donner lieu à des troubles gastriques ou intestinaux sérieux pouvant entraîner des risques de déshydratation ou provoquer des maladies infectieuses graves dont la (para) typhoïde, la dysenterie, le choléra... Dans certaines régions du monde, il est même recommandé de ne pas l'utiliser du tout, même pour vous brosser les dents. Vous ne devez boire que de l'eau en bouteille décapsulée devant vous ou de l'eau bouillie refroidie. N'utilisez jamais de glaçons ! Des désinfectants en comprimés permettent de boire l'eau du réseau de distribution, de sources ou de puits.

Le feu en randonnéeHaut de page

L'un des quatre éléments indispensables pour vous nourrir. Avant le départ, il faut prendre connaissance de la réglementation du pays ou de la région de destination, car vous ne pouvez pas allumer un feu n'importe où, à n'importe quelle saison et n'importe comment. Le mieux pour éviter tous risques c'est le feu en tranchée. Vous creusez un trou dans la terre d'environ 30 cm de profondeur et de largeur variable en fonction de la cuisson. Le brasier à l'abri du vent tiendra plus longtemps. Vous les recouvrez d'un cône en pierre. Avant de partir, assurez-vous que le feu est bien éteint. Pour cela le noyer d'eau ou le recouvrir de terre.

Parce qu’ils aiment leur régionHaut de page

Si certaines agences de voyages ont débuté leur activité en régions mais l'ont élargie par la suite à la France et au monde entier, d'autres ont fait le choix de n'organiser des randonnées que dans leur département ou dans les départements limitrophes. Ils aiment leur région, ils y vivent, ils la connaissent, ils la vantent et ils ont bien raison de le faire. Pourquoi aller chercher ailleurs ce que l'on a sur place ?

Danse de salonHaut de page

C'est une façon de vous divertir en faisant du sport, que vous soyez amateur ou débutant. La danse de couple est une danse de société qui peut mener également à la compétition et aux concours. Ses nombreux styles différents, lents ou rapides, anciens ou modernes permettent à chacun de danser selon son rythme et ses goûts. Que l'on soit senior célibataire ou en couple, c'est une excellente activité pour rester dynamique et alerte tout en agrandissant son cercle d'amis et de connaissances. Ouverte aussi bien aux quinquagénaires qu'aux septuagénaires et plus, c'est un remontant naturel pour ceux qui ont tendance à perdre l'estime de soi, l'âge avançant. Elle entretient autant la mémoire qu'elle favorise une bonne circulation générale et sollicite tous les muscles du corps. Contact : il existe un nombre considérable de clubs et plusieurs fédérations. Pour entrer en relation avec l'un d'entre eux, le mieux est de vous renseigner dans votre ville ou département.

Il s'agit d'une activité sportive idéale pour les seniors, favorisant l'équilibre mental et émotionnel. Elle nécessite de faire travailler sa mémoire et permet de développer les réflexes tout en acquérant une bonne maîtrise de soi. Au niveau physique l'aïkido permet de travailler la mobilité, apprend à gérer les chutes, en un mot aide à conserver son agilité tout en faisant travailler tous les muscles du corps. Enfin dernière qualité et non la moindre, ce sport se pratique en groupe dans des clubs permettant ainsi d'agrandir son cercle de relations. Débutants comme initiés, les seniors seront bienvenus dans les clubs qui proposent pour la plupart des cours adaptés à leur âge.

Yoga SatyanandaHaut de page

Le yoga Satyananda est une ancienne forme de yoga développée à nouveau en Inde depuis 1963. C'est une discipline holistique centrée sur l'entretien du corps, le mental et la pensée. Il utilise diverses techniques telles que les postures, la respiration, la détente, la contemplation et la méditation. Il s'agit d'un yoga moderne, totalement adapté au rythme de vie du monde actuel, et d'une activité bien-être convenant parfaitement aux seniors. Une séance dure d'une heure à deux heures selon le niveau des participants. Discipline aux multiples bienfaits, le yoga Satyananda revitalise, relaxe et aide à redonner la joie de vivre principalement aux seniors qui ont du mal à accepter les changements physiques et intellectuels dus à l'âge.

Résidences servicesHaut de page
Vivre au soleil !Haut de page

Nos plus belles années, de Stéphanie Kaim, ce film ne vous dit rien ? Mais oui, Margot, Georges, Paulette, Louise et toute la clique qui décident de prendre le large pour profiter pleinement de leur retraite en passant l'hiver sur les plages du Maghreb. Un film, peut-être, mais aussi une réalité qui illustre bien cette nouvelle génération de seniors et qui bouleverse nos clichés sur la vieillesse. Ils sont nombreux ces retraités (80 000 selon un récent sondage) d'un nouveau genre à vouloir quitter l'Hexagone pour une cure de jouvence, loin de la solitude, du quotidien morose, d'un coût de la vie élevé pour des revenus souvent bas... Inutile de se voiler la face, le Maghreb ou d'autres pays du soleil pourraient bien devenir la maison de retraite des Européens. Certains choisissent l'Espagne, d'autres le Maroc, l'Italie, la Tunisie, la Croatie, la Grèce, le Canada, Israël, le Portugal, le Mexique ou le Nicaragua. Les raisons sont multiples, ils recherchent avant tout un niveau de vie moins élevé et un climat plus clément.

Nos seniors n'ont pas froid aux yeux, c'est le moins qu'on puisse dire ! Organiser une vie dans un autre pays même provisoire, il faut avoir un certain courage, chapeau ! Mais n'oubliez pas de bien connaître au préalable les us et coutumes locaux (vie au quotidien, formalités - hors de l'UE vous pouvez avoir besoin d'un permis de séjour ou d'un visa pour rester plus longtemps dans un pays, santé...).

Le Maroc : destination très tendance pour les seniors

Depuis plusieurs années déjà, le sud de la côte marocaine voit déferler une ribambelle de seniors au volant de leur camping-car pour s'installer le long des plages durant les longs mois d'hiver (de 3 à 6 mois). L'Afrique du Nord leur offre douceur du climat et un coût de la vie bien moins cher qu'en France, à tel point que certains ont décidé de s'y installer définitivement. Au tout début de l'aventure, les conditions de vie étaient plutôt réduites mais la population locale a très vite compris l'intérêt de ce tourisme de nouvelle génération. Depuis les camping-cars et les caravanes ont l'électricité grâce à l'énergie solaire, l'eau potable est fournie par des camions citernes. Les responsables politiques du pays ne sont pas en reste et permettent même aux Français qui le désirent de s'installer tout en profitant d'importants dégrèvements fiscaux. Rien d'étonnant alors de croiser des couples de seniors aujourd'hui propriétaires d'appartements ou de riads et vivant décemment malgré de faibles retraites ! Et puis, si le mal du pays frappe, la France n'est qu'à quelques heures d'avion !

Comment prendre sa retraite à l’étranger ?Haut de page

La Maison des Français de l'étranger qui dépend du ministère des Affaires étrangères et renseigne les candidats à l'expatriation reconnaît volontiers être de plus en plus souvent consultée par des retraités, désireux de s'installer au Maroc ou en Tunisie mais aussi ailleurs dans le monde. Toutefois, il est bon de préparer ce départ (formalités, impôts, assurance maladie...) et savoir à l'avance à quoi vous vous engagez. Partir à l'étranger n'empêche pas de percevoir votre pension sur votre compte bancaire en France ou encore sur un compte ouvert dans votre nouveau pays. Retenez toutefois que seule l'allocation supplémentaire (minimum vieillesse) est réservée aux résidents en France. Dans le cas où vous n'êtes plus domicilié fiscalement en France, la CSG et la CRDS ne seront plus prélevées sur la pension. Mais en fonction des accords signés avec le nouveau pays de résidence, une cotisation de 2,8 % pourra être retenue à la source.

S'agissant des impôts, vous continuez à les payer en France si vous y séjournez plus de 183 jours par an ou, à défaut, si votre foyer et vos intérêts économiques sont situés dans l'Hexagone. Si vous ne répondez à aucune de ces conditions, l'imposition découlera de la convention fiscale signée entre la France et le pays d'accueil. Il est donc recommandé de bien lire celle-ci (disponible sur le site Internet du ministère des Finances) car c'est l'unique moyen de savoir comment seront taxés vos revenus. Attention, s'il n'y a pas de convention fiscale entre les deux pays, le risque est de vous voir confronté à une double imposition. Dans tous les cas, adressez un courrier à votre caisse de retraite afin de l'informer de votre changement de résidence. N'omettez pas de joindre un RIB si le versement doit s'effectuer sur un autre compte bancaire ainsi qu'un certificat de résidence.

Assurance maladieHaut de page

Si vous choisissez de vivre dans un pays de l'Union européenne ou en Suisse, la caisse de retraite délivre le formulaire E121 grâce auquel vous pouvez bénéficier de la même couverture santé que les habitants de votre pays d'accueil selon la législation locale. Toutefois, informez-vous pour savoir si cette dite couverture est complète et si les soins pris en charge par le service public sont de qualité. Si tel n'était pas le cas et que vous deviez vous tourner vers le secteur privé et que ce dernier soit mal remboursé, vous soigner peut coûter cher. Dernière solution, revenez en France pour profiter de soins appropriés. Dans cette hypothèse, vous devez en principe demander dans votre pays de résidence, à la caisse d'assurance maladie locale, un formulaire autorisant la prise en charge des soins programmés. Sauf accord particulier de la Sécurité sociale française avec les autorités locales, si vous élisez domicile hors de l'Union européenne, vous devrez cotiser à la Caisse des Français à l'étranger. Cette dernière assure, moyennant une certaine somme (dans les 100 € par trimestre), la même couverture que celle offerte en métropole. De plus, moyennant une cotisation égale à environ 2 % de ses pensions, les soins reçus en France lors de vos séjours temporaires seront également remboursés. Toutefois, il est conseillé de prendre une mutuelle pour compléter cette protection.

En cas de transfert de résidence dans un Etat membre de l'Union européenne, aucune formalité douanière n'est exigée. Dans un pays n'appartenant pas à l'UE, vous devez impérativement fournir au service des douanes : un inventaire détaillé, estimatif, daté et signé de tous vos biens (mobilier, véhicule...) en double exemplaire ; tout document justifiant le transfert de résidence. A noter : dans ou en dehors de l'UE, la sortie de France de certains biens est soumise à l'accomplissement de formalités particulières (armes, munitions, biens culturels...).

Comptes bancairesHaut de page

Prévoyez avant votre départ de France d'informer suffisamment à l'avance votre banque de votre changement de résidence. De ce fait, remplissant certaines obligations légales, vous aurez le temps d'organiser votre vie bancaire à l'étranger et vous serez informé des conséquences de la réglementation sur vos comptes et placements. En devenant non-résident fiscal français, l'intéressé est tenu de déclarer son changement de statut fiscal à sa banque mais aussi à tous les établissements teneurs de ses comptes. Attention, le compte du moment devient alors un compte de non-résident, statut qui a des conséquences sur le régime fiscal des placements et sur les produits d'épargne que vous pouvez conserver. Certains placements peuvent être maintenus.
Certains produits d'épargne doivent être fermés. Dans tous les cas, renseignez-vous. Une fois à l'étranger, la vigilance est encore de mise. N'hésitez pas à vous informer auprès d'un établissement bancaire spécialisé pour les expatriés sur la fiabilité et la sécurité des établissements bancaires de certains pays. Mieux encore, avant votre départ de France, il est judicieux de poser toutes vos questions à votre banque, notamment sur les points suivants : particularités du système bancaire du pays d'accueil, documents à fournir pour ouvrir un compte dans le pays de résidence, pour obtenir un chéquier, carte bancaire ou carte de retrait d'espèces. Si la banque dispose d'un réseau international, renseignez-vous sur l'existence d'une filiale dans le pays de résidence ou encore vous faire recommander une banque correspondante locale partenaire habituelle de votre banque.

SuccessionsHaut de page

C'est vrai, le sujet n'est pas de toute gaieté mais il faut pourtant y penser et en connaître l'essentiel. Sachez qu'en cas de décès, les biens immobiliers situés en France seront partagés suivant les règles du droit français. Mais pour tout ce qui est des placements financiers et du patrimoine immobilier, situés dans le nouveau pays de résidence, l'ensemble sera réparti entre les héritiers selon les règles successorales en vigueur dans ce pays. Mieux vaut donc prendre vos dispositions et consulter un spécialiste en la matière, sans oublier le fisc.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté