Le guide : RANDONNÉES À PIED : Auvergne-Rhône-Alpes

Auvergne-Rhône-Alpes

Auvergne. L'Auvergne est tout à fait adaptée à la randonnée pédestre. Paysages majestueux et variés, itinéraires diversifiés, de la sortie en famille aux périples de plusieurs jours, vous avez le choix des itinéraires et des sentiers. Et sur le chemin, des auberges accueillantes, des rencontres inattendues, des monuments à visiter, de bonnes petites adresses à découvrir...

Rhône-Alpes. Voici une région très attractive pour les randonneurs, tout particulièrement pour ses sentiers en montagne. De GR en circuits balisés par les Départements, vous n'avez que l'embarras du choix pour ce qui est des itinéraires à faire. Les topo-guides abondent, les accompagnateurs aussi. Les pratiques sont variées : rando, trail, marche nordique... Et certains lieux réputés sont au programme, dont le mont Blanc, notre sommet national. Le long du chemin, vous pouvez bivouaquer, dormir en refuge, en gîte, en hôtel...

Sur les traces de Stevenson

Le 22 septembre 1878, l'écrivain écossais Robert Louis Stevenson part à pied du Monastier-sur-Gazeille avec son ânesse Modestine. Douze jours, 220 km et beaucoup d'aventures plus tard, il arrive à Saint-Jean-du-Gard. L'année suivante, il publie à Londres son journal de route : Voyage avec un âne dans les Cévennes. Une anthologie ! En 1978 était célébré le 100e anniversaire du voyage de Stevenson, par le Club Cévenol. Six ans plus tard, la Fédération française de randonnée pédestre balise le chemin de Stevenson et lui donne la dénomination de GR70. Elle édite également, avec Chamina, le Topo guide du chemin. C'est l'année suivante, en 1994, qu'est créée l'association Sur le Chemin de R.L. Stevenson qui regroupe des prestataires de tourisme, situés sur le chemin ou à proximité et associés pour faire vivre cet itinéraire, travailler ensemble et offrir un produit de qualité. En 1998, alors que l'on commémore le 120e anniversaire du passage de Stevenson, l'association embauche un Agent de Développement Tourisme et un Jumelage est scellé avec le Robert Louis Stevenson Club d'Édimbourg.
En 2002 est initié le Festival Stevenson (au Pont de Montvert, puis dans une commune différente chaque année). En 2004, on fête les 10 ans de l'association et un nouveau jumelage est scellé avec le comité Stevenson d'Etréaupont dans l'Ain, qui met en lumière son Voyage en canoë sur les rivières du nord en 1876. 2006 : 1re édition de la Semaine Stevenson dans le cadre du Festival nature du Parc national des Cévennes. 2008 : 130e anniversaire du Voyage de Stevenson et Modestine dans les Cévennes avec d'avril à octobre, 250 km de programmation culturelle et festive, création de l'exposition " Voyage avec Robert Louis Stevenson ", avec la participation de Michel Le Bris, spécialiste de Stevenson, créateur et directeur du festival Les Etonnants Voyageurs à Saint Malo.

Depuis 1994, l'association Sur le chemin de R.L. Stevenson et ses partenaires oeuvrent pour le développement économique du territoire en faisant vivre le GR70, et ce, dans le respect de la nature et du patrimoine. Ses missions s'articulent autour de plusieurs angles. La mise en réseau des prestataires touristiques " Relais Stevenson " (hébergeurs, restaurateurs, organisateurs de séjours, loueurs d'ânes, transporteurs de personnes et de bagages, sites et intervenants culturels ou randonnée) qui travaillent ensemble, sur ou à proximité du GR70, pour offrir un produit de qualité au service des randonneurs. L'accompagnement des randonneurs dans la préparation de leur randonnée (regroupement des informations pratiques). La promotion du chemin de Stevenson (salons, accueil presse, édition de documentation, site Internet...). La mise en valeur du patrimoine (naturel et culturel) du chemin,

la coordination des projets et des initiatives locales pour le développement du chemin.

Les adhérents de l'association forment un réseau de plus de 134 professionnels : hébergeurs, restaurateurs, organisateurs de séjour, organisateurs et accompagnateurs de randonnée équestre, transporteurs de personnes et de bagages, loueurs d'ânes, intervenants culturel, sites culturels.

Le travail ainsi mené, avec l'aide de nombreux partenaires institutionnels, a fait du chemin de Stevenson l'un des GR les plus connus de France et un véritable outil de développement pour les territoires concernés.

L'association vous accompagne dans la préparation de votre aventure. Vous trouverez sur ce site les informations pratiques nécessaires. Seul, en groupe, avec un âne, à vélo ou à cheval, vous pouvez découvrir le chemin emprunté par Robert Louis Stevenson en 1878... L'objectif à moyen terme est de mettre en lien des territoires en France, en Belgique, en Ecosse et en Angleterre où Robert Louis Stevenson a vécu et voyagé.

Les randonneurs qui empruntent le sentier de Stevenson sont invités à compléter au retour de leur séjour un questionnaire en ligne. Une participation qui permet de mieux cerner les attentes des randonneurs et contribue à l'amélioration du sentier.

Entre Auvergne et Languedoc-Roussillon, le chemin de Stevenson relie le sud du Massif Central aux Cévennes profondes... Un itinéraire phare du Massif-Central, 250 km du Puy-en-Velay à Alès... Quatre départements traversés : Haute-Loire, Ardèche, Lozère, Gard. Ainsi le GR70 traverse-t-il quatre territoires bien identifiés et diversifiés. Le Velay : un doux mélange coloré entre reliefs volcaniques et hauts plateaux agricoles... Le Gévaudan : un pays légendaire où les petites vallées accueillent des forêts sauvages éclairées de pâturages et de marais... Le mont Lozère : un étrange massif nu, parsemé de chaos granitique aux formes arrondies et ponctué de sources fraîches... Les Cévennes : profondes et lumineuses à la fois, les vallées cévenoles invitent doucement au farniente, à la nonchalance du midi.

Le site Internet vous informe en détail sur l'histoire et l'évolution de ce sentier, osons ce terme galvaudé, mythique. Vous y trouvez tout ce qu'il faut pour organiser votre randonnée : hébergement, itinéraires téléchargeables, etc : www.chemin-stevenson.org/fr

Les spécialistesHaut de page
Randonnées et trail en Isère

Isère Tourisme, l'antenne tourisme du Conseil départemental de l'Isère, s'attache à la promotion de la randonnée et du trail dans les massifs et les laines iséroises. Avec 9 000 km de sentiers balisés, une large palette de sentiers et de paysages, particulièrement dans un environnement montagnard aux massifs typés, l'Isère attire les randonneurs. Ils constituent chaque année plus d'un tiers des touristes dans le département ! La brochure touristique Balades & Randonnées a été pensée pour inciter tous les vacanciers à découvrir ces sentiers. Ce document propose 35 itinéraires de randonnée à la journée sur tous les territoires de l'Isère et pour tous les niveaux. Les circuits sont détaillés (nombre d'heures de marche, dénivelé, etc.) et organisés autour de différents thèmes - fraîcheur, panorama, lacs, patrimoine ou nature - pour permettre à chacun de choisir sa randonnée en fonction de ses centres d'intérêt, du territoire, de la difficulté et de la durée.

Nouveauté : pour la première fois le guide Balades & randonnées présente les 5 stations de trail isérois avec pour chacune d'elles la description d'un parcours. Cette activité en plein essor, avec près de 400 000 pratiquants en France, a une place de choix en Isère. La première station de trail iséroise est née dans le massif de Chartreuse, à Saint-Pierre-de-Chartreuse. Désormais s'y sont ajoutées les stations de Belledonne-Pays d'Allevard, de l'Oisans, du Taillefer-Alpe du Grand Serre et du Vercors. Le guide présente chacune d'entre elles avec leurs équipements, le nombre de parcours dotés d'un balisage spécifique, le type de relief, ainsi qu'une suggestion d'itinéraires.

Voir pour plus de précisions le site : www.isere-tourisme.com/faire/balades-et-randonnees

Les circuitsHaut de page
Au cœur du BeaufortainHaut de page

Département : Savoie (73), d'Arêches à Queige

Temps estimé : 2 jours - 28 km

Saisons idéales : printemps, automne

Catégorie : facile

Accès : Arêches

Les Beaufortains vivent leur vie de montagnards et invite le vacancier à partager un pays qu'ils n'ont pas déserté. Ici, les souvenirs d'enfance deviennent réalité avec la crête des sommets enneigés dessinant l'horizon, les prés d'un vert intense où paissent les troupeaux, le petit village serré autour de son clocher, accroché à la pente et, partout, les chalets de bois, disséminés sur les flancs de la montagne. En altitude le beaufort acquiert toute sa saveur !

Parmi ses sommets les plus remarquables, vous admirerez le Grand Mont, l'Aiguille du Grand Fond et la Pierra Menta - la pierre montée -, sorte de dent rocheuse en surplomb au-dessus du lac de Roseland, autour de laquelle a lieu la célèbre course de ski-alpinisme, la Pierra Menta. Le signal de Bisanne, avec ses 1 941 m, constitue un belvédère remarquable sur le massif du mont Blanc tout proche. Le Beaufortain c'est aussi la région privilégiée des lacs de barrage.

Au coeur des versants verdoyants et des forêts, visitez l'authentique Arêches. De passage au printemps, vous croiserez quelques beaux troupeaux de tarines, avant leur départ en alpage. Arêches, c'est aussi son église Saint-Jean-Baptiste de style baroque savoyard, son chalet La Ruine, ses cadrans solaires, greniers et oratoires, sans oublier le célèbre barrage et le Cormet de Roselend. Vous reliez les hameaux disséminés autour d'Arêches, notamment le plus pittoresque de tous, Boudin, sur la route du col du Pré. Plus loin, le hameau Le Praz, superbe avec ses chalets disposés autour du four à pain central, sa chapelle Saint-Antoine avec son bassin et son ensemble de petits greniers. Le Bersend, quant à lui, surplombe le célèbre Beaufort, aux ruelles pavées étroites et fleuries en saison et aux maisons hautes, l'une des communes les plus étendues de Savoie, véritable bourg de montagne à 760 m d'altitude. Hauteluce a su aussi préserver son authenticité avec son église au clocher à bulbe classé, sa chapelle de Belleville, son écomusée... Profonde et majestueuse, ouverte sur le massif du Mont-Blanc, la vallée d'Hauteluce demeure un site préservé. Queige, la campagne à la montagne, aux portes du Beaufortain, un village pour les amateurs de liberté et de tranquillité. La richesse et la décoration intérieure de son église baroque dédiée à sainte Agathe contrastent avec l'austérité de son architecture extérieure, la Pietà. La commune de Villard-sur-Doron offre sa plaine parsemée de balles de foin. Tracez votre itinéraire d'un hameau à l'autre, d'un village à l'autre, d'un col à un sommet, les possibilités sont innombrables ! Un remarquable territoire de randonnées en étoile.

Au cœur du parc naturel régional du VercorsHaut de page

Départements : Drôme (26) et Isère (38), de Lans-en-Vercors à Corrençon

Temps estimé : 2 jours - 25 km

Saisons idéales : printemps, automne

Catégorie : moyen

Accès : Lans-en-Vercors

Le Vercors est une véritable citadelle de calcaire qui s'érige entre la vallée du Rhône à l'ouest et les Alpes à l'est. Vous gagnerez, au travers des forêts d'épicéas, les alpages et hauts plateaux du massif. Ici, pas moins de quatre-vingts espèces végétales sont protégées. Plus haut, des reliefs plus alpins pour rejoindre les sommets vous offrant successivement la vue sur les Alpes : du mont Blanc aux Ecrins et de la Chartreuse au Jura. Un écrin de nature, le parc naturel du Vercors vous dévoilera la richesse de sa faune : les chevreuils pâturent à la lisière des bois, les marmottes se prélassent au soleil pendant que le bouquetin fait la sieste sur une vire. Et, sous l'oeil attentif de l'aigle royal, les jeunes chamois jouent dans les pentes. Découvrez Lans-en-Vercors, un village au coeur des quatre Montagnes avant de vous lancer pour les fameuses gorges du Bruyant. Proche du village, ce site magnifique classé depuis 1977 est un véritable havre de fraîcheur. Le cheminement le long du Bruyant, enserré de jolies falaises, vous fera découvrir tous les charmes d'un torrent de montagne. Peut-être aurez-vous la chance d'y apercevoir le cincle plongeur ou quelques chamois sur les vires herbeuses surplombant les gorges. Enfin, au pied de la cascade, retrouvez les vestiges de l'ancien moulin - meules, canaux... Des passerelles permettent de passer d'une rive à l'autre. De Lans-en-Vercors, rejoignez Villard-de-Lans. Chacun choisit son itinéraire. Certains préféreront l'ascension du pic Saint-Michel pour découvrir le bassin grenoblois, d'autres le parcours en balcon par le sentier Gobert, offrant une magnifique vue d'ensemble sur le val de Lans. Evasé telle une auge, le val de Lans porte les traces du lac glaciaire qui l'occupa il y a trois cent mille ans. Cette vraie plaine d'altitude est encadrée par deux lignes de montagnes.

A l'est, les crêtes rocheuses et raides de la Grande Roche et du pic Saint-Michel, des Crocs de l'Ours dominant de près de 1 000 m le val. A l'ouest, les croupes forestières des bois de Servagnet et de Chaband apportent plus de douceur. Villard-de-Lans, la plus importante station de ski du plateau du Vercors, est un village typique ayant su conserver son patrimoine architectural, développé au début du siècle grâce à un tourisme de cure réservé à la bourgeoisie. Le lendemain, vous rejoindrez Corrençon. Sur ce dernier tronçon le pont de l'Amour, la cascade et l'alpage de la Fauge.

La vallée de la ValserineHaut de page

Département : Ain (01)

Temps estimé : 1 jour - boucle

Saisons idéales : printemps, automne

Catégorie : facile

Accès : Bellegarde-sur-Valserine

Une balade tranquille au coeur du parc naturel régional du Haut-Jura. Du parking du viaduc, empruntez le sentier des Berges en rive droite et remontez jusqu'aux " Pertes de la Valserine ", un site impressionnant. La rivière sillonne au milieu des gorges abruptes, coule en cascades puis se perd entièrement sous la pierre. A cet endroit, le pont naturel des Oulles, poste-frontière jusqu'au milieu du XXe siècle - qui, suite à un éboulement, n'est plus naturel - a été le lieu de passages privilégié des commerçants, paysans et guerriers.

La Valserine disparaît en flots tumultueux dans de profondes crevasses. Ce phénomène impressionnant se répète sur près de 200 m, tout autour, subsistent des trous ou " oulles " creusés dans la roche par le mouvement circulaire de l'eau lors des grandes crues. Le parcours emprunte une série d'escaliers et de passerelles. Grâce à l'une d'elles, vous passerez sur la rive gauche, juste avant le barrage de Métral. Remarquez, à proximité, la bâtisse abritant une jolie pompe à eau aux engrenages de bois. Vous voici aux Pertes, où la rivière semble disparaître sur plusieurs dizaines de mètres. Prêtez l'oreille, on l'entend gronder, elle n'est pas loin. En vous penchant au-dessus des profondes crevasses qui entaillent le sol rocheux, on la sent presque. Elle est simplement quelques mètres plus bas, faisant des siennes. Le sentier suit maintenant l'affluent, la Semine que l'on franchit au pont de Coz - ce tronçon est à éviter pendant les périodes de crues ou de verglas. A partir du pont de Confort, il est possible d'accéder à la Mêlée des Eaux en quelques minutes pour voir la Semine rejoindre la Valserine. En poursuivant le long de la vallée et avant de gagner la D14a, vous pourrez accéder, avec prudence, à un magnifique point de vue sur le pont des Pierres, ici même où vous franchirez la vallée pour rejoindre Confort. Le sentier emprunte alors la voie du Tram, ce qui est bien sympathique. Retour au point de départ.

Le massif des AravisHaut de page

Département : Haute-Savoie (74), du Grand-Bornand à Manigod

Temps estimé : 2 jours - 25 km

Saison idéale : toute l'année

Catégorie : facile

Accès : le Grand-Bornand

Entrecoupé de cols et de vallées creusées par les torrents, le massif des Aravis abrite depuis plus de 10 000 ans une population libre et courageuse, vivant du bois et de l'agriculture. Il a, avec ses quatre villages - dont deux labellisés " Famille Plus "  -, conservé toute son authenticité, avec ses chalets traditionnels, son patrimoine religieux préservé, son importante activité pastorale liée à la fabrication du reblochon, fameux fromage AOC, ses coutumes et traditions toujours présentes, ses paysages vierges de toute activité favorisant une faune et une flore riches et abondantes.

Découvrez le Grand-Bornand (950 m d'altitude), blotti au coeur des vallées riantes du Bouchet et du Chinaillon, avec ses quelques quatre cents chalets traditionnels. Sous leurs toits de tavaillons ou d'ancelles, ces trésors patrimoniaux préservés ornent fièrement les pentes douces des alpages. Ville étape régulière du Tour de France, la commune organise de nombreux rendez-vous estivaux, sportifs ou culturels. De passage en août, partagez son incomparable festival international de spectacles jeune public " Au Bonheur des Mômes ". Saint-Jean-de-Sixt est, quant à lui, un véritable petit coin de paradis, niché à 960 m d'altitude. A mi-parcours, à La Clusaz (985 m d'altitude), vous serez surpris par le détonant mélange de traditions et de modernité dans un site magnifique, au pied de la chaîne des Aravis. La Clusaz a su trouver un juste équilibre, en se forgeant le caractère d'un village fidèle à son passé mais plus vivant que jamais. Profitez de votre passage pour déguster les spécialités du pays, tomme blanche, polenta, fromages et charcuteries du pays... la cuisine savoyarde saura vous régaler. Enfin, Manigod (1 500 m d'altitude) et sa station Col-de-Croix-Fry-Col-de-Merdassier, baignés de calme et de beauté. Nature préservée, alpages verdoyants, Manigod est un lieu de séjour idéal, avec ses 140 km de sentiers balisés. C'est aussi le village natal du grand chef Marc Veyrat. Lac Charvin, montagne de Sulens, plateau de Beauregard, sont autant de sites exceptionnels pour se ressourcer et goûter au dépaysement. Le village et sa vallée réservent de nombreuses découvertes : l'église et son orgue à tuyaux, la Maison du patrimoine, les visites et goûters à la ferme, le marché savoyard... En station, piscine, dévalkart, poney, bungy, trampoline... au pied du majestueux sommet de l'Etale.

Le pays du Grand-Bornand s'ouvre au regard des amoureux du massif des Aravis
Le pays du Grand-Bornand s'ouvre au regard des amoureux du massif des Aravis
Le sentier des MuletiersHaut de page

Département : Puy-de-Dôme (63)

Temps estimé : 1 jour

Saisons idéales : été, printemps, automne

Catégorie : facile

Accès : col de Ceyssat

Classé Grand Site de France, le Puy de Dôme règne du haut de ses 1 465 m sur la chaîne des Puys et ses quatre-vingts volcans. Montagne emblématique de l'Auvergne, ce Puy a donné son nom au département - les responsables de l'époque avaient pensé à " mont Dore " mais en bons Auvergnats, cela faisait trop riche  ! Le Géant des Dômes, des Romains, en passant par Pascal, jusqu'au couple Anquetil-Poulidor, est vraiment une star. Avec sa silhouette imposante aux formes arrondies, coiffé de son antenne, il donne envie de le gravir, mais il est avant tout un espace naturel fragile. L'accès au sommet est possible par les différents chemins de randonnées entourant le site - la route étant exclusivement réservée aux véhicules. Le chemin le plus pratique et le plus accessible toute l'année est celui des Muletiers, emprunté depuis l'époque romaine. Nous sommes nombreux à avoir chaussé nos baskets et pris notre courage à deux pieds pour affronter cette sente qui nous propulse vaillamment à presque 1 500 m d'altitude. Classique me direz-vous, certes, mais à quelques minutes seulement de la capitale auvergnate et accessible à tout le monde. Le col de Ceyssat - 1 078 m - est situé sous le Puy de Dôme, c'est ici qu'est donné le départ. Marchez à votre rythme. Le sentier est facile. Tout au sommet sont prévus pour récupérer son souffle restaurant, salle de pique-nique, centre d'informations, et pour les moins claqués, vols en parapente. Alors cool, les amis  ! Au sommet toujours plusieurs tables d'orientation pour un panorama impressionnant et unique sur l'alignement des puys au sud et au nord, sur le massif du Sancy et le plateau des Combrailles, sur le Livradois-Forez et l'agglomération clermontoise.

On peut aussi accéder au sommet du Puy de Dôme à bord d'un train à crémaillère moderne, le Panoramique des Dômes, en 15 minutes...

Le tour du CantalHaut de page

Département : Cantal (15), de Murat à Mandailles

Temps estimé : 3 jours - 24 heures

Saisons idéales : été, printemps, automne

Catégorie : moyen

Accès : Murat

On ne le sait guère, mais le massif du Cantal est, avec l'Etna, le plus vaste massif volcanique d'Europe. Toutefois aucune éruption n'est à redouter de ce massif situé entre Périgord et Basse-Auvergne (les dernières datent d'il y a environ deux millions d'années !). Non, la seule chose que le Cantal puisse offrir, outre ses paysages impressionnants, c'est un accueil on ne peut plus chaleureux et une gastronomie qui enrichit tous nos plateaux de fromages.

Que notre circuit commence à Murat est une bonne nouvelle car cette petite ville occupe un site remarquable avec ses pitons volcaniques dominant la cité, et sur lesquels s'accrochent les maisons grises couvertes de lauzes. Elle vaut aussi, cette petite ville, que vous visitiez son église Notre-Dame-de-Ohoux, sa halle, ses fontaines et ses élégantes demeures. Pour gagner Lioran, vous cheminerez ensuite à travers la forêt de Murat (encore elle !), découvrirez le magnifique cirque de Chamalières (1 410 m) et atteindrez le sommet de l'Aiguillon (1 665 m). Respirez, écoutez, regardez... puis recommencez ! Magnifique ! Après une bonne nuit de repos, vous reprendrez par la Montée au Plomb du Cantal, sommet le plus élevé des monts culminant à 1 855 m. C'est le centre d'un immense volcan qui peut atteindre 60 km de diamètre ! De profondes vallées d'origine glaciaire rayonnent de son centre et les vestiges de vieux burons abandonnés témoignent du passé récent des activités de montagne.

Un téléphérique situé à son sommet dénudé permet la pratique du ski sur deux versants. Le panorama ? A 360°, époustouflant ! Découvrez maintenant les " trois puy " : Brunet (1 806 m), Cède (1 768 m) et Gros (1 514 m) avant de redescendre vers la vallée de la Cère, vallée glaciaire aux vertes prairies aux beaux jours et enneigées l'hiver, pour atteindre Thiezac. A quelques pas, le hameau de Niervèze, dominant la vallée avec, au nord, le Puy Griou, et, au-dessus, en direction de Puy Gros, le domaine des estives et de la forêt. Ce petit village est un parfait modèle d'architecture traditionnelle des monts du Cantal. L'itinéraire se poursuit jusqu'à Mandailles, terminus de notre randonnée, avec un spectacle à ne pas manquer : la cascade de Faillitoux, une chute impressionnante de plusieurs dizaines de mètres tombant du bord d'une coulée de lave. A ses pieds, de très belles orgues basaltiques. Enfin, la journée s'achèvera par le sommet de l'Elancèze (1 571 m) et la vallée de la Jordanne. Les plus courageux, eux, pourront revenir à Murat en passant par le Claux. Ils auront ainsi de nouveaux paysages somptueux à découvrir : des puy en veux-tu en voilà (Chavaroche, Mary, Peyre-Arse, Griou, et Seycheuse), ainsi que le col de Sense, la célèbre brèche de Rolland. Sans oublier les pâturages du lac Glory.

Massif cantalien
Massif cantalien
Le tour du lac d'AnnecyHaut de page

Département : Haute-Savoie (74), d'Annecy à Talloires

Temps estimé : 2 jours - 40 km

Saison idéale : toute l'année

Catégorie : facile

Accès : Annecy

Le tour du lac d'Annecy à pied est un itinéraire de promenade de 43 km au plus près du bord du lac. Un cheminement varié et agréable, parmi les villes et les villages, les roselières, les plages et deux réserves naturelles, offrant des panoramas sur les massifs alentour. Des points de départ répartis tout le long du parcours avec parkings pour les voitures, débarcadères pour les bateaux, transports en commun, qui vous permettent de combiner votre itinéraire selon votre envie et le temps dont vous disposez. Des panneaux thématiques et des panoramas pour mieux connaître les paysages jalonnent le parcours. Un balisage et une signalétique avec poteaux directionnels vous indiquent la prochaine destination et les temps de parcours. Chaque ville ou village constitue une étape, vous permettant de personnaliser votre randonnée. Les balises vous guident aux différents croisements.

Annecy est le plus connu des quatre grands lacs de Savoie et de Haute-Savoie. Il offre à découvrir des eaux bleu turquoise chères à Cézanne. S'y reflètent la vieille ville d'Annecy, la Tournette, les Dents de Lanfon, le mont Veyrier ou la baie de Talloires. Et, par-delà les rives, deux châteaux de contes de fées semblent se saluer : Menthon-Saint-Bernard sur les hauteurs et Duingt au bout de l'éperon séparant le Grand du Petit lac. A quelques kilomètres, aux sources du lac d'Annecy, s'ouvre le pays de Faverges. L'été, plaisanciers, véliplanchistes, nageurs et pêcheurs profitent des eaux tempérées qui oscillent entre 22 et 24°C.

Aujourd'hui, Annecy, ville d'art et d'Histoire, et le lac ont gardé de nombreuses traces de son passé complexe comme le palais de l'Ile, construit au XIIe siècle ou encore les châteaux de la route des Ducs de Savoie. Le Vieil Annecy mérite tous les détours.

Découvrir le lac d'Annecy, c'est d'abord contempler un paysage exceptionnel, composé de bleu, de vert et de blanc, d'eau limpide, de forêts et de neige. Le panorama du lac et des montagnes qui l'entourent est doux, non agressif mais néanmoins imprégné de caractère alpin : le lac se situe à 447 m d'altitude, mais est surplombé au point le plus haut par la Tournette, époustouflant sommet en forme de fauteuil, qui culmine à 2 351 m.

A Sevrier, ne manquez pas de visiter le musée Paccard. Depuis plus de deux cents ans, plus de cent mille cloches sont sorties de ces ateliers, dont en 1891 la célèbre Savoyarde, plus grosse cloche de France. Sévrier, c'est aussi les Etains du Lac et l'écomusée du Costume savoyard. Toutefois, l'un de nos coups de coeur reste Talloires, délimité d'un côté par le lac, de l'autre, par les montagnes. Superbe ! D'abord chapelle, puis monastère, sa magnifique abbaye érigée au XVIIe siècle par les moines bénédictins est aujourd'hui un hôtel restaurant 4 étoiles apprécié non seulement pour son confort mais
également pour son histoire culturelle extraordinaire. Depuis l'église Saint-Germain, le panorama sur la baie de Talloires et sur tout le lac est tout simplement somptueux. Si la fatigue ne vous gagne pas, tentez le roc de Chère, grand éperon rocheux s'avançant sur le lac et dont le massif forestier recèle une flore étonnante ou encore la cascade d'Angon aux chutes d'eau spectaculaires.

Les gorges de l'AllierHaut de page

Département : Haute-Loire (43), de Brioude à la Bastide-Puylaurent

Temps estimé : 5 jours - 60 heures

Saisons idéales : été, printemps, automne

Catégorie : moyen

Accès : Brioude

Si l'Allier mérite de longues randonnées ce n'est pas seulement parce que le plus long affluent de la Loire (420 km) garde un côté sauvage en maints endroits. C'est surtout parce qu'il a su creuser dans ses vallées un site unique et grandiose de gorges profondes offrant des vues à couper le souffle. Exceptionnels et sauvages, les paysages multiplient les contrastes : falaises à pic, chaos de roches et promontoires, orgues basaltiques où tours, églises romanes et autres châteaux sont accrochés. Sur les versants abrupts, forêts et landes à genêts règnent en maîtres. Quant aux villages, ils possèdent de jolies maisons polychromes et nichent sur des replats au-dessus des eaux tumultueuses de l'Allier (on y revient !).

Notre itinéraire débute aux portes des gorges de l'Allier, dans la Haute-Loire (43), au coeur d'une commune au charme méridional, Brioude, qui s'est développée autour de la basilique Saint-Julien, la plus vaste église romane d'Auvergne. Puis apparaît une autre beauté agrippée aux flancs d'un rocher basaltique : la petite cité médiévale de Saint-Ilpize qui attire les regards grâce aux vestiges de son château féodal, de son église du XIVe siècle et de son élégant pont suspendu qui la relie à Villeneuve-d'Allier. Rejoignez ensuite Lavoûte-Chilhac, son magnifique prieuré et son pont médiéval du XIe siècle. A Chilhac, au-dessus des eaux de l'Allier, un curieux empilement crée la surprise : les colonnes parfaitement verticales d'orgues basaltiques supportent la masse exubérante d'une coulée figée comme à regret. Sur ce promontoire naturel, les maisons bâties sur le modèle vigneron, l'église et l'ancien château du village se découpent fièrement dans le bleu du ciel. L'église de Blassac mérite, elle aussi, une halte. Tout comme, un peu plus loin, Langeac, petite cité de caractère reconnaissable à son pont à deux arches sur l'Allier, ses façades ocre et sa collégiale Saint-Gal typique avec son clocher polygonal. A Monistrol-d'Allier passe le chemin mythique de Compostelle. Là encore, la foi chrétienne a laissé de belles traces humaines, deux églises paroissiales et trois chapelles érigées dans un décor naturel magnifique. Plus loin, les ruines du château de Douchanez, le site du Nouveau Monde, et d'autres vestiges, ceux du château de Vabres. Langogne et Cheylard-l'Evêque - sur le chemin de Stevenson - réjouiront aussi vos regards. Mais il est temps de rentrer à Brioude ! A partir de la Bastide-Puylaurent, vous pourrez le faire par le Cévenol, qui offre un parcours ferroviaire unique en France en plein coeur des gorges.

Les gorges de l'ArdècheHaut de page

Département : Ardèche (07), de Vallon-Pont-d'Arc à Saint-Martin-d'Ardèche

Temps estimé : 3 jours - 64 km

Saisons idéales : printemps, été

Catégorie : moyen

Accès : Vallon-Pont-d'Arc

Site naturel d'exception, les gorges de l'Ardèche, réserve naturelle, serpentent sur une trentaine de kilomètres entre de majestueuses falaises avec des à-pics de quelque 250 m. Une histoire géologique datant de plus de 100 millions d'années est à l'origine de ce canyon et de ses nombreuses grottes et avens que vous trouverez sur cet ancien plateau calcaire. Les gorges de l'Ardèche, c'est aussi une présence humaine depuis le paléolithique où les chasseurs nomades qui suivaient les migrations des troupeaux de chevaux et de rennes s'abritaient dans les cavités. Témoin de cette présence, la grotte Chauvet, datant de plus de 30 000 ans et ornée de trois cents peintures rupestres... Un joyau pour les archéologues. Depuis cette date, les gorges et leurs environs ont sans cesse été occupés, d'abord par les Celtes qui nous ont laissé de nombreux menhirs et dolmens, puis par les Romains qui ont navigué sur l'Ardèche, et jusqu'à aujourd'hui où la descente des gorges fait le bonheur des kayakistes. Le sentier de randonnées pédestres est situé au fond du canyon - possibilité de suivre aussi la route touristique, située en haut de la corniche, et d'admirer les nombreux points de vue depuis les belvédères. Au départ de Vallon-Pont-d'Arc, visitez la grotte de Deroc aux belles concrétions. Une autre merveille de la nature vous attend : le Pont-d'Arc, nommé porte d'entrée naturelle des gorges de l'Ardèche. Le sentier de Combe-Longue vous mène jusqu'à Saint-Remèze où vous accéderez à de nombreuses grottes et plusieurs avens. Un musée de la Lavande a élu domicile dans une ancienne bergerie. A travers vignes et champs de lavande, vous gagnerez la Dent de Rez. Le village de Saint-Montan, classé Village de caractère retiendra toute votre attention avec ses deux églises romanes et son château du XIVe siècle. La traversé du bois des Géantes ne manque pas non plus d'intérêt avec ses nombreux dolmens qui vous guideront jusqu'au village de Saint-Martin-d'Ardèche, en bordure de la rivière. Dans les gorges, profitez du spectacle grandiose de Dame Nature.

Pont naturel sur l'Ardèche
Pont naturel sur l'Ardèche
Quelques sentiers dans les vignobles du DioisHaut de page

Département : Drôme (26)

Temps estimé : une demi-journée à un jour par randonnée

Saisons idéales : printemps, automne

Catégorie : facile

Accès : Die

Vin pétillant naturel et populaire, la clairette de Die affiche 2 000 ans d'âge. Respect ! Son AOC a été obtenue en 1942. Tout de même ! En 1971, la méthode de fabrication de la Clairette de Die Tradition, unique en France, est identifiée sous le nom de " méthode dioise ancestrale ". Il s'agit d'une technique de vinification qui repose sur une fermentation incomplète en cuve qui se poursuit en bouteille à partir du sucre résiduel du raisin. Un vin festif et sans chichi qui a de nombreux adeptes... Les viticulteurs indépendants et la cave coopérative Jaillance de Die s'attachent à animer le pays autour de ses vins précieux, clairette, mais aussi chatillon-en-Diois : oenotourisme, fête de la clairette, festival Espiègleries... Ils ont également tracé des sentiers dans les vignes. Autant de petites randonnées pour se mettre en jambe avant de grimper vers les sentiers du parc du Vercors !

Plusieurs itinéraires possibles très différents les uns des autres qui permettent de découvrir de magnifiques paysages en surplomb de la rivière, de la vallée, de falaises, etc. Vous croisez des vignobles, mais aussi des maisons de vignes, des monuments remarquables, des chapelles, des ruisseaux... Vous cheminez les yeux sur le Glandasse, sommet emblématique du Diois, le pays de Die et de la clairette, ou sur les Trois Becs autre repaire diois.

Sentiers au départ de : Die, Ponet et Saint Auban, Chatillon-en-Diois, Barsac, Vercheny, Montmaur-en-Diois, Saint-Sauver-en-Diois.

Renseignements : www.clairette-de-die.com

Randonnée et œnotourisme autour de RuomsHaut de page

Département : Ardèche (07)

Temps estimé : demi-journée à un jour par randonnée

Saisons idéales : printemps, automne

Catégorie : facile

Accès : Ruoms

Il n'y a pas que les eaux vives en Ardèche, terrain de jeu apprécié tout au long de l'été... Il y a aussi le vin, aux quatre saisons ! Sans oublier les châtaignes, la charcuterie et nombre de spécialités traditionnelles. L'Ardèche vous invite à cheminer gourmand et à apprécier ces vins de cépages et de terroir, de coopératives en caves particulières. Vous pouvez randonner dans le vignoble des coteaux et jouir ainsi de beaux panoramas et de paisibles promenades. Quelques sentiers vignerons viennent compléter l'offre de randonnée de ce département très pédestre... L'Ardèche est, en effet, très bien pourvue en la matière avec 6 000 km de chemins, dont 600 km de GR, 650 km de GR de pays et 4 500 km de promenades.

Découvrez les vignobles autour de Ruoms où vous ferez forcément escale pour visiter le nouveau Néovinum, tout à la fois espace de découverte oenologique, moderne et très intéressant, et caveau des vignerons ardéchois où faire provision de bons flacons. Vous profitez d'une immersion spectaculaire dans l'univers des vins d'Ardèche, une heure de visite guidée à travers un parcours mis en scène et interactif de trois salles, suivi d'une dégustation commentée de trois vins pour vous initier ou approfondir vos connaissances oenologiques.

A proximité, la cave coopérative de Valvignères est le camp de base d'un sentier vigneron que vous pouvez emprunter seul en suivant le PDIPR qui traverse les vignes ou avec les coopérateurs de la cave qui vous proposent des journées accompagnées avec découverte des vins, des vignes et pique-nique en commun.

A proximité toujours, le village de Saint-Alban-Auriolles vous propose, quant à lui, cinq beaux sentiers balisés. Le plus court - le Sentier familial de découverte - est ponctué de tables de lecture pédagogique sur l'habitat néolithique, l'historique du site du calvaire, la géologie, l'architecture rurale en pierre, architecture et urbanisme. En chemin, vous découvrez un dolmen. Ce circuit emprunte de très beaux chemins médiévaux, empierrés et entourés de murets qui ont été débroussaillés par les bénévoles de l'association villageoise Chemins faisant. On marche dans les traces des anciens en empruntant les sentiers de pierre, une allée bordée de cèdres géants, à travers les dalles calcaires immenses dans les odeurs de garrigue et jusqu'à la calade qui ramène au village.

Un autre sentier vigneron est balisé, plus au nord, au nord d'Aubenas, au départ de la cave coopérative de Lablachère. Il vous fera serpenter à travers le vignoble en terrasse typique des Cévennes ardèchoises. Ces terrasses localement nommées " faîsses " et sur lesquelles les cépages Viognier, Chatus, cépage ancien réhabilité emblématique du secteur et bien d'autres produisent des vins d'Ardèche de caractère. Vous découvrirez aussi les cabanes de vignes servant autrefois de remise d'outils nécessaires pour la culture. Elles accueillaient les travailleurs, mais aussi les familles qui se rejoignaient lors de la pause déjeuner. www.cave-lablachere.fr

Itinéraire pédestre " Sur les pas de Gambert ". Il faut remonter vers le nord et traverser le Rhône pour se retrouver côté Isère du vignoble et découvrir cet itinéraire de 1 heure 45 sur 4 km qui permet de découvrir le fameux vignoble de l'Hermitage. En onze étapes, il vous offre d'apprécier la géologie, les modes de culture de la vigne en terrasses, ses différents cépages ainsi ses terroirs. Départ prévu à la cave de Tain. Renseignements : www.cavedetain.com rubrique oenotourisme.

Le plus : les domaines viticoles vous proposent souvent des chambres - voire des tables - d'hôtes qui vous permettent de partir du bon pied et de bon matin à travers les vignes et de découvrir les coulisses du vin. Allez-y pendant les vendanges !

Sur les traces de San AntonioHaut de page

Départements : Isère (38), sur la commune de Saint-Chef, près de Bourgoin-Jallieu

Temps estimé : 2 heures - 10 km

Saisons idéales : printemps, été, automne

Catégorie : facile

Accès : Saint-Chef

Accessible à tous, ce circuit vous invite à partir à la découverte du patrimoine local et de San Antonio. Entre la terre et les vieilles pierres, l'histoire est au rendez-vous avec l'Abbaye de Saint-Chef et le château de Chapeau Cornu. " Un jour, ils viendront en pèlerinage sur ma tombe, par cars entiers, on leur fera des forfaits... Je ferai sous-Lourdes en somme ", plaisantait Frédéric Dard, écrivain originaire du Dauphiné, devenu mondialement connu grâce à son enfant de plume, le fameux commissaire San Antonio et les nombreux polars dans lesquels celui-ci mène ses enquêtes. Selon ses dernières volontés, il a été enterré dans le cimetière de Saint-Chef, village où il avait passé une partie de son enfance, et où il aimait se ressourcer.

Vous marchez sur les traces de San Antonio. Le parcours commence avec la découverte d'un des chefs-d'oeuvre de l'art religieux en France, l'église abbatiale de Saint-Chef, fondée au VIe siècle par saint Theudère. Classée monument historique, celle-ci abrite un ensemble exceptionnel de fresques du XIIe siècle illustrant des scènes de l'Apocalypse de saint Jean. Autour de l'édifice, les maisons à tourelles, aux portes historiées et aux baies à meneaux nous guident vers la sortie du bourg. Cap sur le hameau de la Biousse. L'itinéraire rend hommage à l'imagination et à la générosité de l'enfant du pays : plongées en sous-bois, traversées de vallons étroits, passages sur de larges crêtes, échappées belle sur des coteaux plantés de vignes... A mi-parcours, une halte au château de Chapeau-Cornu s'impose. Cette forteresse médiévale est devenue un lieu de villégiature prestigieux et une halte gastronomique réputée. Après le hameau d'Arcisse, vous rejoignez Saint-Chef par les vestiges de son château féodal, dont la fameuse tour du Poulet. Il sera temps de rendre, au cimetière du bourg, une visite à Frédéric Dard. Enfin, ne partez pas sans découvrir la maison du patrimoine de Saint-Chef, musée qui a dédié un étage passionnant et émouvant aux deux enfants du pays devenus célèbres, le père de San Antonio, d'une part, le comédien Louis Seignier, d'autre part. Bornes interactives et riches collections.

Futé : possibilité de retirer à l'office de tourisme un petit topo-guide avec plusieurs itinéraires de randonnée.

Futé bis : possibilité de télécharger l'itinéraire sur votre smartphone et de se balader Sur les traces de San-Antonio (site internet Irando - voir coordonnées plus haut).

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis