Le guide thématique Petit Futé RANDONNÉES À PIED : Asie

Asie

Au pied de l'Himalaya, ce pays récemment ouvert au tourisme vous enchantera tant par la richesse de ses paysages que par son architecture étonnante ou encore, et surtout, l'hospitalité de ses habitants. Il prône avec ferveur ses valeurs bouddhiste et a récemment fait parler de lui comme le pays du bonheur, le gouvernement en ayant fait un pilier du développement du pays.

Au royaume du BouthanHaut de page

Pays : Bouthan, Dzongkhag de Paro

Temps estimé : 1 jour, boucle de Paro à Paro

Saisons idéales : printemps, été

Catégorie : moyen

Accès : Paro

Le Bhoutan abrite une diversité de paysages et de climats uniques au monde. Du sud au nord, soit en moins de 150 km au coeur de cet Etat pas plus grand que la Suisse, on traverse d'abord une jungle semi-tropicale, puis des rizières et des plaines richement cultivées, avant de déboucher sur une nature typiquement alpine, recouverte de feuillus, de conifères et de pâturages, d'une beauté minérale à couper le souffle, surplombée par les vertigineux sommets himalayens, dont le Jomolhari qui culmine à 7 326 m. Mais c'est dans les vallées et les bassins du centre plus facilement habitables, et encore coupés du monde il y a cinquante ans, que résident le berceau culturel et le coeur de la civilisation bhoutanaise. Les replis montagneux abritent de nombreux endroits et monuments qui jouissent d'une renommée quasi mythique chez les bouddhistes himalayens. La vallée de Paro est un véritable enchantement et c'est à pied que vous en apprécierez toutes les beautés. Longez le torrent bordé de saules, de maisons aux toits de bardeaux et gaiement décorées, aux paysans conduisant leurs chevaux ornés de pompons ou labourant leurs champs, aux jeunes femmes travaillant dans les rizières... Visitez le Paro Dzong, puis Kyichu Lhakhang, le plus ancien temple du pays, le musée national hébergé dans l'ancienne tour de guet, excellente introduction pour comprendre la richesse culturelle du pays. Poursuivez votre chemin sur le fond de la vallée. Levez les yeux, sur la droite apparaît Taktsang - la tanière du Tigre - haut de 2 950 m, avec son monastère accroché au roc, comme par magie, à quelque 800 m au-dessus du vide. Lorsqu'on le contemple pour la première fois, du bas de la sombre paroi verticale qui l'enserre et le soutient, on l'imagine d'abord inaccessible. Le maître bouddhiste Padmasambhava y serait arrivé en volant sur le dos d'une tigresse, lors de son légendaire voyage pour y apporter le bouddhisme au VIIIe siècle. Le sentier traverse d'abord une prairie avant d'entamer l'ascension à travers une forêt de chênes et de rhododendrons - suspendue au flanc de la falaise ! - pour atteindre un premier groupe de drapeaux de prieurs. Sur la droite un chemin mène à l'auberge de Taktsang d'où la vue sur les temples est extraordinaire. Reprenez la montée - raide mais courte ! La forêt revêt maintenant des allures fantomatiques. Le sentier passe en lisière d'un champ - c'est la seule partie plate, profitez-en ! En arrivant au second groupe de drapeaux de prières, vous surplomberez le complexe principal de Taktsang. La vue est saisissante ! La descente commence alors le long de la paroi du précipice et sur quelques dizaines de mètres, elle peut être impressionnante, bien que le chemin soit parfaitement tracé. C'est maintenant Taktsang qui vous domine. La petite cabane accrochée dans l'anfractuosité du rocher sert de lieu de méditation. Tout près coule une source sacrée. De là, une longue volée de marches le long de la paroi conduit à la porte d'entrée du plus célèbre des monastères bouddhistes du Bhoutan. La vue depuis le temple est tout simplement vertigineuse. Plus loin, le Dzong de Drukgyel, au pied duquel se niche le ravissant village de Tsento, est construit sur un éperon rocheux qui verrouille la vallée.

CambodgeHaut de page
Les spécialistesHaut de page
Sur le site fabuleux d'AngkorHaut de page

Pays : Cambodge

Temps estimé : 2 jours - 25 km -, en boucle

Saison idéale : de novembre à février

Catégorie : moyen

Accès : Siem Reap

Sur l'île de la Cité, le peuple de Paris bâtissait Notre-Dame. Notre Moyen Age flamboyait. A l'autre bout du monde, à 10 000 km de là, les Khmers érigeaient, au moment même, l'une des plus séduisantes capitales de l'humanité. La plus forte concentration d'édifices typiques de l'architecture khmère se trouve à Angkor, coïncidant avec la puissance du royaume. Parmi eux figurent les emblématiques temples-montagnes, adossés à des collines naturelles. La plupart de ces temples font référence aux divinités hindouistes, avec un intermède bouddhiste au XIIe siècle. Longtemps laissés à l'abandon, les sites d'Angkor sont déclarés patrimoine de l'humanité par l'Unesco et certaines parties sont aujourd'hui réhabilitées. Démarrez votre périple par le mieux conservé et le plus célèbre d'entre eux, le temple d'Angkor Vat, construit dans la première partie du XIIe siècle en l'honneur de Vishnou. Entouré de douves et occupant une superficie de 200 hectares, ce gigantesque complexe est composé d'un jardin, de petits bassins, de grandes galeries, de terrasses, de bibliothèques... et de cinq tours formant la silhouette d'Angkor Vat. Sa représentation figure sur le drapeau du Cambodge. Angkor Thom est la grande cité capitale de Jayavarman qui comprend un ensemble de monuments remarquables, les tours Suor Prasat, Preah Pithu et surtout, le Palais royal - Phimeanakas - profitez de la vue depuis son sommet !  -, la terrasse des Eléphants aux sculptures gigantesques, la terrasse du roi Lépreux, le temple Baphuon et le magnifique temple Bayon. Banteay Kdei vaut aussi le détour. Ce temple bouddhiste du XIIe siècle offre de grandes tours sculptées, et la nature semble aussi vouloir s'imposer comme un élément essentiel du tableau. A quelques pas, Ta Prohm, un site romantique où Dame Nature et l'homme ont oeuvré ensemble pour vous donner un spectacle époustouflant. Tout est monumental dans ce temple, les sculptures, les statues, les banians centenaires. Etrange est le temple de Pre Rup. Fait de briques et de latérite, temple d'inspiration hindouiste, vénérant Shiva, il impressionne par ses sculptures aux décors simples et ses grandes statues représentant de magnifiques lions. Banteay Samre, quant à lui, est encore une fois le témoignage de la tolérance religieuse de la civilisation Khmer. D'abord hindouiste, il a également en son sein des bas-reliefs représentant des scènes bouddhistes. A quelques pas encore, Prea Khan. Ce complexe monastique, construit au XIIe siècle, est dédié au père de Jayavarman VII. De style Bayon, il servait initialement de cité bouddhiste et d'école. Mais, au XIIIe siècle, de belles sculptures en grès représentant des Garudas et des Nagas ont remplacé les représentations bouddhistes. Il est aussi connu pour son beau Stupa érigé dans le sanctuaire central, symbolisant ainsi le bouddhisme sous toutes ses formes. Enfin, Neak Pean, temple logé au milieu d'une île artificielle, encore une des réalisations de Jayavarman VII.

Devant le temple d'Angkor Wat.
Devant le temple d'Angkor Wat.
Les spécialistesHaut de page
La Montagne JauneHaut de page

Pays : Chine - Province d'Anhui

Temps estimé : 2 jours, avec nuit au sommet

Saisons idéales : printemps, été

Catégorie : moyen

Accès : téléphérique depuis Yungu - entrée est

Un paysage grandiose... " La plus merveilleuse montagne du monde ", " la montagne des démons ", " le paradis sur terre " sont les autres noms donnés depuis l'Antiquité au mont Huangshan, pour louer sa beauté et ses paysages enchanteurs. Un massif aux soixante-douze sommets, aux trente-six sources, aux vingt-quatre torrents, aux huit falaises et aux douze grottes, une montagne magique qui culmine à 1 873 m, un univers fantastique de pics de granit, formant par endroit de véritables forêts de pics effilés, de rochers et de pins que parcourt depuis des siècles un flot de randonneurs chinois. Vous apprécierez la brume - fréquente - ajoutant au caractère fantasmagorique des lieux. Les sommets se trouvant souvent au-dessus du niveau des nuages offrent des effets visuels et de lumière somptueux et impressionnants ! Cette montagne mythique, parsemée de milliers de marches et de sentiers empierrés, change sans cesse d'aspect au gré des vents et des bruines... désespérant parfois les artistes qui désirent en fixer la beauté. Parmi les trois sommets principaux du Huangshan, Guangming Ding " le dôme de Clarté " - 1 840 m - au sommet duquel se trouve une station météorologique qui remplace un temple bouddhique construit sous les Ming et qui est le meilleur endroit, avec le Quinggliangtai, une terrasse de fraîcheur à 1 700 m d'altitude et d'accès plus facile, pour contempler le lever du soleil et la mer de nuages. Visitez le pavillon Paiyrun et la pierre volante. Au pied du pic du Nuage Pourpre, vous découvrirez les sources d'eau chaude, des eaux gardant une température constante de 45° C toute l'année ! C'est dans la zone de Songgu, que vous trouverez la plupart des piscines naturelles alimentées par des sources minérales. Parmi les plus connues figurent celles des " Dragons ", la piscine du Vieux Dragon - Lao Long Tai -, celle du Dragon Vert - Qing Long Tai -, du Dragon Noir - Wu Long Tai -, du Dragon Blanc - Bai Long Tai - et l'étang de Jade. Magique ! Admirez les pins aux formes surprenantes. Certains semblent être un dragon couché, d'autres un phénix. Regardez-les arracher leur vie entre les parois rocheuses et les falaises escarpées. Pour s'adapter au milieu, leurs aiguilles sont courtes et épaisses, la cime plate comme taillée et les troncs et branches courbes, de couleur vert foncé. Certains, plus que centenaires, sont classés parmi les pins antiques, rivalisant de beauté avec les innombrables rochers aux formes étranges. De merveilleux tableaux si souvent évoqués dans la peinture et la poésie chinoises. La culture chinoise a d'ailleurs, ici, laissé son empreinte. Sous les Yuan, soixante-quatre temples furent construits sur les flancs des montagnes. Les quelque deux cents inscriptions rupestres ajoutent encore au charme culturel de ce site pittoresque à la majesté exceptionnelle.

Le mont Huangshan.
Le mont Huangshan.
Autour de SanyaHaut de page

Pays : Chine, île de Hainan

Temps estimé : 2 jours - 24 km - de Sanya à cap Tianya Haijiao

Saison idéale : toute l'année

Catégorie : facile

Accès : Sanya

Juste pour changer de décor... La Chine c'est aussi l'île de Hainan, une grande île tropicale située au large de la côte méridionale chinoise, avec ses kilomètres de plages, sa végétation luxuriante, ses douces brises et ses gracieux palmiers. Démarrez cette jolie randonnée à Sanya, station balnéaire, dans son écrin de collines et de verdure, à l'extrémité sud de l'île. Certes, elle n'est pas aussi spectaculaire que certaines grandes villes de Chine mais vous y verrez tout de même certaines curiosités, comme l'immense statue de Bouddha de 108 m de haut, Guan Yn, appelé également Bouddha de la Miséricorde. Près de la colossale statue, découvrez le temple Nanshan. Yalong Bay est la plage la plus réputée de Sanya. Avec ses 7,5 km de plages dorées et sa mer émeraude - sans pollution aucune !  -, elle est surnommée la " Hawaï de l'Orient " ! Saviez-vous qu'elle est aussi jumelée avec la ville de Cannes, d'ailleurs vous y remarquerez certaines similitudes. Traversez les deux ponts du port, puis le Tiyu Square avant de rejoindre le sommet de la colline du Luhuitou Square qui offre un très beau point de vue sur la ville et la baie. En redescendant, vous longerez la baie de Dadonghai, connue pour sa belle plage, ses cocotiers et son fond marin tapissé de coraux, puis l'estuaire de Yuligang. En passant devant le superbe golf international de Sanya - 88 hectares -, vous rejoindrez, par un chemin de bord de mer, le long de la baie de Yalong Wan, l'extrémité sauvage du cap Tianya Haijiao. Lieu superbe, " aux confins de la mer et du ciel ", ce golfe abrite des falaises portant des inscriptions rupestres tout à fait remarquables. Le point de vue sur la mer de Chine est tout simplement sublime. Face à vous, quelques îlots comme les Rochers du Soleil et de la Lune dans la baie de Yalong Wan. A quelques pas, le zoo océanique de Sanya...

Statue de Guan Yin dans le parc de Nanshan.
Statue de Guan Yin dans le parc de Nanshan.
Lhassa et son paysHaut de page

Pays : Chine - Région autonome du Tibet

Temps estimé : 2 jours, autour de Lhassa et 2 jours autour du lac Namtso

Saison idéale : de juin à septembre

Catégorie : facile et moyen

Accès : Lhassa

Nous vous avons sélectionné pour le Tibet deux itinéraires, car les deux sont magiques et incontournables. Située sur le plateau du Tibet, au fond d'une vallée entourée de montagnes, la ville de Lhassa culmine à 3 650 m, ce qui en fait l'une des villes les plus élevées au monde. Vous partirez ici à la découverte de monuments d'une importance inestimable dans l'histoire du bouddhisme et de son rayonnement au Tibet comme dans le reste du monde. Erigé sur une colline, le palais du Potala, aujourd'hui musée de la République populaire de Chine, domine la ville de Lhassa. Il impressionne par sa taille - 130 000 m2 et 110 m de haut - mais aussi par la beauté de ses ornements. Le palais blanc comprend les appartements du Dalaï Lama, alors que le palais rouge abrite les manifestations religieuses et contient les reliques des précédents Dalaï Lama. Les photos étant interdites, prenez le temps d'admirer, peintures murales, tentures, pierres précieuses... Certes, ce monument incontestable ravit visiteurs et randonneurs. Sa qualité de monument historique sera conservée, mais comment à présent identifier cette ville qui s'étend devant lui à perte de vue ? Murs et trésors sont protégés, mais ne cherchez pas l'âme, il semblerait qu'il n'y en ait plus ! Vous découvrirez le temple de Jokhang, le sanctuaire le plus ancien et le plus sacré du Tibet, en plein centre de Lhassa, où se rendent chaque jour des quantités de fidèles. Vous retrouverez à l'intérieur des éléments décoratifs et religieux semblables à ceux que vous avez pu contempler dans le palais du Potala. Distant de quelques kilomètres, vous découvrirez Norbulingka, surnommé le palais d'été du Dalaï Lama.

Plus loin encore, à une centaine de kilomètres de Lhassa, vous changerez complètement de décor, mais pas d'aura avec le lac Namtso, l'un des plus célèbres lacs sacrés du Tibet. Culminant à 4 718 m au-dessus du niveau de la mer, c'est le deuxième plus haut lac du monde. Avec ses 70 km de long et ses 30 km de large, il reste toutefois le plus grand du Tibet. Ses cinq îles sont inhabitées, mais utilisées comme " retraites spirituelles " par les pèlerins, traversant la surface gelée du lac en hiver et emportant leur nourriture. Ils passent alors l'été là-bas, devant attendre une nouvelle prise des eaux avant de pouvoir retourner sur la rive. Avec un peu de chance, vous croiserez aussi des yacks ou encore des antilopes tibétaines. A son extrémité sud-est, vous découvrirez le monastère de Tashi Dor, une péninsule entrant dans le lac depuis la rive sud et sur laquelle s'érigent deux collines sacrées. Dans son flanc se creusent quelques grottes abritant parfois des ermites. Ne soyez pas surpris non plus de croiser quelques éleveurs nomades qui viennent ici fréquemment camper. Le lac Namtso, c'est aussi sa source chaude médicinale et son inoubliable sanctuaire ornithologique. L'un des sites les plus bouleversants du pays !

Formalités administratives pour entrer au Tibet

De par son statut autonome, le Tibet est accessible en se conformant à certaines exigences administratives. Il vous faudra votre visa pour la Chine complété d'une autorisation spéciale, et certifier de la présence d'un guide. Cette démarche sera menée par votre agence ou directement en Chine, en sachant qu'un délai de traitement du dossier de 10 jours est à prendre en compte. En ce qui concerne l'obligation de guide, un devis doit être établi avant la signature du contrat de voyage final et son coût s'ajoutera à celui du permis (lui-même aux alentours de 70 €). Les deux seront réglés ensemble, et non de manière séparée au guide.

Le palais du Potala à Lhassa.
Le palais du Potala à Lhassa.
Quatre petits pas sur la Grande Muraille de ChineHaut de page

Pays : Chine, Xian de Miyun

Temps estimé : 1 jour - 15 km - de Jinshanling à Simatai

Saisons idéales : printemps, automne

Catégorie : moyen

Accès : Jinshanling

La Grande Muraille de Chine, l'emblème du pays, une visite incontournable, classée au patrimoine mondial de l'Unesco. Son importance historique et stratégique n'a d'égale que sa valeur architecturale, le plus gigantesque ouvrage de génie militaire du monde construit par l'homme. C'est sous la dynastie Qing - 1644-1911 - qu'elle prit sa forme actuelle pour empêcher les armées turque et mongole d'envahir le pays. Quelques chiffres en guise de mise en bouche - profitez-en, l'itinéraire réclame de petits mollets entraînés ! Elle part de la frontière avec la côte au nord de Beijing jusqu'au désert de Gobi. En avril 2009, l'administration d'Etat chargée du patrimoine culturel, grâce à des technologies de mesure plus récentes, a déclaré une longueur de 8 851 km dont 6 259,6 km de murs, 359,7 km de tranchées et 2 232,5 k de barrières naturelles, telles des montagnes ou des rivières. Sa largeur varie entre 5 m et 7 m en moyenne et sa hauteur entre 5 m et 17 m. Ponctuée de tours de guets et de bastions sur toute sa longueur, elle impressionne sur les milliers de kilomètres proches de Pékin et se réduit ailleurs et ressemble à une imposante levée de terre à certains endroits. Parmi les circuits les moins fréquentés, un itinéraire mémorable qui vous permettra d'admirer la Grande Muraille dans sa grande beauté originale, sans oublier la splendeur des paysages de la Chine sauvage. La randonnée commence par la section Jinshanling qui, tout au long de ses 10 km, est en assez bon état. Seule sa section centrale a été restaurée. Le reste c'est de l'authentique qui dure depuis quatre cents ans et du spectaculaire. Cette " Colline du mont d'Or " est une pure merveille. Des dizaines de forteresses accompagneront vos pas. Via un pont suspendu, vous rejoindrez Simatai - le fort Sima. Là, les enfants, les choses se compliquent ! Les marches sont hautes et jamais de même niveau, mais tout comme Jinshanling, Simatai a conservé sa beauté originelle datant de la dynastie Ming. C'est certainement la plus belle section de la Grande Muraille, mais aussi la plus difficile à franchir - soyez bien chaussé !  -, totalement construite sur une falaise escarpée et abrupte. La première muraille à cet endroit datait du VIe siècle et fut reconstruite au XIVe siècle. D'une longueur de 5 km, elle arbore trente-quatre tours de guets. Pour atteindre la tour Fairy, vous devrez gravir le Stairway to Heaven et ses 85 % de pente sur environ 100 m et permettant le passage d'une seule personne ! Admirez les arcs en marbre sculptés de motifs de lotus. Avec une altitude de quelque 1 000 m au-dessus du niveau de la mer, la tour de Wangjinglou est construite sur la partie la plus élevée de la Grande Muraille. D'ici, vous pourrez voir la ville de Beijing ! Entre la tour Fairy et la Wangjinglou, se trouve le Heaven Bridge, construit sur un impressionnant abîme. Certes l'itinéraire est raide mais ne vaut-il pas le détour ? La Grande Muraille de Chine Simatai est divisée en parties orientale et occidentale par un lac, nommé le Mandarin Duck Lake, qui est alimenté par deux sources. L'une est chaude, l'autre est froide. Même en hiver, la surface du lac n'est jamais glacée. Pour détendre les muscles - et les frayeurs !  -, piquez une tête dans le lac, sortez la canne à pêche ou offrez-vous une virée sur l'eau. Dernière alternative, arrivé à Simatai, descendez avec la tyrolienne au-dessus du barrage.

La Grande Muraille - Jingshanling.
La Grande Muraille - Jingshanling.
Au pays LadakhiHaut de page

Pays : Inde - Etat du Jammu-Kashmire - District du Ladakh

Temps estimé : 4 jours - 39 km - de Basgo à Rizong

Saison idéale : de mai à septembre

Catégorie : moyen - il est nécessaire de s'acclimater  !

Accès : Leh

Situé dans l'Himalaya indien, le Ladakh est une région montagneuse de haute altitude grande comme deux fois la Suisse. A l'abri des moussons et dominé par un soleil omniprésent, 330 jours par an, le Ladakh arbore un paysage désertique mais néanmoins fabuleux, constitué de roches multicolores entourées de sommets enneigés impressionnants pouvant dépasser 7 000 m. Les deux cent quarante villages du Ladakh constituent souvent des oasis de verdure au sein de cette immensité. Ils abritent une très faible densité de population essentiellement bouddhiste mais également musulmane. De Leh, ville principale du Ladakh, jadis véritable carrefour culturel et commercial en Asie, vous rejoindrez en bus Basgo, situé dans la haute vallée de l'Indus pour démarrer cette belle randonnée à la découverte de très vieux monastères. Capitale du Bas-Ladakh au XVe siècle, il ne reste de la citadelle de Basgo que des ruines attestant toutefois de sa grandeur passée. Dans le village se dresse une statue historique de Maitreya - le futur Bouddha - de plus de 20 m de haut. Déclaré en 2001 par l'Unesco comme l'un des cent sites les plus menacés au monde, les villageois ont uni leurs efforts pour le protéger et l'abriter dans une structure richement décorée, dans la falaise, à 300 m au-dessus du village ! Le site est spectaculaire ! Les trois petits temples que vous visiterez aussi renferment chacun leurs trésors. Une très belle étape encore avec Alchi, riche en découvertes. Sur la rive gauche de l'Indus, " l'enceinte sacrée " d'Alchi se compose de six temples, érigés dans la plaine, dont les plus anciens datent du XIe siècle. Ils montrent de magnifiques peintures d'époque qui témoignent de l'influence de l'art cachemiri, influence qui s'exerce à la fois sur l'architecture - porches de bois sculpté devant les temples - et sur la représentation des statues et des fresques. Agrandi au XVIe siècle par les moines Gelugpa, le site d'Alchi est ensuite tombé dans l'oubli pendant plusieurs siècles. Il est aujourd'hui placé sous l'autorité des moines de Likir. Laissez-vous conter sa légende ! En cours de route, environ 2 km avant Rizong, on passe devant la nonnerie de Chulichen, entourée d'une forêt d'abricotiers. Pendant que des moinillons ramassent les abricots, les nonnes font sécher au soleil ici des abricots et là des amandes d'abricot, ou écrasent les amandes pour en extraire l'huile. Il vous faudra remonter les 5 km du vallon adjacent de Wulletokpo, le long du ruisseau du même nom, pour découvrir le monastère perché de Rizong, fondé récemment, au XIXe siècle, par un moine de Saspol, Tsulrim Nyima, dont les cendres sont conservées dans un grand chorten, il abrite une cinquantaine de moines de l'ordre Gelugpa. Le cadre est grandiose et le monastère est tel un labyrinthe de rues accrochées à flanc de rocher !

Jammu et Cachemire.
Jammu et Cachemire.
Autour de la capitale spirituelle du pays TamoulHaut de page

Pays : Inde - Province du Tamil Nadu

Temps estimé : 1 jour, autour de Madurai

Saison idéale : de janvier à septembre, avril et juin très chauds

Catégorie : facile

Accès : Madurai

Situé à l'extrême sud-est de l'Inde, le Tamil Nadu est sans nul doute l'Etat le plus typiquement hindou. L'architecture est essentiellement dravidienne et témoigne de la colossale richesse et puissance des dynasties qui se sont succédé au Moyen Age. L'itinéraire proposé va vous faire découvrir Madurai, capitale spirituelle du pays Tamoul. Tel un immense village entourant son temple, c'est l'un des plus extraordinaires lieux de culte du pays. Son sanctuaire reste parmi les plus impressionnants de l'Inde dravidienne. Située sur les rives du fleuve Vaigai, capitale culturelle de l'Etat du Tamil Nadu, son histoire remonte à quelque deux mille cinq cents ans ! Qualifiée d'Athènes de l'Orient, elle est aussi célèbre pour ses fleurs de jasmin que les femmes tamoules entremêlent dans leur coiffure. Malgré sa forte population, vous pourrez flâner dans le coeur de la ville toujours très animée sans être perturbé par la circulation qui se compose essentiellement de vélos, mobs et chars tirés par des boeufs - attention à leurs immenses cornes peintes ! Prêts pour la visite ? alors allons-y ! Le temple de Sri Meenakshi, le plus beau de l'Inde du Sud. Construit au XVIe siècle, il possède quatre entrées surmontées chacune d'un immense gopuram - entre 45 m et 50 m. Ces quatre tours sont recouvertes de centaines de sculptures aux couleurs éclatantes. Une vraie splendeur ! La surface intérieure du temple couvre 6 hectares. Le mandapam aux mille colonnes atteint presque le nombre magique puisque l'on peut en compter neuf cent quatre-vingt-cinq. Vous y trouverez aussi un musée consacré à l'hindouisme. D'immenses galeries aux plafonds peints entourent le sanctuaire. En soirée, vous pourrez assister à la cérémonie au cours de laquelle une figure de Shiva est portée en procession jusqu'à la chambre de Meenakshi. Du palais de Thirumalai Nayak, de style indo-musulman, ne subsistent aujourd'hui que la porte d'entrée principale, la salle de danse et le hall principal mais il vaut le détour. Ne manquez pas non plus le musée Gandhi installé dans l'ancien palais de Rani Mangammal - XVIIe siècle. Il donne un très bon aperçu de l'histoire de l'Indépendance de l'Inde et de la vie de Gandhi. C'est à Madurai que Gandhi décida de ne plus s'habiller qu'avec des vêtements de pauvre - dhoti. A l'intérieur, vous pourrez voir le dhoti ensanglanté qu'il portait lorsqu'il fut assassiné en 1948. A 5 km à l'est, le bassin de Mariamman Teppakulam qu'il faut impérativement découvrir en janvier pendant la fête de Teppam. C'est alors que les effigies des divinités du temple de Sri Meenakshi traversent cette immense retenue construite au bord de la Vaigai pour être installées à l'intérieur du temple édifié sur un promontoire au coeur du bassin. Des milliers de fidèles encore pour la très populaire fête de Chithirai à laquelle vous assisterez si vous êtes de passage en avril, mai. Quittez la cité, pour vous rendre, à 8 km de là, au Thirupparankundram Temple, un temple-grotte, l'un des six domiciles du seigneur Subramaniya. C'est ici que le seigneur Muruga a épousé Devayanai, fille d'Indra, après avoir vaincu Surapadman. Des autels séparés sont dédiés à Shiva, Ganapathy, Durgai, Vishnu et autres déités. A l'entrée du temple se trouvent quarante-huit piliers artistiquement sculptés. Taillé dans la roche, le temple de Subramaniya se remplit de pèlerins les jours d'adoration. Son autel le plus secret est creusé dans une roche solide. Incontournable !

Statues traditionnelles de dieux et déesses sur un temple hindou.
Statues traditionnelles de dieux et déesses sur un temple hindou.
Dans la capitale de l'Empire mogholHaut de page

Pays : Inde - Etat d'Uttar Pradesh - District d'Agra

Temps estimé : 3 jours - 40 km - d'Agra à Fatehpur Sikri

Saisons idéales : printemps, automne

Catégorie : facile

Accès : Agra

C'est sur la rive de la Yamunâ que nous allons démarrer cette fabuleuse randonnée. Rivière majeure de l'Inde, longue de 1 370 km, elle fait partie des sept rivières sacrées de l'Inde. Ses berges ont vu naître les plus beaux monuments historiques, dont le plus célèbre des trésors de l'Inde, le Taj Mahal, joyau le plus parfait de l'art indo-persan. Pour rejoindre cette " huitième merveille du monde " classée par l'Unesco, choisissez bien votre horaire. Au lever ou au coucher du soleil, son revêtement de marbre blanc se teint d'une brillance dorée. Superbe ! Et il a de quoi fasciner. Ne serait-ce que par son histoire romantique et romanesque. Le sultan moghol Shah Jehan voulut ériger pour sa femme favorite, Mumtaz Mahal, une sépulture à la mesure de l'amour qu'il lui portait. Ainsi, durant dix ans, vingt mille ouvriers, des artistes d'Europe et d'Asie, mille éléphants participèrent à cette grandiose construction. Quatre minarets entourent le dôme principal en dessous duquel se trouve le tombeau de Muntaz Mahal et Shah Jahan. A l'avant du Taj Mahal, vous vous promènerez dans les immenses jardins qui s'étendent de part et d'autre d'un canal qui se termine au pied des escaliers montant vers le mausolée. Sur la façade, vous remarquerez les magnifiques calligraphies de pierres noires incrustées dans le marbre blanc et qui illustrent quatorze sourates du Coran. Tout près des jardins du Taj Mahal, le fort rouge d'Agra est un édifice très représentatif de l'architecture moghole du XVIe siècle. Cette puissante citadelle de grès rouge au bord de la Yamuna protégeait la cité impériale et ses magnifiques palais. Sa construction fut ordonnée en 1565 par le puissant empereur moghol Akbar et sera achevée par son petit-fils Shah Jahan en 1571. En pénétrant dans le fort par la porte d'Amar Singh au sud, vous découvrirez de magnifiques salles comme le Diwan-i-Am, le pavillon des audiences publiques, et sa salle du trône décorée de marbre blanc. Vous visiterez la Nagina Masjid, une petite mosquée blanche, le palais de Jehangir - fils de l'empereur Akbar - ou la magnifique mosquée de la Perle, la Moti Masjid. Depuis les remparts du fort, vous profiterez d'une superbe vue sur la Yamuna où se baignent les buffles et sur le magnifique mausolée du Taj Mahal. Au nord du fort, sur le bord opposé de la rivière Yamuna, se trouve la tombe d'Itmad-ud-Daulah, construite en mémoire de Mirza Ghiyas Beg, Jahangirs Wazir. Aussi connue que le bébé du Taj, c'était la première structure Mughlai totalement construite en marbre et le premier à avoir utilisé la technique de la pietra dura. Au centre du jardin de Sikandra, à 4 km au nord-ouest d'Agra se situe la tombe marbrée d'Akbar. Akbar, roi moghol, croyait en toutes les religions, c'est pourquoi vous pourrez admirer sur sa tombe des motifs religieux - islamique, hindou, bouddhiste, jaïn et le catholique. Plus loin, vous rejoindrez, à travers champs et villages, Fathepur Sikri, ancienne capitale de l'Empire moghol, construite sur un plateau rocheux par l'empereur Akbar. Figés dans leur passé, ses monuments très bien conservés en font des sites parmi les plus émouvants que vous aurez l'occasion de voir. Incontournable !

Le Taj Mahal est un des immanquables de l'Inde.
Le Taj Mahal est un des immanquables de l'Inde.
IndonésieHaut de page
Balade sur le BromoHaut de page

Pays : Indonésie - Province de Java

Temps estimé : 2 jours - 12 km - boucle sur et dans le massif de Tengger

Saison idéale : d'avril à octobre

Catégorie : facile

Accès : Cemero Lawang

L'un des plus beaux levers du jour au monde au coeur du parc de Tengger... Un conseil pour ne rien manquer du spectacle qui vous attend lors de cette randonnée, rejoignez, en bus à partir de la gare routière de Probolinggo, l'hôtel de Cemero Lawang. Ce petit village est situé sur un plateau à 2 200 m d'altitude. 200 m plus bas, sur une vaste plaine aux paysages désertiques et lunaires se trouvent les volcans Batok - 2 440 m - et Bromo - 2 392 m. Le plateau est entouré à l'est par le volcan Kursi - 2 400 m - et à l'ouest par le Penanjakan - 2 706 m. Plus loin se trouve le volcan Semeru - 3 676 m - qui est le plus actif. Le matin très tôt, gagnez le premier point de vue, situé à 2 500 m sur le mont Penanjakan. Les plus courageux iront plus haut jusqu'au deuxième point de vue. Le soleil se lève enfin. Tournant le dos au Levant, des initiés ont posé sur des trépieds appareils photo et caméras vidéo. Certains sont venus de loin pour admirer, au lever du jour, ce site d'une beauté exceptionnelle doublée d'un phénomène spectaculaire : l'éruption d'un volcan dans la brume matinale. Avec une promptitude déconcertante et à intervalles réguliers d'environ trente minutes, le Semeru crache ses cendres et ses gaz volcaniques, formant un panache épais qui s'élance dans le ciel avant de dévaler le flanc nord du volcan, poussé par le vent. C'est la plus haute montagne de Java ! On se croirait à l'aube des temps. Au-dessus de la brune piégée dans la caldeira, émerge au premier plan le cône parfait du cratère - éteint celui-là - du mont Batok.
Au second plan, une fumée s'échappe du fond d'un deuxième cratère, celui du mont Bromo, tandis qu'au loin le Semeru continue d'exploser... De votre point d'observation gagnez la crête gauche du volcan pour admirer un superbe panorama sur toute la caldeira, les volcans aux alentours et la mer de Java plein est. Depuis le point de vue sur le Sumeru, descendez dans la caldeira. 3 km de sable et de roches volcaniques à parcourir et vous voilà au pied du Bromo. Pour atteindre le sommet de son cratère, gravissez les deux cent cinquante marches. A l'intérieur, la roche est dure et la température n'y est pas plus élevée qu'à l'extérieur, toutefois, soyez prudent, l'odeur du souffre peut faire suffoquer. Le volcan Batock, quant à lui, est recouvert par une épaisse végétation. A ses pieds, siège un grand temple hindou. En atteignant le mont Kursi, vous pourrez voir l'autre versant de la plaine de la caldeira. Là encore la vue est superbe, donnant sur une mer de sable noir avec, par endroit, des fougères et des touffes d'herbes calcinées. Sur le chemin du retour, vous croiserez les autochtones qui partent cultiver leurs très beaux champs. Des plantations de choux, d'oignons, de maïs croissent sur les flancs de la montagne. Ceux-ci sont si pentus que les sillons ont été dessinés en diagonale. L'hôtel offre lui aussi un beau panorama sur l'ensemble de la plaine.

Mont Bromo vu depuis le village de Cemoro Lawang.
Mont Bromo vu depuis le village de Cemoro Lawang.
MalaisieHaut de page
Les spécialistesHaut de page
Balade dans la jungle de BornéoHaut de page

Pays : Malaisie - Etat du Sarrawak

Temps estimé : 2 jours - 20 km - boucle dans le Parc national de Bako

Saisons idéales : printemps, automne

Catégorie : moyen

Accès : en bateau uniquement depuis Kampung Bako

Le parc Bako est, c'est vrai, l'un des plus petits parcs nationaux - 28 km2 ! - du Sarrawak, mais c'est aussi le plus ancien et certainement l'un des plus beaux. Du bout de la péninsule de Muara Tebas à l'estuaire des fleuves de Bako et Kuching, il dévoile ses spectaculaires falaises travaillées par l'érosion depuis des millions d'années, ses caps rocheux transformés avec le temps en de fantastiques arches ou colonnes marines aux motifs colorés, ses larges baies sablonneuses, ses plages sauvages, sa faune et sa flore richissimes - vingt-cinq types d'espèces végétales !  -, ses chutes d'eau, sa forêt tropicale et ses nombreux sentiers de randonnées. Un véritable concentré de merveilles au kilomètre carré que Dame Nature est venue distiller sur l'île de Bornéo. Amis randonneurs, vous aurez le choix entre une quinzaine de circuits constamment entretenus, allant de la balade tranquille à la randonnée sur 24 heures et plus si affinités, avec pour tous un environnement unique. Tenez compte toutefois des exigences du climat ! Prenez le " Telok Paku ". C'est le sentier le plus parcouru et le plus prisé, en raison d'une difficulté modérée et de sa simplicité, mais surtout parce qu'il garantit presqu'à chaque fois de rencontrer des nasiques, ces singes au nez en trompette. Hergé a très bien comparé leur nez à celui mal en point de Rastapopoulos dans son Vol 714 pour Sydney, histoire qui se déroulait en grande partie dans une île mystérieuse située dans cette région du globe. Sachez que la mangrove est l'habitat de prédilection pour observer ces singes. Il n'est cependant pas le seul " habitant " du parc. Vous pourrez aussi rencontrer le macaque à longue queue, le colbinae argenté, les varans, écureuils, cochon barbu de Bornéo, loutres, lézards et serpents. Bako, c'est aussi un endroit fascinant pour l'observation des oiseaux - plus de cent cinquante espèces recensées ! Optez aussi pour le Tanjung Sapi, vous n'y rencontrerez pas grand monde, mais cette ascension brève et assez intense permet d'accéder à un panorama d'où l'on découvre la baie principale du parc, avec sa mangrove au loin. Incroyable de beauté ! Les animaux y sont en revanche assez rares. Peut-être préférerez-vous l'Ulu Assam s'enfonçant d'abord dans la forêt et permettant de découvrir un extraordinaire pandanus, cet étrange bouquet de feuilles géantes, ou d'admirer les hauts fûts des arbres engagés dans une course vers la hauteur pour être les mieux exposés au soleil. La forêt est là suffisamment dense pour que l'on entende une averse sans jamais recevoir une goutte. Le couvert végétal arrêtant les précipitations avant qu'elles ne touchent le sol. Les plus courageux s'engageront dès lors dans une ascension physique. La piste est glissante et pentue mais, là, juste au-dessus vous attend un belvédère inoubliable vous offrant un panorama sur toute l'étendue végétale. On se croirait seul au monde !

MongolieHaut de page
La vallée de l'OrkhonHaut de page

Pays : Mongolie - province d'Arkhangay

Temps estimé : 4 jours - 60 km - autour de Karakorum

Saison idéale : juin et septembre

Catégorie : facile

Accès : Karakorum

La Mongolie est associée au nom de Gengis Khan, à la vision de vastes steppes, de chevaux sauvages au galop et de ciels bleus démesurés. Aujourd'hui encore, la Mongolie semble appartenir à un autre monde. Elle reste assurément l'une des dernières grandes destinations aventureuses d'Asie. Aussitôt sorti de sa capitale Oulan-Bator, vous voilà plongé dans un autre siècle. L'Arkhangay est l'une des provinces les plus spectaculaires du pays. Une région de forêts, steppes et lacs de montagne sur fond de sommets enneigés. La vallée de l'Orkhon est un parterre d'edelweiss, un jardin enchanté où des milliers de poissons courent dans les torrents tumultueux. Son fleuve, jadis si célèbre, a vu le règne des successifs empires des Steppes. Une vallée classée patrimoine mondial de l'humanité tant pour la beauté de son site volcanique que pour la multitude de ses vestiges laissés par les dynasties passées. C'est un circuit authentique qui vous attend, là où la richesse des paysages n'a d'égale que celle du coeur des nombreux nomades que vous croiserez en chemin. Ce peuple resté proche de ses racines a su préserver non seulement son mode de vie traditionnel ancestral mais aussi toutes ses valeurs humaines. Sur la rive gauche du fleuve, vous découvrirez Karakorum, ici même où Gengis Khan avait établi son camp de base en 1220. Important centre commercial, on retrouve dans la ville et ses environs un mélange d'influences orientales, occidentales et chinoises  ! Vous y visiterez l'un des sites les plus importants du bouddhisme mongol, le monastère d'Erdene Zuu. Fondé à la fin du XVIe siècle, il fut construit juste à l'extérieur de l'enceinte des ruines de la capitale de l'empire. Malgré les destructions massives et aveugles qui ont sévi dans le pays au début du XXe siècle sous l'influence athée russe, il subsiste encore de beaux monuments dans l'enceinte fortifiée du monastère. Entouré d'un grand mur blanc ponctué de cent huit stupas, le monastère renfermait originellement soixante-deux temples dont seuls une vingtaine subsistent encore. Les quatre tortues de pierre déterminent les limites de l'ancienne capitale et sont censées la protéger. En remontant la superbe vallée, vous croiserez à coup sûr des Mongols et leurs troupeaux, perpétuant les traditions pastorales séculaires. Grâce à la fabuleuse hospitalité mongole, vous aurez peut-être la chance de vivre au plus près la vie réelle locale. Participerez-vous à rassembler les bêtes, organiser les traites, couper le bois pour le feu et pourquoi pas dormir dans leurs yourtes, et déguster, avec les familles, aux plats traditionnels souvent à base de mouton ou de lait. Vous toucherez aussi du doigt les influences religieuses issues du métissage culturel mongol. Ailleurs, vous admirerez les chutes de l'Orkhon. Des irruptions volcaniques successives ont recouvert la vallée de roches volcaniques noires, qui émergent au milieu d'une steppe verdoyante. Dans cet invraisemblable paysage, les chutes dégringolent de leur belle hauteur.

Nomade assistant aux fêtes du Naadam à Altaï.
Nomade assistant aux fêtes du Naadam à Altaï.
Au pays ShanHaut de page

Pays : Birmanie

Temps estimé : 1 jour, autour du lac Inlé

Saison idéale : septembre et octobre

Catégorie : facile

Accès : Nyaung Shwe

Aux confins du pays se succèdent des sites majestueux tels que les grottes sacrées de Pindaya, peuplées de centaines de bouddhas, ou les paysages des hauts plateaux aux tonalités rouges et ocres. Le lac Inlé demeure la principale destination birmane après Pagan grâce à la beauté naturelle de son décor montagneux, à la gentillesse de sa population Intha, à l'habileté ingénieuse de ses jardiniers lacustres et à l'élégance de ses pêcheurs.

Point de départ de la randonnée, Nyaung Shwe où vous visiterez le monastère de bois du Shwe Yan Pyay. Ce " Palais des Miroirs " est autant connu pour son école de jeunes bonzes que pour ses mosaïques de pâte de verre du XIXe siècle. A quelques pas le lac Inlé, immense lac d'eau douce - 12 000 hectares -, lové dans les montagnes à quelques 800 m d'altitude. Partez à la rencontre de ces pêcheurs et fermiers, pour la plupart des Inthas, qui vivent là au bord du lac, dans de nombreux petits villages, sur les berges ou sur le lac lui-même. Découvrez ces maisons de bois et de bambou tressé sur pilotis. Le jour à peine levé, le lac peu profond encore embrumé, venez regarder les pêcheurs ramant d'une façon unique, debout sur une jambe à la poupe et l'autre enroulée autour de la godille. De leurs mains ainsi libres, ils manient la grande nasse en bambou. Remarquez comme leurs gestes sont lents mais précis. Leurs ombres mystérieuses se détachant sur fond gris-bleu semblent flotter entre ciel et terre ! Les jardins flottants sont l'une des grandes curiosités du lac. Extrêmement fertiles, ils montent et descendent avec le niveau de l'eau. Ainsi naissent fruits et légumes autour de " dame tomate ". Sur les berges, des rizières. Ne manquez sous aucun prétexte le jour du marché sur le lac lui-même, où ethnies, langues, traditions et couleurs se mêlent pour un instant certainement inoubliable. Visitez les ateliers artisanaux, soieries réputées pour leur qualité, alcool de riz, cheroots - cigares locaux faits main ! Vous apprendrez que le kya thigahn est un tissu fabriqué uniquement sur place à partir de fibres de lotus et utilisé pour habiller les statues du Bouddha. Certes, on ne va pas sur le lac Inlé pour y découvrir des pagodes mais certains sites, temples et monastères, datant de plusieurs siècles, et fort dégradés au demeurant, vous laisseront toutefois imaginer leur beauté passée. De passage entre septembre et octobre, ne manquez surtout pas la fête de la Pagode Hpaung Daw U, suivie par la fête des Lumières de Thadingyut. Les Inthas et les Shans revêtent alors leurs plus beaux habits pour fêter la fin du carême bouddhique. Les courses de pirogues qui se déroulent à cette occasion sont spectaculaires.

Paysage des environs de Ywa Ngan.
Paysage des environs de Ywa Ngan.

Mis en garde de France Diplomatie : Depuis la mi-mai 2016, des manifestations organisées par des partis politiques ont lieu fréquemment à Katmandou et dans la vallée. Il est fortement recommandé d'éviter ces manifestations et plus généralement tout regroupement de personnes sur la voie publique. Des étrangers ont été arrêtés, ils sont passibles d'expulsion dans de telles situations.

La vallée de KatmandouHaut de page

Pays : Népal - Province de Bagmati

Temps estimé : 3 jours - 30 km - autour de Katmandou

Saison idéale : automne

Catégorie : facile

Accès : Katmandou

Au carrefour des grandes civilisations de l'Asie, la vallée de Katmandou est inscrite sur la liste du patrimoine mondial pour sa grande richesse culturelle et architecturale - déclarée aujourd'hui en péril par l'Unesco ! Elle regroupe sept ensembles, comprenant des monuments hindous et bouddhistes, ainsi que les trois zones résidentielles et palatiales des villes royales de Katmandou, Patan et Bhaktapur, illustrant l'art népalais à son apogée. Votre circuit démarre à Katmandou et plus précisément au quartier Thamel, là où se regroupent tous les touristes. Des rues étroites vous conduisent à Durbar Square, le coeur de la ville. Cette grande place nous plonge dans l'histoire de la cité. Vous y verrez l'ancien palais royal Hanuman Dhoka gardé par le dieu-singe Hanuman. Puis Kumari Bahal, maison de la déesse vivante Kumari, la statue de Kala Bhairab, le dieu féroce combattant les démons. Des temples consacrés à Shiva, le dieu le plus vénéré du Népal, Taleju la déesse tutélaire de la famille royale, Krishna le dieu enjoué, Ganesh le dieu à tête d'éléphant. Toutes ces divinités, et combien d'autres, semblent veiller sur la cité. Les Népalais viennent les honorer tour à tour, puis s'arrêtent aux marchés à Asan Tole ou Indra Chowk, les carrefours les plus fournis de la ville. Prenez maintenant la direction de Bhaktapur aux traditions et patrimoine remarquablement conservés. Le Durbar Square étale son vieux palais royal aux cinquante-cinq fenêtres, ses nombreux temples, et la fameuse Sun Dhoka, une porte dorée finement décorée de bas-reliefs. Sans doute, l'oeuvre d'art la plus achevée de la vallée. Sur une place adjacente s'élève le temple Nyatapola, le plus beau et le plus impressionnant de tous. Le temple est consacré à Siddhi Lakshmi, la déesse protectrice de la cité. Bhaktapur, c'est aussi ses immenses champs de riz qui grouillent de vie à la saison des récoltes. Ses airs de campagne vous envoûteront ! Patan, exhibant orgueilleusement son ancien palais royal, ses stupas, ses pagodes newars et son Golden Temple, le lieu de culte bouddhiste le plus fréquenté de la ville, n'est pas en reste. Quelle richesse culturelle ! Pashupatinath, Bauddhanath et Swayambhunath sont les lieux de culte les plus importants de la vallée. Le plus ancien des monuments bouddhistes, Swayambhunath, est édifié au sommet d'une colline à un peu plus de 3 km à l'ouest de Katmandou. Plus à l'ouest encore, Bauddhanath est le plus grand stupa au Népal. Pour terminer en beauté ce magnifique circuit, n'hésitez pas à monter sur les crêtes bordant la vallée et offrant de superbes panoramas sur la chaîne himalayenne. Plus loin cette fois-ci, à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Katmandou, vous pourrez toujours aller visiter le parc national royal de Chitwan qui borde l'Inde au sud. C'est l'une des plus grandes forêts du Népal et l'une des plus riches réserves naturelles de toute l'Asie. Cette immense étendue sauvage est un véritable paradis pour découvrir la vie des animaux - rhinocéros unicornes, léopards, singes, ours, cervidés, tigres du Bengale, crocodiles, serpents et un large éventail de quatre cents espèces d'oiseaux. Toutefois, il est préférable, pour raison de sécurité, de prendre un guide ou alors de visiter une partie du parc en canoë ou à dos d'éléphant. La randonnée pédestre n'y a pas totalement sa place !

Vallée de Katmandou.
Vallée de Katmandou.
PhilippinesHaut de page
Dans les rizières de BanaueHaut de page

Pays : Philippines - Province Ifugao

Temps estimé : 2 jours - 20 km - de Banaue à Batad

Saison idéale : de mars à mai

Catégorie : facile

Accès : Banaue

A la découverte de l'intérieur des terres... Un vigoureux relief volcanique confère aux Philippines des paysages d'une grande beauté. Les sierras tombent abruptement dans la mer, les rivières rugissent au fond d'humides canyons, et le riche climat tropical favorise la croissance de jungles qui montent à l'assaut des montagnes. Les îles sont bordées de récifs coralliens qui baignent dans une mer turquoise. La culture populaire est une joyeuse synthèse d'influences malaises, chinoises et espagnoles. Quant aux anciennes sources tribales, elles sont attestées par la présence de nombreuses minorités ethniques aux coutumes surprenantes.

Partez au coeur des montagnes et de la cordillère centrale de l'île de Luzon, pour découvrir les rizières de Banaue, une des attractions majeures des Philippines inscrites au patrimoine mondial de l'Unesco, et souvent nommée " huitième merveille du monde ". Ces rizières sont vieilles de deux mille ans et s'élèvent jusqu'à 1 500 m d'altitude. Elles sont remarquables par leur système d'irrigation à base de conduites en bambou, leurs murets sont faits de pierre et de terre et leurs pentes sont fort abruptes. Fruit d'un savoir-faire transmis de génération en génération, des traditions sacrées et d'un équilibre social délicat, elles créent un paysage d'une grande beauté où se lit l'harmonie conquise et préservée entre l'homme et l'environnement. Le riz occupe une place centrale dans la vie des habitants de la région, les Ifugao dont le nom est dérivé du terme " Ipufo " désignant les mangeurs de riz. La divinité la plus respectée de la population est Bulul, le dieu du riz, dont on trouve de nombreuses représentations à l'intérieur des maisons et dans les boutiques d'artisanat local. De passage entre mars et mai, juste avant la récolte, vous admirerez les terrasses brillant d'un vert éclatant. A 4 km de Banaue sur la route de Bontoc, le point de vue offre un panorama spectaculaire sur les rizières. 15 km plus loin, les villages de Banggan et Batad sont des étapes merveilleuses pour des randonnées au milieu de rizières. Le village de Batad est en particulier célèbre pour ses rizières en amphithéâtres, sans doute le panorama le plus spectaculaire tant les terrasses de riz, " escaliers célestes ", semblent s'échapper vers le ciel. A 25 minutes à pied de Batad, vous pourrez aussi vous rendre aux chutes de Tappiyah qui se terminent dans une immense piscine naturelle. Epoustouflant !

Rizières en terrasses de Banaue.
Rizières en terrasses de Banaue.
Sri LankaHaut de page
Dans l'un des plus beaux jardins botaniques du mondeHaut de page

Pays : Sri Lanka - Province centrale

Temps estimé : 2 jours - 20 km - autour de Kandy

Saisons idéales : printemps, été, automne

Catégorie : facile

Accès : Kandy

Au coeur de la capitale religieuse du Sri Lanka, classée au patrimoine mondial de l'Unesco. C'est à 500 m d'altitude dans un vallon à la végétation luxuriante que commence ce bel itinéraire. Découvrez Kandy, ancienne cité royale, ville sainte la plus importante du bouddhisme. Sur la rive nord du lac - oeuvre du dernier roi de Kandy - enclos par un parapet de pierres blanches dans un écrin de collines, vous visiterez les bâtiments religieux officiels dont le palais royal et le Dâlada Maligawa, le célèbre temple de la Dent qui conserve la relique du Bouddha. L'édifice en bois possède de belles colonnes sculptées surmontant un auvent dont les caissons sont magnifiquement peints. Admirez la surprenante porte en argent et la belle collection de bouddhas. Un escalier conduit à la galerie supérieure où se trouve une châsse d'or en forme de dagoba, renfermant la précieuse relique. De passage au mois d'août, ne manquez pas la fête de la Randoli Perehera. La relique de la Dent de Bouddha, enfermée dans sa châsse, est installée sur le plus âgé des éléphants et est promenée, durant dix nuits, dans les rues de la ville. Le soir de la pleine lune, la fête atteint son apogée, jusqu'à cent éléphants défilent à la fois ! Avant de quitter cette charmante cité, faites un tour au Kandy Lake Club où vous découvrirez les plus belles représentations de danses traditionnelles du Sri Lanka, dont les costumes, les ornements et les couleurs sont magnifiques. Unique dans le pays ! A quelques kilomètres de là, dans un méandre de la rivière Mahaweli, se trouve l'autre trésor de Kandy : les jardins de Peradeniya, l'un des plus beaux jardins au monde. Jardins botaniques royaux sous les Anglais en 1821, ce remarquable ensemble de 60 hectares présente quelque quatre mille espèces tropicales locales ou importées, dont deux mille variétés d'arbres. Les attractions du jardin sont nombreuses. En particulier les bambous géants de Birmanie. Ils sont vraiment gigantesques ! Autre curiosité, l'allée des cocos de mer, originaires des Seychelles. Il y a des arbres mâles et des arbres femelles - devinez lesquels - et les fruits sont spectaculaires - les plus gros et les plus lourds du monde végétal - de 10 à 20 kg ! Le " Cannonball Tree " est aussi assez particulier. Ses fruits ronds ressemblent à des boulets de canon. Un des arbres a été planté ici par le roi George V en 1901. Des pins de Norfolk tourmentés semblent se livrer à une sorte de ballet dans un autre coin du jardin. Les palmiers " talipot " ont d'immenses feuilles en éventail qui peuvent servir de parapluie à une quinzaine de personnes. Ces feuilles ont été utilisées autrefois pour produire un parchemin - nommé " ola " - sur lequel furent écrites les chroniques anciennes du pays. Cet arbre fleurit une seule fois au bout de trente à quatre-vingt ans, puis meurt peu après. La floraison est spectaculaire ! On remarquera aussi l'allée de palmiers royaux, l'allée de palmiers choux, une autre allée de palmiers " Palmyrah ", des arbres à saucisses et bien d'autres curiosités. Sans oublier la maison des orchidées qui abrite quatre cent cinquante espèces de fleurs, le massif des lianes serpents, les fougères, la collection de pelouse et, le clou du spectacle, un ficus benjamina géant de 140 ans couvrant une surface de plus de 1 900 m2 ! Et les singes, nombreux et fort curieux.

Temple de la Dent
Temple de la Dent
Les spécialistesHaut de page
Les gorges de TarokoHaut de page

Pays : Taïwan - District d'Hualien

Temps estimé : 2 jours - 25 km - dans les gorges

Saisons idéales : printemps, été, automne

Catégorie : moyen

Accès : Tienhsiang

Un spectacle grandiose vous attend dans le parc national de Taroko, ancien territoire des aborigènes qui se réfugiaient dans cette contrée longtemps inaccessible. Les ponts suspendus que l'on remarque ici ou là témoignent de leur ancienne présence. La route mythique qui grimpe à l'assaut des gigantesques gorges de marbre de Taroko a coûté la vie à plusieurs dizaines de soldats lors de sa construction de 1956 à 1960 : un exploit technique considérable pour l'époque. Ces superbes et profondes gorges de Taroko, hautes de 1 200 m, surnommées " le jardin d'Eden " par les aborigènes, ont été formées par la rivière Liwu qui a creusé son chemin à travers des montagnes de marbre et de granit. Figurant parmi les plus uniques au monde, vous les verrez serpenter sur une vingtaine de kilomètres à partir de la côte du Pacifique jusqu'à l'intérieur des montagnes. Un sentier sculpté dans la roche spectaculaire se faufile dans les montagnes boisées et escarpées, tandis qu'à quelques mètres plus bas, la rivière gronde dans les gigantesques rochers en marbre. Des pavillons, des pagodes et des temples semblent s'accrocher ici et là aux versants de la montagne enveloppés de brume. A d'autres endroits, des chutes d'eau s'échappent des failles rocheuses pour dévaler les parois abruptes. Les merveilleuses cascades, les tunnels, les ponts suspendus et les vues imprenables font des gorges de Taroko une expérience inoubliable.

Démarrez la randonnée le matin tôt lorsque le soleil vient jouer de ses rayons sur les parois vertigineuses. Depuis Tienhsiang, charmante petite station perchée au sommet des gorges et à cheval sur une de ces cascades juste au-dessus de l'entrée des gorges, vous découvrirez le sanctuaire de la source éternelle - l'Eternal Spring -, mémorial rappelant le sacrifice des hommes à la construction de cette petite route miraculée du canyon. A quelques pas, la grotte aux Hirondelles. A exactement 1 km au-dessus de Tienhsiang, la randonnée du tunnel, comme son nom l'indique, mène via un tunnel ruisselant, au travers de superbes paysages, jusqu'à la chute de Paiyang et au-delà. Admirez sans modération ! Vous trouverez ici le Tarako Hôtel, niché au coeur d'un site naturel grandiose, d'où l'on aperçoit le pont enjambant le croisement des rivières Tatzuchili et Tasha, qui convergent pour former la rivière Liwu. Ce pont mène au temple Pudu, aux allures de bambou, niché au sommet d'un promontoire. Cet endroit magnifique constitue un point de départ idéal pour explorer le parc national à travers ses nombreux sentiers de randonnées.

Les spectaculaires gorges de Taroko
Les spectaculaires gorges de Taroko
ThaïlandeHaut de page
Les spécialistesHaut de page
La Rose du NordHaut de page

Pays : Thaïlande - Province de Chiang Mai

Temps estimé : 2 jours - 30 km - de Wiang Kum Kam au temple de Wat Phrathat Doi Suthep

Saison idéale : de novembre à mars

Catégorie : facile

Accès : Wiang Kum Kam

Connue sous le nom de " Rose du Nord " avec sa position merveilleuse aux abords de la rivière Ping, Chiang Mai - et ses environs - possède une beauté naturelle sans pareille et une identité culturelle tribale unique. Ses traditions et coutumes, son climat et sa géographie en font une destination privilégiée. Dans ce pays aux trente-quatre mille temples, Chiang Mai en possède de nombreux, tous autant dignes d'intérêt et dont l'édification remonte pour certains au début du XIVe siècle. Dans la région, le décor boisé et escarpé est l'occasion de multiples excursions en pleine nature avec des paysages de forêts de teck, de gorges pittoresques, d'impressionnantes chutes d'eau, de serres d'orchidées... L'artisanat est également prisé, avec notamment des poteries, l'argenterie et bien sûr la soie et le coton. Rendez-vous est pris sur la route de Chiang Mai - Lamphun pour cette première étape vous laissant découvrir Wiang Kum Kam - l'ancêtre de Chiang Mai - et les vestiges de ses quelque vingt temples et autres édifices, mis au jour par les archéologues. De là, rejoignez Chiang Mai. A l'est de l'ancienne fortification de la ville se dévoile Wat Saen Fang. De cet ancien temple, vous admirerez son architecture de style birman. Le coeur de l'enceinte vous réserve quelques belles surprises, à commencer par Wat Chedi Luang, le plus grand chedi de Chiang Mai. Plus loin, le Wat Chiang Man, le plus ancien temple de la cité. Edifice remarquable pour son délicat chedi, supporté par des rangées d'éléphants, et sa magnifique chapelle dans laquelle est protégée Phra Sila Khao et l'ancienne image du bouddha Phra Kaeo Khao, une minuscule statue de cristal à laquelle on prête le pouvoir de faire venir la pluie. Enfin, Wat Phra Sing dont les enceintes entourent la chapelle de Lai Kham. Celle-ci renferme des chefs-d'oeuvre de bois délicatement sculptés, des fresques murales typiques du style du Nord, un magnifique réceptacle scriptural avec un surprenant bas-relief et un stupa en forme de cloche - à voir ! Dirigez-vous maintenant vers l'ouest de la ville fortifiée pour découvrir l'original Wat U-Mongha profitant d'un paysage bucolique. Dans le Wat Suan Dok se trouve un bouddha de bronze vieux de cinq cents ans, l'une des plus grandes effigies de Thaïlande. A 200 m au nord, l'incontournable Wat Ku Tao, remarquable pour son exceptionnel chedi en forme de bulbe et joliment décoré. 1 km plus loin, le Wat Chet Yot avec son chedi carré et ses sept flèches. En quittant l'agglomération, vous partirez visiter le monument de Khruba Siwichai. Situé au pied de la montagne Doi Suthep, il glorifie les moines bouddhistes dévots. Sur le flanc de la verdoyante montagne, les enfants adoreront le zoo où vivent deux cents espèces d'oiseaux et de mammifères venus d'Asie et d'Afrique, sans oublier nos amis les pandas. Plus haut, le palais de Phu Phing, résidence royale d'hiver au somptueux paysage. A quelques kilomètres, Doi Pui qui est le plus accessible des villages de tribus montagnardes. Vous terminerez cet itinéraire par le Wat Phrathat Doi Suthep, l'un des plus célèbres temples de Chiang Mai. Un escalier de deux cent quatre-vingt-dix marches - ouf ! - flanqué d'une rangée de Naga vous conduit à l'édifice - XIVe siècle - possédant en son sommet un chedi doré protégeant les reliques du Bouddha attirant des pèlerins venus du monde entier. Culminant à 3 520 m d'altitude, il offre une vue exceptionnelle sur Chiang Mai et sa vallée.

Temple Wat Chet Yod.
Temple Wat Chet Yod.
Les spécialistesHaut de page
Sur la baie d'Ha LongHaut de page

Pays : Vietnam - Province de Quang-Nihn

Temps estimé : 1 jour, boucle dans le parc de Cat Ba

Saison idéale : printemps

Catégorie : facile

Accès : au départ du port Ben Binh, à Haiphong

Le Vietnam n'est pas seulement ce pays, naguère déchiré et bombardé, que plusieurs guerres successives ont rendu tristement célèbre. Il possède par ailleurs une civilisation unique et riche, des paysages et des sites naturels spectaculaires, ainsi qu'un peuple particulièrement hospitalier. Encore relativement peu fréquenté malgré ses richesses, ce pays aux deux deltas, aux rizières scintillantes, au charme et à la beauté légendaires dégage un parfum d'authenticité.

Un spectacle géologique, une merveille d'eau, de pitons rocheux, de grottes, de criques, de végétation... Cet itinéraire va vous conduire sur la baie d'Halong. Ses eaux émeraude abritent pas moins de mille neuf cent soixante-neuf îles et îlots rocheux, dont seulement neuf cent quatre-vingt-neuf sont baptisés. L'ensemble de ce paysage offre un spectacle hallucinant, classé par l'Unesco. Vous partagerez à coup sûr cette curieuse impression d'être devant un monde légendaire, figé dans l'immortalité de la roche. Les formes de ces pains de sucre surgissant des flots s'apparentent étrangement à des formes humaines ou animales. Des grottes - grotte de la Surprise, grotte des Merveilles... sublimes ! - et des cavernes dorment tranquillement sur ces îles enchanteresses. Laissez vagabonder votre imaginaire... Démarrons notre randonnée sur l'île de Cat Ba, au sud-ouest de la baie. Ornée de belles plages entre de petits villages de pêcheurs, elle est la plus grande île d'Halong.

La moitié de l'île ainsi que ses eaux côtières sur 90 km2 sont classées parc national, et plus récemment encore, réserve de la biosphère mondiale. Les espèces de plantes se comptent par centaine. Les yeux ne s'en lassent pas ! Quant à la faune, elle répertorie pas moins d'une trentaine d'espèces de mammifères, dont les originaux macaques, sangliers, cerfs, écureuils, hérissons... que vous saluerez au passage. Levez les yeux pour admirer le faucon ou le calao parmi une multitude d'autres oiseaux. Le parc, c'est aussi ses forêts subtropicales d'arbres à feuillage persistant, sur les hauteurs, ses formations marécageuses aux pieds des collines et ses mangroves côtières, ainsi que plusieurs étangs d'eau douce et de récifs coralliens. Le littoral est découpé de falaises rocheuses, agrémentées de petites criques de sable blanc. Les eaux pures du littoral sont propices aux phoques et aux dauphins, tortues de mer, homards, coraux, huîtres, favorables à plus de deux cents espèces de poissons dont certaines sont très rares, ainsi qu'à plusieurs centaines d'espèces de mollusques et d'arthropodes. Les collines calcaires, 330 m pour la plus haute, abritent de nombreux lacs, cascades et avens, où ont été retrouvés sur une vingtaine de sites, armes et ossements humains datant de six à sept millénaires. Ne manquez pas la visite des deux seules grottes ouvertes au public, l'une a été préservée dans son état originel, l'autre a servi d'hôpital clandestin pendant la triste guerre du Vietnam. A 1 km du village de Cat Ba, les plages de sable blanc de Cat Co au sein de deux charmantes criques, reliées par une passerelle accrochée à la falaise et surplombant les récifs. Féerique !

Baie d'Along.
Baie d'Along.
Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté